Skip to main content

Full text of "Half-hours with the best foreign authors"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . com/ 




itized by 



Google 



Digitized by 



Googk 



Digitized by 



Google 



GLOSSAIRE 

D£ LA 

LANGUE ROMANE. 

TOME SECOND. 



Digitized by 



Google 



t * 






Digitized by 



Google 



GLOSSAIRE 

DE l.Jm 

LANGUE ROMANE, 

K6digii d'apr^ les Manuscrits de la Biblioth^ue Imp^riale, 
et a apres ce qui a et^ imprim^ de plus complet en ce genre ; 

(/(mtenant IMtymologie et la signification des mots usites dans les xi, 
in y xm y xiYy XV et xw sidcles , arec de nombreux exemples puis& 
dans les m^mes soorces ; et pr^c^^ d'un Discours sur Forigine^ les 
progr^ et les Tariations de la Langae (ranQoise. 

Omrage utile a ceux qui Tondront consulter ou^connoltre les "^cnts des 
prenden Auteun fran9ois. 

D^Dli: A SA MAJEST6 JOSEPH NAPOLEON, 

EOI DE nAlES et de SICILE. 

Par J. B. B. ROQUBFORT. 
TOME SECOND. 



A PARIS, 

dies B» War£b oncle, Libraire^ quai des Augtistins, n* x3. 



DE L'IMPEIMERIE DE CRAPEIET. 
M DCCC VIU, 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



GLOSSAIRE 



DE LA 



LANGUE ROMANE. 



Malta renafcentnr , qiut jam cecid«re : cadentqnot 
Qua aniut rant in honore Tocabnla. 

SotLdT, Art, PoeL 



lAL 



ICE 



1 : Cette lettre senle avoit la valeur 
de ly^t signifioit encore , \k » ici , en 
oe temps, en cet endroit ; hic^ Ipris : 
Id pres , Ik aupr^. 

let apres Tueil remonler 
Uns mirades del laiiit tooler, 
Qui aM^ est bians et brt^ (hrtrrh). 
Ci me raoonte et diit mes briea, 
Qa*aa tans qn*aToit si grant al^ 
A Soissons la bonne TaH^e , 
Un Cheraller avoit i prh 
Qui oa bonvier gros et e«p^ 
Aroit, <]ai aroit non Buesart , 
Eat a Infres lert et boisnart. 

Gaitiier de Comsi, lir. a , chap, i5. 

Iail , lisez i-a-il : Y a-t-il. 
Or gardes qa*il n*ait faintiset en tos pa- 
roles , et dirent tons troi i one voix , Dame : 
Boa iaii (0 n*y a point de feinte, de dissi- 

" lie 



de notre part). 

Roman du Cueiu de Ponthieu. 

IaMv Minis, iaulxy iaus, iaux , 
iota : Tenx ; oculi. 

Qqint Dolopatos le loiax 
Ot les lettres v^es par ses iaU , 
En son conseil en a menex 
lies pluf faTiet, let pins senes. 

Boman de Dolopatot, 
II. 



lixs, iauiSf iaulx, iaus , iaux : 
£qx; iUi. 

Iaulxb , iabne » iaume : Caique ^ 
armnre de t^te. Vq^ez H^auxe. 

Iautk 9 iave, iawe : £au ; aqua, 

Ibin : Sorte d'oiseau dont il est 
parl^ dans la Bible, peut-^tre lV6f>. 

IcB, icel , iceile, icellui, iceiui , 
icen, ic^o , ic^os, ices, icest, iceste , 
icette , icil : Ce , cette , celui-ci y celle- 
Ik, ceux, ceux--ci9 ces, cela; isia , 
zste, isd, ilia, iiie, 

Le nom ^ieeUtti (dn Seigneur) est poissant. 
Et getu les chert de Pharaon et Tost d'icellui 
en la mer. 

Le Cantiftie de Moxte f Exode, ch, i5» 
i;. 3 ef 4, tnubiitpar Guiart DesmoiUuu. 

Omnipotens nomen ejus. Cumu Phanumis 
et exercitum ejns projecU in mare. 

£ de engrotnre , sades le bien ^ 

D^It eschivre sur tnte rien , 
£ s*il arient k ancon k*engroture s6it 
Icei far plot menger ne d^it. 

Let Enseignemem d^Arittote, 

tcde tempette qui isst conroit par la terre , 
ae fu mie tost fin^» car eUe dara pr^» de 

A 



Digitized by 



Google 



2 IDL 

({oatre moU , si qn«troU foU on ({ottre * estre 
ioar et nult tentoit ren le croUe. 

GuiiUmme de jyr,/oi. •67. 

Ice , icen : Cela ; hoc. 

Moult lei Tit Se%nors des Baron* « 
If oak par ett granx d*aiu li renoos, 
Meitret let vi , ice (u Toirs (rrai), 
E» det Princes et det aToirs. 

*Bikle Guiot, parUuu de TOrdre des 
MoUtes de Grantmont, 

IcBiiCE : Le» ainef ; d*inguen. 

Icio : Cela ; hoc. 

IcEQUE : Cela m^me » tout cetqoe. 

" Et nous iceque nostre pere trolt otroi^ en 
remission de la sOne Aase, otroiasmes. 

Ancienne Couttune etOrUam, 

IcEST) ice y iche, ichest, ickeste: 
Ce, cette J hie, luce. 

Par nuit entrants cUies t*ainie , 
Et li djras que n*as demle 
Ve denr^ de ton avoir. 
Tot as perdu k icest soir , 
Te tueiUe ice soir heAergier, 
An main t*en Toudras en aler. 

rM.deki Bane pleimdf tern. 

IcEtJX, icelles, ichdux: Enx , dies, 
cenx , cellcs. 

Iche , ichou, l^ou : Cc, cela. 
Icit : Cedx j iUi' 

Monlt fu lo^ Ordre de fpnnt brait » 
En pou de tens se sont destmit , 
Trop ont lor covine monstr^ , 
Ce soiit icU de Pf emoostf^. 

* Bible Guiof, 

IciST : Ces. 

ieist ehanoiae ifae je di 
Ont bone ordre , jel' tos afi; 
n aont trop n^W Tirandier ^ 
n perolent bien an meafier , 
Mais k Cluigni quaot on mei^e, 
'Estuet joer k bonche mne. 
Bibie Guiot J parhnides Chanoines 
de S, jimgmHn, 

IcTE : Terre qu'on jette d'lm foss^ ; 
de jactus, 

IcTEfc : Laiwer, jetcr; /octere. 

lout , ideU : Idole , tiBalacre \ 
idoUun. 



lES 
Idoinb : (^able , qui convient li 
upe choM , propre a une chose ; 
idcTieus* 

Qni pour Beanlien le presomptnenx moine 
Youdra dresser tombeau propre, et idoinCy 
Dessns couTient an vif graver ou paindre 
Les grans g^ns. Marot. 

looHiiTi : Aptitude , capacity. 

Idoul : Faineant, qui reste en la 
m^BM place au Heu de travaiUer; 
d'idolum, 

Ielme : Heaume , arme defensive 
qui couYToit la t^te. 
-^Ieque : Cavale^ jument. 

Iee , iere : L'autre jour, lAr; heri. 

Iere , ierent, ieret, iers, iert : VL 
estyil^toit, iU^oientfil sera, ils 
seront; est, erat, erant, ent, erunt. 

19*en est mie merreflle , se li sacrement sunt 
' cbangiet selone la diversiteit des tens, por ce 
k'a Tun et i Tantre fu doneit ce k*a ols i^ret 
conTenanle. Sermons de &Bemard,fol. 86. 

Nihil er^ nurum, si pro dufersitufM tempos 
rum tnataUt sintsacramenta, utdarehtr utris- 
fue fuddcomgruum «rat els* 

Tant que la Pentbecooate tfiit , 
Qui apr^s fit ii la premiere 
Que U Ooa tiBft,aa Cott pl ea h re, 
81 qn^il earoya perCMU ^oem 
Tootea les Dames de in terre, \ 
Et sa nieee toot prlmeraiae 
Qni de Yei^ iert Ghaatelaiae. 

* lA ChasfUine de Fergi. 
Bootes faite en charity * n^iert ja perdue. 
jincien Proverbe, 
Bt pr^ d'«k JMrs i aijocwent 
Pour ce que moak traviUi^ ierent, 
FabL (Pune Femmepour centSommes. 

6i r'u Chariot enmi ma roie , 
Qui le barbier tint par la main, 
Et bten monstroieat toate Toie 
Qa'Jl n'wrfpas coasin germain. 
Butebeuf, Dispute de CKmrlotet da Jmif. 
Diex fu, iert, et est adis, 
11 ne se amende de riens, 
C*onques ne U faitllt nos biedK 

V Image du Monde. 

Ies : Tu es ; et. 
Ibstee : iiitre, origins* 



Digitized by 



Google 



Ibt : n est ; est. 

IxuT : Qai r^paad uae bonne 
odcnr; de oUre. 

Ibx, iax, ielx, ieus, ieux, iox , 
rex : Les yeux; ocmiL 

Mettret Hoe* qai bien en toaclM 
At miindM qui tnite , eC dit : 
C'oaquei d« scs iex ne vit 
Si ti^fi bideifse cr^tare, 
T»nt p^r ierl lalde i demetare, 
Qae U gent let kx adooient , 
Car regarder ne la pooient. 

Gautierdf Coind, 
Igal , an fS^inin igaie : Fareil , 
egal, semblable ; 4:equalis, V. Iqual. 
Igaumeitt : Pareillement , ^gal«- 
■cnt; €tqualiter, 

nCom cil qui par le toleil 
Stroient toz jort goaverni 
JEt etchaofTez et allnm^. 
Car il Ta igtfumenf to«joart 
Chatcon an , et p^rfait ton coort. 

VImage du Monde. 

UhUE^iUse: ChapeUe, igUse^ 
licm com^N k la l}mniU; eccUsia^ 

Dan moine, je vot partirai 
Dent gent , le malv^ Jettert? , 
Et k meillonr rot ea Tenrez, 
Se Tolex lettier le terrltse 
De Den , et de tainte igUu€, 
Et autre Seignor fere homage , 
Vot r*arez qoitet toi Tot gaget. 

* FahL du Povre Merckr. 
Ighel , isnel : Prompt, vif , actif , 
agitable ; igmtus. Ignel lepa$ : Vivc- 
mcot , promptement ; ignito pede. 
Parler ignel : Parler coulanunent , 
aTec aisaace. 

IciTELBHEirT .* Promptement, Ywe- 
»ent , avcc c^leiit^ ; igrd^r, 

Igitelesce : Promptitude, viva- 
cit^, activity. 

I*t bontes deeort tont b^tex, gentiOetce, 
tgaelgsce, force e adretce , oet bontea apor- 
tent meintet feii plw de damage que de 
prfa. MoraUtet de Nostre-Dame,/oL 134. 

Ighue ; Porgation par l&'feu, 
^renTe faite pftf le feu ou par «n 



ILI4 % 

fer chand ; d'ignU ; en bas. kt. igtiis- 
picium, 

IciroTicioif : Connois^ance. 

IflBZBCBiEL : Esiecliifil, nam pro- 
pre d'homme. 

Qnar quant le monde ^nira , 
Nottre Siret tignet lata ; 
Ce not raoonte Jheremi^s , 
ihezechiel, et Iftayet* 
De Babiloine Daqiel , 
Et ti raferme Ikeseckiei, 

let Xr Signes, 
lEBir : Loin. 
Iei, ila: La, iei; Mc. 
Il : Lui ; Hie, Devani il: Devant 1 ui. 
CompagnoQt tommet U et gie. 

Honnm de Perceval, 
Il]4 : Le» flai?c», l^sxiftt^j «^. 
Ilbc, iiecquesf illec , illecques , 
ilmeques, illelses , illeque, ilUc, Uhr 
Aes, aioques, iUuec, illaecques, ihec, 
Hoket, iUuK, ilwpquer, ikttques : 
Lm, lui-m^me , celui-ci , celle-la ; en 
<«t endroit, la, en cet ^nt,en ce 
Jieu la , par-la , par-d«14 ; ilh, ilUc ; 
en bas Bret, ill, 

Li Tore qui furent annrez d'ettre iluec en 
lenr agaitt ti k>ngnement, Jaairent hort. 

Guillaume de Tyr,fi>l 3(J, jr^. 
Et eet ottlHont eteoutant , 
Qni de chanter monlt s'augoistoieat 
Par ces huitsona qui floritsolent , 
Jollt, et gais, pleio de lieste, 
Vert uue riviere m^adresse , 
Que f oit pr^ d'iUueques hruir. 

^oman de Ui Rose, 

1 iS? ^**** ^* ^ honoort que nottre Siret fist 
h 1 Emp^eour ihec «4 i chiaut 4f lEmpire , 
•oil aene comunamncpt. 

Fiiie-Hardouin , Mss.,fiL 3x. 

Iliaqub : Qui e^t ^tUquiS de mal 
aux Bancs, aux inteslins , dt la coli- 
quej ^'ilia, 

Ix-Lico (relief d*): Leltre* pour 
^tre reievd dn dtfaut de n'aYwr pas 
appel^ Mur-le^cbamp d'nnc sentence ; 
d^illico. 



Digitized by 



Google 



4 IMM 

Iliidkh : Enfreindre, oulre-pai- 
scr; d^tmire, an^antir. 

iLLiEms , hiUierSy iliers , UiiSy yU 
Uers : Intestins , entraiUes , Ics flancs, 
lea cAt& ; ilia. 

Illot, lisez UVot: H Tentcndit. 

iLLoua, lis«x il lour : U leur. 

iLLUEf E , iUuekes, illueskes. Voy. 

Illut ATioH : Friction ; acUon d cn- 
duire dc boue quelque partie du 
corps afflig^e de gouttc, de rhoma- 
tisme, &c.; d'illutatio. 

Il tost : AussitAt, k TinsUnt. 
Imagaike : Marchand d'estampcs 
ou d'images. 

Imaoene : Tableau, image ; d imor 
go, a Fablatif imagine. 

Pirrei , par les imagenei dcs chotes , |pii- 
SOBS nos \t% merites dei chotei. 

Dial, de S. Gr4goir€ ,lw.K, chap, 6. 
Ex renan , Petre, imnginibBf , pensantur 
merita eausarum, 

Imaoiee : Sculptcur, celui qui tra- 
▼aille au ciscau, peintrc , architectc ; 
6! imago, imaginarius. 

Imaige : Image , tableau , statue ; 
imago; en anc. Prov. imaies; en bat 
Bret, imaich. 

Imai. , au pluriel imaux, im^aux : 
Mesure de grains, 

Imbeebe : Sans barbe; imberbus ; 
imberbe a signifi^ jeunesse. 
An deparlir de mon imberbe. 
Gringoire, Menus Propos <le Mere sole. 

Imbeiaque : Pris de Tin , ivre. 
iMBRiKQUEEiCacber, cmbarrasser. 
Imbeoille : Confusion, embrouil- 

kment. 

Ime : Prix, estimation. 

Immaecessible : Incorruptible ; 
immarcescibilis. 

iMM^iniAT : Ce qui pr^ede ou 
qui suit. 

Imneeits : lodignc , qm nc me- 
rite pas. 



IMP 

Immiscee (s*) : Prendfe comme 
propri^taire , les biens d'une succes- 
sion a laquelle on est appel^ ; se 
immiscere. 

Imhiseeicoedieux : Sans mis^ri- 
corde , inbumain i cruel , sans piti^. 

Immixtion : Action de s'immiscer 
dans une succession ; immixdo. 

Immobles, immuebles : Immeu- 
bles , biens fonds , immobiles, qui ne 
peuvent cbanger. 



Qoar otte ee ke n*ett pat Tent el cors et 
man^ remainent immobles tot li TeritaUe cors 
des metans ki aemblent estre mont. 

Dial. deS. Grigoire, liv. 4f chop. 6. 

Tolle enim quod non videtur in corpore, ef 
max immobilia remanent cuncta quee moveri 
nfidebantur, visibilia corpora metaHorum, 

Immoubxliee : Fonds , immeuble » 
ce qu'on ne pent transported d'un 
lieu a un autre ; d*immobilis, 

Immoutable : Immuable; d*ouim- 
moutabilitS, quality de ^ qui n'est 
|>as sujet au cbangemenl^ immuta- 
bills, immutabilitas. 

iMMUHii : Sxempt , libre , franc ; 
immunis* 

Immunisgee (s'). Voyez Imjhsgee. 

Immutee : Cbanger, troquer. 

Ixorx : Trb-doux. 

Impaeagee : Fairc un manage 
conyenable* 

Impaeeil : Sans pareil , incompa- 
rable , in^gal ; impar, 

Cela Tons eat nn gr^d traTeH 
Mail a dire dn bien le bien , 
Mon dneil est an Tostre impareU, 
LeJardindePUusanceouFleurdeRhitoriqme. 

Impaetauble : Qui ne pent ^tre 
parlag^; ^imperdri. 

Impaetiaule : Impartial , qui n*est 
d'aucun parti ; ^oiximpartiaulemem^ 
impartiaiement , sans partiality ; de 
pars. 

Impaetie : Accorder,donncr, com- 
maniqucr^ impertiri, impardre. 



Digitized by 



Google 



IMP 

Or rnAle Dim la mettre en haolte 
£t taut de pajx an ciel loy impartir, 
Qae Mu la terre en paiste departir. 
Marot, CimetUre de la Bqjm€ Claude. 

ImPijiLTT : Indivi», qui n*est point 
divit^ , ni partag^ ; d^impar, 

Imfastatiov : Ma^onnerie, com- 
position de diff^rentes choses broy^s 
et mises en nne esp^e de pi^te. 

IiiPAT&oirxftEa (s*) : S'emparer de 
Fantorit^, se rendre maitre, ordon- 
ner, commander dans nne maison. 

IimcGAHCK, impeccability : £tat 
de celui qui ne peche pas ; d*impec^ 
cabilis. 

Impedimik : ^i^pid^ie; d*oii in^fe- 
dimicy impidimiey celui qui est atta* 
qu^ de cette maladie. 

iMpiniTBUE : Qui met emp^che- 
lient , qui s'oppose ; impediior. 

Imp^issee : Renvoyer, chasser; 
expulsare. 

IxPBNSE : D^pense, ddbours^ pour 
Tam^ioradon d'un bien qui est a au* 
fmi, ou qui n'appattient qu*en par- 
tie; impensa, 

IxpENSEE : R^cbmpenser. 

liiP^EATEUR, impereor, impereres; 
imperriery : Empereur, chef, sup^ 
rienr qm commande k la guerre ; 
bnperator, 

Imfeeb : Empire, juridiction^com- 
mandement; imperium,, 

Ikpeeice , imper^te : Ignorance , 
impMtie. 

iMPiEiKiABLB : Qu'ou nc pent at- 
teindre, inaccessible; imperiaUs. 

In PEEIT , imperite : Ignorant , 
mal- habile, mal- adroit, grossier; 
impetus. 

IscpEETnrAoiTi : Franchise ^ can- 
deur, bontd d'ame; imperdnacitas. 

Imp^teale : Ce qui se pent obte- 
nir, i^vxi:^ittfx\ impetrcMUs. 

iHPiTEAKT ; Qui obtieat un b^ 



IMP 5 

n^fice , on des lettres du Prince ; iin- 
petrans, impetratus, 

iMPiTEATioN : Obtention d'un W- 
n^fice en cour de Rome , ou de lettres 
quelconques en chancellerie ; im- 
petrado, 

iMpixEEiE , impitrer : Obtem» nn 
b^^fice par une supplique , ou des 
lettres du Prince ; impeirare. 

Vers Nottre Dame ayex derotlon 
Et requerez que par grlce et par don 
EUe m'impetre enren ton- fib pardon. 
Compla^ dt la Comtesse de CharroUdu 

Imp^tebsse : Consolatrice , pro* 
tectrice; dtimpetrare. 

Impitresse de nos donlenrt , 
Befoge k tons gent melfata , 
MMecine de leurt dooljenrs , 
Yraie adrocate en tout leurs faiti. 

Le Chevalier aux Dames, 

Impiemeut : A.vec impi^t^ , d'nne 
manieVe impie; impie. 

iMPiniux, impiteux, impid^ : Sans 
piti^, inexorable, d^natur^; dV/rt- 
jpietas, impius, 

O manes noirciMans ^t enfert impileuis / 
a mes diers compagnons, h^ q«e je inlft 

hontenx 
Qn'un enfant ait brid^ moo effrojable audace* 
Tragid, de Caspar de ColUfp\L 

Ix^iLoiuTiOM ! Acte par lequel les 
juges ecd^siastiqnes recouroient 4 la 
justice s^uUere , pour (aire exdcuter 
les jugemens qu'ils ayoient rendus \ 
imploratio. 

' Imploe^ie : Implorer , demander 
aide , secours , assistance ; implorare. 

Impollu : iket , propre, sain , pur, 
sans tiiche , sans p^ch^ ; impollutus. 

In POETABLB : P^uiblc , insoutena- 
ble, insupportable , intolerable ; i/n- 
poriabilis ; d'ou >^selon Barbazan , 
notre mot d* important , qui se doit 
prendre en mauvaise part, car les 
importans sont des hommes bien in* 
MipportaUes* 

3 



'Digitized by 



Google 



6 IMP 

L*h6tti« «il crU pOtt* piMflMser partdia, et 
poor rempUr les si«g«« Tuydet par le cm des 
vaaTaiz anges, et U quiets ce privilege et fran- 
cliise , el ie subm'et a servile condition , voir 
& la 8uBje<iti6ii de cbnilt qui les tbainnent ea 
imp^rtibh tei ptrp^tnel exil. 

Dance aux Aveuglu, 

IHPOBTAKT, emporitewf (transport) : 
Traniport de domains qai emporte 
translation de propria ; A'trnpor" 
tandus, 

lM»6ftiTBva : Fermier des imp6ts , 
celni qui les tient et en rend compte 
in Odttvemement ; imposieor, 

IxpoTBfficjt : Foibksse , infirmity, 
mutilation, impuisaanee ; impotentiai 

iMPouRTsa : Emmener, emporter. 

iMPOuaTiiu : D^nn^ , d^pourvu , 
qui est priv# de qiielque chose. 

iMPRiciAfcLt : Sans prix, inesti- 
mable, inappreciable. 

iMPaifticATroir : Imprecation , dia- 
l^diction ; imprectoio, 

lif paiftrACttipTTrs : Imprescriptible, 
qu*on .*ie pent prescrire , qui n'fest 
pas sujet a la prescription. ^ 

In pajBssKE lEmpreindre^imprimer • 

iMpa^svua : Imprimeur \ im» 
, pressor, 

Impiies5;ube : Marque, itnpresrfon, 
action d*imprimer. 

Iiti^oBAt^M : Artiott dd id^p- 
pronv^, de corfdamnet. 

IjiTpaopiki ! Reprftcb^i alfiktion, 
r^ritadndfe; tmepr6pner4um. 

(d mort mordante , 6 iinnroprc tmpfopir^ , 
Pourqu'ol , liela* ! ton 'dartt ne flecftirtttft ? 

IkPBOPBR^ : WchfeUl , ^Whotao- 
rt^xii^lfnprdper'dtHs. 

iMPaoPEfcifeR : Reprocbefr, d^Ao- 
norer, repriniander ; iinprapefare, 

Impubere : Q^i ti'k pAs encore 
r^ge de pubertiS. 

Impu6nation : Attaqdc , actua- 
tion, calomnie; impugnado, 

Impugkee , impuigner : Attaquer, 



INC 

combattre un sentiment, one propo- 
sition ; impugnare. 

In , ins * £xi,ce lieu, dans ce lieu- 
la; in, 

Inabruptb : Qui tie pent se rom- 
pre; inahruptus. 

IiTAcoiKTABLB : Insoctab]e,bomme 
de difficile accds , ayec lequel on ne 
pent foire socidt^ , avec lequel on ne 
p^ut vivre. Voyez Acoiktbb. 

Inacostaulb : Qu'on ne pent 
joindre. 

In AGOUSTVif aucb , incuMustuman- 
die .• Dtfant d*habitude. 

Inadyebti : Imprudent, qui a^t 
sant n^exion. 

Inca , inoara , inkt^ra : Encore. 

Ingagadb : Bravade , d^ propose 
a quek{n*ira. 

iNCAGtJBa : D^fier, braver, pro- 
▼oquer. 

Incamerer : Unir un droit on 
quelque terre au domaine du pape ; 
incamerare^ d*ouincameraeion,umon 
d*une terre a ce domaine ; inca^^ 
meratio. 

Incantation : Enchantement , 
prestige , sorcellerie ; incantaUo* 

iNCAk TEB : Enchanter ; et vendrc 
k Tencan. 

Incarnassion : Action de prendre 
cbair: incamatio, 

De J. C. Nostre Signer 
IVe savoit-il encdr nofaat , 
H^ert encor net eo btlliant, 
Mais por nostre redemption 
Priat-ii pAii hMomassum* 

Roman de Dolopatos. 

, IircASTiLAR : Fortifier, ravitailler 
5ine place; de castellum, 

Incaut : Lourd, sot, ^tourdi, 
sans ruse, de.bonne-foi, sans pr^ 
caution , qui n'est point sur ses gar- 
des; incautus, 

6 dure mort ! Mort mordant forienee , 
Jncaute mort , faube moit dangereoae, 
Conipkame de la CotfUeste dt Charrohis, 



Digitized by 



Google 



IircENDXR : Bruler, mettre le/eii , 
ineendier; uicendere. 

IircBirsAimB : Serte de plante. 

Incentif , incentive : Motif qui 
excite a faire use chose de bon coeur 
€t avcc ardeiir; incendvum. 

iKciaATioH : Incorporation de la 
cire avec one autre aubstance; de 
cera^ dont on a idXl inceraiio* 

IircEssiBLE : Qui ne pent kxre c^^, 
pris , qn*il est impossible d'avoir ; 
d'inaccessilHlis, 

In cHOAcnv : Qni eoiameiice , qui 
sen i oommencer; inchomeeitms. 

IirciPioEHHiTs : Qni coninenoe tout 
et ne finit rien ; incipiems. 

Ijrcisi : Conp^, traacM, iall^» 
decoup^, d^oliir^; indsus. 

Trit-raeliemeBi «itoit vabi 
DWe robe jnout deAguIi^ 
Qui fa ea maint iJu incisie. 

Motnan de la Rose, 

Ihgis-kabinis : £n-de9a des mers, 
dans le Cartnlaire de Saint -Manr, 
fol. a65 ; il s'agit d'nne contestation 
snrrenne entre les Religieuz derAb- 
htye de Saint-Maur, el les Hosp«U^ 
liers de J^usalem. 

iKcisTiiixEE : Insuker, manqner 
d*egards. 

IiiciTEMENT^ inckadon : Attrait , 
encouragement, mouTement; inoi-- 
tamen, incitamentum, 

I21CIVIL : InjustCj d*i>u incinle- 
meni, injustement. 

IsciTiLiTi : D^fant d'equit^ et de 
fondement, grossi^ti ; //ic£w/^tof • 

Ihcxemehcx : E^eur^ ^ret^. 

brcLxxEHT : Dor, crn^^ sans d^ 
Bience, impitoyaitle; inclem^ns. 

iHCLiNiia (s*) : Se prater Yoloa- 
tiers, appuyer, satisfaire aux de- 
mandes de qoelqu'un; saluer, faire 
la r^v^rence; i>tc/tiia/v. 

IvGLiirKiiEiT : Inclination pro* 
pension, instinct $ afifection, peo- 



INC ^ 

cbant, salut en se baissant; incUna^ 
mentum, • 

Aatre amcrar natorel i a 
Que natore at bettes cr^. 
Par ooi At lor faon d^ftiMaat , 
£t l«s alictent et norriMent j 
De ramoiir ^ont iei te conte 
Se ta yenx que je te raconte , 
Q«el est le defioitteiaeat ; 
C*est naturel inclinement 
De Tonlpir gar4<y ^n aemblable. 

Roman de la Bote. 
IircLiT, inclise, inclyte : Noble, 
iHustre , c^ebre , distingu^ par son 
rang et son m^rite 9 r ecommandable ; 
inclytus. 

IircoBOLijii : Emp^cber, arr^ter, 
s'opposer. 

In C01.AT (droit d'): Droit de citoyen 
qu'un souTerain accordoit k un ^traii- 
ger ; incolatus» 

Ivcoisvuiti yincollumit^: Bon ^tat, 
sant6 brillante; incolumitas. 
IircojiELiv. Foyez Aubain. 
IwcoHifiJiricALB : Qui ne pent se 
communiqner ; incommunieabilis* 

IvjCOviTutjlvle : Qni ne pent pas 
Itre ^cbaiig^^ invariable , immnable; 
incomnuuabiiis ; d'oii incommutaule-' 
ment, sans pouYoir ^tre cbang^ j m- 
commtttabiliier. 

IircoxPABAUx^x : Inconiparable,qai 
est sans pareil; incomptirabilis. 

iNcoMPETibiKiTT : lil^timement , 
sans competence , sans antorit^ ^ in- 
competenier. 

tocovTciTT : BA^ontent, 
Ibcovt^e , ii Vincontre : A Ten- 
contre , aupres , le long. 

IircoNYENiEVTEB : IncoHunoder, 
faire du mal on de la peine, estropier. 
Incoepobel : Spirituel , rempli 
d'esprit ; qui est sans corps ; incorpo- 
raUs; d*o6 incarporaUti ^ spiriiualite, 
^tat d'etre sans corps ; incorporaUtax, 
Incoube , incuhe : Sorte de d^on 
&ctice qui, selon le baspeuple, abuse 
des femmes ; incubus. 

4 



Digitized by 



Google 



8 



IND 



Ikgovlpablb : Innocent , qni «st 
sans Mche,iiT^prdchable;i>ic£i^a^i2^. 

Incoulpatiom : Inculpation, at- 
tribution d'une faute k quelqu'un ; 

iMcouLPEa : Inculper, attribuer 
nne faute a quelqu'un , I'accuser ; 
incu^are, 

Im cod LQUBa , ineuiquer : Faire bien 
entrer dans la mtooire de quelqu'un 
une affaire , une science ; inculcare, 

Incoues : Confiscation. 

iNcaEDiBLE : Incroyable , qui n'est 
pas croyable ; incredibilis. 

Ikc&bpant : Qui corrige , qui bl4- 
me, qui reprimanded increpans. 

Inceeper , incresper : Corriger , 
gronder, bl4mer, reprendre , ripri- 
mander; increpare. 

Car quant feax oaj tonte sa recitation, je 
ch^x «n telle febletse de cuer , qne je fas en 
pamoyaon at sez long terme. Par qnoj Enten- 
dement vicre/MM^mapiisiUanimite, me blatma 
moah de telle detfaillance de cner. 

Dance atuc Aveufftts, 

Incumbent : Pourvu d'un b^^ 
"lice, celui qui I'occupe j ^incumhenSy 
incumbentis, 

IiCGUEiB : Manque de soin , n^ 
gligence , nonchalance ; incuria» 

Indague yjrndague: Mai mis, mal 
• -v^tu , vilain , sale, qui m^rite r^pr^ 
bension. Comnie autrefois tons les 
bommes bien mis portoient une da- 
gue a leur c6\€ , on aura fonn^ cette 
expression pour designer ceux qui 
n'en avoient pas , et qui ^toient par 
consequent mal Y^tus. 

J*entends bien que litans cet mots, toob 
Tous mocqoez du rieil beuveur, et reputes 
Texpotition des coolenrt par trop indague et 
•bhorrente; et dictes que blanc Vigoifie foj : 
«t bleu fermete. Rabelais, Iw, i , ckap» 9. 

Indaet , hindart : Cabestan, 
IiTDB , x''^ * Couleur de bleu 
fence » d'azor; indicum. 



IND 

Cheraliert ann^ en batajne, 
Sur beaulx destriers trestout coiiTers 
iywmt% jrmdes , jannes , on Tert , * 
Ou d*atttret conleurt piolex , 
Se ploi piolex let Toulei. 

Roman de la Rose, 

Adonc prent TAir ton mantel uule, 
Qn*il Test trop Tolentiert en Inde , 
Si t^en afXuble et t'en apreste 
De tot cointir , et Cure fette , 
£t d'attendre en ce point lei nnet 
Tant qu*ellet toient rerenaet^ 
Roman de la Rose, parlant du Soleil. 

Ind^l^ble : Qu'onnepeut ef&cer, 
indeiebile, inefra9able ; iFidelebiUs. 

Ivdbmvbe : tndemniser, dedom- 
mager , rendre-sans perte; sinedeunno. 

iNDEPEiroN : l&tendard a longue 
queue. Vofez Pennon. 

Indices : Indice , signe , preuTC , 
temoignage , apparence ; indicium. 

Indict : Marque , indication 9 de- 
monstration; indicatio. 

Indict : Prononce , assigne , pu- 
blie , denonce ; indictus. 

Indictement : Assignation. 

Indiction : Tribut , subside , im- 
p6t, taille; convocation d'une assem- 
biee a certain jour marque ; indictio. 

Indie : L'Inde , grand pays d*A«- 
sie; India. 

Indioenat : Naturalisation ; d'm- 
digena. 

Indiot : Idiot, niais ,hebete ; idiata. 

Indies : Indiquer, repartir, faire 
une imposition. Droit d*indire :'DTo\t 
dont jouissoient autrefois certains 
seigneurs , de doubler les rentes que 
leur dcToient leurs yassaux , en cer- 
tains cas , tels que le voyage d'outre- 
mer , une nouvelle chevalerie , la 
ran9on du seigneur, le manage d*une 
de ses fiUes ; enfin ce droit s'etendoit 
autant que le seigneur le vouloit; 
dUndicare ou d*indicere. 

l!lk>isci7s : Qui n*a pas ete asses 
disoute, agite ou debattu; indeda. 



Digitized^ by 



Google 



INE 

en suspend ; au f ^minin indiscusse , 
indiscussus, 

Imdispoitible : Chose dont on ne 
peat disposer. 

IiTDispoT : Malade , d^ng^ , in- 
dbpos^ ; indispositm. 

LfoiTiDus : IndiTisible , qui ne 
pent to% diyis^ ; individuus, 

Inditis , indivise : ^m n*est point 
diTis^, mais qui est de nature a T^tre , 
en commun , par indivis; indimus. 

Ihdoine. Fbjrez Idoine. 

Ifdoi&e , indouire : Induire , ex- 
citer, introduire, d^uire une con- 
sequence; inducers. 

IifDOEMiiBLE : Qu*on ne pent en- 
dormir. 

Ihdoult : Indulgence , grace ac- 
cord^ ; indultum, du verbc indulgere. 

Indoultaiee : Celui qui partidpe 
a rindnlgence ; d'indidtum. 

iMBOwniAL : Qui yient de I'ln- 
dustrie , du saToir faire , de Tadresse, 
de la dext^rite ; industrius, 

Lrnucs , induge, induis, induisse, 
indus : Ddai , retardement , cong^ , 
Tacance ; induction, instigation ; d*oii 
iiiducietjuc, ce qui induit a quelque 
chose; inductio, inductusm 

In Duisss : Induction, Taction d'ex- 
citer a faire une chose ^ inductio. 

Ihduissxe, induizer: Avoir disette, 
^tre dans I'indigence : indigere, 

IirDirT(pre8tre): Pr^tre rev^tu des 
omemens de I'^glise, pour Texercice 
de son minist^e; indutus. 

Inii. : Prompt, Tif, aierte ; ignitus, 
Inei le pas : YiTement, prompte- 
»ent , sur-Ie-champ ; ignUopede. 

lEiBAmEAEi.x:InexprimalHe,qu'on 
ne peut raconter, inexplicable, in- 
coocevable; ineruurabUis. 
If ^ayes doBcqaet refpret k paiae 
Pour tToir U tot tel refMure , 
Ok est Tytrae toaTeniiM 
£t |o7« ininarrtMe k crolre. 



INF 9 

^ Inepti : Impertinent, sot, ridi- 
cule ; ineptus, Dans ses Notes snr la 
XVI* Nouvelle de Desp^riers , M. de t 
la Monnoie rapporte que Cic^ron a 
pr^tendu que la langue Grecque, 
toute riche qu'elle ^toit , n'aToit 
point de mot pour exprimer Vineptta 
des Latins. 

Inerguabdemeiit : Sans pr^cau-* 
tion,8ans ^gard et sans management. 

iMEXERciTii : Qui est sans occupa- 
tion , qui n*est point exerc^ , oisif ; 
inejcercitatus. 

Inexpiale : Qui ne peut s*expier ; 
ineapiabiiis. 

Inexpuokale : Inexpugnable, qui 
est€'une force k toute ^reuve , qui 
ne peut^tre expuls^ ; ineTpugnabiUs* 

Inextikguile : Quine peut s'^tein- 
dre; inexsdnguibilis* 

INEXTEICA1.E : Qu'ou nc pent d^ 
m^ler , ni expliquer , inexplicable ; 
inextncahilU. 

Infame : D^honneur, opprobre , 
ignominie , infamie; irfamia. 

Sontensemeot lerer I'm fait , 
£t Mt uonaina toate# k fait 
Hon da chapitre l*ont IkmiI^, 
Onques ne paet ettra eiooiit^, 
Monlt laldangent la tainte fam«, 
Mais ce grant blaune et cett infamy 
Sooflfroit en nom de penitence. 
Gautier de Coimi, liy. x , chap. ii. 

iNPAMiiR , iitfamier : Notcr d'in- 
famie, perdre de r^putati(Al , disho- 
norer, dUfamer , d^cner ; ir^amarei 
en bas Bret, iffam , infime. 

Inpamexent : D*une maniere in- 
famante, ignominieusement. 

Infer , infers : Enfer , s6jour des 
damn^s ; infernus; en bas Bret. ifem. 
Le po^te Berbers, parlant des Ca- 
lomniateurs et faux Accusateurs , 
a dit : 

Tant let demaine, c*est la tema , 
Que fors al plain lea tacherent , 
▲• chienf , at otsaua let laitatertnt. 



Digitized by 



Google 



lo INF 

Solement let os , «t les ners ; 
£t let Amet en ot infers. 

Boman de Dotopatos* 

Infb&vs , infers : Malade, yal^tu- 
dinaire; irfirmus. 

Infbstek : Insulter , outrager , 
presser, nuire, importuner; iirfestare, 

Imfestuatiom : Mise en possession 
d'un heritage par le Hxm ou brin 
d'herbe seche ; per festucam. 

brvKUDATioN : Infeodation, acte 
par leqael un seigneur ali^noit une 
terre , et la donnoit pour ^tre tenue 
de lui en fief; infeodatio, 

Infeuder , irifiexer : lof^oder^ 
donner a rente perp^tuelle. 

iNFici : Attach^, amiez^;f!^^^ux. 

iNFiRMiia : Casser uue sentence , 
annuler un acte ; infirmare. 

Infixer : Insurer. 

IiiFLicioif : Infliction , condamna- 
tion a une peine afflictive ou inflic- 
tive ; d*infli^r€. 

I]rFOLiATUB.E : Incrustation , mo- 
saique; infoliaturcL, 

Infomdre : Terser , introduire 
dans quelque chose » r^pandr^; in- 
fundere. 

Informer : Montrer, npprendre , 
instruire » former, donner la forme ; 
informare, 

Jnforser : Forcer, faire violence. 

Infortun ER, ir^ourtuner: Affliger, 
rendre qplheureux ; dUnfortunium. 

Infourmation : Information, en- 
qu^te; informatio, 

Infoursiat : Infortiat, nom donn^ 
au second livre du Digeste y compile 
^ous TEmpereur Justinien. 

Iif fraikture : D^sob^issance , in- 
fraction aux lois ; infracdo , d'//i- 
Jrangere. 

Infule : Ornement que les Pon- 
tifes Paiens portoient sur la tfte : 
c*^oit la marque de leur dignity et 
de leur autorit^ \ infula. 



INI 

Inpundibuli : Entonuoir; irtfun- 
dibulum, 

IifCAL : ^al, pareil; d*ou ingau-' 
ment, pareillement , ^galement. 

IircAiiBE : Alerte, vif, l^er. 

Ingenier (s') : S'aviser , inventer 
des tours d*csprit, des ruses, des 
finesses ; d^'ngenium ; en Ital. inge- 
gnarfi, M. de ^ Monnoie regrette ce 
mot , quUl trouve d*une Anergic ex- 
treme ; mais je crois qu*il se trompe 
en disant que c'est un Italianisme, 
c'est notre ancien mot engigner, qui 
vient d'ingeaium ; d'ou les Italiens 
ont fait ingegrtfrsi. -— Un jeune 
homme ^aimoit la (erame d*un de ses 
amis , et vouloit en jouir : , 

Totttetlbis U t*»i|^iitiB taut , q«*il en adrlta 
one (fiaette) tpi ioy tembU attes bonne ; ce 
fut , que t^acliant blen qu*en toutet bonnet 
entrepritet d^amours il y faul un tiers ; il te 
detcourre a an tien amy , jeiae lioniBie aaar- 
-cJiand tie drape de aey«v«t e u co i e t non BMrie, 
demeurant en one nuiton que ton pere lay 
avoit n*agaeret lalfts^ an bout du pout 
I<}ottre-Dame. Despiriers , Nouvetle XVW*, 

IncENiERE : Ing^niemx^ adroit, en- 
treprenant ; d^ingenium , ingeniosus. 

Ingratissime : Qui est tr^s-ingrat \ 
ingratissimus, 

J^kbaadaanai taata^oir oonunit crime , 
L'jngrate France, tngrate, ingralissime. 
Marot. 

Ingres (bullesd*) : BuUes qui per- 
mettent d'entnsr dans un b^n^ce, 
d*en prendre possession ; d'ingressus. 

Ingriits : Nom d'une faction qi^i 
parut en Flandre, du c6t^ de Furnes 
et d'Ypres. 

Inguinaire : SorU de peste qui, 
principBlement , attaque les aines ; 
d'inguen. 

Inhiber : D^endre , proliiber ; in- 
hibere; d'ok inhibition ^ defense , pro- 
hibition 4 imkMtio, 

IviAus , imaux : Prompt , actif , 
acd^t , courageux , vif ; Ignitus. 



Digitized by 



Google 



ZN Q 

Left frem fiit radnter C RoU tor desx che- 

vaiuc, 
A chascim fist bailUer one lance en poignanx 
Sli^or , or Terrot-jn li quiex est pins iniaux, 
£c qui miez aasanroit lea ennemis mortanx. 
Le Juge$Mnt da Salomon* 

Ihiquidenck , inquidence : Inad- 
Yertancc. Jgirpar imquidence : Agir 
sans Flexion. 

lHiTioN,<ii/cai/i : Commencement, 
enlr^; initium. 

Clotre, honneur, jnbilatioa, 
Soit a U Trinite celettre , 
Si com eat et tonjoora doit eatr« 
Sana fin et sana inition. 

Test, de Jekan df Meung, 

(Test llmlution dn Teraet Gloria Patri et 
rUio, 

IirnraiosxA : Injuiier, oCfeaser de 
paroles; injurkai. 

Ihlecitisms : Concnlnne , femme 
ili^time. 

IsifiMBm : Animer, exciter, inspi« 
TVr du courage ; animare. 

Ihiiocewtation (lettrcsd') : Let- 
tres qoi effacent toute id^ de crime « 
qui Tvndent I'innocence a quelqu'un 
qui ^foit sonp^onn^ et m^me con- 
dama6 ; diinnocentia. 

IiivocEiiTER : Declarer noa coupa- 
ble9noncriminel;//z;iocc/i/em damare. 

Et ai qnelcnn anrvenoit d'adTttitnre , 
SeabUnt feroia de Tona inttoeeniBri 
Seroit ce pna honneate ooaTertnre ? 

Oarot, Epigr.deaJnnoeeem. 

Lthvee : Signifier, faire entendre 
par ^crit ; i^innuere. 

lMaiK>aE : Qui n'a point d'odear $ 
im>dorus, 

hfomciosiTi (plainte d') : Plaince 
jadieiaire, dans laquelle on provide 
qa'on est injastemoit d^sbMt^ pa^ 
on testament, et sans cause Uptime $ 
imfficiositat, 

IhomiI : Qoin'a point de nom , qitt 
n*est pas nomm^. 

IvQUAXT : Vente p«bliq«a , ctican$ 



INS tt 

inquantuM ; en bas Bret, ineqant. 
Droit it inquani, selon RaguAu, ^toai 
nn droit d^ au Roi en qoelqnes lieux 
de Provence , qai ^oient exempts des 
lates simples, et ce droit ^toit de cinq 
•ols pour cent. 

IifQUAHTxa : Yendic k Vinqmrnnt^ 
au plus offrant et dernier encli^is- 
senr, dans I'aacieiHie Coatume de 
Bretagpe , art. 667. 

iKQUxaiLLEa : Asdgner, pour- 
saiyre. 

la^nxs, inqaSos, tnqmos, iques : 
Jusques ; usque; en anc Prov. inqio, 
mqios, inqaiot, inquiSf enquis. 

IiTQUXSTxa : Enqu^ter, interroger ; 
d'oji inquestadon , enqa^e , inter- 
rogation. 

IvQUiiTATioH : Trouble, inqui^ 
tude , interruption ; inquietudo, 

Inqvihxe : Salir, tacher, sooil- 
ler , g&ter ; inqminare. 

iHRBPAxi : Ofiens^ 4 qai on n'a 
pas fait reparation. 

IirEETExiiUMEiiT .* Ind^mmcnt. 

Imeotulee : Enregistrer, com* 
prendre dans un r61e. 

IifSABATA : Chauss^. 

Insanablx : Mot bien meiUeur 
qu*incurable , qui a pr^valu « et dont 
on se sert mal a propos ; il n'y a point 
de maladies incurables , mais insaruir 
blesy parce que curerne signifie point 
proprement , faire cesser ane maia- 
die , mais y doaner ses soius. 

Insan^ : Qui rend furieux. 

tascBasir , inserts^ : Insensible ; 
insensibilis. 

Inscibncx : Ighorance. 

Ikscibht : Ignorant; insciem. 

Ihsceitb : Intitul^e ; inscripta, 

lascauTABLE : Imp^n^rable , qui 
^•t au-dessus de la port^e de Fesprit 
bumain , ce qu*il ne pent compren«- 
dre ; ituerutabilU. 

lascuLPTi : Sculpt^ , grayf. 



Digitized by 



Google 



la 



INS 



IirscuLPTBR : Graveif, ciseler, 
•calptef. 

Insbllbh, inseler : Occuper une 
stalle dans le choeur d'une ^glise. 

Insbmcb : Folie, fr^n^ie. 

Inseitsif : Insensible , qui est hors 
de 4ens , fou , fr^n^dque ; insendhilis. 

InsiDiousBXBNT : Insidieusement, 
d*une mani^re qui tend a smrpren- 
dre ; insidiosi. # 

Insignb : Signal^, remarquable , 
illustre ; otf donnoit quelqnefois ce 
snrnom 4 des ^glises cath^drales, i 
des abbayesy &€. ; insignis, 

Insicmibb : D^corer, iliustrer, ren* 
dre remarquable, signaler; insignire^ 

IifsiNS : Ainsi. 

IifsiPiBNCB : Folie, extrayagance, 
impmdenee ; insipientia^ 

Et toiei toat aasenre que de legler, Ten 
peolt sctTOtr ptr certains sigoes , ti le grant 
Seigneur a aapience on inaipUnee, 
Us StcrtU d:jnstote,JbL 8» y, n"» 706a. 

Insolab : Couvrir de charpente 
un Edifice. 

Ill SOLENT : Qni agit contre la bien- 
stance , contre la r^le , contre les 
bonnes coututnes ; de non et de solere, 
selon Barbazan. 

Insolite : Qui est contre Tusage , 
la coutame , qui est irr^gulier , ex- 
traordinaire ; insoUtus, 

Insoluble : Qui ne pent se r^sou- 
dre, ni s*expliquer; insolubilis, 

Inspis : Regarde , examine. 

£t faia ft inspis lolonc Tensanple qne li tol 
est monstr^ el mount. 

Bible, Exode t chap, a5, 'vers, 40. 

Inapice et fac secundum exemplar quod 
tibi in monte monstratum est. 

^Instable : Qui n'est pas stable, 
qui est diangeant , qui varie ; w- 
UibiUs. 

iNSTALLiiB : Installer, mettce eo 
place f insialiare. 



INS 

Instancieb : Intenter nn proces , 
former une instance , plaider. 

Instantan^b : Qui ne dure qa*un 
instant. 

Instab (k r) : Tout de m^me, 
comme , k Texemple ; instar, 

lNSTiGEB^i>z^/^tfr.'Presser, poos- 
ser, animer, exciter ; instigare. 

Institor : Premier gar9on d*un 
marchand, premier compagnon d*ua 
ouvrier, chef d'atelier, personne qui, 
apres le maltre , a Tinspection sur 
les ouvriers, commissionnaire, cour- 
tier, instUor, 

n est appell^ instiior li marcheant , parce 
qn*il eat cnrios de i a besoigoe fere , ne il ne 
fet paa moult ae il est mestre de tareme , ou 
d*antre marcliandie ; ear H en porte anenne 
foit marcliandiea a prodes homea et la lor 
vendott, ne le leu oik vient ou Fen eschate, 
ne ne mne pas la cause de Tancion , comme en 
Tune meniere , et en Tautre que li mardi^ans 
▼ent et achete. Dooques quiconqne est nps k 
fere la besoigne est apel^ institor k droit , et 
c*est-a-dire , marcbeant i car Serrias et Labeo 
distrent a Brutus , se aucnns fet marchi^ od 
charpenter on o celi que ancnn mist et fiat 
Sire de sa meson , ou Testabli a achetier fro- 
ment , cil est tenu de tot. Labeo dist : Se 
aucuns a mis aucun a prester a usure , on a 
terre coitivier , on a marcheandise mener , il 
est tenns de tot ; et se aucuns a mis ancnn serf 
metre (mattre) a sa table, il sera tenns de 
celi sen; et nos appelons oes institors qui 
portent teles (toiles) et antres choses k ten<L« 
et itex pnet Ten apeler proprement Cbacer- 
rans ; et cil qui sont mestres des folons , des 
artriniers , et qui sont herbergeor, sont 
institors. Mss, de la Bibl. Imp. , n^ 8407. 

Institutaibb : Qui explique les 
institutes , professeur en droit« 

Instbument confess^ : Acte,titre 
reconnu , titre ayou^ , probant et 
authentique, dans Fancienne Cou- 
tume de Gaussade , de Fan i3o6. 
f^oxez Cayieb. 

Insubbes : Les Gaules Cisalpins « 
duns ia premim Lyonnoise; les peu- 
pies du duch6 de Milaii> lea Lon- 



Digitized by 



Google 



hismrttK : Souffler dans nne 
^UMC) faire entrer dedans ; insi0lxre* 

Ihsule : Ikj insula. Insuiette : 
Petite ile. 

Ihsulsb : Sot , fat , fade , imperti- 
nent, niais; insulsus. 

Qoaad die fat compante , U Roche Hiobim 
Wy ▼» dire : Yien^ , grot animtl brutal , 
idiote 9 inepte, ( impertinente ) insube ,^n^i' 
gemle (badin) , imperite , et toiu lea moU dn 
Donat *. Desp4rien, XKP NoweUe. 

* lirre contenant let dement de la kngne 
bOoae ; aioai appeU do nom de ton autenr. 

IKSVI.T : Bruit, tumnlte, ^meute. 

Iirsin.TATioir : Abord , attaqne , 
insnlte ; insuluoio. 

Ihsuppoetint : Insupportable 9 
mpatient. 

Ihsu&eectioh : ^^vation, lian-1 
teor; insurrectio. 

IirTBi^LECTiBiLiT^ : Intelligence. 

IvTKHDisE : Intitule, pr^mbnle, 
citension; mtentus. 

IvTBKoiT : Intention , Yolont^ , 
production de preuTcs , moyens , 
pieces employes dans un proces, 
dcmande forra^ en justice , plai- 
dojer; intendo. 

Priont pour le Prince tutdit , 
Et entoiTont ton intendit, 

Insenpdon qu'on trouvoit dans tSgSse des 
SS. Innocens, h Paris, 

Ihtbmou : Assign^ , marqu^. 

Inteics, intense : Qui a I'esprit 
attach^ k quelque chose , attentif , 
^tendn , considerable , tendu^ band^; 
ittUmus. 

Ikteein : Parfait , entier ; integer. 

Imteeinance, interinence: Ent^ri- 
nement, enregistrement. 

Ibteeinee , interinner, interriner: 
Kendre parfait, entier, accompKr, 
ex^uter , mettre la derniere main ; 
integrare. Bans le style de procedure 
on dit enterinet; on obtient des let- 
tres de grace , on prend des lettres 
de rescision contre dts transaations, 



. INT iJ 

partages; on les porte derant lA tri- 
bunaux pour les faire agr^er , les fairo - 
entSriner, y mettre la derni^e main. 
J*ay met hoatib et mortelz inttnimeus 
' Pour met exploit k cop intermer^ 
- Et tant Titer a raltont n'argument. 
Fait let Tivant tant arrett deffiner ; 
Et n'eat Tirant qui tf ^ust adeviner 
Comma je prena matntetfoit let homalnt. 
Dance atuc Aveughs, 

Intbbjbttbb : Entrem^ler, par* 
semer. 

Ikteembtteb : Diacontinuer, in- 
terrompre, cesser; inter0ittere. 

Ibteemission : Cessation, inter- 
ruption , discontinuation , relAche ; 
intermissio, 

Inteenel : Interne, int^eur;^ter* 
nel; intematus. « 

Inteepes : lAehiy rel&cb^; inter- 
positus* 

Inteepolatioh : Insertion de quel* 
ques n&ots et m^me de quelques phra- 
ses, dans le texte d'un manuscrit; 
interpolation 

Inteepolee : Faire entrer, insurer 
des mots , r^tablir, r^parer, rajuster, 
interpolare et interponere. 

Inteepos, entrepos: Interruption , 
rel&che ; interposition 

Inteepoulateue : Celuicpii ajoute 
4 un ^rit ancien ; interpolator, 

iNTEEPOUsi : Interpose , pos^ ou 
mis entre ; interpositus. 

Inteeeex, interroi : Qui jouit pen- 
dant quelque temps de Tautorit^ su- 
preme , R^ent d'un Etat ; interre.r. 

Inteebupte ; Discontinue, inter- 
rompu ; interruptus. 

Ihteetaux : Inlcrvalle , espace ; 
intervaUum, 

Intestat ; Celui qui meurt sans 
BToir fait de testament, sans s'^re 
confess^ , et sans avoiv re9U le Saint 
Yiatique. 

Intituleb : Accuser , imputcr 
quelque chose k quelqu'im* 



Digitized by 



Google 



14 INT 

iNTXTiris : Opprobre , afitront , 
outrage. 

Intra : Entrez , Tenez. 

Int&aage, intrage, intradge , in- 
troie, introie, introit: Droit d'entrcr 
dans Ics for^ts , droit d'y mcncr p4- 
tnrer lea be$liaux ; ce qu'on paie en 
entrant en poasetaion d*un bail a cens; 
d*introitus. 

Donne k Jeluui de U Koye , pAroJMe de 
S. Meymj et a tea anccesiears les intraiges 
en MS foresU de Born et de Plaigae , mole- 
nant zxx solf par an , et un testier de ftibade 
merare de Seg^, portable an grenier da dona- 
teur , pour alnsinc que kdit Jeban et let tient 
7 promenent lenr bestail tint grot qne menu , 
ensemble prendre du bolt mort, ou tombe 
par impetuottt^ de tempt , et det boit pour 
battur maitona et granges. 

Titre dUne donation fcite^ le ik^fihrhr 1 33« 
par Jehan de Bretaigna , Conte de Pentkiwre 
et de Perigord, dans le tome a des Mss, de 
Limogei, 

Intraule : Qru entre avant les au- 
tres ; intreuius, 

Intran s : intrant : A I'entr^e , an 
commencement. 

Intrahts : £lecteurs du Recteur 
de rUniversitd de Paris. 

Imtrer : Entrer, p^n^trer, s'insi- 
nuer ; intrare; en bas Bret, intra. 

Intriqoer : Emp^lrer, embarras- 
ser, embrouiller ; A'intricare, 

Introditemeht : Induction , insti- 
gation , assignation ; ^introduction 

IifTRODUiRE : Rendre capable , in- 
dustrieux , instniire , enseigner, ren- 
dre sage , pr^voyant ; engager , s^- 
duire ; introducere, 

Introduit : Industrieux , sage , 
prudent, avis^; d'introductus. 

Et c^o que tu Ttt el teconde tounge appar- 
tenant a m^Itmet celle chote, €1 c'ett le juge- 
ment de fermet^ » et por oeo que la parole 
Den aoit £aite ef pA«a leglerement enplie. Or 
porttie U Eoya un jMige home et bien wCro- 
duit, que U porT^ie la terre de Egipte. 

Bihle, Genise, chap. 4x , i^rj. 3a. 

Quad autem vidisti seeundb ad eamdem 
rem per tineas somniym : firmitatis judiemm 



est, eh fubdfiat sermo et Dei, 'vehcius im* 
pleatur. Nunc ergo provideatRex virum so- 
pientemetaAnMtriom , et pr^fidatmun terrm 
JEgxptL 

Introite : Entree ; introitus. 

IiTTROJE : Prise de possession d'unc 
charge, d'une terre; droit d'entr^e. 

Introunisatiov , inthronisation : 
Installation d'un ^v^que dans son. 
diocese ; du Grec en , dans , et de 
thronos, tr6ne. 

Intruire : Introduire , faire en- 
trer; introducere, 

IiTTRURE : £tablir par force, par 
ruse , et contre les loi»} intrudere. 

Intumacion : Intimation , insinua* 
tion; intimtuio, 

Intaoer , inpaisser : Rayir, enva- 
hir, usurper, attaquer, assaillir, sur- 
prendre , s'emparer ; invadere, 

iMYALiDiiR : Rendre, declarer nul , 
sans force, sans effet; d'invaletudo* 

Intas^ : Obs^d^ , poas^6 par le 
d^mon; invasatus, 

Intaseur : Agresseur, attaquant , 
assaiUant; invasor. 

iMY^siRitE : Offensif ,propre a Tat* 
taque ; invasibilis, 

IivvERTiR : Reirrerser,tran«porter^ 
changer de place ; inpertere. 

Intogateur : Enchanteur, sorcier, 
charlatan. 

Invocation : Enchantement , sor- 
tilege ; invocatio. 

Involution : Difficulte, embarras ; 
involution 

loL : (Bil; oculus. lous, les yeux ; 
oculi. 

Ipr^aux : Espece d'orme a larges 
feuilles , qui est originaire de la ville 
dTpres; d'Ypra. 

Iqual, eu^l, iquel , ivel, itpelT 

Semblable , pareil , ^gal ; €eqnalis. 

: Iraonb, iraigne , iraignee, irai-^ 

gnie, irantaigne , iregnie : Araign^e , 

tpile d*araign^; aranea, araneum* 



Digitized by 



Google 



IRE 

— Un de nos pontes pariant St% Che- 
Tali«rs de Saint Jean de J^msalem , 
a dit : 

A gnat b«soiag g mrre * w vawt , 
C*e«t haerre qui tost root et fant, 
AttMiDC leglerement t^en rait 
Com Tnerre que Tim^^ne fait. 

BMeGmot, 

ImASCtr, irasciis, trascMz, My ireus, 
ireuz, iri^^ iriez; an fhninin irascue, 
ir^ , iri^e, ireuse : Piqu^, lldi^, 
trriU , en colore, en oonrronx , pas- 
mtmni , f nrienx , chagrin , prompt a 
a'altniaer, k s'enflanuner ; iracundus, 
bxuus ; en anc. ProT. irdt, 

£t qwnt rercnar ae le Toieal , 
Bieo Mraat Trii— lent «t etoi/HUt 
Q«e 11 est 4aspiMs et perdas , 
Se sont doleos «t inuem, 

Le Purgmtoif d$ S, Pmpiee. 

Ieasqub, lisez irasqiie : Flich^, 
inrit^, en col^rtf 

A ees paroJei est Temie 
La Rome tottte irasque , 
Qui moult fot arenaat et bette,' 
Ja aToit ai la navrdlt. 

MomoM de IMtpatin, 

Ibb, vror: Colore , eonrronz , em- 
portement ; ira. Barbazan et la Mon- 
note s'^nnent fort pourqnoi on a 
banni ce mot de notre langue , ponr 
J aubttitner eelai de colere % qni k 
peine y est analogue ; cholera signifie, 
fatle, dibordement de bile, coiique 
iMlieuse; quel rapport a-t-il aTec ire^ 
mooTement violent ile Tefprit , pas- 
don Tiolente. ^ 

Ifc weaici pat, A $ir« , 
Jae reprenar^ en ton w^ 
May, qui t*ay irrtt^. 
Murot, Pi. 6. Cett la ttaducL de Domina , 
aa in forora tao argaas me. 
Car la trarail et la destresse, 
Et la pesance et les ennolts , 
QnVUe atoit de joar et de nults 
L*aTo!ent laite monlt janair, 
Et pasly t BMigre devenir ; 
Onqnes^ersonne tel auntire 
9e soffrit , ne n*ot si grant ire. 

Roman de la Rose* 



IRE i5 

\%t : FAdh^ , en eol^re , cb aonr- 
rovx; iratus. 

An milien du mnr Je tis Halne 
Platae de courroux et d*ataiae , 
lrd9 emok , et moolt moaverassa , 
£t ooorcccuae et tenoeresse. 

Roman de la Rose, 

lascoir , lisez iregon : H^risson ; 
erufoceus. 

En Bestiaira a moult k dire 
Grant assample et boae matire , 
£t sentence , et bonne raison ; 
Or Tons diron de Virecon , 
Qoi aemble bien un poroelet. 

Le Bestiaire. 
laixMBNT , iriSement, iriement : 
En colore, avec fureur; irate. 

La Damoiselle oyant Lysiart son propos te« 
air , lay repondlt moult irdemeni, et lui diit : 
Sire, salches de la reqaeste que fait m*atez« 
at que eacoras eontiauex faire, me tourae k 
tris-grand desplaisir. Gerard de Nevert. 

laiBR , trier : Mettre en colere , 
fMier; irasci; en anc. Prov. iransir. 

Ibbsoitt, lisez i resont : Y sont en- 
core 9 il y a encore ; itertm sunt. 

Autre iresont qui n*ont qu*nn mil 
Enmi le froat der et vermeil , 
Si a ana antra qai le m 
Et la boncha enmi le pis , 
Et an osil en chascune espanle 
Cui la nea en la bouche araule » 
Et out soie for le uiui el 
Ainsi com le dos de porcel. 

L'Image ilu Monde. 

ImssTBE n&tre en colere. 

Mart m'a qni ai Ta let irestre 

* Roman de la Rose , vert ^^ 

laBTiGB , iret^ : Heritage , iMens 
qni adyiennent par soccession , le 
Uen qo^n a de ses peres ; hofreditas* 

Par cette familleuse rage , 
Casta tout mnebre * , et iretage, 

Wtamorphoses <f(Mae, Mlis. 
* An lieu de muebre, il faut lira mmeble^ 
meubles , mobiliar ; ils aignifieni , que oetta 
rage effr^^e glte tous les biens , tant mobi- 
Hers , que fonds ; heritage se prend toujonri 
pour biaaa fonds. 



Digitized by 



Google ^ 



ifi IS A 

IaEi*Ainc«3isNT : H^r^Uirement, 
par droit d*h^ritage ou de succes- 
iion; hoBredUane, 
■ Ieeur : Colere , emportement. 

I&EUSBMBNT : Avcc coUrc , avec 
foreur, en colere , d*ane maniere fA- 
ch^. fb/» Ie^ement. 

laii , iriet, iriez : Courronc^, cha- 
grin , fkch6 , en colere , enflamm^ ; 
inUus,' 

lai^MBNT : Avcc colere, avcc cour- 
ro^x; irate. 



Moult U ledeage, moult Vm, 
Iriimentyae. ton chief 
Que detpoIUie iert dercchief. 

Gauder de Coimi, Up. i , chap, zz. 

laiEE : F4cher, chagriner, conr- 
roucer; irascL 

Ieois : Irlandois. 

Iee^cupeeable : Chose qae Ton 
ne pent pas retrouver. 

Iee^feacable : Qu'on ne pent 
contredire , qu*on ne pent r^cuser. 

Ieeesistilb : Irresistible. 

lEEEvEEtNOEE : Manqucr de res- 
pect. 

Ieeisbe : RaiUer, insulter ; irridere. 

Ieeiseue : Railleur, mauvab plai- 
sant , moqueur ; irrisor. 

Ieeisio V : Moqnerie /m^pris , d^ 
rision ; irrisio. 

Ieeitant : Qui casse , qui annulle ; 
uritator, 

Ieeitib : Cass^ , annuls ; irritaUis. 

Ieeube : Se lancer avec fureur, 
fondre avec impetuosity ; irmere. 

Is : Sors ; exi ; 4 rimp^ratif dn 
Tcrbe issir, sortir; A:ire, 

Or tost, di»t li RoU, mauvali sert* traUrc , 
is fori de ma terre. 

Roman des sept Sages de Borne, 

IsABEAU , Jsabelle, Isabeou : £li- 
aabeth ; EUsabetha. 

IsAMBEUH : Sorte d'etolTe. 

IsAirnoE : Porte de fer grandc et 
forte. 



ISN 
IsENOEiir : Le loup ; en bas. lat. 

isengrinus, 

IsEiroEiNS : Factieux qui s^eieve- 

rent en France tons le r^gne de Phi- 

lippe-Auguste , et qui piUoient les 

bergeries. 

IsLAYE , isioie : Isle remplie de 

broussailles. 

IsLois:Qui habite une tie; insuians, 

IsLOTE : Petite ile ; insula. 

Ism EL , isnele , isnelle : Agile , 

dispos , l^ger, vif , prompt ; au plur. 

isneausy ismaus; ignitus, igneus, Isnel 

leptu : Promptement, sur-le-diamp ; 

ignito pede^ ignito passu. 

Saint Pols en ot molt grant angoUse* 
Tomes s*en est isnel Uptu, 
Si a encontr^ Saint Thomas 
Qui ii Saint Pierre se conseille. 

Fdbl, du FUain qui conqulst Paradis 

par Fie t, 
Ele respont isnel ^ pas. 
Sire, ce nou me oites pas. 

La Chastelaine de Ver^, 

IsvELEUEKT^ isnellement : Promp- 
tement, Yivement; igniter. 

A Tarbre Tint isnelement, 

'A ses denz mains Taert et prent. 

FabL de fUmcome et du Serpent, 
Dampnex seras sans finement 
S*orendroit tout isnelement. 
Tons mes comandemens ne fais. 
Gautierde Coinsi, Uv, x» chap, 16. 

IsNELESCE , isnelece , isnelete : Vi- 
vacity , vigueur , chaleur , prompti- 
tude » activity; d*igninis, 
Fn-U blen esparmentec , 
Et k grana^^stes esprores 
De hardement et d*itne/ece, 
De tot engjg, de t6t asprece , 
Tant ert delivres et legiers, 
Qu*an sa pent aToir bons leTTtert . 
Partenopex de Blois, foL i65 yV,coLt. 

IsNiAus, plur. ^ isnel: PrompU, 
vifs , alertes. 

Tant que la Inne se decline 

Si com ses coors est plus isniaus, 

£t lors la refiert li soUA 

Et de ses rais clarte li rent. 

Vtmage du Monde- 



Digitized by 



Google 



ISS 
Ift&Axi. : Nom d'nne pierre pr^- 



Issv : Sorle ; exeat y subjonct. , et 
present de rindicadf da verbe issitf 
soitir; exire* 

l9Siim«,<>yiftf/:Reiitet9reYeiiiis en 
argent; d'exUus, 

IsssHT : Sortent , au pluriel da 
sabj. €t da present de Fiiidicacif da 
verbe itsir, 

Iissm , hisser : L4cher an dden 
centre qnelqa'an , le faire sortir cen- 
tre loi ; sign^ ansfi , grefie d*arbre ; 
^ejcire, 

lux y isinc, issint: Ainsi, except^ $ 
«c, ita; en anc. Prov. issets. 

IsftiFAiTE , lisez issifaite : Ainsi faite. 

£t sH U rente ton Seignor ad prise 
Par TiTre sei del snen en tnn senrUe t 
QottBt U tert en issi/aite fnite » 
£eC T1U ftTis k^ele deiTe ettre guise. 

jRonum des Boma/u, strophe 173. 

Isfim, essir^ exir, uscir: Sortir, se 
r^irer, a*en aller, partir; exire; en 
anc. ProT. issir, 

Tnit U hAot htome de la terre 
Tout aprit hii , ti a tel prette 
Qoe Ml un apr^ kii a^an lease, 
8t fnrent eam^ 4 nenf mile , 
Taat i iuirtnt de la Tile. 

Roman de 'Perceval , foL 84, it*. 

Sire, fis-je, poor Uien merely 
ATaiift qne toos partes d'ici 
Toe eomandemens m*e^cliargtex , 
Je sols de £aire entalentez , 
Car j*eipoir , se ne lea saroie , 
Toat porroie iuir de la Tole. 

Boman de la Base. 

litia jsubtt. : Sortie, issae; exiius, 

\ Maia jene Tons 7 menraipaa, 

Paorcie ffl*a nie le pas , 

A Viuir le me deffendi. 
1 Roman de la Rose, 

Imoeba : ATeuglery rendre area* 
I gle; snppiice en usage- aax xet x&^ 
siedes. 
Imux ; £njEant , deKendant^ reve** 
11. 



ITA 17 

nas , rentes , prodnits des terres ; 
d'exttus ; en anc. ProT. issid, issue , 
fin ; en bas Bret. icsu. 

Issue : Droit de sortie snr les Tins 
et autres marchandises qu'on trans-^ 
porte ailleurs; d'exiius. 

Issue : Terme de guerre, sortie 
qu^on fait d'une place assi^g^^. 

Issue (droits d') : Lots et Tentes ; 
ce que paie le vassal qui sort-de des< 
sous la juridiction de son seigneur; 
d!exitus. 

IssuGii : Sec , a sec , dess^ch^ ; 
exsiccttitu, 

IssuoAE : S^cher, mettre 4 see, 
dess^cher. 

1st, du verbe isur : Sortir, il sort ; 
exit. Istra, il sortira \ istrai, lortirai i 
,iitroU, il sortiroit. 

M^ n n'l stst pas longuement , 
De l^ns ist et si descent 
De la meson , et si s*en va, 
A la Dame point n'anoia 
Qoant son mart roit avaler. 

FaM. des trots Bofus* 

Compaing , i ce conaell m^aeort, 
Jamaia n'istrai de rostre cort. 

Boman de la iloic . 

1st, du Ycrbe ^tre : Sera, erit; 
il est , est, 

IsTAUssB : Eustache , nom propre. 

IsTEAi : Je sortirai; istrez, tous 
tortirez; istra, il sortira. 

IsTEX : Sortir, s'en aller ; exire. 

Lots en p^nssiez Toir istre 
Sans qnerre pMkches , ne ponclana , 
Arbalestriers k grant monciaos ; 
Les arbalestea he potns prises, 
Et les targes an cob asaiaas , 
Ou il 7 a direrses telntures, 
Saillent en mer jusqu^aus ceintures. 
GuUlaume Guiart, 

Ita est : H est ainsi ; mots pure* 
ment Latins. 

Ital , an plurier iuuis, itaux : Pa- 
reil , semblable ; tcUis. 

Itakt : Aio^i aussit6t, d*aatant, 



Digitized by 



Google 



i8 J A 

de mtee, par eeUe raifon, par ee 
moyen; ita^ Mne, 

Molt lui eniiitf ke 11 pcre tH tant, 
De eet k*iiiir qa*il tait tt%«i|d«uit 
Li quel de nas Ini Tolt eitre gtraql, 
K*il ne feiseit homecide en iitoiif. 

Roman d^ Romans, 

Iteil , itel; an plur. iieujs, ineux, 
itex, itiex : Tel , semblable , le m^me , 
de Di^me; taiis. 

If *eft pat honorec 11 moailerft 
Oik ieiex gent chante ne bruit , 
Je ne di pas quails soient tuit 
De tel manlere com je dk 

LaBM^Omot, 

Itex : Tcllement , semblablement, 
decettenianiere,decette sorte; taUter. 

Iterato (sentence d*) : Jugement 
portant*contrai]ite par corps, ponr 
une somme exc^dant deux cents liv. 
et qui n'anroit pat ^t^ pay^ dans 
un d^Iai convenu; d^iterato, iterum. 

Iteree : K^It^rer, recomm^ncer , 
refaire , redoubler \ ilerare. 

IvisriRAiRE : Prkre que devoient 
dire les Moines , airant d^ partiir pour 
quelque Toyag« ; itmeranmmu 

Itrohe : Hydr«pisie , selon Borel , 
qui cite Gauvain \ hydropisU* 



I Kt 

luii : AmJMMrdlun; hodie, 
luBL : (Bil ; oculus. 
Ite : Hetb« appel6e esoeiM do lerre ; 
thus terrm* 

It^ir , ivery loemage, yver^ yptr^ 
mmgt : Hiyer^ Ued qui se seme dans 
Fautomne, qui reste «n fterre l<mt 
lUivar, k k diff6r«nee des anfres 
ffaiBf BMBitt^ mmntscheSf qui ae 
s^ment en mars , ou bledt tremaU , 
panit f»*il« ne siont que trots mois 
•A terre ; de hUmt , hibemum. 
Beax ib,pur IH te pride Toir, 
A la formie apreu taToir ; 
Qui en et t^ Ta pourcha^ant 
Doiit el puiue tirre en avanC , 
En escd qonkl el fait qtt* «ige\, 
D#*a paJyM« ^r* tn Vvermmgt. 

Le Castofement, 

Itel : iTraie , mauvaise berbe. 
Iverkax. : lyhi^er, qui appartient 
a TbiTcr \ ktenudis. 

Itibrb , iwire: iTOire; ekmy, a Tabl. 
ebore; en anc. Proy» iuls, iulh^ 
Sc f e TOk dedairo h po«»tr^iv*» 
n fist on image d*i¥lere, 
£t mist an fere tele entente 
Qa*elle fu •* plaiaaot et g«nte, ' 
Qa*elle semUeil esm ausai vive 
Qae la plaa bale riwia (elMse , n^ qwi tWc. 
Ammm 4U la /?«He. 



J : U , je ; il avoit encore la signifi- 
cation de ly seul ; ici , lil , en cet en- 
droit , en ce temps; hie Hie. I pres : 
Ici prfes. * 

Seignor , fiut-il , je Toa loeroie Wie chose , 
ae Tos i accqadaa. FUh-Utwdouin. 

Ja ^J€tz : D^j4 , soit , ce que , quoi- 
que , pas , malgre , mais , point , ja- 
mais \ jadis , autrefois , dans la suite , 
maintenant \jamyjam(ties. /a, a fa : 
Pour jamais , a jamais. 

Fib , tu moi fais dolant ; car se nos n*ejs- 
sions hui c^est jor,yVK demain n'eitseront mie. 
im Dialogues de Si €r^goir0t /«r. i^foL^, 



11 aTlnt ja en llandrea <pl*ot mi Chevalier Tort , 
Qui aimoit une Dame , de ce n*ot-U pas lort. 
FMUm da Tort oontn h Tore. 

Sire , por Den ayez de moi merchi , coenrre- 
fus aMneni'/et, et je terai prise. 

Roman dts sopt Sages de Rome, 

Jaasou , jeuuour : Inslrumatt ou 
b&ton dont se serf le labonrem* pour 
6ter la terre qui s*attache k Ta ctttfrrue. 

JiBOTiiR : Parler, causer. 

JiQEiraa : Vaettnce, actioA d^at- 
tmdlfe^ 

Jacence ^jacente : Jacinthe , bya^ 
eintliev fl«ue printaaMiv bk«w et 



Digitized by 



Google 



JAC 

Llanche^qn'ott appeltif gtf iidlf eh Bour- 
gogne ; pierrc denii-pr^dieuse ; hjra- 
dnthus , janihis* 

J ACE RES ^jdcheries JacJderei , jac- 
qtderts , jtupdmi : Tetre* en fishes, 
terres qui , apres avoir et^ sem^cfs eh, 
bled one aim^e , et nne antre flim^ 
en menus grains , ftrohief otge , sar- 
rmzm « we re^cs^nt hi trenMtAej ^4ur 
let ^endre phis fer tiles ; de jatere, €t 
non de vacate, comme le dil ftoret. 

JAcnEKEa : Donner le preHtieir kr- 
Bour a une terre qui a*eat rep6s^ 
une ann^. 

JilzHEa , JaiAe's, Jakes : ^JacqUes , 
Jacob « Uom pfopre; Jaoobift. Boral 
le d^ive de latdhuf, diett de> Paiena, 
comme Jean , de /aims$ Juyiker, de 
Jeova; nom di^in. • 

Mkes d*Av«fii«t 9^^ mora 
Qoi bien f e fa •• Tun amorf . 

Phii Mouskes,/oL 5a6, F"". 

lLcia.ikkk€^a6quem<iHjakemaH, 
jaq&tefnary jjdquiimaro'i jiUfHehHitt : 
Figure de fer on de f^Ate , tepr^eri^ 
tant UB bojnme arm^ de tomles pie- 
ceay qu'^n met a o6t^ de^ horlog»s, 
aTec un marteau k la maifiy pottr 
frapper aur \e timbre et sooner les 
heures; ainsi nomm^ede so|ikinvc»- 
teur, qui s'appeloit Jaoques Mih\:. 

Ja^ois : Encore que , qnokfue , 
eombien que \ en ane. Frov.Jhacia , 
jhada'aisso. ^ 

Sire , 6e dist Ge'rArt , ^res sill de faire 
Titatr^ voloir,yabMk tjue ^ chaikt^ ti dancer 

Roman de Gerard de Napert, 

Sicotr : Reposoic, doirmxrft; de 
Jacere, Jacoit que , jacoit ce ^t , jOr- 
$€it ce que : Quoique , cothbien que, 
malgr^ que , soit feiV tout arFheur^ ; 
/am rfr. 

J ACQtf E , JacAe : Pwitc casaque pi- 
qii6e qu'on flicttoiti mjfcm la ranrtse , 



«ors^«t , eott6 , eofsM ^ kabit. Jatque 
de maUie : G«it« de mailles. Fofez 

lA^tS^ 

Et dUt It Ca^aina , if z ^ S la diatfde^ 
A tOeJ^M ndfre plM c*aiie crei^afllitt, 
St qai pan* k ao» coVw>« grante 9mpd0, 
Fiede du Gue$etm, 

jAQQUsaiB : R^Yolte qui eut lieu 
em i35^; elle fut aiWn nomm^ de 
itfH chef, qui s^{fppe)6it Jafcqu^s ; d'oii 
Jcusquiers y les s^iiieux qiit patlict- 
pereni k celte r^voltej en bas Bret. 
jaeqer, pers^uteur. Foy. Ja^^ieik. 

Jac^^et , /aeqUette : Habit ifuel-' 
conqu^ , dhiiiftttif WJatque. 

J ic<^toirs CK QtfK : MaJgr^ ce que , 
tiiobobstant. • 

Jacqvomaite , fdi66ifiate : Voih 
propre d^ femme , le f^minin de 
Jacques. 

Jactavce :.Lotifl«lg«, vaniv^, o^ 
tentatitnlr, i^strUe gMre^JaeiomiA. 

torn le perdt •e'tn' et' mem'oTre , 
Quatirpddr dn p^tf de vaixri ^Idli^', 
Par coQToitiae et par jseUPW, 
Gaerpi ma foi et ii* or^ance. 
6i*fA0»- de Gomsi, Miracie de Tk&^Oe, 

Jktttn^i^ 3 Pert^ , domnuigey mal^ 
•b^ip, infortuue; fmtuta. 

jAcnzivi : Droks d^s a un ^y^que 
pour son^ Ay^^iHeiK Au si<6ge ^pb- 
copal. 

Jau AU , jadaiiht , jddeau , jacUau .- 
Mat, jalte^, ^duelfc,* s^biie db bois; 
et hanap , suivant Rabelais ^-^tftalte/ 
eii ba^ lat. jadeUuf. £t9 juneii et 
^ueiresf ^(Attit f^€i ave«' le bob 
d'amfe , qti'on app^Me en derraSn^a 
pT^b^inc^s verg^ , -vefne , qui eit 
Mag^^tiftkA iOttStcj^ce^'tt ptopte a 
fUte des^ sabots': H droit suir ks bords 
des rui*efltt3C. Le Jadatt ^oit aussi 
une ^cuellie otf tf^biie qui- sen aux 
pressoirs'pbuif ^uiser le viii dans la 
cuvett^ qui est dessous , pour emplir 
les seauK ^ da qvelqpia boi* f n*elle 



Digitized by 



Google 



%o JAG 

soit, ellc dcvient rouge a force d'etre 
daBS le vin , et c'est par cette raison 
que I'on dit dans les provinces, ct 
aur-tout en Bourgogne, en parlant 
d'un bomme qui a le visage rouge y 
il a le visage rouge comme ixajadeau 
de pressoir. 

Feste Dieo bayart, dist leMoyne , I'Enfer- 
mier de nostre Abbaye n'ba doncqieab tette 
bien caicte , car 11 ha les yeulx ronget comme 
unjadeau de vergne. 

Rabekus^ Iw. i , chap. 3g. 

En aaltre , cent formes de voyrres k pied , 
ct Toyrres a cheral. cuT^nlx , retombes, 
Banaps , Jadaulx , salemes . tasses , goobe- 
leu , et telle semMable artUlerie bachlqoe. 
Ibid. Iw, S t chap, 3^, 
S*fl ( Qnaresn^-prenant ) ronfloit , c'es- 
toitnt jadaulx de febres frexes. 

Jbid, iw. 4 9 chap. 3a. 

Jams ^jaidis : Anciennement , au- 
trefois , il y a long-temps ;ya//i dies. 
Jafupieeh yjqfuchiere : Jachere. 
Jafust , lisezja/ust ; D y a long- 
temps , quoique , outre que , cepen- 
dAnl\ jam ftuL 

Jacak. F'oxez J^AHS. 
jAGLiAU,/ag^Viaf:Fleurdeglaieul, 
espece d'iris , qu'on nomme en cer- 
tains endroiu/fa//i/nex. Voyez Glai. 
Tant com jaspe sormonte Tor, 
Et li lis la aenr d^jagliau , 
Et rose fraiche proonclan. 

Ovide , Mss. citdpar Borel. 

Jaclohnke : Bolte dc foin , de 

paille 9 &c* 

Jagokcb ^jagonces : Grenat, sortc 
de pierre pr^euse, de couleur rouge 
non fonc^ ; elle a tant de vertu , 
suivant VtLUieuT dvL Lapidaire , que 
celui qui la porte n'est jamais en- 
dommag^, et par-tout est bien re^u. 

"Oonjagonee greaas de Sarde, 
ATOns pris en la Bible garde i 
Des doure pierres et leus (lu) 
De Dieu et premiers esleus : 
Voir en dirons sans contredit , 
Si con Tanctoritcs lou dit , • 



J AI 

A cui CIS romans s*appareiUe« 
Saingle color , gentll merveille. 

Le Lapidaire. 

Jai : D^ja \jam, Jai ce, encore que. 

Jai : J'ai ; ha^o ; jamais , point ; 
absit, 

Jaians , jagan , jajiant , jayans : 
G^ant'ygigfs,gigj^ntis. 

Adonc loiVuoiKaconraiTtt Tristan an grant 
cours , et lui volt lancer t*esp^ sor Ic col , 
mais Tristant l^aiant t^u , il ganchit la teste 
de son destrier , et eschera par la le colp qol 
tnroit est^ morteux. Roman de Trisum. 

Jaigques : Rebelles , mutins. 

Jai DIT : Jadis , autrefois. 

Jaie yjaiet : Geai , oiseau ; de gra- 
cuius, Jayeiy pierre, fossile fori noire 
que Ton taiUe pour faire des bauton», 
des colliers; gagates, 

JkiBV yjai'n : Vin nouveau. 

Jaiees : Jacob, nom propre^ 

De ceu si dist S»in%JaiAes, lo matm , dist-tl , 
me respondent ma jnstise. 

Sermons de S. Bernard ^ foL a3. 

Vndi et sanettu Jacob €ui : eras respondc' 
bit miki justitia mea, 

J Aii^Ao^ 9 Jaillage : Jeaugeage , ac- 
tion de mesurer les liquides , droit 
de jaugeage. 

jAiLLE,ya//e : Vase de terre, jauge, 
mesure. ^qxez Galloh. 

Jaillir : Jfetcr avec force , lartcer ; 
jacmlare. . 

Jaime , Jame , Joines : Jacques , 
nom d*bomme. 

ZkiVyjaien : Vin nouveau. 

Jaikolee : laser, parler beaucoup, 
mentir et railler, sc moquer. Voyez 

JONOLER. 

Jaimgleur : Babillard , menteur, 
railleW. 

Jaiqubrie , jacquerie : Mutinerie. 
Foyez Jaquerie. 

Jaiscadohs yjesc'aidons : Jusques- 
Ik ; usque dum, usque tunc. 

Dona primei ic baii«r«iit jiitice et pais 



Digitized by 



Google 



J AL 

^i jaise^auhns n^tn utoitnt mie dMoor- 
^tte». Sermons df S. Bernard, fbl i5i. 

Se4 ee tunc iustida et pax oscuiatm stmt , 
faue non moaiei nfidebantur hactenju dis" 



JAa : Aatres; itjaix, aux autres. 

J^AiioLK , j€uole , Jaj'oie , j'aole : 

Cagcd'oiseaa, prison; caveo, caveoia, 

Qimt ce oi dit ti t^euToU , 

£t li rilaiiu qui remest Ul 

PenM le il le povoit prendre » 

Aiaez tost le porroit chier Tendre ; 

Kt te Tendre ne le poToIt , 

^nfmioie renfermerolt , 

Se U chanteroit tart et tenmre. 

Li Lais de tOisekt, 

' Jajub , Jakemes : Jacques , nom 
dTiomme ; /<icobus, 

H 9*apparenie , et muet ii monlt grant joie 
et ra last , qa*il aproce Monseignor Mint JoAe 
a mabu de deux joort. 

Roman du Cuens de Ponthieu* 

Jakemes d*Areine« tenoit le ai^ge de Co- 
rbthe. Viile^Hardouin , Hts. fd* % t . 

Jakemes Bllant ki fu nez derers ^a quiet. 
Mime Mss,Jbl. 40. 

JiLiiGE , JMage , JalUe : Droit 
idgneurial qui se leve en quelques 
endroits sur le Tin vendu en detail; 
il ^oit de trois pintes par tonneau. 
Fcjxez Galloit. 

Jalaii , jallaie : Certaine mesure 
pour les liqueurs. 

jAh% ^jal^e,jaUe,jall^e : Seau, 
jatt^, baquet, cuvier, mesure. Foj-ez 
Gallon. Dans la Gallevesche, Gallia^ 
vetus, dont Ch&teau-Thierry est la 
capitale , la jtUle est un Taisseau de 
bois a breilles trou^, par lesquelles 
on passe un gros b4ton (appel^ aussi 
jaUe) pour porter ce vaisseau , apres 
7 avoir Inis la Tendange. £n Bour- 
gogne et en Picardie on nomme ce 
▼aisieau tine^ et le b&ton ou levier 
tinet, et aiUeurs tinel. 

Jalit ^jaUet : Petit caillou rond ; 
ealcuiiis, Jrbalestre a jaiet : Arba* 
icte a Jeter dei cailloux ; Jaculum. 



JAM ai 

Jalik : Jct^ , action de jelerj/a- 
culaiio, 

Jalloit : Gros bftton ou levier ser- 
vant il porter les tonneaux des ven- 
danges ; arbres de lisieres dans les 
for^ts 9 qui servenf a distinguer un 
canton d*avec un autre , et qui sont 
sur les rives ; de j'aculum, suivant 
Barbazan. 

Jallouande : D^vidoir, givouette 
k divider le fil. 

Jalon : B^ton fich^ en terre pour 
prendre des alignemens. 

Jaloys yj'aiqx • Mesure de grains, 
de liqueurs , et de terre ; elle conte* 
noit environ cinq boisseaux de Paris. 
Foxez Gallon. 

Jamais Jamis : Pas, point; ce mot 
en faisoit deux autrefois, et s'em- 
ployoit au temps pass^ , pr^nt et 
futur; dejam et de magis ; en bas 
Bret, jatnaes. 

Jamjlsb^, lisez/amasse:raimeTois» 

Jamasse assez mieox me taire 
Et esconter, que d'estre ooi. 

Tr€ig6die de la Vengeance deJ,C* 

Jam^ltbe : Marcher, se promener, 
aller k grands pas; de^ampa, qui 
se trouve dans Y^^e ; en bas. lat. 
gamha. 

Jambs : Jambon. Jambe dupoux: 
on appelle ainsi , en anatomic , deux 
Jkevh du bras. 

Moult serent blen la gent de^oivre 
Let fames r*ODt troTees simplet , 
Toaillet , et aniax , et giilmiAes , 
Femavx et oeinttu'et ferreet , 
Fromaiges tX jambes caleef 
£n traient empres la monole , 
PliU conqoirent , te Oez me vole 
Que celes antres genz ne font. 

*l4i Bible Guiot^ parlant des Moines 
de S. j^ntoine. 

Jambse j/aire lejamht't ou la/oiTt- 
hete : Donner le croo^n-^jambe pour 
Jeter quelqu*un par terre ; et au 
figure , tromper adroitement. 
3 



Digitized by 



Google 



9a IAN 

le jarret ou la jambe pour faire tom* 
bcr; aa figur^, einbAclie, HirprUe , 
fiaetae, piige « Jac9 ; 4e cam^ 

If 'etl paf l^f r4is qui rient ^ dote , 
Car fni Mreit sa fore* tote , 
Et'bi^n U c«iwoMtvoit mop ilote» 
Vnf qui de gri |m pe %t bote , 
iCe puet a son jambet cheoir . 
Si r*e«t molt grant honte a T^Ir. 
* * Annan de la Mose , t>en 6o95. 

. I^MViSAB : Botle de euir ou de 

fer, armure de jambe ;e,B huJk- lat. 

gt^mbeiia; en BQprgp(;a^ c^ 9ont les 

canons 4e jculqtt^. 

Jam BLV : ^reyisae de nguer ; citmp^* 
Jamb : Gomme, coUe» poix, 
H^^^ gtmmefjamme : Pierre pr^ 

ci^ua^ > gemmf^. Yoje^ G^mb. 

D*aa. Coc rac— fe qui aMWita 
Spr ua fenier , at ti grata , 
Selonc nature poorclia^oit 
Sa Ti^nfle comma 4 soloit, 
^ne ehlere jame troya , 
acre ^Y'4fU Tefgarda. 
Fable df^ Q>q , pqr Marie de framce. 

JiMB , James : Jacques , nom pro- 
pee ; Jaeobtu^ . , 

Qnar Toni Tonez a nn bon SaSirt, 
Bt •! i portax roft^ ofirande. 
Que Dtex la m^oire to at rande* 
I^jime , diftJ, et jf mf yeg 
A l^Ieu et an Baron Saint Lien ^ 
£t ft^irai an Baron Saint Jame, 

FabL h la Boke 'vermeilU. 

James , lisez jarn^s : Jamais. 

jANBLAfyq : Qise^u de pfpier 

Janet^iiuis : Cavaliefi ATAM^ 1^- 
gerement , soldats anciens \junetaire 
s'est d^t aussi pour, lance , javeline. 

Janett^ : Toi^te esp^^ de fleur 
de eoul«ur btoncbe; d^ AS/Hlf ou de 
hyalinus* 

jeugUe , jenghrie : Disequrt i«<JQn<tt- 
dir^ y cri , huee , bav^urdAge « caquet , 
babil, meaaociges rapports contis. 



foarherie, flaif erie, m^disance, criail* 
lerie odieuse, plaisanterie, badinage, 
vaiMerie; joculatio. 

Ainst Jalooiie atisoit , 
Comme oil qui lofite sa Tie 
Usott 99i jangle ct en envie. 

Reman de la Base, 

Et te de Ini tos roles plaindre 
Lai coidief toos U jangle estaiadre , 
Ne le ponrrex e#poir prouTer, 
He su^fitaiw tesmoins ttqwrtri 
Et M pmeTes ariez o^«s , 
Ne se talf oil-«l |nu encores ^ 
Se plos prouvez ftUiij'anglerap 
Pfau J pardres qu'Jl p*f tera. 

M^me Roman. 

Jangleb , jangUa^y Jan^^ur , 
janglere, Janglerre , janglers ^ jan^ 
g^ur : Menteur, flttUeur, babiUard , 
causeur, crieur, raiUeur, moqueur ; 
joculator; Bar)>9zi^n le derive deju- 
gulfis , Jugular^, Vojez JoNCLioa. 

Tant paila le glont felenMnt 
De moi , at do fil Cprtoisie , 
Qu*ii fiu esreHlar Jalousie , 
Qui se lera par grant fraiear, 
(^uant ale ot pi le jangleftr^ 

Roman de la Mose, 

Jangle B , subst, : Caqnet , bavar- 
dage, rapports. 

JkiiGi.ztitjengier,j'ongler: Mentir, 
bl&mer, jaser, caqueter, bavarder, 
tromper, flatter, rapporter, d^voiler 
un myst^re , railler , plaisanter , se. 
moquer ; joculari. 

Jiie^ fait Male-boqcbe apajsier, 
Qa*aacune fois seuU-on baisjer 
Tel main qu*on rondrott qui fn arte , 
Qner Inst or U glous an Tarae , 
Sj Jf^^glasf U tant qn*il Tonsist , 
fi^is qu*aux amans riens ne tonsist. 
Roman de la Rose, 

Jahglbbeme : Babiilfurde, cau-* 
if use, Biauvaife langue. 

Janglseie : BapporU , oaqu^U. 

Javgi^is , jmn^Ty jwnf^ , /o/i- 
gUur: Bfiyard , causei^r, rapporteur, 
mauvai« p|aisant , r»ill^ar. 



Digitized by 



Google 



J AQ 

Junes ^jajudce ; Jamnme , mala- 
die ; d^hjraUnus; en bas 'Bvel. janns, 

Jahih, /oTt^ Janet y Jannin, Ja^ 
non y Jecuudn : Janot , JeaB , nom 
dlioflime ; Joannes. Oa remployoit , 
et on remploie encore quelquefob , 
comine terme de jn^ris , pour desi- 
gner UD coca , bomme qui soufire 
complaisamment let infiddit^ de sa 
femme. 

Jakie , janmr : Jannir , rendre 
jaane , peindre en jaune. Gette coii- 
leur ^it infamante ; on jaunissoit 
les maiaons des tndtres et des liches 
qni s'^toient d^honor^ par des cri- 
mes ; on jannissoit aussi les maisons 
det banqnerontiers. Que de maisons 
aeroient ainsi peiates , si cette loi 
a'eiok tombite en d^twkude I 

Jarm Aic, yawisere ; Terre can^ene 
darbrisseaux appd^ genets ; de 

Jambm f Jannes : G^nes $ ^^^^ 
dltaiie. 

JAiras : Ocndrc, inari de la fiUe; 
generator. 

Javtk : JnUe^ aimaUe. F<)y. Gsns. 

Jjjs'fi'WAMAjjantis^emme : FeauDe 
noble ; gentUisfipmima. 

Jauuel : Le mois de Janvier; yo- 
nuarius. Dans un Cartulaire de I'Ar- 
cb^T^he de Pans , il y a un bail k 
ccns ainsi dat^ : « Ge fo Cat en Fan 
de grice i3o8, ou mob de/anuei, le 
jeudi apr^s laTipbaine (l*£piphanie)». 

Japs : Arbre de aapin. 

jAPsaAxi^LB : Terme de m^pris k 
rocraaion de ce que quelqn*iin dM. 

Japi^a , liaea ja pi6^ : Dej^mis 
laog-temps, aneienaementt aulMfois. 

Ja aoojLTAKT : Malfre etla , cepan- ' 
dant , nonobstant* 

Jaqub , jacqute , jaise : Corselet , 
eotte , corset , vaste, babit , just^-au- 
corps; eapaoe d« casaque militaire de 
peau piqiUa'qu'oa mttioit dastoiia , 



J A Q a3 

et aur le baubert. On se servoit ordi- 
nairement de peaux de cerfs^ appli- 
ques les unes sur les autres, et on les 
recouvroit d^^ofifes pr^cieuses, apr^ 
avoir plac^ sur ces peaux une forte 
^»aisaeur de linge ou de bourre ; ce 
y^tement ne passoit pas les genoux : 
il etoit fort large et tr^a-g^nant ; de la 
notre mot jaquette. Voyez Avaaa et 
HAvaxR* 

QwAt Tint a kBdeBiki ainqne B«rtrftn telera. 
Mm. b«B ^poB ovrr^ Tetti «t bootoBna « 
,Un aobergi^on dessot TC^ti et eudotsa , 
Detns ce auberg^n nn grant jaqu€ pota. 
La Fie de du Guesclin. 

J AQV^ Jaquet: Quiavoit rmejaque* 

Jaque de maillx : Cottede qiaille^ 
armure pr^servatrice qui couvroit le 
corps, depuis le con jusqu*aux ge- 
noux , et ^toit a matlies de fil de lai- 
ton , pour garatitir le corps des gets 
de guerre. 

JAQVBMAa : Figure en bois , an 
osier ou en paiUe , repr^sentant un 
bomme , sut iaquelle on s'exer^oit k 
tirer an blanc. f^yee Jacekm arc. 

jAQVKiiiE^jaques : Soldats, faction 
de s^itieux et de voleurs* Ce nom 
fut donn^ a une troupe de paysans 
qui ae r^Tolt^rfoC en 43i3 (suivant 
Borel) eomtre leurs seigneurs, a cause 
dea exactiona^iuUla exer^oient con- 
tr'eux. Comme le Roi Jean , qui r^- 
gnoii alora , 6toit priaonnier en An- 
gleterre (ee qui n'est arriv^ qu'en 
1 356 ) , les seigneurs , par derision , 
appeUrent cette sedition la Jaquerie, 
du nom de leur cbef Jaques Bon- 
homme^ et les faotieux Jacquiers : 
eUe cominan^a dans le Beauvoisis. 
Fr<^aart parle de cette action. 

Jaqujis , jaqvier : Miaia » aot , 
grosaier. 

JkQVETyjaAet : Impudent, men- 
teur. C*est aans doute de ce mot que 
ks p4tiasiera ont prb leur mot d*ar- 
4 



Digitized by 



Google 



a4 J A. A 

got jaques y pour signifier qu'aDe 
piece de Tolaille, de viande ou de 
patisserie cuite au four, est vieille ou 
dure 'Jaquet a signifi^ aussi une petite 
monnoie d'argent. 

Jarbb : Gerbe , botte , paqu«t , 
trousseau. 

JARci , jercS : Gerc^ , fendu, ou- 
yert, U\6, 

Jargiudee , Jargonner, Jergoner : 
Parler a tort et a travers , caqueter. 

JARGONj/er^/i .* Langage, caquet; 
chant des oiseaux , cri des b^tes ^ 
Borel le derive deyVzr. 

JAUGJrEKiE^jarderie: lyraie, mau- 
raise herbe qui croit dans les bleds , 
€t qui enivre. 

Je destnilrai toz ^aos qui firent la feleni^ et 
lo pechi^ tan* amendement fere , car je ven- 
drei ai corn cUat U prophetea lo yan en U 
|(iein ( ef ventilabrum in manu ejus ), ci eat 
cnaemble U grelna et la paille et li froment et 
la jarderie ; mala la ^anereigie mon froment 
«t giterei fors , et la paille et Ujiirderte de la 
eit6 Dam le Dieu. Comm. sur le Ps, loo. 

Jarie : Sorte de mal. 

Jarion : BranQhe ou b4ton de 
ch^ne. 

Jarle : Grande cruche propre a 
contenir des liqueurs; vaisseau de 
bois k deux oreilleS trou^s , dans les- 
quelles on peut passer un b4ton , et 
qui sert a mettre la vendapge, cuve. 

Lors a li prestrea encontrez 
Dens gara qoi portent taoke Jarle, 
Jjon li veniat miex eatre a Arle , 
Qnar il i ot nn pantooler , 
Qui , en sa main , tint un leTier , 
Si le feri dessua le col , 
Qa*il Tabatl dana un tai mol. 

. FabUauduPrestrecrueifii, 

Jarxan : Germain ; Germanus. 

Jarret : Le haut de la jambe; Borel 
le derive de VMdhvtVLJereck , qui si- 
gnifiejanibe;deldlemotdejarretiere. 

Jarrioe : P4turage , terre inculte. 
Foyez Jaceres. 

Jarroge : Vesce » esp^ de graine. 



JAS 

Jarrov : Jante de roue , jambage ; 
d^anchora, 

Jas , jasard ^ jau : Le coq , oiseau 
de basse-cour; au figure, grand par- 
leur, bavard; geUlus; en anc. ProY. 
jaly jhaly gal; en Langued. gciou. 
Barbazan dit que c'est de la que 
-vient notre mot jtuer, babiller comme 
un coq. 

Lo parax nn petit apr^ diaaent & Pierron : 
Cil ki lai eaterent , Traiement tu ea de c^oa , 
car tu ea Galileua , car ta parole te fait apa- 
riaaant, et cil cncomen^oit k jnrier, ke jn ne 
aai ke ciat horn aoit ke roa ditea > maintenanfc 
lo parax, chanteit U jas. 

Trad, des EvangUes , par Haimon. 

Et pastpusiUum accesserunt qui stabant, 
et dixeruntPetro : 'veri et tu ex illis es; nam 
etloquela tua manifestum tefacit. Tunc ece- 
pit detestari, etjurare quia non novistet Ao- 
minem , et eontinuh gallna cantai^it, 

S. Mathieu » chap. a6 , Tera. 73. 

Jas : Lit , couchette ; de jacere. 

Jasard yjaseur : Bavard, causeur. 

Jascisre : Terre qu'on laisse re- 
poser un an; de jctcere; en bas. lat. 
jasckeria, 

Jaseitgeque , jcisoitceque , lisez 
ja-^eit-ce-queyjor'Soit'-ce-^ue : Quoi- 
que , malgr^ que , cependant. 

Je me donne k Toua pour eatre voatre 
femme on roatre amie , ponr Dieu ue me 
yenilliea refoaer, car n^ aui de haut Itgnaige , 
jasoit ce que Dame, ne Damoiaelle , no ae 
doit Tanter ne priaer. 

Roman de Gerard de Nevers. 

Jaseran : Chainette compost de 
p«tites agrafes ou mailles d'or ou 
d'argf nt , que , suivant Borel , on 
portoit au cou ou sur la t^te. 

jAsw.i^.kifSyjazerans,j€iseron: Sorfe 
de cuirasse , et non pas , comme di- 
sent Nicod et Lacombe , cotte de 
mailles ou haubert. Cede armure 
^toit connue et en usage dans le xii^ 
si^le , suiyant une citation du Ro- 
man de Troye ou de la Destmetton 



Digitized by 



Google 



J AU 
de Tro je, par Benofit de Sainte-More, 
rapport^e par Borel. 

Sans prendre armes ne harooU , 
F<»rs sealemeiit mon jaseron, 

Dans Tarr^t rendu contre Jacques 
Coeur (alias Cueur) , le 1 9 mai 1 /|53, 
tons le regne de Charles vii , il y a 
une disposition qui le d^lare con- 
Tiincu d'ayoir fait passer beaucoup 
d^armes aux Turcs , savoir : Crene- 
qnins , guisarmes , baches , youlges 9 
coaierrinesy/a^era/tr^ et autres ha- 
HUemens de guerre. 

Taat en done k Gascon com li plot et fas^ , 
Aiu qne fuiftMnt'tait hors 11 tolaox fn leT^t, 
Qai reluit as escu de fin or peinturez , 
Eshaabers ,/asenmi, et k% ehnes gemes, 
Q«e bicn qnatone lines en voU-on la clart^. 
* Roman ttAlexambre. 

Jaserie : Action de parler, de ba- 
tarder, bayardage, propos inutiles. 
Foyez Jas. • \ 

Jasoitceque , )iiez ja-soit-^e^que: 
Quoique , malgr^ que ^ cependant. 

Jaspik EE : Causer a tort et a tra- 
yers, bayarder. 

Jasque : Petite casaque piqu^ qui 
se mettoit sous la cuirasse. 

Jasseau : Botte, jayelle, fagot, 
tas, gerbe; en bas. lat. jassiU. Jas~ 
seau defain : Botle de foin. 

J ATE iVaisseauplatde bois creus^; 
de gabata, selon Borel. 

Jattee : Se yanter, suivant Borel ; 
Atjaciare. On ecriyoit anciennement 
jacter; il est a pr^umer que Borel a 
pris le c pour un second f , parce que 
ces deux lettres se ressemblent beau- 
coup dans les ecritures des xiy, xy et 
xyi^ siecles , et qu*on peut souyent 
les confondre. 

Jau : Coq, oiseau de basse-cour^ 
^allus, 

jAu:Barbeau, poisson d'eau douce. 

Jau : Robinet, canal d*une fen- 
taine 9 d*un tonnean. 



JAU a5 

Jau , jot : <Euf de pIAtre ou de 
marne , que Ton met dans le nid des 
poules, pour les exciter a pondre. 

Jauce , jaiise , j'ausse : Jaune , de 
couleur jaune ; d'hyalinus, 

Ne que trop de morslax n\'^atatie , 
Ne trop gros nes mete en sa boiche , 
Don bout des dois le morsel toiche , 
Qa*el devra moiUer en la saose , 
Soit Terte , ou cameline , ou jaxue. 
* Raman de la Rose, 'vers i3858. 
Jauoe , jauff^age , jaulge , jauh' 
g^age : Partie de la charrue , celle qui 
juge ou regie la profondeur du sillon; 
mesure de futaille , ^talon d'une me- 
sure ; action de rendre les mesures 
^ales. Fojrez Gallon. 

Jau«£e , jaulger : R^uire k. une 
mesure cubique , la capacity incon- 
nue d'un baril ou autre yaisseau , 
^^aler, rendre *gal. Barbazan d^riye 
ces mots d^asqualis , cequalitas , 
eequarcy rendre pareil , rendre sem- 
blable. Jcmgier un huis : Rompre , 
briser une porte , en enleyer le seuil. 
Jaugeue , jaulgeur : Homme qui 
rend les mesures des man;^ands ^ga- 
les k celles du pays. 

Jauclois : Ce mot se trouye dans 
Guillaume Guiart , ^it. de Ducange, 
pag. 1 61 ) et n'a pas exists ; il faut Ure 
jangloisy du yerbe Janglery raiUer, 
mentir. 

Acomplies les ac^;rdanees 
De deux pars se sont leurs s^noes , 
Fraof ois autrement besolngnerent , 
Kn mer entrent, terre esloignerent , 
Uns k duel , autres k janghis, 

Cmllaume Gmart. 

Jaulhe : Jaune, de couleur jaune; 
fyalinus, et non de Tltal. giallo. 

Sachez que du mal et du detplaisir qn*elle 
AToit eu, fut ylMjauine que cire. 

Roman de Gerard de Nevers, 

Jaulivissueb : Action de peindre 
ou de teindre en jaune. 

Jaume : Jacques, nom d'bomme; 
Jacobus, 



Cigitized by 



Google 



a6 J A U 

JkvvETffaulfiet: Le D^ufar,plaiite 
aqnatique ionX la fleur est d*un jaime 
foDce. 

Jauh oiva : Devcnir javne , parol- 
trc isLuneid^oiijaunor^/aunice, cou- 
leur jaune, 

LI pins chier Lignre retaaaible 
Or , et mSre , et racens eBtaaible , 
£t de tex i a qa\Jaut$oient, 
Qui Mmble que topiee soient , 
Et tex dont la jaunors Tardoie , 
Itiix <|ae mires estr« doje. 
Ccte pierre ea Indc repont 
Dedans la graTelle en parfont , 
Dame Diex Ugure promise , 
BSainte yerta q«e sor lui mist, 
l^igaee gavit d« jatmics 
£t destorne boii|e de inal vice. . 
l^ lapidmre , purlemt du Lfgfirf, 

JiUPADis : Abpieiii£nt. 

^AURSR : Prater seiment » jurare ; 
€t persU , plante fotagere. 

J4'^$i : Joseph , nom d'homme^ 

jAusia : Jouir, r^jouir, amuser, 
a'amnser; gaudere; en I^ng. gausi. 

Jad9|IX (rime) : Jaiiae* 

Javtpsr : Terme 4e hlasoa, que 
j*ai trofiv^ dans le Toumoyement 
d*Antechrist , sao^ le coiaprendre. 

Jauyaisoh, Fojrez Joyajtcs. 

Jaux : JupUer ; /ovis; en bus Bret. 
Jou, Ce mot n'est paj plus Celtique 
que tous les autres qu'on aoos domie 
pour tels ; le nom de Jupiter est form^ 
de deux mota lAtyu jom, punier; du 
premier nous avons laitMont-Ioux, 
Mont-Jui, Joui, Mons Jovis; Join- 
ville , Jouaville , Jouvelle , Joux-la- 
Yille , Jevis Villa ; Faniaux , Fanum 
Jouis ; Joigny, Jovimocujm Jouarre , 
Jqvis ara; jeudi,/0P^ dios; jouhaHNK, 
jovU barba, &c. Ayajat de upas offrir 
des Etymologies tiv^s dn aqi-diftaat 
langage Celtique , en deyroit nous 
prouver Texisteace de eette langue , 
en citant d'ancie«s nsonnuMas, el ne 
pas of&ir pour appm les fruiu et les 
r^ves d*ane imagination 4^|A6gyt» 



J E 

Jataxt : Maladie , sorte de chan- 
cre; en has. Igit. javarimi, 

jAVEAv^javeile : Poign^ d*Epis , 
petits fagots de bois , de sarmens de 
Tigne ; tas de bled que font les nnoia- 
sonn^urs en le coupant , et que ron 
ramasse ensuite pour en former des 
gerbes ; fagots et faisceaux de telle 
chose que ce soit ; de capus,capulas, 
fcapubis ; en bas. lat. capella , ja-- 
vella g gabeUa ; de la , dit Barbaxan , 
le jnot gabelle , parce que Ton en- 
tasse le sel , et qu'on le met d'un 
endroit en un autre. 

Eb tde BMiiere poorroi t •s Ug fot !• da- 
mage , q«a I'amaada aeroic de 60 aols , si 
cooaa ^ afsporteroit das pcMtUas oavrees , 
#o m ma blad ea jok^Um ou «b g«H»ea , ou pr^ 
faudu^ , cm bois «ouf»^ , et en tele manlere 
Ten porroit-4»n porter , (|ue Ten le troureroit 
k larrecin , si come qui Temporterolt par nalt 
« okeral ou k cbamatte , on ■■fifiiiii dosqaaa 
a le Taliie de denx sols. 

Ofut, €ie Baamoisis , chap, 3o. 

Jate coie : Eau dormante, eau 
repostie. 

Javelle : Bois qui n'est pas en- 
ti^rement rMnit en charbon. 

JjL\ZLOT^japeiine,javreloe : Dard, 
fl^die , trait d'arbalete ; de Jaeu&im. 

Jatiolb : Cage a poulets ; caveola. 

Javotte : Genevieve, nom pro- 
prc de femme. 

Jax : Bercail , bergerie. 

Jat : Jadis , axttrefois ; jam. 

Jatans , jayant : G^nt ; gigas, 

Jazeqvb irii :Fait en cotte de maiUes. 

Jazex , jaztr, jtzir : Coucher, re- 
poser ; jacere, 

J Azoua : Instrument dont le labou- 
rcur se sert pour nettoy er sa charme. 

Je : Moi 9 ma personne ; ego. 

Ya a la Tile et j'e an bois , 
Par la chaiene est departie 
Lor amor et lor compalgate. 
^biedii€hienee^loup,jmr Marie 



Digitized by 



Google 



JEL 

Jbct, jectcis y jectement^ jeteis , 
jeuiz,jetteisgjkteis : Projet, minute 
d*iiii acte ; terre qu'o;a tire d'un foat^; 
I'actioii de jeter; de jactus. — - Le 
Poete, parUnt d'un criminel e:ipos^ 
a r^cbelle (carcan) , dit : 

l«e^iit m<nilt de opfurobe et de laidenr et 
htjeteix de boe et de ordure da Peimle qui 
oioU catonr. Chron, Mss, de GuilL de Nangu, 

is V AH, Johan : Jea^ , nom d'hom- 
■e; Joannes ; en ane. Prov. Jhocm^ 
Jbouan, Than, Jusques au xyi^siecle 
oa a toQJo^n ^crit ainsi ee mot, de 
wkmm cpie Jbesus, 

JasAv i>EcoixAiTB ($.) : La fdtede 
]i O^coU^tioo d€ S. Jean-Bapliftte. 

Jehafe, Jimne, Jefuinnete,Jenne, 
lam : Jeanne , dcnsi de iemme 9 dimi- 
mitif de Jean. 

Jehaitnet, Jeanmn, Jeannot, Je- 
hmmuty Jehatmot, Jehennet, Johan-' 
netm : V^'Vi Jean , eafant qui porte 
ie nom |le Jean. Cts mots ont aussi 
m employes pour, sot, nigand, man 
dont la femme eft infidelk; de 
Joannes, 

Et le jour de mardi derant ladit# lB«t« 
b pocti ledk Jehennet par homises et mla 
ida ledit tombel , et eosement arriire port^ 

Wn de V^te et -kdit Jehmmt el di| 

toM Be M poolt aidler d#« hn* , n« dea 
■aiDSy ne 40* piez, ne des cnUset. 

Mimclei de S, Louis, chap, 18. 

JKixsa: Etre assis,plac6^ repose, 
le eondier ; jaeere. 
Jel : Je le , je la ;jes; je les. 

Iciat chanoinea que Je di 
O^ hi^9rdr9f/0( TOfu a£. 

Bibie Wot, 

Jki,%^ : At Pir frojd , f elep, glacf r ; 
gelare. 

Taut com jj^mjeif ^ pl«a eOfMUt » 
La paor tl fort le deatralat , 
Qa*il mlf ent le Rot k raisoii , 
Qai 9pi|l| par <ire i^^pci^ bpB. 

Jeli, jili : Joli, Jolie; jovialis; 
en baf Bret. jM^r. 



J ]£ O 27 

Jeluie : Poule, suiTant D. Ciir- 

pentier j mai« il ^ mai la , c>*t ^///?^; 

Jeme : Pierre f r^deuae j g^tnma. 
Voyez Jane. 

JEMi : Garni , parsem^ de pierres 
pr^cienses ; de gemma, 

Je WE , jenne , joene : Jeune , en bas 
^ge ; juvenis , juvenca. 

Jehgle , jenglois : Babil , men- 
•en^e ; tomrs d'adresse. 

Jengl^oe , jenglerre, Jengleur : 
QabiUard, menteur, contenr, m^^ 
trier, faisenr de toan. 

Jenglee : Babiller,mentir, railler, 
moquer. 

Jehgi^beesse : Femme qai joue 
4e» parades, qui £ait des tours en 
pubUc; meol^use, babillarde. 

jEKGiiEEiK. Voyez Javglb. 

jE|raa^iriiB,po«r «ii^ii/viiKe:Par- 
ties de U. generation de rbomme, 
f uiviMii Borel , qui aU deux Ters du 
Koman de la Rose ; mais il a mal lu , 
ces deux Tcrs sont ainsi dans tous 
Ijes Mm* que j'ai 'vns : 

n a fait grant tort k nature 
Bis li tolir ti'engmireMre* 

Jenicb , jemsse : G^nisse , jenne 
Tachc qui ^*a pas deux ans. 

Jehih ,jamn,jeanot : Sot , niais; 
cocu, mari dpnt la femme est infidelle. 

Jehnetois : C^ois , qui est de la 
Tille de G^nes. 

Jenoil^on : A genoux , qui est k 
genoux. 

Jenoillbe ; Se mettre jt g^enoux ,. 
fl^bir les genoux. 

Jew ojLs : Les genoux 5 ^egenualia, 
pour genuq, 

Jto^jeou : ie , moi ; ego.^ 

Ho ai pe^li^e ore allecerles : No»tr« Seignor, 
est dreitnrelt , yA> et moan Poeple sumea en- 
pJtem. Bikie, MM)ode, chap. 9 , iw». 37. 

P€ec4»i HiMim lumc: dominus Justus , ego 



Digitized by 



Google — 



^8 JEU 

Jequs : Cavalle , jument. 

JEacE&iB : Mauvaise herbe, iyraie; 
en bas. lat, jergena. 

JEaconiLLER : Barboter et mar- 
motter. Fojrez Gargaillol. 

Jerosolimes : La cit^ de Jerusa- 
lem; Ilierosoljrma. 

Jes , jez : Je les. 

Jesir : Reposer, dormir, ^tre cou- 
che , s^jouroer, s'arr^ter, accoucher, 
eiifantcrjyVicere. 

Et Jusiie Roy en son o»t derant le chiftel 

d'Artur lendemMin Just Von en on lien 

que i'en appelle Paue-pouUin. 

JoinviUe, Mss.JoL 398 ef 394. 

Jesseraic . Foyez Jaserah. 

Jesuih : Qui professe la loi de J. C. 

Jeteur : Celuiqui r^partitla taille; 
de jaculator. 

^lEmt^ D*nHB METAiRiE : Bestiaux 
ct ustensiles de labour, qui sont four- 
nis par Ic fermier lorsqu'il entre en 
jouissance d'une m^tairie. 

Jettkr : K^rtir la taille , les im- 
positions; chasser, mettre dehors, 
d^livrer ; de jactare. 

Jetjer dE garehtie : Rejeter des 
t^moins , les r^user. 

Jetter D*oifE BAOViLjeFuneesptfe: 
Porter un coup d'estocade, alonger 
un coup. 

Jetter la pierre : Sorte de jeu. 

Jetter pder : Rejeter , refuser , 
abandonner. 

Jeu bes sos : Sorte de jo^te qui 
^toit en usage a Amiens ; de jocus , 
jocari. AUer aujeu : iltre en liberty, 
aller ck et Ik. 

Jeudi arsoult, absolu, jeudi de 
V absolution : Le Jeudi Saint , ainsi 
nomm^ parce que ce jour-la on a 
encore conserve uu reste de Tancienne 
penitence publique, un pr^tre lit tc^ut 
baut en chaire un examen gen^al,le 
penple se reconnoit conpable , et le 



JO 

pr^tre donne une absolution , nora- 
m^e absoute, Cette cdr^monie se fait 
a Notre-Dame de Paris, le mercredl 
saint apres-midi; dans d'autres ^gli- 
ses , le jeudi ou le jour de P&ques. 

Jeue : Joue; geusia, de gcna. 

JEUER,/e«'er; Rire , jouer, s*amu- 
ser ; jocari, 

Se auoon j'eue y dez , on ana tablea , et il 
ae plaint dou jeo , il doit ringt dealers de da- 
Ancienne Coutume tt Orleans, 



Jeumeht : j&galement ; arquaiiter. 

Jeunesse: Action de jeune homme. 

Izxjvo ^ jeun y jeuns : A jeAn , qui 
n'a ricn mang^ ; jefunatory jefuFUts* 
Estre Jeuns : Etre a jc&n. 

Or est reson qne je yous die 
Da borgois qui toz tajeun, 
Yenns da marchie de Mean. • 

FahL des Braies au CordeUer. 

Jeu-parti : Alternatiye propose , 
le choix de deux choses. Partir lejeu : 
Proposer TaltematiTe. 

Jeurbr : Giter, loger ; jacere. 

Jeus , Jeux : Israelites , Juifs ; 
Judcei, 

Jeuyaison : Jeunesse , dans Borel, 
qui cite PerceraL Voyez Joyance. 

Jex, pour iex : Yeux. 

JHAonssEiiAif : Gai, r^joui, en belle 
bumeur; de gaudere. 

Jhehoier , Jhenouiery jhinouiie : 
Le mois de jtLnyieTy januarius. 

Jbeou , jhou : Moi , je ; ego. 

Jhezechiel : Nom propre , celui 
du propbete Ez^biel. 

Jhiscla : Jeter , lancer , darder ; 
jaculare. 

Jhiureit , gartfns , guiren, jureni : 
T^moin, spectateur; yi/roior. 

JHUJHARii : Juridiction , pouvoir, 
autorit^y tribunal de justice; de/u- 
dicare. 

Jo : Moi| je ; ego, Nepopoir nejo. 



Digitized by 



Google 



JO c 
mepovoir neho : N*en ponyoir plus 9 
itre anx abois , ^tre fatign^. 

Cascim jor U monde empire , 
Hni est malTab , et demain pire , 
Trop pert proece de aon aon 1 
£t noa poortaat M/opooie, 
Monk Yolentiert m*eii peneroie, 
Se jo oiVd saToie entremetre , 
Qu en boa Romtnt pentt on aettre 
Une bistoire moult ancienne. 
Bayers , Prifaee du Boman de Dohpatos, 

Jo , JOS : Lien , joug ; jugum. 

JoAH , Jhoan : Jean , nom propre ; 
nonnoie qni yaloit ^puze deniers ; 
ie Joannes. 

JoAfTHiE jjouann^e : Le fen de la 
$. Jean ; les peres et meres faisoient 
passer leurs petits enfans trois fois 
par la flamme de ce feu : les cbarbons 
ea ^tant retires , on les regardoit 
coame un pr^ser^atif contre toute 
sorte de mal^fices. Cette pratique in- 
tense et snperstitieuse se pratique 
eneore dans quelques-unes de nos 
prcmnces m^ridionales. 

JoBELiir , Jobelot , jobet : Sot, 
siais y nigaud , m^risable. 

JoBEa : Se moquer, railler. 

Joe , joeu : Divertissement , jeu 9 
amusement ; jocus. 

Joe (estre a) : Ch6mer, Taquer, se 
reposer. Moulin h joe : Moulin qui 
ae moud pas 9 qui ne travaille pas. 

Jocoir DEu X JocundeuSfjocundous: 
igr^ble , divertissant 9 joyeux ; 
JMcundus. 

JocoKDiT^ , jocundiii y jokaretS , 
jokaritd : Al^gresse , joie 9 plaisir , 
amusement ; jucunditas. 

CetXjoeundUi 
De Toir cj plante, 
Fniits a graod largesse. 
ITitux Testament en 'vers , citi par BoreL 

JocuLAToiam : Sorte de jeu qui se 
{usoit en lan^ant des dards et des 
Icdies k un but. 



JOE 19 

Jos : lovBt'ygena. /oe/V^^ petite joue. 

Et se 11 prend de rire euTte , 
Si sagement et si bel rie , 
Qa*elle descrire deax fossetee 
D*ambedeux parta de Mtjoettes, 
Ne par ris n*enfle trop %t%joes , 
Ne ne restraigne pas set moes , 
Ik par ris ses lerrei ne s*aeTrent , 
Mais repoigne les dens et caeTrent. 

Roman de la Rote, 

Job Di yjoesdi,johesdi,judi,juesdi : 
Jeudi ;jouis dies; en anc. Vroy. jous, 
jhqou,joous, di'jhoou, di-jous, 
Voyez Jaux. 

JoiE : SoufAet) coup sur la jone. 

JoBNB 9 joesne , jone , josne : Ten- 
dre 9 nouveau, jeune , adolescent , en 
bas ftge \juverds; en bas Bret./opa/ic. 

SaTeZ'Tos porqoi je Vi main , 
Jel* Toas (Crai sans demander, 
Por aprendre It march^ader. 
Entrap qn^U est dejone aage , 
Jk ne Terrex home fin sage 
De nnl mestier, sachiez sanz donte , 
Se n n*l met son sens et boate, 
Ain^ois qn'il ait us^ son tans. 
Fabliau de r Enfant quifutremis au SoleiL 

SouTent s*aloienramaasant 
Les Joenes gens de cele pla^e, 
A la pelote et a la cbace. 
Gauderde Comsiydu VarUt fui se 
nutria ii N, Dame, 

Jo^v%CB,^jo€nesse,joesnesce, joes^ 
nesse : Adolescence 9 jeunesse9 jeunes 
ans ; juventus. 

Por Taimi et por le damage 
Qne je roi en rbnmain lignage , 
M*estuet mon penceir descouTrir » 
Et sospirant m'estaet ouvrir 
La bonche por mon voloir dire , 
Gar hon conreeiea et plain d'Jre. 
Qnant je pans a la sainte terre 
Que pech^ur doivent r<>querre , 
Ains qa*ilx alent passe yoei/ieice , 
Et jes Toi eutrer en Tieillesce 
Et pais aler de vie a mort. 

Ruubeuf, Complainte ttOutremer, 

JoBNNB : Maitre-gar^on d*un bou- 
laager ou d*un meiinier. 

J«Ba : S'amuser, jouer ^yocon; 



Digitized by 



Google 



3o SOI 

joculator; et jou , amaMment , jeu ; 
jocus. 

Li PreTOZ drst qae se aucim bati celui chex 
qui Ten joe as taBlea , oa ae Ten li fet do- 
mage , oil se aocane chose en celai tena eat 
ostee par son barat , j^ ne ferai ja db-oit , et 
je prendrai garde quele chose ce sera , ou 
cil fist force qui joent as tables , et qui 7 fet 
force por le jou , %4 U joior s*entre-toIent , 
U auronC aacioti des bietfs tolua , ne li rece- 
t^r n*i puet rieus chalongier, ne li jo^or g 
car lis ne sont pas digaes. 

Mh. de la Stiff. Imp. , rtf* 8407. 

JoGLioa : Railleur, farceur, bada- 
din , moqueut \ joculator, 

JoHAN : Jean , nom propre ; /oo/s- 
nes, Faire johan , se disoit d'ane 
femme qui faisoit infiddlit^ a don Inari. 

Joi , User foi : J'ai 5 habeo , du 
Tcrbe avoir. 

Joi, Watzfoi : J*eiM, j^ai ett y habui. 

Quant foi fait ce , ma voie ting. 
Droit a mes charrettes m'en Ting , 
niec mon palefroi laissa* , 
£t d'illuec je m>u tornai 

FabluM de la Borse pteuie de sens, 

Joi , lisca y*a* : J'entend* \foiy j*ai 
entendu , du Terbe o*-> ^eouter, en- 
tendre; aadite, 

Joi , Hsei J(SUi , du verbe jo'ir : 
S'amuser ; gaudere. 

JoiAL , Joiaat , joMyjoyai : Bijou , 
joyau. Voyez Jouel. . 

JoiANs f joiarU y jeiaus y /oiax , 
joious^joioxyf&iuff joyans^f&yauxy 
joyast : Gai, enjOtt^, plaisant, joyeux, 
amusant, content ij'ocosus, gaudem; 
en has BttU joaus , Jeyams^ 

lis benesqnirent If ostriA S^fgnnr, h pikis re- 
tumad chascan al snen , tbt halted k joius 
•ur tus les biens que nostra Slr«s ottt uiit a 
aun pople de Israel. 

//« Livre des Rdii , d%ap. a3. 

JoiANT : Jouissant , s'amusant. 

JoiAx : Plaisir, joie , atnusement ; 
jocus , gaudium; et bijoux', joyaux; 
eu bas. IsLl.jocalia. 



JOI 

ileii fn pa^nt , et de biaz dit^ 
De lui n*aloU nul eaeondlt^ 
Ne meneatrel , ne Jogl^r , 
Ve Damoiarilea , ne le94or; 
Aroir Toloit tea U§Jomx , 
Lea dedoit d«t eiena et des oiaint* 

MbrkOti 4& JMopdt^, 
JoiE : Jouisse. 

SI OM fkilli k 6th joie 

Me ne etH que j4 nmi en joie, 

S*sl h-a en li pitie humoine. 

Fabliau du Pet au ViltUn. 

JoiETTE : Jouissance, usufruit* 

3 oiGVE J joine,joisne : Jeune horn- 
me , adolescenf ; juverds. 

JoiwcT : Pres , proche , a c6t^ ; 
junctim, 

JoiND&ACE : Redeyance pour avoir 
le droit de faire paitre les bestiaux 
dans un endroit d^nomm^ , un pAtu- 
rage commun; ^t junctura. 

Join DEE : Conclure un marchd en 
se donnant la msiin ; jungere, 

JomoEE yjuindre : Maitre-gar^on 
d*un boulanger ou d'un meunier ; 
dans quelques Coutumes c'^toit un 
charpentier qui faisoit des bdtimens 
a moulins. 

Joins : Jonc ^ /uncus. 

Joint, jointis , joints : Bien fait, 
bien ajust^ ,, bien par6 , fait avec jus- 
te|se , reckercl^<^9 a^<^t<^. 

Tela eat llliibm come cttrie « 
Tele est noire , tele eat flestrie , 
Qui pluff esijbinCe qir*une f^e 
< ■ Q^nt ek i^ ptiinttf et fttif^e, ' 

Ansai sont mais ensafran^ 
Colnibe 8« f^Ment en safran neea , . 
Si se fionrissent , si se perent , 
Pas^ufe ffodritfs de loin parent. 
Gauder de Codtsi, Uv. r, chap. Vh" 

Joint, jointe , fotfUement, jointif, 
jointis .-Assemblage, union \junctura; 
jpug auquel on attache les booofs ; 
jugamentum, 

Et bien se gart quVlc ne moille 
Scs dbii el broet jusqil'a* /oiitl**. 
*noman de la Adse, vtn tlWH. 



Digitized by 



Google 



JOL 

JoiKTS : Mam , on poing fcfrili^. 

JonrrxMKiiv : £■ n^me temps ^ 
par le m^die Btie ^ junctim. 

JcfiMTK^tiiJointeeur : OmtilifBi aeirt 
t« toBiielier pour jotndre om wan 
u loud de tonaeaa^ junctor * 

JoiWTtmn^'aintiier: BiOot ;jttHCiQr4 

Jonm^^adp, : Joifnanty tout prca^ 
prochc ; juncttm. 

JowToiAirf (aMer) : Avoir tma 
toanare, nne ddaarche §An^, af^ 
factee «t forc^. 

Joi vr-^s.'Outreqme^ajotttec f(iie« 

JomTURK : Teneare ^e Ton po»- 
tede en coanaunamt^; junctura. 

Joioa ^Joious, jbius : Qm , joy^x ^ 
coatent ; jocosus, gaudefu^ 

■atnieaaflri 4et«t lot te boute, 

5i Tackle » et K diat, bim Sire , 

Por Dieu pardonex-nol ^otcrtt ire « 

Se de you%joiouse soie, 

Qoe je paft ne ^<m« «oaoittoli , 

Kc uMhIes •• YMi eotf^BMe, 

Ja da lit Ut^ m fetaee, - 

Ibie j*avoie d*aatre paor. 

Si en cstoie ea gr«ot fraor. 

FoBGau des Braies au Cordetier. 

JoiB , lisez joir : S'aonuser, jouir, 
le r^jottir ; /ocar/, gaudere. 

G^oija d'an preodome dire 
Qui aloit rendeilger sa ^Igne ; 
£t sa feme quaat TeAteadi , 
Cnroia tost p«r sOB ami, 
Qaida qae paiUt far lf»isir 
Sou ami avoir et/oir. 

PabUau de la male Feme, 

loiBE : Georges , ntm paopM 
dlwoma 9 ^9rgiM9m 

Jmmc , $ub$u : Cfai^ria , naft , 
4ovl«vr«. 

JosMiivi : iode « awe ; de jboc/ui* 

JoUAav : Gal, booHon , pkisaa«. 

JouBft^ : Eujoliyer, onwr, parer^ 
sirrant D. Carpeatiev. ♦ 

JoLiaa 9 jofyer : Se direr tir, mi* 
▼ant Boret, qui cite le Roman de k 
Eote« Leoglet Dufresnoy , dans son 



JOL 3i 

Glossaire* sur ce Roman « emploie 
aussi ce mot ^ et dit qu'il signifie t m 
r^jouir; ii reuyoie au portrait de 
Tristesse , rets 344 do ton Mition ; 
mais au Kca dtJoUer, il y a tntfsler, 
ce qifi est une faute, car ce mot ne 
signifie rien ea oet endroit^ Dans plu> 
sievrs Ms«« d« oe RcmNm , on trouve 
molUr, nwUr, s'efiforcer; du Ldtin 
moUri, Void coilme osdoit lire ; o'est 
de la Tristesse dont park Tavtetir : 

n ne li tenolt d^envoisier, 
N« A*aootet, M de k«sier;* 
Car.cil qai a le cuer doleat, 
Sachiex de voir qu*Il n'a talent, 
De dknder Ae de lutfolert 
Ne aoft Dcr a« port okf tmikr, 
Qai duel ^Mt il joie filre , 
Car joie et dael soot doi contraire. 
^ Roman de ta Rose , 'vers 533. 

lou^T^Jouliet; au femininyo/('e/e, 

JoUtUe, JoUve , jouilette : Diminutif 

de joli, mi^non , gentil, gai^ enjou^f 

agr^Ie \joviaUs ; en bas ^Tei.joUs, 

jouUs. 

En M main nn iantier tenolt , 
Et taefiez que moat %t penoit 
De faire ii Dfeu prieret faincte« , 
Et d*apeler et Saua et SaioOea ^ 
Point n« f» gaya ne joUi^ ; 
Mais iert par Mmbkiot entmiiive 
A totaa braes eravrts faire , 
Et si arolt restu la baire. 
9kman de Ui M<m, parldnt del F^F^IanUe , 

JoLis : Joyeuxy coatent < satisAiit. 

lommiK : S^aacaset, s'ahi wid aitfter 
a Is di6baiidie. 

Jamirrri : Choae Jolie , plaisaau \ 
joie , phtf sf». 

Celfe qititlilt>^fi^, 

S^en ala paMtr In cite, 

Ne aemble pas estre reaclbse, 

PaMont esgardtf^partouf moia, 

Lii le e^ongttiirene bien K fol , 

We hil douviat soatMfte an- ool. 

l^ seeomdRenard , /hi. 7 u 

Jofturria r Rendue joiie , parde, 
embdlie. 

Joiiousu : Biivia,)alo«»ie, mqiii^ 



Digitized by 



Google 



3* JON 

tude y selon Barbazan , qui a con- 

fondace mot pour jalousie; zelotypia. 

Bien MTes-Tous qu*eo c^ste vile , 
E»t met Siret , sanz nnle faille 
Et f'il avient que il cVn aUle , 
Ainz que je rerieDgoe en m^n , 
Mettrie aura et achoif on , 
De johusie a toz jorz m^. 

Fabliau des deux Changeurs. 

JoNGHB , jonchet : Sorte de jcu 
pour les enfans , qui se Cedsoit aTec 
des brins de paille ou de jonc; de 
juncus, 

JoNGHi K , Jonchi^e : Botte d'herbes 
et de joncs , dont on se sert pour 
prendre lepoisson, et particuliere- 
inent les ^creYisses; junchen'a. 

JoHcniES (a) : Abondamment , a 
profusion , a pleines mains. Fojrez 

JOIIGQUIBE. 

JoifCHERiE, Joncheraie, jonche^ 
roicy joncheroye^jonchierefjonciere : 
Lieu plein de joncs , lieil mar^cageux 
oil il crott des joncs , jonchaie ; jun- 
cetum, jun^aria, 

JoNCHB&iE : Tromperie , attrape » 
mensonge. 

La science est foUe parole , 
he$ grands juremens , menterles , 
Statnts ee soot joncheries, 

CoqmUixrt, cMparBoreL 

JovcQuiER : Parsemer de jonc , 
joncher, r^pandre , couyrir. 

JoHE. Voyez Joe vs. 

JoHOuioR, jangl^r , J€mgl6our y 
ja7tgleryjaitgierreyj€mgler$y janglewtrp 
jani^ryjeng^ry jengl^oury jengUry 
jengierre , Jengiers , jenghur, Jenghr, 
joinglewTy Jongi^ury jonglere , Jon- 
gUrre , Jongleur y Jonglor, Jon^ur, 
JougUoryJouglerreSyJugl^ryJu^oury 
JugleTyJuglerres : Conteur, chanteur, 
musicien , joueur d'instruments, far- 
ceur, baladin , joueur de gobelets , 
conducteur d'animaux dresses que 
Ton faisoit Toir dans les plaices pu- 
bliques.JLa denomination dtJongUur 



JON 
a ^t^ donn^ indilfi^remment aux tro- 
ueresy chanteres et eont^ors ; leur 
mauTaise conduite les fit chasser 
plusieurs fois ; elle devint m^me si 
grande, que Philippe - Auguste les 
bannit de ses £tats , oil ils ne rentre- 
rent qu'apres la mort de ce Prince , 
et ou , grace a la s^v^rit^ des ordon- 
nances , ils se montrerent plus sages 
dans la suite ( Voyez les Fab. de le 
Grand , in-8®. t. 2 , p. 36; Barbazan, 
torn, a, p. 184 ; Fauchet, de laLangue 
et de la Po^sie Fran^., ch« 8, fol. 55 1 ; 
M^moires snr I'anc. Cher. , torn. 3 9 
pag. 106 , note 38 ; Fabl. , Mss. (le 
la Bibl. Imp^r. , n^ 7615 , fol. 208 , 
col. 2, R^.}. Jongleur a €i^ employ^ , 
au figur^, pour, menteur, railleur, 
moqueur,causeur;yociiZa/or;en bas. 
lAt.Juglator; en anc. Prov. et en Lang. 
Jhoungk^, M. la RaYalliere (Chans, 
du Roy3e Nav. , torn. 2 , pag. a45.) 
propose une autre Etymologic : « Les 
premiers instrumens de musique que 
les hommes aient connus , ont ix.^ , 
dit-il , la harpe et la lyre , dont on 
tire les sons avec les doigts et les on- 
gles. Ne se peut-il pas que du mot 
ongle , on ait dit onglery Jongleryjon- 
gleuTy pour, jouer de la harpe et dc 
la lyre? L'usage ayant <^tabli la signi- 
fication de Jongleur, on continua a 
nommer ainsi tons les joueurs d*in- 
strumens , quels que fussent les in- 
st^rumeni dont ils jouoient ». Bien 
que M. la Ravalli^re troure cette 
Etymologic d^une y raisemblance frap- 
pante, j'observerai , 1^. que la harpe 
et la lyre n'ont pas EtE les premiers 
instrumens connus ; 2**. que tous les 
andens titres Latins portent /ocicib- 
tory jugjLator; 3®. que presque tous 
les Etymologistes sont d*aecord ^r 
son origine ; /\*. que cette denomina- 
tion n*est point aussi vague qu*il le 
prEtend » et qtxt Jongleur signifie 9 a la 



Digitized by 



Google 



JON 
leCtre, vn homme dont la profession 
•onsisle k procarer du pkdsir ou de 
fftmiuement aux antres. 

C€ cni jugierres de yiele , 
8t Mu die mate , et de freitele , 
t,t d/t harpe , et de chifonie, 
De la gf gae , de rarmonie , 
St d saUeire , et en la rote , 
Sai-ge bieni chanter one note. 
B«en lai joer de l*etcanbot , 
Bt faire ▼eair Tescharbot 
Ttt et saiUant detua la table ; 
St si Ml memt bean gen de table , 
Bt d*entregiet et d*artiimaire i 
Bien sal on encbantement faire. 
Ce aai molt phia qoe Ten ne coide , 
Qnnt g*7 ▼neiU mettre non ettnide , 
Bt lire , et chanter de derglt , 
Bt parler de cbeTalerie , 
Bt lea prendomea raTiser , 
Bt lor armet bien deriser. 
FmH, des deux Bcrdion Mmm, Mu. dSt 
S, Germam, m" x83o. 

Bafin ce jongleur nomme toates les 
diansoDS qu'il sail, ainsi que le$ £t- 
kfimx , les conies , les romans de 
dieralerie , d'amour et de faerie; 11 
connoit les fails et dits des andens, 
abisi qu.e tons les tours imaginables ; 
3 connoit tons les jeux , la magie , la 
mnsiq[ae, et joue de tons les iiistm* 
■ena. Au surplus, je renvoie le leo- 
teur a nn ouvrage que j'esp^re pu* 
Uier apres celui-ci, et qui aura pour 
titre : JEssai sur la Po^sie, la Musi- 
^ue et les Instrumens des Francois, 
dq>ms le ix^ si^le jusqu'au xnf. 
Le teste est presqu*entierement tir^ 
des Msa. « et il y aura dans Touvrage 
coriron cent planclies , gray^s et 
colorizes d*apres les monumens du 
temps , ainsi que des exemples de 
Busique de chaque siecle. 

JoBOLxa , jonghier , jongloyet : 
Faire des tours, jouer des farces pour 
tmuser le peuple ; an figure , mentir, 
railler, BAtter'y joculari, jocari; en 
hMLgiocar^ 

JoNGX,EAis , Jenglerie : L'art du 
II. 



J O R 33 

musicien, du contenr, et aussi de 
Tescamotage. La quantity de talens 
et de connoissances qu'exigeoit cette 
profession est telle , qu*on auroit de 
la peine k les trouper riunis dans ua 
m^me sujet. 

L*un« fet Vynt , Tavtret le sot , 
Li una chante , li antra note , 
Et 11 autres dit la riote , 
Et li aotres la jeftgieriB, 
CH qai scTent dtjOHgierw 
Yielent par derant le Conte 
Aacans i a qui fabliaof eonte , 
Lii o& U ot mainte ris^. 

LeDkeduBu/gfln. 
JoiXQVMSyjoncques: Jusques; usque* 
JoNQUiXR : Joncher, r^pandre » 
^panoher, parsemer ; de juneus, Ce 
mot s*est form^ de ce que , dans lea 
c^r^monies solennelles de T^glise, on 
r6pandott , comme on le fait encore 
k la FIte-Dien , des fleurs , de Therbe 
et des joncs , dans les rues oil les pro* 
cessions deroient passer. 

Jovssiiix : Botte d'herbes dont on 
se sert pour prendre du poisson. 

Joous,/Mtf .* Jeudi , le quatridne 
jonr de la seniaine;/optx elies, 
Jo» : Flecbe , timon de voiCure. 
JoQUER : £tre en repos, ^tre a 
lien faire. 

Joa , jors : Jour , joum^e ; dies ; 
en bas. lat. diumus ; en Ital. djorno , 
giomo; en anc. Throv. jhom, Ce mot 
est bien loin de son origine ! Estoiles 
jomaux : £toile du point du jour , 
I'anbe du matin. 

En eel jor fi naitsoni not tult ; et ce donst 
Dens ke cil jors peritiet ens not toi ; car cil 
jort etxjors de nublece et d*oscarteit , yon de 
tenebres et de torbin. 

Sermom de S, Bernard , fii, a3 , P^*» 

Omnes entm in Ula nascinutr; utinamp^ 
reat in nobis omnibus diet itta, dies nebmim 
et caSginis, dies tenebrarum et turbinis, 

Anciennement on se servoit d*un cor- 
net , pour aytrtir que le jour 4toit 
venu. 

G 



Digitized by 



Google 



34 JOS 

Toot Be TMte aimi q«e la gVAtt« « 
Eat Taiibe da jor corn^. 
Roman de Perceval, citi par Borel. 

JoaiL : Jo jaa , bijou. 

Jo&K : George, nom dliomiiie. 

JoRB ^Joree : Sale, mal-propre. 

JoRffAGE : Sorte de bled, le m^me 
qu*on appelle en certains MevoLyver- 
nage. 

JoRNi&E , joumie : Chemin qu*on 
pent faire en un jour ; journ^e d'une 
bataille. 

JoRifER. Voyez Journi&ee. 

JoairoiBR ^jornieryjomoyerjour- 
noier, subst. : Cr^puscule du matin , 
commencement du jour; trayailler 
en joum^ ; voyager, faire de grandea 
journ^s« 

JoERASiBE : Prunier. 

JoRROiSE : Fniit rouge, long et 
aigre , qui vient dans les haies. 

n afiert bien que Ten pretoit 
De fruit novel on bel proMBt, 
Bn toailles oo ea panier* , 
De ce ne soiez }k Uniert. 
Pome* , poirea , noli on ceriset , 
Connei , pranes , fresei , meriMf , 
Chutaingaes, coins, figaes, TinctM, 
Petchea , parmaios , oa aUetet , 
TIefles ent^es oa fnunboiset , 
Belocts d^AretDes, jorroises, 
Roisint ooaTiax lor envois » 
Et dea mores fretches ai^. 

^ Roman de la Rose, 'vers 8899. 

JoRRONT : Joueront, du yerbe/oer. 

JoRRONT : Jouiront; duTerbeyofr* 

JosKA^j'osques : Jusques, jusqu'ii; 
usque ad. 

n Tirent ke one voie aloit par droite Tole 
d*orient de sacele/oiftiejelciel; Uqaeile voia 
ettoit esteraeie de paliea et loJsant de lampef. 

Dial, de S, Gr^goire,iiv, a ,/bl. loi, T**. 

JosHK : Adolescent,jeunehomme; 
juvenU; d'oujosnece ,jasnesce ; ado- 
lescence , jeuiiesse ; juventut. 

JossENT : Jouissent. 

JosTS , jotte , jouste, Jus$e : JoAte ^ 
combat simul^; HtjuxUt; en bas. lat. 
josta , justa. 



JOU 

Amour trovTR prosier hanlx lostromeas 9 
Chansona , dances , faates , esbat^went » 
Joiutes^ CMais boohors et toumoyemena. 
Jlain Charder, page 560. 

JosTB yjoufte : Proche , aupr^ } a 
c6t6 ; selon , suivant ; juxta. 

Lors fist ^joste loi s^ir 
Li Rois son cheTalier prison \ 
Si li pardonne sa prison » 
Et puis desanner le oommande. 
Roman de Perceval , fol. 3i, F*. 

JosTisx , justise : Justice , ^uit^ , 
int^grit^ , probity , droiture ; jusUtia. 

M onlt en sevent bien toote Tnevre 
Et U Clergi^ et li Evesqae , 
Et m^smes U Arceresqne , 
If^ U n'en font mAitjostise: 
Ains partent (participent) a la truandise , 
Onqnes m^ guile si aperte , 
Ne fu tant longaement sofferte. 
* La Bible Gmiot, parlamt des Moines de 
S, Anfoine , tlont les ddr^giemens dtoient 
connus des Ei^Sques, 
JoTTiBRS : Vendeurs de choux. 
Jou : Jeu , amusement \ jocus. 
Jou : Je, moi; ego. 
Jon : Serritude , assuj^tissemcnt , 
joug ; jugum. 

Dintmpamus vineula eormm : et projicia' 
mtts ^ nobis jugum iptorum. 

Or gitons loing de nos le /Imi d*aas , ^ est 
la charlt^ qoe ils prechent; Ten apele cliarit4 
jou , porce que ansi comma li/ou fait cordcr 
ensemble les dous bu^ que if lie ; ansi fet 
charitez tirtr k un acort ces que ele lie et joint 
par amor , ansi com s*il estoient encopM an 
JOU. Comm, sur le Sautter, Ps. a > ifers. 3. 

Jouc : Juchoir ; jugum, 
JoocHiBR : Se coucher, se reposer, 
laisser; percher, jucher; dtj'ugttre. 
La Dame lessa le rilain , 
Longnement o^ solier jomehiert 
Tost ont trespass^ le vergier , 
Tant qn*en la chambre sont Tenn. 
FakUau de la Borgoise it (Miens. 
Jouia : Soufflei , coup sur la 
joue; de gena, 

JouBL : Nom d*une maladie ^id^ 
mique , dans le Soissonnois. 

Jou EL ^j'ouellez : Jojaux , bijoux ^ 
da jocus; en bas. lat./dcoiSra. 



Digitized by 



Google 



JOU 

yB vest k t^amie nordle 
Donncr oonrrecliief , «t coteUt* 
Chcpel , anel , f ermail , fiintiire , 
Oujouei de quelqae factnre , 
G«rd que Tantre ne le congnoiife. 

Boa hH ma tel ami gaigaier , 

Et Toyes cy tt§ JotteUez , 

Ct^ fexmaiUL d'or , cea noaTeUetes. 

Roman dt la iloM. 

JouEus (vigne plants en) : On 
Bomme ainsi la yigne qui est planUe 
comme des arbres en espalier, et qui 
est attach^ a plusieurs ^chalas. 

JouBNE , joune , jousne : Jeune 
bomme , adolescent ; juvenis; en bas 
Bret. j€iuanc» 

Oab€n^$tjoueMe,m» bom plot btl at 'via , 
Si cremeroie que il ne fntt occis. 

Roman dt Garin,foL 66, F*. 

JouKa : S*abandonner k la d^bau- 
die ; jocari, 

JouETB : Petke jone. 

JouETB : Jeunesse , suiyant Borel , 
qm cite le Roman de GnilleTiUe, qu'il 
anroit dd appeler le P^lerinage dn 
Corps , par Guillanme de Gnilleyilla. 
Dans le Mss. n"" 7642-5, de la Bibl. 
iaq^^riale, il 7 a jovente, jeunesse, 
adolescence, et la le^on est ainsi : 

J^ay nom joventB la leglert , 
La gibaaaiere , la coraiere. 
La saateresaa, la taiOaat, 
Qui tot daagier aa prlae aa gaat. 

JouvFLEs : Crosses jones ; d*oiii 
jot0tu , qui a de grosses jones , les 
jones enfl^s. 

JoiTo DE TEBBE : Quantit^ de terre 
qni'denx boeufs peuvent labourer en 
un jour^ Jugum terrce, 

Joms : Poss^dez. 

JouisB : Jngement , ^prenve par 
Tcau on par le feu 'y judicium. Yojez 

lOBISB. 

JouH : Jonc ; juncus. 
JouQUBB , jouquier : Se concher , 
se reposer, percher, jndier ; jugart. 



JOU 3S 

JoOB : Hevre , dnr^ da temps ; 
de dies. 

JouE : Autant de terre qu*an bom- 
me en p6ut coltiver en un jour; 
de dies. 

JouE : Stance, assise, assemble; 
de dies. 

JouE (iaire son bon) : Commimier, 
recevoir le sacrement d*£ucharistie ; 
ce mot est encore en usage en quel- 
ques proyinces. 

' Joua ▲ JouEiiiE : Tout le long 
du jour. 

T aToit aaa gaite toate jowr k joumh, 
Qai soaaoit un bacia , tjaant la pierre cat 
IcT^. Xa Chron. de Bertrand du GoMScUn. 

Jove des baeoms : Assembl^e des 
seigneurs pour juger \e% causes de 
leurs vassaua; en bas. lat. dies ba^ 
ronum. Yoyea Baeob. 

JOITE DBS BVEES OU DBS V^AHDONS: 

Le premier dimanche de car^me ; eti 
bas. lat. dies burce. Yojtz Buebs et > 
Beandob. 

JouE-D*Bn : Jourdliui; a^jour* 
^eu, aujourd*hui. 

JouEBADB : Surtout,casaqae, sorte 
d'habillement. 

JouENAL , Journet : Diurnai , bre- 
▼iaire , livre a Tusage joumalier des 
eccl^iastiques ; de eiies. 

JouEH^E : Mesure de terre qu'un 
bomme pent labourer en un jour. 

JocEHiE : Salaire du trayail d*un 
jour. 

JouEBi&E (tenir) : Tenir assemble, 
se r^unir pour une conciliation. 

JouEBiBE, journier , journoier , 
joumojrer : Trayailler a la journ^ , 
sojourner, yoyager, faire des jour- 
n^ de yoyage. Fojrez Joeboibe. 

Taatoat oome boas pelerina • 
Haatia , farreaa , et eoterioa , 
/ De caer comoM fiaa aoioareax; 
Ters rarcliiere acael moa voiagt , 
Poor foorair moA palariafge , 



Digitized by 



Google 



36 J O U 

St pott o moi ptr gnat coBfort 
Sscbarpe et boordon roide et fort, 
T«l qui ii*a mestier de ferrer 
^ujomoier, mt por errer. 

Motrum de la Mom, 

JouANKEUE ^joumels : Jounuller, 
ouvrier qu*on paie a tant par jour. 

JovKVEL^ journal : Arpent oa me- 
sure de terre qa*on peut labourer en 
un jour. 

JouanET. Fofez Jouenal. 

JouRouR : Juge , appr^iateor des 
grains dati> un march^. 

Jours hataux : Jours notaUes, 
m^morables par de grands ^v^ne- 
mens. Tous ces mots sont formes 
de dies^ 

JousTB ^josteijoute,jouxte, juste : 
Suivant, selon, proche, aupr^, pi^; 
juxth ; lutte , jo^te , tournoi , combat 
A la lance et simuU ; de juxth* 

JocsTioR ^jouiteur : Combattant , 
lutteur. 

Li joustior commenciereBt lor gico tor la 
pree les aiu centre les aatres. 

Roman des sept Sages de Borne* 

JousTXR : Joiiter, lutter, combat- 
trc J ct joindre , approcher ; dtjuxta. 

Meuire Kexlft movt htrdix » 
Mail •oreot ditoit de fos dix » 
Et soyent par fol hardeaMBt 
Li meschaoit TiUi««m«nt i 
8i malement U meschai , 
Qvik lui jousta et ti chai. 

Roman de Perceval, fol, iz3. 

JousTicE ^ joustUe y joutice : filen- 
due de justice, de juridiction^ jus- 
tice , bon droit ^yitfUWa. 

JotrsTiCER , joustUer : Dominer , 
maitriser, exercer les fonctions de 
juge, commander, presser, tourmen- 
ter ; judicare. 

JouYENGiiAx, jouvencel, joupen- 
chel,jouvenel,jo9€ricel: Jouvencean, 
jeune bomme, jeune galant;>iipeii- 
eubu, juvenilis. — Le pote parlant 
d'une jeone femmtf dit : 



JOt 

Vn {or la rSt on joueencSax ; 
Qoi moidt art ayenant et b^x ; 
8i Teigarda , que moult ert bele , 
Gent ot le cort , color noTele , 
8*emprj^ i tome sod ooraige , 
' Tantott est entres en la raige. 
FoMum de la Maie FitHle, qui cwtehsM 
la preudefime* 

JOUTRVTEMBHT , €ld9, : £n JCUUC 

bomme , en ^tourdi ; jupeniliter* 

JouTBT : Bijou , joyau. 

JotJEiou : Sorte de poisson de mer, 
Umande. 

JoTANCB ^jouvance,jouv€mte, jou- 
vence, jouvente, jop€uUe , jovence , 
jovente , jovete , jupence , juvente : 
Jennesse , adolescence , jeune lige ; 
juve^; en bas Bret, yovoncltr. 

. Si com nature a mil t^entento 
A former ti bele jovente , 
C*est ouB drois Anglet. ^ 

Fabliau, n* 7918 ,/»/. %oA, R*, eoL i. 

JoTAHOT : Qui est tr^s- jeune; 
juvenis, 

JoviiGKOR , joupeigneur : Cadet , 
puin^; de jupeniUor; d'o& on a fait 
joveignorage , partage des cadets. 

JoYiAVx : Jeunes taureaux , ge- 
nisses; on ceux qui let gardent, 
bouTiers. 

Jowss : Joues ; gena. 

Tea jotves aunt b^ales ti come de tortre , 
ton col come fermaila. 

Cojuique des Camtifmes, ehap. i , *vers. 9. 

PtUchrw sunt genu tnee tieut turturis t 
ooUum tuum sieui monHia. 

JowES : 601^ , gosier. 

Mi fila, ne courgent point oeatot choaee de 
tea oela , garde la ley et le conaafl, et rit ert 
k U alme , et grace k ttsjotves* 

Bible, Proverbes, chop, 3 , 'vers, si . 

FiU mi, ne effuant kme ah oeuUs tats .• 
eustodi legem atque co n s il i um : et erit *uita 
aninue turn , et gratia Umx^xa tuis, 

JoTAHT : Gai, jojeux ; /ocoxic^ > 
gtmdensi^rwoA^ g^t. 

JoTR, pouryiimr ; CerUdae mesure 
pour les liquides } yW^ 



Digitized by 



Google 



JJ5B 

JoTB : FiTeiir, plaitir ; gaudium. 

loTSLLBE : Donner de$ bijoiix , 
des joyaux. 

JoTsuss :Noin de T^p^ deCharie- 
■agne ; en bas. lat. Jocosa. V. Esris. 

JoTEUssTi , joyoset^ : Joie , plai- 
unterie, plaisir, fettin, r^jouissance ; 
jucumdiuu. 

JoTstsMBVT : Jooissance, uca- 
fruit; gaudium. 

Ju : Moi, je; ego. 

In Mrai, dist-U el mont d«l tttmeif , tl 
ii icni ffmMmt al haltitme. 

Sermom d§ S, B€rnard, foL iftS. 

^f'dfko im moHte tesfmmtmti, sumUis «ro 
'i fmi mo, Imm, chap. 14, ▼«». i3. 

Jn : Divertissement, jea;yocia. 

Jo (faire) : Secourir, aider. 

Ju : Jong , lien ; jugum. 

Ju : Coachai;/acitt;y<<^i^ conclia 
^9 il 7 concha ; jacuit, dn rerbe 
gtstTy concker ;jacere. Faire ju : Se- 
covriry aider. 

JuAM f Juhan : Jean , nom propre ; 
fo^Mftes, 

JuBB jjubon : Jupon , pourpoint , 
sorte de T^tement, selon 1). Car- 
pentier. 

JuBi : Ce n*est point un pnpitre , 
comme kdit Borel, qni cite Nicod, 
■ais une tribone qni ^toit andenne- 
Bient dans toutes les ^lise9 cath^ 
drmles et coU^giales, et dont pin- 
tienra , malgr^ les d^rastations conN 
i dans la Evolution , snbsistent 



encore; ces tribunes s^paroient la 
ocf da choenr ; les chanoines y mon- 
toient pour dianter on reciter les 
lemons de matines ; et ayant de les 
reciter, ils adressoient ces paroles an 
cdtibrant : /ube. Do/nine^ henedicere; 
on y montoit aussi pour chanter 
r^ire et F^angile , et un rerset 
cntre eoz appeU graduel , de gradus, 
parce qa*ii falloit monter des degr^. 



JUD 37 

du-Mont est, je crois, la seule qui 
ait conserve wonjub^, Les plus beaux 
que j*ai tus en France , est celui de 
r^lise cath^drale de S. Jean, k Lyon, 
et celui de Notre-Dame , k Reims. 

JvCijuche,juehair : Perche ou sa 
flMttent les ponies aussit6t que le 
soleil se couche , et pendant la unit ; 
de Jugumi en Bourgogne on dit un 
guiche ; de juc on a fait jucher, ju^ 
ckier; en Picardie yir^ver, jouquer, 
se percher, se mettre tfu juc. 

Et i k whiU a aaoit qnelqiiefoit de U 
rades tenaee , qse let ponies •*eB foMeat le* 
yie* do /He. De^irien , Nomp, XTA 

JucB fjuc^or : Jnge , arbitre , mar- 
gistrat ; judex. 

Adonqaet U Hoif acrteite 

Et ditt : n*ett pu droit qoe Roie aiante p 

Al oonseil vont Ujuedor, 

ll^i a celui qui n*tit paor. 

iUnmam d$ IMopmiN. 

JucBMBNT : Sentence, jugemenl, 
arbitrage; judicium. 

Cat cons dira ee qui loi tamble , 
lAiiAiue€mentVi diront , 
ik •*!! parent n*eii mentiromt ; 
Cil qui \tijuoemeiu sayoienC, 
De« plais q«i en la Gort Yenoieat , 
Sont ait«am»le k consefl al^ 
Attet i ot dit et parU , 
Loia ei decrei cerquent et querent. 
Manum 4e Dohpaua. 

JnciEB : D^der, prononcer, esti" 
mer, juger ; judicare. 

If 'eat pat merreaUe «*on melfait, 
ICaia qui ne laie ton mellalt , 
Dont eat l*ierae trop greTaine ; 
Una pena^ nete et laine » 
Si com Den plot al coer U Tint, 
De soi m^iamea li aoTint , 
Bien tot morir IJ eonvenroit , 
Et tolonc etjueiii seroit , 
Qne al aieele aroit lahor^. 

BommndeDobptms. 

JoDicAToiBB : JugeBDient, decision 



L Paris, r^gliM de Stint Sticnnt- p%r arrti ou leatcnce. 



Digitized by 



Google 



38 JU£ 

JvBionLLK : Jiidiciaire ;j u d iaa lis. 

JuDiGiXLLBMBNT : JudiciairemeDt, 
a Taudienoe. 

Juii : Jou^ yj'^^f i^^9 amutement; 
jocus. 

Juiii : Aujoardlmi ; hotii^. ' 

JuBiL,ytfe/,lisez iveil,ivel: lyraie, 
maavaise herb«. 

JuBL : Bgou , joyau , omement 
pr^eux d*or, d*argent ou de pierre- 
ries ; en bas. lat. jocaUa ; au pluriel 
juelz, jQuels,* 

JvEif ESSE : Adolescence, jeune Age, 
jeunesse ; juventus, 

Juioa : Joueor, qoi aime le jeu ; 
joc€Uor. 

JuBE : S*amuser, jouer ; yocori. 

Unt enf^t a Taltre yuoif, 
li uns d'al^ l*«tttre *toit , 
liOr Ties et •Teutorei eontoient , 
Car aultre puissance n*aToieiit , 
Fort del bien boire eC dnrement , 
Etparoloiaat nemtemeiit. 

Boman de Dohpatos. 

JuBBiB : La nation Jnive ; JuiTerie^ 
qilartier des Juifs. 

JuBRBBB : Faire serment^ affirmer, 
jorer ; jurare. 

Et lor ditt , sigiior , joa jwrrai toos pre- ^ 
miers , et poU juerront toot li Barons apries 
moi qne toates les coovenances , tont ensi 
com lis oat dtris^ que bom les tearoos 
aans nide defavte. 

FUIe^Hardouin , Mss.foi, 37. 

JcTBBS : Georges , nom propre 
d*bo]linie« 

JuBSDi, juezdifjuosdi,jueii: Jeudi ; 
dies jopts, 

Et come ele se levast en uoe nnit 6timesdi 
por doner k boiTre a on sien enfant, ele chti 
«t perdi toit Tnsage de la partie senestre de 
ton cors. Miracles de S, Louis, chap. 5a. 

JuBT : Arpent , mesnre de torre. 
JuBUB : Joueur ; jocator, 

A bonree Atjneur n*a point de loqmet. 



JUG 
Ji7p : Jong , arr^t , fardeau , asser- 
Tissement, esclaTage ; yiigiiiTi. 

Naissons en chttlTtteit ensi k*ancor 

fnssiens nos saige et fort , si serions nos toto 
Toiea appresseit desoa le /«jf de ceste chaitiT^ 
servitttit. Serm, de S. Bernard , fol. »6o. 

JuGAL : Pareil, ^1, semblable; 
aiqtiaiis. 

Sauvages dist chertalnement , 
Une cose dont pas ne ment , 
Qoant li hom est ireos et sages , 
Sovent 11 mue ses corages , 
Si penser ne sont jugta j 
Or pense bien , or pense mal« 
Et qoant Tire passe le sens , 
Chast grant perins a moot de gens , • 
Blaia qoant li sens passe Tironr , 
Bien paet li hom saarer s*onnovr. 

Les Doctriruutx Sausages, 

JuoBMBNT : District, ^tendue d*une 
juridiction ; de Judicium. 

JuGB&B : Mesure de terre ; quan- 
tity de terre qu'une paire de boeufs 
pent labourer en un jour; dejuge- 
rum, Voyez Juoibbbsi 

JuGBEiB : Ressort , territoire , ju- 
ridiction d'un juge ; en bas. Iatinit6 
jugeria ; en anc. FroY^jhufhane. 

JuGBBiE : Judicature, charge de 
juge , fonctioD de juge. 

JuGi^ y jugiet : Arr^t , jugement , 
sentence , en bas. ItiUjudicaionum, 

JuGXfB : Penser, croire , estimer,. 
accorder, donner, d^larer qu*on est 
capable de poss^er une dignity 

Coment porroit41 joges estre , 
Ne prendre snr Ini nol mise , 
Personne n*a jugide et prise , 
Bel^acueil est pris ^tjugies, ' 
Et tel dignity ujugiez, 

Moman de la Base. 

JuGiBBBS , jug^or, jugere, Jugeur, 
jugiers : Connobseur, juge , arbitre ; 
de judicea^. 

Cil fist les livrea des regars , 
De ce doit cil s^enee avoir. 
Qui tenlt de Tart del ciel s^Toir , 
Car de ce doU m*t9Jugemr, 



Digitized by 



Google 



J UH 

CUre nttnrel et regtrdcur , 
£t sache de geometrie. 

Roman de la Rate. 

JvoLiom : Trompeur, fourbe , la* 
bomeur. 

£t cU toot si nice et li fol , 
£t jugUor et ktche et mol , • 

Que le je bien grant tens ttote , 
fintre tot , ce coit, tot le perdroie* 
BiUe Cmot , pariantdet Sttgnaurs. 

Juoi.EaE , jugUor, jugUour^ ju- 
glerre , jugleur. Voyez Jongl^o*. 

JuGLEEiB : L'art du jongleur; 
troupe de jonglenrs , farceurs , bala- 
dins; droit que les jongleurs payoient 
an seigneur d'un lieu , pour la per- 
mission d'j jouer leurs farces ; en 
has. l^t, Jogiaria, Voyez Jonglerie. 

JuGV : Qui est k iebn , qui n*a pas 
aang^ ; jej units, 

JuoHEE : Joindre , unir ; jungere. 

JucvBT , juignet , jtdngnet : Le 
nois de juillet; juUiu, U n'y a per- 
Mvine qui, en Toyant ces variantes 
orthographiques , ne pens&t que ce 
fut le mois de juin , qui souvent 
s*^cri¥oit juing; la citation suivante 
ne laissera aucun doute : 

Gile de Saint Denii, fitte Girart Elont , 
loncfaier , borjols de Saint Denis , fa espou- 
se el tjoinuinMan de ton aage , de Ettienne 
Phclipe , Bonchier , borjoii de Saint Denis , 
on Bois de juignet (aUaa jtdngnet) de eel 
m^etme an , lendemain de la f este de la be- 
noiite Marie Magdaleine. 

Miraeies de S. Louis , shap, 3. 

Dans le grand Cartulaire de VArche- 
T^ch^ de Paris t fol. lao, et dans le 
petit , fol. 219 1 on trouve une lettre 
d^amortissement sous le sceau du 
Chitelet , dat^ ainsi : « Ce fu fet l*an 
de grace ia8a , ou mois dejuignet, 
le diemanche derant la Magdalene ». 

Juou : Je&ne, abstinence;7<7tt/u<///i. 

Juoui« : Le gosier , la gorge ; ju^ 
gulus, 

JuHEB ; S'amuser, jouer \ Jocare. 



J UI 39 

Jul : Isradite, Juif ; Judaus, 

JniAMEH : Jugement , estimation , 
decision ; judicium. 

JuiAK : Estimer, penser, juger ; 
judicare, 

JuiE : Sirop. julep. 

JuiEEiE , Jmfverie , Juaie : Quar- 
tier d*une ville ou habitefat les Juifs. 

JuiGNET : Juillet , selon une Char- 
tre de laSa. Voyez Juonet. 

JuioNEUE : Puin^y cadet, le plus 
jeune de la ivsxiiiX^\jupeniUor, 

JuiLLE : Courroie qui sert k atta- 
cher le joug aux comes des bonifs $ 
de jugaUs. 

JuiifDEAGE : Droit exig^ par les 
maltres-gar^ns meikniers ou bou- 
langers , qu*on appeloityot/idlnef ; de 
junctura* 

Juis, J^us, Jius : Juif , Israelite ; 
Judceus; en anc. Prov. Juseus , Ju'»^ 
siusy Jhussieuxy Jhusieux. 

M^ cil qni U Jmis retienent , 
£t qni les nsuriers maintienent , 
Cnident e«poir que Dex ne voie. 

La Bible Guiot, fol, 9a , F". 

Acheter serent et reveodre , 
Kt le terme monlt bien atendre , 
Et la bone vente don bl^ , 
£t s*ei bien ot et taaste , 
Qn*as Juit prestent lor denien ; 
Il*est pas honorez li moitiers , 
Oik itiea gent chante ne bruit. 
** Bible Gmiot, parlant du Clerg^ de second 
ordre, qui estappeU Conununal cUrg^. 

JuiSAEME ^jusarme ; Lance, pique, 
hache k deux tran^hans, sorte d*arme 
offensiTC et d^ensive. 

JvJSknMt,Kjuisarmier,juizarmier: 
Homme de guerre arm^ d'une jui" 
sarme, ou hache a deux tranchans/ 
Jvism^ Juisse: Jugement, di^cision ; 
^reuve par le feu ; judicium; en bas. 
lat. juisium; en anc. Ptoy. j'usisi, 
jusivi , juziviy jhuizi, jhuizizi, 
Anx oors i|ui ressnscit«root 
Pour Tepir an jonr de juise. 

Ovide, Mts, citS par BoreL \ 

4 



Digitized by 



Google 



«o JUR 

DtoM, eiil to* le iDOBde,priM, 
P«r tat neaf joies te prioM, 
Aide noni par tt frmcluM, 
Et par ta sainte Boncion , 
Qn an darain jor doo yttu» , 
O lea neof ordret manaion , 
Not doint en celle haute itjjam, 
Btmbfi^, ProprUtn de Jfoitr* Dtamt, 

liTxsBL, Jiiitel: Petit Jaif, tnhait 
d'un Juif. 

JuiMiKN, fussien : Nom eorrompa 
d'Egyptien. 

JuiT : Arpent, mesure de terre. 

JuiTEBii : Qaarti«r dcs Juifs ; sy- 
nagogue , lien de leurs assemblies 
religieuses. 

JlTLET. Foyez JUOITET. 

JuLKX. Voyez Juille. 

JuLiTx ; Habitant du pays de 
Juliers. 

JuLLKT : Juliers, Tille et duch^ ; 
JuUacum, Juliaria. 

JuLs , julk : Ivoire ; ebur. 

Zvvyjunc,jung : Le mois de juin j 
Junius. 

JuKc , juns : Jonc ; juncus, 

JuNCT : Joint, uni, li^, assemble; 
functus, 

JvvcT 9 June (laict) : Lait caill^j 
lacjunctum, pour lac coagulatum. 

JrwET : Le mois de juUIet, dans 
le Roman du S. Graal. 

JuifiBARE (chcTal) : Cheval qui 
portc le brancard d*une cLarrette , 
limonier ; junibarum, 

JuPE jjup : Soutane, pourpoint. 

JupiE : Distance a laquelle la voix 
pent s'^tendre. 

JuPEK , jupper : Faire certain cri 
pour appeler,^pouvanter,se moquer. 

JupiCELLE : Genievre; J upiceiium. 
Jupm : D^bauch^; de Jupiter, 

Jua , juramen : Serment , jure- 
snent ; juramentum, 

JuEABLETi : Le droit d'exiger le 
serment de fid^lit^ j de Juratio , /«- 
ramentum. 



JUR 

JtraAoi yjurde : Commune, boiM> 
geoisie. 

JuKAE : Promettre, af&rmer, faire 
terment , jurer ; jwrare. 

JvaAToa : Liyre des Saints ifevan- 
giles , sur lequel on prdtoit serment j 
jureuor. 

Jua< : Qui est li^ par serment » 
vassal; conf^ir^ , alli^ ; ^bcTin, 
bourgeois d*une yille. 

JvaiiB : Promise , accords en ma- 
riag^; enqu^te juridique. Mettre en 
/ur^^ .• Decritcr, mettre a Fencan. 

JvKEVT^ parens, guirens : T^moin, 
qui atteste, qui assure ;/tfra/or. 

JuRENT : lis coucberent; jacue^ 
runt, de Jesir, reposer. 

Celle nnit jurent dai a diii. 

Roman de Gaupoin, 

JuBEE DE SA WAiw ; Prater serment 
en levant la main. 

£t s€ il arenoH qne il d^iit je ne toiu toi 
de rien plege , et m'an deffan^ si U pact Tea 
esgarder , que te il ose jurer de sa nuun que 
II ne ae m^ist en plege , U sera quitte. 

EstahUss, de France , chap, n6. 

JuBET : Redevance d'un vassal en- 
vers son seigneur. 

JuREUB : Examinateur d'un fait 
qui est en litige , et qui en donne son 
avis au juge. 

JuBEz TBSMOiiffos : Qui ont pr^t^ 
serment. 

JvBGiEUx : Querelleur, bargneuz. 

JuBiA : Insulte , injure , affront ; 
querelle, contesUtion; dejurgiunu 

JuBiE , juree : Assise oii Ton pro- 
nonce sur le rapport des jur^; de 
)us, juris. 

JvBiEz : Jur^ , juge ; juridicus, 

JuBiSTE : Jurisconsulte ; ya/v- 
eonsuUus* 

JvtiS^Jux : Dessus, en baut yuxtit. 

JuBT : Afftrme , jure. 

80 aont mil , ii chascun doit dire • 
Im Eost aim toia mbi , ^iu Sirty 



Digitized by 



Google 



JUS 

JiflMif autre uH an past, 
FaiUe mot Dieu te je U part $ 
Cc Umrjurt, ct sa foi leor baiHt , 
5*ale ae parjvre ne U chaOlt, 
Dies M rit de tal Mrcment. 

Raman d^ U Rott, 

Jut : A bat, en bat, ^ terre, det- 
font ; de jusum, pour deorsum ; eu 
tac. Vtoy.jhos^jhous. Mettre )us , 
^Bitter, abandonner ; terrasser, abat- 
tie, faire monrir ; jus en terre , sur 
terre , couch^ par terre ; ruer jus , 
gaer Jus , Jeter en bas , jeter par 
terre ; cha^ jus , tomber par terre ; 
^KmrjuSf descendre a terre; ^orjus, 
id-bat ; jusflochiet, baist^, renvers^. 

Or tof t , dist-il , MU It ju$^, 
Mes couttaui eit bien etmolat , 
7e le fis ier moudre It la forge , * 
Ja aura cop^e la gorge. 

FtMiau dSituia, 

lort me dit-on que If ort par ta mdetae , 

£t pAT fton dart tant fier et inhumain , 
Avoit mis JUS la tr^ noble eomteMe , 
be Gharrolois Tcrtuenae prhiceMe. 

Compl^fiUe de Charrohis, 

To«t aimi qae me demantoie 
Des grana dooleort que je fentole , 
He ne saroie trouver mire (mMecin), 
De ma douleor ne de mon ire i 
Lor T^e a moi tout droit Tenant » 
IlaisoA la belle et arenant , 
Qui de sa twarjus descendit. 

Roman de la Rose* 

JuscA , jusciU, juska , litez jusc^h, 
JMsc'alfjusk'a : Jatqu'aa, jutqa'a, 
josquet a ; usque ad. 

JvtcLx : Sorte de poitton de mer ; 
de Jusculentus. 

JutiKA : Le g^tier , Tettomac det 
oi&eaux. 

Jutisi 9 juzivi : Jugement , d^ci* 
turn ; judicium, 

Jvt-PAKTit : AltematiYe. 

JutQUXAMS : Maladie qm Tient auz 
poulet. 

JuttAMT : Le reflaz ou Tabaiste* 
ttent det taoz de la mer; iit jusum* 



JUS 4* 

Just : Le tucd'une htTht\jus. 

JutT : Concha , t'arr^ta, te repota ; 
jaeuii, 

JutTANGB : Serrice, usage; en bat. 
lat. justantia. 

Juste , juiste : Pot , vase ; d'ou le 
^xaSsixitii justelette , torte de mesure 
pour le vin , qui contenoit ii-peu-pres 
une plate ; ainsi dite , tuivant Borel, 
de jusdda th/u. Selon Constant , ar- 
ticle 99 de la Coutume de Poiton , 
page 1 I2t, c*^toit le droit qn'un sei* 
gnenr aToit de donner les mesnret 
en sa terre. Fojrez les Coutumes de 
Troyet , art. i43 ; de Naney, art. !io, 
et du Loudunoit, an titre du Sei- 
gneur Chattelain. Dant la citation 
tuiTante il est parl^ d'nnt juste d'or, 
qui fut donn^ k Robert, Due de 
Normandie , pour le droit d'un ra- 
cbapt ou rdief : 

Et-Tons illeoc on Damoiael, 

Une Juste soot son mantel ; 

Mort ert son ^^e nonrelment , 

RelererToult aon tenement: (Yojeseemot.} 

Sb juste estojt moult bonne et duert. 

Tout estoit d'or noblement faite , 

Cil qui la tint Ta avant traite, 

A ren) present an Due la tendi : 

Li I>nc U diit : rostre mercy ; 

Et an Qere dit f Done (dominus) Clere»teM»r 

"Lk juste est Tostre , reeeres. 

Or oea quell* merreille avint, 

Du Qerc qui hi juste retint ; 

St il k soy traire la dnt , 

Estendi soy, et si moumt. 

Roman de Wace ou du Ron, eisi par 
Borel, page aSg. 

JusTXCBMBMT : Ex^cutiou d'un ju- 
gement; A<^ justiflcus , judication 

JusTXGiA : Let Apices ou bonorairet 
d*un juge; de justitium. 

JusTXBES : Cbambre de justice ; de 
judicaria» 

JutTxrxcABLEt : Qui pent te jus* 
tifier. 

JiJSTiriCAX7LEiizN'r:L^timementy 
ayec jiittice. 

Jtt$TU%9^,justisier : Juge , gouver- 



Digitized by 



Google 



4a K 

near, qui ordonnc €t commande du- 

rement ; Judex , judicialis, 

JusTiSEa ^justisier : Conduire one 
affaire en maitre, commander, or- 
donner, prescrire, gouverncr, admi- 
nistrer, rendre , exercer la justice ; 
judicare. 

JusTiSBK : j^aliser, rendre ^gaL 

JusTisiEa : Condamner, mcttre k 
mort. 

JusToiEE : l^talonner unc mesure, 
examiner si elle est juste ; justificitre. 

Jut, juit : Reposa, concha \jurent, 
coucherent ; de J€u:ere. 

De la chambre ut, rail referma 

Boot ettoit la yleUe lev^e , 

Derriers uae eortine ett al^ , 

Bien porra oir et T^ir 

C€ qu^elle covoite laTOir , 

La Dame nej'ut, pat ue dormi* * 

Car moat detirre ton ami. 

* Le Lar itYo/ue, 

JxjTZJVs : Loyers d'une maison. 
JuTEKiE : Quartier d'une' viUe ou 
habitent les Juifs ; en has. lat. jutaria, 
JuYE : Juif. 
JuviiGNEEiE , juv4igneurerie , /«- 



p^ignurie : Ce qui concerne Tordre a 
observer dans une succession entre 
les enfans les plus jeunes et les aln^. 

JvYiiONBUa : Pufni, cadet, plus 
jeune ;/tfi'«/icor. VoycE JoTiiORoa. 

JuvERcs yjmente^ juyentu : Jeu- 
nesse , jeune Age 5 juventus. Voycs 

JOTANCB. 

Li Roit toB aid fo goarb da renfameti 
qa*il a, et fti rerenua en mjuvemce. 

Homan de Merlin , citd par BortL 

JUYENCEAU. FqX^ JoUYERCiAX. 
JUYEiriLLE. Foy. JOUYENTEMEHT. 

JuxBAis : En bas \ d'ou est yenu 
Fexpression , je le ferai yenir hjubi^, 

JuTBET : Gibet , potence. 

ix5i[t.^yjuexver: S'amuser, jouer; 
jocati. 

Ja jueyve par defort en la plaee et en la 
•ecr^te chambre del Boi me jugievet'om a 
mort. Sermons de S, Bernard, foL 56. 

Ludebam egoforii in plaiea, et in tecreto 
regaiis cuhicuU $uper me firebatur judicium, 
mortis, 

Jtnoueb : Rire. folAtrer, badiner ; 
jocctre; et selon Borel,Youloir jouer ^ 
du Grec iVy(. 



Kl : Cette lettre <toit fort en usage 
dans la languc Fran^oise, dans les 
XI et xii^ siecles , et m^me dans le 
commencement du xin* ; mais k la 
iin elle commen^a 4 ^tre raoins fr^ 
quente, et disparut presqu'entt^re^ 
ment dans le xiy* siicle ; elle s'y re- 
trouve cependant encore , mats dans 
des copies d'ouYrages compost plus 
anciennement , et dont les copistes 
ont Youln conserYcr I'ortbographe. 
Elle est toujours employ^ pour, ea^ 
ce, cha et qua. Borel estime que cette 
lettre ^oit nn reste du langage que 
Pharamond ( qui ^toit AUemand ) 
aYoit apport^ en France ^ et en eftet , 



dit-il , elle est fort en usage en AUe- 
magne, et dans tons les pays sep- 
tentrionaux; il ajoute qu'autrefoia 
on fl^trissoit de la lettre k les calom- 
niateurs , qu*on leur appliquoit sur 
le front avec un ft r rouge , et que 
par cette raison ils ^ient appel^ 
kappophori, H dit encore que quel- 
ques-uns croient que notre mot cape 
ou cfu^, Yient de cette lettre , parce 
qu'elle en a la figure ; mais Barbazan 
pense , avec raison , que ces mots 
Tiennent de a^ai, parce que Ton' 
n'appelle proprement cape ou chape, 
que le Y^ement qui convre de la t^te 
auz piedf. 



Digitized by 



Google 



KAI 
Kjl, Uses A'a : Qu'Ji, que a, qui a. 
&ABAL , Aapal : Capital , fonds en^ 
tiers de qudqne tout , ce que I'on 
poAsede ; capUaUs. Yoyez Cabal. 

Kabal : Monture , cheral; cabal- 
las. Voyez Cabal. 

Kabah : Mauteau de berger. 
Kabas : Panier pour aller au mar- 
ch^ ; du Grec Aabos. .Voyez Cabas. 
Kab ASSBT : Casque, armure de t^e. 
Kachb , Aace : Poursuite en jus- 
tice , amende i le plaisir de la chasse ; 
quasfoiuf. 

KAcntpB, Aac^or, 'Aachiere, Aa^ 
Merre, Aacterres : Chasseur, Teneur ; 
de qu€usare , dont on a fait , dans la 
bas. .lat. caciare, chaciare, Yoyez 
Cachikr. 

Fins Cheralien tDgoisseax, 
Qui • perdu toa hamoU , 
He Tieile , coi ut 11 feu, 
BCaiton* Tigne, et hlS et poU, 
If e Aachiere , qui prend soli » 
He moigne luxorieox , 
Il*e«t envert moi angoissenz , 
Que je ne aoie de ceus. 
Qui aiment de «ur lenr pole. 
XXVI* Chanson du Roy de Na/Hort. 

Kacibb , Aacher : Chasser , jouir 
da plabir de la cbasse. 

KAnzAU , Aadel , Aadeie : Jeune 
chien; de canis. 

Kadere, Aaene , Aaiene, tai'ne : 
Chaine, lien, attache; catena. 

KAiHK : Enchain^. 

Kaboukde : Concombre. 

Kahus : Ent^t^ , obstin^ , t^tu , 
opiniAtre ; de caput. 

Rai : Barreaux , grille de fer. 

Kaiaue : Jouets ou joujous d*en- 
£uu. 

ELaieb : Chandelle de cire , flam- 
beau. •* 

JLkiiwjLiAadere, Aafclle : Fauteuil, 
tt^e, chaise, ehaire; cathedra. 

Je Toi merToilleft fai|i c*ett jour , 
Doat Saiote GlUe est coastmniere , 
Kle fiut laBp« MM konere , 



K A L A3 

Car on met le fol en Aai^ , 
Kt cU qui sont de sens nwjours , 
Sont Til et rebout^ arrjere. 
Miserere du Rectus de Mofiens , strophe 4- 

Kaillubs , lisez k'aillurs : ^'ail« 
leurs, qu'autre part; d'aliorsian. 
Ensurketnt dcvez sarer 
Ke le Rei la gent plus honurer , 
D^t en sa Curt Teralement , 
t. en consistoire oisement 
Plus A'aillurs, kar done apent 
Al Rei s^ fere dr^it a la gent , 
JCaiilurs sunt k tort grevez. 
La d^irent estre relerex. 

Les Enseignemens d^Aristote. 

Kairs : Nom propre, Cain. 

Kains of!ri , s*offri Abel , 
Ifais au plus gent don , n*au plus bel , 
Ne fist pas Diez plus bel semblant. 
Miserere du Reclus de Moliens, strophe 74. 

Kaul : Renverser, culbuler, tom- 
ber; cadere. 

Kaitip , kaitis ; au fdm. Aaitive : 
Miserable, malhenreux, infortund; 
captivus, 

KAiTiyiTi : Malheur, infortune ; 
captipitas. 

Kal , lisez A*al : Qu'4 , qu*au. 

Kalamay : La f<6te de la Chan- 
deleur. 

Kalambl : Chalumeau, 

Kalehbubdbnes : DiscoursTagues 
et inutiles , balivemes, sottises, petits 
exces de jeuuesse. 

KALENns : Nom donn^ aux conf^ 
renoes des cur^ et aux conir^ries, 
qui se tenoient ou s'assembloient le 
premier jour de chaque mois. 

Kalxnuieb : Calendrier. 

Kalerobe : Cigale , insecte. 

Kjullemaine , pour Charlemagne ; 
Carolus' Magnus, form^ du Saxon 
Aerlf fort , vigoureux ; et du Latin 
magnus. 

Monk iert U regnes descr^ni > 
Apouriez , et decheoz 
De sa hautesce Souveraine , 
|>uis la mort au Roy Kallemaine. 

GuUL Guiart^foL is, i(*. 



Digitized by 



Google 



44 KAN 

Ralles : Charles , nom d*hoiiune. 

Kambbe : Appartement , ]ogis , 
chambre; camereu 

Kambbelanc, hamberlenc : Cham- 
bellan , ▼alet-de-chambre. 

Kamoussbb : Blesser, meurtrir, 
^eraser. 

Kanabustin : Tablettes, journal. 

Plonrei, tmant, cw Traie tmonrt Mt mortt 
£o chest pais , jamais ne le TerreSy 
Annit par nitlt vient buskant 4 no port« 
L*arme de li qu*onportoit una maiiffes; 
MaU Unt me hst li Dyables d« bontes* 
LVrme mit joa tant quVle ot trois o^ • 
Piu et par eas o^ iert li mons retemu , 
Che tmis lisant en on Aaimhustm 
On je le mis en escrit ier matin. 

Servtmtois et sotei CkmnsoMS, Mst. dm 
14"^ siicle,fomisd0r£g^de Paris, 
foi. 3io. 

Raitastkb : Panier, manne a em- 
baller des marchandues ; camstrum, 
Voyez Cakistbe. 

Kaneal , V lues kank*al : Tout ce 
qu*a J tout ce qu'au. 

Al llei ki soUit dnnkea ti^iter 
Des grans bosoignea k espl^ter, 
Les arentores esclarir ^ mnatrer, 
£ Ua boaoignes parfnmier , 
E Mduik'al regne ^ i la gent , 
Apendist de nrastrer l^aniMot. 

Les Eiueignemens ttAristoit* 

Kavne : Pot , cruche ; canna, 

Kanoisitb : Chanoine. 

Kansouiv , kanson, kansouy Jtani" 
sou : Chanson , petit poeme fort court, 
qui roule ordinairement hirdes aven- 
tures d'an^our; de canticmm, et non 
de canttts sonus. 

Kant : Tout , autant , combien ; 
quantum, Kant k*tl a(H}it : Tout ce 
qu'il possMoit , tout son a^oir. 

Kant : Lorsque , quand ; quandb. 

Kant : Chant, action de chanter; 
cantus; d'ou kanter, ka/Uar, chanter; 
tantare; en anc. ProT. cantor. 

Kahtaooub , kantaXre : Chante«r, 
chantre; cantator. 



K AR 

Kartebp : Canton compost de 
cent Tillages. 

Kaoib : Tomber^culbuter ; cadere. 

Kapiele , kapeU : Chapdle, petite 
^lise ; capelia. 

Fiat la kapikh faire , 

Attsi biela com nule el mondc } 
Et ai ie tiat Caire r^onde. 

PhiUppe Momskes , Jot. 6t. 

Ka»»e: Petit tonneau,baril,caqiie. 
Kab : Pourquoi, car; quare, 
Kae : Charriot , char ; currus* 

Li Baron ne vorent paa sejomer longement » 
•ins dirent qn*on'aparetllaat per moToir, et 
li Dna respond! » Toltntiera ; U kar Inrent 
appariUi^ et E somier toan4 at apreat^ com 
por moToir. 
Boman de Mkrkes, fls de Katon,/bL 33, F*, 

Kaea, kare : Le visage , la £ice ; 
eara, 

Ka&agtee : Mot par lequel oa 
d^ignoit quelquefois Tannonce da 
sceau appose au dos d*une charte 
eccl^iastique; character. 

Rabdonal, kardoniojc, kardou- 
niaus : Cardinal; cardinalis. 

Raeesme : Le temps de car^me. 

L*antrier entor la Penteaeonte , 
Ftti k Court a nn riche oatcl , 
DWe moult grant gncrre mortel , 
OI parler de denx Barons : 
Li ana aroit k non Chamage » 
L*aatre karesme le felon. 
BataUU de Chamage et de Karesme. 

RABBSMiAUx : Le camaval , lea 
jours gras. 

Raekt : Terre couyerte de sea 
fruits ; carr^ de terre environn^ de 
haiea, comme les closeries dans TAn* 
jou , la Touraine et le Blesois. 

Rabiaos 9 cariage : Manage ; train 
de grand seigneur. Fojrez CAais et 
Cabiagb. 

Raeibe : Voitarer, condnire une 
Toiture. 

Rabiole : Grand nombre; kyriette. 
«- Ua Juif dit 4 mi Cbf^tiea que 



Digitized by 



Google 



KAR 
e'etl va alms dlionoier la Yiei^e, el : 

Trop est grant hontc , 

Qmat niu lioiiu croit qptt C grant Diex 
Fa b4 de tele Ifarlole , 
B en Mt nit tes kariok , 
Vk n Doottier , ne mootteret , 
OA a n*ea ah on li* on set. 

Omakr de Comsi, i». i , ckap. 4. 

&Amio« : Droit qui revient tur U 
Hm/t > a celui qui la conduit des 
diaapa dans les granges da d^ci- 
mceiir. 

Ka&issl : Sorte de tonneau, ca* 
qae , scion D. Carpentier. 

KiLRiTi : Amour du prodiain, 
Aarit^; cantos* 

Kaelb , Karl, Kettles , Karlin , 
KmrUm : Charles , nom d'homme ; 
da Saxon KeH; Carolus. 

CtBToiCise qui rant pit que leipant Tolana , 
A koni tout le monde , dont je rai trop dolans, 
UEgrlm* fnat en France, ancore i fott Aolana , 
Teatt pooir contra aiu, Taumona ne Agokna. 
LaFtedu MotuU , strophe i5. 

K.1&LB1ISNXL : Charles - M^nil , 
boorg du Pays de Caux, pr^ de 
Dieppe. 

RAmLOMAK : Carloman , nom pro- 
predliomme^composd de deux mots 
Stxons kerl et man, 

Kaesiax : Cr^neaux. 

Bd-acneO qniert de diambre tn chambre, 
Qni alert a karmimx apoies 
De la priiOiC , tox annies. 

* Roman de la tiiom, nten in^gS. 

KiaoLs : Danse , concert, direr- 
tbiement; de chorea, chorus. 

Fov ee le Jonr de Penthecoutte, 
Qoent let tablet fnrent ott^. 
En a la DnehoUe iMn^ , 
Let Damea en ta cfaaBibre o M»i 
For det parer en reqoi, 
Fenr aler cointea at Maroles, 

ha ChatttUum d$ VergL 

At jena , at fettet et at karokt, 
U Diex d*a0M»ra tient W etcolet. 



K A S 45 

KiaoLioa : Danseur, qui se di- 
Tertit , qui m^e la vie joyeuse. 

He let biax gicx, ne les grans joiet, 
£t pardnrablet et reroiet , 
Qne U karoldors demenent, 
Qni dedenz la porprise meneat, 

* Roman de la Rose, vers aoSi^. 

Raeolie : Sauter, danser, se dt-* 
Tertir. Yoyes Caroler. 

Et li borjfoit 7 fnrent en pretent , 
Karolent main A main, et chantent hantement. 
Tiededa Gaesclin. 

Karon : Charron , ouvrier qui fait 
et construit des charrettes. 

Karonna, Karone : Charonne, 
Tillage pr^ Paris. 

Rarotter : Aller et venir sans rien 
foire , s*agiter sans savoir pourquoi. 

Karpxe, Aarpine : Hachis de carpe ; 
de cyprinus, carpa. 

Rarreau : Mesure de terre conte- 
nant vingt et un pieds carr^ ; de qua- 
draius; en bas. lat. quadrellus^Yojez 
Caeeel. 

Raeyare : Compagnie de voya- 
geurs 9 caraTane. 

Rasal, Aasau, kasel, hast4au, kas* 
tel, Aastiel, katau, hotel , quasel : 
Bourg , ch&teau » manoir, domaine , 
habitation , forteresse , lieu fortifi^ ; 
casteUum. 

8e una home on femme est attend de ton 
a^ on de partie tor let raae d*nn ktaau on 
antra lenc qne le Seigneor tiegne , et U terme 
de la paie eat patti , il dolt aller dire au Set- 
gnenr qne ton fi^ cat attend tor tel leoc , et 
deaander ta pajre. 

Assises de Jerusalem , chap. 260. 

Rasgun, kaskun : Chacun ; de quis^ 
que unus. 

Rass^s , kassez, lisez k*assSs , k'as^ 
set : Qui asset. 

A aalii ton ffla eaToia , 
£t grant avoir li pretenta , 
Come eE k'assez en ont, 
Et li pria A taieli qn*!! tont 
X» A ton enfant biea amibt. 

he Phihtepke fail eeiet ta Mere. 



Digitized by 



Google 



46 K AU 

Rastk : Pur, honn^te, chaste; 
castas. 

Kat, kate : Chat , chatte ; de auits, 
fin , rus^ , adroit. 

Kateline, Katel6ne, Katenne : 
Catherine, nom propre de femme ; il 
8*est encore ^rit ainsi Ji la fin du 
XIV* si^cle. 

Helas, Bladame , a*!! a failU en la promesae , 
Toua av«x oui aoa excnae , il Tooa requiert 
tr^a hmnblement merci , et aaaai faiaona nom 
toutea pour luJ ; ct Toua , Dame Katerine , 
qaVn diatea voua ? 

Boman du pedt Jehan de Saintr^. 

Kativb , Aaitive, kaUtve : Ch^tive , 
mesquine , pauvre , miserable, infor- 
tun^ ; captiva ; en Ital. cadva. 

Katoh , Katun : Caton , nom pro- 
pre d*homme; Cato. 

laal com jto colt 

La grace del a^nt Eaperit , 

Dedena Katon eatoit. 



Kar ne aen ne aavoir 
IV*eat en home par voir , 
Ki de Deu tat ne aoit : 
Par eel enaeignement , , 
Re daoa Katon despeot , 
Me aemble qa'il aprent , 
Moi et tote gent. 
TYaduction desDUtique* de Caton , par 
le Moine Everard. 

KATRE:Le nombre qnatre^firoCuor. 

Si Toa avez done le voUir, 
En tko pur Twa delit^ir, 
Itele Tie an plaa demenes , 
Treix jora ii kotre , ii cooae mres , 
Ke mienz a^it h phu honeate , 
C*eat ke a^it fet eu prxret^ 

Les Enseignemem d^Aristote, 

Kav, lisez k*au : Qu'au. 

Kauclier : Bruit , tomulte , con- 
fusion, d^ordre. 

Kaurb : Gros liard qui acours 
dans le duch^ de Luxembourg; on le 
nomme Aaure de rot, 

Kausb : Cause, objet; causa ; en 
anc. ProT. Aausa. 

Kavsbihx : Babiilard , causenr. 



REM 

Kaute-^pvt : Qui fat haute, 

Kauwelbxib : Rederance pour le 
rachat du service qu*on doit k son 
seigneur avec des chevaux; de ca- 
biUhts, 

Katal : Cheval ; caballus. 

Kaybchbul : Trayersin, oreillfsr. 
Foyez Caybcbbul. 

Kataob : Ce qu'on paie pour ob- 
tenir la permission de charger et d^- 
charger des marchandises sur un 
quai ; en has. lat. Aaagium, kaiagium. 

lLjLY%wJs.^kadjere,kahjrere,kayeUe : 
Chaire, chaise; cathedra, V. Cai^re. 

Kaze : Case , hutte, cabane; ctisa. 

Kb : Que; ki, qui. 

Sire a aaicluex certainement , 
Ke oelai doit tenir ploa chier* 
Ki por aon boin enaoignement , 
L*aime de loial caer entier ; 
Car oortoiaie et grana honora 
Plataent ploa a loial ami , 
Ke beaut^ , ne Ireache oolora , 
Oik il n*a piti^ ne merci. 

XLV^ Chanson du Koi de Navarre , 
strophe %* 

Keillir, keuilUer, koHHr: Cueillir, 
ramasser; coUigere. 

Diex ! ai je pooie keillir^ 
Don fruit mnr de Tona amer , 
Si com Tona m'aves fait aentir 
L*amor d'aral et comperar , 
Lora me porroie aaoler (et non aaveler). 
LXFl* Chanson duBoideNaimrre, 
strophe 5. 

KxiR : T<nnber; cadere. 

Or 06t une grant merreille ke en cde eo- 
lombe dont it kei aTal » aroit ymages d« 
maiutea manieres. 

Fille-Hardouin , Mss.Joi. 19, F'*. 

KxiRi : Girofi^, plante odori- 
f^rante. 

KxiTis : Malheureux , infortun^ , 
ch^tif; captivus. 

Kemakt, kement : Ordonnance, 
commandemeilt ; juge» maire de ville 
fond^ de procuration , celui qui agit 



Digitized by 



Google 



KEN 
au oomd'nn autre; commendado, 
commendatoPk Yojez Coman. 

KxMiy : ChemiiL 

KsM^ii : Chemin^, foyer; es- 
pace de chemin. 

Kkjcpdisjou , Uses k^em-pvis-jou : 
Que puis-je faire ? cela n'est point 
aa £iute. 

Encore carit^ kerrai , 

Mis Be «ai 0& qnerre U dole , 

Car je n*eii ai troT^ dena dole 

L& ok trover je le quidoie. 

Kem puis'jou? ae je mes-errai , 

D«« grana gena, grana biena ateadoie, 

Maia entoitr aoa mon tana perdoie , 

Aa petitea me retralrai. 

Roman de Charkd , strophe i So. 

KxMDv : Comihun, k I'usage de 
plnsiears, g^n^ral. Fo^ez Quemuw. 
Kbh , lisez k*en : Qu'en , qui en. 

Mala deaor me cooTient retralre , 
A rimoier et a cooler 
ITn conte c*ai oi cooter 
D*iiii Roi i'en terre Paieoie , 
Fa jadis de grant acignovrie. 
Huet de Tabor ie, Ordene de Chevakrie, 

KiM^B : ^oofflet, coup sur la joue, 
coup de poing. 

KxH oissANCE : Discemement, con- 
noisMince , intelligence , fr^uenta- 
tion , liaison ; cognitio. 

Kkhoutke : P^^trer, savoir, 
avoir la connoissance , discemer, ap- 
percevoir, distinguer ; cognoscere. 

Kbnquis , lisez k'enquis : Que en- 
qnis, examine, ioterrog^; inquisitus. 

Dea maoa dont tant Toot hit grertry 
Kar lait l*ont por lai esprooTer, 
. Se por torment , ne mort fandroit 
De avn pnrpoa k'enqms avoit. 

Le Phdosophe qui oeist ta Mere, 

KsHsi, lisez k^emi: Qu*ainsi. 

Cil dient k'ensi le feiont , 
Lora le aaiaiMent com maU^ , 
Li Eoia lor a dit 4 priv^ 
Se il parle , tnez le mo^. 

Le Phihsophe qui ocist sa Mere. 

RsHu : Yieux,rid^ ,i{ui a ies cke- 
yenx blancs , yieillard ; e€inus. 



KER 47 

EaToa poignant par aventnre , 
Un TJell home grant aleure , 
Sor una mole tote blance , 
Lapreaae deront et detraoee^ 
Merreille aemble bien prodome ; 
Tote aToit Aenue la come , 
Et a*ot la barbe blance et belle. 

Jhman de Dolopatos, 

Kbr : Car, en effet, attendu que; 
de quare. 

Keeme : Carme^ qui est de Tordre 
des Cannes. 

KsROLss , keroUes : Danses , con- 
certs, divertissement. 

Li pelerma Tat la Tole rolal : ne ne ae tor- 
net ne vera dextre, ne vera sloestre, 8*il voit 
par areatnre tender aocnne gent , il ne reatat 
miea por ceu , a'fl Toit faire nocea on heroUes^ 
on ancnne altre choae» j*ai por ceu ne lairat 
k'il ne treapaat, et k'U ne tignet aa Toye. 

Sermons de S, Bernard Jol lai. 

Peregrinus siquidem via regia incetUt: 
non deciinat ad dexteram , neque ad sints- 
tram ; si/ortkjurgantes viderit , ndn atten- 
dit; si nubentes, nut choros daceates , aut 
aUud quodUbet facientes ; nihilo minus 
transit, 

Keera : Croira, pensera. 
Kerr A : Cherchera , examinera. 

Tins enaigria qui te bevra , 
Cointea dk>iteriera qni te Aerra, 
Qni Aerra toi aana Tanite , 
Quant folement parler t*orra. 
Roman de Ckaritd^ strophe 141. 

Kerrai : Chercherai, examinerai, 
penserai, croirai. 

Je lai bien que aa fana guerre ai^ 
Jamais qu*il m*aiment ne Aerralj 
n dient que je lea laidoie , 
Maia poor chou pea ne rekerrai , 
Encore carit^ Aerrai , 
Mk» ne aai o4 qnerre la doie , 
C»r je n'en ai trov^ dent doie , 
L4 o^ trorer je le quidoie. 

Roman de Charity, strophe i5o. 

Rbrre , kerrer, kerrir : Chercher, 
examiner, ^pier, veiller, surveiller, 
Gi^ire, penser, imaginer; qucerere, 

Rerrovt , troisi^e personne du 



Digitized by 



Google 



48 KEU 

fatar des Terbes keiUir et henir : 
Tomberont , ramasseront , cneille- 
ront ; chercheront , eiamincront , 
croiront , penseront. 
RsasuN : Cresson. 

▲ fere emplaMrt por dertret , premes her* 
smn de ere et Tif argent qui f^t aiortefi^ , 
et Mlive de home k jean , et tronbles , et me- 
tes deMf. Mu. de la BibL Imf4r,,/6mU de 
tSgiise de Paris, tfi 9. 

K.1RUIEE : Cdui qui laboure poor 
son compte, propri^taire qui cultiye 
f€s propres terres. 

Kbstb : Grille y barreanx* 

Keu , keue : Bout , extr^mit^ , 
queue ; cauda; an pluriel keux. Yoj. 
Keux. 

KsuDEA : Cneilleray tombera; du 
Terbe keiiHr. 

Par le fmit fn li premiers plort , 
Quand Ere fiat Adam p^duer ; 
Maia kl don bon £rait rent mangier, 
Dieu aim et la mere et ton non , 
Si keudra le fruit de aaiaon. 
LXFP Chanson du Boi de Navarre. 

Keudek : Coudre. 
Kbub , lisez keiie : Tomb^ , ren- 
Ters^, et ^chue; de cadere^ 

Ette Tit vie etp^ qui i nn det Larroni 
•etoit keue , si le prist et Tint Ters lui en sail- 
lant de monlt grant ire, et le cuida ferir 

parmil e cors ctant se tenrent, et cle 

a*atome et dist : Sire, je iui endiainte et en 
«nfert^ sni keue, 

JUman du Cuens de Pontkieu. 

RxuERiB : La cbarge du Grand* 
Quenx de France. Foyez Kbux. 

Kbubbeibf : Loi de la commune 9 
coutume. 

Kbvbb : Cb^ne ; en b. lat. cerchimn, 

Kbueb : Loimunicipale,commune. 

Kbdribb : Juge , ^bevin. 

KxuRiii : Courir ; currere. 

£nTie set tonte la Boule , 
Par sen fil mesdit Mai gonle , 
Te tralst , car ele est conarde , 
Et qaant ose iatir de gaiole , 



KEY 

Far moot grant orgneil te desWe^ 
Une fois keurt, antre fob tarde. 

Miserere du Beebss, strophe ia3. 

Keuet : Court, se bl^te. 

De tantes petites gel^e 
le Toi tante flour engel^ ; 
Car U conrtil sont sans doature , 
La bise keurt k la toI^ 
Partont par plaine , par roie Ue. 
Roman de Chariti, strophe %%o. 

Kbut : Cueille , ramasse ; du Terbe 
keiUir. 

FS d^re et de ses delis , 
Orde est sa table, et ors ses lis . 
Tens ieut en son courtil «es lis 
lie ne set ne ne se deiconforte. 

Honum de CKariti, ttrcphe aaS. 

Kbutb , coUe, koute : lit de plu« 
mes, matelas; culcUa; et esp^e de 
biere. 

KbutE - poihtb , kieute-'pointe , 
koute^ointe : Grande couverture de 
lit , courtepointe , tapisserie ; cukita 
puncta. VoyeE Goute-poimte. 

Kbuyeb - CHIEF , kuevre - chi^s : 
Voile , cbapeau , coiffe ; operimenium 
capitis. 

REUTEB-rBU , kuevrefus : Couyre- 
feu , signal de la retraite. Foje* Cou« 

TEE-FEU. 

Revteie : Cacber, garantir^ cou- 
Trir; cooperire* 

Keux, kex : Cuisinier, mattre- 
dlidtel , celui qui , cbes le Roi, EToat 
soin du feu; coquus, 

Retal, kev€u , kevaus, kenut , 
kevias, keuiax ; CbtTal, cbeTEUx ; 
de cabaiius. 

Eaci chaeierent les Qrievs nne Hal et oe* 
ctstrent mult , et gaaignertnt asaes km aJt et 
antres aroin mnit , cnsi s*en retindrent i 
grant joie. yUhMardouin, 

Et li Tenisieas lor firm itner si plenten* 
ronscment com il conTiat de totes les dioses 
fue il OMifUat 4 kmem tt i Mrs d*omes. 

Aiit 



Digitized by 



Google 



Ob ala k le clitrt^ , s! imeiia on le fill co» 
vert de moole biax Reviax sans barbe , et si 
Citott febles qn^il ne se poolt soiutenlr. 

Roman du Cuens de Pondueu, 

Ketbel, kevrdl : Gherreau, che- 
▼reiiil; capreolus. 

Ha TMillait an cann caTel , 
Tlex liom qui fait saot de ka^rtU 
Muerert du Bechude Moliens, strophe 119. 

' Kex , keux : Caillou, pierre a ai- 
gniser; silex. 

Quant fn lerex dn mengier , 
Lor* eomeofa a agnisier 
Sob coouI k one grant kex, 

FaMuui du Prtstre erucifii, 

Ki , pour qui : Lequel , qui j k*U, 
^•fl, que il; en k'il, la. 

Petit et pesme rant tnit U jor de ma ▼!• , 
tt dist ^ Salnx Patriarches Ai Tit notre SIgnor 
Ckc k Hem, III* Sermon de S. Bernard, tar 
la nfeiUe de lfoel,fol, tj^ 

Ijt tiMB pnrchas detpeat 
Si mesonblement , 
A*i/ ne te faille : 
Kar ki le saen detgate , 
D*atttnii molt en haste 
Cnnqnerra la ritaille. 
TYad. des DisHque* de Caion, U», 3. 

Kiev : Chef, condueteur, qui com- 
■ande; commeDceinent , bout, ex- 
tr^mit^; de caput. 

An kief^ le qninsaiae n Tenm et amenra 
•en tesBioing, et le tenra U aTocas par le pan 
^sercot. jincienne Coutume ^Amiens, 

KiELT : GueiUe, ramasse; du verba 
IdUir. 

De eel froit ne pnet nns sentir , 
8e Diex ne le fatt premierement; 
Qai k Diea amer et serrir , 
Done coers , et eon et talent, 
Ca kielt don fruit trettot arant , 
£t Diex Ten fait rice seeort. 
LXFl^ Chanson du Boi de Navarre. 

Xjen : Chien, animal domestique. 

KiEVKRiE;KedeYance qu*on payoit 

tn seigneur pour la uourriture et 

Tentretieu de sea duens de chasse; 

- de canlv. 

II* 



KIO 49 

Ktxirvxs : Sorte de monnoie en 

usage k Li^e. 

KiEEEE : Charge , £ardeau , poids. 
KiBEXi^ : Charg^ , accabl^. 
KiEEEEE , kierkier : Chercher ; 

s'enqu^rir , s'informer ; qucerere ; 

charger, appesantir, donner ordre 

on commbsion; cargare ^ caricare. 
Se j*ai fiut plus de pechlez 
Ke je ne doi , Yierge , si depriez 
Vostre chler filz ke penancbe kierkie 
Me soit ponrquoi m^arme ne soit perie* 

Seryantois, lUss, de VEglUe de Paris, JbL 307. 

KiBT : Tombe , ramasse , s*engage , 

cherche. 

Par m^isme cheste raison , 
Prendrons essample don lion. 
Qniconqne kiet en nos |^tr , 
S'il pert se forche et sJvaToir, 
Moiut le tiegnent en grant Tiute , 
Nis li plosours qni Tont am^. 

Fahle du JUon maiaae, ptw Marie de Prance. 

KisuT , kieult : II ramasse , il re- 
cueille. 

Signor, de Tarbre dit rotu ai 
De natnre , de quoi amors Tient ; 
Don fruit menr conte roos ai , • 
Ke cil kieut, ki k Dieu se tient; 
Ifais dou fniit rert me resoTleat , 
Qui ja en moi ne menrira , 
€*est li frnis en quoi Adams pecha. 
LXFP Chanson duBoide Navarre. 

Kjevte : £sp^ dc biere. 

KiEDTE : Matelas , lit de plumes ; 
cuicita. Voyez Keute. 

KiETEE : Cuivre; cuprum. 

Ki-Ei : Combien que , autant que ; 
quotquot. 

Gieres ki^i onqnes cest esplr ki est crre de 
Bostre hiretage avons pris , ne dotons mie de 
la Tie des choses nou Tables. 

Dial, de S. Grigoire ,ia^,A$ chap, 1. 

Qootqnot ergo hunc spiritum hmreditatis 
nostrce pignus aecepimus , de vita invisible 
Hum non dubitamus. 

KiVEiir : Cousin ; cognatus. 

KioLTK : Blatelas , lit de plumes ; 
culdta. 

KioEAssAiAB : Hongroyeur , cor- 
royeur; coriarius. 

o ^ 



Digitized by 



Google 



So RR A 

KiEnLLB. Fbxez RTRnLLBS. 

KiRTBL : Sorte d*habillement. 

KiTKn : Laisfter, abandonner. 

KxABAUT, klabaudier : Sorte de 
chien de chasse ; au fignr^, criailleuFy 
pitiUeor. 

Klabots : Sonnettes. 

Ko. Foyez Keu. 

Kaiua : R^lement, coutame, loi 
mnnicipale. 

KoiLLia : Ramasser, cueillir ; col- 
Ugere. 

Bien qoic, dott fruit ne goiterti , 
Qoe koUU ai , •in^is iii*aTieDt , 
Si com • l*eofant , bien le Mi , 
Qui a la brance se lostient, 
Bt entonr l|arbr« ra et yient » 
He ji ■iiii4fc ne montera. 

UCFP Chanson du Roi de NanHure* 

• 

KoiRT : Agr^ble , gentil , joU ^ 
plaisant , lumable. Foyez Coint. 

KoiHTiSK : Grace , amabilit^; or- 
nement, parure, ajustement. 

Ko&B : Coq; gallus ; cuisinier, 
coquus; en Anglois cook, qu'on pro- 
nonce kouke, 

KoLis : Coup d*^^ donn^ stir le 
cou ; de coUum; soofflet qu*on don- 
noit tar la joue an r^piendaire 
cheralier ; de colaphus, Yojez Acgol 
et CoLis. 

Ron , lisez k*on : Que Ton , qu'on* 

De la glote et de la aentence 
Fa cii PhilotOfihet en tence * 
Et pen«a pais qa*il la ainsi , 
Dont Teitoit sa mere aatresi 
JTon tenoit moalt a prode fame. 
FahUau du Phihsophe qui occistsa Mer^ 

Rop : Petite mesure de grains. 

RoEiB : Peaux de b^tes mortes ; 
de corium, 

RosTELETE , cosuletc : Petit corset 
de femme, diminutif de costa, c6te, 
parce qu*il ne passoit pas les c6tes. 
Voyez Cote. 

REAiTTi : Promb, assur^. Voyez 
Ceahtee. 



RT J» 

Reantee : Promettre, assurer ^ 
garantir, cautionner^ credere; en has* 
lat. crearaetre. 

Ru^E : Couv^ , ponte , en parlant 
des oiseaux ; de cubatio. 

RuEiLLiE, kuUUr: Ramasser, cueil- 
lir, recueillir; coUigere. 

RuELT : CueiUe , ramasse. 

RuEYEE : Couver ; de cubare. • 

RuiTEL ; Broderie a la main et k 
TaiguiUe. 

Et ta estr^inderaa la cote par bys , et par 
raauc^n , et feras le amjte , et le coler de 
oiTre de kuUeL Bible, Exode, ch. a8 , !>. Sg. 

Strinmesque tunicam fysso , et eiaram fys^ 
sinamjactes , et baiteum opere plomarii. 

RuQus : Mari dont la lemme est 
infidelle, cocu. Fojrez Coquillaed. 

Rtnancib : £squinancie , maladie 
de gorge , esp^e de suffocation ; du 
Grec avfuyxn. 

Rtphoitismb : Supplice des an* 
ciens, qui consbtoit k frotter de miel 
tout le corps du criminel , et k Pex- 
poser ainsi au soleil bien attache , 
pour que les insectes vinssent le tour- 
nnenter sans qu*il p^t s*en dtfendre ; 
kypkonismus. 

Rteiaqub : £glbe; kyriacum; dn 
Grec kyrios, seigneur. 

Rteic-seat : Ancien droit qu'on 
payoit aux ^lises, tels que les pr^- 
mices des moissons , des fruits , &c. » 
form^ de deux mots Saxons kiric, 
^lise, et de seat, fruit, semence. 

Rteielles : Toutes sortes de prie- 
res ; d^nombrement ennuyeux de 
plaintes, de fails ou de citations, 
quelquefois de louanges qu'on se 
donnoit ; nom d'anciens vers Francois 
ou il falloit r^p^ter a la fin de chaque 
couplet , strophe ou stance , le vers 
qui le commen^oit. Ce mot vient de 
ce que les litanies commencent ton- 
jours par ces mots Grecs , kyrie^ 
cleison. 



Digitized by 



Google 



LAB 



LAQ 



S( 



LiA : An Ilea que. 

JuA^ iac, lad, iaict, lot /Lait ; 
lac, lactis; en bas Bret, lac, laez , 
let, leas ; en Langued. la. 

LabiEau : Sorte d'omement qu*on 
■ettoit an bas de lliabit miHtaire. 

Labets : AJori. 

L4BKtra , labour : Trarail , peine, 
filigne ; labor; en bas, Bret, labhur, 
labour. 

LABEumiR : TraTailler, se peiner; 
dianger sa condnite, se conduire dif- 
firanment^ se convertir; laborare; 
CB bas Bret, labourein. 

C3 en soriant U dist , Dame : 
T<M eitei ma mie et ma fame; 
Or ne me cries pas >i teore , 
Sa petis de tena Dlex labeure, 

Roman de Merlin, 

la petit d*eiire Dlex labeure, 
T^ rit aa main qnt an soir plenrey 
Kt tela eat an •oir coronciesy 
Qui an main est joians et lies. 

* Fabliau ttSstubu 

Labouaaos : Sorte d'imp6t dd sor 
Ici Tins d^cliarg^ d'un bateau a 
terre ) onTrage , tonte espece de 
trarail. 

LABouai : Traraill^; laboratus. 

Labourer, laboreor, laboureres, 
UUfourier : Labonrenr, trayaiHenr ; 
UAorator; en bas Bret, labourer. 

Qnant Diex nont ot d*enfer rescooa, 
S^ordena troia ordret de noni ; 
La premiere fa , sant mentir, 
De ProToire por Diea sernr , • 

Es ehapelet et es monttiers . 
Et Tantre In des Chevaliers 
Por JQf ticier lea rob^rs ; 
L*aQtre fa dei laborSors, 

La Bible da Chasulain de Bene, 

Labourer : Mettre en ordre, re- 
M^dier 4 de grands inoony^ens; se 
Conner du monyement, beancoup 
^ peiaei, travailier; laborare^ 



Labourbvr be yihs : Vigneron. 

Labourbux : Travaillenr, homine 
qni agit beancoup ; et selon le Glos- 
saire du Roman de la Rose, trompeur . 

Et se Tona ne t^res ploarer^ 
ConTertement sans demoa/tr 
De Tostre saliTe prenes , 
£t jas d'oignoDs et Tespreignes, 
On d*aalx oa d*aatre chose miintes 
Dont vos panpieres soyent oingtes : 
S*ainsi le faictes , ploareres * 

Tootes les foys qae toos Tonldres; 
Ainsi Tont faict mainta labovreiug* ^ 
Qui pais forent fins amoureas. 

Roman de la Rote, 
* Je crois qo*oa devrolt Ure houleux, qui 
en elfet signine trompenr. 

Labourivo : Tcrw labpnrable , 
champ en culture.. 

Labrosit^ : Chpse dont les bords 
s'^l^ent en forme de levres ; de 
labrunu 

Lac : Pressoir, male de pressoir. 

Lacais , lacajrs , laquet : Arbal^ 
trier, homme de guerre; laqueator, 

Lacer6n , lacheron , laicteron : 
Herbe oui , en la rompant , rend un^ 
espece de lajt , que les lapins et les 
▼acbes aiment beancoup; de lac f 
Monet d^riye ce mot 4e cicerbiUt, 

Laget : La^sse , abandonne. 

Cil mismes ki ester yaelt ancor ne lacet 
il mies la r^e , sel convient-il tote Toies 
chaor por ce'qa*il ne Toelt eiploitier , car cU 
ki apr& ront lo bottent et trabochent. 

Sermons de S. Bernard, jfbl, 1^4. 

Sed et qui ithre voluerit , nonquidemre* 
liffiens ^rdiwm , mlperficere in ea disdrnt^ 
lam, cadat necetU est ab iis quisfquuntur 
impulsus et eversus. 

LACEUf : Faiseur de lacets. 

Laches : Cuirasse , sorte de T^te- 
ment militaire. 

Lachesse : Negligence, I4cliet^, 
paresse ; de laxus, 

Lacbi : Lent , pareM^ux. 
a 



Digitized by 



Google 



Sa 



LAC 



LiCHiBP, lisez facJUef: L'achere ; 
da Terbe achievelfdiTiyk de caput. 

Fice Amour toat ce qa*il rondni, 
Ou d^eicbaper , oa de oomir 
S1X Tueh , sj me Uiue morir , 
If'en renroie-je jtmait a chief; 
82 Mil-je mort, se ne Vachief, 
'Ou I'aatre poor moi ne rachiere » 
ICais rAmouri qui li fort me gviere , 
Le Tooloit por moi achierer, 
Ifol maiu ne me pourroit grever. 

Roman de la Rose, 

Li€XEE : Attache, Her, enlacer^ 
laqueare, 

Bleos n*ett qui ao maetier afiere , 
Qa*il ne ritfent tout de nouriel , 
Sach^ns , trellis, et panetiere. 
Lacid au coit^ d'on cordel» 
Alouere, bourse, et coatel 
Escorgies « boistes anssi. 
PoSsies deFroissartf/bl. i8i ^coLi. 

L1CISSB6 : Haillons; de laciniosus. 

Lagitieux : Fol&tre , enjou^ , ba- 
din 9 d^bauch^ , libertin ; lascivus. 

La^on : Lacet, attache, pi^ge, filet ; 
laqueus; en bas. Bret. Uicz; en Ital. 
laccio; en Espag. lazo. 

Lacorn B : Habit d'^toffe grossi^e. 

Lagqub : Espece de citerne qu'on 
endnisoit de ciment , et dans laquelle, 
dans les ann^es tr^s-abondantes en 
Tin , on mettoit ce qn'on ayoit de 
trop , ponr I'y conserver jusqu*4 ce 
qn'on entdes tonneaux; laccus, la- 
cuna, locus* 

Lacbb : Cire a cacheter. 

Lacrims, lacnmde : Larme, pleur ; 
lacrimule, petite larme; laayma , 
/acr>-?7U(^ — Magdelaine cherchant 
J. C. apr^ sa r^nrrection, il Ini 
apparott en jardinier : 

Dis se to Tas 08t^» dis me 
M tu Tas mis , et loi rendolent 
•Ses jenx de plemrs et de Uxennu; 
Et anssi le sien cuer hantisme, 
Por T^ir tont ce que desvoient. . 
Tutament tU Jekan d$ Meung, 

LiCRinut, lacrjmeus z Lar- 



IAD 

moyant , chagrin , en plenrs , qm r^ 
pand des larmes; lacrymosus. 
Chascna aroit ponr joye, dcsplaisance. 
Poor donlx maintlen, piteuse eontenanct^ 
Pour platsans ris , tristesse laerymeus€ , 
En lien d*esbats , de donlenr maniance , 
Ponr trouTer mlenlx , blen petite esperance. 
Omplainte de Charrohis, 

Lacrtmatoirbs : Petite fiole d* 
▼erre ou de terre cuite qn*on pla^oit 
dans les tombeaux , et qui contenoit 
les larmes des parens du d^c^^ , et 
celles des pleureuses qu*on louoit k 
cet effet. 

Lacrtmulb : Petite larme. 

Lagts : Filets , pi^ges , embiiches ^ 
de laqueus. 

Dien et Nature rons ont donni tel puis- 
sance, que vous mectea en tos lacCr, cners 
de Papes , Emperenrs et Hois. 

Roman du Petit Jehan de Saintri, 

Laobnoo : Nomd'une maladie qui 
r^gna k Paris , en 1427. 

Ladjbza : Largeur. Foyez Lis. 
Ladrb , Lagre , Laidre (S.) : Nom 
propre d'homme , S. Lazare ; Lazar- 
rus; en anc. Prov. Lebros, au pluriel 
Lebres; en Franc-Comtoia Laidre; 
en Irlandois Loudre; en bas Bret. 
Loir, Dans la Parabole du mauTais 
Riche et de Lazare , chap. 1 6 , y. 199 
de S. Luc 9 il est dit qu'il ^toit con- 
yert d*ulceres ; de lit on nomma les 
l^preux ladres, parce qu*ils inyo- 
quoient S. Lazare pour les gu^rir. 
Ce n'est qu*au commencement du 
xyii* siede qu*on nomma S. Lazare 
le lieu qui est hors la porte S. Denis 9 
k Paris. 

Chest droiz que on le liat et bout, 
L*enfrnn Tilajn qui menja tout , 
Conqnes au Ladrtt n*en fist part. 
Miserere du Rectus de MoKens , strophe 42 » 
paHtmt du mauvai^Riohe, 
Ladre fn tondns et pelex, 
lie docha pas de ses denx les» 
Sa piaus fut en cant renin frite 
Tant que il fust tons despeles. 

RomandeCharidfftropk^^S, 



Digitized by 



Google 



LAD 

Lad&xrib , ladrarie : La l^re ^ 
sorte de maladie contagieute fort 
commune en France dans le xi , xii , 
zni et xiT^ siecles , et qni henreuse- 
Bent est inconnue de nos jonrs ; b^- 
pital hers des villes on Ton recevoit 
les ladres on l^reux ; en anc. Prov . 
l^ros , lebrosia , ladrijhi. — Cette 
aaladie qni causa tant de ravages , 
fat , dit-on, le seul fruit que rappor- 
terent lea Crois^s d*outre-mer; ce- 
pendant Velly rapporte qu*elIe,^toit 
Fort commune en France vers le mir- 
lieu da Tin*' siecle , sous le regne de 
Pepin, et m^me long-temps avant. Le 
iiond»re des ladres deyint si consid^ 
table y qu'il n*y eut ni villes , ni bour- 
fades , qni ne se vissent obligees de 
bitir nne ladrerie pour les retirer ; 
enfin quelques bistoriens pr^tendent 
qali y avoit , sous Louis viii , deux 
nOle de ces b6pitaux , k qui ce t'rince 
ft en mourant des legs considerables. 
D^ qu*nn bomme ^toit soup^onn^ 
de ladrerie, il ne pouvoit contracter, 
lans specifier le genre de maladie 
duqnel il ^toit atteint ; sans cette 
pr^ution ses actes devenoient nuls, 
fl ^toit sequestra de la soci^t^ , et 
id^tgn^ sur une route ou grand cbe- 
md; on lui b4tissoit une horde (pe- 
tite maison) , on lui donnoit un man- 
teau gris , un cbapeau et une besace ; 
on le munissoit, en outre, d*une 
daequette, espeoe de cresselle, ou 
d*une petite sonnette , avec laquelle 
il pr^enoit les passans sur son mal- 
beureux sort, et emp^cboit qu*on ne 
t*approcbit de lui ; une tasse ou un 
diapeau, places de I'autre c6te du 
chemin, inyitoient les ames compatis- 
santes a lui faire Taumdne, et ensuite k 
s'doignerk Les lib^ralit^ de nos rois, 
des grands vassaux et seigneurs , les 
cbarit^ dn peuple , enricbirent ces 
retraites, et bientdt le sort des ladres, 



LAG 



52 



objet d<! compassion et dliopreur, 
derint plus digne d'envie que de piti^. 
On les accusa, ainsi qu*i>n avoit fait 
aux Templiers , des crimes, les. plua 
borribles, entr*autres,d'avoir empoi- 
sonn6 les rivieres , les puits et les 
fontaines. Sur celte accusation, dit 
rauteur du Dictionnaire de&Mceurs 
d:es Francois, Pbilippe-le-Long en fit 
brMer plusieurs , et confisqua tons 
leurs biens, qu'il donna aux Ordres- 
de Maltbe et de S. Lazare. 

Ladkbssk : Femme attaqu^e du • 
mal de S. Ladre, ou de la lepre. 

Laedke , Uuder, laideur : Percep* . 
teur de rimp6t appel6 laide; en bas. 
lat. leidanus^ 

Laxuk, la^ure : Largeur, ^tendue; 
UuUudo, 

do sant les fondein«nt8,qa€ Salomon getta, 
qa*il edifierent la maisoan DIeu , d^ tesMiuita 
cootea de loogure en la pKiner menirt, et 
de Tint contes de lai^re» 

Bible, Paraltpomenes, U¥» a, elmp., ?, v, 3. , 

Et hoBc iunt fimdamenta^ qum jeck Solo-' 
jnon, ut adificarettiomumDei, Umgitudinit 
cMtos in metuura prima sextiginta , latita- 
dinls cubitos viginti. 

Lafoad : Liberal , prodigue* 

Lagaiohx : Cbassie^ bumenr qui 
sort des yeux. . . 

LicAir : Beignet, gauffire, esp^ 
de patisserie; Uiganum* 

Lagan : Largesse , abondance 5 
^lintite, profusion. 

Lag Air i Dissipation , naufrage ^ 
rupture, destruction, mine; droit 
qu*avoit le seigneur riverain de re- 
cueillir, a son profit , les debris des 
vaisseaux naufrag^ , et les marcban- 
discs que la mer jetoit sur les c6tes : 
ce droit injuste fut aboli en France 
en 1 191 ; de labans;en bas. lat. laga 
maris, form^ , stdvant qudques-uns, 
de lex, legis; en bas Bret, lagan. 
3 



Digitized by 



Google 



54 Ii AI 

JjiaxviiTE : ' Pain xl« millet ; cte 
iagahtkih. 

LaojesAa ^lajkessa : Tache , cor- 
ruption , ittipurct^. 

tiiks^ : Sethi^em, rtHe de Jnd^e; 
^n b£ts'i|ret. lahem , motiastere. 
' I/A'iui^ : Barque , nacelle. 

Lai t La , article qui designe le 
genrte fiSminin. Jta« //z^i/ne • La largeur, 

Lai , Icds y Uiisse, lait, Imz, lay-f 
lays', layz : Plahite, g^isseraent, 
cri , complainte , lamentation ; lessus; 
kn bas Bret, leus, cris higubre \ piece 
de po^ste qui r^pondoit k nos ro- 
•toahces, et qui tontenoit ordinaire- 
ment Ic r^ctt d'une aventure amou- 
reuse, les sentimens d*uA amant pour 
Vk maitreMe, les tourmens qu'un 
coeur bien ^pris resseut par let con- 
traintes. qu'U eudyre. Tristan 9 dans 
le Roman de ce nom, ^tant ^loi- 
13^ ide la* belle Tseult, est souvent 
occupy a accorder sa harpe et k 
cfhant'er^es lais. Barbazan dit que le 
Uu 6toU ordinairement . cnrroy^ k 
li^elqu*uh , et ^h^ ^toit ^rit stir^ts 
bandes de velin , que par celte raison 
il vient de legatum. II cite le Mss. des 
Po^st^ de GuiUaume de Machault, 
vtk l^HBMRKt ^orit deft bus de i:ette ma- 
niere. J'observerai que dans toutes 
ies \\%x^Mt%i des Mas. <fax reprdsen- 
tent des poetes ou^anl^rs compd- 
sant pu i^^itant , cette m^me Jbaxide 
de v^lin y est toujours mise j pn pcujt 
a cet*^^M*d consulter les M^s. de 
U'ristan , de GuiUaume de Machault, 
Tes Cliansons M^s. du Roi de Na- 
varre^ tondi de 6uyon de Sardiere,, 
dont Ja gravure, tres-peu cqrrectc, 
ht trouye dans ration de la Kava- 
l£^re, Cbm. i , pag. aSs. 

Et U oisiax 4 baate alaioe , 
Qui tor le pin hf vt U cbantu 
Tin lais qai delitous chanty ( 
JA lais £d nonlt boo k eotradre , 



LAI 

Examples 7 ponrroit-on prendre 
Dont on Tawroit mlex en la fin. 

Li Lais de FOiselet, 

Lai : Abandonne , laisse , d^laisse , 
quitte ; imp^ratif du Ycrbe Uuer, lais- 
ser; laxare. 

Cort de Tint^ fiu«, et d'ordnre, 
Lai ton orguel, esgarde viant , 
Que tu Tenras en pourretnre, 
Pense c*as vers es nonrreture. 
Si prlteras mains tes aTiana. 

Le Despisement du Corps, 

Lai , laie, lais : Laique, homme da 
peuple, homme s^culier, qui n'a au- 
cun engagement dans T^lise ^ au 
figur^ , ignorant; latcus ; du Grec 
>M«si en anc, Prov. laie. 

Lai, lais : tsle nouvellement form.^ 
dans une riyiere ; elle appartenoit au 
seigneur dont les terres ^toient plus 
pres de la riviere. 

Lai A : Abandonna , quitta , labsa ; 
l€ucavit* Laiastes , laiss^tes ; Icuat, 
il laissa. 

Une caaine' ^*eUe arolt 
De fin or Uua sor la rive, 
Et cil qui de fine amor arire , 
Salt aTaut, la caaine a prise. 
La Damoiselle fu sosprise. 

Moman de Dolopaiqs.\ 

lakikftSylaepiS, laiensy l^ans, Uens: 
Dedans , dans j \k dedans ; ilHc, intJts. 

Saint Brandins nn petit se taist , 
Tant qn*il les rit ntre dolans , 
Lors dift, c*ett cist qui ert laiems, 

L' Image du Monde, 

LiTAus : Honnne lige , homme qui 
doit foi et hommage ; de legalis, '■ 

Laicbk : Lame de fer; lamina, 

LAiCHiiiii , laichier : Quitter, lais- 
scr, abandonner, cesser; laxare. 

Laictih : Qui tete , qui est k la 
mamelle; lactens, 

Laictieuir ( Tache ) : Vachc <jui 
donne du lait. 

LAin : Injurieuz , insultant , ou- 
trageant. 



Digitized by 



Google 



hJLl 
Laii>, laidance, laidang$, laidan-- 
gement, iaidenge, iaidie, laidure, 
imi, iedenge, leidenge : Injure, in- 
s«he , outcage , blessure , oltgnse , 
nfllerie piquante, qpprobre , igno- 
■unie , m^rU , affiront ; dd Grec 
^ii^fim i en Basque Uddoa* 

Qosn premiert TapeloitHl par ion hob, k 
taSi q«BBt li horn Den ne retpoodoit mie, 
Aakes mmpit fort manes 4 tea kudenges, 
DiaL de S. Gr^goire, lw,2f chap, 8. 

Priiu enim hunc 'vocahat ex nomine, cui 
€km vir Dei minimi responderet^ ad ejus 
mox contamellas erumpebat, 

Laioavova, Uddangier^ laidoier, 
laidoirer, iaidojrer, leMnger, ledan^ 
gier, iedenger, iedoier, leidenger, ies- 
denfer, loedorer, loidorer : Injurier, 
offenser, calomnier, intulter, ontra- 
ger, m^priser, aTilir, gronder, faire 
e(mfuaion, blester par des paroles 
IMqnantes , maltraiter de paroles ; 
Itede^; en bas. lat. laidare, ladare; 
caBasq. l a id azU U u. 

li ne aenu ai bien £aiaana. 
Que chaacnn a«a onnrret ne blaame , 
Chaacon le Iedenge et difXame , 
Maia de Porret^ ne Toua chaille , 
Fera de penaer comment qa*a aille , 
G>nmient la ponrrea eaeherer. 

Boman de la Bose.^ 

Et parml trestonte fa palne', 
Qa*il ot ai forte et ai greTaine , 
Uoe merreiUe 11 avlnt. 
Car onqaea en chel lin ne Tint , 
Qa*il trouTaat qui bien U deaist,* 
Ke par amoora bien li fcaltt, 
Mea anasi que tona le haiaaent 
Le laidangent et eacamiaaent. 

Le Chewdier au BariseL 

liUBB : Droit, impdt dont le per^ 
ceptenr s'appeloit laeder, laider; en 
bas. lat. leidarius. 

Laidia , Uudeier^ Uudiir, laider^ 
laidoier, Iddir: D^nigrer, rendre laid, 
rendre difforme , insolter, blesser de 
paroles , maltraiter, oCfenser, m^pri- 
scTi d^sbonorer^ fidre tort a quel* 



LAI 55 

qn*an, le blesser dans sa personne, 
dans son bonneur, outrager, dire 
des injures ; Icedere; d*ou notre mot 
laid ; d^ormis. Voyez Laidahgea. 

Li dot trenchant nona font aatoir, 
C*adea doit Chevaliera avoir • 

Droitnre et loiaolt^ enaamle , * 
Chon eat k dire , che me samle , a 
Que pins ricka nel pitiat Uudir 
£t le foible doit aoostenir. 
Hues de Tabarie, Ordene de Chepdlene, 

Laiduab , laideur, laidurie, lay" 
dure, IMure, leidure : Mauvais trai- 
tement, fl^trissure, insulte, outrage » 
injure; tort , bonle , m^pris , d^sbon- 
neur, blessure dans le corps et dans, 
la reputation , tacbe ; de laedere; en 
anc. ProY. laia, lauia. 

Et regarder Tona plalae, aainte cr faur t, 

Snr leor eatat , lur leor nature , 

Si bien , et ai aoigneuftement , 

Que leur bonneur accroiaaa et dure, 

Et pnlaae durer aana laidure 

A jamais sans deffiuiment. 

Oraison ^ N, D. pourgarder tJffonneuf 
des Dames, 

Laib, laigne , laigrde, lais, layCf 
^y^^» l^yet : Bois , for^t ; lignum ; 
en bas. lat. laia; en Ital. legno; en 
Espag. lenna. 

Lai^b : Bail, loyer ; locatio, laxa^ 
tio. Voyez Accbnsbmeut, 

Laib gbns (li) : Laiques , les geni 
du monde ; au figur^ , les ignorans* 

LiiiiA , laier : Quitter, abandon- 
ner, laisser k bail on a eens; laxare* 

Sire , le dol laiez eater , 
Par joie poex conqneater 
Yoatrefilz. 

Boman de Dohpatos, • 

Laiba : Diviser un bois en plu- 
sieurs parties , y faire des routes ; 
marquer dans une for^t les arbres 
qu'on veut couper ; de lignatum ire. 

Laibs, lais : Dons faits par testa- 
ment, ltg$'f legata. 

4 



Digitized by 



Google 



5(> LAI 

Lajes GBirs : Laiques , s^uliers t 
gens du monde ; laid. 

Laiete , layete (rime) : Alloaette; 
alauda, landula, 

Lai£tte , layette , liette : Cassette , 
petit coffre, case, tiroir d*uii bureau, 
d'une commode ; de lignum. 

Toot premier, m rmu , Gaillemetta , 
Qui sfarex o^ sont mes escus 
Dint la petite layette : 
Youa lea aurez, t*ili 7 gont plat. 

Testament de Ptuhelm. 

, LiiEYEii : Ddlfiisser, quitter, aban- 
doaner; laxare, 

Laign E : Bois ; lignum ; bi!lche , 
bois en corde ; ligna ; d'oii laigner, 
laigniery biicher, lieu ou Ton serre 
le bois. 

Car engi cam 11 feut defalt quant let lai- 
gnes deffatlent , entl treapesset U mnndea et 
aes ca vises , ct n'en eat miea dotte ke- aes ea- 
joifisemenz ne treapast aoai. 

Sermons de S, Bernard, foL 88. 

Sicut enim llgnia deficientibus deficit ignis : 
sic mundus transit, et concupiseenda ejus, 
haud dubium quin et ketitia quoque, 

Laignee, laignier : Reprendre, 
murmurer, gronder. F'. Laidakger. 

Laigniee : Charret^e de bois k 
briiler; droit de prendre son chauf- 
fage dans une for^t ; de lignaritis, 

Laim , lain , lisez I'aim , tain : 
Pour i'aime , je Taime ; du verbe ai- 
mer; et non pas un substantif, comma 
le dit le Glossaire du Roman de la 
Rose , qui lui donne la signiHcation 
d*agr^ble , gracieux , et contraire an 
jnot vilain. 

Geatillesae est noble et si tain, 
^u*el n*entre pas en coeor Tilaln , 
Pource vous prie mon tr^t chier Pert 
Qae Vlllenle en vous n*apere. 

Roman de la Rose, 

To qui SI me mors et me piques, 
* Me redeisses de reliques. 
Que ce fu lais moU et rilain, 
ConiUet est beaits mos et s2 tiun, 

Mim/e Rpwum. 



LAI 

Lain : Laine, toisonde brebis; Utna, 

Lain : Lent , selon Borel , qui cite 
le Songe du Vergier. 

Laih^ , lainu : Bien garni de laine ; 
lanatus , lanosus. Drap lainu : Drap 
bien fort , bien ^pab. 

Laiheeie : Lieu ou Ton Tend la 
laine; lanaria. 

Laingue : Langue, pays, nation* 

Lainiee : Ouvrier en laine, on 
marchand de laines; lanarius. 

Lair : £spece de rat des champs 
qui dort presque toujours ; on le 
nomme en certaines provinces leroit, 
lairon, et par corruption laron. 

Lair , laire : Espece de hki. 

Laira : Tristesse , chagrin, peine. 

Laie A : Delaissera , abandonnera ; 
lairai, laisserai« 

A dieu mon bon Seigneur et frcre, 
I¥e t*en chanU, Dieu nous aidera; 
Grace et confort en luj espere 
An besotng point ne te laira. 

Dialogue du MontUun, 

Laire , l^ire^ liarre : Lierre; he^ 
dera; on a dit lehierre, ensuite lierre. 

Laire, lairre, Idire, lere , lerres. 
Hare, liarre, lierre : Larron , ▼oleur; 
latro ; en Auverg. lairou ; en bas 
Bret, ladr; en Ital. ladro ; en Espag. 
ladron ; en Langued. et en andea 
Prov. lair. 

Justiciers entent por aprendre 
Justice faire sans reprendre. 
Vers celui qni son fait compere, 
Aies le cner et dur et tendre , 
Toi le couTient amer et pendre ; 
Amer, porce qn*il est ton frere ; 
Pendre porce qu'il est lere. 
Le Reelut de Moliens , foh 63, V. 
LAtEEE , lairrer, lerer : Quitter, 
laisser, abandonner; linquere, laxare. 

Car aujoard*ny je auia k tel amje , 
Et est par moj mont^ en hault degr^ , 
A qni demain je sera j ennemie , 
£c tout son beur je ne luy /tfcrvf^mie, 
Aina donnj to«c alUenrs boa gr^, mal fi^, 
Daue$ OMUt Avugke. 



Digitized by 



Google 



LAI 

L^miMET : OaTertare m^ag^e an 
bite de la maison , pour aller Mir la 
toitvre. 

LmmM , ierris, letris : Champ en 
ftkh^ ; en bas. kt. larridum, 

liAimn , lUez fairme : L'ame , Tes- 
prit; amma. 

Lixnovs, lairrons : Nonslaisserons* 

Laiahek AiLLB .' Troupe de larront 
on de coqnins. 

Lais : Quitt^, abandonn^ ; laxiUus; 
d*on lais, UUst, jenne baUveaa qa*on 
conserre pour qu'il yienne en haute 
ftitaie. 

Lais , Uust : Ce qn'nne iiTiere 
domie on laisse par aUuvion an sei* 
gnenr haut-justicier ; de taxatio. 

Lais , Uust : Bail a cens et k rente. 

Lais : Ce qui reyient par testa- 
Bent 9 legs ; testament par lequel on 
laisse et donne son bien; legatum; 
ea bas Bret. laet. Vojez Lai. 

Lais : Insulte , aflfront j opprobre , 
injure ; laid , difforme , mal fait ; de 
itdene. Yoyez Lai. 

Lais : Piece de po^ie qui r^ond 
a nos romances; lessus, Yoyez Lai. 

Hant chant delectable et pUiiant, 
Chafcnn oiseau alolt laiMnt, 
Lais d*tmoQr et sons trii-coiirtois 
Qiantoit en ton petit patoU. 

Roman tie la Rose, 

Lais : Tlkche impost k quelqii*1|n ; 
de laxado. 

Sire, mere!, coiifei en aoi 
Si MTex que pas ne m*enfat , 
£t fif mon Uus bien m'en sonvient , 
Si comme falre le conrient 
A cenx qui sont en Tottre homage. 
Roman de ia Rose, 

Lais : Laique, homme du monde; 
laicus; du Grec XaU, Dans la citation 
nuTante il ne simifie pas , pi^ de 
Yers, comme le ait Borel. 

IJk teroit adtDce faillie 

So pbttitiira Glert, a'en daiotiB ai«| 

It pM M It ifroit te My 



LAI 57 

Qui Icrnt rond^nx et Tirelals, 
£t qni t^Tent metrilier , 
£t plnsienn chotes que me«tier 
Fout i roaintet gent k deliTre, 
Qu*ili ne tronrent pas en leurs Uyret. 
La fontaine des Amoureux de Science, 

Lais : l^outes faites dans les taillis 
pour les mesurer. Foyez le titre 11 
de rOrdonnance des Eaux et Fordts. 

Lais : Ambassade , legation. 

Laisant : Qui abandonne, qui ne 
se charge de rien , paresseux. 

Pensez-Tons qoe je soy laisant? 
Et que Toos porteres le fais. 

Farce de PaiheUn, 

Laisard , iaisarde, lesart : L6zard, 
petit reptile de couleur vcrte. 

On pins avoit sansues , 
Et Uusardes, et dars. 
Singes , serpens , et onrs; 
El lyons et lyepars, 
Et scorpions et tingres » 
n Tenoient povr boire 
Monh fn kis 12 essars. 
Le Dit de Ffourenee de Rome, Mu, de 
VEgSse de Paris, n"" M^ yfoL sio. 

Laisghx : Lame d'^p^ 9 barre de 
fer; lamina; en bas. lat. lama; en 
bas Bret, lamenn; en Espag., Ital. 
et Grec mod. lama; en aoc. Grec 
elasmos. 

Laisb , laize , loise : Largeur, ^ten« 
due; de lotus. Yoyez Ue. 

Lais-m X : Laissez-moi. 

Laish^ : Charge de laine ; lanatus, 
lanosus. 

Laissado 9 au fdm. laissada : 86" 
par^ , abandonn^ , quitt^ ; laxatus. 

Laissx : LAche, foiUe f abattu. 

Laiux : Barbazan FexpUque par, 
discontinuation , abandon ; besogne , 
tAcbe vipos^; et Borel , par, chan- 
son , pi^ce de po^ie ; lessus. 

Ja tant n'anront mantel ne cote desram^, 
Qwe la ^r«mitrt kdm ne soit bien escont^.. 
Haon de FUlen^me. 

Laisssmxjiv: Bail, baox, abandon. 
FQX€i^ Lais. 



Digitized by 



Google 



58 LAI 

LussvB. : Emp^cher, exempter; 
permettre , cesser ; Urder, manqal^r ;' 
de laxare. 

Ya t*en untost a Ciilpliat , 
Kt lot di qa*U ii« louse pai 
Qa^il no Tiegne par devers moT, 
Tr<igidie de la Vengeance de J. C. 

Xi totmolngnage des enfans est li pins Trais , 
Car lor natare ne lor laist mentir. 

Proverbes de Seneque, 

Laisseb. a quelqu^un (se) : S*aban- 
doaner a quelqu'un , s'cn rapport«r 
k lai , s*y confier. 

Laisser DEOAirs 9 laisser dehors : 
Laisser entrer ou sortir librement. 

Laissiee , kUsser : Quitter, cesser, 
discontinuer, manquer ; laxare. 

Laissiee, subst. : Abandon , d^lais- 
sement , discontinuation ; lax€Uio. 

Laist , lait : Quitte , laisse , aban- 
donne; emp^che. 

L*etp^ prent tr^ tote nae» 
Smux le glaire ae lait ck^oir. 

Roman de la Hose, 

Lait. Koyez Lais, 

Lait : Alfront , insulte , outrage , 
ignominie , crime , p^ch^. Faire par 
lait, malgr^ soi, a contre-coeur; dire 
lait, insvUter, outrager, injurier. 

Bien celeroat CMtai forfait, 
He doU paa A yona faire but. 

£t ot honte del lait sa mere , 
Xm Tit lors vers lot si amere , 
Que trop bnoit a lay mat faire. 
Ze Phihsopke Seeumdus, dam tlmage 
du Monde. 

Laitahce : Mortier de chaux d^ 
Iremp^ avec du sable et du ciment. 

Laith : Lait , liqueur que la nature 
pr^re dans les mamelies ^eft*fe- 
inelles pour nourrir leurs petits ; lac, 
lactis; en Irland. laith. Voyes La« 

Laitisse : Fourrure, pelisse de 
couleur grise , de couleur de lait. 

Laitee , laitrie. Use* Satire , ^ai- 
trie : Cour, place , ▼cstibule j apdum. 



LAM 
Laittuaieb , Uuiuaire, laitu^re .* 
l^ectuaire , ^txir , composition d« 
m^ecine , sorte de m^icament. 

Mais je reqaemt an lattuaire, ^ 
Can petit at trop esloogi^ , 
A tous les autres preas congl^^ 
Cist laituaire c^est la sade 
La saroareose L^ochade , 
Qoi me refait toote la boo^e , 
Laes que ma langae oa pea y toudie. 
Miracle de Sainte Liocade. 

$*il reTienent de Monpellier 
L>or lettuaire sont moult diier. 

Bible Gidot,foL xo8. 

Laiyaitee D*iAU¥rE : Grosse nu^» 
grande pluie qui lave et p^netre bien 
la terre, lavasse; de hwatrina. 

Laix , lait : Legs , chose l^u6e ; 
bail a fenne ou a loyer. F, Lais et Lai. 

Laixaee ; Laisser, quitter ,*aban- 
donn^; Uucare. 

Laizado : Souill^ , corrompu. 

LaizamJbks : Souillure , impuret^. 

LuzAE, laleziscar: Souiller, giter, 
infecter, corrompre , devenir sale. 

Lalke , lisez I' alee : Action de 
marcher. 

Lalo : Domaine , maison de cam* 
pagne , fonds de terre , heritage. 

Lamanteuse : Pleureuse , femme 
qui pieure et se plaint ; iamentatrijc. 

Lambaulais , lambulais : Fos- 
soyeur, qui reroue la terre. 

Lam BEL : Lambeau , chiffon , hail- 
Ion , reste ; selon Borel , il vient de 
lamhellum ,• corrompu de lamina. 

Lahbiquee : Distiller, tirer, ex- 
primer. 

Lambeeg : Eclair, lueur, ^dat de 
lumiere. 

Lambeequin : Panache , ^charpe , 
terme de blason. 

Laxbbois, lamhru, lambrueiz, lam- 
bruiz: Poutre, planche , plancher, 
lambris ; d*imbrex. 

Lahbeoxsies : Lambriss^ , garni de 
plandies. 



Digitized by 



Google 



t A M 

Pm 4« dtrer* 1* pra«rie. 
Me mlfi enmi la uuustre rae, 
Chetcon ao col les brat me mt , 
£t me font merreilleuse joie; 
CcU nait jai 4 U uHlBJoie 
I>« parris k TofUl Largetoe, 
Hois a httu de Toitel Pronetca k 
En one sale lambroisies , 
£n dous chaieres de boUiet , 
SIstreBt Largasce at CortoUie, 
Par anor e par eompaagnie, 
A na octel eoMole Tindrent. 

Tottnwiement tfAnttcKrist. 

Lambhoissieb , lambrucher : Con- 
TTir d'un lambris, plafonner, lam- 
brisser, planch^er; en has. lat. lam- 
broessare. 

"LkMBum : Planehe , plafond. 

Lamb : Tombe, soit de cuiyre, 
ioit de marbre on de pierre , que I'on 
pose snr la fosse d*nne persoiine in- 
kam^ ; lamina. Ce mot ne si^piifie 
pts, corps, esprit, comme Fa dit 
Ttbb^ Lenglet Dufresnoy, qni ren- 
Toie kce passage de Jehan de Menng: 

Glorienx corpt , glorieuse ame , 
Conc^u de Dleuj n^ de femme, 
Eb lniaMiiiit<^ honorant 
Diea ie texit en eettc lame, 
llot^e * en crotx comme nne gaaa * 
Dn pr^eux sang decorani , 
Qui araortit mort en monrant. 

Testament de Jehan tie Meimg, 
* Et non pas rotie, 

Et pab Mc gens qui poor elle ont dolenr, 
Eec<niuiiaDda tr^ fort de toot son cnenr , 
En lay charg^ant , puis <ia*elle Ti soobz lame, 
De lay dire qa*U pri* Dien ponr son Ame. 

Omfabtte tar la Mort de la Comteue 
de Ckarrolois. 

Lamb : Rosean , canne. 

Lamb db gbbbbs : Botte de paillt, 
gerb^. 

Lampadaxbb : Chandelier, bran- 
die, crochet qni sert k supporter des 
lampes ; lampadanum; du'Grec lam* 
pas; en has Bret. tanq>, lampe. 

LutPEB, U^>er : Bofape } iambere. 

LAXfESE : nart , lien iler^ ok 



LAN 59 

Ton place des lumi^es pour ^lalrer 
pendant la unities Taisseaux qni sont 
pres des c6tes ; lampas. 

Lampbsibb : Espece de lustre de 
fonte a plusienrs bran€faes;deia/7tpa/. 

Lampiah : Ep^e, flamberge dont 
la lame est bien luisante , bien polie ; 
du Grec lampras; en basse latinit^ 
lamprobius. 

Lampixb : Lampe. F. Fbblampieb. 

LAH9ADB : Action de lancer, de 
porter nn coup k quelqn*un ; de 
loiicea. 

Lance : Certaine mesure de terre. 

Lancb (servir soubz la) : Servir 
sous la banniere d*un seigneur. 

LAMcii : Homme maigre , grand et 
menu , qui est tout droit comme une 
lance. 

Lahcb a fbu : Machine de guerre 
qui servoit k mettre le feu aux "viUes 
assi^g^. 

LANCEoi : Bless^ par une lance; 
de lanceatus. 

Lance -OENBTAXBE, Umce^gaye , 
lance-guaie : JaTcline , demi-pique , 
bftton ierr^ par le bont ; on la nomme 
encore, sur la mer dn Levant, aree^ 
gq)re, arche-^ume, gazaguaie, hasse* 
guaie et taguaie. 

Langblb , lanceUe : Petit plan tin, 
herbe qui produit un brin garni de 
graines qui ressemble k une lance , 
et qni Tient dans les champs Toisins 
des pr^s : cette plante ^toit employee 
comme remede pour les dartres. 

Prenet center^ et lane^ , plantein et 
trieie verte et an poi de alenc, et tronMte 
tnnt anscmble at dettranpes de blaao Tin on 
ia «▼•» ^ henTas k jann. 

JMkr. de tEffise de Paris. 

LanoAoub : Crdnean par leqnel on 
lance des Arches; soldat ann6 d'une 
lance , qni pombat btcc la lance ; Ian* 
cearius; en bas Bret* lanc^ kmcz^ 
lance. 



Digitized by 



Google 



6o LAN 

Lkvcit%^lancerer:loAieT9 frapper 
avec one lance ; en bas. lat. lanceare, 
iancinare; en bas Bret, lanca, Umcza, 
iancca;.ea Ital. lanza ; en Espag. 
iancar. 

Lances , lanches : Cayaliers ^qui- 
p^s , arm^s de lances ; lancearii. 

Lancier , lancher, lancJuer : Dar- 
der, lancer, se battre ; lanceare ; en 
Langued. lancejha; il s'est dit aussi 
pour, soldat arm^ d'une lance , et qui 
s*en servoit dans le combat ; lan^ 
cearius. 

Lancieee : Endroit par oil s'^oule 
Teau surabondante d*un monlin« 

Lancis, lisez^ l^ancis : Action de 
tner on de battre unefemme enceinte. 
Voyez £nchis. 

Lahd : Terre, pays, region; da 
Saxon landi, qui a la mdme signifi- 
cation ; de la on a compost landgrave, 
comte de la terre, landaman ou lands- 
man, pour honune du pays , compa- 
trlote , &c. Nous nous> servons en- 
core du mot lan^, au pluriel , pour 
d^igner des terres incultes , et dont 
on ne peut tirer aucun partu 

Landais , landois : lieu plein de 
landes , de bruy^res. 

Laitde FEiDE : Alliance. 

Lahdi, landict , landit , landy , 
lendia, lendit, lendjr : La Foire Saint 
Denis, temps ou les ^coliers payoient 
les honoraires a leurs r^ens; au 
figur^ , divertissement , joie , plaisir ; 
^indicium* Cette foire s'ouyroit au 
mois de juin , le jnercredi d'avant la 
S. Bamab^ , par la benediction de 
Tev^ue de Paris ; elle se tenoit , en 
premier lieu , dans la plaine qui est 
entre ces deux yilles ; et son transport 
dans Saint Denis (en 1444 ) occa- 
sionna une grande dbpute entre 
Tabb^ et T^v^ue , pour savoir qui 
des deux auroit droit de faire la 
c^r^fnonie de la benediction ^ qui^ 



LAN 

dans la suite , fat tout-a-fait abolie. 
Foyez THist. de I'Abbaye de Saint 
Denys , par Don Felibien , pag. 97 et 
353; et Ducange, au mot indictum. 
Un de nos anciens pontes a fait une 1 
pi^ce sur le Landi qui se trouye dans 
le Mss. de TEglise de Paris , M Y- ; 
^Ue a ete imprimee dans THistoire du 
Diocese de Paris , par Tabbe Lebeuf ^ 
torn, a , pag 269. 

En Toonear de march^andie , 
M*ese pris talent que |e Tont die^ 
Se il Touf plaist, on aoayel dit, 
Boone gent , ce est du Lendit, 
La plos Roial foire du monde. 
Si con Diex la fait a la roade. 

*Le Dit du Lendit rimi. 

Landie , landye : Parties natu- 
relies de la femme ; landica, 

Lahdise , landier : Gresse b^che 
qui soutient les bdches flambantes, 
espece de gros et grand chenet de cui- 
sine , au ksut duquel etoient des r^- 
chauds. Barbazan rapporte qu'ea 
certaines provinces on dit, et sans 
savoir pourquoi, en parlant d*une 
personne frileuse , elle est froide 
comme un landier, * 

Lavdiitieee : Seuil ou bord d*une 
porte. 

Laitdoit : B4ton ou billot qu'on 
attache au cou des chiens , pour les 
emp^cher de chasser le gibier; petite 
lande , p&turage ; terres remplies de 
broussailles. 

Lan does , landreux : Infirme , ya- 
letudinaire , qui ne quitte pas le coin 
du feu , les landiers, qui etoient les 
cbenets; en bas Bret, landar, Ian- 
dread. Voyez Ladee. 

Laic UEiN : Dandin , niais , qui 
porte mal son corps. 

Lanbmlaxi : Tout-ji-fait ouvert* 

Lavee : Appr^ter de la laine ou la 
mettre en ceuyre; en bas. lat. lanare. 

Lahee^ lanier: Paresseux^ l^nt, 
Uche,:iao«) qui est tans oour«g«y 



Digitized by 



Google 



I. AN 
de lefHus;^n Franclie-Comt^ loneur. 

Lakkeov , ianeur : Ouvrier en 
lainey marchand de laine; lanator. 

Lavcack , lortgaige : Peuple , na- 
tion;- de lingua, Estre de grant ou 
ioMlt langage : Bien parler, parler 
tree facility; parler hant, avec arro- 
guice , dire des injures. 

Lahoagkb , ia/igagier : Parler , 
Ittrangner, discourir. 

Lahgageuh, langagier: BabiAd, 
wpporteur, grand parleur. 

Lavgais , langeul : Blancbet , drap 
delaine, serge; de lanosus, laxLeus ; 
CD has Bret. Uan, 

liAirGAmo , langart : Bayard , ba- 
Ulard , indiscret ; linguax. 

Lahgasts : Sorte d*^creyisse de 
■«r; loscusta maris. 

Lahgx : Peuple, nation, langue, 
lagage ; de lingua* 

Car lange ne porrolt conter, 
Oreil oir, ne oiers pentter, 
Cl&*€St It biaut^f de puradu. 
Que Diex otroie k ses amis. 
Sues de TaSarie, Ordene de Chevalene, 

Lahgb , langes : Laine ; y^tement 
^ laine , chemise , couyerture de 
Une; de lana. 

Oeiion char ne menjneiit et ad^ Tont en 

JoHges, 
« htrbergeat o enU et prires et eitranges , 
Kt foQt-aonlt d^aatret biens que SaintBuchel 

UAnget, 
"« M« dcTToit changer, t'il a^aTolt qn*ettoit 
changea. 

Codicile de Jehan de Meung, 

It «|m Tondroit ^haipir la laine 
Tant est mole, et soef, et plauie, 
Ponrtant qa*il en etftt folaon , 
It faure drap d^ la toison 
Qni aeroit pme ^ blanches bettes , 
Bien a*en Tettiroit is grans festes , 
Kmpereres oa Rois Toir Aoges , 
S*jQs Tcstoient des draps de langes, 
Bonuai de la Rose, 

Lavgbau : Flacon , p<^ , etp^ de 
VMe; lanx ^ lanctf. 



LAN 6i 

liAvoasTx : Lange d'enfant , ehe- 
mise; de laneug, 

Langbul. Foyez Laitgais. 
Lahcob :Langue,langage; lingua. 

Et il toma son noon et 1! appella ttxhmgge 
Egiptlene salveor del mouDde. 

BiUe, Geneee, chap, i^t , n)ers, 45. 

FereUjue nomen ejus, et iwcatnt ewn Uu- 
gna j^gxptiaca sahfotarem mundi, 

Langgi^e : Pointe, espece de p^ 
ninsule, terre ^troite, langue de teiTc; 
de lingua. 

Et si descens en la plalne et outre passa 
contre le Aquiloun de Bothaglam et les izura 
de I7 sont contre la langg^e de la mer salle 
del Aquiloon en la fin del Jordan 4 la plaia 
aostrale que est la boonde del Orient. 

Bible, Josui, chap. i8, 'vers, 19. 

Et pratergreditur contrik AquUonem Be- 
thagla : suntque exitus ejus contra linguam 
maris salsissimi ah AquHone in fine Jardame 
ad austraiem plagam , qui est terminus iUisa 
ah Oriente, 

Langitbs : Broussailles , fagots ; de 
lignum. 

Langoibmbht : Action d'examiner 
la langue d'un pore, pour y^rifier 
s*il n'est point atUqu^ de ladrerie ; 
d'ou langoier, langoyer, faire cet exa- 
men ; et langoieur, langoier, celui <{ui 
d'office fait cet examen; de lingua. 

Lahgoiembht : Babil, caquet ; d'ou 
langoier, langoijer, babiller, causer, 
jaser, r^yder un secret , parler ayec 
indiscretion; de lingua. 

Porroit ce done aTenlr 
G*on pemt sa kuigue tenir^ 
Qoi est si isnele et legiere ? 
Je ne cuit qn*en nule manier* 
Pent estre troy^ hom tex, 
S*il nVstoit moans natorex , 
£t li mueb asset sovent 
Langoie et arriere et ayant, 
lYe poet tenii* sa langue coie; 
Pt je coment tenrai la mole 
Quant 11 Rola contre mol venra. 

Boman de Dolopatos, 

a Lahooibb , Umgcdeur : BabUlard , 
bayard, indiscrete dt lingua. 



Digitized by 



Google 



6s LAN 

LuremvE , langone : Monnoie en 
iislige k Langtes ; de lutgon, lingords, 

LiMGoissiBz : Languissies. 

LAHOOftTBf langottste, langroust, 
laouste : Insecte appel^ , depuis envi- 
roa une cenUine d'annees, saute- 
Telle , parce qa*il saate ; ^creyiste de 
mer; locusta, 

JSi pluU tuper eos ticut pulvertm eames , 
tft sicut arenam maris volatUta pennata ; et 
▼oUtUet enpeno^t ti comgravelede mer; to- 
latflet ecpenn^f 8 djs,porce qoe aucnnt fous 
ne qaJdast et d^itt qae ce fa poares voUtUef , 
si come Umgosiet, oa chaaTes-eoris, oo tele* 
pouretez. 

Comment, sur le Sautter, Ps. 77, ivrs. 27. 

liAirooT : Langaissant , malade; 
ianguens; en bas Bret, languiczus: 

LiVOOUHEa 9 langourir : Etre lan- 
gniftsantysans ferveur, ^tre en lan- 
gueur; languere. 

TantoU que U hoot oaitty il commence m 

morir , 
Poa peut force on jbncMe en home teignourir, 
A trente ens ou qnarente prent sa teste k 

floirir, 
Et d*iUeo en tTant ne Adt qve iangourir, 
Codicite de Jehan de Metmg. 

LiLjroonaiE : Abattement , Ian- 
gueur, foiblesse; languor; en bas 
Bret, langour; en Basq. languiadura, 

LiHGOYER. Foyet LahooiemeHt. 

Lakoue : Pays , penple , nation ; 
de lingua, 

Laitove : Aiguille de balance. 

L AHOu E B AULTiBean parieur , terme 
de derision. 

Lahoue de b«uf : Sorte de lance 
ou de hallebarde , dont le fer ^toit 
large; lingua bopis. 

Languefbide : Surety des grands 
chemins , et Toffice de celui qui en est 
charge ; de TAllemand landfried. 

LahgueIeb , langueyer : Quesjion- 
ner, interroger ; de lingua, 

Lahgverbbb , languerer : Etre foi- 
ble, languissant, tomber en langueufr > 
^tre sans fenrear ^ languere. 



LAN 

lfai< ti tene oresont vat Unfuenmt k! 
mUme* oh ele montet, et ti deult porceu 
k*ele n*en at poent de vigor. 

Sermons de S Bernard, /oL lai. 

^ Tepida *vero in aseensu langoetcit e( defi- 
cit, eo fuod non kabet vigorem, 

Lanouiebs : Rederance seigneu* 
riale de deux cbarriots de bois, que 
chaque laboureur d'un village deroit 
foumir au seigneur ou a son pr^ 
posH de lignarius, 

Lanouime : Foiblesse, langueur. 

Lanhoudeb : ^chevin , conseiller, 
•fficier municipal, en Flandre. 

Lavieb : Avare, mesquin; 14che» 
poltron , lent , paresseux ^ de lana^ 
rius; oiseau de proie qui a peu de 
courage, et qui ^toit moins estim^ 
que le faucon. Foyez Laisant. 

La gent ne aont mie lanier, 
Ain^ois i tont pren et oortdis. 

Fabliau de Coqmaigne. 

Lanieb , legnier, lenier, Ugrder : 
B4cher, lieu om Ton serre le bois ; 
lig¥Uirium; en Any. Ugn; en Franc- 
Comtois lein , bois ; de lignum, 

Lakieb, lanner: Appr^ter la laine, 
la mettre en oeuyre; de Uma, 

Lanirbes : Lambeaux, coarroies , 
chiffons. Vqyez Lambsl. 

Sonrent estoit sans sa f iele 
Et sans sorcot et sans cotele , 
Ses chaosses erent forment chieret, 
De son col nalssent les lanteres, 
Et moult ert pontes ses ators. 
Fabliau de S. Pierre et du JougUor, 

Laits : Ami , compagnon. 

Laksaoe ^ Ali^ation , translation 
de propri^t^ ; d'ou fansager, aligner, 
vendre , c^er, transferer. 

Lansaibe : Qui jette, qui lance; 
lancearius. 

Lansquenet : Soldat, fantassin. 

LANssot : Javeline, stylet, petit 
dard ; lancea, 

LiiisTBxif Gvx : Ami , camarade | 



Digitized by 



Google 



LAP 

d^rAUemand landsman zutrinken^ 
ounarade , doxme-moi k boire , sui- 
Taut le Duchat , sur Kabelais , Ht. i , 
diap. 5. 

Lahtsaitk : Les parties naturelles 
de la femine ; d*ou lantemer, 7 ren- 
'Hxjet quelqa'un pour I'lnjarier. 

LawTilzA : Lampe , flambeau ; 
kunpa^a, ^ 

LAWTasHiSA 9 Umtemier : Ouvrier 
5pii £ait des lanternes, en bas. lat. 
Umtay^enus, 

Laitd, l€innetix , lannu, lanu^" 
■ou; .- CouTert de laine , laineux ; 
lamm^nosus. 

Laonisiens, laonnisien : Monnoie 
frapp^ sous ies ^T^ques de Laon ; 
kmdunenses, 

Laou, laottzida, Idouzisme : Di- 
iccte , ou Tetendue du fief d*un sei- 
gneur ; somxne qu'un vassal donnoit 
a son seigneur, k cause du consente- 
Hient de ce dernier a Tacquisition 
d'nn fief ou d*un domaine dans la 
mouvance du seigneur ; en bas. lat. 
ktudes. 

EsUbUm qe per Escambi , i donition Idouf 
tkme nosia donaU ni d^oaadatt. De recap 
&eii& qcl compraire paghe lo Idouzisme il 
Minor i qe dond de liouzisme de compra la 
dncna part del pH^. 

Ettatus i Costumas ttAlest, eite$par 
fAbbi des Sawages, 

Laoupio : Toit pour se mettre k 
convert de la pluie. 

LAouTaic : Demierement , depuis 
pen. 

Laouzable : Louable » digoe d'ap- 
probation; laudabilis. 

Laouzak : Loner , approuver ; 
laudare, 

Laouzsitoa , laouzo : Louange 9 
ipprobation ; laudado , Uuis. 

LAouzoa : Qui lone, qui donn« 
des louanges ; laudator. 

Lapuc : Pelote de grapelle. 



L A a 6) 

Laqs, las : FileU, rto, embiiche, 
lacet , pi^e ; laqueus. ' 

Laquais : Sorte de gens de guerre , 
arbal^triers, selon D. Carpeniier. 

Laqueilb : Laquelle. 
Amendeix vostre langue; car se rot ne 

a ftaTOir sentence d*e»comengelKt il ne dist 
pas en donant , mais en maneaant. 

DUU. de S, Gr^goire, Iw. a , chap, a3. 

Corrigiu^ imguam vestram / fiua si nom 
emendtuferids , excommunico vos, qoam vi- 
deUcet excommtmicadonis sententuum non 
projkrendo intulit, sed minando. 

Lar : La , article. 

Le garchon pria^ panni la naeke , 
Sea dena dedens lar char lui boate. 
Le second R€nard,foL 8. 

Laebe : Carrelet , poisson plat ; 
de largus. 

Larcement : Largement, tout au 
long, abondamment ; larg^. 

Largesse : Largeur; largitio. 

LAKCivEV^ZMEtfT ^larcenousement: 
En voleur^ en volant, d*une maniere 
trompeuse ; secretement, en cacheltOf 
myst^rieusement ; latrocinaluer. 

Car j^ soi larcenousement soostrtit de l» 
terre des Ebreux, et j^ soi mannd^e en !• 
foess^. Bihle, Genhe, c/iap, 4q, v, i5. 

Qtda f arto subiatus sum de terra flebrato- 
rum ,ethtc innocens in iacum missus sum. 

Lardaos : Imp6t sur le lard vendu 
au march^; de lardumy laridum, 

Lardelles, lardereUes : Espece 
d*oiseau. 

En Qng Ueo aroit Rosslgnania, 
Pais en Tanltre Papegaulz, 
Si aroit aillenrs grans flarelles 
B^Estomaulx et Torterelles, 
De Chardonnereanlx , d^Arondellesy 
D^Aloettes et de LardeUes, 
De Pinions , d'aoltres oyaiOons 
Faisans d*arbres lews paTiUons. 
Boman de la Rose, ddidon de LengUt 
Dujresnoy, 

Larder : losulter p^r des railleriaf 



Digitized by 



Google 



64 LAK 

fines «t ttiArdantes, aiguillonner, pi- 
quer par des paroles , railler mali- 
gaement; de lardum. 

L*aiiltr« deTint me regar^it, 
L*iin« farftoit, Taultre lardoil, 
CoqmUart, MonoL de la Botte de Woing. 

liJiaDEUL : Qui est plein de lard ; 
en bas. lalf lardosus. 

Lahdiee : Imp6t ^ redeyance sur 
le lard qu*on yendoit an march^. 

LARDiEa , lardouer : Saloir, lieu 
ou Ton serre le lard, garde-manger; 
de lardurn; en bas Bret, larda, oin- 
dre, graisser. 

Laadoubee : Lardoire. 

JjAnncEiff i larecfun, iarecin, tar- 
rtchin y larrecin, larrescin : Lardn , 
yol, tromperie, supercberie; latro^ 
cimum; en bas. lat. iancinium. 

C3 ett lerres apcrs qui est prii o (ayec) tot 
Ularrecm, 

Im^, de Josdee etde Plet, fid. 169 , F®, 

LA.EECE : £spece de pin duquel on 
tire la t^r^benthine ; larix. 

LuLGE : Liberal, prodigue, abon* 
dant , qui aime k donner ; largus; en 
bas Bret, larg, lar^; en anc. Prov. 
lore; en Ital. largo ^ 

Car de bien faire ta es large 
A l*homme juste, 6 Tray SaoTenr, 
£t le coQTret de ta fareur, 
Tout atnsi comme d'nnf targe 
Epesse et large. 

Marot, Pseaume 5. 

Laegemekt : Lib^ralement , g^nd- 
reusement , librement , yolontaire- 
ment; larg^, 

Et en aucones det Cent I^ouTelles je ensse 
diet aulcunes paroles plus largement, qn*il 
■e couTJent parler k femaes begulnes qni 
plus balancent le s paroles que les faicts , et 
se forcent sembler estre bones aux homes : 
que estre bonne k DIeu. 

Bocace, Conclusion des Cent NouveUes. 

Laegesce y targece, largesse , lor- 
guesche : Don , libdralitd , profusion , 
gdndrositd^largeur, ampleur; largido. 



L AR 

Je di que moult Talt mlez largetce, ^ 

Que biant^y que sens , que prouesce, 

Largece c*est la color fine 

Qni tote rertus enlumine. 

Tote rertu molt petit rait 

En home, se largece i falt^ 

Et bien ariennent 'eomme semble 

Sens et largeee andenx ensemble. 

Roman de Dolopatos. 

LAEchiiAa : Faire festin» faire 
bonne chere. 

Laaoiea : Imp6t, redeyance; de 
largido ; en bas. lat. largagium. 

LAEG10H9 larg^e, largidon, lar- 
guesche, larguesse : Don , libdralitd , 
largeur, ampleur; largitio; en bas 
Bret, larganie , larguentez. Voyes 
Laegesce. 

Laegie : l^tendre , rendre plus 
large , dargir, augmenter, accroitre ; 
largui. 

Laeguecb : Libdralitd. 

Laeigaude : Le gosier, la gorge 9 
le noeud de la gorge ; larynx, 

Laeigot : Fifre , flikte militaire. 

Laeigot (boire k tire) : Boire a 
longs traits , boire a grands coups ; 
ce que les buyeurs appellent hien 
siffler, bien fldter. 

Laeme , laurme : Miel , gros miel ; 
de lacrjrma, 

Laemee , larmoyer, lermer : Pleu- 
rer, verser des larmes ; lacrymari. 

Quant lis ont miex qn*il perent subtili^ et trait 
Et li TesUmeut sont ordene et estrart , 
Tantest s*en saisissent, c'on ne saiche leur 

trait, 
Et poor ce que leur don ne lenr soient retrait ; 
Bfais ainf ois qu*il le renlent , ce dit Ten en- 

fermer, 
Les font par serement et par foi confermer, 
Dont il conrient aucuns des herltiers lermer, 
Qn*il le pnisse r*aToir pour leur propos 

fermer, 
Ainsi nous serrent-ils de Tesfamens sous 

ehape , 
Et ne plaignent sonrent fors ce qni lenr es- 

cbape. 
Codie»le de Jehan de Meung, parlant des 

gens d^Eglise qnifiusoient/airg des T^ef 

tam^as ^ leur profit. 



Digitized by 



Google 



LAS 

hAMMETt%^ Icrmetu : Pctiu larme ; 
lacrytnulu. \ 

LAmEECHiH, iarrescin .'Yoly larcio ; 
lairocimum. En larrechin, furtive- 
aent , en cachette. Foyez Limsciiir. 

LAKaBGHiKKUSEMEKT, latrecineu- 
sement, UuronchineusemerU , larroijf/*' 
anettsetnerU : £n volenr, en larron ; 
latrocinaUter, 

Labeis : Landes , terrein incolte , 
terres en friche , qui ne sont pas col- 
tiroes, bmyeres condgnes aux for^ts; 
en has. lat. lanicium. 

Taut cheraalcha ptr plains, p«r boU, par 
ivTv, par champs, par forets estranges » 
fii*il Tint en uoe grande raHe. 

Roman de Gerard de Nwen, 

Laaeow : Yolenr , fripon ; latro. 
Avoir le larron : Attribnt de la haute- 
juidce , qui consistoit dans le droit 
de joger et de punir les Toleurs. 

Sc ana horns appelle on wtrtiarnmf, et se 
3 ae proToit , ne sp^cifioit , 11 coafessera qaa 
ire ct mantalent le Itfi fist dire. 

Amcierme Coutnme de Chawpa^e. 
Laeeon AiLLE : Troupe decoquins^ 
de Tolenrs. 

Laeeoneav : Petit larron , jeune 
Tolenr; ibmr/ioi^. — Lucifer par- 
hnt aux autres Diables , leur dit : 

Laiasex wob chalsnes et crochets , 
Gibets, ct larroneaux peodans, 
Fomeaolx pleins de serpens mordans, 
Dragons pins ardans que tevpestas, 
Ne brolex plus grotog ne teste 
▲ faire ces metaulx couler. 
Mutere de la Conception , par fFace, 

Laet : Lard , pore engraiss^ et 
ttl^ ; lard urn , laridum, 

Laeye : Fant6nie , spectre ; larpa ; 
an figur^ , p41e , Udme. 

Las, l^is : Joyenx , content, r^jom. | 
agr^abie , plaisant ; ketus. 

Las, hisse : Exclamation donlou- 
remse , h^las 1 de lessus. 

Pais dist apr^s : lasse! conunent ponrraj 
iooffrir pas at Toy , se longoenent me tifot - 
II. 



LAS 



M 



ee mal que ores endroit jo tens par tout le 
corps qoe de dnail et <ie conrronx ne menre* 
Roman de Gerard de Nevtrt, 

Lasse J dit-elle, quant me fera Dieu cette 
grace que v^ir le puisse one fois avaDt ce 
que la ttiort me pk-eiigne ? M^m^ Roman, 

' Las , lasse : M^Uieareux , languis- 
sant, triste, abattu, infortun^, afflig<^; 
Uusus, Las moi : MaIH6tti*!bux que je 
suis. Voyez Lasceuee et Liqs. 

Ceste lasse , cest$ chetiTe , 
Qui contre les ries estrire , 
Et des mors a le cncr si bant. 
RomandelaRosi , parlantd^Atropos, . 

Saiat Pienf a ItT^ le chief » 
Quant il ot U pUinte 4!fkUmiM^ 
Si en a grant pit!^ in^ ; • 
Qnant eles ont fin^ lor cvti , 
Et dist Sains Pieres , Jhefn-Ctfis , 
Tr^ dons Rois piMna 4e «barit^ , 
De don^or et d*umilite ; 
Ces lasses d*ames qm lii soat 
Et qui leur penitence font, 
Toutes Tos pritnt bonement, 
Et Tostre mere doucement. 
Que Tous or alegiex lor paine. 

Fabliau de la Court de Paradis, 

Las : Roturier, pajsan , suivant 
D. Carpentier. 

Las : Filet , lacet , cordon de sou- 
Hers et autres ; laqueus, 

Trte ridiemant esloitarcatn 
D*une robe monlt desguis^ , 
' ' Qui In en main* lien incite , « 
Et desconp^ par grant cointlse, 
Et fn cbanss^e par mignotise , 
D*un soler descop^ k las. 
Par joyeuset6 et soulas* 

Roman de la Rose, 
Lasaedees : L^sardes , fentes pra- 
tiqu^es daus un b^timent; c*^toient 
aussi des fen^tres de cinq ou sixpieds 
de haut , sur un et demi dc large. 

Lasceuee , lassiere : TraY^ , en- 
droit d'uile grange ou Ton lie et en- 
tasse ka.gerbes^ de laqueus. 

Laschance^ laschanse : Interralle , 
espace , reliche , interruption , cessa- 
tion ; iaxamenUun. 



Digitized by 



Google 



66 LAS 

Hdas ! le forrt ehrestitn 
A asMs de nude aietclianoe : 
Vnse ieivalaer, mm lasehance, 
A es(^ lllec le porre homine. 

Pathelm, 

Lif CWL . ( faire ) : Faire qu«lque 
chose n^gUgeipment, serelAcher^ dtre 
l&che, de la^are, ^ 

Lasghez : Sorte de poisson* 

Lasgitie : Lasclvet^ , libertinage , 
inclination a la d^baache, k Tamour 
tmpndique , k la laxate y lascivid. 

Las moi : itilas I malheureux qae 
je suis I c*est le hoim^ det ItSUiens. 

Grant espaee f«t moult paattf , puis di«t 
hu moi, &e omI qne j^ay aoaitert mV tonm^ 4 
grant deaplaifir, quant ti longnement icy j*ai 
g^ ; jamais ne •^oray le lien ne Teatre (l^en- 
droit; oi^ troQTer pniase ma mye. 

• >Romam de Gerard de Seven, 

LA8HEU& : Ouyrier €n laine; de 
laniger. 

Lasoed ? G^i^tenx, liberal. 

Lass : Filet , pi^ge ; laqueus. 

Lasse : Malheureuse, afflig^e , in- 
fortune ; de Uissa, lessa, 

Lasseb : L^Ver, laCer, attacher. 

Puis le desarmcrent^ et li le armereat des 
armnrea nonTellet ; il mist le heaulmc on chief 
•ana iasser la Tentaille. 

BamaM de Oetard de Nepers, 

Lassssse, lassette : Peine, faligue , 
lassitooe; lassitudo* 

Car ITarcisus par adventure, , < 
A la fouulne uecte et pure, 
8*en Tint lo'ub'x le pin nmbroier, 
Ung joor qn*il renoit de chaaaer, 
O^ U ent soolfert gnmt taaTail, 
De conrir a mont et 4 Tal 
Tant qn*tl ent soif par grant oppretse, 
Dn chanlt , auati par sa Uusetse, 
n cut pretqne p^n Talayae, 
Qoant arriva en la fontaine. 

Jtoinan de la Rose, 

LAssiu&E : L'endroit d*une robe 
on on pent la lacer ; action d'attacher, 
de laire t«nir; de laqueus. 

Lassieab : Lacet , cordon , tngin , 



L A T 

filet ou liM d^ diasseur et de prehear; 
laqueus. • 

Comme toilea , filets , rets , pieges , lacqs , 

•poyanx, 
Hnttea , cordea , eoliers , kusieres et rajaeanx , 
Fourcbes, ganlea, espienx, pietes, pmles, 

besocliea , 
Bacles , aeinnet , bastont , po^chea , eapar- 
^ Tier, pochea. 

Florent Chrestien , citSpar Borel. 

Lassus, lasus, lisez Ui sus : La- 
dessus , ci-dessus , Ik bant , en bant , 
ail eid-^ sursunt. 

Or prions Jhesns , 
Qui on ciel Uuus 
Est, oikilsedelitte. 
Qui s*amour aajus, 
Nous cuToye en jos 
De grace confite. 

U Malkeurde la Franei, 



vona aures tost poor conaerre 
Mon emrit ffal Tooa ea Tiendra , 
Et de iassus Tons subTiendra 
Ponr estre partout mes tesmoings 
' Le Mittere ties Aetes des Apostres. 

Last : C6t6, bord; lotus. 

Last , last^ : Poids , lassitude ^ in- 
commodity, fatigue; Uusitudo ; en 
bas. lat. Uista^ lastus, Ustus. 

Lastae : Plainte, g^missement, 
cpmplainte ; lessus. 

Lasuee : Ouvrage fait en forme de 
filet ou de r^seau ; de laqueus, 

Lasvs , lisez la sus : La baut ; illic , 
sursiun. 

Lataiite : Mot que Borel et plu- 
sieurs autres disent signifier, colere , 
courronx , fureur. Borel cite ce vers 
du Roman de la Rose : 
De jalousie ne laioine, 

n a mal lu ; iUy a dans les Mss. : 

Et de jalousie et ^^atame. 
Foyez Ataiite. 

Lataument : En cacbette , forti- 
▼ement^ secretement; latebros^. 

Late : Sorte d'amende p^cnniaire, 
et outil de tisserand ; boussine 9 
4€balas« 



Digitized by 



Google 



L AT 

LiTCBmss : lieu retM, secret, 
tathette , caverne , autre , taniere , 
repaipe; iaiebra. 

Latkub. : Oavrier en lattes, qtli 
couvre les niaisons ; laterariue, 

L ATisa : Le percepteur de Tametide 
appei^ i€Ue, 

Latiit : Idi6me, langne , laiigage; 
cri, et cliant des animaux ; de Uoinus, 
Les anciens an tears employ oient ce 
mot ponr signif^er quelque langtte 
que ce fiit , et m^me le langage des 
b^s et le ramage des oiseaax. 

li oisiax dlst en soo lathi, 
Entendex , fait-il , k mon U! , 
£t CheTalier et Clerc et Lai, 
Qui Tos entremetes d'aoMU, 
£t qui en ftO0rez let dolors. 

Ia Lais de tOiselet. 

Latin lEa : Tmcfaement , inter- 
prete, traducteur, commentateur ; 
de i€Uini€nsis, 

Ponn rend Alezuidre ton brane foarbt d'a- 

cier, 
It dlt en son lao^age qaHl TaToit moolt diier. 
AUxaqdre Tentend mbs aotre huimerf 
Car de plaslearf langages sVttoit fait a^aitier. 
• AQmaniTJiextuubnf. 

Vu latinier ferant et cbenn 
Unit sot de plet , et monlt enremi^ fa j 
Ladnier fu; si sot parler Roman, 
£agloia, Gallola et Breton et Norman. 
SomandeOarin, 

Lat^ation , latidon : Action de 
cacher, de soustraire ; latitatio, ' 

Latitbr : Cacher, d^toumer, re- 
efer; iatitare; d*oh latitans , se 
cachant. '' * 

LAToif : Til de laiton ; en bas. lat^. 
Zoto^ laton; en bas Bret, laton; en 
anc. Prov. lato, 

Latrfn lES : Latrines , garde-^obe , 
aisances, pri-v^s; /fl!^//i«/w. 

Lattibk : Registre de certaines 
amendes appeMes hues, Voyez Latx 
et LiTi«K. 

LATTazR : Aboyer; de tatrare: 



L A U 67 

LATuas , celatttre : Gravnre , cise- 
lure , sculpture ; ccslatura. 

Sis nooos en une pere , et les autre s sis en 
Tantre, jonxte la natirit^ de ceax par anvre 
del escolptour, et la U^ture det gemmts. 

Bible , ExOiU t chap. 28, vers 10. 

Sex nomina in lapide uno , et sex reliqum. 
in altera , juxth or^em natufitads eorum, 
opere sculptoris et caelatora gemmarii, 

Lau : Lots , et vente. 
LiUf lisez la u, enpronon^ant Yu : 
Ou, la ou; ubi» 

Lau paor n*est, la Tie est diitolue, et des- / 

tractions de Tertus et plcnt^ de rices, 

Ze Miroir du Chrestien, 

Laucet, lausset : Ce qu*on paie 
pour Taire aiguiser les instrumens de 
labour age. 

Lau0 : Arbitrage , decision. 

Laudaihe : Registre des imp6ts 
sur les marcbandises ; en bas. lat. 
leuderium. • 

Laude ; Droit ^tabli en certains 
lieux sur les marcbandises qui se yen- 
dent aux foires et aux marches ; 
en bas. lat. lauda, leuda, 

Laudismx, laudumtnie , lausime : 
Droit du seigneur dans les mutations 
des fonds de terre ou de maisons 
en ville. 

Lauffaiz ; FU pr4p4r4pour faire 
d^ la toilt. ' . \ 

Laugibr : Leger > qui ne pese 
^n^re ; de leviare. 

'Launcoiis, launcouns : Brancbe^ 
d*arbres. _ , . . . 

Sa teste est til^ tr^liao, ses '^cTeax si 
com latmcotfns de palmiera ^im^z et tr^s 
etp^ y noirs come li corf. 
BiUe , Cantiqiuf^ des Canliqaes , «A. 5, 1;. 1 1 . 

Caput ejus aurum optimuin , comtt ejus 
eiaut tlaimpaltnatutn, nigra fttasi corpus. 

Lauite , launestetuer : Petit' bras 
de riviere ; en bas. lat. lauTta, laif- 
ntsteRns. 

Laitee : Haineau , cant6n , village , 
^bnation isol<6e; dtrlaitta. ' 



Digitized by 



Google 



6« LAV 

Livai : Qui estde laurier; laareus. 

Lau&i£ols : Petite couronne de 
laurieF) laurier sauvage. 

Laus, los : Gloire, estime, louange ; 
iaus; en Basque laudttrioa* 

Lausat , lausSy los4 : Lou^ , com- 
pliment^, estim^; laudatus. 

Lauseng^oh , lausengeur, iausen- 
gier : Flatteur, complimenteur. Foy. 

LOSSHGIEE. 

Lauset, laussety lauzet : Ce qu*on 
paie pour faire aiguiser les iustru- 
mens de labourage. 

Lausime , lauzeme : Droit du sei- 
gneur sur les mutations de fonds* 

Lausisme : Consentement , per- 
mbsion , accord. 

Lautriee , lauUrehjrer, lautreJder, 
lisez fauUre hjrer, V autre hier, Vau- 
trier : L'autre jour, Tautrefois. 

Or enUndez I'ettoirf tonte : 
L'tuUrier k one Pentescoate 
Fui a Conrt a qds riche ostel; 
D'uoe molt grant gnerre mortel. 
BataiiU de Karesme et de Chamage, 

Vauirier entor la Saint Remi > 

Cheranlchoie por mon afXaire. 

Rutebeuf, Dispute du CroisU, 

En chiant taultre ^jrer tenlj 
La goabelle qa*4 moo col doibt, 
Vodeor f«ot anltre qne cvydoys: 
Tmk feui du tout empnanty. 

Babehus, Kv, i , chop* i3. 

LiUTAU : U bas; tbi, 

Lauyisse : Gremerj; logementqm 
est sous les toits. 

Lauxe : Pierre plate , espece d*ar- 
doise qui sert k cotivl^ les toits; 

X.AVZEME. Fojez Lauoisme.' 

Lauzet : Ce qu*on.paie pour faire 
aiguiser les instrumensde labourage. 

Lavzoue : Louange. Foyez Laus, 

Layaoure , lavaiUe : Lavage, or- 
dure, rinsure; de lavandaria, 

Layaicbe : Lavoir, lieu ou Ton 
laYe le linge; de lavacrum, iapotorium, 

Layaillx, lavange, lavasM: Crue 



LAY 

tubite d'eau, averse d'eau, ond^e, 
orage, grande quantity d'eau; fonte 
des neiges; on les nomme encore 
avalanches ; de lavandaria; en Lang. 
lavassi. 

Lavbdan : Cheval qui , suivant le 
Duchat, dans ses Notes sur Rabelais , 
liv. 1 9 chap, la, vient du comt^ de 
Lavedan, en Gascogne , d*ou Ton 
tiroit d*excellens chevaux; de levi^^ 
tarda. 

Lavsuye (^tofie) : J^toffe de mau- 
vais teint , quiperd ^s couleurs lors^ 
qu*on la lave. - 

La VINE : Nom propre de femme ,- 
Lavinie , femme d'£n^ ei fille de 
Latinus; Lapinia. 

L^vosR , lauoir : Yaisseau qui sert 
a laver. Voyez Lavaichs. 

LaJ^ot : Mesure pour les gritius 
dont on se servoit dans quelqiiel 
villes de I*landre. 

Laxae : Iy&cher,d^bander,dargir; 
laxare. 

Laxaron : Nom propre , Lazare , 
ttkst de Marthe et Marie ; Lazarus. 

JDMMi-Crii tttant dias Simon le Mexel (1« 
L^renx) , Blartbe le menlstra por Tamor de. 
Laxaron son frere qne il avoit ressusclte. 
Vie de Sainte Marthe, 

Lay : Loi ^ coutnme , usage ; de 
iex. VoycE LArs et Lb. 

Lay : Dcmation testamantaire , 
legs ; legatum, , 

. Lay : Piece de po^ie ancienne. 

Layavt : La dedans. Fof* Laians* 

Layde : Lnp6t quon leve sur les 
marcbandises. Voyez Laidb« 

Layuurb : Salet^ , ordure ; our 
trage , affront. Voyez Laiuure. 

La YE , layete : Cassette ; de lignum; 
et suivant Borel , de lagena. 

Layb , layer, layet : For^l, bois ; 
petite route qu'oo pratique dans un 
bois pour former une ajl^e ou pour 
arpenter; r^rve, arbret r^rv^s; 



Digitized by 



Google 



L A Z 

de lignum, Ugnarius ; en bas. lat. 
laxa. Voyez Laie. 

Late : Femelle d'nn sanglier, ct 
de toates les autres b^tes f^roces. 

Lat^e. Foyez Lai^e. 

Latement : En hommedu monde, 
en laique; de Uucus ; en bas. lat. 
hucaiiter. 

liATEE. Voyez Laiee. 

Layes a gens : Bauz a emphy* 
t^se, k cens. 

LayeiTe : jfetendne, largenr; kuus; 
homme qui trace des routes ou des 
allies dans une for^t. 

La YNACE , Ugnage : Droit de pren- 
dre dans une for^t le bois n^cessaire 
a son usage ; rederance qu'on don- 
noit an seigneur pour ce droit ; de 
Ugneus, lignum, 

Layneux : Ouvrier en laine. 

Layeon (isle d') : Isle d'Ol^ron ; 
UUarus. 

Lays : Pr^s, proche, k c6t^; de 
laius. 

Lays : Mondain, laique; hucus^ 
'Patronaige lays : Patronage laique. 

Laz : Lacet , courroie. 

Pnlt lay sailUt snr le corps et Inj trencha 
le la* du h^ulme , si lai arracha hort de la 
teste , en lai disant qo^il se tenist pour oaltr^ 
et vaincu. Roman de Gerard de Nepers, 

Lazaee , Lazaron : Nom propre 
dliomnie, L^reux; d'oii Lazaret, 
leproserie, h6pital hors la yille pour 
mettre les pestif^r^s. 

Trop s*abeTra chb horn et peat 
Et Lazarons de mal trop eut : 
Chis fa ricEes , et chis mendis ; 
Pr est aatrement qa*ii se seat , 
Ce que cascons senu , rek^. 
Or est en jole li pouris 
Et en doloar li bien nourrls, 
Chil est en ploors , chil est en rit : 
hazaron a qaanupie il v^ 
11 <'st de ses pl|ies garls , 
Et 11 riches horn est maris 
Es grans tounnens dout trop se d<Sut. 
UUerere du Rechu de MoUem , strophe 4$. 



L£ 69 

Lazihs : La dedans; illic, intus. 
LAzuE,lisez l^azur: Couleur bleue. 
Le : Du. 

n se partit 

De la cort le Roj Arta , 
Et il li dit, doot iras-to? 
En la prison le Roy Artu. 
Roman de Perceval, citi par Rorel 

Les Procareurs qui aaront mal oavr^ , so* 
roBt en la merci le Roy. 

Aneienne Coutume d^OrUam, 

Lb : Celui de. — Un bomme et sa 
femme avoient promis de garder Tab- 
stinence pendant le car^me, et ayoient 
fait lit a part ; mais une nuit de Pi- 
ques le mari se leva 

Enflamm^ d^une telle flanune, 
Sen lit laissa ponr le sa fame.* 
Gautier de Coinsi, Iw, a , chap, i3. 
Le : Au. 

De tons les f^ dont Tomme prent mort par 
jaigement , tet bienx sent le Roy. 

Aneienne Coutume ttOrUans, 
Faites bien le yilafo , et il roas fera mal. 
Ancien Proverie, 

lAflSe, leed, l^es, lSess€,lSez, 
l^s, leschcylese, lez, loise : Spacieux, 
large , vaste , ^lendu ; largeur, ^ten- 
due; de latus; en bas. lat. leda; en 
bas Bret, led, 

Qoant fa an peu arant al^ , 
Je yis nn Terger lone et U 
Endos d*nn gros mar bastille » 
Poortrait dehors et entaill^ 
De maintes riches emprelnt^uret . 

Roman de la Rose, 
Qnant j*oi on poi arant aU , 
. Si Ti nn rergier gnnt et Af , 
Tot clos d*an hant mur batailli^, 
Portret de fors et entailli^ 
A maintes riches ^scritures. 

* Roman de la Rose , vers iSg. 
Des sept articles ai parl^ 
Par lone, par travers, par l^. 

Testament de Jehan de Ueung, 

L< , Us, lez : Le c6t^ \ latus. 

n avoit 

Vesctt an col *, Tespee an U 

^Dans qoalqaei Mm. il 7 a le brano. 

3 



Digitized by 



Google 



ro 



LtA 



Ft l^f chtreux grand el reslez (tressex) 
Qui lay veooient (ptodoient) jmqoes an let. 

Roman tie Perceval, cit4 par Borei. 

Isi^l^s, lez : Aupr^t , contre , joi- 
gnant. Lez h lez : C6te a c6te , se joi* 
goant, se touchant. 

L*ciiiTre en est pltu fort« d*AMes9 
lie* mors Parent si compaMCB 
Qui toot d*iiiie mtcmit <{iurr^re , 
Chascnn des pant cent toises dore , 
8i sont autant loogs come hM 
Et let tooreUes sont lez it lex. 

Roman de la Mom. 

6*eB est IWTre pins fort ass^s, 
Li mor ti est si compasses 
Qu*il est de droite qnarreure : 
Chascnns des pans cent toises dure , 
Si est autant lone come ISs , 
Les toraelles smit ISs h Ids, 

* M4me Roman , vers S899. 

Lie , iez : Legs , donation faite par 
testament; legatiun. 

Si me souTien bien (Dien mercis) 
Qoe je feis k mon partement , 
Certains lez, Van cinqoante six, 
Qa*aacans (sans mon consentement) 
Toulnrent nommer testament. 
Filhn, ciU par BoreL Dans T^dhlon de 
CoBstelier, pag. 40 , il j a lajrs. 

L^iOE : Droit dii an seigneur pour 
reMtir nn moulin sur uae riviere 
qui lui appartient ; en bas. lat. lety- 
gium, de legativum. 

LiAL , leaul; au f^m. Uale, Ualle, 
ISaule; au plurier ISaus, l^awt : Fi- 
dele , sincere , loyal , suirant ia loi ; 
legalis; en bas Bret. leal. 

Li£alment, Uauhneniy UaumeiU : 
Fidclement , loyalement , de bonne- 
foi , selon la loi , sans detour , fran- 
chement; legaliter ; en ancien Pro v. 
Ualmen, 

Garde ces imes sor tes lez , 
Quar je tes crereroie aadex , 
5*uae en perdoies toute seule , 
Je te pendroie par la gmeole { 



LEB 

Sire , dist-il , ales-vous-ent , 
Je les garderai Uanment. 
FahUau de S. Pierre et du JbugUor, 

LiALTi, ISaultS, ISautS :Bonntiou 
frtinchise , fid^t^ , loyaute ; de lega-^ 
lis; en bas. lat. lealdadis; en anc. 
ProY. liaouta; en Langued. lealta; 
en Basque leialta ; en Espag. leaUad^ 
en bas Bret. UaULed. 

LiiRs, Uenz : La dedans, en oe 
lien, en cet endroit ; illic, iniiu. 

Or endroit moi m'en esjoiii 

Par tel la^n qtumt les oui 

Que je n'en prenisse pas cent Ihrres , 

Si le passage fast a ddiTres, 

Qae entrasse Idans et ne T^sse 

Ii*assemblie , que Diex garisse , 

Dea oiseanx qm lions estoient , 

Qni enroiaeement cbantolent 

Les danses d'amours et les notes 

Plaisans et joUes et mignotcs. 

Roman de la Rose. 

Je endroit moi m*en esjoi 
Si dnrementf quant les 01, 
Que n*en pr^isse pas cent livrei , 
Se li passaiges fust delivres, 
Qne ge nVntrasse enz et v^sse , 
L'assemM^ , que Dies garisse, 
Dea oisiaz qni Uenz estoient , 
Qoi enToisiement chantoient 
Les dances d'amors et les notes 
Plesani , cortoiaes et mignotes. 

*Mime Roman, vers 489. 

Lipase : Cession, abandon. 

LiAssE : Peau de mouton ou de 
b^lier. 

LiATTMERT : Vraimeut, de bonne- 
foi , sans detour , franchement ; /e- 
galUer. 

Li^ AVE , lisez t^ai^ : L*eau ; aqua ; 
en bas Bret. l^Sach. 

n vist en Vdave t\tTt et nette 
Son y'Uf son nex, sa bonchette. 

Roman de la Rose. 

Lebadis : Ponton , pont-leyis ; de 
levattis. • 

Lebee : Lerre , bord de quelque 
chose que ce soit ; labrum, 

Lebee , lebret : Lievre ; d*oii /e> 



Digitized by 



Google 



LEG 
brottlt, lebrauty petit lievre , lerrant ; 
de lepus, leporis, 

Lbbret , Levret : Nona d*une mai- 
soo et d'un canton de la Gascogne, 
phu comman^ent, appel^ Albret ; 
Irporetum. Voyez Ay^bi^et. 

I^CH^OR, iec^or, lec^ur, lecerres, 
lecheors , lech^our, lecheres, lecher^ 
resy lecheur, lechieres, leschdury les^ 
chieres .- Galant , libertin , d^bauch^ , 
gtlant d'ane femme marine; friand, 
goomuind , glouton , qui aime la 
l>oime chere, qui s'adonne aux plair 
•irii soit de la table ou de ramour, 
parasite, conreur de filles; luxurio^ 
f^; en has. lat. lecator; en Angloit 
iecher, lecherous; en Allem. lecher, 

Amsi com fait li bon lechieres , 
Qui des moniax est coagnoUaierM. 
Roman de la Mote, 

LI menettret le Mluoient 
As estmmeiit qme ih portoient , 
Li Roit Wf le oeral core 
Scrgent , gallons et lector, 
Damoiselles, et logleor 
Furent terri mout riceffient, 
L4 ot matnt rice gamement 

Roman de Dohpatos. 

Lechkhele, lecherelle, leche^se: 
Gourmande , luxurieuse, d^bauch^ ; 
luxuriosa. 

Hasart, diat li mors, or se gart 
Qui sa keae esteot eC espart , 
le recaaperai sa cotelle, 
Haxart , di st mors 4 eel mosart 
Qui d« leeherie tons art 
Pour ramoar de sa lecherele. 
Miserere du Reclm de MoUens, strophe ai3. 

Bien renatnre ii la ti^ pasta 
La cliar qui ne Teat estre caste , 
De tout vent avoir , partoot taste 
La leeheresse ^ peehiex, 
Li doDt vint , la tent, la se haste , 
Qui sa char rostiroit en haste 
Ke seroit-il pas bien Tengiez. 

Ibid., strophe 14* 

Lechebik , leehurcy Ucherie : Gour- 
mandise , friandise 9 gloutonnerie , 



LED 71 

via joyeusc, d^Miuche, Ubtrtinage, 
galanterie, licence, luxure , tromp^ 
lie , lieu de d^bauche et de prostitu- 
tion ; luxwriai en Anglois lechery, 

Seignors , se tos roles oir , 
Jerons dh^ tot Sana mentdr . 
De Eenart le gorpil la vie. 
Qui Unt a fait de leeherie, 
Qni tant a homes dec^nz 
Que parenging , que par Tertvs , 
Cent paroles a fait acroirc 
Dont il Q*i avott nule roire ^vraia). 
Roman du Renard,/6L 80, F*. 

Lecieue : Qui tete, lactans. 

Legt, let : Lait; lac, lactis. 

LxGTE : Choix , ^lite ; de lectus. 

LxoTicAiaE : Fossoyenr, portenr 
de corps morts ; lecticarius, 

Lectexh, lectre, lectrun, letrin, 
lettrin : Lutrin , grand pupitre ser- 
vant k poser les livres pour chanter 
dans les ^glbes ; Icctrinum, de legere; 
en bas Bret, letn'n. 

Lectrois : Lieu destine k une as- 
semble pour J faire une lecture ; 
lectorium. 

Lectuaihe : £lfectuaire, torte de 
remede. Voyez Laittoairx. 

Lecture : Commentaire , piinci- 
palement s^r les matieres de droit ; 
en bas. lat. lectura* 

Ledihoe , ledenge : Mauvais pro- 
pos , sottises , paroles injurieuses et 
outrageantes. 

Ledahcer, ledangier, ledenger, 
Icdengier : Outrager par des paroles, 
injurier; Icedere. Voyez Laidanoee. 

Et s*il adTitttt qna to les tmissea 
Si orgneillenx , que ae les puisset 
Flec^ par dons et par prieres, 
Ains Tons rejettent tout arriere 
Et Toas ledangent AxsnmvaX f 
Partes Tons d>az cortoiscment 
ft les hussies en ce &ain. 

Roman de la Rose, 

Lbdehgbur .* Qui insulte, qui ou- 
trage , qui injurie. 

4 



Digitized by 



Google 



7a L E 6 

Ledi : Insult^ , injuria , offend , 
outrage. 

Kt qui fait lanc on chaable deya&t la jou- 
tlc« , il doit soixante sola d*-amende et qtrinze 
soU ao ledi. Ancienne Coutume d'Orlians. 

Ledi&, ledire : Injurier, outrager ; 
Imdere. Voycz Liidir. 

Lkdoirk, ledure : Outrage, in- 
jure, l^ion; delcedere, nuire; en 
bas. ]at. ledoria. 

Lke, l^edy leesy UessCy l^ez, l^s , 
lez : jfetendue , largeur , all^c , che- 
xnin large ; de Uuus; en l^as Bret, led; 
en anc. Pro v. ladeza; on a dit d'abord 
laUe , et ensuite aU^e , de leda , 
terme de la basse latinit^. S, Lee : 
S. L^on. 

Mais ore laissons ces Toies l^ 
A ciaus qui les Tont ToleSitiers , 
F't nous les deduisant seotlers , 
Nod pas les chemins as charettes, 
Mais ces jolires sentelettes 
Jolies et reiiToisi^s tenons 
Qui lea jolivet^es menons. 

Roman de la itote. 

lii^cm ^ leesce , ISescke , Uesse^ 
llesse : Jole , plaisir, gaiet^ , Icetida, 

LiEHS, Uiens .* La dedans ; Ulic^ 
intits. 

Adonc fe Prions qnant ee tU 
Qninz^e Uiens ester 1e fist 
£n jaiuiea et en oroiaona; 
Puis la quinzaine li chant on 
Devant li mcsse en Tabeie , 
An maistre antel se comenie. 
Marie de France , Purgatoire de S. Patrice, 

IAes : loLTgesilatce, 
' L^BssER : Se r^ouir, ^trebien aise, 
devenir joyeux , s*amuser ; l^tiscere. 

Leffrk : L^vre; bord de telle chose 
que ce soil; lahrum^ 

Legat : Legs , don fait par testa- 
ment ; legaiam. 

LiGATER : L^guer, donnet par 
testament; legare. 

Lbgault : L^l, enroy^ da Pape 
aupres d*un souveram ^ legifitus. 



LEG 

Lsoi^E : Serment de fid^Ut^ qui lie 
le vassal 4 son seigneur. 

Legemeht (tenir) : Tenir en horn- 
mage Kge. 

Legendise :Livre d'^lise pour le 
serrice divin ; de legenda. 

Legier , legiers : L^er, proiftpt , 
facile, alerte, ais^; au Um. legiere , 
lepis; de legier, facileroent, l^gcre- 
ment; leviter. 

Voleie-gie que tn me donasses loier ter- 
rfen; n*apartient pas si poures loier* a si ricliA 
Selgneor ; or et argent , et yeir et gris not 
li krron, li trich^eur, les femes legieres ^ 
ne il ne est teneurs que tu me doignea sou- 
dees que si vils genz ont; n*il mes preuz qoia 
Je te serve por ce. 
. Comm. sur le Soulier, Ps, 7a , nters, a5. 

LsGiiiaEiiENT, Ugierement: Faci- 
lement , ais^ent ; leviter. 

Donscorrons nos ligidrement et toat, trait 
par son odour, ne n'en atroTenmt miea trop 
estroite la aente del pont , cil qui par lei Tor- 
ront corre. De trois tisons est faite ceate 
aente , por cen ke li piet de c^os ki 4 lei ae 
Torront apoier ne pnist glacier en la roie. 
Sermons de S Bernard, foL 1S4, W. 

Legile : Couverture de pupitre 
qu*on met Hux messes solennelles 
pour chanter T^vangile ; de legibilis. 

Legir : Lire ; legere, 

Legiste , legistre, legitrc : Avocat, 
procureur, jurisconsulte, docteur en 
loiz ; de legislator ou de legista. 

he plus certein dc mes diapitrea 
CoTient tomer sor les legitreSp 
Qni deTiennent fax plaideor 
Kt de bone huevre tridieor. 

* Bible de Guiot de Provins, 

Lbgitimaire : Qui a droit de I^- 
time, qui pent participer aux succes- 
sions de pere e^de mere ; legitimus. 

Lbgnerat : Tas de bois k bHUer ; 
de lignarius. 

Legnier : Corvee qu*un vassal doit 
il son seigneur, pour voiturer sa pro- 
vision de bois ; de lignarius. 

Leoue : Lieue. Fqyez Lev. 



Digitized by 



Google 



LEI 

LscimiirES^ legunez, legunz, le- 
guuns : Legumes , graines ; iegumen, 
legumerUum ; en anc. ProT. l^gun. 

LsHiRE (Saint) : Saint Eleuth^re; 
Eleutherius, 

Lei : Loi , regie , modele , ordon- 
Btnce , droit ^ctit ; lex, legis. En lei, 
en large ; lei pleiner, ^preuTe par 
Tean ou par le feu; en basse latinit^ 
^ plennria* 

I^i, leis :\ji\^ eUe. 

Gtcres quant c«t ehoses farent fin^t , la 
viwMi d«l Apottele d«Tant etUat, et vrec ki 
Ptriant fot toloit«. 

Dial, de S, Grigoire , Uv. 4» chap, i3. 

^ Bu itaque expletis , visio ApostoU assisten^ 
^ tt colhquentis ei ablata est, 

LxiDKScHE , leidesce : Les parties 
Batnrelles de la femme. 

Leigh E , legne : Laine ; lana ; et 
gaule , percbe, bois a bdiler; lignum. 

Leighous : D^daigneux » qui m^ 
ptise. 

liEiNGiriEE : Proyisionde bois pour 
rann^e ; corv^ qui obligeoit le vassal 
a transporter et Yoiturer la provision 
^ebois de son seigneur ; de lignarius. 

Leius : Sit6t, aussit6t. 

LsiEE : ifetudier , lire ; legere, Ju 
(d lets, J u ai leit, j*ai lu j legi; leisons, 
nous lisons ; legimus, 

Nos leisons k*U plorat sor Lazaram et «or 
U ctteit de Jherasalem , et k*il en or^iton 
vi3UeTet tote unit , mais en nial leu ne leisons 
«CM km rie»t oa k'll jueit. 

Sermons de S, Bernard, /oL i5. 

Quern et super Laxanan et super civitatem 
fievisse, etin orattonibus pernoctasse iegimtu ; 
risisse vero autjocasse nusquam, 

Kos avoDs leit en autre leo. 

Mimes Sermons , foL i3. 

&cut alibi legimnB. 

Leiee : La Loire , riviere ; Liger. 

Kt com U fuit une foi£ i Chaitel-Iluef toi 
^•ecTf , en la djocese d^OrUtns , et se ronsif t 
^r etbatre apr^ donnir dn jonr , an bois ; et 
<1 eott fet ap<l«r £r^« ^ielroy daBianUen «oa 



LE M 7J 

confessenr de Tordre des Pr^^h^eurt qui 
estoU Uecques arec lui , ponrce qne il alatt 
aTec loi an boiz; li diz frires respondi que il 
ne pooit , ponrce qne il attendoit fibres pr^ 
cbeeun qui venoient en une nef par la rivi^ro 
de Leire, qoi aloient a Orliens an chapitra 
provincial. Vie de S, Louis, 

Leis , leil : Lit , couchette ; lectus. 

Leis, leiz : Pres, proche, a c6t^; 
de latus. 

Leis , leiz : Louis 9 nom propre 
d'homme ; Ludovicus. Ce mot se 
trouve ainsi ^crit dans le Tournoie- 
inentd*Antecbrist, parHuon deMeri. 

Leis , leit, leiz : Laid , difforme. 

Leituee (opiate) : Confection ^lec- 
tnaire , terme de pbarmacie ; elec~ 
tuarium, 

Lejjlkce.- Voyez Liegece et Lioe. 

LEMiNssi : Om^, par^, enjoiiv^; 
lemniscatus, 

Lemauff^ : Envelopp^, suivant 
Borel, qui cite Villon ; il s'est tronip^ , 
il devoit lire Ijr Mauffe, le Diable , le 
malin Esprit. 

Et fusse I7 salnctz Apoatoles 
D*aulbes vestnz , demy tretsez 
Qui ne ceinct fors sainctea estoUes 
Dont par le col prent fy Mauffti 
De mal-talent tout eschauffez. 
VUUm, Sdit, de Coustelier, pag, a<$. 

LEHBEOisi, lamhroisse, lambroif^ 
sie, lembroisi^ : Lambriss^ , garni de 
planches. 

Lembeoisee , lambroisser , lam- 
broissier, lembroisier : Lambrisser , 
couvrir de planches , plafonner ; en 
bas. lat. lambroissare , d* imbrex. 

Lemellb 9 pour alumelle : Lame 

Lemnuncule : Esp^e de bateaux 
dont on se servoit anciennement pour 
prober; en bas. lat. lemnunetdus, 

Lempiousb (isle de) : L*lle de 
Lamp^ouse, situ^e dans la M^i- 
terran^e , a environ vingt-'Cinq Heues 
de rUe de Malte. 



Digitized by 



Google 



74 Lt O 

Lbn y lisez I'en : On ,i*on ; lui en. 

Kncor te recorde jon qae to reconnoitsei 
Us benefices Nostren Seignor , et que tu ten 
reode grace et merchi. 

Enseignement da S, Louis ^ son fits. 

Lenchas : Espece de pieu. 

Lendit : Taxe 9 imp6t , p^ge ; 
d*i/idictum, Voycz Laroi. 

Leitdoes : Lent, paresseux , Iftche , 
endormi. 

Lene : Laine , toison de brebis ; 
lana, 

Qae cbatcniM ait cotea k anner , et gambi- 
aoQ, se Waat, U doit nwttre devaut son 
Tentre one contre car^ de telle on de coton , 
on de bosrre de iene , tel et §i fort com il 
▼oudra. * Assises de Jerusalem, 

LEifGAiGiKR : Parler sans reflexion; 
et indiscret , bavard » m^disant ; de 

Lengniee. yojrez Leihgniee. 

Lengouesux : Infirme, languis- 
Kant, en langueur; de languor. 

Lenifiee : Adoucir , temp^rer , 
mitiger, soulager; lenire. 

Lenhee : Tirer une ^toffe k polls, 
enfaire sortir la laine ayecune espece 
de chardon propre a cela ; de kma. 

Lenhiee : OuTrier en laine ^ la- 
narius. 

LEKoifrE : Le metier de d^Mucheur 
de femmes et de filles , selon D. Car- 
pen tier; en bas. lat. lenonia. 

Leust : Ceci. 

Lente : Graine, Ugnme , lentilk ; 
de lens *lentis. 

Lehteohgneue : Passenr d*nn bac 
on d'un bateau , celui qui le conduit. 

LenvAez CI LE EENOi^ : Expres- 
sion qui se trouTC plusieurs fob dans 
Joinyille , et qui signiRe : le Toyez- 
Yous , le ren^igat ? 

Lbitwlaoise : Engagiste , suivant 
D. Carpentier. 

Leoh : Lion , le roi dea animanx ; 
leo ; en bas Bret, leou ; en Ital. et en 
Espag. leone. 



LE R 

L^oNCEL : Petit on jeune lion ^ 
leonculus, 

Et cil merreilleiif cop Tatalnt 
Sor Tetcn, qui d*axar iert paiat, 
04 il ot paint no Uoncel, 
Qne le fer , fntt et penoncel 
Par le groa don pis U pai ta , 
A la terre mort renreraa. 

Roman de Perceval, Jol, SSg. 

Leonime, leonine (rime) : Rime 
ancienne qui ^toit fort estim^, et 
bien diff^rente de la consonnante. 

Leonimbe : Faire des rers l^onins , 
rersifier avec ^l^gance. 

Leonimit^ : Ancienne esp^e de 
po^ie, dont les Ters devoient rimer 
a rh^mistiche, ainsi qu'a la fin. 

Leouge : Sorte de -vaisseau dont 
la voile est triangulaire. 

Lep : LieTre; lepus. 

Lepeoseeie : H6pital des l^preux. 
Vojrez Ladeeeie. 

Lepeosie : Lepre , maladie. 

Lkqub : Sorte de tr^buchet ou de 
trape. 

Lequ^au 9 lequau : Lequel » la- 
quelle. 

Lequau a perdu aon preces , 
Triubti de Grec en Frances. 
Le Monologue de Bohin , citi par BoreL 

Leee, leres , /erre /Voleur, lar- 
ron; latro. 

Leeeeie : Vol, larcin, action de 
d^rober. 

Leemee : Pleurer, r^pandre dea 
larmes; lacryrnari. 

Lace de Rumillj, de la dyocese de Cons- 
tance (Contances) , femme Robert Rossel , de- 
morant en la rile de Saint Denis , par trente- 
stz ans et plus , encore pie^e a une grief 
maladie en aes ieus; poor laquele makdie 
ses ieux lermoient ausi come continuclment » 
et aToit les ieux mout rouges ft cliadeus. 

Miradesde S. Louis, chap. St, 

Leemes : Pleurs, larmes ; lacrymce. 

Diex erraument 11 pardona . 
Que de tos ses peohics plora , 



Digitized by 



Google 



LES 

L.*ore fo bone , et boot II t«nDf s 
Moult rindreut de bon leu les lermes : 
Sa paors , et sa repentance 
IV OS doit doner grant esperance ; 
Sa repaatance et la paort 
Doirent oonforter pech^ort. 
** BMs Guiot, parlant de la Magdehne, 
Lb ROB z , lerouez , lisez l^eroez , * 
teromez : Le h^ros , on les h^ros \ 

Lkbombs , lerromes : Nous lais- 
icrioiis. 

Lbkotv , lesroye : Je laisserois. 

IjBbba : Laissera. 

Lbbbai : Laisserai. 

LsuBB , iierre : Fripon , larron , 
Toleor; latro, 

d« c'Itt Urres qni fet mardrisfOy 
On robe gant , on robe ^lise , 
On ael doit pat metre en prison. 

Fa6. des Droiz au Clerc de FbudaL 

Lbbbbb , lender, lerr^ir : Laisser, 
ibandonner^qaitter; laxare^lmquere. 

Par foi , fet-tl , ehe n*ert mte ore , 
Ancbols arai moat de mans fatf , 
Hoiaas pendut , art et deffaii , 
Aves Tont en, font*il, respit. 
Be faire a Din tant de detpit? 
Lerris ja , n*avex Tout nnl joar. 

Le Dit du Barisel 

LtRU : Nom d'une soci^t^ dc jcu- 
aes gens. 

Lis, lez .JLegs, donation par tes- 
ttment; iegatio* 

n appartient qne cIl porsie par non de ISs 
• qai la cbo»e e*t leaal^e , car poaaetaion par 
Bon da Us n'appartient paa ^ not aotre qn*4 
celei a qoi il eat leaaiez ; la chose qui a est^ 
WaUe par noo de /<ff pnet estre portise comma 
in, fa ce ce que cil qni la leaaa , yive. 

Miss, de ia Bikl tmpir, , ii« 8407. 

Les , lez : Anpres , lout prodie , a 
e6t^ ; branches , ligne , c6t^ de pa* 
rcnt^ ; de latus. 

La Reine viut k Galaad et si ae aSet iez M 
«tli comence a demander d^o^ il ^oit. 

Roman de Lancelot . 

Les, Ues : Gai, joyeuxj la^tus. 



LES* 75 

L^s ( je) : Je laisse. 
Lbs : Pr^p. auz. 

Les larrona et les maHaitonra 
Donne lea caatiaa et lea toara. 

Baman de Doiopatos, 

Lksbih , lespin : Prostitu^, infSlnie. 

Lesc : Jeune paysan. 

Lescbb , lesse : Petite r^ne ; corde 
on courroie pour tenir les chiens. 

Lesghefeot : Lechefrite. 

LascHioE , iesch^ur, leschiere : 
Gourmand , libertin ; luxuriosus. 

Leschebib , leschiere : Gourman- 
dise, d^auche , libertjnage; luxuria. 
Yoyes Lbcbeeie. 

Lescibb : Donner par testament; 
laxare, legare, 

Lesdanokb , lesdangter : Couyrir 
qnelqu*un de honte, injurier, outra- 
ger de paroles, yoyez Laioingeb. 

LBSDEBoiuBE : Injure, outrage. 

Lbsgltb , lisez Ves^je : L'^lise ; 
ecclesia. 

Lbsli ,. leslui, lisez l^s U, les lid: 
Pres , vers , proche de lui ; de UUus. 

Et ISabtle taut en cele core, 
Les lui a*aaist et diat, preudom, 
Dont eatea-Tons, et voatre nom? 

Fabliau de Boivin de Provisu. 

Lbsoh : Billot, banc, lit, cou- 
chette; lectus. 

LESQUiis, lesqu^iz, lesquSux, les-* 
qu^uz, lesquieuhe : Lesquels. 

Tant tmia i i eris , foi que doi m*ame 
Dea doaa miraclea Nostre Dame , 
Qae je ne aai lesquSus choiair, 
Me ja n*oi paa ai grant loisir. 

Gautier de Coinsi, 

Lesse : Chanson, air, piece de 
▼ers; de lessum, Yojez Lai. 

Lesse : Cessation, espace de temps, 
t4che impost , besogne , tzfiTail ; 
laxado. Yoyez Laisse. 

Quant lea menectriera ana richea homea re« 
nolant l^Sna et il apportoient leur riellaa apri^ 



Digitized by 



Google 



^ 



1 ET 



manger, U attendoU a oir ses graces tant 
que le menestrier eot fait «a Ictte ^ lors se 
levoit , et les preatres estoient deTant li , qal 
dlaoient sea graces. 

Joinville , Histoire dt S. Louis. 

Maia at ae set fatndre dame Erme 
Qa*aiiiz de ses iex ne ch^i lerme 
Envis le fet et tost le lesse , 
Et H prestre fist corte iesse , 
1^'avoit soing de conander Tame 
Pair le poing a prise la Dame. ' 

* Le Filain dc BaiiUteL 

Por cc dist an Clers en sa glose, 
Que cil qui dou monde depart , 
Enport moult petitf part 
J3e son avoir , car tout le lesse ; 
Ici fenist un Clers sa lesse. 

Le Dit de Groingnet, 

Lessee : Action de faire une ces- 
sion a que]qu*un ; laxatio. 

Lesser : Quitter, laisser, aban- 
donner ; laxare* Lesser de Veaue : 
Lecher de Teau , pisser. 

Lessor : Celui qui laisse \ laxator. 

Lest : Ccrtaine quantity de quel- 
que chose ; en has. lat. lesta^ 

Lest , let : II laisse ; du verbe les- 
ser, a I'indicatif et au subjonctif. 

Li sages escript qae Ten ne doit condamp- 
ner nnl home de sonpe^on , car mieiix est que 
Ten lest a puuir les malfaif teurs , que il nVst 
que Ten ne condampne ceux qui n*ont rien 
me£fet. Aneierme Coutume it Orleans. 

Lestb : Laite ou laitance de pois* 
son ; en bas. lat. lacus. 

Lestb : Sorte dliabit , casaque , 
iurtout. 

Lester : Preparer, charger. 

Lestiche : Pelisse, fourrure grise. ' 

TiESTii^r 'y cestuest , lisez Vestuest, 
c^estuet : II fiiut , il conyient. Foyez 
Estuet. 

Let : Vilain, laid, affreux, dif- 
forme ; de Icedcre. 

Et se Nature a forme et tissn 
Vng corps haaain let et deflgar^ , 
Qui soit boiteux, contrefait et boossn, 
Tr^ mal parlant , de basse main yssu , 
' Digne d'estre de tons arentnr^; ^ 
S'il est par moj de mea biens pointur^. 



LET 

Et par mon Tuefl mis en ma bonne grace, 
11 nVst sy grant qui ne lui face place. 

Dance aux Aveugles» 

Let : Quitte , laisse , abandonne ; 
de laxare. 

Icest oisel nos senefie 
Le prodom de bone Tie , 
Qui let les clioses terriennes , 
Et se prent aux Celestienes. 
Le Volucraire , parlant de VAutruehe, 

Let , lette : Mauyaise action, in- 
jure, crime, offense, soit au corps , 
soit a la reputation , afFront ^ de 
kedere. 

Coment si m*a mon onde fet 
Si grande honte et si grand let, 

Romem de Perceval 

Une maniere U Clerc ont, 
De tex i a trop en font 
Ains que il aient les honors : 
Arenir le voi de pkisors , 
Et qoant lis ont les grans richeacea 
Les cuers perdent et les proescea , 
Et de bien fere se repentent, 
Ix>rs gabent , et jnreut et mentent. 
Cn ont tot fet , cil ont tot pris. 
Cil n*ont pas bien chacie lor paia 
Puis ne criement honte ne let. 
La grant covoitise le fet. 

' *JBikleGmot. 

Letaige : Inip6t sur les marchan- 
discs qu*on amene en un lien. * 

Letanie : Litanies , prieres ; Zelo- 
nice; du Grec Air«9f/«. 

Letiu, Leihoe , Letbe : La Li- 
thuanie; Lithuania, 

Leteres : Lettres, dludes, suiyant 
D. Carpentier. 

Leteri , leteril, letri, letrie, letrin, 
letrun , letterll : Tribune ou on lisoit 
les pseaumes , jube ou Ton chantoit 
les le9ons , et oil Ton faisoit les ha- 
rangues, chaire a pr^cher, lulrin^ 
pupitre a T usage des eglises poor 
poser les liyres qui seryent a chanter 
les offices ; de lectura ; en bas. lat. 
leterinum, lectrinum, 

Hanquis qui Dus estott de Yeniafe , ki moult 
estoit tt preua et Urgta , monu en letrin et 



Digitized by 



Google 



LEU 

f«lA WM pole , et lor ditt : Setgnoor, v^ Id 
siradcs ke Diex a faiU , ke li mtiUeur gent 
id sonde ont guerpi Tantre gent et reqviM 
compaignie. FUte-Hardouin , JoL 3. 



Lktick, letticdf letdche : Foumire 
oa pelisse fr'ise. • 

LcTiFEA : Mortel , qui cause la 
Bort; leMfer, 

Lbt&£u&e : Litt^rature, science, 
connoissance des belles-lettres^ lit^ 
knUura. 

Lbtjiu^: Savant, instruit, lettre; 
Ikteratus. 

LsTTKai , letteriL Voyez Licteik. 

Lettes : Charreliers. 

Lettob : La Lithuanie ; Lithuania. 

LsTTRACES : l^crits; littera?. 

Lette^uee, Icwure : Litt^rature, 
Kience , Erudition ; Utteratura. 

C3 qnt terent de iettriure 
DeTToient biea mettre lor eare 
En bons lirres et en bons etcrlu , 
Et en essamples et en dits. 

FahUs de Marie de France. 

Letteiee : Inscription , le livre de 
r^lphabet ; de Utteratura. 

Lettein : Esp^e de catafalque , 
sniyantD. Carpentier. ^oy.LECTEiic. 

Letteine : Petite Ictlre ou signe 
qa'on met dans certains endroits d*un 
^scours , pour *rAivoycr le lecteur 
tux marges, aux notes, 6cc. ; titterula. 

Letue : Laitne; lactuca. 

Leij : On a lu, il a M lu; lee- 
tun est. 

Leu, leuc, leus, liex, iiou, liu, 
Uus, lou, lue : Lieu , endroit ; locus; 
en has Bret, lech, leh, leach, loc ; 
eo Ilal. luogo; en tlspag. lugar. 

Totes cboses li mels los ses pies, tult le 
•orent, et Hei, et Prince et Empereor, et en 
tot km le sert Ten o volentiers on k entis. 

Comm, sur le Sautter, />/. i S , Pt, 8 , v. 8. 

$t prictrent I'abb^ Mulete et le miitrent en 
w^lemet tr^oient 4 hi2 taietet , anil comine k 
ana EsUche. 

La Fie des SS. Fires, li¥.%,j9l,f%,R\ 



L E U 77 

Leo , leus y lous : Le lonp , animal 
Gamader; lupus. 

De la conttnme tII^ et orde 
Oik tons It plos du mont s*acorde 
li plus dn mont, ne que 11 hus^ 
N>st liez devant qn'il soit saools , 
La Goustume an Uu tienneat tnit, 
lie saTons faire nul deduit 
Devant que nous soions tnit plain ; 
Ci fant da leu tout main a main. 
Marie de France, Fable duLeu et de COue. 

Leu 5 leus : Lieue , espace de che- 
mih|; leuca; en bas. lat, leoa ; en has 
Bret, leo, lev, lew, leuca, leuga. 

Leu (estre) : Eire permis ; de licere. 

Liu, leou : Leger, de peu de poids , 
facile; levis, 

Leuce : Blanc, de couleur blan- 
che ', en bas. lat. leucius. 

'Lt.vd, leude: Sujct, vassal, horame 
de corps ; tribut qui se percevoit ea 
foire sur les marchandises ; peage 
qu*on payoit au seigntur des lieux 
pour le passage des marchandises. 
Grayerol, dans le chap. 8 , art. i , du 
Traits des Droits seigneuriaux , de la 
Roche-Flavin, remarque : Qu'en plu- 
sienrs villes duLanguedoc, on appeile 
particulierement leude , ce que les 
bourreaux exigeoient des paysans qui 
vendoient au march^ des oeufs , des 
fruits , et aulres choses semblables. 
Voyez Feanc-aleu. 

Leuoaiee , leuderie : Livre , regis- 
tre*, bureau ou Ton inscrit et revolt 
rimp6t de la leude; en bas. lat. leu- 
darium; en anc. Prov. leudaria. 

Leudiee : Receveur de la leude , 
ou des droits de passage. 

Leueeoy : Nom d*horame ; Leu- 
fridus. 

Li&ux , Uun : Herbes, l<Sgumes. 
Voyez Lecumines. 

Leuee , leurre : Tromperie , sub- 
tilit^. 

Leuexel : Droit sur les toilcs. 



Digitized by 



Google 



78 LEV 

Leus : Lutb , instrameiit de mu- 
sique; en bas. lat. leutus. Yoy. Leu. 

Leu-wast^ : Loap-garou. 

Lbtadieu : Celui qui a soin de 
Fentretien det levies on chanss^s; 
en bas. lat. levatorius; en Langued. 
levado, digue, chaufts^e. 

Levadiz : Pont - levis , auiyant 
D. Carpentier ; en ba«. lat. levadissus; 
en anc. Prov. po7dev€idis. 

Leyace : Droit que percevoient 
quelques seigneurs sur Ics denr^s 
qui s^journoient huit jours dans 
r^tendne de leur justice ; il se disoit 
aussi d*un droit qu'on levoit tur les 
marchandises qui sortoient d*un lieu 
ou qui y arrivoient ^ en bas. lat. 
levagium, 

Leyailles : Releyailles, c^r^monie 
qu'on fait a IVglise quand une femme 
releve de coucbe ; de levado. 

Leyation : £l^Yation, la partie de 
la messe oh le pr^tre leye le corps et 
le sang de N. S. 

Leye , lisez teve : L*eau ; aqua. 

Ley^e : Voiture, charret^e. 

Leyee (chiere) : Regard assure ^ 
assurance. 

Lyziart saat toy etbahir, ny tToir crainte, 
ne paoar, ii chiere levie, patsa araut , ^t dlst 
au Roy, oyanii toos lee Barons. 

Roman de Genvrd de Nevtrs. 

Ley^ement :^^Yation, grandeur; 
levatio, 

Leye I NEB : Fairefermenterle pain. 

Leyeinez (pain) : Pain aYec du 
leYain. 

Leyement : NouYeau plant , qui 
commence a lever. 

Leyee : Commencer k paroitre , 
paroltre , surYenir, arrlver ; levare. 

Entoiir Tan de TVostre-S^Ignettr M. tzc 
•exaote et quatorse , ou seznnte et qoinze , 
•▼int que entre la feste de TonsiaiDz et la 
leite de S. Andri , hva une maladie en la 
jambe tenestre verA le geaool a Jehan Dugue , 
<)e la vile de Combreua, du dyocise d*Or- 



LEV 

llena , en kqaele il ot ploaenrt pertvU es la 
char qui getoient hors mouU de porretore et 
deaoaa le geaoil et desoa. 

Mraeht de 5. Louis, chop, 45. 

Leyee : Tenir un enfant sur les 
fonts ba{llismaux, le nonftner; levare 
de sacro fonte, 

Leyee : Emmener, enlcYer, pren- 
dre; croitre, augmenter; levare; en 
anc. ProY. levar. 

Leyee : Oter quelqu*un d*embar- 
ras en payant pour lui, ou autre- 
ment ; levare. Lever bruit, fkire par- 
ler de soi ; lever lecriapresquelqu'un, 
demander du secours pour arr^ter 
quelqu'un qui auroit commis un 
crime ; lever ung tcsmoingy le rtoiser; 
leve-Roi y ^rment qui se faboit en 
prenant le nom du Roi k t^moin; se 
lever au conseil, demander conseil , 
suiYre un avis; lever assemble , se 
T^utdr; lever autrui enfant, presenter 
au bapt^me. 

L*en dit ci que se horn on feme levent en- 
fatu defons qui sont lor propres , Ten ne la 
doU pas departir por ce, met Ten doh ame- 
ner A penitence de continence, tot dient antres 
autrement, que 8*il le font par inorance , il 
sont escoiez, se essient, ils ne ooiTent.rlcn 
guaignier. 

Note. Que ce qui est establi g^n^ranment , 
ai com comperage n^emp^escbe pas mariagc 
a fere solement, mais il depiece le fct , et fo- 
lie et ignorance excuse. 

Mss. de la Bibl Impir, n^ 8407 , 
foL 100, chap, de Cosinage espefiul. 

On pent juger d'apres ce passage, 
combien^dans le xiii^ si^le , on ^toit 
attentif sur les alliances spirituelles. 

Leyeue : Coll«cteur, reccYeur des 
droits seigneuriaux, des impositions, 
des tailles , des dimes , &c. ; en bas. 
lat. levator, 

Leveuee : EleYation, emplace- 
ment destine a bl^tir ; de leveure, em- 
ploy^ pour levauo, 

Levi AIR I A., leuiairia .* .L^eretc , 
facility ; de Icvitas, levare. 



Digitized by 



Google . 



LET 

Lsns : Approbation. Fine levie : 
TiaBtaction approuv^ par les juges. 

UsyiiiRAMJBif , leuieiramen : Ug^ 
reiiient , facdlement ; le^Uer, Donor 
letueiriunin : Donner de bon coeur. 

LsTiaa : Hausser, lever; levare. 

LEvaAE rLivrer, donner; Uberare, 

LzraK , ioir : Longe , courroie de 
our ; HTiier , espece de chien de 
dusse; de Uporanus, 

LEvaKTER, ievretter : Conrir, ga- 
bpper, saivant Bore! ^ mats dans la 
dtatiou ci-apres, il est pns pour, 
eourir apres les femmes di^bauch^s , 
fr^uenter les prostitutes, les fern- 
Bes de mauvaise yie. 

Bootes la hori , cette fautse TiUaine , 
Qai oHil me rend Mitant c*onqueii TiUaine , 
La *nomme raige, helas c>tt pouret^, 
Puis an et jour, m*a ai fort iwretd, 
Qu'a peine puis respreodre mon hal^ine. 
Le rare Mss, des choses passies h Ptuis, 
depuis Van laoo, cud par DoreL 
*£t non pas n^mme, 
Leveetteau : Petit licvre,levrcau} 
de lepus , leporis, 
Leveettes : Petites levres; labra. 
Leyeeux , levru : Qui a de grosses 
^rrcs ; labrosus, 

Leyeieee, levrette : Femme et fille 
d^bauch^e ; le peuple s*en sert encore 
pour designer nne coureuse , une 
prostitute. 

Lex : Bail, ferme, abandon de terre 
a certaines conditions; de lex. 

LsxiE : Sue, jus, sauce; lessive; 
de lexiviam. 

Let : Ordonnance , commande- 
meat, loi; lex, 

Leya!vce, leyence : Promesse faite 
arec serment , bommage lige , sou- 
mission pleine et enti^re d'un vassal 
a son seigneur; et , selon Ragueau , 
i{uaiit^d*unfief qu*on tieat nitement 
et sans moyen d'un seigneur, en rai- 
son de quoi on devieut son homme 
Hge ; iigatio , Mgamentum, 



LET 79 

Lbtb : Le lis,plante bulbeu^e dont 
il y a plusieurs especes; lilium, Cette 
fleur est c^lebre par Tid^e ou Vom 
eA commun^ment que c*est elle qui 
a servi de module pour les armes de 
nos Rois ; ce qui me feroit croire que 
Ton s'est tromp^ en admettant cette 
opinion, c*est que les fleurs de lis 
qu*on voyoit dans les arnies , et sur- 
tout au bout du sceptre des Rois de 
France, ressembloient beaucoup plus 
a la fleur de Tiris , qu*a celle du lis 
ordinaire ; et ce qui me confirme en- 
core dans ce que j'avance ici, c'est 
que les Francs , nomm^s depuis , les 
Fran9ois, babit^rent (avant d'entrer 
dans la Gaule propr^ment dite) les 
environs de la Lys , riviere des Pays* 
Bas , dont les bords Sont encore 
converts d'une espece d'iris ou de 
flambe de couleur jaune , ce qui dif- 
fere d^ja du lis commun , et se rap-* 
proche davantage des fleurs de lis 
employes dans nos armes ; or ii me 
semble fort naturel que les Rois des 
Francs , ayant k choisir un symbole 
auquel on donna depuis le nom d*ar- 
moiries , prissent pour le composer, 
nne fleur belle et remarquable qu'ils 
avoient sous les yeux, et qu'ils la 
nommassent du lieu ou elle croissoit 
en abondance,y2ei/rf de la riviere de la 
Lys ; qu'ensuite pour abr^ger, on se 
contenta de dXvtfleurs de lis ; on les 
fit d*or, parce que cette fleur est 
jaune, et on les mit en champ d'azur, 
parce qu*elles naissoient au bprd de 
l*eau , dont la ODuleur est ordinaire- 
ment bleue ; aussi Borel , pag. 5 1 6 , 
dit-il : L'oriflamme est dit de or et de 
flamme,c*est-a-dire, un lis de marai^j 
qui sont les armes de France , ta 
diant d'azur, qui denote I'eau , en 
m^moire qu'ils (les Francois) sont 
sortis d*un lieu mar^cageux ; c'estolt 
la plus ancienne et principale ban- 



Digitized by 



Google 



6o LEY 

niere de France , semde de ces Us , 
qu'on portoit autour de nos Roys 
^ux grandes occurrences* 

Au surplus, ce ne sont que des 
conjectures d^ja fornixes, que jc pro- 
pose de nouTeau ; elies se fortifient 
d'autant plus , que la flambe a plus 
de rapport avec les fleurs des armoi- 
ries de nos Rois, que toute espece 
de fleurs , et que celle du lis en parti- 
culier. Par exemple , la flambe a six 
p^tales ou feuilles , dont trois seule- 
ment sont droites et se r^unissent 
par la pointe, tandis que les trois 
autres tombent d*une telle mani^re , 
que celle du milieu semble coU^ a la 
tige, et qu*on ne voit parfaitement 
que les deux autres saillantes a droite 
et a gauche , ce qui ressemble asses 
a celles des armes de nos Rois, puis- 
qu'on n'y voit qu'une large feuille 
droite au milieu , et une autre plus 
petite de chaque c6t^, au lieu que 
celle du lis ordinaire n'a que cinq 
feuilles tres-^galement espacees Tune 
de Tautre. Deux choses qui out en- 
core d^termind mon opinion , sont 
Tetude que j*ai faite de nos anciens 
monumens, et Testime particuliere 
qu'avoient nos peres pour les flors 
de gldfy qni sont une espece d*iris 
de couleur jaune. f^oycz Glai. 

Leyeure iLargeur, etendue d'une 
chose consid^r^e d*un de ses c6tes k 
Tautre; de largiri. 

La loDgure de Tan curtlne averft ylvX et 
Bjt coate« , la leyeure ert de qaatre coates : 
€t totes les tentories seront de one mesnre. 
Bihle , Exode , ckap. a6, ^ven, a. 

tomgitiulo cortinw unius habtbii vigiftti 
eeto cubUos, latitado quatuor cubitorumtrit:' 
mnius mensung Jient tmwersa tentoria, 

Lett, iejrte : Lait, liqueur blan- 
che qui se forme dans les mamelles 
de la femme , ou des animaux vivi- 
pares, pour la nourriture de leurs 
petits; iac. 



L I 

Lbtys : Rente, revenu annuel ; 
pr^s , maisons , fermes , biens af<» 
ferm^s. 

Lke , Uxe : Champ plus long que 
large; on a retenu ce mot pour ex- 
'primer la largeur d*une ^offe ; de 
lotus, lateris. 

Lez : C6t^, largeur, flanc ; aupres, 
a cote , pres ; de iatus. Lez^h'-lcz : 
A c6t^ Tun de Tautre. 

Gilbert men ami , je Touldrois ong bracelet 
d'or esmalUe de pes coolenrs et a ma dcTise , 
et bord6 aaz denz lez de deux diamants. 
Jiotnan du Petit Jehan de SaitUrd. 

Religion pri que m*i maint 
Qol m*a ja men^ par la main, 
Desc*a TEsglise S. Germain 
Des Prez Uz les mars de Parts « 
De la me menra en Paruis. (Paradis) 
Le Toumojrement dAnt&crise, 

Les toureHes sont lez^h-lez. 
Qui sont richement entaUl^s 
Et faltes de plerres taill^es. 

Roman de la Rose. 

Leza : Qu'il soit permis , qu'il soit 
loisible. 

Leze : Nom qu'on donne, dans le 
Limousin et dans plusieurs autres 
provinces, a un champ qui est plus 
long que large. 

Leze : Repos, loisir; de Ucere* 

Lezse : Permettre, accorder, lais- 
ser la liberty , consentir ; de licere^ 

Lezin : Licinius, nom propre 
dliomme ; Licinius. 

Lezion : Fracture, blessure ; Icesio; 
maintenant, en terme de jurispru- 
dence , ce mot signifie , le prejudice 
qu*on recoit de quelque perte. 

Li : La fleur de lis. Fojrez Leye. 

Li : Le , la , les , lui , elle. 

Quant li Tilains les vlt venir, 
Li saos li comence a fremlr, 
Merc! lor commence a crier, 
J« let gArral (giivrlra<) sanx arrester. 
Fabliau du FHain Min^ 

Ja chiens dist qa*il a pins de home , 
Li asnc dist qu'il a plus de paiae. 



Digitized by 



Google 



LI A 



Et tnvaa en w 

Que it clueiu ii*en ait en on an. 

Fabliau de FAsne et du Chkn. 



LiAGE : Droit »ur lc4 lies dc ▼ins , 
on sur lc$ vins m^mes; en bas. lat. 
Ua, form^ de iimtts. 

LiALMXH : Lien , ligament , liga- 
ture ; Ugamen , Ugamentum. 

LiALMBN. Foyez Li^almsht. 

LiAMKN : lien, attache, paqnet, 
trousseau ; de ligamen. 

LiAW : Raisin qu'on suspend an 
plafond ; de Ugamen. 

LiAHAHSA : Alienation, translation 
de propriety , cession. 

LiAif CE : Droit qu'avoit le seigneur 
for son yassal lige ; ligamenium. 

Liar , Hard , iiars : Petite pi^ de 
monnoie blanche yalant troisdemers, 
ctqui avoit cours sous Fraii9ois i*'; 
il J avoit d'un c6t6«une croix entre 
deux lis et une couronne , et ilu re- 
ters un daiq>hin avec la l^ende : Sii 
momen Domini benedktum. On fait 
Tenir le mot Hard, de ce que cette 
aonnoie se fabriquoit en Guienne du 
temps de Philippe-le-Hardi , suiyant 
Qerac, dans son Traits des Mon- 
noies ; et par corruption on lui donna 
le nom de li hardis, comme ^tant une 
monnoie ordonnde par ce Prince; mais 
ce mot ne vient point de la. Fojrez 
pour son ^tymologie le mot HAnni. 

LiAa, Hard, iiarde: Couleur noire, 
Tousse , brune , gris-blanc , gris-pom- 
me\6y gris-brun; d*arsus, participe 
d*ardere; en bas. lat. liardus. 

If on ptt morel , contre morelle 
Scolement, mk* contre faurelle, 
Contre griM, on contre iiard$. 

Roman d$ M Mos** 

LiAaas :Toleur, larron; latro. 
Voyez Lsaas. 

LiAaas : Le lierre , pknte qui s*at- 
Uche aux yieux arbres tt aux yieux 
mnrs^ hedera^ 



Lie St 

LiAET (cheval) : Cheval gris-brun 
ou gris-pommel^. 

Blaie ferment U fn ttrt 
Qn'elle fust despendue 
De son cheval Uart, 

Dit de Florence de Rome, 
LiBXRAMBNT : Faciicment , ab^ 
ment , sans difficult^. 



LiBEEATioN : Deliberation ; deli^ 
beratio; deiivrance, action de donner, 
don , present ; liberatio. 

LiBEREE :'Donner, faire present , 
livrcr, deiivrer; liberare, 

LiBEas , liberz : Liberal , libre , 
noble , qui a la liberty d*agir a son 
gre ; gen^reux , grand dans ses ma- 
nieres ; libertus , liberalis ; en bas 
Bret, liberal. Ces mots sont les plu- 
mes (a la finale pres) en Italien , en 
Espagnol , en Flamand el en Anglois. 
Libert (S.) : S. L^obert ou Leo- 
bar^ Leobardus. 

IjLBiTiif AIRE : Foumisseur de cho- 
ses n^cessaires pour les con-wbis fu- 
nebres; libitinarias. 

Librairie : Biblioth^ue; Ubra-' 
rium; en bas Bret, librer, libraire. 
LiGAR : Lecher, amasser; legere. 
Lice , liche , fyce : Femelle des 
animaux , chienne n^e d'un loup , fe- 
melle de quelqu'animal que ce soit; 
Ijfcisca; au figure, femme de mau- 
vaise \ie,,prostituee.; ,^ 

Lice y.Uche , fyce ;'Barriere , bar- 
ricade , retrenchement , cldture , pa- 
lissade, chaussee soutenue par des 
pieux;frontiere,bord d*un royaume, 
d'un pays , d'un etkt ; lieu ou Ton 
combattoit \ joiite , course , combat 
simuie , tournoi ; en bas. lat. Ucia ; 
en anc. Prov. lissa. 

Car il 7 avoit grant gent dedens et defora 
osti ki les tenoient pr^s, et ne pooient nul 
marchi^ airoir et k>M se redosent par defora 
de Uce$ et de barres » et dtrkerent nne partie 
de lor gent poar,garderleur ost, lor licheM 
et ior barres » et U antres assauroient par dt« 
Tars la tiUe. FUh-Jiardomin , fil, s4. 



Digitized by 



Google 



u 



LIE 



LIE 



Iiefidemaitti ptf If commaiKdfMKPt U toy, choie , si repairOu k cAw lies cfaowi col %• 

pliwearf de» Baroiu paisirent Ifc rWifcre par comenzM k noautHr. 
le pont, et firent tendrc leur pav^iUons tt DUd, de S, Qrdig^in ,U¥. 4, chap. x8. 

leors tr^ d«l^i le Boy, puis d^pecierent les ;.^^-^ x^ -^,^ «*,v«,^«a,. ^ mm. 

«^ens aus Samtlti* . eX Brent faire &« *^ "»«^"» *«^ '~'*, teponeniet. ^4 €m 

3«learpaWmc»n* e't lem tente,. Le jour y««r «^ar. «rp.rami« l«U r.^-rm«. 



dn vendredy apfis ensivairt.fi Sarrawn s'i a»- 
^cmbl^nt d* touttt ptr« ^ gfamt Wkltltade 
€t Tindrfnt juiqaes atii Hces de not %9m Mf- 
•aiUir k si grans effors, que onqaes maU 
n*aToit-on oy dire que Sairaxin easft<^t fait ti 
-•sporenuMes assatas. 

Guillaume de Nanfit , ^muUeidufigm 
deS. Urns, page %iA. 

LicEL : Lisiere, bordurc , marge , 
frontierc; Ucium. 

LicES : ^orclie , vestibule k Tcntr^ 
de Udum, 



LiEGH : Lit, ooudiette; leetus^ 
LisFmBt : Uyres ; iabPA, 
LiEFBOis. Fx^e% Lsvraoi. 

LlEGAft* FoytZ LSGAUL<r» 

Limb* f^y^ Liok. 

LiEOBcs : Sement de iid^Kt^ qteiifr 
faiaoit nn TasMil ii ton seignear ; de 
ligado; en bas. lat. iiegOHeia, 

LkBl^BMs : Monnoie dfe Li^ge. 
_ ,. . LiiMEifx: JoTettsement,a\ecplai- 

Etpttis £a2leace qot dftvcries faire iiStrtent, 
car ja mal ne toos en poorra aveiiir. 

Roman du Petit Jehaa de Saintri, 



qui aime les bons morceaux; luxu-- 

riosus. VoyeB Lbch^or. 

LiGHiBDBK , Uchander : Aimer to 

bons raorceaux, les mets d^licats, LtiwA^B : Loyer, louage, iwlon 

prendre les meiUeursmorceaux^e la d^ Cat|Kjntier- 

table , se plonger dans la dissolu- Libitsb c Courrok q«t lie le jimg 

tion 9 frequenter les mauvaift lleux ; n^x comes dcs boemfo qnttiftd on 1^ 

luxuriari. attele ; UgameH, 

LicttE* : Dartre -vtve; lichen. LiEPi^an, iiet^mt, iijutPd : Wo- 

LtcBES : Lissoir, instrument qui pard, animal bybride , qui partieipe 

sert a Uwer; d'cWi ticheuT, ouvrier 4^ tioaietdt la paathirej purdmt , 



qui lisse. l^oyez LicB, 

LrcitEB. : Pourtuivre nne action 
de lidtation en justice , mettre k bant 
prix , ehcb^rir ; licitari. 

LicTEAtJ : Lintean de porte. 

LiDE : Mai^nc de guerre , longue 
poutre retenue ptir un contne-poids , 
qui , etant WcWe , lui faisoit Jeter uno 
grande quantity de pitfrres dans U 
ville assi^g^e; on disoit aussl cUde. 

Lie : Joyeusemeut ; tet^. 

Lie , 6V, liees, lies , Uez : Content , 
gal , joyeux , agr^aWe , caressant , 
aimable; loetus. 

Dane poiir qui i*«i «i /*» pmmhe » 
K'atttre joie ne s*i pwet aatir. 
* p^.Jrane.m^antiioo^tmiu^yJbLx6&], 

Maia or mMiem A.*iui« V^ c«*t« tn^« 



leopardus. 

Anssl Us Vttp^tt^ 
Saolront de iMrt^ara, 
La mer paseerout 
Ganus d*estandars, 
De fleches, et dars , 
Qni tttft te cdontint. 

£r MMemr de la France, 

LtBpaOus : L^preux , attaqu^ de la 
Upre. Voyez Ladbx. 

LiE'rvBE : Li^tre ; lepus, 

LiEB : Laisser, quitter, abandon- 
ner;/d;a«ii>a. 

LiBB : finiorccier, nouer i*aiguil- 
lelle, selon D. Carpealier, «fili dit 
que , Uer um 4pi^> o*^U>itia gamir 
de fila. 

LiBBB , litre : Ceintnrt ftm^dbM.^ 



Digitized by 



Google 



Lie 
' LiKmmts , Ueres : Tdeor, mlftar- 
trier, Jarron; lati'O. 

Qatnt je fat jueoet, metchiiis et bacheler, 
Je deTiiis Utrres merTefDeaz pour embler. 
Bomon de GkilL mi eoart Acs. 

Ia^Sj Hex, Uez : lieu, ^adroit ; 
hctts. Yoyez Leu et Lie. 

LiEssE , fyegse : Jote , gtfiet^, plai- 
sr, al^gresM; kttHULlA FoAttiine 
•*est servi de ce mot, lir. 6 « fidble 1 1 . 

LisMER, Uescer: ^ T^j<Hrir, ft'amu- 
ler, t'^yer; Uetari, Yojres Lier. 

LiESTACE : Sorte d'ii]ip6t fttir les 
aarckaiidiset qm aniyent rar des 
Taiaeeauz. 

Li^TART : Meanre dc tcrrc ^qni- 
TaJant an quart d*un arpent. 

LiSTBs : Registres , m^moires de 
rentes , de cent on de droits sei- 
goeariaux. 

LiBTiER : Lercr, tierrr, emporter ; 

Linton : Layette, scirte de petit 
coffre; de iagena. 

Lieu fmettre) : Assigtier, donner 
vn rendez-irous. 

LiEiTE : Eapaoe on dnr^e d*Tine 
heure; de leuca. 

LiEiniAOE , ttewne : Terme g^^ 
-nqae pour exprimer toates espies 
de legumes. Fo^ez Legumines. 

LiEUR : Liyre, selon D. Carpentier. 

LiBORAR, lievrar: Livrer, akan- 
donner, d^livrer; Uberare. 

UU de lieutenant, lieutmance ( kn 
cunUenentia^ 

LisuTEif AKT : Vicaire d'un cur^ ; 
en bas. laL loeumtenens. 

LiEVTRiK , Uetrin , UeadrtH : Pu- 
pitre, lutrin, tribune. F. Lectrik. 

LiBUTRE , lisez fUuvre : L'oeurre, 
la fiabriqne; opera ^ d'&pas. 

LiETER : Lerer, Clever; toucf , 
prendre k lonage ; U^a^^. 



Lie 8^ 

Cmi Oanf 4ft tot tpre<t<| 
Et bel UM ot M b«l w^. 
Crier a fut, M nit, at nU, 
Et il.eatrerent et UtvetU trte 
Bon tent orent et tot sl^Urent. 

Roman du Brut, 

Lr^fRADE : Mesure de terre, le 
quart d'un arpcnt. 

Lti^tre : Livre, poids; Ubrd. 

LiEtre : Courroie. 

LiEx : Lieux, endroits, places ; loa^ 

Autre cas i a encore deaqoiex la WJ^" 
noisMoce appartient 4 Sainte Egliae , si 
coBiiDe la i^Mrie 4et SMitt Sbx , lii4aeUe 
^•nia doit aaire ai fratiohaiMnt Mrdte, ftto 
quicoa^e i ^Mffet , il eat de Mt eacMBfl 
GonmmM dt fhmMmim , ekap. it . 



If ona avoDs parle des Salncts ^iex, or Teoo» 
det lies RoUgieax : Ten appelle ii^fc ileligieiix 
|es teaooirs enclos de mars qui soat a^ens de 
llellgion, tnals tels liex ne sout pas t(/^a> 
d*une condlcion. MSme Coutumis, chqjp, i i, 

LiOE : Ce qui est a quelqn'un sans 
reserve ^ cpntinu , sans intej^ri^pt^OA > 
aelpn I>« Caqwntier. 

LiOB , iiSge (home) : Vassal , sou- 
mis, snj^t& un autre , engage, oblig^ ; 
Tassal qui tient un fief de son sei- 
gneur, et qui est li(§ envers lui d'une 
obligation plus etroite que ks autres ; 
vassal attaclie a son seigneur par ua 
sermentparticulier de lui el re fidele; 
Ugatus; en bas. lat. ligius. Honifiige 
Uge : Sounilssion pleine et entiere 
d'^in vassal a son seigneur. Fojez 

HOMMAGE. 

Et Gurdap msud^ li jitoU 
De sa prison h U estoit^ 
Que de Bdlin s'onoar teodroU, 
Et ses hom lieges derendroit, 
Et de Danemarc par l>«n , 
Lt rjeadrpiC tria cafcim so. 

Bomon da Brmt, 

Dame, ¥«Dr, |ia{i«pi*il e«t «iea ei#es, 
Et ^ ««a iimme U^ Mrtfert , 
Mowt 4 aiHMdia vMoBfMt 
i|Mi «a«r, eat flM fort en aprlaat , 
S*il luar <pp» kW lv> apciaat. 

Et eil voatra hmm Hgt tfvra 



Digitized by 



Google 



\ 



84 Lie 

Et TOitre ftrf dont rot pofr«s 
Faire tot ce qae tos Toorez. 

Roman de la Rose. 

LiG^E, Ug^itiy Ugence y Ugesse , 
liget: Senncnt d'hommage lige ou dc 
fid^lit^ qui lioit le vassal k son sei- 
gneur ; quality d*un fief qu'on ticnt 
nnement d*un seigneur , et en raison 
de quoi on dcvient son homme lige ; 
promesse , engagement , foi , hom- 
mage, obligation, assurance, con- 
vention; ligatio, Ugamentum. 

Coment let hornet des home* don ciuti 
Seignor dou Royanme U doivent fiire U ti- 
fresse par rastue , et de que 11 li tont tenus 
p»r U Hgesse, et coment Ic's antret gen« ddn 
JLoyaume doirent jurer an diief Seignor 

Quant les bomes des hornet don chief Sei- 
gnor don Royanme font an chief Seignor la 
ligesse par Tattite , icclni qui la fait doit ettrc 
iLgenoult devantlui , et metre let mains cntre 
let tones , et dire li Sire , je tous fais la it- 
«?«epar Tassise de tel fie que je tiens de tel, 
(et nomc Celui de qui il tient le fi^, et die dc 
qad fi^ est,) et Tont promett i garder, ^ i 
MOLYer contre toutet gent qui Tivre et.morir 
pnittent , si com faire le doit de Hgesse faUc 
par Tassise. 

Les Assises de Jerusalem , chap, 207. 

XiGE BSTAGE I Droit pat lequel les 
fermiers des seigneurs ^toient obliges 
de d^fendre leurs chateaux contre les 
invasions de leurs ennemis. 

LioEMBNT : Sans reserve, sans 
exception ; comme vassal , en sujet , 
avec soumission , avec promesse , 
Avec assurance ; Ugate. 
Sire, si save* Tons assez, 
Que pins a de dix ans pastes , 
Que Tont k Koy me coronattet 
De Sezile , que me donastes , 
Pont je sni Tostre home ligement. 
Or me merreil monlt durement 
Coment il pot ce arenir. 
Chains puis ne v^ittet renir 
Jk. TOttre cort Prince, ne Roy, 
Qui te plaintitt de mon detroi. 

Roman de DohpatOS, 

Xjlosicck. Foxez LioiB, 



LIG 

LiOBTC : Rcdevance, imp6t; de 
lex, legis, 

LiGiBREMBNT : Ais^ent , facile- 
ment , sans peine ; levUer. 

n ett U Tertnx de Den ki iieieremene "pntt 
renforcier let defaillanz , et deliTrer c^t ki 
periDent. Sermons de S. Bernard, foL 19. 

Jffse Dei wrtus, cia facili sit et deficientes 
reficere^ et eripere pericKtantes, 

LiGisTEB , l^giste : Homme de loi , 
l^gislateur; de legislator on de legista. 
LiGN AGE , ligae , lignie : Race , li- 
gn^e , parent , ancdtres , suite des 
descendans d*une famille ; de linea , 
lignum; en bas Bret, lin y lignez , 
lignen; en anc. Prov. linajhe,. lir^ 
hada. And de ligne : Parent a un 
degr^ dloign^. Fojrez Lingib. 

LiGNAGiER , lignaigier, linager, li- 
nagier, linaigier: Qui est de la m^me 
famille , de la m^me parent^. 
LiGNE : Bois ; lignum, 
LiGNBL, ligneul, lignioul, lignoul: 
Soie 9 ou esp^ de fil de lin propre a 
coudre , suivant le Glossaire du Ro- 
man de la Rose : ce mot sert a pr^nt 
k designer le gros fil dont se sei^ 
vent les cordonniers , bourreliers et 
selliers. 

Et ponr mienx garder tet maint blaachat 
De haller, die ent un gant blant, 
Cote ent d'nn ridie yair Initant 
Cotne a Ugnetd tont entour. 

Roman de la Rose. 

LiGNBB : Aligner, tirer une ligdc 
droite; de lignum ou de Unea. 

LiGiTERE , liniere : Terre sem^ dc 
lin ; en bas. lat. linaria, 

LiGNiEB : Fagot, bourr^ , bois k 
briiler, provision de bois , ToWiga- 
tion de la voiturer ; de lignarium. 

LiGHiBB, Ugni, ligner: Lieu ou 
Ton serre le bois k brAler ; lignarium; 
en Lang, legni, legno, bois a brAler. 

LiGNivoL : Le cordon ou fil des 
cordonniers. 

Lxoif OLXT : £spece de galocke oaa 



Digitized by 



Google 



de cbanssTire fort recherchec ; en bat. 
lait. lignambulus. 

liiGKuis : Graine de lin. 
lacoTB : lien , petite courroie , 
attache. 

liiGouR , Ugurien : Gourmand, sm- 
Tant Borel. 

LiGUEux : Ligueur, cabalenr. 
LiGuas : 'Espece de pierre pr^ 
ciense. 

Cette pi«rre en Inde repont , 
Dedeiu U gnvelle en parfont , 
Dame Diex l^ure promlat , 
Mainte Tcrta que for Itii mitt , 
Ligures guarist de jannlce , 
JEt deatome home de mal Tioe. 

LeLapuiaire, Mss, deFEgUsede Paris. 

LiouROEs Ds HATiow : Originairet 
de la Ligurie ; Ligures. 

LiLiALE : Qui tient aux fieurs de 
lb ; liliaceus ; en bat Bret, lily , lys ; 
en Basque lilia. 

LiM All DB : Pi^e de bob de sciage 
qaarr^ , en long et tres-plate , ainsi 
dite parce que I'outil appel^ lime, 
est de la sorte , quarr^ et plat. Telle 
est Vexplication de ce mot, donn^ 
par M. de la Monnoie, qui ajoute 
que le poisson limande, dont Manage 
dit ne pouToir trouyer T^tymologie , 
a ^ ainsi nomm^ par la mdme rai- 
son. — - Le chien d*un seigneur alloit 
tons les jours renverser la marmite 
d*un menuisier, et manger sa Tiande : 

Un jour qu*il yitt entrer ce levrier qni 
•Doit k M priae » il a'en Ta aprii , aans faire 
|rand brnit , avec one grotae Umande carr^ 
CO aa main : et le trouve qu*il estoit environ 
ion pot 4 tirer la chair qni ettoit dedans. H 
ferme la porte bien 4 poinct , et vons attrape 
•• lerrier : anqoel en moina de rien donna 
ciaq on aix coupa de cette limande anr let 
reins, etne a*7 (aignit point. Et tout incon- 
tinent il laiste ta limande et print nne hoaa- 
tiae en la main , qni n*ettoit pat pint grotse 
qae le doigt , longne d*nne aolne on enTiron. 
Despirien, XX* IfoweUc. 

LtMAusi : Lima^on; Umax; en 
bas. lat. limacfu 



LIN 85 

* LiMBz&D : Lizard. 

Limb : Penitence, acte de pi^t^;' 
de limen. 

LucBCHOK, limSignon : Lumignon, 
m^he de cbandelle ; en basse lat. 
Uchinus. 

LiMBB : Regarder de tracers et 
comme ^tant f Ach^ ; en b. lat. limare. 

LiMBux : Fangeux , bourbeux , U- 
moneux; limostts. 

LiMiBR : Giien dress^ a guetter les 
cerfs , selon Nicod. 

LiMiNAiBB : Pr^liminaire , ayant- 
pTopos, entree en proposition de 
paix 9 d*accommodanent , &c. ; de 
liminaris, liminare. 

LiMiNARQUB : Officier qui com- 
mande sur des frontieres ou limites; 
de limirutris , pour limitator. 

Limit : Sp^cifi^ , dit , arr^t^ , li- 
mit^; limitaitis. 

LiMooBs : Pr^, terre^ du Grec 
X$if$&f yiiy selon Borel. 
, LiMONiBB : Cheral de charrette. 

Liir : Chaloupe, frigate l^g^re) 
linter. 

Lin 9 linage^ linaige : Race, lign^y 
parent4§; de lignum , tinea, 

Entrez est el temple Apolin , 
Paris et plnsienrt de ton Un, 



Apele Apolin ton neyen, 

Cil de ton Un que pint amoit, 

£t tenoit chier. 

Ovide, Mss. cisi par Borel. 

£t qni 4 droit tr^ bien Tont conU 
Son parent^ et ton linage, 
Elle fu fille Raiton b tage , 
Et son pere ot non M elfalt , 
Qni est si hidens et si lait , 
Qu*onqnet o lui Reson ne gent ^ 
Mais don yeoir honte concent. 

Roman de la Rose, 

LmAOEB , linagier, Unaigier : Qui 
est de la m^me famille , de la m^me 
parent^. 

3 



Digitized by 



Google 



LiHAUD : L^om^vdt 90m jnropre 

Liircius, lincelet, UncSuU , Unr* 
cjeulxt Unnelet, Unsuels : Draps de 
lit; U/Ueola; prii an simgnlier, cca 
tennet tignifient, petit bandeau, vor- 
ceau de toile dans lequel on enterelit 
les morts; liMteum; ea anc Prov. 
UnsoL 



Ctr e*ettoit mit for** 4e 
»aiiuM 9 ezcepU qo'eUe ii*«voit oe cbar ne 
fling { aint sauutimit let os drMtltt en cotn- 
poutioB dliomme on ^ fnBBei flt muM 
tomKe one auiM sv aa§ b««f , ^ «lMnuiioit 
aioult lentement ; aytnt 4 son col entre set 
eornev, et les ptettierei jambet , nag Unceul 
<» drip d» li», et k pMtonM qni deMii» t^olt, 
tenoit en m mftin anf dnip em— ghinrt , et 
•Toit les ycnlx bendes i la maslere de Cnp^ 
«t Fortoae. £4 IXojim oior JweugUt. 

LiNB , Zui^^ ilwM^. Voy . Lmmtaob 

LitriAL : Qui est en ligne directe \ 
de lineaas. 

Lino AIRE : IndiiCBet, bavard, m^ 
disant; iinguax^ 

XiNOB , Itngre : Foible , d^li^ , d^ 
bile , menu, mince, d^icat; d*oii ZOi- 
gean^, qui est rendu mince et l^er. 

81 garde eewenl m/mf evrrv. 
Car molt toitoU fere autel enTre; 
Et la coatreltt comme siiiges , 
M^t twt est aet tent dm et Ungm, 
Qu*il ae pvet fere choset Tivee , 
Ja •! ne seaiUeraat aah^ea. 

*MMimH df ia BMt, vers 16475. 

Et aom a lea out lav^ea, U Teati le Ereaqae 
^ luig9 rochet , et c^tanat de aae ceiatare. 

Ckmjue iavissei eos, 'vestmi Pomtificem 
fubueuld lineA, mewmgems turn baiuo, 

LiKoiB, Hgn^e, Ungnage : Post^ 
rit^ , suite , descendance ; linea ; en 
ba& Bret, iignez , Un. * 

Li tittet orimia^B p^hien, ce fat, hoBM* 
etdet k*il fist ; caat il eabatit ea la mort lai et 
IbU ramaiae Ka^. 

Strm, jimom, tur U Stgett^ 



LI a 

BroiB dh et rttrat par le aage» 

S*il a home en Tostre ImgmoMC, 
C*oa Tnellle a tort le sien tour $ 
Si come- araeMe oa heritage. 
On fapa de toa core damage, 
Voiis ne le deTex pat touffrir. 
PahUau des Droits uuOtrcd^youdar. 

LiNONs, lingnojt : B&tons , b^hes ,* 
morceaux de bois k broiler ; de lignum, 

LDTtiR : Marchand de lin , ouvrier 
qui travaiUe le lin ; linarius. 

LiMiERB :Terre sem^ delin; Unor 
ria; et, selon D. Carpentier, Tart 
de travailler le lin. 

LiNOMPLB : Linon , titsu de lin ex- 
tr^mement dair, et connn de toutes 
les dames; de linum, 

LiHSBLXT, UnsieuLt, linsselet, Us^ 
seiet: Mouchoir, Toile, petit tinceul; 
Cnteolum; en bas. lat. Unsolata; en 
ItaL iemuolo. 

Si gart faaie qn*a nnl amaat , 
Taat I'aflie son ami clamant , 
He doingae don qui gairet vaille: 
Blen doiat oeeiUier oa toaille, 
On caeaVrechief on aamaaaiere 9 
M^ qn*el ne soit mle trop chlerei 
Agnilller, on las, on ceintnre, 
Doat pot faille la ferrenre ; 
On an biaa petit aoetelal , 
Oa de blane lil aa lisselti. 

* Roman de la Rose,, vers i4855. 

LiRTiBa : PeCfte ^lise, chapelle, 
lombeau ; de Unier, lintris. 

LiHuiSB : £toffe,toilt delin, graine 
de lin ; en baa. lat. Unomunu 

LioK : Monnoie aneiennement en 
usage en France , en Angleterre , en 
Bourgogne et en Flandre ; elle ^toit 
d*or et de cuiTre. £lle fut ainai nomb- 
m^ , parce que le SouTerain y ^toit 
repr^sent^ ayant nn fion sous lea 
pieds ; elle fut frapp^ en France , 
pour la premt^ foia, aoua le r^ga« 
de Philippe de Yaloia, en i33S ; 
de feo. 

LioaiiMB* Foy9% Lsoimn. 

Lioiis:Uonynompc^prtd'homiae» 



Digitized by 



Google 



Mes lirres «i me dist et eonte« 
QQ*n eat on ApostoQe k Rome^ 
Beligleiix et moult preudome, 
D9 monk hkfBM iert honortt ^ 
Litms, ee me temliU* iert apmci 
Li neuTieme , ce tml« ou Uvre. 
Gmuier tU Coinsi, MiracU de la Dttude /. C, 

LioRAi. : Mesnre ppDv U% liqui^es, 
Uqaelle ^toit ^valu^^ a un pet. 

LiouK : Lif ue^ euodue d« dl^VOn ; 
teuca. 

Liouti, UQurama^ UuranfQ$ U-^ 
wransa : D^yremeat » doo , pr^ieilt | 

LiouBAm , liarar, liyrar : Qtf ivrer, 
Conner, laire pr^eat; liberar^. 
LiPAE : Leopard ; leopard^s* 

Cfl ProTiM ehiet en Knfery 

En on pnit«, de broo^«fe de fcr 

Avirone de toutet parts : 

De grant dragons, de grans Upttrs, 

De grans serpens 4 grant escluirdes , 

De grans wirres, de grans lesardes, 

De mille espto de rermine.- 

Gautier de Coinsi, 

LippB, louppe : Grossc lerre, l^vre 
avanc^ 9 comme <{iiaiid on boade , 
grtmaoe ; de labium, Faire la iippe : 
Faire la raoue. 

LippiE : Grosse bouch6e. Franche 
Uppec': Repas franc, qui ne co^te rien. 

Lippu , louppu : Qui a naturejle- 
mcnt une grosse Uvre , une IcTre 
avanc^e , triste , qui fait la moue. 

LiQUE : Sorte de yaisseau , vase. 

Liquet : Loquet de porte. 

Liquet : Clair, ^clairci; Uquidus; 
on a form^ de 14 , liquidation, iiquide- 
mcnt et liquider. Liquider des fruits, 
c'est lea ^valuer. 

. LiQVBx , Uqueil, Uqueiz , Uqm9x : 
Lequel , laqneUc , lesqad«. 

Or qnant Darida 1! Dnx des Ootfaei ateo 
aoB ost 4eTen4st en cdlin^ U sen de Dieo de 
son cheTal sur coi U s^oit , fo jos getiez des 
liomes de celui , Uqueis Tolentiers soffrans lo 
domage de son perdnt }ameiit «toc le Smd 
.coi U tenoit, o/Xut > ceM.ki l«i iplireM. 
Dial de &. Grigoirt, ii¥, i , chap, 9« 



LIS 8? 

Dumqu$ Dmrida Gotherum Dux cum 
exercitu m loco eodem venisset, Dei strvu$ 
ex c€tbaUo quo sedebat, ab hominibus ejus, 
mrojectut est, qui JuHienii perdid damnum 
lihenter ferens , etuun flageUum quod tene^ 
hat, diripiendhus obtuUt. 

LiRiPioN , Imjnpion , HryyHon f 
Chaperon des docteurs de Soribonne, 
longue robe de docteur, suiTant Ra- 
belais , Uy. 2, chap. 7. Fojra le4 
Notes dele Duchat. 

Li&OM , iirot, loiron : lioir, petit 
rat des bois qui dort presqae tou- 
jour s; glis, gSris ; en anc. ProT* 
Uroun. 

LisxiiT : Savaat , qui a bcaucoup 
de lecture. 

La table da Roy Dant Pietve dont je rona Tais 

contant, 
He la saroit nombrer nol Clere «ioi soit Usant, 
L^Fiededu GutscUm, 

LiSE , Usee , tisse : Toute femelle 
pleine ; ee nom ^toit particuli^ement 
donn^ k la chienne, et par m^Uphort 
on le dona<iit aussi auz femmes d^ 
baueh^s; fycisca; de \k le nom de 
Usette , donn^ auz patites chiennes.. 

LiSE, Lisette: Nom propre defem- 
me , diminutif de Louise. 

Li9»i.a : Loisibk, permit, lidte, 
selon Rorel. 

Lisia : Repos , paresse , loisir y de 
Ucere, 

LisLE-BOME : La ville de LisbonnA, 
capitate du Portugal. 

Par dev^t ^le-bone fist la feste eslargie, 
Voat t'emool- de I'Anglois 4p&i ensememt Tafie, 
Yers les PortSgalois monstrolt samaistTie, 
I«a place qo/e je di a^oU este bastie, 
Poor le marlement qui fa de grant lignle. 
LaViededu GuescUn. 

LisME : Tribttt que payoieut aux 
jiatioQS Barbaresques les SouYcrains 
qui Touloient commercer ayec elles,. 

LxsoiT : ^toit pennis. 

He arec yoos point Uo qnoi David filt 
qnapl i^ familla , et cto qoi orec lay estoIe^( : 



Digitized by 



Google 



SS LIT 

con n eotn en U maUon Dim , et minngM 
let paint d« proposition que ne Hsoit a 12 
Qannger. Bihle, S,Mathieu, chAp, id , i;. 3. 

Non legistis quid fscerit David, quan4b 
4surue, ei qui cum eo erant: quomodo intrcwit 
in domum Dei, ei panes proposidonis comedit, 
fuos MOA lieehat ei edire, 

Lisoir : Le9on , lecture \ lectio. 

LisoN , lisez Visops : Hysope , 
herbe; hfssc^um. 

LisQUEs , pour : Lieque : Abbaye 
6itu^e pres de Boulogne sur mer. 

LisQUETTE , iechette, Uchette : Pe- 
tite piece ou languette de terre , petit 
morceau boa a manger ; de lingua, 

LissEUR : Ouvrier qui lisse les 
^toffes. 

List : U est pennis , accords ; licet, 

B*il Scorer el Sabath. 
Bible, S. dhuhieu, chop. i^y*ven, ta. 

iiaque licet Sabbatis henefacere, 

LiSTE , Usteicy listre, Utre : Bande, 
bord, bordure ; de litura, selon Borel; 
«n bas. lat. Usta; en Langued. listo, 
iistro. Listre de terre : Bande de terre. 

LiSTi , UsteyS y Ustr6 : Qui a un 
l>ord,qui est bord^, qui a une lisiere. 

LiSTEL 9 listre , listrel : Trin§^e de 
bois ^ tranche , morceatu ' 

Lit BRisil : Mariage dtBsous par le 
d^es d*un des ^poux. 

Lite , lites : Esolave. 

Liter : Arranger^ e£facer, rayer ; 
liturare* 

IjItez (palais) : H6tely palais ferm^ 
avec des barrieres. 

LiTHEUYiE 9 Leutavie : La Lithua- 
nie; Lithuania. 

LiTBOMAirciE : Divination par le 
moyen des pierres ; lithomancia; du 
Grec A/()«f et de fiarrtU. 

Litis : Lithuaniens. 

Litiscontestation : Proc^ com- 
mence ; de litis et de contestatio, 

LiTisPEN DANCE : Tcmps durant 
lequel un proc^ est suspendu ; Utis- 
jpendatio, iotmi delis, litis, proces , 



et Ae pendere, n'^tre point encore 
termini. 

Lit xortsi. (^tre au) : Eire me- 
nace de la mort, ^tre atteint d'une 
maladie dangereuse. 

LiTocHE : Berceau d*en£ftnt , lit 
eztr^ement bas el touchant presque 
hi terre ;:de lectus. 

Litre : On donnoit ce nom a un 
droit par lequel les seigneurs , d'a- 
bord 9 puis les bauts-justiciers, pou- 
Toient'mettre une grande bande ott 
banderoUe autour d'une ^glise ou 
d'une chapelle , soit en dedans ou en 
dehors, avec leurs armoiries dessus ; 
de listra. 

LiTURE ,. litture : Rature ; litura. 

Liu ; Lieu , endroit ; locus, 

Toa les con saiiu fist demander, 
Et en un liu tos assembler. 
Tote une cave en fist emplir. 
Puis Ta fait d*un paile covrir. 

Momandu Rou,/oL a3o. 

LiUE : Lieue, ^tendue ou espace 
de chemin \ leuca. 

Nous apelons hon de Cort quiconque sunt 
k Orliens et auz Vilettes d'enriron la cite de^ 
dans la quinte Hue demorans. 

j4nc, Coutume dOrlians, 

LiuiN : Loin; longe, 

LiuR^E : Tristesse, chagrin, deuil ; 
d^liyrance, affranchissement ; libe- 
ration 

Lius : Endroits , places , lieux , es- 
paces; loci. 

Mais U meide assemblelt des voisins lius dc 
partot, par lo tochement de la Taine noncie- 
rent sa ^ssne tost deroir Tenir. 

Died, de S, Gr^gxnre, Up, 4, ch, la. 

Sed congregaii ex nficinis locis undique 
medici, ad tacium n>ence denuiuiapenmt ejus 
ejritum citOis adfutwum, 

lAyicn^liveschie : Sorte de plante 
m^cinale; ligustrum, 

LiTEL : Niveau, aplomb; libella; 
en bas. lat. libeUus, Uvellus; en bas 
Bret, live. 



Digitized by 



Google 



LIT 

I^msR : Liyre , poids ; Ubra* 
LjvKaiE DK sAisiif : Investiture. 
LiTmAiAB, Uvrairie : BiUiotheque; 
£hraria. 

A Saint Maart oh grant Iwraire , 
Trouvai on livre en nne anmairey 
J« le pri et ti le retiug , 
Tant i gardal et tant le ting, 
Qae je troami aans point de faille y 
Uo miracle fort delitable , 
Qui pins me faitoit resjoir 
Qne Tieoft que je paisse oir, 
Onqneft maia n'ea joie gi*lignor. 

Gaiuier de Coinsi, Miracle de la 
BenoiteDent. 

LiTSAisoii : Ce qu'on donne on 
firre k quelqu'nn , en argent, habits 
on aiitres choses; Uberatlo. 

LrvRK : Sorte de monnoie rMle , 
mais qui ^toit plus forte dans cer- 
taines provinces que dans d*autres; 
Ubra. Lipre soutive : La Hvre de 
douze onces. 

LiTA^E : Leurre, app4t avec lequel 
on prend le poisson en I'eniyrant ; 
en has. lat. lorra, 

LiY&iE : Don d'habitsqueles rois, 
princes ou grands - seigneurs , fai- 
soient aux grandes f^tes, comme aux 
Assises , aux Cours plenieres , ou en 
certains temps de Fannie , a leurs 
enfans, amis 9 inf^rienrs, domesti- 
ques ou autres qui ieur ^toient atta- 
ch^ ; de Uberado, 

Litems : Rubans qu'on donne danf 
une noce aux assistans ; de liberation 

LiTais , livres de terre : Portion 
de terre qui rapportoit une livre de 
revenu ; terres pris^, estim^s k tant 
de livres d'argent; libra terras. 

LiYEiEE : Arpenter, mesurer; U-^ 
berare; en bas. lat. liprare; t^ bas 
Bret, livra, 

LxvEOisoir, Uvraiton : Redevance 
annuelle, ddiyrance, part, partie, 
portion en g^n^ral , portion de nour* 
riture; liberatio, L'auteur du Roman 
de la Rose s'est tromp^ en I'iatcrpr^ 



L O 89 

tant par domaine ; dans le passage 
soivant de ce Roman , il signifie « 
don , present : 

Et si a jk sa Iwroison , 

D*an boiatel d'org'e , et de fain. ' 

Boman ile PercepoL 
An molin toIi et rieng sOTent 
Cardiies de bU et de farine, 
Sorent me carche Ten reschine. 
Point et peteille et fiert toz dis , 
Trop ai d^ahan , biau dooz amia p 
£t qoant je rerieng en meaon, 
Si ai petite Uvroison, 

Fabliau de TAsne etdu Ckwn, 
PonToirs et ronloira et bontex , 
Cea trois tout en nng Dien comptes, 
Cr^erent toute cr^iaon, 
Angela k Dien plna haut monies ^ 
Et donna i knr neof contez 
Frane-arbitre par Iwroison ^ 
Biais li plnseurt par mesproiaoo:, 
Et par orguiUeuse acboison, 
Chlirent du tout ahontex 

Et Tuidierent le Ciel 

*CodicUe dejekan de Meung, n>en 445. 
LivROT : Mesure pour les grains, 
qui etoit en usage dans le Forez; de 
libra; en bas. lat. librcrium, 

LiYEOuEE : Certaine mesure de 
grains. 

Lixova : Lecteur, professeur dans 
une ^ole; lector. 
Lo : La , le ^ iUe^ 

Quar Eedempte h veake de Ferentlne bo- 
norable home de yie , qui anaiaea derant cea 
•et ans s'en alat de cest mont. 

Dial, de S, Grigoire, Up. 3 , chop. 38. 

Nam Ferendfue Hedemptum Episcopum 
nfit€e 'venerabiUs virum, qui anti hos/erian' 
nos septem ex hoe mundo migrai^it, 

Lo , lae, loe : Lone , applaudit , 
approuve , conseille, indie, du rerbe 
loer; de laudare. 

Ve Tiely n^enfant , fame , ne fol 
Ne servir jk , je le lo, 

Anci£nPro¥erb9. 
Le Mercnre qne je te lo 
Sumom^ de Mercnrio , 
Oat le Mercure des Mercuret, 
On maintes geos roettent lear cure. 
La Fojuaine dee Amoureux, 



Digitized by 



Google 



9^ LOB 

Lo4 Eurinence , montagne, 4i6r9L^ 
lion, colline; du Grec lophos ; ea 
£spag. lorna, 

LoAUL , loaule : Digne de louange, 
digoe d'etre lou^ ; laudabiiis. Yoyez 

Loau/e est sa haltesce et no mies enferaole. 
Sermons de S. Bernard, foL 114. 

LaadabUis magmitmd^ iiluu , jma €tiam 
imitadUis, 

Lobe , lobbe , lobes : Tromperie , 
sornette , iUaaion 9 fable , invention , 
raiiierie , measonge y £iutaet^ , choses 
Tainet, Tagues , sans foodemeut, sans 
solidity , Tides de sens et de raisoni 
discoars en Tair; de lobcB , suivant 
fiarbazan. 

Ua aacteur qui ot noQ Macrobet, 
Qui ne tint pas •onges k lobes, 
AiDfoIs detcript la yition 
Qui aTuit an Roy Cyplon. 

* Roman de la Rose, 'vers 7. 

Qnol, d^a ! cbacnn me paltt de lobes f 
CkaeoA ai*eiiiport« aiOB avoir, 
£t prest ce q«*it en peat aToir. 

Farce de Patheim. 

LoBER , lobber : Moqner , railler , 
tromper, en faire accroirc , tromper 
par des disconrs sans fondement, par 
des mensonges, mentir. 

Kn demenant on tel bobant , 
Qui cuidez Toas allcr lobtsnt? 
Tel n*a povoir de bieo amer, 
Taot a malraift cncr et amer, 
Et ce qa'il ara dit de ruae, 
Antaat dira U de oliaaaMM, 
£t pJoikiin en iim hber, 
Po«r lef despoiller et rober. 

Roman de la Rose. 

LoBEUR , lobSeur, lobisor : Trom- 
peur, menteor, raiUeur, mauvais 
plaisant. 

Tuit Ttrent pretqne de rapine, 
Li menus p«eple let enoliAe, 
Et cil comme leas les devearent, 
Trestoit sos les poTres gens qneureat. 
1f*e8t nos qui despoittier nes Toilie, 
Toit a'sftibUnt de ^r do^oiUe , 



LQC 

Trestoit de lor snstance iiamenty 
Sens eschaader toz viz les ploment; 
Li plus fors le plus iieble robe : ' 
M^ ge qui Test ma simple robe, 
Lob€uu, lobez et lobiors. 
Robe , robes et rob^on. 
* Roman iie la Rose , i>wm 11^ i ^ par- 
lant des Fatu>Monno^eurs , des 
Raillis, Avoeau et Proeureurs. 

Log , Uoc : Lieu , place ; locus; en 
bas Bret, loc; en Ital. luogo; en anc. 
Prov. loc^ Hoc, luSc. 

Apr^Tint eif Jerusalem od mult grans gens, 
et entra el temple od grant orgoil , et prist de 
toe Tautier d'or, et les chandelsbres des lu- 
mkif y et tos les riohes Tess^ qui la eatoicnty 
el la table de proposition » et les hanaa d*or. 
La Trad, des Machab^es , liv. i^ck, 1 , 
Ders.^^^fol. iS5yV\ 

Et ascendit Jerosofymam in mtdtitudtna 
grapi, et intravit in sanctificationem cusn 
Miperbia, et aocepii altare aureum , etetm* 
delabrum himmis , ei uiwersa 'mua ejus , et 
mensam propositionis et libatoria, etphialas* 

hocAjiBM : Chambre qn'on lone ; 
locanda* 

LocATis : Cheval d« louage ; lo^ 
caUdtts, 

Locate : Uocadia, Uocade « nom 
de fenuaae ; Leocadia. 

LocsyoirosT : Eossignol, oiaeam 
eonnu par la beauty de son chant. 

IjOCbeet : Vrille, tarriere, per^oir. 

LocHB : Petit poisson de rivii^re , 
excellent ; on Tappelle en Languedoc 
foMquete. Manage dit qne At^ est 
anssi une esp^ de lima^on. 

LocREE, lochier: Placer, arranger, 
loger; locare, 

LocHEE, lochier: £branler, te- 
ciller, seeoner, raonvoir; exlocare. 
Voyex £sLocKBE. 

L0CHET9 louchet, luchet : OutSk 
pour fouir et rcmuer la terre. 

Loc^E : Sarte d'amie on bilon 
de dtfense, 

Locu , locue : ChauTe. Chief locu t 
T^te cbauve, 
^ LociJu:Bours«iafseiLt;lM:K/«<, 



Digitized by 



Google 



LocusvB , locttftes 
iocMsia. 



Santerelle; 



Hm pocpW qa*il s«crei« 4 ib*1| •} 

MCflieroi demain locustes en tet entre«t« • 
Bibk , Exodt , cKof, xo, 'y«rr. 3ei;4* 
Dmutt» populum meum, ut saerifieet mihi; 
dm aatem resistis , ttnon -vis dimutere etun : 
eece ego mdmeam enu locuttam in fines tuos. 

IjOAi : Mouill^ , tremp^ > inond^; 
iotus, 

LoDiiB&, lodier, loudier : CouTre- 
pied fait de laine on de coton entre 
deux toiles piques 9 courte-pointe 
d'on lit 9 coaverture piqu^e; lodix; 
ce BK^ est enoore en usag^ en Nor- 
mandie et en Picardie. 

LoDOTic , Loei , LoeU : Louis , 
Bom propre d*hoinme; Ludovicus. 
. Loj>s : Approbation , louange ; 
laus. Voyez LoivsiiT, 

Lo^ : Licite , peirmis; licitus; lou^, 
compliment^ , flatt^ ; laudatus ; r^* 
compens^y coDseill^, gagn^ par ar- 
gent; locaius; li^, attach^; ligatus^ 

LiOEOOMBE. Foyez LoiDoaaa. ' 

Lois : Espace d'une lieue ; leuca, 
Yojex LiuE. 

Loiis : Louis, nom d*homme*. 

LoBis , lodz : Homme a gages , 
homme loue pour faire du maly que 
I'oB engage par recompense. 

Pled^r ioeis entettdos. 
Entendex grans dolonrt vot vient » 
Qnant ros tens toiu rendex. 

Roman de Thiihautde MaSlL 

LoiMBiTT, loenge : Priere , conseil, 
ayis, insinuation, consentement, per- 
mission , louange ; de iaus, Laudatio; 
en anc ProY. laouz^nga; en Itaiiea 
luzinga, 

Certe* » dist li Rnperexcf , je atendrai moot 
Tolentiert jusqn*ii demain poor Tostre re^ 
qnettet et poor Tostre loiment, 

Boman det tept Sages de Rome, 

Sept foix le ]or ai dii k toi henge^ ce tainl 
Mabrt awMi aAnplI , 4e B«t ' 



LOB: 9*» 

Qenat lasdea, itpriHie, 4 tierce, ^mldi, a 
none , a vespret et a compUet . 

La Rigie de S. Benoit, chap. 16. 

Loiirois : Monnoie des ^v^ues de 
Liaon; Laudanensis^ 

Lobe 9 loier, looer : Louer, approu- 
▼er, persuader, eonseiller, vanter, 
consentir ; iaudare; loger, h^berger, 
etablir, mettre en place, poser ;^ 
care; en anc. Prov. iaouzar. Yoye^ 

LOIEE. 

Lore a|»ptte le Roy let meetrea iiothon« 
nlert de?ant uoua, et leor dnnanda qoel con- 
ieU il donroient do cop que sa nef aroit rec^. 
n te conceUl^ent ensemble , et ioirent to 
Roy qne il se deseendlst de k nef U oi 11 ca- 
tmtf et cntrast m one antra: et oe conteiL 
Toos /boJ|«-noos, car noos entendons de cer* 
tein que tons les es de vostre nef sont tons 
eslochex. JoinviUe, Hist, de S, Louis. 

LoEE : Etre permis; licere. 

LoEEEE : Leurre, tromperie, ruse^ 
finesse , subtilit^ ,- attrape , amorce » 
app4t 'y enbas. lat. lorra. Voy. Loieb. 

LoESET : Avoit donn^ , et nbn pas^ 
^toit conyenu 9 ^toit loisible , comm^ 
le^ dit Borel; ni avoit coutume , ^toit 
accoutum^y conime I'explique le Glos- 
saire da Roman die la Rose. Barbazan 
recuse ces deux significations , et dit 
que ce mot vieiit de loer^ r^ompen- 
aer, combler de bien , doni^er. 

Helas ! ponrauoy tant mesch^j, (axritm 

mamenr) 
A hom qnl le desob^, 
▲ Dleo qoi bel et bon loeset 

l^sL de Jehan de Memng. 
Dans la nonvelle ^tion pr^r^ 
parM. M*»*,ilya: 

Helas ! poarqooy tant mesch^, 
A honune qn*il d^b^, > 

A Diea qoi bel et bon Votfaii? 
*Codiciie de Jekmn deMetmg, iters 4fifi 
LoETEsiBw , Loepiden : Qui est df 
la Yiile de Laoa ; et monnoie des ^^ 
ques de Laon ; Laudunensis. • 

LoBTS : Louis, nom propre dliom*i 
me; JLttdimCtts, 



Digitized by 



Google 



ffi LOI 

LoGiDiER : liOCfttaire d'llne Hud- 
son , d'un terreiD; de locator, 

LoGER , logher, loguer , lojher : 
Loyer , louage , prix , r^ompense ; 
locarium; en bas. lat. iogerium, lo^ 
querium, 

LoGETTB : Petite lege, maisonnette; 
de locus; en bas. lat. logeta, 

LoGHisa , loguier : Louenr, pro- 
pri^taire d*une maison -on d^nn bien 
qu'il donne a loyer ; locarius. 

LoGiB : Entretien, traits, discours 
snr quelque snjet; logia; du Grec 

LoGBE : Gain on don qu'un des 
^poux fait a Tautre, lors dn mariage. 
LoGRBS , Locres : Suivant Borel , 
c*e$t une nation. Je ne yois que les 
Locriens, Locri, peuples de la Gr^, 
auquel ce nom puisse 6tre adapts. 

LoHEBATGNE , Lohermnc ^ Lohe^ 
regne, Lohereigne, LoherengCy Lohe- 
jrengne^ Lohiriengne : La Lorraine ; 
jLothanngia, 

En Lo^eraigne pr«f de M^ 
La cit^ , sort une yawe ad^ , 
Que Ten cuit en paalet grans. 
Si derient sel mout boos et blans, 
Icelle yawe que je deris, 
£t sonrt en nn puis pr^ d*enqui. 

Vintage du Monde, 

LoHEBAiNG, LoherainSy LoTierarty 
LohereinSy Loherens : Lorrain , che- 
valier et seigneur de Lorraine ; Lo- 
Oiaringus, 

LoH Y : Gros morceau bon 4 manger. 

Loi : Le , lui, celui ; iUe, 

\jo\\ Amende fix^ par la loi; de lex. 

Loi : Corps de -ville , office muni- 
cipal ; de lex, 

Loi apebte , loi appcurissant y loi 
apparoissant : £prenve par Teau ou 
par le feu; lex apparens. 

Loi (avoir) : Avoir le droit de faire 
quelque chose ; legem habere, Preu" 
dre loi : Se soumettre k une coutume, 
k une juridiction; legem facere. 



Lor 

Loi o*aoust : Droit de publier la 
ban de la mobson , ou de vendre le 
vin en detail , k I'exdusion de tout 
autre , pendant le mois d*ao4t ; lex 
augusti, 

Loi ns Rome : La Catholicity. 

Car de legier troveroit'On dens homes <m 
femes de la hi dg" Rome on antra nation qui 
s*en parjureroient pour monoie , puisqn*il se- 
roient senrs que il n*anroiant aotre pmril qn* 
de eans parjurei. 

Assises de Jerusalem, chap. 167. 

Mais Tusagt del fi^ ne poet Tun contra 
Tautre prouyer par pririlege on par recort 
de Court contre autre que contre son Seignor 
toot ou partie , ou la saisine on In ten^ur* 
avant dite , et qui le Want pr onver par deux 
loyanx garens de la loyde Rome, et qu*ilc 
soient tela qne il puissent garentie porter sana 
estre rebutez ne contredlts. 

Assises de JirusaJem, chap, 174. 

Loi monstbabxe et pbobablb z 
Loi, ordonnance qui oblige a prou- 
ver son droit par t^moins ; lex pro» 
babilis. 

Loi MciE : Ancienne loi chang^e , 
ou coutume corrig^e, ^tendue, aug* 
ment^e , ^laircie ; lex mutata, 

Loi ouLTBiE, loi outr^e : Jugement 
rendu contre la loi , la coutume ou 
le droit re^u ; lex ultrata, 

Loi pabible : l&preuve par I'eau 
ou par le feu ; lex paribilis. 

Loi vilaine : Loi qui r^git les ro- 
turiers; lex villana. 

LoiAL , loias, loiausy loiax, loyal, 
loyaux , loyax : Fidele, juste, 6]uita- 
ble , qui est suivant la loi ; de legalis. 
Enfant loieUy hoir loyal y enfant l^i- 
time , h^ritier pr^somptif ; mariaige 
loialy mariage contract^ suivant la 
loi \feme loiale y Spouse legitime. 

L*en doit s^avoir que tuit chtl sont loial 
hoir qui sont nea et conc^ua en loiaux mO' 
riages, ou qui sont conc^ de loial manages 
tout sot che que il ne soient pas nex pour che 
que le pere muert o& tans qne sa fame est 
grosae ; mais ancun pnat bien naistre el tana 
^ kM mariage y qui n'cit pas hial hoir. 



Digitized by 



Google 



t 01 

^ioAoU ett b&stard , tl com se tueimft fime 
froise , se maria k aatre persone que a cheli 
^u. ren^rbiasa hors mariage. 

Cotuume de Beauvoisis, chap. x8. 

LoiAULT^ , loiaut^ : Fid^it^ , fran- 
diise , cordiality , lib^ralit^. 
LoiDOAER , ioederer : Injurier. 

LoiE : Petite cabane , petite logette 
de jardin ; de localis, 

Loii , hies, loiez : Attach^ , li^ , 
garrote; ligatus. 

Or par iin jor una Diakenes prii desLnm- 
ban aatolt tenos loUs, et cU kl lo tenolent lo 
pesaeTent ochjre. 

Dial, de S. Grigoirey Uv, 3, chap, $7. 

Die etenim quadam h JJongohardi* capttu 
fvidam Diaconus tenebatur Hgatus , eumque 
^i qui tenuerant, interfieere cogitahant, 

LoiEK : Liea , attache , courroie. 

LoiER, layer, subst. : Present, re- 
compense , &alaire, gages, prix d*une 
diose , cadeau ; et punition ; de lau- 
dare ; Barbazan peiise qu*il ponrroit 
Teoir de locate, bleu oa nikl plac^. 

n le fiat a«cr«taire 

£t dur^orter d«a finances Royalea , 
Pour 1e loier de ses rertua loyales. 
Maroi, CimecUrc de M. J. Cotereau, 

Et dreitore est oeuTre de charlt^. 
Dens est dreiture , Dens est verit^ , 
lasi puet estre resnablement mosrr^. 
Qui Iqyer prent , n'est mia loiant^. 

Roman des Romans, 

LoiSR , loyer : Loger , charger 
d'nne affaire , louer un logement ; 
locare ; r^compenser , loner, fairc 
r^oge; laudare; attacher, Her, join- 
dre ; Ugare. 

H^Ias ! je n*eaa onqnes ph^, 
De Jhesua plein de Teriti; 
A l*eatache le fis lover , 
L4 fn batu et despite. 

Tragic de la Vengeance de J, C, 

L01BTTB8 : Jarretieres ; de Ugado. 
LoioNs : Diseur de fadaises, de 
haUrenief » de ohoses inutiles. 



L 01 93 

' LoiovEi , loigrder, loingmer : Eloi- 
gner, s^parer, devenir long; longi^ 
cere, elongare, 

LoiONERis : Folic, doignement de 
la raison; longinqiJitas* 

LoiGNEs , loingne : Bois , for^t , 
b6che, morceau de bois; ligna, 

LoiGif ET, loingnet : Loin , de loin , 
de loin en loin , un pen ^loignd ^ lon- 
giiement; longi. 

LoiHiER : Limier, sorte de chien 
de chasse propre a conrir le cerf. 

Loiifo (an) : Le long de , a c6t^ de; 
long^; on a ainsi ^rit ce mot jas* 
qn'au xvi* si^le. 

Loiif OAiNGiTE , longaigne, longain* 
-gne, longuaigne, longtUngne, lun^ 
gaigne : Blan'e d*ean croupie ; lien 
souterrain, cayerne, cachot , prison ; 
cloaque, bone, excrement, fosse, la- 
trine , cul de basse-fosse , garde-robe, 
Toierie; terme injurieux; deJongin* 
quitas.'^'Dts aveugles , apres avoir 
fait de la d^pense a. la tayerne, bc 
troaVent plus leur argent pour payer 
leur dcot , et se renyoient Tnn a Tau-* 
tre ; rh6te impatient^ leur dit : 

Fetes (payez) 6a vous serez 'hdAix » 
Dist li ostes , Sei^n6r truant , 
£t mis en longamgnh puant, 
Am^ois que toos partes de ci. 
Fahl, des trois Aveugiesde Compiengne, 

Elles arolent pissate et tongaigne apa« 
relli^ , et U jetoient enn|i le viaage. 

Le Condnuatew de GuiU, de T)'r^ 
>W.3»3, V\ 

n avoit Clers en nn lieu, et lessolent hablta 
de Clers, et faisoient xnout de ribauderies , 
enpr^s preaoient habit de Clerapor deffandre 
lor folies , 11 Rols comande que se tex Bache« 
Hers sont pris , qa*lls soient mis ^ one Ion* 
gutugne, dome Ten ue dole pas soffrlr rlbau- 
deriea , mea lender les en mar^ lien. 

Mss, de la BibI, Imp, , n" 8407,70/. 198. 

Monseignenr Jchan deBiautnont, qn! estoit 
son oode et avoit grant talent de retonmer 
euVnace, Ttscria nonlt felonaeasemeBt, H 



Digitized by 



Google 



•94 



LO I 



li iit; orde hnftungne, ij^t tooIm-toiu 
dire ? ras^ez-voos tout quoy. 

JoinviUe , Hist, de S. Louts, 

JjOivGifiUMjloingner: BAcher, lien 
on Ton serre 1« bois^ proviaion de 
boift, Tobligation de la ToUarer; de 
Ugnanum, 

LomcHiEA D*uir fiev : Donner en 
arriere-fief une partie de son fief ^ en 
bas. lat. ionginquare. 

LoiirGTAiiv , lointieu; au fdminin 
loingtaine : J^loign^; de longinquut. 
Qu*en Hierasalem soot Tenn^ 
Kt de natli ne tont conu 
IVoit Chtrallen Tenant d'Eapaignt, 
llarch« tr^ loingtakm ct Mtraign«. 
.■ Tmgidie de la Destruction de Jdnuaknu 

LoiiTGTAiirsT^ , Mngt^netd : Dis- 
tance , ^oignement ; lor^inquueu. 

LoivjonHzvit: Mesorenrdedrapa, 
officier pr^posd pour voir s'ils ont la 
iargeur et la longuenr preterite par 
les ordonnances ; de longiturnitas. 
' LoiirtKLET : Petit peloton de fil; 
en bas. lat. loiseilui, 

Loia , fxMre : £sp^ce de petit rat 
t[ni dort tonjovrs. Foyez Liaoir. 

Loia : Etpe perniis; Ucere^ 

Loxa : Ce mot, sans explication 
dans le Glossaire du Roman de la 
Rose , signifie le koir, I'hMtier ; ^os- 
res, Voyez Hoieie et Hmas. 

Dicn qui vons meist en ce Touloir, 
Pour <in«l canse olfrbte woum toir 
De FcnidU, k mmt pourkettine. 
TetLdeMkamdgMHmf,pittriantde 

J. C.qm^us rmcMeta dupiclUpar 

sa mort, 

LoiEE : App&t^ lenrre, terme de 
fanconnerie; et attache, couiroit^ 
iorum, 

LoiEB : Cuye de pressoir; en bas. 
lat. loyra. 

LoiEBE 9 loirrer : Lier» encbalner. 

LoisoiT : £toit permis) licebaL 
Zoise, qn'il soit permis; liceat; i) 
aignifie aniti, bien^eacove que; iieH^ 



. hi PrtTOs dit, je dtfana qoe lortt ht fc^ 
fete que checcniu ne puisse mener parmi Le 
fluere ta nef grant on petite et chargier la , 
on detchargier en la rire , et je comanderoi 
qn*il Jaise k nagier par lac et par foMe , et 
par «itaBC coamnn. 

Mhs. dehsBibL Imp. , n"* 8407. 
14 Je n« qoid qne Mentir n*ea ioise, 
Roman de Percevtd^ ciUpar Morel 

LoxsssL : Peloton de fil. 
LoiST , loit : Permis , licite ; lidtus^ 
LoisTBE , lucter : Lntter, faire as- 
taut , s'exercera la hitte, se disputer, 
se d^battre ; luc$an» 

Se aocnn ocut on autre en instant, on an 
combatant an comnmn estrif , ceate antion n*a 
point de leu. 

lmedeJostuaBhtdeFlH,fol.9$^Br. 

LoiT : U est permis; Uc^L 

n hit k diascun Seigneur q«I a jostiche eC 
seignorie en ta terre, ii fa Ire garder j»i»ie- 
meift tellea me«lire » come Tea a ns^ de looc 
tana, soitengnUtt, aolt en Uqnenr , aoit eit 
luretagc, et qnieonqu» Tapetioe, «e U est 
iiona de poot^ , Tamende cat de aoixante aoU. 
Coutumc de Beauvoisis, chap, a6. 

LoiT (rime) : Ik^^ joint ; de ligare. 

Loix : On donnoit qnelquefois ce 
nom aux tribanaux de justice ; de lex. 

LoMBAE : Ceinture de corde qu'oa 
mettoit sur la cbair; lumbare; signi- 
fieaussiychangeur^agioteur; maison 
de prdt , iomlmrd ; ^J^ngobardus. 

LoafBAEDEaix : Ce que payoient 
les Lombards on marcbauds italiens 
aux fuires de Chan^agne , pour y 
faire leur commerce ; de longobordu*. 

LoMBAEDis : £^>^ d*etoffe,sorte 
de fburrure on de doublure. 

CombiMi faot^il biea de manteauB 
Ponr TOftre aerment ? de qiiarreanx 
Ponr le fonrrer de iomhardie, 

PatheUm, 

LoMBBS : Parties inf(6nenres da 
aorps bnmaut; Iambi. 

]^c :LoDg^et«ndu; iomgus. Lone 
tens , long *- tenuis; longus tempupm 



Digitized by 



Google 



LOTJ 
Estre au lone des messes , j asiistei: 
jna^ii'a la fiu. 

¥amemtat jp^rve ^^«m maf 
A apreadre plut hue Um mlie , 
Cbascans Clers mie^ de mt>l vous prise; 
Et Beqnedeiit dc ttdi f«nM, 
Kt Tottre netMnos en teaes. 

FM,dkUana^du»tpt An, pmr 
Tamturun, n" 7ft 18. 

LoHc : Selon ; secundum. 

Par eol tf et oomeot on doit 
CliMcna i«r Tivre /wic son droit, 
En mtJi^Mr et «b hbourer, 
Et en DeiaM Dicn aorert 
As aalntcs loU et as anuts, 
Bt as sains jours soltmpocs , 
Xojsc la oottstaine Sainte Eglita* 

L'JmageduMbmd*. 

L01TDSMAIK : Lendemaia. 

LoifDXvaa, iaudiner : S'amaseTt 
tirer en laagueur, lanblner) devenir 
long; longiscere, 

I^RGJUicNs : Long ; de longus, lon- 
foeur. yoyezlMi9QMivem%. 

LoK OAinxiTi : Longne diatatice , 
doignement des lleux , longueur ; 
hngammiuis. 

LoHoaiaDS 1 Pevfrfe de la Lombar- 
die , ainsi appel^ , dit Borel 9 k cause 
de leuTS longues pertuisances, qu'ils 
aomiBoicitt hordes^ 

L^iroB : Loge, galerie couveste 
qui jouit deux maisDns; de ieoio. 

LoHOEMBiTT : LoDgaeaMot ; bm§^ 

Com lon gemtmt seiai'ja tormeal^te » tn se- 
m!-je toraMEtto en tvmil «t en dolor et 
affliiex de BM>rt tote jor* 

Sermons de S, Bernard, /oL iS|. 

LoNOH, Um^ : Long, longue, 
diendu; longus, longa. 

U Rois a aes Giiddes aaadte, 
Et see aaisaies stamM^ , 
5 'en vinrcnt ensaable i Ificole, 
Sans noise et sans longhe parole , 
Que li fel Childric aroit aslse , 
Mais ne Tot pas encore prise. 

Soman du Brut, 

LoHOUBX : Nap^ oa liagAfioa 
loag4itt« kige. 



too 95 

Lovroiv, longis : Lent, pesant, 
tardif ; de longus; nom propre d*hom« 
me; Langinus. 

L090011 : Gberffle , ckm. 
I Loif€SUAi«irs , longU€Hngne , lun^ 
guaigne : Soutemun , caTerne , ca- 
ckot , pdsoa, fosse , latrine, cloaque , 
^gout, lieu prrrd, caaal bourbeux^ 
Fqxez LoiaoiiiroHX. 

Ce ne vaat riens , falt-ll, ftus tost ains que 
gens sorvlengnent chi , car se ma teste est 
copee , ja n'ere reoon^ni , lore s*abaissa It 
valles, «t traist Tespte , et «ep« a soti pereU 
teste, si Tenporta et I'enfoui en one /a«« 
^aigne, Roman des sept Sages de Rome. 

LowouAMis : Fere longue, Ugume^ 

LoHoutxsifT : Loogueur, d^lal, 
reUirdemeiU; longinqmsms, 

LoNGUET : Loin , doign^, distairt; 
longinquus. 

Loivs : Celui qui a la taiUe hanie 
et beUe; hngus. 

Loois : Louis, 00m propre d*lioa»- 
flM ; Ludo^icus. 

LooMES : Louons, exhaltons; iai^ 
demos, 

Loomes tons U douce Dame, 
Qni a rcnsoicit^e Tame, 
Qni en pechi^ estajft-esteiatet 
Loomes tait la Dame sAinte« 
Loomes tuit la Dame pioe , 
Loomes tnit la grant ajne , 
Loomm tnit soa grant coasel, 
Loex la tuit, jel'vons conseiL 
Gautier de Coinsi, Miracle de Th^ophile^ 

Leoir t La vUlede Laon , viKe ^i&. 
«opalede la f4ear(Me; Laudumim, 

Look , loons : Nous louons, con- 
seiHons , approurons ; laudamus. 

Assea saves ^'asses loon. 
La %eH« E(^e de Loofi, 
fit o« k ^m\ , viche et «st belle. 
La iJBttre me dit et rarele. 

Gander de Gumsi, Mumele ofiri pmr 
lafiertedie if.JKde Lotm, 

Cele qui e«t de tele uanlere , 
Qni de^tM bknt ftfis eat manieve , 



Digitized by 



Google 



96 LOR 

Un jor if^4nBt , fist k Loon (Laon) ^ 
XJn r^'r$ti* que moult foon» 

Qt/Hierde Coinsi, Miracle d^unefamt 

do Loon quifujugUe h ardoir, et 

que N, D, dllwra, 

Loouiz : Lou^ , qni est aux gages 
d*aii autre ; locatus. 

Lope , loupe : Crasse ou balayure 
de mdtal ; grosse masse de fer sortant 
de Taffinerie des forges, ou la gueuse 
a ^t^ fondue , et que Ton met ensuite 
sous le marteau de la forge pour la 
r^uire en barres de fer» 

LopiN , loppin : Piece , morceau de 
quelque chose ; de lobus, lobinus, 

LopiNER : Partager en loping ou 
en morceaux. 

Loppiw : Coup, Taction de frapper. 

LoQUK : Sorte d'arme ou de b&ton 
de dtfense. 

LoQus , loquet: Lambeau, partie^ 
morceau ; JToccus. 

LoQUEircK : £joquence, discourse 
facility de s*exprimer ^ loquenda. 

Loquet, luquet: Petite for^t, Fof. 
Laie. 

LoQUETi , louchete , loqueteux : 
D^coup^ , mis en lambeaux ; ces mots 
se disoient d'un habit d^chir^ , et de 
celui qui le portoit. 

LoQUBTEE : Lever le loquet d'une 
porte. 

LoQUETS ^floqueu : Laine de des- 
sus les euisses des b^tes k laine ; 
defloccus, 

LoQUETTE : BAton en forme de 
massue qui est termini par un gros 
nceud, et dont se serroient les ber- 
gers ; on le nommoit aussi cltpon. 

Lob , lour : Leur. 

Lor hlanmes ont en hr chief mU. 
Roman de Perceval, cii6 parBorel 

Ici se mirent 

TUt Gil qni foloient et mnsent , 
Ef bones escoles , et tisent- 
lor tans por tricherie apenra^ 
Legiereaent poet-tn entcmlro 



LOH 

, . Lor dis, lor moz , et lor poinz fans , 
De ce dont horn doit estre saox, 
Se perdent tot apertement. 

* ia Bible Guioi, parlantdes Avocats, 

LoRAiir : Le Glossaire du Roman 
de la Rose explique ce mot par, espece 
de petite monnoie; le Supplement 
dit qu'on devroit lire douzains; mais 
dans quelques Mss. il y a : 

Trop as mellor chose plus chierCy 
• Tos les biens que dedens toi sens, 
Dont tn es certain congnoissans , 
Qui te demorent sans cesser ; 
Si que ne te puissent lesser, 
Por fere 4 anltre aatel serrise, 
Ces biens soot tiens en dreite guise , 
As uitres biens qna sont forains. 
If *as-tn pas vaillant deux Jlorins. 

Roman de la Rose, 

Et dans I'^ition que prepare M.M***, 
tt Texplique comme ci-apr^s : 

Trop as meillor chose et plus chiere , 
ToB les biens que dedenz toi senc^ 
Et que ti bien es eongnoissenx, 
Q«*il te demorent aenz cessier. 
Si qtt*il ne te pnent lessier, 
Por fere k autre autel servise ; 
Cil bien sunt tien a droite guise : 
£s aotres biens qui sunt forein, 
IV'as-to TaiUaut un rielz lorein, 

* Roman de la Rose , vers 546o» 

LoBAiH, lorein: R^ne, frein, guidev 
inide, courroie, mors d*une bride 
de eheTal et autres animaux de inoii)- 
Jture ^ lorica, lorurn, ; • 

Sk Dex n*ara de eels mere!', 
Qui font tel hnevre et lei ordnre , 
Com la fine puaot nsnre : 
Ja li yeir, ne li sebelin f 
Ife li rauront rien eu la fin; 
Ife les seles , ue li lorein , 
Moult troveroot \e leu vilein, 
On les covenra trebuchier. 

* La Bible Guiot, parlant du Clergid^ 

son temps, 

Kous aTons deux pronons qui font tons lea 

descor», 
Kar il traieut en cause et les drois et les tors , 
Se meum fust barn's, et tnum estoit mors, 
•TaLpheTaache k lerain^ qui troteroit eneort^ 
La Fie du Monde, strophe 44^ 



Digitized by 



Google 



LOS 
I*omAirDn& : Yalet At charme. 
LowiBov% : Trompenr ; en ]mi» Bret, 
t(^^€r, Voyez Lobsvk. 
Losss : Alors, potir Ion ; lila hora. 

Sidiiex M je fosse anssi sage, 

Qwat je estole de vostre aage, 

J«^ d*«iBoars qii« je sai ores, (Am ib/«) 

Cir de trop grant beaut^ fa hre$: 

■iis ores me laat plamdre et gemir^ 

Qiaiit mon tis efFacii remir, 

^ ▼01 4|iie fi^aoer le eooTient. 

RMium de ia Hote, 

LO&XI.AKT, liBec VoriUm: I^pieu, 
•orlc de jaTelot ou lance; ^auricu'- 
fanus, a cause de la forme de son 
fer ; en bas. lat. lori/ardum. 

LoaioK , loriot : Oiseau d'un pln- 
■«gc jaun4tre , et 4-pea-pres de la 
frossenr d'un merle. 

LoaioT : Ornement de tAte, tresses 
^ ckereux blonds. 

PeBunes perteront dea lonott, 
Et lea Itommes de grands porianlz , 
Telna qo'on em^nnte.aox liarbters. 
CoftuUart, eiti par BortL 

Loaxor : Bonton qni rient antour 
de rail , que Ton appelle en certainei 
provinces un orgudOeux. 

LomMs&iB , iormoine^ lofemene : 
1a profession de faire tontes sortes 
^ pelits ouYrages en fer, tels que 
«lous,^peron8,&c. 

Lo&xiEE , lorimier : Ourrier qui 
Wl des lorains, des mors de bride , 
^ce que font en partie les selliers et 
«• ^peronniers. 

LoaaAiH , lorrein : Guide , bride , 
«>nge, i^ne, courroie. 

Los, loz : Consentement, appro- 
bation; biens, possessions, h^tages. 

Los : Sort, destiu. Geterlos: Tirer 
^^ sort. 

Los : Sorte de p^berie. 

Los , loz : Louange, <^onseil , avis, 
P^ire, fayeur, approbation , r^om* 
P^i^) bruit, ri^ntation, renomm^; 
ii« 



LOS 97 

taus. Terre de Ids : Terre fameuse , 
titr^. 

Tot cen ke It mnndes atMnet, tot cen est k 
mi croix , si cim est li deles de b char , les 
honors et les richasces , et U ram los des 
homes , et k totes celes choses ke U muodes 
tient k croix et k torment , k totes celes choses, 
•vys-jtt clofichies et ahers coi Li monde coide 
estre crois. Serm. de S. Bernard, /of, i aa. 

Omma qmm mundus amat, crux mihisunt,' 
delectatio carn,'s, hotiores , dividee , ^amg 
hominum bades , quat ^ero mundus reputat 
crueem, Uli$ t0xus sum , ittis adhoero, 

A ta sainte divinit^ 

Sojt U>s , honeor, et potest^. 

Le Mfysth^ des Actes des Jp6trt$. 
Ainsi est-il d*aatre semblance 
De maint home et de nuinte femes , 
Qui ont bon los et bone fame , 
Par lenrs enfans qn'il uvent faire. 
Fontaine des Amoureux de Science . 

LosAiros , iosenge, lozenge : Trom- 
perie, raillerie, insulte; m^sance, 
fausse louange, flatterie, caresse pour 
tromper; de laus, 

Et |>oar aroir des gens lonenges, 
De riches homes par hsenges, 
Impetrons qne lettres nous doign^nt , 
Qui la bonti de noos tesmoignent , 
Si que Ten croye par le monde , 
Que tote yerta en Ini abonde. 

Jhman de la Rose, 
LosANGEE, lonzoTiger, losctngter, 
losenger, losengier, lozenger, lozen- 
gier : Tromper, railler, insulter, bu- 
rner, m^ire; louer, flatter pour sur- 
prendre, caresser pour tromper; 
laudare. 

LosANCSE , loscmg^oty losangSour, 
losangeur, losengeor, loseng^our, lo- 
senger, losengeres, losengeur, losen- 
giety lozangier : Flatteur, trompeur 
par caresses , par fausses louanges j 
de laudator; en Basque tosengus. 

La maniere de fortune est si decevable, 
ke celai ki Guide estre plus hsnt , plus tre^ 
buche k plus de cent en mi jnr k*il n*est mnn- 
tea en un an ; mais li fans amis ki de hsenge^ 
servent en lin de cnnseil , ne tendent qa^k d^ 
(oirre en blandissaaai pur fo dist Jurenal, 
o 



Digitized by 



Google 



98 hOV 

k'a n'ert ii»l^ cKoM k« Teo ne pai»t« felrt 
creire a fol haut-home par faasae loenge «t 
losenge , dont pliwors quidaiu k*a TauiijieBt 
mieU k'a tiaQi««l • ont neiiiUC fi^i wte dea- 
trua , * occb ou exaUet, • ai th* dirai on 
ctsample da hm losettgeurs, h dd deiUal 
conaeillitr. . « . „ ,. 

Lo»c : Louche , qui n'a qu'uB «il ; 

LosEW, fo^m : Plein d'asluce, dc 
fonrberie^ cc mot est foriii^ de fo- 

Los ET vEKTEs : Droit du seigneur 
dans les mutations de biens. 

LossE : Badin , faineant , qui ne 
a'occupe qu'a des balivernet. 

LosTE&is : Badinage , discours 
trop libre. 

Lot : Boue, axgile > fonge , limon ; 

de luieus. 

Lot : Mesure pour les grains et les 
liqueurs ; mesure ^quivalant k envi- 
ron deux pots de Paris j partage, 
division , partie. 

L0THXEE9 Lothringe : La Lorraine, 
province dc France; Lo^utrimgia. 
Voyen Lobeeaioke. 

LoTiE : Partager, sparer; tirer 
des lots au sort. 

LoTissAGE, iodssemeni : Tiragc 
des lots. 

LoTissEUE : Celui qui fait le par- 
tage et la division des lots. 

LoTizi : Partag^, s^ar^, divis4. 

Lou : Le , la , les. Lou dit : I^dit , 
celui dont il est pari^ , dont il est 
question. 

Lou : Loup , animal camacier ; 
lupus, n y avoit dans le xvi* si^le , 
suivant Saint-Amant , des ^^es qui 
portoient cc nom, parce qu'un loup 
^toit grav^ dessus, et qu'elles ^toient 
recberch^es pour leur bont^. 
Sa TielUe rapiere an Tieax lou^ 

Terreor de maint «t maint filou. 

S. Amant, citi par Bortl 

Dana le Gatinois et la Puisaye , le 



l-OU 

peuple pronoQoe loua , pour loop , 
et Ton pretend que c*est de la qu'est 
venu le nom de la petite riviere de 
Louain, qui prend sa source aupres 
de Saint-Fargeau,et qui se jetle dan^s 
le canal de Briare aux environs de 
ChastUlon^ftur-XoiMi/A^ nomia^ en 
Latin CoitUUum supra Lup^an. 

Lou : Un lutb , instrument dc 
musique. 

Lou4i>« : Imp^t qu*on leve sur les 
marchandises ; loc€uium, 

Lou AGE , louaige : Maison qu'on 
tient il loyer, ou qui n'est donn^e que 
pour un temps; iocagium. 

LouAOER , louagier, louand^r : 
Locataire , qui tient une location , et 
qui prend des terres et autres Wens 
a louage ; locftrtus. 

LouAN : Courroie, lani^re ; fonriw, 
lorica. 

LoucioB : Gounnand , glonton ; 
luxwiosus^ VoycB LEcnioR. 

LoucEiiVB : Fcmelle du loup-cer- 
vier ; lupa cervcuia. 

LoiicBT, iouchet: B^ehe^ reamer 

la ttne ; boulette , b4to& de btrger^ 

Louche. : Droit domanial qui ae 

levoit tur tous les grains qui te ven- 

doient a la baUe de Namur. 

Louche : Cuiller ; louchete, tou-- 
chette , petite cuiilere; en bas. lat. 
iochea. 

Louche : B^che , instrumeat a re- 
nuer la terre, outil plat qui s'cib- 
mancbe au bout d'un biLton , et qui 
coupe la tore ; d'oii louchet, sardoir, 
petite b^che pour sarcler et couper 
les roauvai^ea bc^bes dam lea jardbis. 
LouoEXAiir : Lendemain ; oe mot 
vient de en et dc demain , auquel on 
a joint rarticle. 

LouDiEE : Grosse couvetture , 
courte-potate , couverlure piqu^ ; 
lodix. Ce terme est encor« ustl^ 01 
Monnandic et 4a Picaxdk. 



Digitized by 



Google 



LOU 

LooDitE : Qui habkt nxtli ^htOke ; 
limte dt m^ris. 

LoirvA ; G^mseillcT, doaMr avis , 
approuTer. 

AloH cfaitcum d« bkH 4tk iDfetlit l*Ml »er- 
dt y et poor micalz noat ■cqaitter, pi p««r 
iacr« ■«• dcTOin ^ j« /oiw ^e chatcon aille a 
nDunc. Moman du Petit JekandeSaintrd, 

LouBE : K^compcnser , faire des 
pr^sens. 

Louse : Se plaindre ; A*oiitouenge, 
plain te , selon D. Carpentier. 

LouETTE : L*heure da or^pasciile, 
o^ commence la nnit. 

LoucAUGUEs : Langueuri foiblease 
de cerveau ; de ianguoudo. 

LouoE : Barraque de planche, loge 
qu'on £Edt dans un jardin ; de loctts. 

Louie E : R^ompense , prix ; pu- 
nidon ; Barbazan le derive de laus* 
Vojez Loxee. 

Le louier tout enument tet , 
Le cner de* coroitos atrat 
Ten $el , qti« fl le lUt gtiendiir. 
Si , ^*a oe ^net k drtit tMiir; 
Mmjb ret ^ et U giienthiwmt» 
Et partot Irolsettes qMrant ^ 
Cvdi 11 pnisce celuy deifendre , 
Dont U cuide le /biwfr prendre. 

Lh tttstigimmtm de Tr^bt^. 

LouisoH : Diminutif de Louia* 

Lotrp EEEOVE : Loup^f^tov; i^up 
ramage , loup-cervier* 

Loup»E , loupe : Noeud , bo«e ; 
gros morceau de fer on d'autre chose ; 
pierre pr^cietue brate , impatfkke ; 
de lobus, 

LouQUEE : Regards de traT«rs , 
loucher; de lufcus, 

LouEDEiN, lourdier, lourdin, lour- 
dois : Idiot, lourdand, Hialadroit, 
sot , stupide , d^sagr^able ; en bas. 
]at. lurdus ; en bas Bret, lourdod, 

LouEDEEiE, lourdise : Balourdise , 
fiiute con tre lebon sens, la ciTUifc^, &c . 

LouEDois : Langage pesdnt et en- 
mtyenx , propos d*un bomme gros- 
•ier, d'un sot , d'ua stupide. 



LOU 9$ 

LouEB i Grosae Aiusette^ iMtln- 
Hient k vent , connu principalement 
en NonMndiie , en Bretagnc et daaa 
kA paya de montagnes; de btru; on 
la nomme en Bourgogne ck^re , 
ehievre; dans ia Basae-Nonnandie on 
appelle aussi I'estoinac , le Ttnitt-e , 
te loure'. Let paysans pa riant d*ane 
personne qui a bien bu et Hiange, 
diseftt qu'elle a bien remplt •« ioun* 
LouREUE 9 lourour : Joiaeuv de wnk* 
sette on de la iotirr^ 

LouEMnoE (une):TerEue injurieiiE 
qltii^^pond k^ vieiUe sale, vieille trom- 
pefUe) d« lapatmrikm. • 

LouES, lourt: Sot, imb^eille, kmr-^ 
dEnd* A0fdir du poll dm Uun : Faire 
lliommtf iglioraikt, le l<mrda«d, £tir« 
la h^6 , joaer le f^le d*iin sot. 
Qui ne contrefait raaottrettx, 
Qwi ae a^ laindpe ten peaser. 
Qui ae rit sans estre joj^ax* 
Qttl ne sf et sonvent ^igouler, 
Qai n« s^et hraan , on banlt ckamef » 
Qal a*a de^nof aatre f^ly , 
Qm n*a Ve bee au Tent toudys « 
Qoi n*a mngpeu dupoii du lourt. 
En Terit^ c est nng cliedfs , 
n n'a que faire d*estt« k Cotait 

Lous : Le kmp, animal caraassicr ; 

Lous : ConsenteBie&t , approba- 
tion ) iaU9* 

Lo^SQtfEs , lugques t Boi%ne , qtti 
n'a qu*iMi <iil , louche ; lusam^ 

LouisH , ipMche : Cuyier 4 pot. 

LouTEXEE : Celui qtti cbssse le 
lovtre } later. 

LouvAioE : Ltfoage, location; 
locado. 

LouvEt , loupel, loupet : Petit ou 
jenne loup ^ lupillus. 

LouYBi«Eois, levegnois , louv^i^ 
grds s Monsoia de Louvain ; lova^ 
misntk. 

LoEvEvauE : LouTetier« atlui qqi 
chasse le loup ; lupmnui, 
% 



Digitized by 



Google 



1 loo LOT 

LouviBLLE : Besace , sac. 

LouTiE&E : Pi^ge ponr prendre left 
loups; taniere, repaire d'un loup ; 
c*^toitaussi le nomd'an Y^tementfait 
de peaa de loup. 

Louvis : Aifam^ comme un loup. 

LouTisftZMBHT : Cri du loup. 

LouTBa : Loyer, louage ; locarium. 

Lous : Droit du seigneur dans les 
mutations des fonds de terre» ou des 
maisons k la ville. 

^LoTisizHS , lovisiens : Monnoie des 
^v^ques de Laon ; laudunenses. 

Lower , lowier : lioyer, revenu , 
produit -de la location d'un bien 
quelconque. 

Lowis , Lo(*y, Loys : Louis> aom 
propre d*homme ; Ludovicus. 

Lox , lous : Loup } lupus ; lieu , 
«ndroit; locus. 

LoxiAs : Louche , ^quiyoque, am- 
bigu ; de A«|/«f , mot purement Grec. 

LoY : Foi; lex. Par sa lojr : Par sa 
foi, en bonne-foi) enhonn^te homme. 

LoTAOE : Loyer ; locatio. 

LoTAL TEHia : Tenir de bonne-foi 
ce qu*oii a promis* 

LoTAircHE : Alliance, pacte, con- 
trat , obligation ; Ugatio. 

LoTAUM ENT:Fidelement,de bonne- 
foi. Foyez Ualmbnt. 

LoTEUEE : Lien, lani^, trait, 
attache de cuir, courroie, &c. ; lorum. 

LoTOLisTES (les) : Let J^uites, 
ainsi nomm^ de S. Ignace-de-Loyola, 
leur fondateur. 

LoTEEE : Leurre , appAt , amorce \ 
ligature, lacs « filets , pi^e ; lorum. 
Et flttt omoiement et nneft 
D^antoim, de fancoiu et de gniet , 
Et les fitt an/ ojrrre Tenir, 
Et pour leur grace maintenir 
Qti*a retouraastent k sa main. 

Raman de la BiMe, 

Lots : Loub , nom propre d*hom- 
me; Ludopicus; au £6minin Loyse, 
Lc^sette, Loyson. 



Lire 

Lo£ : Lonahge , reputation , r^ 
Gompense , approbation. Foyez Los. 

LozANCE : Fausse louange , flatte- 
rie \ de laus* 

LoeERGEE : Tromper. Foyez Lo- 

•AirCEE. 

LozENCiEE : Trompeur, flatteur. 
Foyez Losangee. 

LoziN : Nonchalant , paresseux. 

Ln : Lumiere ; lux. 

Lube : Lubie , caprice , bizarreri^. 

LuBEENE : La panth^re, la femelle 
du leopard. 

LuBiEUX : Capricieux , plein de 
Inbies, de fontaisies. 

LuBiir,pour lupin : Loup, poisson 
de mer; de lupus, 

LuBBB : Sorte de monnoie qui 
avoit Gours en Bourgogne \ en has. 
lat. lubrum. 

Luc : Un luth , instrument dt 
mnsique. 

Luc : Petit bateau, barque. 

LucABHB, lucerne : Lampe, Ian* 
terne; lucema, 

LucATTE : Nom de femme , form^ 
de Luc ; Lucas. 

LucET , louchet : Pioche , hoyau , 
b^che, binette. 

LucHAis : Petit peloton de fit. 
Foyez Luisel. 

LucHE : Porte ; a luche, a la porte. 
Foyez Huis. 

LuGHEB : Luire, 6clairerj lucere, 

LucHET : Pique de fer. 

LuciABEL, au pluriel lucicUdaus : 
Ange rebelle, qui se r^Tolte contre 
le Seigneur. 

He corps , pour chon que ta es bians , 
If e fais pas come LuciaHam , 
Que Dex fist de si gente faitore , 
Qu*il fu de Paradis joiaus ; 
lAais il parfu si desloiaas, 
Qa*il s*orgi]U contre nature , 
S*eB cai pais en grant ardore. 

Le Despisement du, Corps, 

LucioAiBB : Registre , titre d'un 



Digitized by 



Google 



LJCl 

Kwc destine ^ r^soudre dci qnestioiis 
cmbarrassaDtes; eluddarium. 

IjUciob : Liunineiix ; luddus. 

LuciFKAANT : Qui donne et qui 
portc la lomiere; hidfer. 

LucuLEKTEMENT : Comme U faut, 
dairement , nettement ; htculerUer. 

LucuaB : Fabriqued'uneparoisse; 
gain, profit; lucrum. 

LuE , lus : Lath , instnunent dc 
nnsiqne* 

LuEircH , hienchs : Loin , de loin ; 

LuBR : Loner a ga^a , prendre k 
loyer,engager nn domestique; /oc<ircf. 

Lui&s, lueske, luez, lueze,luize, 
bize : Anasit^t, k TinsUnt, apr^a que, 
de» que , promptement. * 

Mais luis he muU tera. 
Pater lol eonTOira randooUt. 
Poit. Fran^, ohou i3oo, tome K^fiL i346. 

Lendemain bids qn*il ajorne 
Li Rois •€ liere et si s*atoniey 
Et por allet en la forest 
I>*iiiie corte cote se vest; 
Les Chevaliers fait esreiUiery 
I<es Cao^rs apparillier, 
Ja soDt mont^ tot, si s*en Tont, 
Lor ars et lors s^ettet ont. 

Roman ttErde et ttMnide, 

LusTTE (jeu de) : Jen de la fossette. 
Lci : Je lus, legi. 

Uae aitfre ynaige d*aiitel taflle, 
A s«iiestre vi dales lui , 
Son. nom desvs sa teste lui : . 
A|>pel^ estoit Feloonie. 

* Roman de la Rose, 'vers x5a. 

LuiCTE (chose) : Chose lue; de 
^ctut , partic. de legere. 

LuiE : Lieue , henre de chemin ; 
ieuca. 

Luiaas , luyers : Approbation , r^ 
compense ; locarium. 

Luis , lisez ^ui$ : La, porte ; ostium. 
Voyex Huis. 

LuisEL : Cercueil , tombean ; lo- 
cMlus. 



LlfM loi 

n momst , et acoompU soat 1! an de la Tie , 
cent et dis ans , et fait est par jngement et 
mif en na iuisel en Egjpte. 

Bme, Genkse , chap. So , n)ers, %5, 

MortuMts est, expletis centum deeem nntce 
HUB annis , et eonditus aromatic, reposi* 
tus est in locnlo in ^gypto, 

LuiSEL, luiseau, luissau, hdssel, 
luisselet : Pelote , peloton de fil. 

IjVistz J luicte , luitte : Combat, 
lutte , assaut ; lucta. 

LuisTER, lucter, luicter, luiHerc 
Combattre , se mesurer ; luctan. 

LuiTON : Esprit foUet , lutin. 

LuM , lisez l*um : La, particule on. 
Vcyez HoM. 

LuM , lufns ^ luHp luas : Boue, 
fange , limon ; limus. • 

Et Criz parolet en la salme et si d!st : ]# 
snis, dist-il, fichiex el lum de la meir, noa 
fumes j*ai la d'arant tuns de paradis, mais or 
sommes nos iuns de meir. 

Sermons de S. Bernard, JoL 35. 

/ofuitur autem Christus in psalmo : in^ 
fixus sum in limo profundi; lunom auidem 
nos esse manifestum est, quoniam de limo 
plasmati sumus; sed tune auidem limns m^ 
radisi fuimus , nunc verd limns profundi, 

LuxEa : £clairer, Retire jour ; /if- 
miruire, 

LuMEEETTB : Feu foUet qui parolt 
la nuit; de luminare, luminaris, 

L0M ETTB : JMlumette , tujau ou 
paille de chanyre. 

LuKiGHOH : Lumignon, bout d'une 
meche de chandelle , d'une lampe ou 
d'une bougie, qui s*en s^re ^tant 
enflamm^; de luminosus; en baa. lat« 
UciFuum, lidnum. 

Luxis&B : Fendtre, ouTerture; 
lampe; lumen. 

LuMizfAiEE : Fabrique d'une pa- 
roisse. 

LuxiiTAiRE : Lumiere , clart^ ^ 
lumen. 

Et Den dist, sett fait bmunaire , et fm 
fait, et Den rtt le luminaire one il esteit lum, 
ct departi la Inmtere des tenutres , lon^apeU 
3 



Digitized by 



Google 



loft LV Sl\ 

U l«ai«Pt Jwv •! Us Hmthwm bbIs » tt Ttspres 

Qtm^^ ckmp. i« <wra. S. 

Dimtfm Dmu ffimtlm^, €tjmsia #s«1bz » 
0$ ^f$iiit Dhu iMtmm ftM ettef Stum : t dn 
visit Utcem a tene^ns. A p ft l im ntq mm bt09m 
diem , 0t tenebrof noctem , faccumfim est 
^}espere'et tmmi. 

LuiKiNiea : Officier d'^gU^e cbarg^ 
dc r^clairer^, administrateur , piar^ 
guUUer; lumii^arius, 

Luw : Ls^mpe portative j lumen. 

JavjuAon : Caprice , fantaiM^^ « folie 
d*ui\ lunatique i de /i«/2a ; d'ou lunar- 
gier, fol , insens^, capricieui , fantat- 
quej lunaftcus; en anc. Prov. /«- 
aaios, lunaioss^s* 

LuNEDi : Lundi ; lunce dies. 

liUN^isuN :Temps de lune; de luna. 

tnv'ivLiuinii^T : FiJ^ uaique ; 
uni'generatus 9 unigemtMS. 

LuirsTTi! ; Sorte d'armurc de t^te, 
ou partie de cette annure, suivant 
D, Carpentier. 

IiU»<^au&E : Longueur^ ^tendue, 

Le^iiH, lunha, ]xi^%l^huHh, l*huaa : 
Aucuo 1 aucooe ; tunha ara, jamais. 

LuocTENBHT : Lieutenant, auiyaot 
JJ^ Carpentier ; locumteaens. 

L^^v. FoQrei I^uyat. 

LitTQUENNs : Lucafne, f^dtre, ceil- 
de-boeuf ; de luceraa^ 

{jUQUst : Caden^« 

l^ii^y lui : he hrpcbe^9 poisson 
4'eau douce; lui;eim d'oii Imei, ki^ 
ffi^Ui petit brpcbet. 



ITe perdoit pas soveat i 
m B# enit vie* p*r DOf bot^ 
Que poor mengler luz ae b«itbQC#i.» 
QoelcoD(|aes futt on jor maladet. 
Cdutier de Cbihsi^ chap. a8, ftV. <. 

. I,iVS|iAU 9 /tt^e/ 1 lust : Cercuf il , 
bierre , chisse de saint ; de luoellus , 
pour Iqculus. 

J^suL : ficlairer, l^uire ; /*?crc. 

).uMTA]iis : Horn propiw d'uM 



tUT 

>fMi7ts« d^ TEiptgiie, qui est a pr^«nt 
le Portugal; jMskama. 

LvsQUB : l40«die \ Imscus ; en has 
Bret. lutJL 

LussBaoH : M^li«» lumignon. 

LtTSTms 9 Claris , i^ustration ; il- 
lus0xUio, 

Lot : U Hii fut permia ; Uouii. 

Bien lui en la Tieb lei. 
PremifT Uvm det J(ois,/QL i , il*. 

LuTHEBiE : Luth^ranisme. 
LuraBRMTB : Lutb^rien. 
LuTHON : Esprit follet, lutin. 
LuTs ] Lwni^e; lux. 
LoTTxa : Petite eabane, loge bitie 
de terre et de chaume. 

liBW^ : Xieue, ^tendue de diemin ; 
leuca. 

LuwBOB 9 lowier, U/nPOige, lumber: 
Loyer, paieiment du gite ; locmnum^ 
LuxB : Sorte de petteterie y suiyant 
D. Carpentier. 

LuBBBiE , liseE tuxerie .* Cbemin , 
passage. 

LuxuRiAHCB : Exces, superfluity » 
detail , explication trop longue ; 
luxurim. 

l^juxiJRiANz : Abandonn^ au vice , 
au libertinage , qui mene une Tie 
d^r^l^ ; luxurians. 

LuxuaiBR : Se plonger dans la dis- 
solution, s*abandonner an liberti* 
nage, au commerce des femmes im- 
pures , se jeter dans le d^r^glejnenl ; 
luxuriari. 

Ha diabie , c^me ies ciqc^us , 

0»M groBS envie a far e^s , 

Qoi Tivre fvclent chasteneait , 

Et IXies tefvir b«iieatai«eftt , 

Ta grant Tertuse (Tersutia) u malice > 

Les chastet cuers point et entice 

Jonr et nn9c k htxttrier, 

Gautierde Coimsi, lif,%fCksp, i. 

LvTBE : R^mpense, prix. P^cxez 

LUWBGE. 

Eijois yQ» de ce ke tos jai aTeix rec^ le* 
dons de la'tinettre , e»jois roa de ce ke to* 



Digitized by 



Google 



MA A 

aiendeslMikrVTvdeUdestrt. . . .eaU tlMttra 
iont lel ■Mrit^s , «t ea sa cUctre Mi l^jren. 
Serwmm de S. Bernard, JoL 3i. 

G ffife a r ^KM jam percepUds dona imis- 
trm, gtutdete quia exp€9UUts prasmla dex" 
tne, . , ,in hg%Hi ejus merua, in dextera verb 
pr«Biia eonHnentnr, 

LUTSABI.E : Qui luit , qjaX ^claire ; 
de lucerCm 

LuTSBAiT : Vase » yaisieau dt bois 
oa de pierre. 

LuTT^AU : Linteau. 

LuTTEm. : Lutter^ combattre corps 
a corps ; luctari. 

LnTiii.x : Le triolet, dit aUeluya, 
sorte de foHirage ; du Latin trtfoUum 
Qceiosum , selon Borel. 

Lua : Le luth , instrument de mu- 
liqne a cordes. Fojrez Lus. 

LuzEBHE : Lampe, lanteme, flam- 
beau ; lucerna; en anc. Prof, luzerna, 

Mais cant ja U tot poiiMot D«ii» i Romaia 
voloit ceM^ de ton traTailh , h mostreir la 
vie Benoit en examples as homes, ke la /«- 
terme mHe sor le chandeleir renderoit clar- 
t^t par k*ele lolroit k tos c^ kl sont en la 
aeton Deu. 

Diai. de S. Grigoire , liv. 2 , cA^. i. 

Cum 'verb jam Deus ammpotens et ihrno" 
ntun 'veOet ^ iabore quieseere , et Benedieti 
nfitam in exempium hominibus demonstrare, 
ut posita super candelabrum lucerna clareS' 
eeretquatenus omnibus qui in domo Dei sunt 
iueeret. 

LuzETTE : Yer luisant , insecte ; 
de Utceiu. 
Lt : Lui, le , eUe ; Hie, ilia. 



M A A 10) 

X^ Per* , |r ttx et ^ Saiacts Etperaa , 

Uag Diea ea troys penonaes aoar4 et cheris « 

Tienae les boas ea sa grioe et seooart lea 

peril, 
Et dotnt qae cil traieti^ toit iMalt k aiaii^ 

mefia. Codidile de Jehan de Memng. 

Ltce : Femme d^bauch^ ; de (f« 
Cisco. 

Lye , fyS : Joyeux ; hctus. 

Ly^emevt , lyement : Jojettfe- 
ment, gaiement; ieeie* 

Les aegres rooate fyeement , 
Plostost one peat hastirement , 
Et U trenmloient toit 11 membre. 

Bofhan de la Bose. 

Et s*en Tiat loger en nng monlt riche et 
moult fort bel Bostel , que alors estoit aupr^ 
de TEglJse Salat Espes, ik de soa hosto et 
hostesse lut aioult fy-ement re^eoe. 

Boman de Gerard de Neyers, 

Ltbpa&s , lyeppmrt : Leopard ; 
leopardtis, 

Es Bestes toIz debonnaire le lyon , * 

Aignel emeus , entrepi^Dant fyeppart, 
Le loup piteus , le poucin diampton , 
. Et pour le tfros , voj Toler le bosart , 
L*aigle et lantonr to! derenir fetart; 
It le coulon reult faire rasseUage , 
£t le cengUer Teult estre papelart , 
Dont (d*o^) puet venlr aujourdliai te nsaige. 
Mustache Deschamps ,/oL 45, coL i. 

Lteees , Ijrerre : Voleur , larron ; 
tatro. 

Ltmpsob : Lima^on, escargot. 

Ltou : Blanc, de couieur blanche. 
Vojrez LiAE. 

Ltoh : Lion, quadrupede ; i!eo. 

Lttowb (la) : La Lithuanie; Zi- 
thuania. 



M 



iVl A : La main ; manus\ en anc Ay>T. 

"la ; en bas Bret. man. 
E sa ma dextra b domaa a ia>r« ten (tient) 
Tot a ^ael Ubrea era da lag ardaat. 

LaViede Boiee,fol 273. 

MiAGViy maagniSfmaaigmd: Mai 
^ispos^ , estropi^ , ^ooflnttt , incoHH* 



mod^ , malade , inquiet ; mal^ actus; 
et non pas tu^, comme le dit F^teor 
des Chansons du Roy de Navarre. 

n est Assise et usaiges que tons cheTaliera 
«toi out pass^ soixante ans de aage , ou qne 
il sont maaigniez de maaing aparant , sont 
qoites doa serricbo de loar con , et se il I'an 



Digitized by 



Google 



io4 n A A 

▼out escftier » ptroeqne oat pau^ Mg^y U 
Seigooiir en aan le cbertl , ct les armet en 
etchange de lour eors i ton becoing tonte* 
les fois que il Ten -roudra f emondre ; et te II 
ipele on est epel^ de chose , en que il affiert 
bataiUe , il 6*en deffeudra par rhaipiou , ae 
de son igi^ ne le reaat fere. 

Assises de Jerusalem, chap, 141. 

De arsnre Ten preut mort , de membra toln 
Ten pert membre , et tuit li bien sont le Roy, 
et de mmaignii^ pert tos see biens sanre la 
Tie et la porv^nce don mamgnii, 

Anc. Cffta. ifOrl^am, Mss. de Im BiU 
Impdr, , M® 8407. 

JfiAXONiER , maagner : Uesser , 
incommoder, ternir la reputation ; et 
non pas tuer, comme le dtt T^diteur 
des Poesies du Roy de Navarre. 

Qui narre eutrul , on afole , il li doit rendre 
aes damages , chou est k entendre le const des 
mires et des despans dou blessi^* et restorer 
ee» jomeef selonc le mestier don^ U est , et se 
il I a nutaing Ten doit regarder le meniere don 
mooing et Testat de la persone qui est inaai- 
gnif^, et Tevoir de fthelui qui le maaigna , et 
aelonc che que 11 a Taillant , Ten doit doner 
largement dou sien an maaifnUi et selonc 
Tancien droit , qui maaignoU autrui , Ten 11 
fesoit abtel mamng eom il aroit i autrui fet , 
che est & dire , pour poing , poing , |>onr pie , 
pie , mes Ten en use par nostre costume en 
cJie&te maniere,ainchois s*en passe Ten par 
amande • si com jpfi ai dit chi dessus , et par 
longue prison , et par faire an maa^n a/ selonc 
eon damage , et selonc che que il est , et se- 
lonc Tavoir de eheli qui le moaignO, 

Coutume de BeauvoisU, Mss^ ckt^. So. 

MiJULLE : Imp6t ou rederance 
d*une maille. Voyez Maillc. 

Maaillie : C^ qu*on pouvoit avoir 
pour une maille , comme la dener^e 
pour un denier. 

Maaihg , maiugme : Blessure , in- 
commodit^, soit au corps, soitala 
reputation, mMisance,calomnie; et 
non pas accompagne, comme le dit 
Tauteur du Glossaire du Roman de 
la Rose, au mot jnehaignie y oii il 
renvoie aux m^mes vers que je cite : 

Enrie n*est pas la sole, aina 4 mnt coopaignie 
Demesdic, de controiTefy tt d*autel maagm^. 



MAC 

Soi m^smaa destmit Torde et rile redungaie* 
Tant se deult d*antmi , qne ja n*en iert lie. 
CodM^hdB JehwdeUmmg. 

Maaisse , nuuuse : Redevance ou 
cens sur une m^fairie qu'on nommoit 
autrefois mas. Toy. MAsetMAiGNi^E. 

Ma ANTE : La ville de ]lfaiitoue» en 
ItaUe; Mantua. 

A eel tans k Rome manoit 
Un PhOosophe qui teneit 
A renom^e de Clergie ; 
Sages In et de bone vie , 
D*une des cites de Sezile 
Fn nei, on Tapelott Virgile, 
La cites MaatUe ot k non. 

RowusM de Doiopaioe. 
MAAan , Maart : M61ard , nom 
propre dliomme ; Medardus, Voyca 
la citation rapport^ au mot Uuraire : 

A Saint Maart o^ grant livraire. 
L*auteur parlant d'un miracle op^rd 
en faveur d*un Poss^^ qui fut ame- 
n^ , a Soissons , dans une ^lise , dit : 
Qui est bien et bel assise , 
Oh nne dena est sans dontance^ 
Qne Diex Tout muer en s*enfance» 
Laqnelle on nome Saint Maart ; 
BCa volenti icy m*aart 
Qne je, se tant puis m*entremette. 
Que de latin en roman mette 
Coment li sanu dena (u troree. 

L*auteur voulant dire que le Pape 
L^on IX, fut t^moin de ce miracle : 

Si com la lettre le me lirre, 
Cil Apostoile fermement 
Tesmofaigne et dist Traiement , 
Qu*a Saint Jfoorf iert, bien savoity 
Li dena qne mnee aroit 
ICostres sires dans sVnIance. 
GautierdeComsi, Miracle de la Benoite 
Dent que Noostre Sires musa en 
s*enfimee. 

M AAET, litea m'aart: M'enflammey 
m*excite. 

Habee : liarbre ; marmor; ^tofife 
de differentes couleurs ^ en bas. lat. 
parniui marbnnus. 

Macaut, magaut : Bourse^ pochci 
betace , gibeci^e. 



Digitized by 



Google 



MAC 

Macs , mache , machue , ma cue , 
mafuete : Maftsue , masse d*armes 
dont le bout ^toit fort gros. An bout 
de quelques-unes Solent quelquefois 
jhc^ de petits moulins , afin qu*au 
besoin les soldats pnssent j moudre 
Jenr bled ; ces mots signifioient aussi 
on amas de plusieurs choses ; de 
fiuissa ; en bas. lat. maxuca, ma^ 
ckaa, mautca. 

It te ferit emmi reftoor , la nutee en la 
■*ni et s^cheB bien que cenx qnH atta- 
9^9 n'aTolent que faire de mire. 

Chnmiques de fUmdres, 
Ea t^n poing tint ime mofue , 
Fierement la paomoie , et rue 
£ator soi cops si perUlens , 
Qii*eeciis, s*il n*ert trop menreittent , 
He poet tenir qa*a ncl porfende , 
Et que cil Taineiu ne te rende 
Qui contre li se met en place , 
S'il eat bien ataint de la mace, 

* Mommn de fa Rose, *ver$ iSjSS, 

MacM : Matbien, nom propre 
dliomme; Matthasm. 

Macbfonde : Machine de guerre 
pour Jeter des pierres; en bas. lat. 
fitot€funda.s 

M4CXL, macelerie y maUel, mai^ 
tellerie , maiseloire : Boucherie ; ma- 
celiaria taberna, macellum ; en bas. 
Jat. macelUnum; en anc. ProT. ma* 
<^^^na, masely mazeL 

Macxler 9 macheler^ maiseler : 
Porter la massue, abattre , renverser 
d'tin coup de massue ; et au figure , 
<lre charge d'une entreprise 5 ma^ 
celiare. 

MAciLiKa , maceclier, tmicecrier, 
^i^ochelier, inaiseUer : Boucher, char- 
^tier^ macellarius. On donnoit en- 
core le nom de macelier, au brave 
<l^i 6'^toit le plus distlngu^ dans un 
^nibat. 

^odigier Be Tolt faire no«ea en pr< , 
An boif , ne en riTiere , n*en gant ram^ ^ 
^t let itt en nn cbamp de riei arc, 
Oi truiM ct porcffts ertat etc4, 



MAC loS 

Let napet ettendirent d*iia tae Cnmi^ , 
QttW macecrien gentlx lor ot prett^^ 
0& il tToIt ton oint enrelopez , 
Et enpr^ ti mangierent lor ras lardes. 

Bomand^Audigwr,n iS3o. • 

MACKI.LB& , mnchaeller : Tuer » 
massacrer , assoromer ; macellare , 
macerare; en bas Bret, mocha, 

Macelotx , machelote : Petite 
masse ou massue ^ la t^te ou le gros 
bout d'un bAton ; de mas$a. 

Magh , mak. Yojez Mai. 

Machat (cop de) : Coup de massue 
sans effusion de sang, meurtrissure , 
contusion ; de massa. 

Machau , machal, machaud, ma-*' 
chaut, mache : Grange sans toit, ou 
meule de grains, amas, monceau; 
macholum, suivant Borel; en bas. 
lat. machale. Voyez Macact. 

Mache : Massue , sorte d*arme. 

Machb-coules, mache-coulis, ma' 
chi-colis, machi'CouUsy musse-couUs : 
Parapet en saillie garni d*une deran* 
ture de pierres ou de briques , qui 
r^^oit au haut des tours ou des 
chl^teaux fortifies; ouTcrtures pra- 
tiqu^es dans le couronnement des 
totirs, et d*ou anciennement les as* 
ti^g^ faisoient pleuToir perpendicu* 
lairement et a Tabri des parapets, sur 
les assi^geans parrenus au pied des 
fortifications, des pierres, du sable, de 
la r^sine ou de la poix mises enfusion. 

Let anltret remparelent mnraillet, ^ret- 
toient battillont , etqoarroient rarelint , ca- 
Toient fottes , eicaroient contreinlnat , ga- 
bionnoient defTentet, ordonnoient platet* 
formet , Tuidoient chatmatet , rembarroient 
lanltet brajet , erigeoient eavalliert , retta- 
poient contretcarpet , enduitoient ooortinet, 
produitolent moIn^ulx« taluoientpartpectet, 
eoclaToient barbacanet , atseroient machicc 
lit , renoiiolent bertet et cataractet , uM^ient 
ttnti n eU e a , fomittoient paCroniUet. 

HaMais , Prologue du Ukre 3. 

Maqsxlibe , macheher : Boucher. 
Toyex MAciliLixA. 



Digitized by 



Google 



io6 MAC 

MicHEtOTE. Fo^'es Macelots. 

Machbe : M^UiDger diff^rentes 
chotes, les bien amalgamer ayec une 
spatnle; mandere, macerare. 

MACHiuRE : Coup, meurtrissare , 
contusion; macertitio. 

Machiee : Serpette, couteau, cou- 
peret ; machcerium, 

Machighee : D^truire, d^molir, 
renyerser ; de tnachinarL 

Machinatioh : Adresse , intrigue, 
artifice ; inachinado. 

Machin^ie : Machiner, ourdir un 
complot contre qnelqn*un ; ma" 
chinaii, 

Ma€hiheue, nuichiAeux : Celui 
qui machine ou mMite une trahison, 
s^tieux 'y machinosus, machinator; 
du Grec mechane ; en bas Bret. 
maginour. 

Machoehement : Ma9onnerie , 
construction en pierres ou en pl^tre. 

Machue : Arme offensive, massue ; 
au figure , charge , fardeau , con^ 
duite d*une affaire, d*une entreprise, 
soin , embanra» ; massa. 

Fox est ki prent tor lay U machue por anl- 
tni. * Ano,Pro¥erbe,Mis.derEgiis^ 

de Paris, n'* a. 

Machvee. Fojrez Machj^ueb. 

Machue^ie , machurer : Noircir 
par place , barbouiller le visage d'en- 
cre , de charbon ott de suie ; I'octave 
des Rois se nomme , a Mets , les Rois 
machurez, 

Machueet (le) : Le rhume. 

Maci (S.) : S. Mathieu, ^yang^ 
liste , nom propre d'homme ; Mat-- 
thceus. n y a, dans le Cartulaire de 
FArchevdch^ de Paris , un bail a cens 
qui est dat6 de I'an de grace iSoB, 
le diemenche apr^ la S, Maci, oa 
(au) mois de tetembre. 

Parole* rot dirai saci 

Que nof lisons ea 6«mt Hmei, 



MAG 

C*«ftt a MToir rETaogelialra , 
Ou Tingt-troitietme coapitra. 

Roman de la Rote, 

Maci, Macias (S.) : S. Mathias, 
«p6tr«. 

Macias : Martial , nom propre 
d'faoiiiine. 

Magieal ; Certaiae mesure de 
terre ; meule de moulin ; en bas. lat. 
macina. 

, Maciolis. Voyez Mache-coulss. 
. Macie. Voyez Maecips. 

Macisse '(torche) : Qui est toute 
de ctre. 

Macle : Maille d'un filet , d'un 
r^au a p^cher, d*nne cotte de maille, 
arme preservative ; macula, Yoyez 
ce mot dans Manage , qui cite un 
passage de Geoffroy-le-Bel , Comte 
d*Anjou. 

8i Platareha aatt loi taiac«|a^ 
ComnM noiu , il n'eoit revocqn^ 
Ed doabte , poarquoj let oraolet 
Sont en Delphet pliu mnta qnc macks p 
Flos na renoant reipoaae aalcune , 
La raUon «st aMea commiine: 
En Delphes ii*eft, il act ici, 
Le treteau fatal, le roici. 
Qui pretagtt de toate eboae : 
Car AtheiMras nons expose , 
Que ce treteau estoit bontellle , 
Pleine de Tin k une aoreiUe , 
De vim , je dia de Torit^. 

Rabeiais, Iw. 5, eAap, 46. 

Macle : Maille , terme de blazon ^ 
indiquant une esp^e de losange ; de 
macula. La maison de Rohan en por- 
toit dans ses armes, avec cette devise : 
Sine macula. 

Macle : Mile, du genre masculin ; 
masculus. 

Ma^ohnee , ma^oner : B4tir, con- 
struire une maison ; au figure , fabri- 
quer, forger, pr^m^iter, former on 
projet , une entreprise ; de mansio. 

li Empereret cnldoit bien que (S. Louis) 
il Tenh a pot de gone, ce qn*il daairoit moult ; 
car il eatoit ■niifiaai ec aootilt, cnidok, li 



Digitized by 



Google 



MAD 

mmmi$ mn 4it6it : moformer •ocnae choiii« 
rootre U Roy Loys ot eontre \e BoyauiD« de 
France ; m^s il ne plot pas • Noitre Seigncar, 
4pi nap^ttrha par m dUriiM inspiration le 
WMT^s propos de rEmpereoor, et garda 
MifliieiiieQt son lion cbanploo le K07 Lo ja, 

S, LamM, tamU ia38. 

Haqqvb : £»p«ce de nassue, b4toa 
qui a une grosse t^te on im norad 
par on boot. Voyez Macs. 

MACQiisa :■ Frapper fortement 
quelqa'iin d'un coup de poing; ce 
»ot vient de mace, massue; massa. 

Macquins : B^tes miles poar let 
troupeanx , tt q«e les d^ciinatetiri 
^oient tenns de foumir; de nutsculas, 

M AcvixawB : Fiis de prince , titre 
bonoiifiqiie qne les grands seigneurs 
portoient en Bretagne, et qn'on rem- 
plaoa par cenx de comte , Ticomte ^ 
baron , &c. ; en bas. kit. macdernm* 

Macvx : Machine , nancrarre , 
Maasue » masse d'armes. Porter U 
ma^ue, ^tre charge d*iMie entreprise; 
hcaUer ia maguey charger qnelqu'nn 
de ceUe entreprise ; faire la macue 
^ queiqu^um, se proposer de le bat- 
tle; dc ma$sa. 

Quant aisaz orent murmar^^ 
Kt dh , et fet , et racont^ , 
Si reparoleot du mengltr, 
C*esl la coaatnms dn bo«Tier» 
Ja ne n*ert Hex s*il ne menjue. 
Rogiers , qni porte ia macue, 
Botns tos ceb de la meson , 
Comande c*on Toist an bacon , 
£t apono-on des «liarbon^ ,^ 
M^ qu*ele« soient grass et Ues , 
Si ^e cliacons en ait assex. 

* Fabliau tTJIouL 

MAfirsTs^ma(7Meire.-Petite massue. 
Mauagoike : Mandragon^ 
HAAAUia : Mot dont on a fbrm^ 
madame; il foisoit auUrtfim deux 
laots ma d4sme; «n ne donnoit ce 
tUre qa'aux /enmes de ir^s*haut« 
^lulit^ y et aux saintes \ mc« thmina; 



MAD 107 

en anc. Prov. madona; en Langued. 
madono; en bas Bret, madam. 

Madaimoisbllb , madamoiselle , 
lisez ma daimoiselle, ma damoiselie •* 
Mademoiselle ; les femmes et les fillet 
de gentilshommes avoient seules le 
droit de prendre ce titre. Fojre^ pour 
ces deux artifies, Dam et Damxisel. 

Maoaisse : J^eveau de fil, pelo- 
ton ; mata^a; en Langued. maddisso^ 

MAAELiMisa, maderinier: OuTrier 
qui travailloit aux vaisseaux appel^ 
maderins. Voyez Madex. 

MAnxaiir : Sorte de vase k boire. 

Madi : Mouill^ » tremp^ ; madiduu 

Madi, Madir : Emetere, nom 
d*bomme ; Emeritus. 

Mameme, mardierme, mordiermei 
Jurement d^guis^ sousle nom deDieu, 
ou suivant d*autres, par Jupiter, par 
Mars; j9«r Jo^m, per Mortem. 

Madiee, madrier : Grosse piece 
de bois , doison faile de charpente, 
table de bonlanger^ de pitissier, de 
cuisine y ^tal de bpucher, de charcu- 
ticr; de materia; en anc. Prov. mddrS. 

Mahle : Mile ; maseulus. 
Lors mena Abraiiam Ismail son fils, et 
tontes frankes mesn^es de sa maison , et tona 
les madhs qa*II ent acat^e, et tousles madles 
de tons let biers de sa maison , et il etrcons- 
oiaa la clwr de lowr ykL maintenant qn«A eel 
jour come Nostre Seignonr le comanda. 

Bibie Hist, , Genise^ chap, 1 7, 'vers, a3. 

TuUtautemAbuiham hmdelfiUum mum, 
et omnes n>emaculos domus sum : urwersos^ 
quequoaemerat, eunetos marea ex omnibus 
viris domus sute^et eircumcidit eamemprm^ 
putii eontm statim in ipsa die, sicut prtec^ 
perat ei Deus, 

Chescnn madle de tobs sera circnosiz, et 
▼ons circunsiserea la char de Tostre vk , qne 
c^ soil en s«gne de lien entre tos et mtA. 
Genbse, ehap, 17, 'vers, 20 e^ ii. 
Cireusncidetur ex 'vMs omne masenlK 
nam : et circumcidetis c€wnem prteputii ves- 
trit utsiiim dgmtrnfiedais inter ike ef^os^ 

Mao|lb , madre, madrin, maselin, 
maxiuin, maz€riM, mazers : £spece 



Digitized by 



Google 



loS M A. E 

4e pierre prMeuse dont on ignore la 
quality ; on en faisoit des hanaps on 
vases a boire. Les souverains et les 
grands seigneurs ^toient les seuls qui 
eussent le droit d'en avoir. Cardan 
ainsi que Scaliger croient que cette 
pierre est la m^me que la murrina 
pocula des anciens. Ducange , au 
contraire, pense, et je suis de son 
avis , que c*dtoit Tagathe onix ; quoi- 
qu*il en soit , ces termes viennent , 
par corruption , de marbr^ , c'est-4' 
dire , tachet^ , qui est de diverses 
couleurs , comme le'marbre ; de mar- 
mor; en bas. lat. mazer, mazerium , 
mazaram, mazen'nus, masdrinum; 
en anc. Prov. madrin, madrino, ma^ 
ter, rnazer, 

Made^ 9 madrin , madrinier, ma^ 
sarin, mazerin: Officier charge dn 
•oin des vases , pots et autres objets 
de matieres pr6ciei)ses ; c'est de Ik 
que vient Texpressionde m€uirS , 
doHn^ k un homme fin et adroit qui 
trompe les autres , et qui ne se laisse 
pas tromper. 

Made^ : Horn donn6 aux bois et 
kuif marbres vein^s et tachet^s. Mo- 
net rapporte que le broussin d'^rable 
bien madr^, est tres-recbercb^ pour 
les meubles et les parquets. Les par- 
quets du superbe chateau d'Anet, 
eloient en bois d*^rable : ils ^toient 
admires par leur vari^t^ 

Mad&uez : Taches sur diff^rentes 
p^aux d*aniniaux, comme sur celle 
du tigre , du leopard , &c. 

Madue : M6r, qui est en maturity, 
bien a son point ; maturus. 

Maxm ENT , maemement , maeS"* 
mement, maesment: Principalement, 
sur-tout, m^mement ; maximS. 

Mmm de c^as moastier* eoi fl ST^it fait en 
eel meisme lio attoient U troi eu bait h% 
rodiet del nont , et muU traTflhouse chose 
a»to<t a» Creret tot tans al bratc daaceadrt. 



MAG 

par ke i! d^otaent pnlaier de raigne , 

ke del pendant lets del moat astoit gri^ peria ' 

as descendans en cremor. 

DiaL de S. Gt^gobre^ ItV. 9 , chop, 5. 
Ex his autem monasteriU qua in eodem 
loco comtruxerat tria sursum in rupihug 
monds erant, et italdi eratfirmtribui Morio^ 
sum, semper ad locum descendere, ut aquam 
haurire dehuissent $ maxim^ quia i devexo 
monds latere ertu gravi deseendentibus in 
timore pericahun, 

MAiiMiEBSSE : MMiatrice ; jnge , 
arbitre; mediatnx, V . JMotxnreees. 

Ma^eie : Levain qui sert k faire 
fermenter la biere; en donnoit aussi 
ce nom au droit qu'on payoit au sei- 
gneur qui foumissoit exdusivement 
ce levain. 

Maesmbe : M^sestimer, blAmer, 
d^pprouver ; tnale cestimare* 

Maest^ , moists , maiestde : Gran- 
deur, ^^ation, majesty ; action coa- 
rageuse; mqjtstas. 

Maestee , maistre, mestre : inal- 
tre , magistrate sup^rieur, principal; 
nuigister; en anc Prov. maestri; en 
lUl. maestro; en bas Bret, maestr. 

Maeue , mater, maieur : Maire de 
ville , juge, ^chevin ; maitre de ca va- 
leric ; d'ou est venu mqjw; magister, 
major; en bas Bret. maer. 

Ma-fa:t : Fait de main d'homme ; 
manu foetus, * 

Mafl^ , meflu : Qui a le visage 
plein , large , bouffi y gros et gras. 

Magalee : Nom d*une compagnie 
de marcbands Italiens. 

Magaut : Pocbe , besace. 

MAGDALioN, Madelon, Magda^ 
Ion : Af agdelaine , nom de femme ; 
Magdalena; en Langued. Mathun. 

M AGDALOH : Sorte d*onguent , sc- 
ion D. Carpentier. 

llfAGDELiN : G>upe y vase k boire. 
Foyez Mabee* 

* Magdblinixe : Fahricant ou mai^ 
cband de magdelins ; en bas. lat. 
madreHnerius. 



Digitized by 



Google 



MAG 

Maoz ^ maje , mar (JBge) : Lieu- 
tenant d'une s^n^liaii8S^,d*aii pr^- 
sidial; major; homme sage; magus. 

Maccncx : La Tille de Mayence; 
Moguraia. 

MAGEiroHOiniE : Recerear des de- 
niers publics. 

IflUoHELo, ma^delo : Montagne 
rapide et escarp^, colline. 

Magioh : Maison , habitation ; 
mansto; et non de magus , conune le 
dit Borel. Fqyez Manss. 

MAOiSTEax, magesdre, magist^ire:, 
Gonyemement, snp^oiit^d'un mai- 
tre snr son disciple, office, fonction 
de magiftrat ; magisterium, 

A cni qimt ■Unent li phiitor pBr Tezeaiple 
^ ednlt coBUBenxereiit eitre enipm par lo 
4ecier 6e la parmanable Tie , et detsm son 
magutSire tol donerent el serrise del tot 
^oissutt Sanior. 

Viai. de A Of^goin, Jh. 3, chap, 14. 

A4 quern dum maid perguni, exemph 
UUm mtemm viue accetUU iUsiderio cape^ 
nau, tuque sub ejus magisterlo in omntpo^ 
temtis se Domini servitium dederuni. 

MAoisTZaiAL : Tr^-grand, tr^- 
^ler^; magisterialis^ 

Maoistrai. : Altier, hanUin, p^ 
dant, insolent; magisterialis. Fr6^ 
bende magistrale : Pr^bende destine 
4 r^colAtre d'on chapitre , d'une ca- 
th^drale. 

BLlgistbat : Tribunal entier d*une 
justice munidpale, compos^e d'un 
mayeur et d'^dievins ; magUtrado. 

Maoui : Blarre, e^ece de hone 
^px sert a labourer la Tigne. 

Maomav , magnien : Chaudron. 

Maohan , magnen, magnien, ma^ 
gmenier, magnin, medgnan, maignen, 
maignien, maignUr, maigtdn : Chau- 
d^mnier; en bas. lat. mof^nus et 
midgnagium ; en Bourgogne mat-' 
gnier; en henimignan; en Messin 
magni; en ItaL magnano ^ Manage le 



MAG ip9 

d^iTe d*i9ramen;le Duchat, dans se9 
Notes , chap. ^^ de la Pronosdcadon 
Pantagrueline , fronde cette Etymo- 
logic, et le ddrive de manuarius. Je 
crois qu'ils ont it6 ainsi noinm^ de 
ce qu*ils crioient dans les rues , ma^ 
gnan, magnin, A Lyon on nomme les 
chaudronniers ambulans peirdou , 
mot Languedocien et Anvergnat qui 
signifie un chaudron. 

MiGNA« : Vers a soie , espece de 
chenilles qui furent apport^s d'Asie 
en Europe sous le r^ne de Justinien; 
ils ne furent connus en France que 
sous le regne de Charles tiii , et ils y 
furent apport^s par des Gentilshom- 
mes Dauphiuois. 

BLkOHSNCB : Nom propre d'hom* 
me; Mtignendus. 

Machete : L'aimant , la picrre 
d'aimaot; magnes. 

Magnete trorent Troglodite 
En Inde , i precieui est ditte, 
Fer resemble i s! le trait 
Alkresi cum ratmant (le dlamant adamas) fait. 
Marhodus de Gem., art, ig, coL i656. 

Magnib, magnide, magnies, maid- 
nie, maign^e , maignie, mcdgniee , 
maihnie , mainie, mainie, maini^e, 
mainil, maisgn^e, maisgnie, mais-' 
gnUe , maisn4e y maisnie, maisniSef 
maisnil, monies, megnie, megm6e^ 
mehenSe, meignie, meigni6e, meinie, 
meisn^e , menie , meml, mesgnde , 
mesgnie, mesgni^e, mesnSe, mesnie^ 
mesniS, mesni^e, mesnieie , mesnil: 
Demeure , habitation , maison ; fa^ 
mille , enfans , serviteurs ; train , di.- 
gnitE, suite , maison d'un grand sei- 
gneur, d'un souYcrain. Za maisnie 
priv4e comprenoit les officiers , do* 
mestiques et autres qui Etoient atta- 
ches i la maison d'un prince , ce qui 
se nommoit,dans les xy, xvi et xvii® 
si^cles , maisonn^e, et aujourd'hui 
inaison } mansiQ ; en bas. \ax.~tnan^ 



Digitized by 



Google 



no MAR 

sionata; en Ilal. mesnada ; en E»pa^. 
masnada; en anc. ProT. mmnada. 

ATtDt iMi que AbsaloD ettcontrad k mai" 
gnie Darid , ^ seiet sor on mnl. 

//" Livre det Rois, chap, t8, own. 9. 

jiceidit autem ut oecurrtrtt Ahiaiom ferrU 
David , sederu mmh. 

Or quant et It plutort kl U forent assem- 

blett , et la iiukAiimIo ploravet ji mors , il re- 

pairat sodalnement, et les lanaea de tos ceax 

qui plalndoient tor retoraerent en merveilhe. 

Dial, de S. Grigoire, /iV. 4, chap, 3i. 

Ckmque et muld qui convenerant , eteum 
jam mortaum familla lugeret, subitb rediit et 
cunctorum plangendum in stuporem ^versos 
sunt lacrinue, 

do sunt lee mesnis Ifo^ solum let poe- 
plea , et lour naciona de cens eatoieot let 
geot derlses en terre apria lo dilnrie. 

Bihle , Genhe, chap, 10 , vers, 3s. 

Ha familm 19oe juxth populos et nationes 
snas ; ab his di^iscs sunt gentes in terra post 
diiu\4um, 

Toment de 9a, toraent de U 
Chaacon aa mesgnie appeHa , 
Tons i acourent peile mesle 
One plus esp^s oe noif , iie grele, 
Ne Tt Toler que ces coops volent. 

Roman de la Rose. 

Maghifier : Loner, Ttnter, exal* 
ter, ^leTer ; magrttficare^tn bas Bret. 
magnivie , beau , bon. 

Maghituoe : Grandeur , magnifi- 
cence , quantity ; magnitudo, 

Et grisil et feu ensemble meU4e estoient 
portes , et fust de tant de magnitude , qoc 
unquea Uele ne aparust en tote la terra de 
Egjpte. Bihie , Exode , chap, 9 , ifert, 24. 

Etgrando et ignis mista paritcr fsrehas^ 
tur : tasuesque fuit maguUndinis , quanta 
anti nunquam apparuit in univ^rsa terra 
MgTpf!^ 

Magot : Groftse bourse 9 bourse 
bien gamie. Vojtz Macaut. 

MAoaiABLK : Vilain , d^sagr^able, 
hidenx, mal fait, m^hant. 

Maoreche : Maigreur, s^heresse; 
macritas. 

MuiAiGiri , maJioigm^, mahmn^ 



M A H 

gnif makangnS : BLess^ , estropU f 
maltrait^ , meurtri. r, Mkhaiitoiisi. 
Making ai est qvant liome a perdu pi4 » 
poing , oiU, nea , oroUles on aocuna de aes 
membres don pi^ on de la mahin (ouin^ et de 
ce puet antre apeler sans garanx , et aira is* 
sh ; Pierre m*a cope lo polng d*iine eapU » et 
sui prex de Tataindre , si coma je doia come 
borne mahaignii, 

Mss. de la BibL Imp, , n* 9^07, /oL t$i, 

Mahaignse, maheingner^ nttthe'^ 
nier: Blesser, mntiler. JSstremaMng: 
Etre bless^ , incommode. 

MAHAiNf mahtting, maheigne, ma* 
heingy maheingne , mtshiH, nuMng: 
Incommodit^ , mutilation , blessure 
consid^able ; d^ant , soil du ooiqps t 
soit de Tesprit. Voye^ Mbhaik • 

di Ten entrad aaladla esirr msakm\mgtf»» 
Ten pot Toer par debora en gent , ca baa B*eat « 
pna leii , Tea doit tant aolement Toier que Ta- 
chet^or ne soit dec^ : Ten doit scroir qno 
Sabinus dist, que maladie est iaai appelUe » 
quant ii a encore aucnne cboso qni aat contre 
nature » qui empire le cors. Done nous arons 
aocune fois sentence poor laide de nator«,' et 
maladie selt ancune fois sorprendre tot lea 
cora si come flevre ; et quant Ten rent, tot aoat 
il issi nez , et II a moolt grant difTereace entre 
maheing et maladie , ansi com se aucna est 
bnube, et je euit qu*jl i ait plus making t^e 
maladie et issi le distrent b meatret des me» 
aona por oster la dotaotei m^ il a*«o i a 
point , car ae il 7 a tal mmeisSg oa maUdia 
qjoi destorba borne 4 lere son usage , il sera 
rendu arriere an Tendeor. Se nons appelons 
matedie on maheingne por an po de chose » 
ausi come nne petite fierre, on por oae lieiUe 
^uarte , ne qni ae peC rapir, oa uaa petite 
l^eie , cl n^a point de forfet , porquoi U doie 
estre rendu , tot ne soit il dit por droit , et 
ai pot Ten bien lessier tele Tendon. 

Mss. de laBihL Imp,, m* SAoj^/U $8. 

Mah AULT , Meuthemd , Mahaui : 
Mathilde, nom de femroe , f^inin de 
Matbieu; Mecthildis , Maddldis. 

Mahaut : Matbieu, nom propre 
dliomme et de femme ; Matlhoeus. 

Maheliit : M^daille de cuiTre ov 
de bronze. 

MAHEEi : £cbauff^ > selon D. Car* 
pentier. 



Digitized by 



Google 



M A H 

Mapbus, Mac^, Maci, MaheuU, 
Mahi, Mahie , Mahiet, Mahieu, Ma^ 
hieuhei f Mahiex i Makids, Mahiu, 
Mahuiy MdhuriSi Masdtu , Madieu , 
Maihi, Maihiau, MaikUx^ Mathion, 
Mathiot, Mathon : MaUueu, aom 
d'homme; Mattkceus; en bas Bret. 
Mahe y Mate , Mazeo , Mazev , 
Miaahe, Mazh^. 

Paroles tos dirai anci , 

Qwt not lifons en Saint Mmki, 

C*eat aatavoir l*£Taiigelutra 

On (an) Tln^t-troUietme chapkre. 

Roman de la Host. 

Mabsutkv , mahutrv : ^Mdassiii , 
fcftBdit, pjllard. Foyez Manage tur 
ee mot. 

MAmr : La main; manus. Toyes 
Mahaiit. 

Makikx : Culotte, dana le Gatinois. 

M AHiRSs , liAez m'ahirez : Me mefe^ 
tez en colore , me fidicz. 

O AUtanflre , le fet remembrez , 
La ReJne d*lndc<, dnat bten »▼«!« 
Kant par amlst^ a vnt manda 
Present et b^ns dnnt enr^a , 
Eatre quels chosea fu enr^ 
Cele bele pncele , taut makirez , 
Ke d*en£ance reraiement , 
De renin fa nnrri de serpent. 

Les Siueignemem ttArittote, 

MahoM) Mahon^ Mahon* , Mar- 
hum : Mahomet, le proph^e des 
Mnsuhnans. La gent MaAon , les 
Turcs , left Makom^tana ; par la mort 
Mahom , par la mort de Mahomet : 
c*^oit an juremeoft dea Croia^; ea 
bas Bret, rnahomer signifie usnr- 
pateor. 

Li prodons A Me<|acs aloSt , 
La ou Mahons est aonrez , 
Et des Sarrazins houorec. 

Fabl de P. Anfor. 

Mahoxe&ib, nwhommerie, malm- 
merie : Mosqu^ , temple des Maho- 
m^uns i religion de Mahomet^ ado- 



M A I 



III 



ration des ianx dieux, idoUtrie; en 
bas. lat. mahomeria, mahumeria. 



.... C<mtiver, eonune Hue ynage , 
Son eors , eertes , c^est fina raga , 
C*eat conme une Mahommerie. 
Fabl. «• 7ai8,yW. xa5, R\ col, i, 

Masovmbt': Tonte espece d'idole. 

Mahon : Cuivre, bronze, m^daille 
de cuivre ou d^ bronze ; mahon ; 
coquelicot des champs ; Manage le 
d^riTe iii imago. En Picardie un garde 
measier est nomm^ garde-mahons, 

Mahonbr , mahonner : Se battre- 
k coups de poings; et arracher lea 
coqnelicots appel^s mahons. 

Mahote : Ornement militaire 
qu*on mettoit aux ^paules , distinct 
tion de grade qu'on a remplac^ par 
les ^aulettes. 

Mahci , Mahuys. Voyea Maheus. 
' Mahviotb : Nom de femme, form6 
de celui de Mathieu. 

Mahuvebib : Temple des faux 
dienx. Fojrez Mahoveeib. 

Mawetee , mahutre : La partie 
du bras qui prend de T^paule jus- 
qu*au coude, selon D. Carpentier. 

Mahut : Barthelemi , nom propre 
d'homme ; Mahutus, Voyez Mahbus. 

Mai : Chef d'un corps de metier, 
maire de ville j major, 

Mai : Mere ; mater, 

Mai , may (avoir bon) : Se r^jouir, 
•*amuser, avoir du plaisir, du bon 
tempa. Souhaiter le bon may h quel- 
qu'un : Souhait que les amans fai* 
soient , an mois de mai , a leurs mat- 
tresses , en plantant un arbre devant 
Icur porte ^ct en kur faisant des 
pr^sens ; planter un aii>re devant la 
maison des jeunes filles k marier ; les 
^coliers en faisoient aussi planter de- 
vant la porte de leur maitre. 

Mai, maict, male, mas, mai-h-^ 
pdtrir : Pitrin , vaiaseau a p^trir le 



Digitized by 



Google 



Its MAI 

pain; da Gree mactra; en anc. Pror. 
mack, mak; en Ital. madia, 

MiiAOE 9 maieneque , mafesque : 
Termes qui d^rivent de maius, mai; 
ils flignifient le droit exclnsif qa*a- 
Toient certaines personnes , de yen- 
dre leor Tin pendant tout le conrs du 
mois de mai. 

Maigqubs : Mais » seulement , ex- 
cept^. 

Maide : Lieu ^n pressoir ou Ton 
pose la vendange pour ^tre pressuf^e. 

Maie ) lisez m'iUe, ma aXe : Mon 
aide. 

Tierge Mcbans reilUes iettre €ii rn'oie. 
Si qae malntenir me pniste et tout pechies 
fiur. Serrantois , Mss. de t^giise de 

' Paris, M. n<' if-. 

Maie , rnais, may, mojr : Le mois 
de mai ; maius. 

Maie oe mesuees : Ajnasde gerbes 
destine aux paiemeus des moisson- 
neurs ; en bas. lat. maia. 

Maiedieu , lisex m*aie dieu : Ser- 
ment , jnrement qui r^pond k ita 
deus me amet^ ita me deus adjuvet. 

MAXEiriEa&ES : Procureur, m^dia- 
teur, entremetteur ; mediator. 

Maie a, mager, maieur, majeur, 
majoral : Maire de ville, chef d*un 
<corps de metier ou de confr^rie , ad- 
ministrateur, celui qui est charg^ de 
la r^e de quelque chose , syndic , 
pfficier municipal; major , me^us; du 
Gree megas; en bas. lat. majorinus; 
en anc. ProY. mai; et majhers, plus 
grand; en bas Bret. maer. 
. En toot ties ois si tott comme k cong^ 
noiMance en Tient an Seignenr de le rile , il i 
dolt metre hmstif conteDg, en tele maniere 
qne te li contens est ponr fere majeur on 
antret personnes conrenables k le rile gsrder, 
li sires les i doit metre de son office tJex que 
3 sache qui soient convenables en Toffice la 
oil il les metra. 

Coutume de Beauvaisit , chap. So* 

- BLkiEEE : Le levain qui sert k faire 
fermenter la biere pour la d^ptirer. 



MAt 

et ee qa*on payoit au seigneur qni le 
fournissoit. 

Maiestre : Maitre; magister. 

Maiet. Foyez Maillet. 

Maiet, met de moulin : Gofifre qui 
re^oit la mouture. 

Maieue. Foyez Maier. 

MAiGHi. Fojrez MAiHSMi. 

Maioit^e , maigm'e , maigrdSe , 
maihnie, mainie, mainiee, maisgn^e, 
maisgme^ maisme^ megnie, meignie, 
menie, menii, mesgm'e, mesme, mes" 
niSe : Demeure , logement , habita- 
tion , maison , famille , domestique , 
suite d'un grand; mansio; en bas. 
lat. mas, masinia^ masiiinum , maa^ 
gneya, mainag^m^ De ces mots sont 
venus , manage 9 management, ma- 
nager, d^m^nager, d^^nagement, 
emm^nagement , emm^nager, &c. 
Foyez Magnie. 

Et il destrains de si grant n^oessitelt de 
perilh , comandat k c^ de sa maiknie ki lo 
porterent. 

Dial, de S. Grigaire ,iip.i, ehap» 6. 

Et tanta pericuU necessitate compulsus , 
familiaribas suis se portantibus pr€ecepit. 

Maigneit , maignan , maignien : 
Chaudronnier. 

li^ant^ qneres, mais non d tnaignen. 
En orrier, en lo i en chien , 
Et en cheval restif vns fies bien , 
Gnaite, ne snnge ne^mescr&ea de rien. 
Roman des Aoinans , strophe 149. 

Maiohee : Demeurer; manere. 

Jn Toil qn*il ensi maignet en josk*atant ko 
in Ttnrai. Sermons de S, Bernard, foL 6a. 
& eum volo manere €hnec veniam. 

Maigniee, meigmer: Domestique, 
familier, fermier, laboureur; en bas. 
lat. magnerius , mainerius , maina^ 
geriiis. 

Maigkiez, magnienier, maignein, 
maignen. Vojez Magitan. 
' Maigeesce, maigreche, maigresse, 
megrece : Maigreur ; macritas. 



Digitized by 



Google 



MAI 

Tristctce pointe en la maislere, 
£t biea paroit k •• color 
Qtt*ele aroit ao cuer grant dolor, 
£t sambloit aTOtr U jannice , 
Si n*i feist riens Avarice 
He de paleur , ne de megrece: 
Car li sonaix et la detrece , 
£t la pesance et li annis , 
Qu^el ftoffroit de Jort et de nois , 
L*aToient fete molt jannir, 
Et meigre et pale devenir. 

*Moman de la Rase, 'vers 993. 

Maioux , meguCy mesgue : Pctit- 
Uit , lait darifi^. Fc^ez Fo&maige. 

Maioui : Poisaon de mer, suiyant 
D. Carpentier. 

MAiHsiTEm : Disloqaer , estropier. 
Voyez MxHAiOHBE. 

Mai&bs : Que , rien que. 

Mail : Marne, terre blancbe et 
argilleusepropre a engraisser les tei^ 
res et let rendre fertiles ; d'ou maiUer 
mne terre, TengraiMer ayec de la 



MAI 



ii3 



Mail : ^iment ; d'ou mmiier, ci« 
nenter, enduire de ciment. 

Mail dx plonc : Sorte d'arme » 
Biaillet ann^ de plomb } d'ou rnail , 
jen , parce que Ton poutse une petite 
boule ayec un maillet ; et esp^ de 
narteau au bout d'un long biton ; 
de malleus. Voyez Maillet. 

Maile:G98, lieu enferm^de pieux. 

MuLXLiATTE : M^nie , nom de 
femine* 

Mailes : MAle; masculus. li hairs 
matles : Les enfans mftles. 

MaiIhi^ : Garni de mailles ; de 
macula; en bas Bret, mailh, 

Mailheee , mailhSe : Mesure dt 
terre ^uivalant ann quart d*arpent. 

Mailhoche, mailloche : Maillet 
de bois. 

MttLHOL : Jeune plant , marcotte 
de Tigne , mailleton ; malleolus. 

Mailhu : Garni de mailles. 

MAiLixat f maHMgre , marliere , 



mamlere : Fosse d'oii Ton tire la 
mame; en ba%. lat. marla, marga, 
marlaria, mama, mameria, 

Maille , maaiUe : Petite monnoie 
de cuivre qui valoit la moiti6 d'an 
denier, et qui ^ui valoit k r«bole. U 
existoit cepcndant, sous Francois i^**^ 
une autre petite monnoie d'or, ayant 
la forme des ^us d'or, et qu'on appe- 
loit jmuUe de Lorrcdne; elle port 01 1 
d'un c6t^ la t4te du Due de Lorraine, 
et au revers, une croix ayec d'autres 
pi^s dans son ^u. Ces mailles d'or 
pesoient quatre deniers et quatre 
grains, et avoieut cours pour 3o sols 
6 deniers. Sous Philippe-le-Bel on 
frappa des mailles blanches ; de mal- 
leatus ; en bas. lat. mallia; en anc. 
Prov. malha, malia; Manage derive 
ce mot de mascula, 

Et je soil cU qui ne refas 
Denier, monnoie, ne mhaille, 
Ainz le praing ain^is que je falHf , 
Qoar la maaUle a grant mettier, 
S*en a Ten denx por nn denier, 
Et tVn a on , ce u*e«t pas fauMe 
PoiTre et aus a fere one mumc , 
A M char, on ii ton poiuoo , 
Denx sauMieres on nn po^on. 
On nn platel , on escuele , 
On maaUUe de canele , 
Ou sel ii saler ton potage , 
Trettont a meatier ii manage, 
Qnarte de cidre ou de cerroiae. 

FM, dm Dtctde la Maaitle, 

Maille : Sorte d'arme d^ensive ^ 
tttivant D. Carpentier; ce pourroit 
^tre la cotte de mailles. 

Maille au chat, maille pQstulat : 
Sorte de monnoie , selon D. Gir- 
pentier. 

Maillee : Frapper avec le maillet, 
ayec un marteau ou ayec une mas- 
sue ; endosser la cotte de maillet. 

II la ledange malement, 
Ne ne rent pour nul aerement 
Recevoir excntation. 
Taut eat da mal tfttaadpn, 

K 



Digitized by 



Google 



ii4 MAI 

Aliu fiert, fnppe «t rouilk ft maiOe, 
Cele qui bralt, et crir » et braille. 
Roman de la Rose, parlant dun 
jahux qui bat safimme, 

Maillss (cotte de) : Tissu de plu- 
sleurs filets ou chainettes de fer, dont 
on formoit one ftorte de chemise, 
qu'on mettoit pour aller aa combat. 

MiJLLis , maiUiSs , maiUodns : 
S^dilieax qui t*^^leYerent en France 
sous le regne de Charles yi , et qui 
eurent ce nom, des maillets dont ils 
^toient arm^s ; on ^tendit ensuite ce 
nom k toute espice de sMitieux. 

Maillbt : Arme qui ayoit un mar- 
leau de fer ou de plomb; de malleus , 
malleolus; en has Bret, maiih, maU- 
hoich. « Maillet , dit Nicot , est le 
jUminutif de mail* duquel diminutif 
es histoires et romans de France , ast 
nomm^ ledit instrument de guerre , 
duquel usoient jadis les Francois ». 

BfAiLLBTON : Nouveau jet , ou re- 
jeton qui sort d*un arbre ou d*un ceps 
de yigne » apres ayoir ^t^ taille ; de 
malleolus. 

MaiLlettss : Taches , marques. 
— L*auteur donne des le9ons aux 
femmesy pour lenr indiquer comment 
elles doiyent se comporter a table : 

£t gart qae Ja henap n« toiche , 
Tant com ele ait morsel en boicha ; 
Si doIt«i biea m boioha terdra » 
Qa*el tf^i lest nnle cresse aardre , 
An mains en la leTta detore: 
Car quant cressa en oele damora, 
£1 Tin en perent les m a iUe tiet, 
Qui ne sunt ne beles , ne netes. 

* Roman de la Rose,i>ers 13871. 

BlAiLLiEaE , marliere : Marniere , 
fosse d'ou on tire la marne pour en- 
graisser les terres. Fofez BIailieee. 

Maillis : Pieu, poteau, pilotis. 

Maillon : Enfant au maillot , et le 
BMillot d*un enfant. F. Mailleton. 

Maillon : NcBud , petite maille. 

Maillotih : Anne, espeoe de mail- 



Si A I 

let ou de massue ; de malleolus. On 
appela aussi maillotins, une troupe 
de s^ditieux, sous Charles yi. 

Mailluel : Maillot d*eniant. 

Mailole : Jeune plant de yigne. 

Mailoegues : Le royaume de 
Mayorque. Dans un Mss. du xiii* 
siecle , Fonds de TEglise de Paris , est 
un memorial de toutes les marchan- 
dises ^trang^resquiyenoienta Paris; 
au fol. 39 on lit : a Dou Royaume de 
Mailorgmes yient alun, ris, cuir et 
figues qui croissent ou pa!s ». 

MAiMBOUEOiE:Protection deMaim- 
bourg. Voyez Mainboueg. 

Mair : La main; manus. Haute 
main , la main droite ; main h€use , 
main pote, la main gauche ; gens de 
basse main, gens de basse condition , 
lie du peuple ; liprerses mains, faire 
hommage en mettant ses mains entre 
celles 6t son seigneur ; mettre en la 
main Dieu, formule de serment ; 
main mMaire , jnenle qu*oD tourne 
k la main ; aller a la main, Hre d*une 
^alit^ de rang. 

Mai IT : I^e matin ; man^. Alain et 
soir : Le matin et le soir. 

Charles , 11 bons rois naiur^ , 

Da main leTer estoit aconatunes, 
Kt d^oyr messa , si tost k'ert aprestax. 
Stance d^Ogier le D€utois,/oL 1 1 4 » 
^Jf^, coL I. 
Tels rit au mtun , qui le soir plenre. 
Anc, Prober be, tiri du Fabliau tTEstula. 

Ce proyerbe est encore r^p^t6 dans 
le Temps Pastour ou Pascokr, de 
Guillaume de Machault, ainsi que 
duns la traduction des Distiques de 
Caton, par Adam Duseuil ou Dusuel, 
autejir du xiii^ siecle. Notre iUustre 
Racine s'en est senri au commence- 
ment de la com^e des Plaideuvs : 

Ma foty snr TaTanir bien fon qui se fiera , 
Tel qui rit Hndradi » dimanche plenrera. 

I) 7 a encore des geas asses supevs- 



Digitized by 



Google 



MAI 

titienx pour croire que ti Ton rit le 
Tendredi , on pleurera le dlmanche ; 
s*il Udt beau le Tendredi , il pleuTra 
le dimanche ; enfii^ le vic^ versa, ou 
qui n*entreprennent rien c« jour Ik , 
crainte de malbeur. 

BLkiif : Moyen , aiitoyen , qui ml 
an milieu ; medius. 

Maiv (mal de taint) : La pHe » la 
lepre. 

MAiirA]>s:Conipagnie, aytociation. 

Main a main : Au«fit6tt C)ir4e- 
champ. 

Mainavt : Tre$ k son aise » ricke. 

Main-bamr-vain : Basse naissance. 
Main fiautaine, soureraineU , pon^ 
▼oir ; gens de basse main, peuple , 
roturier. 

CheTalJers b6 dolTcat ^i Mtr« enel men^ 
com borges, ne borg^t et gent €k ktUH 
main com CbcTalien. 

jissises de JirusdUm , chap, %, 

"MAivw^WBifi^mainbornissierepmain- 
bottr, mainboumissiere f mainbumis- 
siere : TnteuFf gardien, procureur, 
gouyemeur, curateur, administra- 
teur, reoeyeur, ex^cuteur testamen- 
taire ; en bas. lat. mamburnus. 

Cbtseimf •! salt quo compalgnie m fet par 
mamge; car al tost cowne marlage est lea , 
U Bien de Tmi at de i'antre si sent qnemaa 
par le Tertn doa iliariage : mH Toirs est <|ue 
tant coirnie ils Tivent ensamble, 11 hons en est 
mainhumusieres , et conTient que la fame 
snefire et ob^se tant comme il apartient 
k lean mnebles et as despneilles de lenr hire>- 
tages. Cout, de Beauvoisis , chap, ai . 

MAiiTBoiraifia) tnaifibamie, main- 
bomie, mainboitmie , mainboumjre, 
maissburgnie , mainbumie , mein- 
bourgie : Tutelle , curatella , puis- 
sance paternelle , garde > protection ^ 
administration des biens et d*une per- 
aonne^recettet ex^ntion tesUmen- 
taire ^ en bas. lat. mdmbumia» 

n disoit il que U mui^ est bora da la 
m^Mvrnis saii pare. 

C9Wf* ds S m Himii fM 9h^ 4t. 



HAt US 

Cbans qol sobs i aea psia, «l i atn pot » 
on an me muunbumie , oa ea maa bail , om ea 
me garda , oa qoi perdaal on gaignaat aveo 
moi par reson de coiupaigni^ , ne doireot paa 
cstre ois en tesmoignage pour moi. 

Mime Coutume , chap, S^. 

MAiNBOUENsa, mainbarrdr, ti^aii^ 
bomir, mainbournir, mmnburmr : 
Prot^er, soigner, d^endre, gou- 
yerner , administrer ; en bas. lat- 
mamburnire , form^ de manus et de 
gubernare. 

Si Toloil Pierr« P^^ <U oes ▼ilenagf# 
pour les enfans mainournir de die que il leur 
laillolt par dessos che que li fief valoit , et li 
amis as enlkns na le Toudrent sonfTrir, aio* 
chois raqnisrent an Conte que Pierre fist bona 
a^oret^ db randra as eafaas quant fl saroieat 
aagiec toutas les aiasnes de laurs terras vila* 
nages. Cout, de Beauveisit , chap, i5. 

Maiitbuirnb : Tntrice. 

Main BUEKiB. Foj^. Maikbovenbe. 

Maikpeas : Demeureras. 

Maifoeb , maimer : Dameurar , 
Tester, habiter^ maMre ; au futur 
maindrai, demeurerai; au present 
de rindicatif et du subjonctif /Tzo/it/, 
demeure. 

n ^esmoines) n*ont cure d*orgfieIl enfoira^ 
Tons se vuelent nmbleraent rirre » 
Avec tel geit^ jit na maindrai, 
Sa je i m^int , je ma faindrai. 

Roman ds la Mosf, 

MiiziPEE : Plus petit > moindre ; 
minor, minus. 

Sire oe dit Enriant, de moindre messaiga 
de TOns me fosse bien pass^e, allez en Tostra 
bostcl. Moman de Q^rardda Nevert, 

JdklviL , tnainement, mainie, ma- 
naie , manoir : Mahon ^ demeure , 
babilation^ mansio*Yojez Maigni&b. 

Mainbe> mainner : Mener, con- 
duire , guider ; minare; ou suiyajit 
Barbazan \ de manu ducere* 

Je #Qis 1$ ^prt q«i I^ore me surnouime. 
Poor ce qu'H faut que mainne tout i fin^ 
Je n^aj amy, parent , frere , on affin 
<^ aa&aa taalradSfar aa poaUra^ 



Digitized by 



Google 



US 



MAI 



Et rail de Bien k oe commite , afia 
Que Ton me double auUnt que toimant 
fonldre. La Dance aux Aveugies, 

Mainkttk y mainnette : Petite main^ 
de manus, 

MAiHrAicT : Retrait lignager on 
f^odal. 

MiiNFERME : Tcrre roturicre. 

Maihfrot : Nom dlioinine ; Mtm- 
fndus. 

Maingevre, nuungiure, mangSure, 
mtmgcvre : Ratelier, cr^hc d'une Sta- 
ble, d'une 6:urie, mangeoire. 

Pnet om dons croire ke cil soil Dent , cuy 
cm mat en la maingevre , ke criet el berrael , 
ki soKiret totei u^eMiteis, k*altres eof^ 
aoffret, cuj om bat, cay om derachet, coy 
om cniciliet, cuy om met el aepulcre, et coy 
om endot , entre dons piere* ? 

Sermons de S, Bernard ,foL 3i. 

Ergone credendum est , quod iste Deus 
sit, qui pomtur in praesepio, qui vojgit in 
cunis, qui omnium mfantiUumnecessitatum 
inj'uriat patitur, qui flageUatur , qui cons- 
puitur, qui cructfigitur, qui ponitur in se* 
pukro , et inter duos lapides concluditur, «x- 
eelsus et immensus ? 

MiiHGUE : Mange. 

Maikguee : Manger ; manducare. 

MAiifi^E , mairuL Voy. MAiGniE. 

Maiviee, liscz mainger, mainjer: 
Manger; manducare; d'ou mainjuent, 
lift mangent. 

De toale* arbrea , dist-fl , de Paradis mom- 
geras, maia warde ke ta ne mainjosces del 
arbre de la science de bien et de mal. 

Sermons de S. Bernard, Jbl, 64. 

Ex omni ligno paradisi comedes , de Ugno 
autem scientue boni et mali ne comedas. 
Genhe a, 16, 17. 

Maik mole : Main-morte , ^lat de 
ceux dent left biens n'^toient paft ftu- 
jctft a deft mutationft, teh que left 
bienft deft communaut^a , deft gen* 
d'^lbe , &c. ; manus-mortua. 

Main mollaiee : Meule qu'on fai- 
ftcnt toumer avec la main. 

Mijiii MOETABLE I Homme lerf dont 



MAt 
left bienft retonrnoicnt au ftcigneuf 
lonqn'il mouroit ftanft laiftser d*en- 
fanft legitimes ; manu-mortabiUsr, 

Main muable : Serf qni pottvoit 
changer de seigneur; manu-mutabiUs. 

Mainnage : Meubleft , ufttensiles , 
ctfqui ftert danft une maifton ; en baft, 
lat. mainagium, 

/Mainnet : Fruit, ftorle de pomme, 
ftelon D. Carpentier. 

Mainniee : Sergent, huiftftier; en 
bas. lat. mayjierius. 

MAiNPAftT : Domefttiqucjftenriteur, 
valet d*^curie ; manu-pastus. 

Maihplant : Jeune ou nouveau 
plant de vigne. 

Main-pote : Main baftse, main 
gaucbe. 

MAiNft : Moinft; en mains, en moinft; 
minus, demeure ; de manere. Voyes 
Maint. 

Amis, je mains de la eel pont, 
Mais j'ai de^ nne malson, 
Cin«i ans a qu*il n*i a nus hon. 

Boman de Dobpatos, 

Seignenr, entendes ma sentence , 
Qni Fanx-semblant Toadra congnoistrct 
Si le qniere en Bumde 00 en doistre, 
ICal lien fors en ces denx ne mains, 
Iftais en Tun plos , en Tantre mains, 

Boman de la Bose, 

Tant s^zploicterent de chcTaocher, passant 
par Tilles et chast^alx , qne en mains bait 
joors arrirerent k Mex (Metz^ en Lorraine , 
oii le Due fat monlt bien re^ en de cealx d« 
la Title. Boman de Gerard de Nevers. 

MAiNSNi , mainsn^s, maisn^ : Ca- 
det , pluft jeune , moinft ftg^ , pufai6 ; 
minor natu, par opposition a ainsn^. 
VoyeE ce mot. 

n conTient que le tiers que li mainsnS em- 
porte deriegne arrtere fief don Seignear. 
Beaumanoir , Cont. de Beauvoisis , eh. 47. 

SI Tilenage Tient k enfans en descendant, 
4>n en escbeohe , il n*i a point de ainsneesce * 
ains emporte antant U mainsneM , conme li 
aiainex. CouU d^j B wufoi si s , chap. x4« 



Digitized by 



Google 



31 A I 
MAinstrnri^ maineiS: l^tat de celui 
qui est le pain& Fo^ez Maikshi^ et 

AiNSKli. 

Maint, mains, mainte: PlnsiearSi 
beanconp , grand nombre ; et non 
pas certain, comme le dit Borel; de 
multutn. 

La ot maint conseil don^ et^pri* , et lu- 
reat cunaie cU de Tost, porceqoe il lor fa le 
Jor meech^ VUtt-Eardouin , JoL 1 26. . 

BCaiht : U m^ne , il conduit ; im- 
fioi ; il reste , il habite , il demeure ; 
manet. 

Si prions an conunenceiBent 
A Dien le Roy omoipotent , 
Que C0 lirre noas^doint entendre 
Tr^ bienT, et telle' science apprendre 
Qol nous condnise et nous maint (mene) 
En son Parsdis ou il mainr (demeore) , 
£t BOOS doint sa grsce et amour. 
Que conqnerir pnissions ronnour. 

L* Image du Month. 

MAnrTERi-KCE 9 maintenemeni , 
mainiemte : Conservation , manuten- 
tion, d^ense, protection, secours, 
aide ; confirmation de la part de la jus- 
tice , dans la possession d'un heritage 
ou d'on b^n^fice ; manu-tencntia. 

MAiNTSNim , mainUugnir : Fre- 
quenter , conduire , entretenir, sou- 
tenir; manu tenere. Mainiefdr une 
ftmme : Entretenir un commerce cri- 
mine] ayec elle. 

Pour ce SToit-il rsceintance 
De richesce et la bienTueillance , 
Et atoit tonsjours en pourpens , 
De maintenir les grants despens ; 
II les povoit bien maintenir. 
Puis qa'il j poToit bien fonmir, 
Eichesce lay livrolt denters, 
A mesnret et i sestiers. 

Roman de la Rose, 

Cil qoi plos voit, plus doit saToir: 
Car por oir et por yiQir, 
Set 1 en ce qoe Ten ne tsaroit 
Qoi tox jors en.on len seroit. 
Tant ai aU, Uat ai -wht, 
Qoe j*ai dn tiede connea 
Qa*il ne rant rien k maintenir. 
Ton por Tame do cors partir. 

BiHe de Rene, 



MAI 117. 

MuHTEina , subst. : Fr^quenta- 
tion , conduite , entretien ^ soutien* 
Drois dit, et s^en somes certain, 
Qoe le maintenir de potain 
Tint pis qoe serpent ne qoe gnirre , 
Que s*il a oh mettre la main » 
n despent (d^ense) por U soir et main , 
Tant c^on le Toit d'avoir deliTre. 
Droix dit que tels horn ne doit TiTre, 
C*on Toit por fame fol et jvre , 
Tant qa*il fet de son or estain ; 
n a on proTcrbe en mon lirre, 
Qoe droiz noos aprent k descrtrre , 
TanM^, tant raus , et je tant t*ain (t*aime). 
Pail, des Droiz au Gere de Voudajr. 

Maints , mainz : Moins , moindre ; 
minus. 

Mainvuidahcb : Main lev^« 
Maiofks , miaqfoz : he capron « 
sorte de fraise qui est ferme dans sa 
plus grande maturity, et qui conserre 
un c6t6 verd&tre. 

MAiona. Voyez BlAiBa. * 

Mairan, mairainf mairien, mair- 
rain, marten, marrien, merain,mer' 
rain, merrien, merrin : Douvain , 
bois refendu propre afaire des douves 
et des tonneaux , bois de charpente 
et de construction ; de materiamen ; 
en anc. Prov. mairan , meiran. 

Quant le Roy rit oe, il enroia querre toot 
les Barons et lenr pria qoe cbascon li donnast 
do merrien de ses nez poor faire on chat poor 
boocher le flam. 

Joinptlle , Hist, de S. Louis. 

MAiacHAVPT : Marchand , n^go- 
ciant, trafiquant ; mercator, 

Maiee : Mere', mater; en bas Bret. 
moire; plus grand; major; en bas 
Bret. /i}a/o/;»r^gisseur, administra* 
teur, marguiilier,chef de toute esp^ 
de corporation ; magister. Moire se *^ 
prenoit encore comme nom- propre, 
et Tenoit dans ce sens de marius. 

MAiaK-AAGE : Majority, ainesse; 
tnmre-goute , le premier vin qui sort 
de la cnve sans ^tre pressure ; maire* 
laine, la plus fine laine , celle du dos 
des moutons. 

3 



Digitized by 



Google 



ffiH MAI 

M4iEfc ftk CHitKL : Marqne, tigne, 
armes, endroit, lieu ; la mirque d*im 
seigneur okAlelain. 

MAiRsaiE , mmine : Bfaltrift^ , ma- 
gistrature, mairie ; le droit qui appar- 
tient au niaire; temps peodant lequel 
on exerooit les fonctiont de maire; 
ma/oratus; en bas^lat. mmria, Voyez 
Manderie. 

Mairi^ux : Mat^riaux , pr^para- 
iifs; de huUeria. 

Mairie : Mariii , norti pf%re de 
ffemme ; Maria. Voyez Manderie.' 

Mamiiek, mmnait, mdwttVif , m<?r- 
rien : Bois a Mtir, bois propre k fair^ 
dt% douves pour les tonneaux , bois 
de charpente propre k toutes sortes 
At eonfttmetiofts et d*tisag^s ; mate-- 
fiatfttn, fnnterits. 

Car mes roiilns pact ap«ier son mmirien 
•oeontre mon mur qiii joint a Itai , rt'iXie » on 
%b v«IUtt. O^ueumg de Beimvoisis, chap, 24. 

Et(S. Louift) fist coqier en son bois let tr^ 
#t ftntfes merrien At (|Mar} I^Use des Floret 
Mcnenfs M Paris , et ponr le doirtre de la- 
4ite ^Use , et pov le dortoter et le refr^ 
tol^e des Freres Pre^c^M^urs de Paris , et 
^6ar la M^s6n-Diett de Pontaise, et pour les 
Freres Des Sas de Pnris ; et fest ausi mener 
t*«t ledU m ema w k t««s les lies deans dis $ 
•t les bftnekes et Tantres bois qni demoroit 
dt'i gmases piieis dn mernem, eatoit doui4 
ponr Dien as ponres religions. 

iM^k^ $. Ibuis^ pmr le Confessettr de 
la tUine Slw^uerite, 

MairiI^Ii : Joiadfe «in bomme et 
tiftfc feMme par le lien conjugal , ma- 
tter. Iter, ufiir, accoupler ; man'iare. 

MAiurt t l^poux, isiari, bomme 
^ghg^ ians les liens du nariagt; 
markus. 

MAiRi'tER , mnniUer, meutegiier, 
m^utrU ttesglisis .' Marguillier, admi^ 
lifstrateur des affaires temporelle» 
d*unfe ^lise , saerbtain , cbantre de 
paroisse; matncaUuims. 

Mairs , MamfB : Start , nen prtH 
pre d'bomme; Marcus, 



II At 

Mairs (ttiois de) : Le mois de mars ; 
de mmrs, mortis, 

Mais, maiz, mas, maz : Maison 
de campagne , m^tairie ; mansio, 

Mais « msdz : Coffre oili tombe la 
farine k mesurt que le bled se broie. 

Mais , mau, mes : Ces pr^positiont 
jointes a un Terbe ou a un nom, 
dignifient , mal , mauvais , m^bant ; 
et au Utn, maise, mauTaise. Mesae^ 
mer, ne pas estinier; mescroire , ne 
pas Cfoire; mesfaire, mal faire; 
maufait, mal fait. 

Mais : Conjonction soUTent em- 
ployee chez nos anciens, pour lea 
significations suiyantes, ^ulement, 
daTantage , plus , jamais , pourru , 
dans la suite , lorsque, quand, quant, 
pas , point , malgr^ , quoique , k pr^ 
seatf d^ que, aussil6t, except^, bors, , 
bormisy a condition « ayant, a TaTc- 
lUT) depuis , sinon ; de magis, /r n'em 
peux maisy oe n*est pas ma faute , je 
n*en peux plus; Onques mais, jamais 
plus ; mais de, plut6t que ; mais que, 
pourTU que, rien que ; ik to^'ors mais, 
pour toojourSf a jamais; ne mais, 
a moins. 

Mott aoiy Tona htm aniourdhny si Dien 
plaJst; je Toudrois bien estre assenre, disoit- 
U, d*]r ponToir estre demain pour tout le 
jour. Reconunandez-vons k luy, et tous j se- 
rez en-hny, et bitn , disoit-il , ma/i (ponrm , 
senlemant), que j'y soU, je leray mes re- 
commandations aof-mesne. 

. Bomat^, DesffSrkn, Nom^eUe /'*. 

Je dedaire que H*enpuis mais, 

Viuony citipar Borel. 

O Abbes et Abb^! una sols nons est,mafa 
en I'nn de ces dons Abbes n*en at mais (sen- 
lement) ke les soles pi roles de cest nom. 
StrmoM de S, Benuwd,JoL ia3. 

O Abb€U et Abbas ! nomen smmm , sed in 
abero sola magai namimu umbra, 

Mais conseil mectre n*i poTolt« 

Et (Neron )fn ai foment esbahi , 

Qae lui m^esaMs s*en eat liaf , 

Et qnant it s* rit en ee point , 

Qn^ a^^nt «Mir (jamais) d*esperance point , 



Digitized by 



Google 



MAI 

Ai Mrs pr!a qne U le tvassent 
Oo qa*i soi tuer \i aldastent. 

Roman de la Rase , nyers 6804. 

Li Pclerim k ton pals sospiret, et a son 
pals tent « et mais (poarm) qu*il ait son yivre 
et son restimeut , ne se Todt plus chargier. 
Sermons de S, Bernard, foL lai . 

Ad patriam, suspirat , ad patriam tendit: 
'vestitunt et victum habens , non 'vmit aiiit 



La Fontaine s'en est servi en ce sens , 
dans la fable du Chat et du Renard , 
ii^re g, fable i4* 

Qui eat nnls ki pnist faire oat concirement 
d'orde aemence, matf (except^, homis) ke 
ts , Sires , ki aols est eoac to seni tot nuilTaix 
H aewc tot Uchoos deleit. 

Sermons de S. Bernard, Joh 33. 

Quis emm potest facere msmdum de tm- 
mundo conceptum semine , nisi qui soius sine 
emni iilicita et immtmda eoneeptus est vo^ 
htptate. 

Dane , ce dist Englantine ,. onqnea ne me 
parU , mats (ansaitot , d^ qne) que je lui en 
coat pnrU, au plnstot qne il penst sortir. 
Roman de Gerard de Nevers. 

Et disoft , lasse, qn'ai-je fnit, 
Ke me repentit mais (avant) de fait 
Qoi m*adyenitt dolors en ^, 
Que ce bean monde ooounenft. 

Roman de la JfeM. 
Maise : Caqne 9 vaisseau oh Ton 
met les harengs ; en bas. lat. meisa. 

Maise L , maiseliere, maiseloire : 
Boncherie; maceilaria tabema. 

Maiselice : Boucher, charcmtier; 
maceiiariiis, Foyez MaciIliee. 

.Maiselle , maiscelle : Joue , face 9 
Tisage , mAchoire ; de maxiUa ; en 
anc. Prov. maissela. 

La Damoiselle &e leva sns , delaissant Lj- 
viart , apoyant a la feneatre , la main k at 
maiselle , pensant aa terre tToir perdn^. 

Raman de Garardde Nevert, 

Moolt se print 4 desconforter, la main a sa 
maiselle mist en disant : las mo j I 

MSme Roman* 

Maiseller , mtuseliere , maisel'- 
Here: Dent mftchelierey da maxillaris. 



MAI 1 19 

Maisbiiivt : Mai , m^obamment 9 
mal a False ; male. 

Ha ! las , lis le firent si nuusement^\» on- 
qnes convent ne lor tinrenf , ains s*en alerent 
en Surie ik il savoient bieu k*il ne feroient nnl 
esploit. ViUe^Uardouin , foL %, 

Maisrui, rnaishufy meshui : Au- 
jourd*hui , presentement , a Tavenir, 
tant6t ; de m€igis et de hodie, Fous 
ne le reverrez meshui : Vons ne le 
reverrez point d'aujourd'hui. 

Maisieee, mesiere : Masure , mu- 
raille ; haie , cloison , separation , 
bornes d*nn h^tage ; maceria, ma- 
ceries, 

Les U en son peti eloiatre iere 

I'las Tolentiens qu*en nn grant cloiatre , 

Petit avient qne grant mnrmuire 

Kd grans doistre , n*en grans murs mnire » 

Yolentiers croist entre maisiere, 

Gautier de Coinsi, liv. i , chap, a. 
£t li Deable saut arriere. 
Qui s*estoit mis en la mesiare , 
En TEgUse. 

Roman de Perceval, ciUpar BoreL 

Maismexeitt , meismement : De 
m^me, pareillement, semblablement j 
principaleroent , sur-tout ; maxim^. 

Mais il nos a£fierent maismement odes 
choses k*en aes ojvres samblent estre plna 
grant. Strmons de S. Bernard, foL 5i. 

Sedadnos maxinA spectant , quoe in eis 
maxima esse videntur. 

T<fecessaire est vroyement nne chose e^ 
maismement necessaire , car ceste est 11 tr^ 
bone par^a ke tolue n*en iert mie. 

Sermons de S Bernard, Joh 1 10. 

Necestariam plani unum , et maxima Jte- 
eessarium , quomiam heec pars optima qtua 
non aufiretur, 

Maisv^ : Cadet, pntn^, plus jeune. 
F(y}'ez Mainsn^. 

Maisnet^ , mainet^ : £tat d*un en- 
fant n^ en second ; droit du puin^ 
dans rh^ritage de ses pere et mere , 
condition d*un mainsn^JV oj. ce mot. 

Maismis : Famille, maison, tons 

4 



Digitized by 



Google 



1^0 MAI 

ceux qui la composent; d« mansio. 

Voj-ez Macitie. 

MiuiriBa ; Celui qui est attach^ a 
la famille , a la maison de quelqu*un, 
domestique. 

Maisnil : Fermet meUirie; majt- 
sio; en has. lat. mansiordle. 

Maisov AGE y maisonnage , meson^ 
ne'e: Bois de charpentepropre a bitir 
les maisoifs ; c'est aussi Taction de 
Mlir, de construire un Mtiment. 

Maisoncelle , maisonckelle : Pe- 
tite maison ; de mansio, 

Maison de la paix : H6tel-de- 
▼ilJe , maison commune. 

Maison de la yillb : Prison pu- 
blique. < 

Maison dieu : H6pital , H6tel* 
Dieu. 

Item que Tea die k cenx qui gardent et 
gonverneut les maisons Dieu qa*ils ne heber- 
«eut tels truaos, oa telles personea oueiuet , 
•i'il« ne soDt mehaignes. 

Ordomtanee du RoyJehan , de tan i35o. 

Maison divine : Famille Imp^ 
riale; mansio divina, 

Maison ssTAciEaE : Boutique. 

Maisonner, maisoner : B4tir, ^i- 
fier , Construire 5 ma9onner, recon- 
»truire , refaire une maison ; de man- 
sioncm/acere; €11 bas. lat. mansio- 
nare. Maisonner s'est dit aussi pour, 
recevoir dans sa maison , loger. 

Vleillrsse acqulert, baatlt, mhisonne, 
JeuneMe dn boo temps se domie. 
Blason des Fauues Amours , cue par Borel. 

Aucuns usages sont h% bones riles de mai- 
sonner et de pluriex aotres clioses qui sont 
pas ea Tiles champestres , ear es viles cliam*- 
pes Ires nns ne puet maisonner si pres de 
moi que li Uogouat de ma mesotn ne me de- 
Dieurt tout frans , et se je fais cii^aoir mon 
degoust en le terre mon Tolsln , je dois estre 
cuDtra'ns de oster loi, mes es bones Tilea 
queurt antres usages de maisonner, ponr die 
que les places sont plus estroites. 

Cout. de teauvoisis, chap. 34. 



MAI 

MAisoNNxm:Bobde cbarpente pro- 
pre a la construction d'une maison. 

Maisonnibr : Qui habite une mai- 
son, qui a une maison, qui y est 
estagi^, scion la Cout. de Bretagne^ 
art. 377. 

Mais-qub : Sinon , ne , plus , que ; 
magis. 

Mais-qu»il : Comme s'il , pourrii 
qu*il. 

Maissaige : M^tairie, ferme, mai- 
son de campagne ; mansio. 

Maissan : Mauvais, m^bant ; 
maleficus. 

Maissxlxtb : Joue mignonne , vi- 
sage d^licat; maxilla. V. Maisxllx. 

MAiSTDiEx,lisez m'aistDiex:l}itu, 
m'ait en aide, avec Taide de Dieu, 
s'il plait a Dieu ; ita me adjmet Deus. 

Maist^ , liscz maiste : Majesty j 
majestas. 

^ Et deTia , si que perceTit les Anges qoi 
Temporterent a U maise^ du ciel arec son 
pere. Moman de Merlin , citi par Bor^L 

Qnant Tenteat li preudon , s'a denz sooiplra 

getex. 
Puis a dit an yallet , por Dieu de maistez , 
n doit estre nox Sires par droites Teritex, 
Frerea a et serors, mit il est li ainsnex. 

* Fabi, de Gautier dAupais. 

Maistee : Maitre,docteur, savant, 
capitaine , m^ecin ; magister; quel- 
quefois se prenoit aussi pour bour- 
reau. La maistre , piece de bois qui 
regne le long de la diarrue , et qu*on 
appellf9 plus commun^ent hqye ; 
maistre des aeuvres, ma^on, arcbi- 
tecte , entrepreneur de Mtimens ; 
maistre escole, ^coI4tre, dignity ec- 
cl^siastique; titre duRecteurdeTuni- 
versit^ d'Angers ; en bas. lat. magis^ 
cola , de magister schoUe. 

Maist&eaulx : P^trin. Voy, Mai. 

Maistrbment : Avec science, avec 
art et babilete j en mattre , en sou- 
verain , avec puissance , autorit^ , 
nagistralemeut. 



Digitized by 



Google 



MAJ 
Maistaeh , maistrier, maisiroier : 
Dominer, gouTerner, conduire , mai- 
triscr; magisirare, 

Qoaiit home a ciwr qui le maUtrie, ce ii*est 
pas de merrville, qa*ii le serre auctme foil. 
Roman de Tristan, 

MiisTaiE y maistrise : Art , indos- 
trie, habilet<^ , adresse, science, sub- 
tilir<§ , maitrise, enseignement , domi- 
lution , puissance , autorit^ , com- 
mandement , seigneurie ; arrogance 9 
fiert^ , hauteur, superiority qu'on a » 
oa qu'on s'attribue sur quelqu'un ; 
ifuigislratio. 

Ce mien eatat tods toit exemplea , 

Beaux doax fiU, et le retenez , 

Si sagement vouc demenes , 

Que mifulx toiu soil de ma maisirie, 

Qaant vox rose sera fletrie , 

£t lea chanes vous assaaldront , 

Ortainement les dons fauldront. 

Jtonum dt la Bose, 

MAisTaisii : Expert, habile. 

Maisure : Haie, separation d*ha- 
bttation. Fojrez Maisieee. 

Mait , met, Voyez Mai. 

Mait, lisez m'ait: M'aide; adjuvet, 

Maitin : Matin ; mane, 

Maitee : Cavalier; maistre ^ mai- 
tre-es-arts; mttgister, 

Maitrise , mcdstnse : Puissance , 
antorite , superiority ; magistenum. 
Gr{uu maistrise : Grande charge , 
liaute dignite. 

£t a*!! ne Ini fait sa reqaeste , 
n n'eit a pas moins de molesCe, 
Qae cil qui la loi a requlae , 
Tant est d'amoor grant la maitrise, 
Roman de la Rose. 

Maiwe , mailive : Le milan , oiseau 
<ie proie ; milvus. 

Maixencs : Nompropredefemme, 
^laxence; Maxentia, 

Majsstai. : Qui conceme la ma- 
i^te royale ; de majenas. 

MAjESTi :^ Puissance ^ aatorite \ 
^€Has. 



MAL lai 

Majeues : Anc4tres , pr^dece^* 
seurs; majores. 

Majhses : Plus grand; major. 

Majoral. VoyezVikXJi^ et Maiee. 

Majoealxmsn : Grandement,prin- 
cipalement , a plus forte raison ; en 
Langued. mafhormen. 

Majuscule : Chantre d*eglise ; mo' 
Jusculus. 

Maeslaee : Courtier, agent dc 
change. • 

Mal : Maillet , martinet de forge ; 
malleus; en Langued. rnal. 

Mal , male, mau : Maurais , nui« 
sible, dangergux, m^chant; /iio/ii^/ 
en bat Bret. mall. 

Hay, cnmbieii nos seroit , si noa ii*eii aTieas 
de bataiUe mais k'encontre les sola maUgBes 
espiria, k tot lor sogestiona, et ke li home 
ne nos grevessent par lor mals examples et 
par lor males semonses , et par paroles de 
ioaesgerJe et de detraction et par mil manieres. 
Strmons de S, Bernard, JoL 108. . 

Utinam soli impugnarent nos malignispi'^ 
rittu cum suggestitmikm sttis , etnimlnoce' 
rent homines pemicioais exemplis, persua* 
sionihus importnnis, sermonibus adulationit 
vel detractionis , atque aliis mille modis. 

Le hon mal, le mal S, Jignen, mai 
S. Santin, mal S, Saintin : Espece de 
maladie que nos andens auteura 
n'ont pas designee. Le beau mal, 
mal d*avertin, mal chault, mal de 
chaleur, le grant mal, le gros mal, 
mal S. Leu, mal S, Loupt , mal 
S. MatheUn, mal S. Mathurin, mal 
S. Jehan, mal S. Nazaire, mal S. Vic- 
tor, maladie obscure : £pilepsie , mal 
caduc, yertige , fi^vre chaude , etour- 
dissement , folic, fren^sie. Mal ^A^ 
miens, mal S. Andrieux, mal S, An- 
toine , mal S. Firmin, mal Sainte 
Genevi^e , mal S. Germain, mat 
S* Messent, mal Nostre-Dame, mal 
S. Ferain : Feu sacr^, erysip^e, 
scorbut. Mal S. Martin, ivresse ; mal 
S. £lojr, mal & /ulien, mal S, Martin, 



Digitized by 



Google 



I'a^' M A L 

Abc^s, apostume , esquinancie; mal 
S. Ladre, la lepre; mal S. Quendn, 
rhydropisie. Le Icctcur sera sans 
doute <^tonn^de voir cettekyrielle dc 
maladies auxqudles on mvoit donn6 
des noms de saints ; cet ^toonement 
cessera lorsqu*il sanra qu'a Texcmple 
des anciens Paiens, on avoit ainsi 
nomm^ chaqne maladie, et on Tavoit 
plac^e sous I'^gide d'nn saint , pour 
y avoir recours et en obtenir la gu^- 
rison; c'est ainsi que S. Ladrc ou 
Lazare ^toit invoqu^ pour la lepre, 
S. Roch pour la peste, Tun pour le 
feu ,' Fautre pour le manage , la ft- 
condit^ , le cocuage , 6tc. 8cc. 

Malachet : Cerisier sauTa|[e dent 
le fruit est tres-amer ; son ^corce est 
un febrifuge; de malum y fruit; en 
Ijangued. mcda^ieU 

Mal a db e , maladier : £tre malade^ 
ifitre val^tudinaire. 

Maladevx, maladiewty maladis , 
malapde : Infirme , mahide , yal^u- 
dinaire ; male aptus ; en basse lat. 
malatus. 

Maladextre , lisez maladextre : 
Maladroit , qui ne fait pas les choses 
liabileraent , qui les fait de travcrs , 
qui manque d*habilete , de dext^rit^, 
d*adresse ; qui malS direxit. diri^, 

Mal ADIT , malaity maldxt y male^ 
rit : Maudit , charg^ d'impr^cations ; 
maledictus, 

Maladrsrie : H6pital destin^ anx 
l^preux ; on la nommoit aussi Upro- 
serie, de lazarus; en Langued. ma- 
laouUSiros, Voyez Ladre. 

Malage : Mal , souffrance , mala- 
die , infirmity , mauvaise sant^ , Ian- 
^eur; malum, 

Ponretez fu bien lor amie , 

Qaar vorent fn en lor eompa1iifB« , 

£t c*ett la riem <pii fAm» aehaiafBe , 
Cek antor qui ele se tient, 
Kiu »i grans malages ne -rient. 



MAL 

Malait, lisez 'ma/ ait : Impreca- 
tion y mal^iction , execration ; de 
malum habeat. 

Or oiei qne je ti; 
* Quittxa joors ot mardi 

Que j*aloie an sentier 

Pour moi eabanoier. 

Jouste un bois lez A plain , « 

Encontral an rilain , 

D*an groa bar«l rattn , 

Cul maoa ert arena. 

Si Toiu dirai comment , 

Diex a qui tout apent , 

Et tout a en bailUe 

Voos otroit compatgnic , 

D*autretele aTenture 

Et de sa troureure, 

Mal tut qni ne I'otroie , 

Qnoiqne coaster li dole. ^ 

* Dice de tEschiicier, Mss, nP 7318. 

Par ce Diet, I'auteur anonyme prouve 
qu*il y a un ayantage r6el d'avoir un 
pie4 coupe ou une jambe de moins , 
et d*aller ayec des ^chasses, parce 
qu'elles servent k se ddfendre , k bar- 
rer une porte, et autres ayantaget 
qu*il y explique. Voyez les Fabliaux 
des XI, XII et xiit^ siecles, publics 
par M. MioTiy ou ce Diet est rapport^. 
Malamour : Haine , indisposition 
contre quelqu'un. 

Malan : Defaut, maladie, lepre ; 
malum. 

Le col fn de bonne moison , 
Gros aases , et long par raison , 
Si n*aToit tache , ne malan 

Roman de la Rase. 

Malawdek : MaiadiedifGcileagu^ 
rir, ulcere ; en bas. lat. malandria. 
Dancourt s'est encore seryi de ce mot 
dans sa com^die des Vendanges de 
Sur^ne » oii il fait dire a Viyien de la 
Chaponardiere : « Parbleu , la yostre 
{mine) est plus ridicule que la mienne, 
je n*ai ni surot , ni malandre ». 

Malahdrins, maiandras : Voleurs 
Arabes et ^gyptiens qui pilloient !«• 
•Chretiens pendant les Croisades ; on 
donna eussi ce nom a des brigands 



Digitized by 



Google 



HAL 
qui raraferent la France fous les 
regnes da Roi Jean, et de Charles ton 
fils; et l^renx, indiyida attaqa^ de 
la lepre ; en bat. lat. nuUanSinus , 
maiedrinusm 

Mai*armat : Poiff on arm^ de deux 
comes, ainsi nonun^ par antiphrase; 
tnaU armatus* 

Malakt , wiaiardf maslart : Le 
aUkle de cannet sanyaget ; anas nuuy 
cmbu; en bat. lat. malUuxUis; en bat 
Bret, tnaiihard* 

Pcmr Tou , fait-il , ini joa bien , 
Mus poor Din n*eii f«roi« rica, 
Tostr« compaignie ai*l maine ; 
Amaine mon -cheTal , amaine , 
S'irai aTcc ehea Papclart, 
Miex alinn>ote dens maian, 
'Voir denx biena petit moiMona 
Qne toutes lor confestiont , 
Mala j*7 vol* po«r act tmfer. 

X« Dit du Barisei, 

MAI.AKT, maieart, litez mal art, 
male art: MauTais art^mauYais des- 
lein, tromperie, ruse , subtilit^ , four- 
berie , eocbantenient, magie, torcel- 
Wrie; mala ars. 

C*«at gonpil qui tant set wutl art. 
Que nos ci weloaa Eeoart, 
Seocfic le mala goupQ (le demon) 
Qni le pneple met a eisil. 

Le Bestiaire. 

MALAmTOVS, malenart, lites mal 
artous, mtU en art; an fhninin mal 
anouse, male en arte : Fourbe, ras<^, 
trompevr, d'nn manyait earact^re; 
qoi ^ndie la magie , la torcellerie , 
n^omancien; de malS art^dosus. 

Malasabbe , litez mal a saber : 
fitre en colere, s'irritery ^tre fftcb^. 

MALAUtTmv 3 Malheur ; Borel pr^ 
tend que c*ett i-^pen-p^ comme 
"nutpois astre {mala astra) , qui est 
»^ tons de manyait attret » tons une 
>i*myaite planete, soot nne malhen- 
^nise ^toilt i d'od Ton anroit donn^ 
le ngm ^ maiamtru, a iia h»«me 



MAL ia3 

malbeurenx et mal y^tu; maU astro- 
sus. Je prtf^r^ les Etymologies de le 
Duchat et de M^age ; le premier 
d^riye ce mot de maU astructus, et 
le second , de malS instructus ; en 
Langned. mal ^struc signifie mal ap- 
pris, ignorant. 

Malaut : BCalade; malaius. 

Malay ALisQUB : Expression de d4- 
dain , fi , fi done. 

MiLAyic : Etre malade. 

Malayeo , inalaveits : Infirmity , 
mal^ie ^ incommoditE. 

Mal Ay IS , lisea mal avis : Impru- 
dence, Etonrderie, t^m^ritE , action 
faite sans conseil. 

Malaut , malaets : Maudit ^ ma- 
Udicius^ 

Malbailli , lisea mal-hailti : Mal 
ajustE , maltraitE , en mauyais ^ui« 
page , mal gouyemE , d^truit , ruinE ', 
en bas. lat. maleabbiatus, 

Mal-compazible : Mal qa*on ne 
peut arr^ter. 

Malcontkht, Uses mal-content : 
M6content ; ma/e contentus. 

MALDBcioK 9 maleMon , maudis" 
son : Imprecation , mal^iction ; ma- 
letlictio; en anc. Proy. malazito, mal" 
dig, maldi; en bas Bret, malueh. 

La miaerlcorde perdit ata! U horn, qaaat 
Eye fnt ai ardant en aon cnviae qn*iUe k lei 
mumea n*en espargnet » n*en k son Baron , 
B*en ii tea fib qui eatoient k arcnir j ana lea 
aasergentit toz detos horrible wtaldecioH , at 
desox la ii^cesait^t de mort. 

Armoas de S, Bernard ^ fil 373. 

Maldebait, lises mal-dehait : Im- 
precation par laquelle on souhaite 
dn mal a quelqu*un. Foyez Hait. 

Maldik , lisea mal-dir : M^dire , 
blasphemer ; *maledicere. 

MALMtAMT : Meditant; maledi^ 
cens ; en anc. Proy. maldizors. 

Male : Mauyais, m^chaut ; malust 

Male : Mauvaise,me(<hante; /no/i^. 



Digitized by 



Google 



124 M A L 

En plosieurt manieref Wras 
TraTaiUi, grant mal tantiras , 
Une eure chant , nne antre frolt ; 
Pastel' te faut par ce destroit , 
Yermeine nne eure , nne antre pale , 
Tn n'hu onqnes fiavrea ai nuUe, 
He qnotidianea > ne qnartes. 

Roman de la Rose, 

Maleadybntu&e , lisez mcde-ad- 
vtraure : M^chaacet^ , mauyais des- 
sein; mala adventoria. 

Si a le Ti's palle et piteue , 
Et aemble doalce cr^atare; 
Mais dessoubs n*a malead^ntun , 
Qy'elle ne pente en son coamge. 

Roman de la Rose, 

Mileage. Fq/ez Milage. 

Maleame , lisez male-ame : Man- 
Taise ame, m^ckancet^ ; mala €uuma. 

Male AMOUR , Ibez male amour : 
Uaine, animosity. 

Dont le baisa rEmper^ur, et li pardonna 
tonte a« male amour et son mantalent. 

VUle-Hardomn. 

Malebeste, lisez maie-bestecMsLU- 
Taise b^te , animal daDgereux ; mala 
bestia ; en Langued. malo-bestio , le 
moine bourru , fant6nie imaginaire. 

Malebosse , lisez male bosse : 
Grosse bosse , le bubon de la peste , 
la peste elle-in6me; malus bubo; en 
Langued. malo bosso , la peste. 

Maleboughe , lisez male^bouche : 
M^disant , calomniateur , m^cbante 
iangne ; mala bucca. 

Malebruns : Sorte d'^toffe, sui- 
Tant quelques Manuscrits du Roman 
de la Rose ; dans d'autres , il y a 
manleqmns, au lieu de malebruns, 
— he Poete parlant de Pygmalion 
qui rev^t sa statue , dit : 

Pnis let Ini oste , si essoye , 
Com ini slet bien sobe de toye , 
Sandaux, moleqnins, malebruns 
Indes rermanx , jaunes et brans , 
fiamitt dlapr^tt camelos. 

Roman de la Rose, 



M At 

Malecheee, lisez -male ehere : 
MauTais yisage , mauTaise mine , air 
renfrogn^ , air triste. 

Et de ceste nonrelle fti la joye lUeqnea ai 
grande , qn'a peine se pouvoit-on depaHir, ne 
cesser de rire , mais ma Dame la simple , U 
coye , sans dire m6t , et k male chere ctcon- 
toit tout. Romtm du Petit Jehan de SaintrS, 

Malecus : Glaive , <p^. 

M ALEHEH AiT,mafe<i^^li»c« iwafe 
de haity male de het : Imprecation , 
maudit soitj malheur. Foyez Hait 
et Dehaiti 

MALsnicT , ma/e^ : Maudit, in- 
terdit; maledicius. 

Si sont eles coment ils aparent , 
Combien qne nectement se parent , 
Que lor diet s'accorde a lor fait , ^ 
Jf'est-ce grant deuil et grant meffait, 
S*il ne venlent eatre ypocrites ? 
Teles ge&a soient maledictes , 
Ja certes nos ne les amerona. 

Roman de la Rose, 

Maledieux : Infirme , val^tudi- 
naire , malade ; maU aptus, 

Mal^e , lisez m'aUe : Ma Tenue, 
mon retour. 

Malefaim. Foyez Male rage. 

Malbfaison , mtUe/agon , male^ 
faitfi, mal^eite, malefesson : '^Aavl" 
vaise fa^on , mauvaise culture , mau- 
vaise action , crime j mcdrfactio, 

Qni reqniert a antre en la Court ancune 
chose , on li met sns aucone inalefaite , tt 
euffre k prober ce qn'il li reqniert, orf la 
Audefaite qne U li met sua , et celni k qni Ton 
fait la requeste, on aur qni Ton met ana U 
male/aite nie , ce qne Ton euffre contre Ini a 
proTer, et la Cour le vnelle escouter, et n'* 
dit raison pour quoi U le deroit faire , tt tel 
que la Conr esgarde , il eat attaint de ce qna 
l*on li a reqnis on mia ana. 

j4sstses de Jerusalem , chop. 60. 

Malefaite : Bfauvaise action. 
Grime; malefacia. 

Malefique : Influence maligncde* 
astres et des plan^es; m$l^cus. 

Male-oekt : M6chant , mauvait. 



Digitized by 



Google 



MA.L 
•^ Le Po^e parknt du fol Amour 
et de hi Honte : 

Arec CCS deux est BfaUboache , 
Qui ne uteHrt qae nul ii*i tonche, 
Arant que la chost toit fete, 
n 7 a en cent lienx retraite^ 
Moult at affaire a male-g^nt, 
lUgarde leqael e»t pla« gent. 

Boman dt la Rase, 

MAX.BOLOUTE : Malpropre, d^bau- 
ch^ , gourmand; male gluto. 

MAi.Bi902r, maldson : Mal^ction. 
Voyez MALDEcioN. 

MALiiE : Maudir, faire des impre- 
cations; nuUedicere. 

Maleis, maleit : Maudit, eharg^ 
d*imprtoitions ; maledictus. 

Maleit ge^ : Malgr^ » contre le 
gr^ , la volont^. Maleit gr^ tien : Mal- 
gr^ toi. 

Si dironf qae il te tenoit , 
£t a force te demenolt , 
Pour faire de toi ton dellt, 
£t Toloit corrompfe le lit , 
Son pere , maUit gri Hen , 
Soies hardie , bien te tien , 
Hnel est , ja ne parlera. 

Roman de Dolopatos. 

Hale loi : Loi conlraire k line 
autre y loi dangerense a TJ&tat. 

filixxuv.VT^subst. : Mai, malheur, 
accident. Le troisieme miracle du 
premier Livre de Gautier de Coinsi , 
commence ainsi : 

Don fil i an gni qae Ifottre Dame garde 
CB la fomaiae tana mtdetnent, 

Malemeztt : Maliciensement , a 
mauvab dessein, m^hamment; mali. 

Or me gard*Dicn de mortel pUye, 
S*il ponrsnit tant qne k. moy traye , 
n me grercroit malement. 
Qui ne m'en doobte i^nUement. 

Roman de la Rose. 

Malbmeht , lisez m'alement : Ma 
lymarche, mon allure. 

Male xoet : Mort faneiU et tr«r< 
gique^ maia morst 



HAL fsS 

Mal ek aete. Foyez Malabtous. 
• Malengontbe : Malheur, mau- 
raise fortune. 

Maleitgin , lisez rruU engin : Sor* 
til^e, enchantement , mauvais es* 
prit , mauTais sort , mauvais g^nie , 
ipauyaise foi, dol, fraude, trompe* 
rie; malum ingenium. 

Lors le Mareschal le fist jarcr tor let sainta 
EraDgtles, qa*iUneportoient«ar eux heil>ef « 
charmes , conjorationa , ne autrei diaboUquea 
operations de mal engin. 

Roman du Petit Jehan de Saintr^, 

MALENOEOiGNi , moUngroigfUd , 
lisez mal engroign^, mal engroigni^ t 
F4che , de mauyaise liumeur, irrite. 

Dangler ot non , si fa dosiers, 
Et garde de tons let rosiers : * 
En^n destoors fu le pervert 
D*herbes et de faeillet conrers. 
Pour cenx espier et deffendre , 
Qni Tont aax r<Mes let mains teodre , 
Et fo de trots accompaigni^ , 
Le Tilain lonrt mal engroigni, 

Roman de la Rose, 
Malbnoboighie , lisez malengroi" 
gnie : Bfauvaise humeur, duret^, 
humeur rev^che et acariAtre. 

Malenpoikt , lisez m€U en point .« 
D^labr<^ , en mauyais ^tat. 

Male jduiT: Mauvaise nuit, qu*oii 
passe ayec insomnie , dans la douleur 
et rinqui^tude ymala nox. 

VLkXston ^ maUois y malesit.'Me" 

chant , inf&me y maudit ; maledictus, 

Malepagub : Nom d'une prison k 

Lodeye, oil Ton mettoit les d^biteurs ; 

en has. lat. malpaga. 

Male pabt : Mauyaise part; mala 
pars. 

Maleb , lisez m'aler : Men aller » 
moi aller. 

Naint, fet-ele, laie m'ahr, 
A eel cheralier voil parler. 

Roman dSrie et dEnide, 

Male baoe : Faim extraordinaire^ 
enrag^e; mala rabies^ 

Malesobage : Disgrace , inimiti^ , 



Digitized by 



Google 



t%6 MAL 

mauTaise grace ; mala f^ada ; kn Ims 
Bret, malegracz, • 

Malestie : M^chancet^ ; male-' 
ficentia. 

MiLESTEiir: Impradent, mal avis^. 

BliLESTRonsss : Droit exigible sur 
les propri^taires de pr^ , droit sei- 
gneurial d& par ceux qui ont recueilli 
du foin. 

Malet (cheTal) : Gheral mallier , 
qui porte la male, selon quelques 
auteurs ; et limonier, qui aoutient les 
braAcards , tuivant d^antres , qui 
croient qu'il poorroit yenir de 
mannus. 

Maletosts, maletoUe, maletoie , 
maietoute, maitouite : Imp^t, concus- 
sion , enleTemen t de biens ; imposition 
ley^ la premi^ fois par Philippe- 
le-Bel, et que Nicole Gilles appelle 
exaction grande et non accoustumee. 
Nicot la derive de malS et de toilo, 
chose malement lev^e ; mala tolta, 
\ Male tout : Blal acquis. 

Maletoutise , maletoltier, male' 
toiler y maltoutier : Qui vit d'exac- 
tions , qui Uye et poursuit le paie- 
ment des imp6ts. 

Malette : Poche oh les bergers 
mettent leurs provisions de la jour- 
n^, gibeciere. 

MALEuai , matheur6 y lisez mat 
eurSf mal heur^ : Infortun^ , mal- 
heureux , n^ ii une mauvaise heure ; 
de mala hora natus; kn bas Bret. 
tnaleurus. 

\m maleurie pomtes n't en set nnle plat 
^nre chose , que ce qa^ele fet eschanur let 
ponret et tient por tix. 

Comm, sur le Saiaier,/bL 9a, P«. 43 » ^v. i4« 

SlbUe de Perte premiere 
Det tibiles elle ett nomm^, 
Qui contre let Joift fot ti fiere , 
Prophetizant lenr dettin^, 
Et lenr orde tic nudheurie; 
Ditant Tout mettret en U crotz , 
. 1m my Ditn «t le Roy det Roys. 

Ia IiGroir des Dantes, 



MAI. 

MALEOEETi, maleur^ male'urance, 
maleure, maleurtS, malheuretS, mal- 
hearts : Infortune, malheur; mala 
hora; en bas Bret, maleur. Net a la 
maleur : N^ sous une malhenreuse 
^toile, n^ k une mauvaise heure. 

Je suls trestont esmerreill^ , 
Des peines et de U dnrt^ 
Dont ronune si ett trartiU^y 
QaVst assaiUy de povret^; 
Perte de biens , maleuretd , 
Fmim , toif , detetpoir, deteonfort, 
Batta , flageU^ , torment^ , 
Et pnit an dernier mit k mort. 

Dialogue du Momdain. 

Male VOLS : Qui veut ou qui son* 
haite du mal a quelqu'un ; malevolus. 

Malet : Maudit , uMfudite ^ male- 
dictus. 

Malets : Fumier, engrais. 

MAL-FA90N : Supercherie, mau- 
vaise mani^re de se conduire dans le 
commerce de la vie,d^faut en g^n^ral. 

Malfaix, mo/gyoiiTi .* Faim cruelle, 
mauvaise faim. 

Malfait, meff'et:ToTiy dommage ; 
malrfacta, mcUutiffactum, 

MALFAiTiEmmES, malfeteur, mau- 
faiteuTf maufeteuTy marfetierresy mef" 
feteur : Criminel , qui commet un 
crime; mal^actor^ 

Nont aTont bien dtt en eel chapitre m^sme 
que cit qui ett reprit de yilain cat de erieme 
et condunpn^ , a perdn qnanqnea il a aveo 
le corps, et ne ponrquant te U maufiderres a 
enfant , on pere ou mere , ou ayol on ayole » 
li detchcndement qui Went d*ant liqniex n*et* 
toit pnt detchendu oJI tant que U nuMtetw 
fit le me£fet, descend at enfant da nud/eteur, 
car li nudfaiderres ne povoit meffere che qui 
tt'ettoit pat tien encore. 

Cout, de Beam^oisis, chap. 5a. 

Malf^ : Malfaiteur ; au figure , le 
diable , le d^mon ; malefactus, Yoyez 
Maufais. 

Mal feu : La fondre , le tonnerre. 
Que le mal feu 7>ous arde : Que le 
mauvais feu vous bdile 9 imprecation 
fort en usage dans les six 9 xiii et 



Digitized by 



Google 



M AL 
xiY^ siecles, qui tire son origine d'nne 
maladie ^pid^mique dont les Pari* 
siens furent attaqu^ sous le regne 
de Louis yi, dit le Gros^en ii3i 
(et selon Tabb^ Lebeuf, en 1 129), 
queronnommalamaladie^/^^or^^eAf, 
ct ensuite le charbon. Ceux qui en 
^oient atteints mouroient sur-le- 
champ; le mal continuant, on eut 
recours aux prieres ; Ton porta pro- 
cessionneUement la ch&sse de Sainte 
Genevieve a Teglise de Notre-Dame; 
et les historiens disent que , cette 
relique ^tant dans la rue Neuve- 
Notre-Dame, le mal cessa. En m^- 
moire de ce miracle , conttnuent-ils , 
on ^difia au m^me endroit une ^lise 
aous le nom de Sainte Genevieve-dcs- 
Ardenf f qui fut ^rig^ en paroisse 
jusqu'en 1 7479 ^poque a laquelle elle 
fut d^truite , et r^unie a la paroisse 
de la Magdelaine dans la cit^. L'on 
faisoit la commemoration de ce mi- 
racle Iti^ no vembre. Le savant abb^ 
Lebeuf (Hist, de la YiUe et Diocese 
de Paris , torn, i , pag. 20 , aa , 876 , 
387 et 438) croit que le mot des cur- 
dens est nouveau , et que I'origine de 
la f4te ch6m^ le 26 novembre , ne 
remonte pas au-dela du xv^ siecle. II 
pense que ce fut le cur6 GeofTroi 
Boussart , professeur en th^ologie , 
qui introdujsit Topinion qu'elle avoit 
^te construite en m^moire de ce mi- 
racle. Au demeurant , j'observerai , 
d'apres Tabbe Lebeuf, que T^lise de 
Sainte Genevieve la petite , existoit 
avant la procession c^lebre de 1 1 29 , 
qui procura le miracle des ardens; 
que cette procession ne passa point 
par la rue Neuve-Notre-Dame , at- 
tendu qu*elle nY»toil pas encore fkite, 
mais qu'elle arriva a la catbedrale 
par la vieille rue Notre-Dame ou des 
Sablons , qui , ^tant proche de la 
riviere , passoit a Fendroit ou ^tpit 



MAL 127 

la cbapelle de THdrel-Dieu, et abou- 
tissoit direc^ement au portail de la 
vieille cath^ale , lequel ^toit situ6 
environ a Tendroit du milieu de la 
nouvelle nef , en tirant un pen vers 
le midi. 

Q«e mal fim ml fljunhe piiitt ardolr celni 
qai premier me park de voos. 

homan de Gerard de Nevert. 

i*ar ton desrol , 

. Dit li mercieri , vos ai gagie , 
Et de Tostre gage ostagi^ , 
Mod cheval li mi» en sa garde » 
• Mors eat , te li mausfeu ne m*arde , 
Vos eo paieroix la moiti^, 

* PabUau du Povre 3f^vier. 
Et cele qui ne fa pat loing, 
lA repont , aui n'ert pas coarde , 
Li maUoisfiu le ros arde. 

^ * Fabliau de la Crote. 

Malgr^ : B14me, reproche, mau- 
vais gr6 ; matce-grates, 

MALoaoTBa : Jurer avec impr6^a- 
tion que , malgr^ Dieu et scs Saints ^ 
on fera telle chose ; rnaU graciare, 

MALGUEanoN : Mauvaise recom- 
pense, punition. 

Mais par rostre desordonee lecberie » ue 
aves rendu malguerdon , et poor ce toos 
paierai la deeserte q&e en area gaign^. 

Bomanm-Qerardde Never*. 
MiLHA-iciavi. : Pli^xride ; de malus 
nervus. 

MALHiaDi ; L4die, poltron, saus 
courage; maleardens. 

Maliavche , lise& m^aUanche : 

Mon alliance, mon pacte ; d*alligatio. 

Malice : Fraude, tromperie. 

Malichoits , malison , malizon : 

Mal^liction; maledictio ; mauvaise 

action; meUum, Voyez MaloEc^oit. 

Car II esleit lo bten , et si refnsat lo mal » 

ne mies tnsi cum oil ki amat la malizon, et 

ele li venrat , et ne volt mtet la benixon , et 

ele serat ealonaieie de luj. 

Sermons de S. Bernard, foL 7, B^, 
Eli^em enim bonum, malum reprobate 
non sicut Ule , ^ui dilexit maledictionem , et 
'venit ei : noiat ber^edictionem , et ehngeua 
est ab eo. 



Digitized by 



Google 



198 HAL 

MiLiGEUX , maUngeux , malin^ 
gneux : D*iine foible sant^, malingre, 
maltrait^ , ettropi^ ; maliginosus. 

Malignbe : Trompcr, frauder, 
user de rase. 

Se U pent ce prorer par garenf tneieiif » 
TOM, ou contume, on par aatre renom^y 
que Teritage ait ette det encettres dou reqne- 
rant , tX par longoe ten^nre des metcr^iu , 
oo aatret ennemit, en ait ett^ longnement 
desiaifti, le reqnerant ou set ^nceatret, rendre 
le doiti te il ne r^nt maUgner. 

jiuUet de Jdrusalem, chop. 68. 

Maligneux , maUngneux : Malia, 
m^hant ; maUgnus ; en anc. ProT. 
maUda. 

Une fom^e Tenlmense , 
Hal odorante et moHgneuse. 

Flamel, Sommaire philosophique 
ciUpar Bor^ 

BfALXGHOSiTi : Malignity , xn^- 
chancete. 

Malijbe : Malaise , incommodit^ , 
infirmity. 

Malingeiee : Sacristain,iiiargail- 
lier; matricularius. - 

BIalison , malizon : Mal^cdon ; 
maledictio. 

Ce crtont not porrec aroir fait le tot pou- 
•ant Den par ke U horn de plot grant timpli- 
citeit commons de plus grant dolor ki aoit ne 
|iretnma«t mait entordre lo dart de malison. 
Dial de S, Grigoire , Up, 3, chap, i5. 

Ouod idcircb omnipotentem Dominum 
fecuse credimus , ne "vir mine simpiicitach 
fuanto Ubet dolore commotus , intorquere 
uitrii pnesumeret jueuium maledictionis. 

MALiTomRB : M^chante femme ; 
maladroit , qui ne pent rien faire de 
bien; male torruuus, 

Maliyolekce : Malveillance,mau- 
Taise Yolont^ ; nuUa volunuu. 

Mal-lakoaoiee , subsi. : Arro- 
gant , orgneillenx , qni parle ayec 
hauteur, avec insolence. 

Mallaet : M&le des Cannes sau« 
Tages. 

Mallexe : M^ler, brouiUer, con- 
Condre; miscere* 



M A L 

Mallee , jnarler : Mettre de Vtti^ 
grais , de la mame sur une terre; en 
bas. lat. mallare, 

Mallee : Battre, maltraiter, gour- 
mer, frapper d'un maillet ; de mal-- 
leus; en bas. lat. medicare. 

Mallets : Fumier, engrais. 

Mallieie : Cheval de poste , de 
postilion , cheyal qui porle la malle , 
snivant quelquesanteurs; et limonier, 
on cheval qui est attel^ le plus pre» 
de la charrette ou qui la soutient , 
selon -d'autres. 

Mallote, lisez m'aUoye : Je m*al- 
lois, j'allois me. 

Mall-publig : Audience. 

Mallux , rnaUus : On appeloit 
ainsi une compagnie de judicature 
qui, sous nos Rois de la premiere 
race , alloit dans les diffi^rens lieuz de 
son district, pour y administrer la 
justice ; cette«ssembl^e devint s^en- 
taire sous les Rois de la seconde race, 
et eut des tribunaux fixes ou elle 
rendoit la justice en certains jours. 

Malxettee : Dissiper, misuser , 
abuser ; malS mittere. 

Malmin E : MauTaise mine , laide 
figure. 

Malmoet : Espece de lepre , nom- 
m^e ainsi de ce qu*elle rendoit le 
corps livide et convert d'ulceres 
noirs ; malum mortuum. 

Malois , maleoit, maloit, maloiz , 
malooit, maloyt : M^hant , maudit , 
mauvais^ maledictus, 

A mahite cr^tnre ! qu*ont-il a faIre de k 
•emblance de ceste science? 

SennoHS de S. Bernard, /oL 5i. 

O malevole ! 6 maligne ! ad quid ei$ hujut 
similUudo scientkx? 

Malosteu : Malavis^, imprudent, 
miserable, malheureux, dans la pii- 
tere; ce mot est fort ancien dans 
notre languc , pmsqtt*ii ae trouve 



Digitized by 



Google 



MAL 

dins le Miserere da Reclus de Mo^ 

liens 9 ouvrage du xiii^ si^le. Voyez s'^vanouir. 

M4LAUSTmi7. 

Malot , maloz : Taon , gn^pe , 
bourdon, grosse mouche. 



MAL 129 

MALTovaifXE : Se trouTer mal^ 



Toosjoors cloit li fuinier pair , 

£t uhon* poindre, et maloz brhire ; 

EnTMMift , en?ier , et noire. 

Christian de Trqxes, eid par Borei, 

Malparler 9 subsi. : MMisance , 
calomnie ; de mala parabola. 

Malprk5orb : Voler, d^rober^ de 
male prehendere. 

Maltaleitt , mautalent : D^pit , 
rage , fareur, colere , mauTaise vo- 
lont^ , desir de se yenger , de mal 
£aure , malice , m^hancet^ ; en Lang. 
mai'talen, 

Mab preaez garde tonte Toi« , 
Qae Male-Boache ne toiu Toit , 
8*il Toua Toit , si le seines 
Et gardes qae ue rtH aaes , 
£t ne faites pas chiere enfrone , 
Soit de haine , soit de sancuoe ; 
£t se Toas ailleurs Tencontres , 
If ul mal talent ne U moostres ? 
Sage bom son mal talent caerre. 

Soman de la Rot€. 

D*yre et de mal talent htnaoMt tonte ; puis 
a Gerard dist : Sire , se loyaalment osasse , 
moult Toulentiers vous demanderoye o& ceUe 
qne Tons aimes demeore , €t comment elle a 
k aook Mmnan de Gerard de Ne9ers, 

Amie , se Tostre amonr n*ai , 
Jamais jo>ie a mon cuer n^aral, 
Et si en porrai bien morir, 
Tex maox m*en porroit aTenir 
De dnel , de mal , de moavement , 
De conrronx et de mal talent, 
Est-on bien a la mort sacfaies. 
Dame , il seroit grans pechiex 
St je moroie eofin ^<ft toos , 
Car je sni Tostre liges tons, 
Et de moi , Dame debonaire^ 
Porres toojoars tons ros bona faire. 
li'yirt ttyimour. 
Maltalentike : Avec rage, d^pit, 
m^hamment. Estre en maltalentine : 
Etre f^ch^ , piqn^ , tvoir de la man- 
yjose humcup. 



Qaant Englentine Touy^, pea s*en faiUit 
qne de courroux et d*ire ne maltourna, mals' 
onoqnet semblant ne osa monshrer. 

Roman de Gerard de Severs, 



Maltraire : Maltrfliter, mal me- 
ner, mal recevoir; male tractare, 

MaL'Trait : Mal recu , mal ac- 
cneilli , mal men^. 

Mal-trait : Malheur, raauvais 
traitement , mauvaise reception. 

Mal-trbre : Souffrir, ayoir da 
mal, dtre dans la peine ; mali trahere. 

VLh% Ten roit aos pinsors mal-trere 
Toz jors taiit eoraiue il riveront , 
lie ja por ce Diea n'en auront, | 

Ainz conqaerront la grant poor 
D*«nfer, U peine et la dolor. 

Bible de Berte, Ders xao. 

Malucase ! Terme du jeu de lon- 
gue paume , qnand la balle est mal 
serrie; en has. lat. mains- casus. 

MkLYkis^ maffez, malfois, mal- 

vaiz, malv^s f malvez, mahois , ntau- 

fez : M^hant , mauyais ; et au figure, 

le diable, le d^on ; maleficus, male- 

foetus; en anc. Prov. mahast^ inalvat. 

Sacbies qne soar tons lenns (legoroes) len- 
tilles sont pins malvaises k nser. 

Le Jav. de Vl^siqm , fol. 3 , chap. 4. 

Bien est-il Tray qne pour eulx arrangier. 
En mon slrTice ils passent maint daugier , 
Plnsears perils et pluseurs malvtuz pas ; 
Ancnnes fois lear fault habis changier, 
Et se mentir de pajs estrangier , 
On les perils n'^Taderoient pas. 

La Donee aux Avenges, 

MALysuiiTE , malvesine : Machine 
de guerre , espece de pierrier. 

MALyssTiEz, malfoistiez , malvei-^ 
setSe, malfeisi^, malveistUe, mal^ 
ptstde, malviest^, matvoistiez : BCalice* 
m^hancet^ ; mal^cium , mal^fac-- 
turn ; en anc. Proy. malvestat. 

P^ ert k moi , et jio irro j en le iVMiAvf- 
set^e de mon quoer. 

Bikle, Deutdronome , chap, 19, vers. 19. 



Digitized by 



Google 



i3o 



M A M- 



Pax erit mihi , etwnbulabo in pravltat« 
mnSsmti. 

Malyim^e : Nompropred'homme 
et de coutr^, Malevoisie. 

Mal youuj : Qui veut da nud ; a 
qui Ton Teut du mal. 

Mamboueo, mambours : Tuteur, 
administrateur , gouveraeur, gar- 
dien, procure^r : ce mot ne sVst 
jamais toit ainsi , mais toujourt 
rfuUnbourg. J'ai remarqu^ que la faute 
la plus commune a ceux qui ont eu 
la patience de di^chiffrer nos auctens 
monumeus, ^toit de confondre 17 et 
Vn , V(U et Vm , en les prenant sou- 
vent Tun pour Tautre. 

MAMBama : Se ressowMiir, aToir 
en m^oirt; memorare.y. MxuBEEa. 

Certef, fet-ele, <!• Pentecootte 
Vet Tii-ge iD^ts •! riche ltt« 
Plos M aM«R de too iitWi 
,€*onqiicf Vot I'aaCref, kiem m*ta mmmhw,, 
Atmnt %'en issent 4e U <^iambvf.. 

Fakl. ttAuherie de Compiegnt, 

Maxe , lisez m^ame : Vm suiyie 
d*une apostrophe et d'une voyellc , 
^toit un diminutif du pronom moo > 
ainsi Ton disoit m*dme , pour mon 
ame ; m^amie , pour mon ami^ ; 
m'amour, pour mon amour. , 

Et en la fio , dmu fiex, je N eonjore at re- 
qniers ke se je muir avant tot , ke to facbea 
aecourre k m'atne en metse , en orUoiu par 
tout le royaome de Franche. 

Enseignemens de S, Louis h sonfiU^ 

Det que nCamie ert un jour Mat me voir^ 
EUe me dit , que j'en ay tard^ qputre a 
Tardant deux joiar%« eUa 4U ■>• m*aToir 
Y^u de quatorze , et nVo realt rien rabbatre. 
Marot, I^igramme de sa Dame et de so^ 



JaflMit je ne confetteroik, 
Qa'AaM>ur d'Anae ne mlm mjia poladre .< 
Je Tayme • mait trop raymeroia, . 
Qaaud fton caeor au mien Toadroit joindie} 
Si mon mal qaiers, m'amour n*est noindre , 
He moina pr«t^ le IMen qai Tole. 
M(arQJi»JSi^igramm*4ii'dfme gu'Uqfrme/brt. 

Mamslibke t mumeiitcre ': Partie 



MAN 
deTarmure qui couvroit la poitrine ; 
les mamelons ; mamiUaria. 

Maxim , Mcuny, pour Maximin , 
nom d*liomme; Mitximinus, 

Mammons : I^d^mond^ridiesses^ 
mammona; &a Syriaque mammon, 
richesses. 

Mamok BUSB : Femme qui a beau- 
coup de gorge ; mammota. 

Man : Homme } Normand , homme 
du Nord ; du Saxon mana , qui a la 
mime signification , et qui a itc pris 
du Latin mancipium, Barbazan dit 
que, si Ton en croit Bochard et Borel, 
ce mot signifie un liomme, en aucien 
Gaulois \ el il demande ou ils peu'Yent 
avoir vu de Tancien Gaulois; n'est- 
il pas plus naturel , continne-l-il , de 
1«* deriver du Latin martens, un habi- 
tant ; un Normand , n'est-ce pas un 
habitant du Nord ? d*ou vient , ajou- 
tent-ils 9 aUemamy c'est-ii-dire , tout 
homme; quelle d^ouTcrte! 

Manable : Habitant, demeurant. 

Manages , manacher, memacier, 
man^hier : Menaeer, promettre de 
puBir; minare, minari. 

Manacmb , mmmace , tmanecke : 
Menace, brarade; minatio; en bat 
Bret, mananeu 

11 advient nuenne foie qne denx partiee oat 
guerre, on content , on maaaches fetea li une 
4 l*aatre , desquelles denx parties, li ao« eat 
k jnaticbier a on Seigneur , et t*autre a un 
autre, ne ne sont pat toogit li nn a Tautre , 
lit doivent ettre jouttichiex par nn autre. 
Coutume de Beauvouit. 

Manaub : Eichassc ; en anc. ProT. 
manenda. 

Manage , managie , maiuuge : De- 
meure, maison, manage; mawio; 
en bas. laU moAogimnu 

ManIiob : Pouvoir, yolonte , dis- 
cn^tion. 

Man AXE t numaij^ mfmayt : Piftis>- 
sance , protection , pouvoir , droit , 
propri^t^ que Ton a sur tt«» chose t 



Digitized by 



Google 



M AH 

possession; et gne^, mis^ricorde , 
sairant D. Carpentkr. Dncsnge, au 
mot manaiay dit que C*est une poi^ 
gn^ de quelque diose que ce soit, 
€>st-a-dire, antaiit quW en pent 
contenir dans la main \ il cite ttn pl^** 
sage da TesUunent Mss. de Raimondf 
Comte de Magnelonne (aojoard'hui 
Montpelltef ), ^cnt dans son Yoyage 
de Jerusalem : 

DoHo D, DeoetS. f9tra, . . . smlis Maga* 
ion, , , . maaaiaBi , qmam hab90 m udinis. £t 
infra : et relmquo smfnuaiptmm naaaiaai, 
et toturm pulmemtmm pisoimm , qvmm de toto 
$tagno habeo. * 

II me semble que le Comte Raimond 
cede a T^^ch^ de Magnelonne, le 
droit, la propri^t^, la possession qn'il 
A dans les salines , le droit et le profit 
qu*il a snr tons les poissons qui sont 
dans r^tang; et que ce n'est point, 
comme le disent les saTans ^diteurs 
de Ducange. 

Idem videtur quod pug^tlata softs , quati' 
ium numu continetttf, acproinde idem quod 
namta , de qtsa 'voce rtnx. 

Et tVl Yient attcmi pfrottetear, 
6oit loial iMBie.aitt Ji^qaelevr, 
Qui la Tueiile Pernor proier, 
£t par protfiesM a spi loier, 
Kt cele aitstt lui repromette; 
Mais gard, biea qii*ak ne •• netta 
Pour aala riaa ao ta maasie, 
S*al nc tlent anzois la mouoie. 

Jlonum de la hose. 
Cast 1! fflaof^ qui no« goerrole, 
ChaaAiD )or Tiaat vot nauf «a praSe ^ 
▲ flhaacan ^ Tk chamalilMM, 
9e fet xBort certeinement , 
Por ce que pint prfo lec apaie; 
Biait il a*i a point de manme , 
Paisqn*U les ttent en son goltftm , 
To* les devora eel lairony 
Come le goupil iait Toisel , 
Quant le sent pr^ de son anisel. 

^BesHmite. 
Por Dea or pansar da noi , car ja mat mon 
Cora at ma iF4a ea Tostre manaie. 

Roman d§^ tep$ Sages de Home, 

Manait, manam ^ manmntf tna- 
naunt : Rftbttant ^ demewrant , r^si- 



ttA.!f i3t 

dant ; ftUinetU ; en bas Br^t. manaiuii; 
puissamment riche , qui tegorge de 
richesses ; de manare, mannht ; ea 
anc. Prot. mantras, riohe. 

Or vos diral d*nn« borgoise, 
Vnt atMtnira asaH oortoisa , 
H^ at aorrta fu d'Orliaat, 
£t ses Sires fu net d' Amiens ^ 
Riches mananz k desmesure : 
l)e march^aadlse et d*dsufe, 
Sifait toz les tors at les |Mias, i 
£t oa qne il taaoit aas poios » 
Ssiolt bien fennament tenu. 

* Fabliau de la Borgoise ttOrliens, 
Dame, dist4l, or n*i a plus, 
Vostta amis stii tx nmre dttis, 
DesK>r Tueil tout ^osf fe gr^ fere i 
Sire « dist-ale« oatt afare 
Gardes qua soit ceU moult biea , 
%t je Tous donrai tant du mien , 
Que tdK jors mH urtt mitrtanz, 

^r^HUmdrMhtd, 
Da Roi se parti, «MgM preot , 
A soa ostel viat Ijiimwit 
Hicbe^ mamam aina ne fu plus^ 
A son ostel en est veuus , 
IVe plos ti*aU It la charHie , 
iTe oaqtM pais M tm bam* 
Sa fame^ ai&x Taau at ahieri. 

* Fabliau du Filain Miiy, 

, MiiTANmB, mammce, mamntdue^ 
mananiie : Quality de meuumt on ha- 
biunt d*un lieu; maison, liabitation« 
demeure , possession, joiussaace , ri- 
chesses, -biens, revenus, cb^teaai, 
forteresses ; de manere et de manare. 

Or manes* la ctaaOa gena d«i l^ftmbars 
de la goiins de sa mtouutdie fbn^^meneie , 
IbrsenaC M nostra latere! , eC )^ komaina 
lingte , ki en ceste t^^zre por X» g^Kmt uulti- 
teit , astoit l«>r^ , alit com solave la eonltume 
d*un esp^ bleif jus trMidi^ setfllM. 

Diai. de S. Origoitt^ 6^.^, eks^. ^8. 

Mo* effefu htmgeHrdonm gau dk if^ 
gina sum habttati«aia. edketa, in nostrum 
eervicem grassata est, atque humanum.ge* 
nus , quod in hoc ti/TU prte nimia mutStlt' 
dkte, qdtki sfissse tdgeta mor^ siutfweerai, 
s mai tu m mrmk. 

MANAifrs^ iftonam: Re^ttrier, ha*- 
bltikit , kemttM tf« coiMMitf ; el riehe, 
qui est asoti l^ls<V %^kMJ>A}kt^mt^. 



Digitized by 



Google 



iBa MAN 

Makahtie. yoyez Manahdib. * 

Manap : Poign^. 

Man AYE : Puissance , profession. 

Manbote , manboute : Amende a 
laqnelle etoit condamn^ celui qni 
avoit tu^ quelqu*an , et qii*ii payoit 
au seigneur ou aux parens du mort ; 
en bas. lat. manhota, Guillaume-)e- 
BAtard , dans ses Loix IVomiandes , 
ayoit fixk cette amende a diz sols 
pour le franc-homme , el a Tingt sols 
pour le serf. 

Man BOUR , manhur : Tuteur, cu- 
rateur, gardien ; de mandiburdium. 
Yoyez Mainboubo. 

Makbournib, manhumie : Tutelle, 
curatelle, garde , gouvemement , ad- 
ministration ; de mandiburdium. 

Mahboubnib, manbumir: Garder, 
conserver, administrer, gouvemer, 
avoir soin ; de numdiburdium. 

Manbbe : Sorte d*^toffe de plu- 
tieurs couleurs ; de marmor. 

Mange : Manche ; de mamea. Toy. 
la citation de Mancbebeau. 

Mancelle, lisez n^anceUe : Ma 
servante ; mea ancUla.^^Vne Nonain 
^toit presque succomWe en p^ch^ 
de luxure, parce qn'elle aToit 6cout4 
les douceurs d'un gentiihomme; elle 
invoque la Vierge , mais * Nostrc- 
Dame la rejette : 

S«coiirez to pour« aaceOe, 
Qui Tottre est cb con et ea ane; 
Jjaut mVster, fait nottre Damey 
ll*eft m'anceUe ne m'uiile , 
Celui poiir qui iD*as deguerpie 
Hnche, qui te ▼icgne Moonrre. 
GoMUier de Cointi, liv, i , chap, 17. 

Mance|.on : ManchetteSy garni- 
ture qu*on met aux bouts des man- 
ches; de manicula. 

Mancee , manchet ; Mutil^ , man- 
chot, estropi^ de la main; nfoncus ; 
ma bas Bret, mane, mancart. 

Manchb , liaez m^anche : Bfa ban-- 
c1)a t mwa cM ', mt^ mma. 



MAN 

Mancbebeau 9 manchcron : Man<^ 
cbcy bouts de ipanches, manchettes; 
sorte de manches pendanles qui te- 
noient a Thabit et pendoient par der- 
riere^.manche de charrue; de /wa- 
mca; en bas Bret, inanch, 

Bfats quaut rl roit que la Ainiine 

L^atMttt , qu'il Be «*en puet deffeudre » 

SI li convient m robe veodre 

Et changier, quoique nus TOps die , 

Por one poare hiniodie. 

Qui moult eitoit poure et hooteuse, 

£t a td home moolt duchewe , 

IV*aToit mance ne mancheron , 

WW n*a chape fie chaperon, 

Oirre par plaflne eC par raux , . 

Le ria (visus) qu'il aTOit der et biaus , 

Ot bien changi^ , et noir et Uint. 

Le Diet du Barisel. ' 

Mancbonnablb : Faux , men teur^ 
trompeur ; mendax ; en bas. lat. 
mendaciloquus, 

Mangie , mance : Divination ; du 
Grec fMLtriU. 

Mancipe : Esclave 1 qui est dans 
les liens d*une tutelle , d*une inter- 
diction ; ce mot est. form^ de manu 
captus ; Barbazan le derive de man' 
cipium, mancipatus; en anc. ProT. 
mancip, macip, enfant, jeune gar^on. 

Mancipeb : Rendre esclave , met- 
tre dans les liens d*une tutelle, d*une 
curatelle, d*une interdiction. . 

MAN901S , manceau , manseau j 
mansois : Monnoie qui avoit cours 
dans la province du Maine ; ce/io- 
manensis denarius ; en bas. lat. man- 
seus» La livre de deniers mangois 
valoit vingt deniers de moins que la 
livre toumois. 

Mand , mandaty mant : Procura- 
tion, mandement, ordre^ mandatum; 
en Langued. manda, 

D'JMir hort, ai non maiutenaat 
Que je ani remi i to nuutd, 
■ * Car auaai tout pie^ pastes 
Quareate joura et puis aaaex. 

jyagiddk d$ h Fcng9(mc9 dc J, C 



Digitized by 



Google 



MAN 

Miirio, mant : H mande , il eilToify 
il donne avis ; mandat. 



Si ▼out B^ftiBiei , I 
A yo% gncet me recommaad; 
Antrement, rieille maqaerelle, 
A toot left Dbblet je tous makd, 
Andri de la Figne, eitS par Borel. 

Mandagloire : La maiidragore , 
plante purgative; mandragora. 

Man DAUT : Qui donne un mande- 
teent; mandator. 

Man DAT AIRE : Charge de mandat 
ou dc procuration ; mandator. 

Mande , mandement : Territoire, 
^tendue d'une juridiction, ressort; 
mandamentum , de mandatum. 

Mande : Sorte de panier. 

Mand^ , le mand^ : On appeloit 
ainsi le layement de pieds qui se fait 
le jour du Jeudi saint ; mandatum. 
Voyez Ducange k ce mot. 

Toftjort a U ^loe par rente , 
Vie Cttidi^ pas que je root mente , 
Fesoh la Dame no grant meoM ; 
JUk oA li poTre erent fl|iaiuU , 
Qoe la Dame entor li savoit ; 
A trestox ceU lor pie» lavoit 
£t b^soit aprift euuier. 
LaFiedeSainte&jrsabethdeTttringe, 

Derecluef , en chascon juetdi assola II sains 
KoU lavoit les piex k treixe poures ou jk Tingt 
she , et donoit a chascon d*eiis quarante de- 
niers , et aprte il les serroit en sa persona k 
table , einsi com 41 est-deris^ pardMus qne il 
fesoit ans antres poures; et ce m^esme fesoit- 
il fere par Monseignenr Pbelipe et par Mon- 
setgncur Pierres , et par ses autras enfans , 
quant il estoient arecques lui en jo^ da 
jaesdi ; et aucuns de set chmelains disoient 
rOffice dn mtuidd endemeutieres que it latoit 
les piex as poures. 

Fie de S, Louis , par le Confesseur de la 
JUme Marguerite. 

Mandehent : Pri^e, demande; 
^tendue d*une juridiction, ressort, 
territoire; mandatum. 

Makder, maunder : Transmettre, 
faire porter, cnvoycr, faire sayoir ; 
mandare. 



MAN i33 

Manderxe : Charge de procu- 
reur, office de mandataire ; de man- 
datum, 

Mandeur : Huissier, sergent , en-* 
Toy6 ; mandator, 

Mandibule, mandbmie:'9/lMxotve^ 
mandibuia ; en has Bret, et en Gal)« 
mant* 

Mandirr : Yannier , faiseur on 
Tendeur de mandes ou mannes. 

Mandille : Petit manteau ou ca- 
saque que portoient les seuls laquais, 
et qui les faisoit distinguer des autres 
Talcis. La mandille 6toit compos^e 
de trois pieces, dont runej>endoit 
sur le dos , et les deux autres sur les 
^paules ; mantellum , mantile ; eu 
Langued. mandnHo; en has Bret. 
mandilhen, 

Mandoussiane , memdooine, man- 
dosiane : Arme que Nicot dit Atre 
plus, courte que T^p^e et plus longue 
que la dague ; ^p^e fort courle appe- 
1^ de la sorte , suivant le Duchat , 
apparemment de quelque seigneur 
Espagnol deia maison de Mendoce 
ou de Mendosse, qui en avoit in- 
yent^ Tusage. 

Dagoes , poignA^dx , aVoIent et /nandocines, 

Qn a se deffendre de pris Ton trouTe saioes. 

Griuien du Pont , sieur de Drusac, liv. a, 

page l^ de ses Controverses des sexes 

ffuuctdin etfiminin. ^ • 

Man D RE, manre: Moindre ; minor • 

Mandrerie : Fabrique d*ouyrages 
en osier; de mandra. 

Mandrier : Yannier, qui fait des 
onyrages de mandrerie. 

Maneblar : Touclier , roanier , 
prendre ayec la main ; manicare, 

Manbchb, manechement: Menace. 

Man EC HER , manecer, manechier : 
Menacer; rfunari. 

Manecheur : Qui menace, qui 
intimide. 

3 



Digitized by 



Google 



|34 HAW 

lion de meiu|cer ^ ntmatfo. 

Sire , dist Marke , le munechikr me vmu 
pWd t<4l|-, Cfir U 4ire tt U fair« ne «opt pas 
pareil. Roman de Mark Catom. 

VL^mi^ y mainde : Ce que la main 
pent contapir,poign^9pleiii la maia; 
manuitas. 

h9n ▼•Bt CDneueilUr dt% tecbMis , 
Et Trayerc Tint a damnclioiu 
Au chesne oik li f«u alumoit , 
M^s la bnsche ert rert f si fumolt ; 
Ai ftt'itsikp n'eti peoit la flamba V 
^t T>§mi Traver* U cbasaa imjaiBba , 
Ttmt Ttpt par branclies et par rains , 
Qa*Il Tint dcsns as daaraiasi 
lie' bacon embler ne lor dalngne , 
Eft icil apovtant 4e la laingaa , 
Sj gliitent e| fd » maifteef, 
Pient ^'i\ feront <^iarbonies 
Du bacon , et Trarers Tentent 
Par nns brat an cbtsne se pent. 
. . ^ f^lmrn Jt Bmrni et dt ffaim^t, 

Maitefle : Vrille , broche. 

Pe si vu fen s*en est renus 

Trestoz despoillez et toz nas , 

Pnis a prins nn tnanefle cort, 

Be qoi 11 bourier de U oort , 

Appareillpiept le^r ataiTre ; 

Ce doit Ten moult bien ravantoivre, 

tin pen a le fen descourert , 

Le cnl Galon a descourert 

Qni s^ dormoit toz aire?, 

%t li CMS ert etc}ieqnert|( 

Antressi grant come un portan^t 

II cuide ce soit U bouciau^ 

Qui U g^u&t enmi U Toie ; 

Bfais nne chof c le desvoie , 

[u'il n*en set mie defferiofr , 

e le vin tralre ne oster. 
Or eseoatez da rif maufi, 
II a le manefie 9h$Mdi, 
Aqsi com li bonTier fals9iei)t 
Qnant lor hamois ippareiUbiint , 
Pais est an Talssel reperiat. 
Oh il n*avott ne tIb ne oiaa , 
Tant durement le fifft et iKH^t* 
Que 11 SOS tot en esclabonte , 
Bo sane qui par la plaU saot. 

* Fabliau du S9t CklvaUer. 

MiKEFLE : Prostitae#, t% qui fUt 
le metier de prostitner left autret ; en 
Langaed, manege. 



t 



Sainte Menehpuld, 'ville de Lorraine; 

Li Fpipiwaan mtimU Maebaira de Salote 
Manthoiuf, FiUe'UardQum , foL a i . 

MA«g(lWt : Teneur, tuite, maniere ; 
en ba«» tat. moHenum. 

Afiif ft^oapiuif , mamcQrdium : In- 
strument de mufti<|ue k cordetf esp^ce 
d*^inette. 

Manel, lisez m'anel :Mon anneau* 
Voje^ ciMlessus Mame. 

Manehtia : Richesses. 

Mane NTS. Voyez Man an. 

Manequinage : Adresse , artifice » 
ruse; de mangonium. 

ManEr : Hameau, village ; mattsio; 
et dcmeurer, r^sider; mane re; me- 
ner) cpnduire ; minora* 

|Jns meoli reaosiea rkhr s lion 
Manoit qH>ult prei de lor meson. 

Fabliau tTEstula, 

MANis f manoif : A t'instant, ausfti- 
t6t y incontinent , sur-ie-champ , toUt 
k rheure , sans retard. 

Et quant il en eeie m^sma elteit asteit ve- 
nuz dcTant la GUse del biaa enrons ipostele 
Perron, dnnkas glatat li pi^ da son cberal, 
liqu^iz chait aroc Ini , et manis la coissa da 
eelui brisat , si ke li os astoit partiz en dona 
partietf. 

' Dial, €h J. Qr^goiref ftV. i , ehap, lo. 

Ciumfut in eadem aii^ilam anti beaii /V- 
iri JpotteU ecektiatn venitset, e^mo ejus p€s 
lapsus Mt, qui eum to oorruit, et ejus ctuta 
mam.faae$a est, ita t^ in dumbus f€trtikus <# 



Gieves li Diabenes pris les enfanzons i 
nat al Tcske k cni manis li bonQrables Forts* 
meia donat aign/e l^enite. 

Dial, 4fi S. Qn^goirtf m/me chapitre, 

$ H 9 C4p t o $ 9i9f¥f pueruhs Piaeonus , ad 
^isc^pum reduxit cut bt n ejli ct a m aquam 
'venerabilts Fortumuus sutim dedit, 

MiHikTVy maimette : Anse d'nn 
Tiise, ce qui pent en t^nir dan« In 
main ; de maniea. Voyei MAinsx^l- 



Digitized by 



Google 



MAN 

MAHXurmB : Main d'crayre, tra- 
Tail ; en bas. lat. manobrium , form^ 
de manus et di^opera. 

Mankte ymanaje^ manioie : Sou- 
Tenir, m^moirej de manere, 

MAirrmoimm : t)rap qn'on fiJ!>ri- 
quoit a Louviers et k Tours. 

MAHGANisa : Booianger^foraiD. 

Mavoans : Difsipatcurtymaageurs 
de tout bient. 

MAiroARtB : Nom d*une prison des 
Ctuboorgs de Londres. 

MAMda : Mandie 9 poign^ ; de 
mamca. 

MAVGBaix , manguz g nuamger : 
Repaa , festin, action de manger; de 
manducatio, 

L<M*« fiilrit k e«x nne numgene , et apr^t 
U muutnger et le botvre , larcreBt-ib natia, 
u fte jarerent entrcduiibgeabUiBeat. 

Bible, Genhe, chap, ^kS^vers. 3o. 

F^cit erga mi cooTiTioni , et pat eSimm et 
potutnsurgemtet manifjmr€wenmtsibimutub^ 

Manceues, gasteurs 2 Ainsi nom- 
m^ de ce que c'^toieat des bommes 
que bi justice en^oyoit en garnison 
dans les niaisons des d^bileura pour 
les contraindre au paiement^et paroe 
qu*ils y.-viToient a icnrs d^pens ; mart- 
dueator; et gasteurs de lutfiator. 

Mamoeusse (rime) : mange. 

Mah oiEEs (11) : Le repaa, le dinar^ 
le souper ; de mandere; en anc ProT. 

MAEoiir : Oomiiuque, nom d*bom- 
me; Dofnimcut. 

Maholee : Enunancber. 

Miiiooir : Sorte de monnove d'or; 
et ap prtnti, sui'vaat D. Carpcntier. 

Manoonbau, maagmtei, mango*- 
nelle, maagoiuau, mtmgomax, manm 
gonnetiU, tnang^fmeatdx ^ mangort- 
nel, mangonmtui : Macbine da goevne 
propre a jeter dea. pienpas diuia les 
viiles assi^g^; quekpMfois on d^ti^ 
gnoit ainsi Its piarita nAmct et an- 



MAN tK 

tres masses meurlri^res ; du Grec 
fuiyymuf , macbine , ou de mango-' 
mum , adresse « ruse ; en basse lat. 
mangana y manga; en anc. ProY. 
moi^'hinal; en bas Bret. mangounelL 

Etraument conmanda U Rols 
Let moMgeneaux apptreiHer, 
£t les perrieret adreeier. 

Roman de PercevmL • 

Mahcon9ette : Petite monnoie 
d'or. Fojrez Mabooh. 

Maboohfbtyb : 8ofte d'ofXrande 
qui se faisoit k Nostre-Dame du Puy. 

MANGONifiEa : Kegrattier» rcTen- 
deur, fripier. 

Mamgue : Mange ; manduoat. 

Mangusse 9mr/i^iixxe;Mangeassiez. 

R taciex ke l*ordre de manger , 
Feit k son home k garder , 
An meiae ke numgutse «oa fWh le jar 
Ne sera grerance ne trop labnr, 
"Vaut plus dottx fiez eDtempr^ementt 
En douz juri treix fin tolement. 

Les Enseignemens ttAmtalte, 

Maniac , maniaie : Fou , furieux , 
maniaque; rhaniosus. 

Maniage : Uaction de toucber, de 
prendre aTeo sas mains ; de manicare; 
en bas. lat. maniamentum; en bas 
Bret, maniaf; manea^ en cette lan- 
gne, signifie prendre avec la main. 

Maviairia : Debaucbe, festin df 
d^baucbe. 

MAKtAiiGE r Maniement des af!ai« 
res , administration , charge , sur- 
Teiilance. 

-t>ti toot U yle3le ^t mamance et le gou* 
^MMeiiMaf dto b CoiatA de If evert. 

Miemnn de Gerard de He¥erg. 

Maviab , liveift manjar : Manger ; 

Man iGLB : Brasselet , omement dn 
bfas; menottel poiir Iter les mains 
dea ^crimiaelt , que le peuple appclle , 
pard^rkion, mancbettes. 

BtAiTiEMBif T , manitnce : Posses- 
sion, jouiss^ince. 



Digitized by 



Google 



i36 MA N 

Maitibe : Maltraiter, battre; tn 
bas. lat. maniare, de manu tangere. 

Manie&b , siUfst. : Sorte , eapeoe , 
fa^on, guise, maooeayre, operation; 
de manu agere ; tn. ancien Prov. 
jnnneircL ^ 

Maniere, adject^: Habile, adroit, 
expert , dress^ a une chose , accou- 
tum^. 

Et U TaTtMors por ton prea , 
Entendoit a aiitr« maniere , 
Qnil aroit la laogae nummrt 
A bien parler et Mgomcnt> 
Et bieu savoit ua jagemeat 
Kecorder, c*e«tott s«a delis. 

Fabliau de la Bote vermeiHe. 

As&iS se sont ao tremerel, 
lioi et Saiot Pierea au fornel i 
Gete , Jouglerea , diat Saint Pierea , 
Quar tu as inoaU les malna manieres, 
*gabL de S. Piem et da JougUor, 

%jon chante h haate voix aerie. 
Tout plaiu de grant enToiserie , 
En lien de mexses chan^onettes , 
Bes jolis secrets d'a^ourettea 
T.t fait sea iustromena aoner, 
Qu*on n^j oil pas Dlex toner, 
Qu*il en ot de trop de mapieres , 
Et plus en ot les mains manieres. 
C'oaqnes n*ot Asipluaa de Thebes. 
Roman de la Bote , parlantde Pigmalien. 

Makiere : Qni est accoutum^, qui 
a rhabitudc;; qui a le maniement ; 
dispehsateur. 

Man lEs : Figures de cire doni nos 
p^es se servoient pour les sortil^es^ 
manducits , ou du Grec fuLrril*^* 

Manillike : MarguilUer) celuiqui 
a soin de tout ce qui regarde la £ft- 
brique et i'oeuvre d'une paroisse » ou 
Jes affaires d'une confr^rie; mairicii^ 
larius; en bas. lat. manigleFyts. Dans 
beaucoup de proTinces, et m^e dans 
les environs de Paris , ce so^t ks 
marguilliers qni font la qu^te pen* 
dant la messe ; a Paris nn pr^tre se 
charge de cet ofiice > except^ les jours 
de grandes f^tes. 



MA 17 

Or notes, beaYcnra, que durant la ibeaae 
seiche d*Homenaa, trois tnanUliers de r£c- 
clise , cbascun tenant ung grand bassin ea 
asaia, ae ponrmenoient parmy le people, di- 
sana k hanlte Toix t n*oubIiex les gens haa- 
renx qni Font v^ enface.Sortans dn templea 
ils af^rtarent a Homenaj^ leurs bassina toots 
pielns de monnoye Papimanicqne ; Homenas 
Bolu dist qae c'estoit poor faire bonne chiere. 
Rabelais ,Hv,iy chap. 5i . 

Mahiste : Qui ose mettre la main 
sur quelqu*un pour le frapper ; de 
manus. 

Man LEY AE : Lever la main en signe 
de serment , garantir , - promettre , 
afBrm^r ; de manus et de levare. 

Mam IT AGE : Meuble, instrument » 
nstensile de manage; de mansio. 

Mamnagee : Ouvrier, artisan. 

Manne 9 mande : Espece de panier 
scmblable aux gabions, grande eor- 
beille a deux mains ou poign^es ; de 
manus, parce qu*il se porte a la main ; 
de manne on a fait le diminutif man- 
nequin; en bas. lat. manicula; en bas 
Bret, mann* 

MANNia : Ce qu*on prend pour 
le droit de moulure.' 

Mannulus : Petit bidet , petit che- 
val; mannulus. 

Mah«uvee , manceuvrSe : Corv^, 
ouvrage des mains, travail que les 
vassaux devoient a leur seigneur; en 
bas. lat. manopera, fOrm^ de manus 
et d^opera, 

Manoie : Borel et quelques antret 
•disent qu'ii signifie mteoire ; je crots 
qu*ils se sont tromp^, et qu*ils de- 
voient lire m'anoie , m'ennuie , me 
cause de Tennui. F&jrez Manbts. 

MARoiBa : Manier, toucher, pren- 
dre avec la nafn ; de manuari, manu 
tangere<, 

Makoil , magmol ..* Paqnet , tas , 
anas, botte, trousseau. 

Mavoul V sulAsi» ^ Maison , habita- 
tion ; de manere; en bas. lat. man^" 
num ; en bas Bret, maner* 



Digitized by 



Google 



MAN 
MAvoxft : Demeurer, rester, habi- 
ter, raider ; manere. 

Et qoant li manant de eel lia ditoient ke il 
U Be poist pas manoir, partant ke U Diablet 
ji par plaisort am babitott en lei. 

Diai, de & Gr^goire , Uv. 3 , chap, 4. 

(Amque ejutJem loei ineoht dieerent, in. 
ea kune manerfi non posse , quia mui^jam 
aiuvs hone Diabolus tnhabkaret, 

Manois , ady, : A. Tinstant , sur- 
le-champ, 

L*eii pvet apeler serf et rel , et jnene , wel , 
■Ml pas pour Taspece de serrlce , Hiais poor 
ligaage et poor caate , si oome dit celi , car te 
aacun vender real aacnn noTice a quelque 
Bueatier qiiQ soit, il est cont^ manois en 
momhvf dea reillarz. 

iiss. de la Bibihth, ImpSr, , ft* 8407. 

Mahoit : Demeuroit; manebat. 

Et por ce respondit A droit una sainz hom 
kl manoit en bermiuige. 

DiaL de S. Grigoire , liu. 1 t/oL 93. 

Und^ et legibus/ratrem querndtun in ere^ 
MO ^onversantem respondisse. 

M AiropLKS : Gantelets , armes prd- 
tervatrices des mains et de TaTant- 
bras ; de manuaWty ^namptdas. 

Mavoveablb :-Celai qui doit la 
conr^ on manceupre, 

BfAHoumc : Les oatils d*iin ouyrier, 
tfttivant D. Carpentier. 

MAFSAI9 MamaiSj Manseau, Man- 
>sez, Mamois : Habitant de la Tille et 
da pays da Mans; petite monnoie 
deft Comtes d« Mans; de cenoma^ 
netuU. 

Maitsai. : Commenial , attach^ an 
terrioe de quelqu'nn ; de mtutsio et 
'de rmmsa. 

Mansae : Metayer, eultivateni^, 
qui haUte one n^tairie ; en bas. lat. 
mansionariiis, manMarius^ de mansio. 

Mahsaves ( terres' ) : Gelles qni 
^oient tojettesaa «eMappel^ matuse. 
VoyeE Maaism. 

AUiVftB y nuitH^e, fnamhn : De» 



MAN l^^ 

menre, babitatioi4|/7iaiif<b; en bas. 
hit. mansum. Mansion Dieu, b^pital, 
H6tel-I>ieu ; hauUe mansion, h6tel, 
pahus; ^ox^ mansion, cabane, mau- 
Tais lieu ; au figure, Tenfer. Mansion, 
telon D. Carpentier, s*est dit aussi 
pour, famUle, manage. 

O! cam bien-anrona le caer, duet Sire* 
en ajer cui to feras mansion. 

Sermons de S, Bernard, foL 26. 

C*est an reboors de la gloire 

De ceste basae mansion ; 

Od Ton ne troare que misere , 

Ennaj, courroox , afflictiou, 

Maladie, persecution, 

Plenrs, larmes, chagrins , despUiMoee » 

Torment et tribolacion : 

Qaant Tim oesse , Tautre commance. 

Dialogue du Mondain. 

A ceux de ceste region , 
Qui point n't ont de mansion , 
Ainsi sont tout, com dist Saint Pol, 
Riche , poore , sage et foL 
GuiUaume de GaitteviOe , commeneemeht 
du P^lerinage de V Homme, Mss, n^ 2iytE. 

MAwsiis : Ce qu'on payoit pour le 
droit de gite; de mansio. 

Mahsiairb , mansionaire : Qui a 
soin d'une maison , d'une habitation, 
concierge ; procureur, ^onome , sa- 
cristain d'un couvent , d'une congr^ 
Ig^rtion religieuse ; pr^tre qui demeu- 
roit pT^s d'une ^glise , et qui ^toit 
charge de la garder; mansionarius. 
Dans les Dialogues de S. Gr^oire , 
le v^ du premier Livre est intitule : 
De Constando le mansiaire ; ce qui 
est rendu dans ie Latin par : De 
Constando mansionario, 

. Quar de joste cele oiteit (d^Ancone) la Gliae 
del bien-eurona Sterenon martre est pos^e , 
«n cai nns bom d*oaor&ble Tle> Constance 
par noa, aerroit tenans XMne do w mh - 
sionairt* 

Juxth earn mamque cptita6em Eededa 
head mardris Stephami nta est, in qua tfir 
vita venerahi/is , Constantius nomine, mt«r 
ti'OOMfU/iinctus offcxo deseryie$at. 



Digitized by 



Google 



i38 MAN 

Mansiorerim^ Char|^ de man- 
sionaire. 

MANsioNisa : £8pece de colon on 
ferroier qui devoit an ceos pour ce 
qu*il occupoit eu maison et terres ; 
mansionanus, 

Mansois. Fojrez Majisai. 

Mavsois : Ce qu*on payoit pour le 
droit de g<te ; de mansio; en bas. lat. 
mansionaticum, 

Mansoy^e : Demi-charret^. 

Ma If ss A a : Domes tique, famiKer; 
mansionarius. 

Marsuktumb , mansuetude : Dou- 
ceur, bonte, ^galit^ de caract^e ; 
9nansuetudo, 

Majg eUt Mff* gru» ti etua ditt GaMel , 
ki <kl ciel TiQt , tt c^ oii li petiz enfez are- 
rat apris huroiliteit de cuer et tToir mansue* 
tutne. Sermons de S. Bernard, fot 57. 

Sed hie erii magntu, siciU de eo Gabriel 
loeutus est : et quos parvuiiu erudierit ad 
hnmiiitaeem cordis, rr mawuetadinem. 

Maw SUIT : Averti ; monitus. 

Maht , tnante : U laaiide » il. or- 
donne; mandate 

MiiiT : Ordre, commandement ; 
mandatum. Pluche, dans son Spec- 
tacle de la Nature, art. Pal^graphie, 
torn, vii , pag. 235 , dit que ce mot 
n'est qu'une liaison adyerbiale^ qjifi » 
avfc ne, r^poodau neque des Latins \ 
il rapporle un fragment d*un Sermon 
de S. Bernard, snr la Natiirit^ , foh Sg* 
V**, du M$s. ; il s'est tromp^, il dtyoii 
lire niarU (qui , dans le texle Latin ^ 
r^ond a non est) , au lieu de manL 
Voyez NiAiiT. 

Mahte , mandn , lisez m^ante , 
m*aniin, pour ma ante, ma andn : 
|fa tante; jnea amiia. Vojez Asts. 

Mavtbav , manteUt : Maclune qni 
mettoit k convert les soldati ; de 
manielhuH, 

Mahtbl , mante, mandaus : Mai>- 
teau, sorte de y^tement^ robe ou 



MAN 
babillement d*avocat,suLvant D. Car- 
pentier; mantellum ; en basse lat-. 
mantum; en bas Bret. mantelL 

Le mantel U tent la Rome 
Qui moult Tolentleri Tafuiila. 
Li mantiaus plus cscorta 
Qu*a la Roine u'aTOit fait. 

Fabl du Court Mantel, nf> 'jGiS^ 
foLtil^F\eoL^. 

Mantel : Le bout de la pi^e du 
drap du c6t^ du cbef ^ lisiece. Borel 
pense que ce mot a ^t^ employ^ dana 
k Farce de Patbelin , pour une me- 
aure on 1^ d*^toffe; il na pas fait 
attention que cette Farce est rempiie 
de m^rises en ce genre. — Patbelin 
Tient pour acbeter un manteau » le 
marcband lui demandc com£ien il 
faut de quarreaux d'^toffe (qui ^oit 
une mesurede ce temps) pour le dou- 
bter, et au lieu de quarreaux il di^ 
manteaux : 

Combieii fant-il blen de mante€ttue 
Pour Tostre aermeut ? de quarreaux |. 
l^our le foDrr«r de lombardle. 

Pathelin, 

Mamtbi^et : £spece de lambrequin 
large et court , dont les cbevaUers 
omoient leurs casqnes et leurs ^os. 

Maktelihe, mandlie : Petit man- 
teau; mantelfum, mandle. 

Maktenaksa : Protection , appui^ 
sontien. 

Mak TBVEB : Souienir , appuier, 
maintenir^ prot^l^r » inamt temere. 

VUmtii* 9 mandi' 9 mumdi : Essui^ 
main , nappe , serviette , toile., Unge 
de tabla en g^n^al i mandle. 

Mam TON : Le menton ; mentum* 

Ma9tonet:Coup que Ton ae donne 
a« Bienton. 

MABTotBTE^ mof^tomneue : Guim- 
pe « capucbon qui prend soua le me«r 
tonv^>^ ^ obeval; rubanque les 
femmes mattenft k leurs piombs de 
toilette pour leur so^itcnir lemmion, 
roban que Ton met aux b^guins d*en- 



Digitized by 



Google 



MAP 

Un»y qui lent passe sons le mentoa 

pour teoir Uor bopoett mentonni^. 

Se Tovs Toules de tortes b^tpae* » 
Par IDA foy j'eu ay d« Wea iines j 
On te Toulez de groignettes , 
PrciMs-eii , ou de muntonettes , 
Dm croapet, oa det pciiilU«re«. 

Patheiin , eiU pur Bonl 

Mavtovstb : Imp6t, selon D. Carw 
peotier. f^^ Malbtostb. 

MAjrunuoTBtfE : Directenr des 
duu^rcf d'ttoe ^lise , ainsi nomm^ 
dLt mamtSy main , et de dueo, je con- 
dnb, parce qu'en effet le mamuiite^ 
tear dirigeoit et conduisoit le chorar 
per let monvemtns et ks gestes de 
la auin , oomme font les maltres de 
mnrnqne; manuducmr, 

MAiri7Bi. ; Apptii, ^tal, bmitique; 
de manuaUs. 

M>«i7B%X)B : Anse, poign^, man- 
die ; de manuaiU. 

MAvuiT: Pemennif resta. 

C««t niim Tos met }« d^vruit , car tl trob 
MS nummt «b solitait , tomb toltintBt i 
Dca« et ne inif4 •• Jl|0«ie«, 

Sermons de S. Bernard, J9I laS, HP, 

£t hunc rOmum nwbis appono : quoniam 
tribus annu $oH Deo nems , homitUhii guan- 
sit incognitm. 

MAimxi : Affraod^t niis en liberty ; 
miummissiu. 

MANiTxissioir : Affranchissement 
de serfs » all^anchissement d'esda- 
irafe; ma nt u m^ iiQ. 

MiiriuavviiB : Attvwhkf dcmner 
la liberty ; mamnmitm^t 

Manutangb : JouiMNMcey poa^ 
aession. 

MAoi?-9e4 : For^t daogerensef bov 
^empli de briganda; malu4 bwus. 

HIaqub : Manr, iioio propre d^hom- 

MAPPAias : Officier qui^ loraqi^ 
le Roi s*^toit Ut^ lea maioa, loi pr4- 
sentoit la servieUe pour s'etsi^jer; 
mappanus* 



MAR 139 

Ma»»b : linge ».senriette de grosse 
toUedont on se senroit pouressnyer, 
nappe, linge dont on couvre la table ; 
mappa. Voyez Mahtil. 

Mapper : Essnyer lesmenbles aveo 
nn linge ; de mappa. 

Maqub : Boulette, b^ton de ber- 
ger, pique > p^rche. On appelle en 
Normandie maque, une machine a 
broyer le cbanyre , et dans d'autres 
proyincea, nuuAe. 

Maqub : Yente , marchandise ; 
mangordutn; d'ou maquignon, intri- 
gant, qui se mde de toutes sortes 
de choses pour gagner ; mangonicus. 

Maqublettb : Petite massue, mail- 
let ; de malleus f malleolus. 

Maqubrbi. : Homme qui fait le 
metier bonteux de prostituer des fem- 
mes et des filles , qui en procure ; on 
les a nomm^ ainsi jusqu*au rvii^ 
si^le. 

Li maqtterel unx femmes doirent eitre fat- 
tes ct gites hora la rilte. 

JlneUnne Coutume tTOrUans^ 

Maqub EBLBBiB : Metier de eenx 
qui proslttnent dea femmes et des 
filles. 

MAQUEt : Moneeau, amas, tas, 
meule. 

Maquibb : Se serrir de la maque 
ou houlelte , ou dn bliton de berger ; 
et maqute. Taction d'en user. 

Maquignon : Qui se m^le de toutes 
sortes de cboses pour gagner, intri- 
gant ; mangqnicus* 

Mab : Qrand, bant, ^ev^; du 
Latin major; d'ou Tabbaye de Mar- 
moutiers , majus monasteriujn. 

Mab : Mar(U» second jour de la 
semaine; dies mariis, 

Mab : EBpresatoa Ibrt uait^ dans 
lea XII , xin , xi v et z y^ si^dea j pour 
signifier, par abr^yiation , ii la mal^ 
heure ( mala hora ) ; et mauyais , 
m^btnl \ mal, malii-propos, Jh mar 



Digitized by 



Google 



i4o MAR 

en douierez : Ce seroit mtl si tous 
en doutiez. v 

Ably ahl, ditt li Tilains 
Ao prettret , filx a putaln ors , 
Certet , m j« ne iuMe mors , 
Miar TOO* i f usslex embatux , 
Ainz bom ne fn si bien bmtux , 
Com Totu series ja , sire prestre. 

Fabliau du Ftiain de BaiHutl, 

Chasctm de respondre se test , 
Fors que Tons a Tautre conseille 
Tout coiement dedenx Toreille : 
Mulemevt soBies malbaiHi, 
Kt par cest homes Mcharoi , 
Nous serous par Inl mal mene , 
Mar le T^smes ooques u^. 

*FabU de la Horse pttine de sens, 

De bi rieine est aparc^ue 
Qui de la chambre estoit isa«e « 
Moult ae plaiguoit at sooiptroit 
.£t em plorant se dementoit ; 
Lasse , fet-ele , nuw ful n^ , 
Mout est dure ma de«tin^e , 
. Ea eette tor sai em prison , 
Ja n*en Istrac se morte oon. 

Le Lajr stYonet. 

Frestres, quant ica eiic»ti»rer., 
Ii*est bom , s'a toi est tftesurex^ 
Nc soit au regart de toi baa ; 
Prestres , campions es jnrez 
Pour nous, moat ids bou^ares, 
Se tu loiaumcnt te combaa ; 
Mais se Satb^u sous toi n*abas , 
\j€ mal felon , et bien neP bas , 
Senr tous seras maleurifx , 
M/ur fns nez ^ nuw t'i adoubaa , 
£t le puepla mar destourbaa » 
Qui en toi est assenres. 

Roman de Charite , strophe xoi* 

La cose que tu ne sauras 
Apren , ji mar en douteras, 
Grana honour est d'auques saroir ; 
Qui n*aprent , blaame en daitaroir. 

8e tu as en toi poi de sens , 
L*autel dois bonourer dVncbens, 
Jk mar feras Dien sacrefice , 
Ife de tore! , ne de geniche. 

JYaduetion ties Disdques de Caton. 

HLkKk , lisez m^ara : M*aura ; ha>~ 

hebit me. 

l\ m'ara a moiUier, se il n*est malvais. 
Momrm d'Erartmi, 



MAR 

MiR AODBS : £meraude , sorte de 
pierre prMense d'ah beau \erd ^ 
smaragdus, 

Mar4ck : Pays situ6 au bord de la 
mer ou d*une rWiere^ terreln situ^ 
aupres d'un maraU ou dans un lieu 
bas et humide ; de mare {^quod mart 
adfacei) ; en bas. lat. mariscus, Geni 
marage, peuple ou habicant de ces 
monies lieux ; d'oii marager, marcd^ 
ger, maraischier, marescAier, ||UTli«» 
nier qui cultive un lieu bas ou^un 
raarais , et qui vend les legumes on. 
les fruits qu*il produit. 

Maeaischiksi:, maurschiere : Lieu 
bas et humide, marais, terrein ma- 
r^ageux; en bas. lat. mariscetum, 
marescagium ; en bas Bret. m€iraes , 
form^ de metre, 

MibRAVcs 9 marakche: Peine, dou- 
leur, affliction, ennui; mofror; ei 
selon I>. Carpentier, faute l<^f^re, 
absence de i'office diyin , la peine 
doQt elle ^toit punie; en bas. lat. 
marancia; d'ou marancer^ moron* 
eher, condamner a cette peine. 

^ Ghaa commandeoena daeriena 
Lisa , si Ten renra grans bsens ; 
Lise , et relisje ^derecbief , 
Se il en Teat Tenir A chief; 
n y troarera aaaa doatanche, 
Mainte cose qui (tut /narAnehe, 
Traductioti des Distifues de Caton, 

Maeanoaille : Trovpe de gueux. 
'■• Mae Air DB t €ro6t^r, oblation ; ma- 
rendo; d' oil morander, fAvrt coUa^ 
tion , 'goAter. 

Maeahoee, marauder : Chercher 
k Yoler, k escroquer, chercher des 
aventures , chercher de quoi Tivre ; 
les soldats disent encore, aller en 
mareuuie, ou marauder, pour piller, 
escroquer; moraudise, vol, pillage; 
et maraud f escroc, piilard; et non 
pas , rustique , sfupide et impoli , 
comme le dit Monet. 



Digitized by 



Google 



MAR 

"Bn lalt pechi^ de gloutonni« 

Je me confette «n verite; 

Pour ce que souyent je n*a j mie 

Ei|e marander en e«t^, 

Et maintenur joyeiuete 

Em blen ; c^est ee que trop me bleite , 

Et que eeluy j eott esU, 

Qui me tlent sa tenle maatreite. 

Confession dt la BeUe-Filh, 

MAEASTmB : Ce mot ne se prenoit 
point en mauTaise part , et ce n'^toit 
point une mauvaise mere , une m^ 
diante mere , mais la femme du pere, 
beUe-mere , presque mere. Barbazan 
dit qne ^ quoique Ciceron n'ait ea- 
tendu par le mot Latin mater tera, 
qne la soeur de la mere , on a bien pu 
entendre la femme du pere. On a dit 
vx%%\p€irastrej pour beau-pere, pres- 
qne j^ert '^ /iliastre , pour gendre , 
bean-fils et belle-fille , presque fils , 
qui approcbe autant de Tun ou de 
Yaiutre ^ /master ; comme on disoit 
gaitilastre , pour exprimer une per- 
sonne qui agissoit en gentilhomme et 
qui ne I'^toit point; jaunastre, qui 
approcbe du jaune , presque jaune ; 
Ueuastre, presque bleu y et ainsi des 
autres couleurs. 

Maratb : Marab , lieu bumide et 
martoigenz. Fx)yez Maraoe. 

Makbotiii : Nom d*une monnoie 
d'or d'£spagne ; en bas. lat. mora" 
botinus. 

Maebee : Sorte d'^toffe de diff<^ 
rentes couleurs ; de marmor; en bas. 
lat. marbretus. 

Marbrin , marberin : Qui est de 
marbre ; marmoreus, 

Adrhft k Orieeu , qa*eB tant de mille Damet 
Une , et mie autre avee naaqiyreiit beUet 

femmea; 
Poor d*im Unt noureaa caa taarer marques 

iiiiigiiet, 
Oa lenr a eatably deux tutues inarbruus, 
Marot, Epigramme des Statues de Barhe 
et de Jaquette, 

Marc , mmirc, mars : Yalcur qui> 



au xiii^ siecle , r^pondoit a celle de 
\ingt sob ; marcus. Le-marc Sargent 
yaloit quarante sob Parisis ou deux 
litres Parbb , suivant la Chartre des 
Prebendes et Chapelains de S. Denis* 
de-la-Cbartre , de 1207, ^ui est dans 
le Cartulaire de rArchev^cb^dePans, 

Ad eorum igitur sustentationem Elienow 
illustrts com/tissa Firotnandue , pro sedate 
Domince Regime , pietatis intuitu, concessit 
centuui marchas argenti , de quibus eompa- 
ravimus ab jtbbate et conpentu Montis Estitn 
fumum quern habebant Parisim, qui dicitur 
furnus infemi, cum otmiibtts ad eum perti- 
nentibus , pro centum et triginta libris Part' 
siensibus , de residuo n}ero , videlicet sexa- 
ginta et decern libris Parisiensibus , emeretur 
redditus ob opus capeUanorum, 

Marc Ai CHE , marcarge , marcern- 
eke, marcesche , marchesse , mar^ 
seche : Menus grains , ceux qu^on 
seme au mob de mars*, ce terme est 
encore en usage dans le Berri, le 
Poitou, la Touraine, la Saintonge, 
le Limousin et autres endroits; en 
bas. lat. marcesckia, de mars, mortis; * 
on les appelle aussi bleds tremois, 
parce qu'ils ne sont qu'environ trob 
mois sur terre ; on les s^me en mifrs, 
et Ton en fait la r^olte en juin et 
juillet. 

De chaflcun muid de marcesche et autrta 
bledi et grains de mars pay era un denier. 
Ancienne Coutume dOrlSans, 

Mar^axcbe : Droit sur le pobson 
de raer qu*on Tend au marcb^ ; de 
mars, martis, 

Marc]£an , marcdanz : Mar^band^ 
commer^ant^n^gociant ; de mercans, 

Margeikcue , m€trcesche , mar^ 
chescke : F^te de TAnnonciation de 
la Salute Vierge , qu'on cd^bre le 
a 5 mars; de mars , martis. 

Marcellk : Nom de femme; Mar^ 
ceZ^ ; marcbepied d*un cocbe, an- 
cienne yoiture , son montoir. 

Margbace ( droit de ) : Droit 



Digitized by 



Google 



142 



MAR 



qu*avoient les habitans de certains 
lienx , de mener paf tre leurs bestiaux 
dans une autre commune ou finage 
que la leur ; de margo ; en has. lat. 
marckagium, 

MiacHAiicE : Menns grains qu'on 
fteme an mois de mars. Foyez Mar- 

fAICHE. 

March Aiz : Marais , lac , ^tang. 

Maeghances , poar marchaucie : 
Droit que lea seigneurs avoient de 
prendre de Tavoine , du foin , de 
Torge , pour leurs cheranx. 

sMaeghaitd de boues : Fripon , 
Toleur, coquin. Fqyez Holier. 

Marchaitdexeht : Comine un 
narchand « en commer^ant. Fivre 
marchandement : ViTre d*une ma- 
niere roturi^. Fojrez Merc, 

MRRCHANOBm : Vendre , acheter , 
commercer » condure un marchd ; 
mercari; en has. lat. inarchandari. 

Maeckanpub : Couyention , mar- 
ch^, accord. 

BfARCHAnnoisB .' Marchande, com- 
mer^nte , suivant D. Carpentier. 

Marchaucie : Nom d'une prison 
des fkubourgs de Londres. Fcjez 
Marcbakces. 

Marche : FronU^re, limite , lin , 
bord y lisiere , extrtoit^ , bout , con- 
fins ; traite, chemis,degc^ ; de margo, 
k Tabl. margine ; en bas. lat. marca , 
fnarchia et marchio ; en bas Bret. 
mars, marca, Une fronli^re n*est 
autre chose que. la marge ou le bord 
d'un £tat ; aussi de marche a-t-on 
f orm^ les mots mardchal (de margine 
«t de capitalis) et marchis , marquis , 
'pour cbef , gouvemeur des marches 
^u frontieres ; de la > dit Barbazan , 
marchand, bomme qui ya en diffd- 
rentes proyinces, qui va dans les mtur- 
ches pour acheter et pour yendre , 
homme qui fixe et marque le prix des 
effets qu'ilyeut vendre; marchandise. 



MAR 

maichander, et marchS , marchid ^ 
marchiet, marci^ : Lieu destin^ pour 
yendre , lieu indiqto^ , marqu^ , ^^ , 
limits ; et trait^ fait en tre deux per- 
sonnes pour le prix d'une chose. 

Le legat «le « »d i ■■ Conu Jehan de 
Japhe qui a^it empn^s euU q^e il hii tern- 
bloit de cef chose«. Le Conte de Japhe li 
proia qo*il ce •oufTrlat d» oelo dettaode : 
flour oe, fiit-il, que me* «iiattiaux sont es 
marcht ; et se je loe au Roj la demooree « 
Ten coideroit que c« feoat pour mon proufit. 
JoinviRe, m$t. de S, Louis, 

MARCHiAHDiE , morck^andise : 
Marchandise. 

Li Borgoif Tot, moult fu haiti^ , 
A sa fame maintenant vient $ 
Dame, fet-il, il me covient, 
Aler en ma marckimuiie , 
Gardes Tostel , ma cluere amie , 
Si com preude Came doit fere , 
Je ne iai rien de mon repere. 

Pabl, de U BorgoUe d'Orlient, 

March^ant : Marchand, yendextr* 

U quit del tout t*en et toI^ , 
En la chit^ rcnoarel^ , 
Del moot d«iit j'aToie parle. 
Est je quit ja la renee al4e. 
On Diex a la rente eit al^ , 
Oik nuunehdant sunt estate. 

Romam de Chariti, strophe aSo. 

Marghi&au : Mare, amas d*eau. 

MARCHiis : Le bruit qu*on fait eif 
marchant. 

Marchepi^ : Instrument 4 p^her. 

MARCHBFii : Tapis de pied. 

Marcher : Marquer, noter, desi- 
gner, borner, limiter. F, Marchier. 

Marchesche : La fftte de TAnnon- 
ciation. Fojrez Marceihcrs. 

MarghessEv, mewsage, marseche : 
Orge, ayoine; saison de semer ce» 
'grains , le mois de mars. F, Maeses. 

Marchby : Droit q«*un yassal 
payoit k son seigneur lersque, Ini 
yassal , yenoit k marier une de ses 
fnies ; ce droit fut substitu^ a celni 
qu*ayoit le seigneur, de passer la pre- 
miere nuit des noces ayec F^cms^a, 



Digitized by 



Google 



MAR 

MAmcHiBK: Melchiorynom propre. 

MAmcHiBm, marchir, marclUser^ 
mmrchisseTy mardr: Borner,coiifiner, 
abotttir, terminer $ ^tre joignant , 
Imiitrophe, ^tre condgu. Ce mot 
Tient de marchey borne « limite. 

Maachis : Nom donn^ , sous Cbar- 
lemagne et son fils Lonis-le-D^bon* 
naire , aux gouverneurs det Villet 
situ^es snr les marches ou fronti^s 
d'an £tat ; c'est de U que Tient le titre 
de marqub; en bas. lat. marckia, 
form^ de mtsrgo, Dans Almoin ils 
sont tant6t appel^ comes iimitis , 
cmstos Undds y et custodes timitum ; 
jnais an liy. ▼, cbap. 2 , ou il est parl^ 
de Cbarlemagne , qui manda son fils 
Louis - le - D^bonnaire , alors Due 
d'Aqnitaine , en Fan 786 , il dit : 

jtccerswit JUium tarn beni equltantem 
aun omni popmlo mUitari , reliciis tantum 
■arcliionibiu, qtti fiiut r$aU memtts , cm- 
ms , siforfi ingruerent , hostium arcennt 
memrsus, 

MAacHissANTE (terre) : Terre au 
bord d'un chemin , lerre qui est snr 
lea confins d'une juridiction, d'un 
ifctat , terre limitropbe , qui joint , 
qui tonche. Foyez Maechb. 

Maeciaicb , marciage , marcier : 
Droit par lequel un seigneur prrnoit 
de trois ann^ la d^potiille de Tune , 
dans les fruits que la terre produit 
natnrellement ; tels que y les pr^s , les 
sanies 9 Sec. auquel cas le tenancier 
^oit qnitte du cens cette ann^e. Le 
droit de mardeige ^toit senlement de 
k moiti^ de la d^ponille pour les 
terres labourables , les yignes ; et )e 
tcaancier ne payoic que la moiti^ du 
cena cette ann^. Smvant la Coutume 
du Bourbonnois , c'^toit aussi un 
droit de manaavre on corr^e dii a 
merci et k volont^. 

MAiiCiBT : Marcb^, lien oil Ton 
t«Ad dea nuifcluuidiics \ «» bas. lal. 



MAR i4'( 

marckattim; en bas Bret, mwchat, 
Voyez Marchb. 

Maecib : Etre joignant , contigu , 
mai^e a marge. 

Petit demonra apr^ que li Sondint ot af- 
faire, car an Soadani qoi a Ivi marcisoit, 
si li fist sa terre laide , et il par Teogeaoce 
manda gent poor le guerroier. 

Homan du Ckens </# Ponthieu. 

Mabcib : S'afiQigar, suivant Borel, 
qui cite ce vers de TOvide Mss. : 
Bien me puis maroir et dotiloir. 

II a mal lu le Mss. , il doit y ayoir 
marriry qui en effet signifiie, s'affligery 
s'attrister. 

Mabcis. Voycz Maechis. 

Mabglibb : Blarguiilier ; matH" 
cularius, 

Mabcomibb, marcomirus : Cost 
un chevalier medecin , dit Borel ; et 
dans ses secondes additions , c*est un 
Roi Gaulois venant de mery qui signi- 
^t grand, suirant , dit-il , Bouchet et 
Pontanus. Corame il ne nous est par- 
venn aucnn <k!hantillon An Gaulois , 
j'obserTerai que Marcomire ctoit un 
nom propre fort usit^ darrs le com« 
meneeroent de notre monarchie. 

Mabcot : Marcotte de vigne. 

MABC-PBsi : Le marc d*AIIemagne. 

Mabe : Espece de monstre. 

Mabbaclx 9 raareaux : Petites pie^ 
ces de monnoie , ou marques <|a'ofi 
donnoit aux cbanonies au retour de 
chaque office. 

Mabbgbaogxk : iLcmie^ aoLinnit 
D. Carpenlict; en baa. bu« mwet^ 
chalcia, 

MABiBB , tnaPer : GouTemev nn 
vaisseau sur mer, navigner ; denitfnr. 

Mabbg&ibb : MatgttiUicr; mmlri^ 
cularius* YcfjtK, Mabbibb. 

Mabz-la-i^oitb : La yille de MaHi* 
tomr; Mmrtis Tunis* 



Digitized 



by Google 



i44 MAR 

Marbllb : Poids , charge ; Borel 
Fexplique par, tromperie, subtilit^,^ 
«t cite les vers auivans : 

Je denMode commeot doit-elle 
Eitre pngnie » vea qaell« s^applicqiM 
De baUlcr u lourde marelle , 
. £t tromper U cho^e poblicqae. 

CoquSlart , Droiu nouveaulx. 

M:i&ELLET : Marbr^,ray^,bigarr^; 
de marmor. 

MAmsLLiEa : Jeu qui %e joue a 
deux 9 et dans lequel un des joueurs 
emploie des marques rouges, et I'au- 
tre des blanches; de la has. lat. ma- 
rella; en bas Bret. mareU. 

Mareiide : Repas de I'apr^s^din^, 
goiter. 

Maeevkb : Terre sur le bord de la 
mer. Foyez Mirage. 

Mae^s , maret : Lieu aquatique , 
terrein mar^ageux , lieu bas , ma- 
rab; de mare ; et par suite, jardin 
dans un lien bas et humide. 

Maeescalciee , marescauder : 
Ferrer un cheval, mettre des fers. 

M AEESC ALi E E, //lo/vjc^icie^ nutres- 
talsie, mareschausie : Mar^chauss^, 
garde desfrontieres; droit qu*avoient 
les seigneurs de prendre de Tavoine , 
dn foin, sur leurs sujets, pour la 
nourriture de leurs cheTaux ; tribu- 
nal des Mar^haux de France. Foj-ez 
Maeche. 

Maeescat, mareschat : Marais , 
lien mar^ageux* 

Maeesgaux : Mar^chal , la m^me 
dignity que celle dn S^n^cfaal. 

Maeesghaucie , mareschaussee : 
£curie; on s*en sert encore dans le 
Hainaut. 

Maeesghaude : La femme d*un 
mar^chal. 

Maesschausee , maresckauder : 
Ferrer ou panser un cheval. 

Maeesche , marcesche : Bled du 
asois de mars. Fojrez Maechbsse. • 



MAR. 

Maebschibe : Jardinier qui cultire 
les mares, qu*on nomme aujourd'hui 
marais. 

Maresghiee : Cultiver un jardin y 
arroser un pr^. 

Maresghieeb, mareschere , ma-- 
rescherie, marescAure : Marais, lieu 
mar^ageux, terreia aquatique. Fo/» 
Maeaischiere. 

Maresqs : Marais ; mariscus. 

Maresquel : Petit marais ; en bas« 
lat. miMriscetum, 

Maefbzible : Fl^tri , fanu^. 

Margaisnon : L'anguille m41e» 

Marge : Manche , suivant D. Car- 
pen tier. 

Margble : Le bord d*un paits» 

Maegis : Marquis, celui qui est 
charge de la defense des marches, 
des fronti^res. Foyez Marche. 

Marglerie : Office de sacristain 
ou de garde d'^glise ; de matricula, 

Marglier : Qui a la ^arde d^une 
^lise et de tout ce qui en depend ; 
matricularius, 

Margoilloier : Rpuler dans la 
boue. 

Margot : Nom d'une de ces com- 
pagnies qui , suivant D. Carpentier, 
ont ravage si long-temps le royaume. 

Marootte , Magritte , Margot , 
Margoton, Margue, Margueton^Mar- 
guette , Marguierette , Mauguerite : 
Marguerite , nom propre de femme \ 
Margarita. 

Maegubeibs , margueriettes , mar- 
gueriUes : Pierre pr^cieuse , perle ; 
margarita, 

Coment poet ettre altr«ment doneix li Mios * 
M chiena , «t !«• nuwguenes as port, te cU jie 
soot primiers espurgtet de lor felonie, ct ciftt 
de lor ort delelt. 

Sermons de S, Bernard , Jot. 37. 

Alioquin quomodb dahltur sanctum ca^ 
nibus , tt vMTgwiUiporcis , nisi priiks UK ah 
inijmtats ^ ittiab iMieita ' vo hptate jmrgati. 



Digitized by 



Google 



MAR 

MAmiAAGB (rompr« son) : Manqaer 
a la fot t:oiijugale. 

MAmiAGE : Service de matelot , 
d*homme de mer ; de mare, 

Maaiaoea , estre marii en feme : 
Former nn mariage , se marier, avoir 
one l^itime ^poase. 

Maiiaulb 9 mariole : T^moin pen 
digne de foi , a cause de son bas-4ge , 
snivant lea chapitres 53 et 97 de la 
Coutume du Hainaut. Ragueau dit 
que ces mots viennent du uom de 
Marie, et il a raison; Hir mariaules 
et mariole signifient uue sutue de la 
Vierge Marie , un enfant ; de la mo- 
Ttaulet, mariolety homme dont on ne 
Uit pas grande estime » et qui n'est 
point digne de foi ^ soit a cause de 
son Age , soit a cause de son peu de 
capacity. 

Marie : Terme d*ironie et de d^ 
lision , selon D. Carpentier. 

MAmiLLisa : Sacristain , marguil- 
lier ; matriculanus, Ce mot est encore 
en usage en Bourgogne. 

Marikaieb, marinel, marinantt 
Marinier, matelot , liomme de mer. 

Escot li marimmt est da Harre partit , 
£t U tret fu leves qnt estok mi-partls. 
Roman de Fhremoe de Rome, 

Maeiite : La mer ; marina. 

Maeihette : Mot forg^ par Fau- 
d&ety au lieu de maniere, manoeuvre. , 
F'oyez Barbazan , Dissertation sur 
VOrigine de la Lan^e Frangoise, 
page 53 , qui precede la nouvelle 
^tion de VOrdene de Chevalait. 

MAauriEEB : Boussole , pierre d'ai- 
mant. 

Maeiole , Mariaule : Marie , nom 
propre de femme ; image , statue de 
la Vierge ; au figure , jeune fille sans 
experience, diminutif de Marie ^ idola 
Mariw; en has. iat. Mioiola, 

Hie quoque fere pmfidt pmieram mario- 

km cum ftrtimcntiii m wiftndi ^c^k- 

II* 



MAR 



U5 



tut pane , jtaetA nokihm mtHolaa 

anU majus altars et marl^Uni , qum eidem 
supra ponitur. 

Vies des Jbbis de S. Ambin, cities 
par Dmeiutge, 
Anbes, froi, chatnblfs, ettoiet, 
Crois, cracefis, «t marioleSf 
VaeB 4*argent, aatrei de (nst. 
Guiii, Guiart, Mss, citi par Duccmge, 

Maeisok, marisson, marri: Dou- 
leur, affliction , plainte , peine , cha- 
grin, perte, dommage, d^At ; de 
moeror; en has. Iat. mttrritio; en anc* 
Prov. marimen; en has Bret, maritel. 

Li fendirent oik con ouer, et foje , et poamon, 
Et Bertnn de Claqaiu en ot rnnt mariuon. 

l^Dsement fu U Dus pUin dt grant maritson. 
Miner fitt la cit^ ii force et a bandon , 
La foreut li min^eur et Anglolc et Breton. 

Fie de du Quesclm, 
^ Maeissal : Mar^chal , dignity nu- 
litaire. Voyez Maeche. 

Maeitoekb, pour malestoste : Tri- 
but f imp6t , exaction. 

Maejeh , lisez Marien : Marien , 
nom propre d*homme ^ Marianus. 

Maejolet : Jeune homme sans 
experience , inconsequent , qui parle 
a tort et a travers sans sentir la por- 
t6e de ses paroles; de mariole, en 
changeant IV voyelle en / consonne. 
Voyez Maeiavle. Ce mot s'est sans 
doute forme dans la Bourgogpe , oik 
Fon dit encore d*une jeune fille qui 
fait la resolue , qui sort de sa sphere, 
voyez cette petite marfole, cette petite 
marjolaine, elle veut faire la raison- 
neuse. A Paris , et dans ses environs , 
on disoit, etl'on dit m^me encore dans 
le coinmun,et dans la m^me occur- 
rence , voyez cette belle marjolon, 

MAEiAOE : Droit ou redevance dA 
au marli^r ou sacristain d*une eglise* 

Mae LAIS', marlajrs, marie : Mame , 
espece de terregrasse et calcaire dont 
on se sert, au lieu de fumier, pons 
ameUorer les terras. 



Digitized by 



Google 



I4« It A it 

]llAmt.SEiB : Fabiique d^^se , 
offiee de mAfguilUer ; de mdtritula. 

VLiMi%fi^maurly : G^rc destine a 
ftonnerles dodies, aervirla messe, &c. 
marguillier ; maXrieulariui* 

MAmMK , lisez m'arine : Moti irae 9 
ma pens^e; mea anima, 

Marme, Usez m'arme : Mon ame, 
ma defense. 

.Maexent^u , marmanteajiy nutr^ 
mau : Bois de liaate fiitaie q^*oa 
n'abattoit jamaUi et qui senroit d'eoi*' 
bellissement a la terre d'un grand 
seigneur, ^'ta difference du laillisf 
qui est r^put6 fruit. Quand le pro- 
prt^taire ^oit eoupaHe de 'crime de 
lese-majest^, on ^^toit les arbres de 
cette for^t ; de materiamen, materia, 
8«ivant Manage et Kagueau ; bois 
marmau y hois marmentau^ bois de 
charpente. 

'NLkKU%T\i%.jLy]^&ez m^armeturey ma 
armeture : Mon armure^ mea ar- 
matura* 

Maemite I manniteux, marmitiery 
marmitous : Triste, dolent, piteux, 
afflig^ , bypocrite , gueux, mendiant^ 
qui vit aux d^pens des autres, qui 
contrefait le doux^ qui fait le bon. 
ap6tre; de male mitis;en Langued. 
m€irmitous. Saye marmitey manrdte 
sajre : Esp^ce d'^toffe en soie. 

li Papehit li noiiAe iMOtMft , 
DeTtnt anbleikty MTHre totent. 



Ti«z hit le tiiuple et le mdrmite. 
Ties fait derant semblant cl'Erttit«, 
Qui regibt ct fieii par derriere. ' 
Gmmtkr d$ Coimis /n^. i » ftkap* a» 

Un autre image estoit escripte , 
"Qpl aetDblolt bien estre ypocrhc; 
^^apebrdie vti ap«M« : 

C*«U ceU q«i ^^ repelee » 

Qpant niu ne s*efi puet penre garde ; 
De matfaire jie te retaroe , 
Kt fiait d^ora le marmiiBiuc, 
Si a le Tis plla et.^iMU , 



MAR 

Kt seviblo j«iMple creatare , 
Bfai* deisox n*a male aveature, 
Qu*ele ne pense en son c6rHge. 

Roman de la Rose. 

MiLRMiTEUx : Marmiton , valet de 
i^isine. 

Marmitouse , marmiteuse: Tri«te, 
^flig^. 

,Atant CToa veiitr ia aere , 
Marmitouse et eachevel^ , 
l^r^nt come Beste edtrenee 
Qoi por ae f^ou est eAgretse , 
A ^rant; polae derotdf^t la preste 
4or Itti ae fHoM plusipra fois 

LariedeS. Jlexit. 
- Marmoire : Demarbre, qui est 
de marbre ; marmorevs^^ Ovecmar^ 
marosyea bas Bret, mxtrbr, matpr, 

Tai c«le , soit blan<i1ie, soit uoTre » 
Qui poor aeu ]»mim« aoire , 
Se paint com ymage marmoire, 

Miserete du Rectus cfe M^Hens , 
fol, ao^j^ A", coL \, 

Maemouseh y mdrmamtcr : Mur- 
murer tout bas, gronder entre ses 
dents sans o»er se plaindre a bau^Ce 
Yoix ; en has Bret, marmoiatt. 

MARXOtrsBRiB :. Petite condition , 
petit ^tat, petitesAe. 

Marmouskrik : M^ancoiie. 

' Marmur : MtirAiure,bfuit confus ; 
murmuraiio; en Langaed. marmuL 

Marochb : Plante qui gu^it les 
morsures de Ttperes ; mamibmm ; m 
bat Bret, moron, . 

MaroiBr : GouVeraemn Yatj^seffu 
tor la mer, naviguer; en bas. lat. 
mare€»re. Yoyex bIariIer. 

Marois : Maraist mardcigie; en 
bas. lat. mariscctum y form<^ de inari 
me^sscems, 

Maroit : Voituner. 

Maronaob (bois tie) : Bois de ^6n^ 
aUrttction , bois pTcfyre a bitir : je le 
presume ^tre le bois de thitaigfirer. 

Maroker, maronlery m^rotimer^ 
mArQiautrpmanronier i^iAXjAxA , faa-. 



Digitized by 



Google 



MA. A 

teKer, marinier, honmie 6t in«r, mi- 
rin ; marinus, homo tnaritimus. 

Vi% atsambU et maroniers , 

Et ({aUt seijatM et boat arclitert. 

Boman dtL-Btmt, * 

M AmoNVEL : Pirate , corsaire. 
Marohneh : Faire le metier d^ 
pirate, de corsaire. 

Maboth : Le royauitae deMaroc. 

£t povr oster rt aCfolbUr U. tr«f gvtudb 
pnisftance et assemblee def Sarrasin* , i«k 
qaatre Rolg d*Espagne , c*eftt aitaTdir de Ctt- 
tille, d'Arragon, de P«««itig«l let &b 1la?MV«« 
VeUoicBt alliezf^r g^nroiet p«r wmt M par 
terra Us Rois de Grenade, de JUaroth et 4e 
bdle marine Sarrazliu Ie« plus prodial^is.' 
Roman du Petit Jehah de Seuntri,. 

Marpaud , marptcut : Fripon, Ta'u- 
rien , Yoleur. 

MAmQiTK : LeUtes 4e repe^MiHef . 

Marqu^b : Heme ilHin marc d*or 
ou d*argent ; en bas. lat. marcata, 

Marqubr : TJb^ de re^resailles. 

MARQU190N : Marcpiis , chef ou 
gonvemettrdes marges en des fron- 

MiCfeQitor .^ SlM^cdHe dfc vigh«. ' 
' MAmkAH AS : E4^e d« dWif ^\yf . 

BlAma'ANS : Sofl^ de ibi^i^ ^)^ 
dliiniqite. 

Maare : Houe, instrwiieiit ptdp^ 
4 iabotirer la ^ign^yfndrra ; da^rec 

Mar RE , metrr^ i Vak<i^^ iavee hi 
inarre. 

MAAms6t.BRtE : Gfllee de tocti!^ 
-tAt o« d^ gardie d*tlM^ ^i4i»^. * 

MAtiREOi.rEii !lMrab>gttiUtet-, stfci4^ 
^in, qni a la. ganle 4'wf i^^ ^^ 
rda loQt ce qui en< diipiMid; ifwiCftf- 
emlmnus. 

MARRi^txrtr r TtfBlier sur leqtt^l 
Ofi'joiioit MX n^MMite. 

MARREMKifT, nuuisstment , ini&'- 
rimeni: Dou1eur,jieplaisir, affliction, 
tmt«^te , dMffm ,' fMM« ^ mdnor. 



k A. R 



14^ 



Car oiif^ faouiii^ en ndUe Mtibit , 
"P^ar qd*il ntatt d*tatehdeinriit , 
M'aima deail, ne marrissement.' 

Konuui de la Rose. 

Marrev , nuttrenage , marrian , 
marrien : pob de charpeote ; de mtr- 

Marrenbur, matreur, mArreuie 7 
OttVrferqnl hiboat« atvtc la inarre; 
"die htarra; en bas Bret, rriWrfer. 

Marbeb : Labout^r avec'la inarre. 

Marres : J^ux d'en^ih). Fojrez 

MARktLE. * ■ 

Ma RBI , mofi : Chagrin , ttSiigi » 
qui 'a dn regret id*airoir iait nne 
^oit ; moertns, 

,Vi»^ UBg pen eotre pe» amorei^x , 
"Vpui vem-zbien alii sonf p&r moTcottduyk; 
li^s iktigk hVnr^x , ^i U^ret fakikurebt , 
Jie» anga4«)refiz , lei avire^ dolotenL , . 
•Let onga ^iMrrif, aiitr^ f^^M** ^ deiiduya , 
Jt Ips dopt^, ]« if s yaios , je les duys ; 
Hz ont par moy liesses 6U cUmcAini ^ * 
Oh serrice Onpido Mte d*atoo6r»; 
'-• " - '1 ' LU Danoe^muc A^%m^b$. 

I^AnKiAir , rhdfrttri ,' inhrrieih , 
manden y/narrin , merrain^ fuerretk , 
merrieh ^-'Tbus^ifSfiaXiSc * pVopres .a 
b^tir: bois a faire d^s 8ouves; md^ 
tcriamch. Vpyez SJfAAilfj. 

Marrir : Afniger*, chagriner, ihal- 
^^faiter^ mc^K^rei en bas. lat. marrire. 
rM^^Mjjx : Mala^i^ 4e matxice , ,1a 
matrice eile-mdme ; et Maurice, i^oxn^ 
pi:qpr€;r4?^Qmiii«. . 

ULa ifi issoif : Tf i&tesse>, Jftf ine ^ ch^ - 
S^^ ti^ifl^tiou it n^f^Qr ; en bas. lat. 
marritio, 

[ Mab^ocbb :. B^t^ ^^^^^^^ cpntre 
^1^ aofsure des ')»^t£s. ^enimeusea ; 

MARBOcHB:£^«a^de pi^ti^e iTUJrrr, 
ouftil dc jard^iicr cl^>TpijreSj,ouvricr» 
qui travaiil^nt a la terre. 

irrand nombre d arbres , ponop* mtarocnesg. 
'plbcftblis, «effo«lf^k\ fctttiTf^iMHllAl'irc- 



Digitized by 



Google 



i4S MAE 

chet, triiellOT, coigm^i, scrpet, alet, do- 
loiret, forces, cizeaulx, tesalUet, paellet, 
viroleU, et yibrequini. 

Bubelais ,lw. S^ chap, 9. 

Mae&ochon : Petite houe ; de 
marra. Vo^en Mae&e» 

MAmAONEa : Couper da mairain 
on bob de charpente. 

Maasault : Marsal » nom propre 
d*uDe viUe de la Lorraine , mot cor^ 
Tompu de Marcel; MarsnUum, de 
Marcelium. 

Ma&saus : Le saule m&le ; en baf . 
lat. rruwsalix, 

MAascHESGHES , morsogt , mar- 
saige^ metrseche, marseiche, morses, 
marsingCy marsois et bled marsS : Les 
menus grains, ceiu qu*on seme an 
mois de mars , comme jes orges » les 
aToines,&c.; mardum frumentum^; 
en hns. IsLt. marcesdua , rj^arseckia; 
en Langued. marsens, marsins, ntttt- 
saous. Yoyez MAa^AicHS' 

MAEtB : Mai^syas^ nom propre d'on 
aatyre , fils d*Hyagnis le Phrygien ; 
Marsytu. 

JiA'ntziy marselloire: Boucherie. 
Foyez Magbl. 

MAESELiEa, marseilUcr, marso-- 
tier : Boucher; macellarius* Voyez 
Macklier. 

MkWi%^t^t% 'iTnarseillez : Monnoie 
frapp^ a Marseille ; mtrssiliensis 
moneta. * 

Marsoleaux : On app^lle ainsi, 
en Anjou, les linottesdont la gorge 
est rouge ,- et qui naissent an mois 
de mars. 

MAETEAtr, pour Morteau / Tfom 
• d*un canton prcs d' Auxerre ; et fosses 
qa*on fait au travers des Tlgnes , oil 
les eaux se perdent. 

MAaTEAtix : Xeu des petits palets. 

Maetel, martiau, mardcLx : Mar- 
teauy if^Cy arme offensiye; manioc 
hup martulusp martellta ; en has 



MAft 
Bret, mariol, Faire mariiax de scs 
dens : Trembler de froid. 

Maetel^is : Cliquetb , cboc des 
armes en les frappant les unes contre 
les autres. 

Maeteeoe : La Toussaint. 

Maethelois, marteloge, marterin : 
Martyrologe , liste on caulogue des 
saints et martyrs; de martxrotogium. 

Martinet : Machine de guerre 
pour Jeter des grosses pierres , forge 
dont les marteaux sont mus .par la 
force d*un moulin. 

Martieke , mardriery martyrer : 
Tuer, faire mourir, tourmenter, faire 
souffrir le marlyre. 

Malbenreaz rait , oa k maUieiireBx nuusUe , 
QdI Unt d« fois» Rormoyha desir^, 
Q«*aiipr^ de lay u d^etse peust ettre , 
Far qui long tetaps AaMor Tha martjrrd. 
Or e&e j est ; wuut ۥ Dlen ha tir^ 
Dedens ton cceor autre flesche nouTelle. 

Marot, Dizain, page 485 de tidition 
de Ljron i553. 

-, Maeteat, martroy .-Tounnept, 
supplice; lieu ou Ton execute lescri- 
minels ; de marlyrium ; en Grec mitr- 
tyriom Les'paysans du Languedoc 
^ppellent le jour de la Toussaint 
niartrouy martro , c'est-^-dirc , jour 
des martyrs. • 

MARTa^^ : Martyr, yictime; du 
Grec martyr; en anc. Prov. tnartor; 
4e la le nom de Montmartre , pour 
mons Marty-rum ; d*autres auteurs le 
fopt Tenir de mons Mards , mpnta- 
gne consacr^ a. Mars, comme on.n 
d^ most ^ou y^fpmr moms /ow. 

Tote It Trhkitetx at s^neit ea nnitre terre* 
li Bngle i oat ieaMit , etii Apoacle, •efaieil'f 
ont asfti li martre, et II confeMor «« U v^- 
giBea. Senmmfjde Si Bernard, Jbl. ipS. 

Stminavit in t§rra tf^^ iota Tri^ita^, 
seminainruntjingelip€iriterefjipostoIi, temi^ 
riavenuU m%nyrc% et confessores,etvir^ints, 

MAATEOfiu^ : MfV^Upe ou espeoe 



Digitized by 



Google 



MAS 
de pi^ge propre k prendre def mar- 
ires , des fouines, des belettes, &c. ; 
de martes; en bas. Ut. mediatera , 
metiiaiura; en bas Bret, mart, fouine. 

Maetuber, marlyrer^ mardrier : 
Condamner an supplice, tonrmenter, 
£aire sonffrir le martyre, fiiire mon- 
rir; de marlynutn. 

Maetyeai&b : Of&der d*ane ^lise 
eharg^ de conser? er les reliques des 
■lartyrs ; custos marty'rum ; dans Gr^ 
foire de Tonrs ; mcaiyrcaius. 

Maeulibe : Bf|rguUlier, admiais^ 
tratenr da temporel d'une ^glise; 
muitricularius, 

MAEtiLLEUx : Admirable, snrpre- 
nant, merreiUeux; rnirabilis; en bas 
Bret, nuuvaiik, frutrveiil, nuaveillus. 

MAEYOii , marvoiez , marvox^ : 
Foa y enrag^ , ^r^ , hors da bon 
sens , de la Toie, da chemiu j^e maU 
et de via. 

TtH doufl peret , poor Dm merchi , 

Umi k un tku que je lb! chl , 

Si nuuvoieM et ai derves , 

Tr^ doutt pere , que tooi tares; 

SI Toas cootal tout mes pechi^ , 

A Boat grant ire , et courchl^. 

L$ Diet du Barisei,' 

Maeyotee , maruoyer : Extrava- 
gaer, s'^garer dans ses paroles ou 
dans sa condaite , £tre hors de la 
▼oie , du chemin , hors da bon sens; 
maU viare. 

Quant Hz rlrent que par ung teal homme 
eulx dix estoient detconfia , et \^% antret qui 
derant la porte estoient, cniderent tons ifitf- 
ruofer {marvoxet^ sans plus attendre lenr TJn- 
drent a secourt. Eoman de Gerard deNevtn. 

Maezachb : La f6le de FAnnon- 
elation de la Vierge , qti*on c^lebre 
an mois de mars, f^oyez Mae^ aichb 
et Maechescbb. 

Mas : Mets , ragout 

Precioftt sont li mat, mais li Taisael m 
tout mi« ti precious. 

Strmom d^ & Bernard, fit, 91. 



MAS 149 

Fretiua fmdem nun lercafai , $$d 'vmta 
mon adeo prethsa, 

Mas , mageon, magion , masage , 
masaige , mase , masgion, masU, 
masnage , mtufde , masoh , max , 
meix, mex, mogeon : Tenement et he- 
ritage mainmortable , des personnes 
de servile condition et de mainmorte, 
piece de terre, pftturage; de massa; 
hutte, barraque, m^tairie, grange, 
maison , village , bourg ; fonds ou 
heritage appartenant a an m^me sei* 
gneur, mais divis^ en plusieurs par- 
ties ^ales , qu'on affermoit k diffd- 
rens paysans ; de mansio ; en bas. lat* 
massa, massum, manxus, masus , 
masagium , masiUnium , masinia , 
masada; en anc, Prov. mthul, maza, 
mazat; en Langued. mas; en Any. 
mmsu ; en bas Bret, et en Gallois ma, 
maes, meas, 

Mas : Triste , abattu , chagrin ; du 
verbe mater, ^tre triste, 

Lors 8*en est Bel-acueit fool, 
Je demourai moult eabalii , 
Hootenx et nuu, si ni*en repena, 
Qtt*onqnee je Ini dii uhhi ponrpens. 

Roman de la Rose* 

Mas : Plus 9 pounru que. 

Masanox , mazenge : M^sange , 
oiseaa da genre du pinson , et dont 
il y a plusieurs especes. 

Masaus (terres) : Celles qui ^toient 
sujettes au cens appel^ maasse. 

Mascbot : Espece de grange sai# 
toit. 

Masclb : M^e, viril; mas. 

Tout matcle dont la char dn rit ne sara 
pas retailUe , sa alme sera oiXhe del poeple. 
Traduct, dg la Bibk, GetU$e, 
chap. 17, vert. 14. 

Masculus , cufut prteputii caro eircumcita 
non /u&rie, delebitur anima sua iUa de po^ 
pmh SMUK 

Mase , masse : Troupe , compa- 
gnie, assemblage; massa; maison^ 
m^tairie; mansio. YoyeaMAS* 
3 



Digitized by 



Google 



^5^0. MIS 

nage. F^ojez Mac el. 

SiAOiaiLB, mmefitr : Aouob^r, 

, Mjuburitt: l^tettdiw, territoirey 
Mssorl d'nnc jurkliotiofi. 

MAMif^TT^ :. Pistite aMiiaon^ petite 
bafaiUitioD ; de ii%aasio, 

M A83iE , Masse^ Mtxacms : Maxitas <, 
mom d*k6iiime; MOfXimus. 

Mas3»acc9 maime, rmjiismv, map* 
m&, masmly masorti mtsxon: Maison, 
lo^is , habitation , demeuve ; fiuniUe 9 
domeaticfue , miiiaoD d'na gr^id; 
ptansi^ Voyex Mas. 

MAaonAOK , wuksnagc , : On» cm 
TodeTai^oAuruB^ maisosi* 

MAtcnrrKR, rttamcetr mmsfomer, 
masstmyer: Locataire, eehii qui tiant 
line maison a loyer, habitant , nift* 
nant, cspece de' colon ou fermier qui 
devoit un cens-pdur oe qu*il occupok 
en maison et eo^ terrea; mandonmus. 

Masque : Sopciere , diseose de 
bonne*aTentur6. 

Masqueli^ , masquetS : Tachet^ , 
inarquet^ de diverses couleurs ; Borel 
le derive de talizmascd, masque, d^- 
guisement. 

Massaige : Mdtairic, fermc, maf- 
son des champs, P'ojez Mas. 

Massaat : Tr^sorier des deniers 
j^^une ville; massier, celui qui porle 
^ne masse; en bas. lat. mdsserlu^. 

Masse : Quantite , abQndaiice , 
grand norabre; c'fetoil aussi Ic nom 
d'une' aticienne rtlonn6ie d'ot pesant 
cinq deni«i:s 4ouze grains , qui fut 
ffapp^e sous F^ippe-le-Bel. M€isse 
d'un ponty le massif » la tdte d^n 
pent ; d'oii le dimiAUtif mctMeiiB. . 

Masselle : Joue, m^choire; m»r 
sdUa; d*o«i le verbe f n aM e r, laieher. 

Massicault : Dvoil qvii se pero%- 
Toit, i Rodoid , ani: 1» taate diMi ▼iiift. 



MAS 

SJUaao-Bioou , mar^oljifir, manou' 
U^rytfletjm>uli^: Boucher, assommeur 
4q ^MRttl^^ g<kv^n boucher ; macel" 

JdAssoN : Botte de chanvre , paquet 
de plusieura chosen AfiTA^ir^ nm$son, 
arohitecte. 

Massonibe , maseon^er, Yoyeai 

MAMotyiHBat rnassouyer, ntazor 
ider : Jardisier, fermier^ en anciea 
Prov. mazaoadie; en Measin rnetsais* 

MjkflfsouYAOE : i|erbage, legume, 
polttger. 

Massuette, massuete : Petke maa- 
avie>) m^lek; de ri%as$a, tna$$ula. 
Voyea Magb. 

Maatav ^ Cena d4 imx «a mov om 
fn^UuFie; de mansion 

MA^RifiB : Matinee, k malin; 
de 



maae. 
Hasteb 



MAsfERBAv , masterel : Le petit 
mkl d'un nayire. 

Mastin : Doguo , gros chwn ; 
mastinus, 

Mastbb : Martyr, martyr; archi- 
tecte , magisier, Voyea Mart&e. 

9((ikau iBa V momsiaire : Procureur 
4'un couyent , ^conome , qui a soin 
de la maison ; mtmsionarius. — Le 
Traducteur des Diajktgues de S. Gr^ 
goircy parlaot d'une fille paralytique 
qui prioit S. Pierre de la gu^rir, lui 
ayant apparu, il lui dit : 

Vft a Aoo«^ lo mamitr tit proi la! , et il 
tot retlablir*t A-MMteit. 

DuU. ds S. Gi<4goir6, Up, S, eh^p. a5. 

Vade ad jicuntium mansionarinm et roga 

Mtum, 9tips^t6$ahidT^iitH4k, 

MAsuaAoa. : Cens, ou redevaace 
sur utie maison ou m^lairie« 

Masubeau , masyre^e : Cahmte , 
masure , maisonnette , maison d^- 
truite ; an pluriter masuraux; en bas. 
lat. masunL Cta fl|%i» max apcore en 



Digitized by 



Google 



MAT 

ntage dant la Saintonge et TAn-^ 
goumois. 

MASuaiSR : Qni est sujet au droit 
de masurage; fermier, ctdtivateur. 
Foyez Mas. 

Mat, mate, matte : Triste , abattu , 
mdlancoliqaCfCODfondu, froid ; et par 
extension , yaincu ; d*oil, selon Bar- 
baza o, le terme du jeu d'^hecs , 
edkec et mat; un homme echec etmat 
est Yainca , est triste d'avoir perdu. 
Je ne dirai pas , continue Barbazan , 
qu*il yient de TH^breu m€it, mort, 
ni de I'EspagnoI maUtxr, taer, ni de 
mattuSf je ne sab en quelle langue, 
comme Font ^rit nos ^tymologisles ; 
mats de marcescitumj de nuureescere^ 
fl^trtr, lang«ir, se faner ; le chagrin , 
la douleur, Taffliction , causent tous 
ces mauz. On me dira peut-etre que 
ce mot est bien abr^g^ ^^ r^ppndrai, 
dit-il , qu*il x^*est pas le seul qui soit 
dans ce cas ; de novice on ^ fait nice; 
de misericordia, merci; 4c pantho- 
lari, parler; de craticulay gril. Les 
cinq lettres de merci, S€ trouvenf 
dans mitericordia; les trois lettres de 
mat, sont aussi dans marcescitum. 
Maty quoi qu'en dise Barbazan , ne 
viendroit-il pas pliA6t du yerbe ma$^ 
ter, fait du Grec ^•irwi, je p^tris , j'a- 
molKs , je faconne , ou de mactare? 

If e i'tn tint pat encor atant , 
Poor ce qu*il ue «D*aUaftt flafaot , 
Ain^ois m*en fist a force prendre; 
Car D*7 osoje la main tendre , 
Tant estoie mat et Tergo^neaz , ^ 
A lol de povre besoigneux , 
A qui honte a la boucbe doie. 

Soman de la B»se. 

Mat : Terme du jeu de^ ^hecs. 

Mat, mate, ma$t9 : l«ak caiUe ^out 
OA fait le fromage ; ces nMtf s sont 
encore usit^ 4ans piusieurs pro- 
vinces de la France. JikHf d€ iaict : 
Fromage a la crtee. 



MAT iSi 

Mata : Butte , tertre , certaine 
quantity de terrein. 

Matabls : Battant de cloche , mar- 
teauy maiUet 

Matacbims , maSassins (les) : l(om 
qu'on donnoit, au xvi* siecle, a la 
danse armee qi^ pyrrbique ; de lit ma- 
tachinade, matassinade , action de 
la danse arm^e ; et enfin matficfuner^ 
matassiner , danaer la pyrrhique. 
y€^e% rOrch^sographie de Thoynol 
Arbeau (Jean Tabourot) , in-4^ Lan- 
gres, 1596. 

MATAGao90i.Msa : Sedonuer beau- 
coup de peine et d*embarras pour n« 
rien faire qui vaille, dans Rabelais. ' 
. Mati^, matte : Triste, abattue, 
afflig^e. 

Mate cHixaa : Visage uiste, abat- 
tu 9 afflig^. 

Le mal d*aymer luj toacha au cuear •! fort, 
qa'elle deTint moalt mate, Taine et mome, 
et dist a (avecl mate chiefe. 

Roman de Gerard de Nevert, 

MatE'Faiv : Sorte de p4te fvite k 
la po^le, espeoe dis cr^pe; lorte de 
pain fort lo«fd et rassaslant. 

Mate-gbiffon : Nomd'ttn eh&teau 
qui, sdkm !>• Carpentier, Int bftti 
pour contenir les peapks nomm^ 
^iriffoma. 

Mate LAS, pour matras : Trait 
d*un# gros4e urbalete ; en has. lat. 
maiaruf; ea ane. Pro v. materoun\ 
Voyez Mataas^i 

Mate a, matir, mtttter : Yainere*, 
dompter » abattre , coufondre , r^- 
duire k Textrimiti^, causer de rennui* 
du ehagrin , de la tristesse ; de mae^ 
tare ; et selon Barbazan, de mar" 
i^c^re. 

Cerita ta n«aa , 

Jm. oe te qoiert de ce (later, 
*tu D*as paa Bien pour not mater, 
* ^Cliercher lea Ihrrea aooteut, 
Tit B*M pM bout togieieus. 

^iffman de la Rose* 

4 



Digitized by 



Google 



iSa MAT 

Tentent de fau< religieox, . 
De« feloiM et malitleax. 
Qui Tabit en vuelent yestir. 
Main leur cuers ae Tadeot matir, 

Bibh Guiot, 

Matb&as, matras :'Matelas; en 
bas. lat. ntatura, matalaciuniy m€Ue^ 
racium ; ea bas Bret, matalacz, 

Qoant la Rot rint en sa nef , il ne trouTa 
onquea que sa gent lut eustent riens appareil- 
1!^ , ne Ut , ne robes , ain^ ois li conriut gesir, 
tant que nous fumes en Acre , snr les mate^ 
ras que le Soudano U aToit baillez ; et vestt 
les robes qne le Soadanc li avolt fet bailler et 
tailler , qui estoient de tamis noir forr^ do 
vair et de griz et t avoit grant foison de noia«M 
tooa d'or. Joimfille^Dog, 85 de FimprimS, 
ttfol, ao9 du Mss, 

HATsas : Snjet, matiere ; materies. 

Ce me reconte en ma maur^ 
Qae Jnlieus 1! Empereve , 
Qui Dieu guerpi et renola, 
Qnant c»ux de Perse guerroia. 

Gautier de Coinsi, liv. a , chap, 3. 

Matkaien. Fojrez Maieav. 

Maths : Fosse , tombeau , trou, 
cercueil. 

Matheu : BfathieU) nom propre 
d'homme ; Mattheeus; d'ou Matkelin, 
pour Mathnria. 

Matht , Mcukiex : Bfathias , nom 
propre d^homme. 

MATismE : Mortier, endait; de 
thateria. 

. Matik , lo dntuin : Denudn; mwiS. 
S. Bernard Temploie • tres - tonvent 
dans ses Sermons, pour eras, cra^ 
tind die, Voyex Jaikes. 

Or qnant il (S. Benoit et Sanlte Seliolas- 
tiqne) enoor s^oient a la table, et entr^ lea 
aains parlemens, pins tardive hore aoi traoit, 
cele meiame sainte fame nonalas sa sner proiat 
Ini , disant ,' ge te pro! ke tu ne moi biases 
pas en ceste nuit , par ke noa joakes al nuuim 
parlous alcune chose des joiea de ia celeste ▼!•. 
DUd, de & Grdgoire^ UtK a, chop. 33. 

Ckmque iMitc ad memam sederemf, et 
intir sacra coUofuia iardior se koraprotrtt' 
hereto eadem umctimonudis Jemina toror 



MAT 

ejus eum rogavU, dicens : qjumso te ne ista 
nocte me deseras , ut usque nuni de ceelestis 
ntitte gaudiis loquammr. 

MItinel, matiner, madnier: Re- 
pas du matin , d^jeiiner ; de matuti^ 
nus; en bas. lat. matudnellum. 

Matines, maUner, matinier: Heu- 
res , livre de prieres, ou livre d*^glise 
contenant les matines, et sur-tout, 
dit D. Carpentier, Toffice de laVierge; 
matutinalc. 

Matiwet : Le point du jour, Tau- 
tore; matutinatus, 

Li lit^nrent aparilli^ , 
Mais moult petit i reposerent , 
Car moult matinet se levercnt , 
Lor ceyax font aparejUier, 
Et courier et estrilUer 

Roman de Dohpatas. 

Matinier , matin^r, matiniour : 
Malinal , qui se le^e de grand matin ; 
matutinus* 

Matinier , mattrdere : La partie 
de I'office divin qu*on appelle madnes. 

Matin lEE : Chantre ou chapelain 
k gages , qui assiste a madhes et aux * 
autres offices. 

Matie : Confondre , rMuire a Tex- 
tr^mit^ , causer de Tennui , du cha- 
grin. Fojrez Matee, 

Matire : Sujet, traits, matiere, 
mat<^riaux ; mcUeria ; en bas Bret. 
matery. 

Bone parole , bon len tient , 
Et oil qui Tot , et la retlent, 
Et met a orre , fet qne sage , 
Et oil ne fait pas son demage 
Qni la dit , envois fet son pren , 
Ters Dien , qni en tens et en lea 
Li merira , jk n*en dout rien , 
Kar il gnerredone tot bien $ 
Por ce m'est pris talent de dirf 
TJn conte de bone matire 
Por Creattens ^^fier. 

Frohgaedela Fie de S. Aliexiidmu 
la Fie du momde. 

Or ▼net commfnoer ma madre, 
Ovida dit , mti ciht TaevU dire , 



Digitized by 



Google 



MAT 

IiM formet qui ma^t fnroit 

En noDT^anbE corps. 
Ovide, Mss. cUiparBortl; e'est le com- 

mtencementdu Uvrt desMitamorphoses : 
In nova fort animiu mutauu dicere for» 
^as, corpora, etc. 

Matoisement : Finement , avcc 
adresse. 

Matoiseeie : Finesse, fourberie; 
de mala astucia, 

Maton : Fougasse , gdteau de p4tc 
ferme ; en bas. ]at. matonus. 

Matoh : La it cailM. 

£rm«, j*a( tel fa^n que je moir, 
F€t-fl, toot boilii Xt maton. 

Le Filain de BaiHuei. 
Chavdei tartes et chauz flaona , 
Vieaent en grans pUtetox rooaa: 
La craime Tint Unce lev^e 
Parmi le fons d*une vaUe ; 
Li fr^s fromage d^autre part, 
Vinrent poignant par nn easart, 
Ct apria Tienent U maton, 
Ifnint m^ de lait i T^ist-on. 
Bataille de Kmretme et de Chamage. 

Maton , Mtuhon : Matbien , nom 
propre d'homme. 

Mate AS , matraste : Tiait , dard 
qui aToit nne grotse t^te , et qui , par 
cctle raison , ne pouvoit percer : il 
meurtrissoit senlement celui qui en 
^toit frappe ; de mtuara,- mataris; 
en anc. Prov. mturas , matmssino. 
Cc mot a signifi^, au figure, sot, 
niais, lonrd, ^pais* Foyez Mateaas. 

Mateassee : Frapper avee nn ma- 
trasy assommer de coops; mac(are; 
en bas. lat. matetre ; en Langued. 
matrassa, 

Matee, nuutre : Poser, arranger, 
placer, mettre ; mittere. 

Enai ke not en nula UMuiiere ne matttens 
en negligence let pet^iiei d'enfcnoet^it et de 
aon tachanee. 

Sermons de S. Bernard, fol. 63. 

Vraxrti met, nee tnfimutatu, nee ignormi^ 
tim peeeata uilo moth pond peadeatea. 

n eoTicat ke derairt totti akm cbosei aof 



MAT 



i53 



mattei lo nom de saWeteit U In^a de grant 
con»oil. Mimes Sermons, fol. 68. 

Oportet, inquam, tit anA omnia nohis mm- 
gm^consiiii Angelas sahitis nomen imponat. 

Mateemoigke , nuurimoine : Ma- 
ternel , biens maternels ; de matrix 
monium, 

^ Mateemoigke , matrimgine : Ma- 
nage; matnmonium. 

Mateicdle : Registre oik Ton tei- 
Tok le nom des pauvres entretenns 
aux d^pens des ^glises; matricula. 
Ceux qni ^toient charges de cctte 
matricule se nommoient matricu-^ 
iaires; cenx qni y ^toient inscriU 
immtitnculez. 

Mateolooe : N^ologe, mar- 
tyrologe. 

Mateoite : Cc mot, dans les xii et 
xiii« siecles , serf oit a d^sigoer nne 
dame qualifi^e, nne femme remar- 
qnable et distingu^ par ses qnalit^s, 
ses Tcrtus , sa naissanoe et par son 
rang ; il sen maintenant a designer 
ce qne, dans ce m^me temps, on nom- 
moil nne vemriere{obstetnx)^ et assez 
improprement anjourdlin], une sage- 
femme, bien qu'elles ne le soient pas 
pins qne d*autret. Dans les xiv et 
XT* si^es, ce mot fnt employ^ pour 
designer nne hotUiere(\ojez ce mot.) 
on entremetteuse, femme qni tient 
maison de prostitution , et qui pro- 
cure des fillet , des prostitu<^es. 

P^trone, dans son conte de la Ma- 
trone d'£pb^e, entendoit par ce mot 
une femme de quality. La Bibliotb^- 
quc Imp^riale possede un Mss. du 
XIII*' aiWe, Fonds de TEglise de Paris, 
cot^ N, n^ a, dans lequel se trouve 
la traduction de cc conte. Le traduc- 
teur dit que cettc Matrone estoit 
une Dame yeuTe d'un Viscomte de 
Lobereinne {roxez les Fabliaux de 

BariMEan : De celle qui se/ut 

sm* ia/oue de son mari; tir^ du Msa« 



Digitized by 



Google 



i 



j|,54 M A U 

de Tancien fonds, a^ 76 iS). Ces deux 
Mss. D6 ditent pa* que cette dlime, 
4Unt k garde V le corps de sos SMiri , 
fut aconetlHe par un soldat, imnrpav 
ua chevalier. L^^ Fontaine, qui a 
doaue ce conte eowve \wA de P^ 
trone , a traduit avec raison « le mod 
m/'/e-f par soklalM quoique dans ]es 
XI , XII f xiii et xiv^ ^ieeM > iin/^^ ail 
Aiguifie ua chevaliev. 

Une Hoifle Dame es tantriie^ Ae 1V>tcliiie 
AToit line brut. 

Viai. de S, Gregoire^ Iw. \y cht^. x«. 

Ce qui est rendu en Latin par 

Matrooa quoidkim. noHU$ in nHcink parH^ 
bus Tuscke nurum habebat. 

' MATAOif^B , m€Uronique : Lieu , 
endroit destin^ aux matrones , aux 
letnmes dans )es ^^aes * et s^par^ de 
eelui des homines '^mcttronteum. 

Matt ABAS : Espece de drap d'or. 

Matt Ai KB : Nom donn^ aux M<- 
preux qui coiichoient sar des nattes 
de joBc; mattarius. 

Mattir. Voyez Mate a. 

Mattone r Brique \ matokus. 

Maturemeut : Avec maturity , 
promptement , dtligemment ; ma^ 
turate, 

MATUTiNAias : Lirre qui eontient 
Foflfice des ma tines ; meUutinarius, 

Mattmos : Prieres du matin. 

Matz : Ferme , m^tairie , maison 
des champs. Voyez Mas. 

Mau : Flexible , mou , moHet ; 
mollis, ' 

Mau : Mai, souffirance ; m^chant , 
^auvais , m<ichamment , nni^ible<« 
yient; male, malum, 

Tant grate ohierre que nuut gist , 
Qui Dleu lesie por son de^nit, 
Im efaievre rethcaible qni gvst^ 
Tant ^« de ia terre hit nau. 

La Fie des Peres, 

MAuaAiLia : Mallrait^ 1 d^inut t 



M AlP 

Dex le fera ton sans (seal) qui est £s d^H&rle , 
Ne ja ne trovera nul qui la coQtredie , 
Kt li saint treiuhleroat , neis saiate Marie, 
Aura le jor pitit 4« 1a gent maitbaHlie, 
Boman de Tiebautde Mttjdli* 

Maubec : Medisanoe, cakmiBie; 
mnuvaise laogue; malum vectum^. 

Maubbrt : Albert, nom propre^ 

Maubeuce : Nom d*une cloche a 
Abbeville , qui r^gloit les heures des 
ouvriera- 

Maurouoe : Droit sur le vin, qu*on 
leva a Paris , depuis i Soo jusqu*en 
1648 , et qui prit son nom de Richard 
Maubouge , qui Tavoit etabli. 

Maubu^ : Mai ieasiv^ , homme en 
linge sale ; c'est de 2a qu« vient le 
termede m^lhhu^, 

Mauclebc : Mauvais clerc, igno- 
rant , Toppos^ de grand clerc, qui 
d^signoit un savant, ub erudit, un 
Glossateur; melius elerieus. 

Maucboi, maucrois f* maucroix : 
Croix de malheur, croix de douleur. 

Maubaasmt : Maudit, rejet^; de 
maledicere, selon D. Carpentier. 

AtAU»BHis, Mmmdekaii , maude- 
ha&, maudehet : Malheur, dbgraoe, 
ddplaiftir, mauvaise rencontre, im- 
pr^eation par laquelle on sonhaittt 
dtt mal k quetqu'un. Voyez Dbhait. 
•— Ur hermiteveiit confiesser un che- 
valier, eetui-od lu4 r^pond : 

CTonfesser, fiiit-il, chaste DIahle 
Baceerat jo« de eboo ea lUble? 
Maudehaii i|ui pwir ehoa ira 
lie qui les pi^s i portera. 

ie Dictdu Barisel, 

Maudedmeht : A tort, indument. 

Mau DIGS , maudigee : Merveille > 
prodige. 

MAunisEircE : M^disance, mauvais 
propos; maledictum, 

JlAvnisftov : Malediction f male- 
dicuo, Yoyea Mx^n^iou* 

Maujdit, maudicl, maudtdt : Ce 
qui est avanc^ P^-#^|^rop9$ par un 



Digitized by 



Google 



M A U 

aTooat dans la defense d'ane caase 
ou dans un plaidoyer; mal men^, 
mai conduit > male iiuctusm, 

M^UDouLi 9 maudoie: ^laladroit, 
■ial£ait , mal ajust^ , ks^li , VBf ti^ 
que; mal^-dokUus. 

Maudvemxmt : Fait a toopt^iAal-iH 
pro|»rof , indument , sans rcQexion. 

M4UOUIT : Mai iB«n^» mi4 GODd«it ; 
male ductus, Voyez Maddit- 

IfAUPAift, maufaii , maijfaiteur, 
maufaideres y mauf4y inaufeizy mau" 
/es, maufeteur, wuiuf^y tHayffdC" 
terre y mauffait, mauff^terr^ : MaU 
fmt^ efttropie ; qui «tt malfiftisan t v mal- 
£u(eHv^ cnminel, diable^ d^moa , 
m^cbant » maayais ^ mai^acuts ; mor- 
l^acior. 

Un j*r aTitit que K mm^ 
Fureat l^ens toifc ••senlUe'a 
D*Enfer iMirent por conqnerre 
Les ames par toote U terre. 

tdhl. de S. Pierre et du Jbagtior, 

Cn desloianx que je TOut name. 
Seneqnis mist-il a maftire. 
Son Immi vettre, et U ist aalre. 
Quel mort morir M ▼o n dpoi t ; 
Qanti viae qn*ea«liJip«r nt pooit, 
Taot aatoic puiMaat li msuifez • 
Dont soy fiat-il aa baio^ chanfoz , 
Puisne desdiaper »*ea^ noiant , 
Je me ferai aeigner dedans. 
Bomaa de la Hose , parlant de Niron, 

£t fox q^ le con tant am«« 
Qu*!! en oublie en la fin aVme » 
Que Dies pour r*«votr 11 presta, 
Et il fat taut que maufsM Yt : 
H f«t comne U malfaia aergana , 
Cni "ses Sires presta besana , 
Pour moateplier. 

L'imagetktMomde. 

MAUFiau : ttauvab dieva); et mA- 
bdie de cbeval; maiejerus* 

)fA¥oa : MaMve, Icviar, ^oa et 
fan^ bAton. 

Mauoist , mamf^M : Mal ooqeW 9 
.aud h^lberg^; d« male t% itjacere. 

Meaditvnt riches gAbe et r)C 
Qoaat il vott pavMt distteta, 



M AU 



i5i 



M^ cbtat fbUe , oar on dlat> 

Tant grate la clftieTre, qae num^, 

Et que mauT^s est ses o^teux. 

Le Dtctdu MddisarU, 
Maugiste : Mauvais gite , mauvais 
logemeut; de mali et dejacere* 

£t Tantre estolt nne rielUeU^ ^ 
Et en poure maisonette , 
Clbse ae peus et de cerciaux , 
Come nne yles toief a porcianxi 
Maint jor aToit pesant et triste , 
(V pen pain ayoit , et maugiste, 
Gaiaier de Coinsi, tiv. a , chap, lo^ parlant 
dune vieHtefnnme que Dieu visita, 

MAucaA TEU : Malgr^ moi. 

MAUoai : Malgr^. MaugrS-len , 
maugr^Kn, n^ugr^tory maugr^ 
sien : Malgr^ lui, malgr^ euz. 31au^ 
gre-b^y sorte de jurement; de mali 
gratus* 

Et at disoient, betas 1 or est pass^* 
Et par la mort maugri nous trespass^, 
Des loc le loa et ahots des cbois Ai monde. 
Complainte de la Comtesse de Cftarrvkk, 

Ma<jcr]£akt: Ddsagr^ble, d^plai- 
sant , mal gracieux ; malS gratus, 

M AUGEi^Ea : Jurer avec impreca- 
tion » blaapli^mer eontce Dieu et ses 
saints, pester, toe d^sagr^able, en- 
nuyeiix ; mal^ grat^are ; ea bas 
Bret. maugreoL 

MAVGRisua : Gelui qui jure , qui 
blaspheme , d^plaisant , d^sagr^able. 

Maugeemeit, liaea mathgr^ m'en : 
C*est maIgre%noi, eontre w&k gr^.— 
Un bermite presse tant un cbe'^alier 
de se confesser, qu*il lui dit : 

Coment, fet*il, ette* vons t^a. 
Que par forabe ^re m*esenet? 
Pals •^avttemefkf ettre ne p««t 
Ifaa^rawMM nea le rona difai« 
Mais \k c^ertes plus u*en ferai. 

Le Diet du Barisel. 

MA0GBS1IS1CT' : JuMBMnt , bias- 
pbhue; tmaA% cUaagi^mtat, con-* 
trari^t^. 

Ma^l : licmle, modele ; mmdulus,, 
modellus. 



Digitized by 



Google 



i56 M A XT 

Maul : Moulin ; de mola. 
Maule : Meule de moulin ; mola ; 

il s*est dit aussi pour moule. 

Maulvaiskti^ , maulviusti^, maul- 

vaixti^ , maulvesetS, mautd : lifalice, 

m^hancetd; maiitia. 

Amour respont ne t'e^MMinte , 
Qoaot ta conseot a moo entente » 
Ton serf ice prendrai en gr6 , 
Et te metrai en hunt dtgri, 
Se rrum!v€UStidnt tVn retrait* 

Roman de la Rose. 

Maumenee : Maltraiter, mal con* 
duire, toarmenter, harceler; tnalS 
minare. , 

Maumetre, maumeWe : Mal pla- 
cer, mal arranger f mal poser; maU 
mittere. Maumetre son voeu : Fausser 
ta promesse , manquer de parole , 
agir contre ce que Ton a promis so- 
lennetlement ; maiS mittere. 

Mauh ACE , maunaige : Droit de 
mouture. 

Maunez, maun^ : Rustre, gros- 
sier, de basse naissance ; mal^ natus, 

Pierre de Seiot Cloot »i tmeTe reicritnre , 
Que maunez est li arbres dont 11 fruiz ne metire. ' 
La Vengeance d^Ahxandre , p€w Pierre 
de S. Cloot. 

Maupae A vs : Qui a mauvaise mine, 
hideux, d^sagr^l>Ie ; maie apparens. 
Maupari^e : Mal arrang^e , mal 
par^e ; male parata, 
Kt Julienne Tetgaree, 
CrittiA la d^ouloar^ 
Egyptienne la pompeute, 
Augustine la mauparee» 
Bertlieline la rioteose , 
Santonnette lonrde grinuu're, 
Henriette la marmiteiue. 
CoqwUari^ en ton Enjueste , pag, lis. 

Maupaeliee : MMtsant. 
Ife toies mie mauparUers, 
lie pu^ amender te tu Tiert. 
duon en Roman, Uu. de N* Dame. 

Maopa* : Passage dangerenz, faux 
pas. 

MAuyion : Afouvais poil, Tilain 
poil. 



M AU 

MArpBETVis : Trou , foss^ dange-^ 
reus , excETation. Voyez Peetcis. 

Maupibvx 9 maupitetix : Cruel, im* 
pitoyable , sans piti^ , inexorable ; 
et saes pi^t^, sans respect ; malepius^ 

Maupoint : Se disoit d*un cba^ 
noine qui avoit ^t^ marqm^ mal-4i- 
propos, ou points fraud nleusement, 
pour avoir manqu^ Toffice ; de mali 
punctus. 

Mauee , maurre : Moudre , Mflser 
avec la meule ; molere. 

Mauee PAS : Mauvais repas » m^ 
cbant repas. 

Maueequihe (goute) : La goutte 
sereine, ceile qui se porte aux yeux. 

Maueoi : Roi cruel , mauvais roi » 
tyran; malus rex. 

Maueee : Remuer, mouvoir, man- 
ger , mordre ; movere , mandere , 
mordere. 

Maus : Souff ranee , mal , doulenr ; 
malum. 

Maus : Mauvais, m^chant; malusm 

Ge hai TEgUae, cc est, Taon^ (raaaen- 
blage) des mamt bomea. 
Comm,surleSmutier,/oi. 54, f^» Ps. ^^v. 5. 
Qu*on doit conoitre boens et mam, 
Et deterrer let boent det faua. 

La Repentance de Rutebeuf. 

Maus : Meule ; molti. 

M AUSADE, m^iirilfa/^ : D^sagr^ble, 
d^plaisant , impoli , imprudent , de 
mauvais conseU , sale , malpropre ; 
mitle satus, Barbazan recuse cette 
Etymologic, et ^^pose maie sapidus, 
ou male suadus. 

Qoelqne ennemy b« ce brmit avanc^, 
Et qnelqoe amy m*lia dit que mal te portaa: 
Ce »ont deux bmitt de differentea aortea. 
Lat I'un dit Tray : c*eat nn bmit bien matJtade. 
Mturot, Epigr. h Crapan $ien am^, nudade. 

Mausaoe : Fou, insensE, extraTa- 
gmnt; mal^ sapiens. 

Maus^ant : Ind^ent,jnal a^ant, 
d<^placE, qui est contre la bieos^ance, 
rhonn^tetE ; mM tedens* 



Digitized by 



Google 



MAU 

llAVfBVCORiE , lisez maus en co^ 
tie : Mai an coeur. 

Maussk : Sorte de monnoie. 

Mautalbnt, mautalant, mauta- 
lanz : Colere , courroux , d^pit , mau- 
Taise Tolont^ 9 m^sintelligence , em- 
portementy d^plaisir, desir de se 
Tenger. 

Sftlchiex qn'en Den wt'm ne grant mautaknt 
Be petit ; mis cant il fet grant renjance de 
graas pccbi^. Ion aenUe que ce aeit granz 
mttmtmatu. Comm. sw le Sauner,/oi. i^^, 

Eadni reTieaent en meaon , 
Si ae coucbiereat de rechief , 
La borgolae coavri ion ciii«fy 
Qm de dormir arolt talent. 
Monlt U f u po« da mamtaknt. 
Que aes Sirea avoit eu , 
Quaot il n'a le sorplus seii. 

* Fabliau ttJuberie de Compiegne. 

Mautalehti : Pleiu de d^pit , de 
rage , de farear. 

Tant ala que Tint k cil porta 
A tout le pet, c*ott aac aperte, 
£n enfer jette et aac et tout, 
Et U pes en aailU about; 
Eatea roua cbaacnn dea Manfea 
Mautalenrit et escbaufTez, 
£t maudient rime 4 Vilaiu, ^ 

^ *Fabiiau du Pet au Filain. 

Mkvri : Malice , m^hancet^ ; 
maliUa. 

Bien U aembUa de craante 
De FAonie et de maiOi, 

Chide, Msi. ciU par Borel, 

Jc crois que ce mot est Tabr^Tiation 
de mauvaisti^ , comme il se trouve 
dans d'aatrcs manuscriti. 

Mavtollu , mautolu : Pris par 
foree et contre justice , enlev^ , ravij 
maU^toUiaut, 

82 eonune qui pouraieiit aueune chose qui 
11 a eat^ mantoiue, ou quaot on le rieut acu- 
ler d'ancon vUain caa de crieme x et ne poor- 
qnaat eatre cbea deua coaea a difference , car 
ae il eat pourauia pour choae que il ait en aoa 
eoBuaendement , et Ten It met aus que il ait 
MoalDftM et aid^l^* 

C9mtum» de Meaumsii0 ekt^, 3«. 



MAX i57 

Mautbaieb : Tirer de peine, atti* 

rcr, entrainer ; mal^trahere* 

MAiTTRB,llsez m* autre : Mon autre. 
Mautboux : Estropi^, fort bless^* 
MAUTBSTii, mauvaistidy mauve^ 

sete : Malice , m^hancet^ ; maiiiia. 

Avecques Kla^^ (du Guesclin) patsa outre 

la mer, 
lica parena <hieneloB ne le porrent amer. 
Car il ne rola onqnea k mauvaistiS ptautr, 
Dici de Robert le Diable. 

Mautilaih , mecharUviUun : ]i)pi« 
thete injurieuse donnde aux paysans. 

Mauyis, mauue, nuiuveis :AloueiU 
hupp^, petite grive de la troisieme 
espece, qui chante fort bien (le tardus 
ruber), Ce n'^st point un. oiseau qui 
Tole sur les eaux, ni une ponie d*eau ^ 
comme le dit Joubert , mais ce que 
nous appelons mauviette ; malvitius ; 
eo ba^ Bret. 'milvid, milwit, rniffit, 
miihuit* 

La mauvis qui commence a teatir, 
Et 11 douz.aon dou missel de grarele, 

Me font resorenir 
De la o4 tnit mi bon desir aont. 

Chastelaln de Cottqr* 

Mauyoisiv : Mauvais voisin. 

Mayaiwb y lisez m'apaine : Mon 
avoine. 

Mavais, malv€use, mavai.c, mof 
viis : M^cbant , mauvais ; malus, mu- 
leftcus. Estre mauvais, se disoit des 
deniers k partager entre un plus grand 
nombre de persounes qu*il n*y avoit 
de deniers. 

Tot empire par mavais hotr. 

*Jncien Proverbe, 

Mavbntubb , lisez m*auenture : 
Mon aventure. f^o/«.MAirB. 

Max , Maxencien : Maxence , nom 
dliOnraie; Maxentius, 

Max : Manx , soiiflrances , dou- 
lenrs; tttaia. 

£t enrie eat tele racine , 

04 tout U max preuent orine. 

a^man du E^nard^foL 2. 



Digitized by 



Google 



i58 MAT 

Fox Mt li ho«t ^ui ue t'l Bondtf , 
De too* let max «n qu'il hsLonde. 

Conclusion de la Vie du Monde, 

Maxeiuob : £atretien de b4tiinent, 
de maison; de mansio* Vo/ex Ma«. 

Maxie EE , moLtiere : MaBure, mai- 
son en mine ; maceria. 

Maxoh : Maison > ^abttatioii ; 
mnnsio. 

Maxoit ATE, maxenaJte : Petite mai- 
son. Fi>yez Maskwette. 

Mat : Usage dialler ckercher le 
nai au bois, et de le planter a la porte 
on ^nr le toit de rbabitatioQ d'ane 
jeune fiHe : le surean , le condrier 
et quelques autres especes , en sont 
•xdus. 

Mat (bon) : Bon temps, bean 
temps, temps oil les af^nres sont en 
feuilles ; de mains; en bas Bret, may* 
Avoir bon may : Avoir du bon temps, 
.^ti% tnmquillc 

Cote ot d*an xich« Tert de gans 
Coosae a Ugiwel tout aittour : 
n paroit bten a wm atour 
Qu'ele cstoit poi enbesoignle 
Qnant de s^ettoit ptgni^ , 
£t biea par^ «t liiea Atpm^ , 
Ele MToit faite sa journ^e ; 
Moult aToit bon tempt et bon nu^p 
EUe n*aroit #omti u^etmai 
De nole riesa fort teulement , 
De loi atomrocr Boblemeat. 
Jhman de la Rote, parlaat tCOiseu^ 
(I'OUiYcteJ. 

Mat : Espece de tourjioi, selan 
D. Carpentier. 

Mataoust : Mi-aoikt , le quinze du 
mois d'ao^t. 

Matewe I Qui vient • au mois de 
mai) de maius. 

Mateee : Fruit qui Tient4«n> W^ 
clos.ou dans un verger. 

Mathsmee : Blesser fa gj^ e ^a e pt, 
mutiler. 

Matibe» mayew. VoyeE Mmke. 

Mat &a TomtLyMmkaour: Par cor- 



M 1^ A 

ruption de Mars^la-Tonr , bouf^ k 
quatre lieues de Met£ ; Mittiis turns* 

Matneatt : Tour basse appliquee 
par debors aux murs d*une Vill^. 

Mateal : Maternel , du c^t^ de la 
mere ; maternus. 

Matran : Bois de charpente , de 
materiamcn. 

Matsoniciee. Voyez Masoniee. 

MAZy /xuz/; Triste, abattu, va^iuca. 
Voyez Mat. 

Maz : Mets , rage^ ; plat , bassin ; 
de mazonomum, mazonomus. 

Maz A , mivu^'ke, mazat : H^itage 
oil Ton bitit na logement, assemblage 
de plusieurs m<Hairies , masTlrej|[ite, 
mabon ; mansio ; en bas. \^i. ma- 
sata, mazaius, masagium, mansura. 
Voyez Mas. 

Mazaoudi^ : Fermier, cultivateur, 
habitant d*une m^tairie. Vt^yez Mas 
et Masuriee. 

Mazel : Boucherie ; mdceUunim 
Voyez Magel. 

MazeAib, mazeiier, mazHier: Bon- 
cber. Voyez Mac^liee. 

Mazelin , maser, mazariuy mazer ^ 
maserin t Vase ou vaisseati -]>eur 
boire. Voyez Madee. 

Mazeloihe, JUit^KMffwe ;• Mtide- 
laine , nom pTopiS: de femme ; Mag- 
dahna. 

Mazelot : Ferme, peuie .li^taff 
tion. Voyez yLk%^ y \ 

Mazee : Sorfee de matierequi ac^^ 
Toit a Caireles. vases ii boire^ n#mfti^ 
mazelins et ma^erins. Voyes MAAas* 

Mazette : Mauvais ckeval$'Ve.mot 
est encore en .usage pour d^sfg^er 
un maladroit. . . 

Mb : Mal) iRoi!^. 

Me : Ma , mon , mof ; mens, m^m; 
me; en bas Bret, et en Irland. mej 

Mi AGE : Droit de paiMge^p«ag«{ 



Digitized by 



Google 



M£C 

Mkaihs: Infirmity, blessnre. Foy, 
Maaimc.' 

£t antretant comiue il a difference entre 
mimns , antretaat ' en a en mafautte , dout 
oiican pert son asatfe. 

Mtt.dela M»L hnpdr. m' 8407. 

IKavb : MojeH, m^imtion; de 
mediatio, 

MiANEMEHT : Sentence d'ttrbltre , 
entremise , nidation ; de mediator. 

MiANT : Moyennant. 

MiASMSE , nusaesmer, mesaesmer: 
M^sestimer , m^priser , d<^dffigtier , 
faire pen de cas ; mcd^ assthnare, 

Qutoas dl&t en cest yers la glose , 
Que quant on eft rcptj» de cliosa 
C*on a blasme a fere iiutrui , 
Puis c*on en a blasaie et anui » 
CVst grant folic qui cc fet , 
Son sens amennise et defet ; 
Yoirs fu qu^Aristote blasiua 
Alixandres et miatsina. 
Qui tant s'estoit mis en amer, 
Kt puis fte lessa entamer 
Si ea aoBOra h vae foia, 
Qu^il u^ot en Ini poiut do defeis. 

Le Lai^ Aristolt, 
Measure : Masure; bnt, moyen. 
Voyez Mas. 

Meat : Canal , passage /' conduit 
pour les liquidesj meatus, 

M^aus, miiUy m^ojt : Mie«x) 
melius, 
Les plus briefTes parole's et enteb^^aoment 

dites ftobt miam entcudnes et I'etenuefs 

Car le« ^rentes briefves peut Ton 

mdauM ISllre que les longtres , et mains s*ad 
pent son aversaire acrocher et direeacontre. 
Assises de Jerusalem .^ chap, 17. 

Mecakiqus : Artisan , ouvrier. 

Meceli^e : Boucher. 

Mechaiitg : Mutilation, blessurt 
considerable ^ d*o6 fne€hmgner, me- 
chaingner^ blesser^ mutiter. 

Mechaingner , mechaigtitr : £•- 
tropier, mutiler, diet^ririt.' . 

Alors de tous custez environnoient Gerard 
en luj lao^nc dars empenuez aux arcs et 
arbalestrfs encommencereut de traire, mais 
4 er « r< de If«vcrs ne dialUiit eit riens, U les 



ntc 



1 59 



occtott et metkaigiiott} k Vmts^ eouppoit bras 
Ott espaule ; il les abatoit et faisoit d*«u]x si 
grant discipline (carnage) , qu'il n'y aroit celui 
si hardj de Toser approcher. 

Homan de Gerard de Tfevers. 

Mechavce : Malheur, a^eideiity 
infortnne. Barbasan dit^ue jusqu'au 
Yvi" siede y on n'eateodoit point par 
ce mot, malice, m^cbanc^t^, mcUUia; 
mais on entendoit malus casus: 

Mi^cicAjriQUBEis : Avarice socdide, 
mesquinerie. 

M^cBANT : MalheureuK , Infor- 
tunc, mis^aUe, a qai il arrive ma^ 
benir ; nwi^ cmdens , rtd pmti^ ACcirffBy 
et non pas mains; en bas Bret, me- 
chant, bychant, 

Meche, mttte : Hace; mittat. 

Chi faut li crates do Baril , 
Li Chevaliers ens* ftoa. 
Or prions Diau^ qal pM fin n'a » 
K'il nous meche eu son paradis 
lilMsba avoeques «es aims* 

Win du Diet du BmiteL 

MscttE (servir de la) : ]fetre trom- 
p^ , ^tre dupe. — Un bomrae est 
iromp^ par sa femme , que I'auteur 
dit avoir strvi de la meche ^ die en- 
voie chercber son aroant , et " 

£n sa chambre I'en a mene. 
Par un pertuis li a mon^re 
CoiB li vjlaiat eatoit lii^, 
Bim la xoat^ at cuachiie, 
Et bien vaincn par son barat ; ' 
Li vilains reproche du chat 
<|ii*il set biaa qai barbes il l^tfha\ ' 
Ctami a i«rvi de Ul meche ^ 
' IMi s^il cost cner de pre<id«tie ' 
II s*en renjast it -la para#nia. 

' ^Mmu Jdte irois tk»ma^feUii:oiwerene 
un Anel, 

l^^QBEF, mMiief^ meschiff: Acci- 
dent, malheur, iiifortuile. 

Tant luy dlt d^anes «t d aiitr«s que en $a 
chambre la mena baignfTi itorii»fnte«laiai re* 
nist (il Ini cdt mieox ralu) que jamais ne se fukt 
baignee , poar le tt^ gf and'M^^Ain^ct ennuy 
qui depuis luy en advhit, Aiosi qtte Icy apr^ 
ponrres oayr. Ronutn'de ^kf\&dd1t fft^fers. 



Digitized by 



Google 



i6o MED 

MilcH^oiE , mechoir, meseh^oir : 
Avoir du malheur, tomber daos I'ia- 
fortune; nial^ cadere, 

Mechin : Jenne homme, serTiteur^ 
valet ; au f^miniu mechine, 

Mecbivea : Donner de« remMes 
et des m^icamens k un malade. 

Mkcine , mechine : M^decine , re- 
nede , mMicaraent ; medicina ; ea 
bas Bret, et en Gall, meddyginiaeth , 
Fart de guerir, la science du mddecin. 

Or (jnant apr^ •& mort trente jort furent 
ja tretpasseit , duokes comcnxat mes corag^t 
avoir ooiiipaM»i<ra dd mort frere , et a penseir 
« dolor ks griea tormeot de celni , et a qncrre 
»e alcane fust mecine dc ton delirrcment. 

Dialogues de & Gr^goire , /iV. 4 , chap. Sn. 

Ciun verb post mortem ejus triginta jam 
assent dies evoluri, capit animus meus de^ 
functo fratti compati , ejmque cum dolore 
gra»i supplioia pensare , et si quod esset erep^ 
tionis ejus remadium quarert, 

Meciov : Frais , mise , d^pense. 

MicaiAHGE : Soupcon,inauYai3e 
foi , irreligion ; malum credUum. 

' Msca^AivT : Nom donn^ g^n<^ra- 
Jement a lous les peuples qui ne pra- 
tiquoient pas la religion catbolique; 
male credens, 

Meceoibe : Ne pas croire, douter, 
aonp^onnei:; male creilere. 

Mectes, mettes: Limites, mesures, 
bornes; meta. On a ^rit mettes yx^ 
ques an xy^ si^le. 

Maia tant eatoient les TaiUances, lea lar- 
gesaeSfdonleeor et cortoi&ie quipaaaoient lea 
mectes de tona , dont n*y avoit cehil qai ii>iiit 
mia ion corps pour \u\. 

Raman du Petit Jehan de SaintrS. 

MiDAED (ris de saint) : Kis forc^ , 
par allusion a nne ancienne statue de 
ce saint , qui /dit*on , ^toit mal faite. 

MKDBCIE9 , an f^m. medecienne : 
ll^ecin ; medieus. 

Toot le moot fais esBerrelUier, 
En Saleme, n*a Moopellier 
li*A ai bone fiaideana 



Tant soit bone medecienne. 
Tons ceus sanes , cui tu atonches. 
Gautier de Coinsi, Miracles de la Vierge, 

Medecik^e : Medeqine, onguent, 
empl&tre , purgation. 

Medeciiter : Soigner, donner des 
remedes a un malade ; medicare, 

Yoiis Bvet 01 la ooTclle, 
Tandis com U pUue est uoyele 
Lors paet estre mieux garie 
Que lors quant ele est enrieiUie , 
he mal doit-on medeciner 
Ains qn*on le lalst enrenimer. 
Car k tart vient la medecine 
Puisque 11 max trop sVoracine. 

Roman de DolopatoS: 

Medical (doigt) : Le doigt dtl 
milieu. 

Au doigt medical d*icelle, eut nng annean 
faict de quatre metaulx ensemble , eu la pla» 
merveillease fa^on que jamais feut Teiie , saua 
que Tassier froissast Tor, sans que Targent 
foullast le cnyn'e. 

Rabelais, liv. i , chap, 8. 

M^DicASTEE : Chgrlatan , m^ecin 
ignorant ; medieus. 

Mkdigi^IIr : Penser » m^iter , 
r^fl^hir. 

Isaac par lo chemin que mene al puts qui 
nonm est putx del Tiraunt et del roiannt : et 
babita en b terre de south ; et s*en vait i 
mediciner en champ, al decUnement del jor. 
Bible, Genise, chap, ^i, vers. 62, 

Oevmhulabat Isaac per viam qute dude 
ad puteum, ctaus nomen est viventis et vi" 
dentis : habitabat enim in terra australi : et 
esressus fuerat ad meditaadnm in agro , in- 
ciinatajam die. 

Mbuis, medissa, metis, mStissa : 
M^me y le m^me ; metipse. 

M£drs : Moissonner, faire la mois- 
son; metere. 

Medullaiee : Qui apparlient k hi 
moelle, qui en a la nalure; me^ 
dullaris. 

M^.E : Abr^iatiou du mot m^me, 
le m^me. 
Ia forfialtiire n^est pas d^une mie natore. 
Couiume de Beafsvoisiu , 



Digitized by 



Google 



MEf 

M^SHVE, mieUnereSf mdeneftes, 
meeneur: Pacificateur, arbitre, m^ 
diatear; medituor; en anc. Pro v. 
meumcer. 

MisNNE a, m^isner: Jnger comme^ 
m^atenr; mediare; d'oii mSenne^ 
mem, sentence arbitrale. 

M^BSMEMEiTT : Piincipalement , 
aur-tout, particulierement ; maximS, 

BUesmement Nostre Seignor It ditt : Re- 
toumea en la terre de t«s peres , et ii ta gene- 
ratioon et j^o senroi OT«qaes toi. 

Bi^le, Genise, chap, 3i , aw». 3. 

Maximi iHcente sibi Domino : rtvertert 
in terram patrum tuorum, et adgenerationem 
taam , eroque tecum. 

MiEssE : Botte , gerbe ytroussean ; 
de massa. 

Misua : MaireifClief de commune; . 
major. 

M^PAi&E , mrfere, m^aire, mtf" 
fere : Mai faire , faire du mal; mtUC' 
facere, 

Le tierche maiii«r6 de meffez doit ettra 
rengi^ par peite d^avoir aant mort , et sana 
mehaing, et sans prison, si n*est pas l*aniande 
omnie ne que des antres qne noos avons dites 
deasos, aincfaois est Tnne grant et I'antre pe» 
lite , aelonc le meffet et selonc la personne qni 
meffet, et selonc la personne k qui Ton mef- 
fet; et pour che que li menns pueple sachent 
conment 11 derront estre puni se il mejjfbnt, 
«t chascnn en sa personne se il meffait, et 
one li Seigneurs sachent quele vengeance il 
doirent penre de chascnn meffet, nous trai- 
tcrona en che chapitre de chascnn meffet qne 
Ten pnet nu0atre, et de la vengeance de 
chaicwp mejfet qne ele doit estre. 

Cout. de Beamoisit, chap, 3o. 

Mbtvais , mefaity mrfetf-m^ait, 
meffet, m^ez : Tort , fiinte , crime ; 
m^chaneet^ , mauyaise action ; rnale^ 
faceio, maiefiictum; en bas Breton 
mrfed, Estre mefet : Etre ooupable , 
avoir tort. 

Touft estes latdiet eoiae monsdhe » 
Qui denssies estre fort farootcht^ 
Et tout le monde cscovtoier, 
FolJe irotts let otroitr 



M £ H iS^ 

Eb ee Ttrgier par ^nntmiffait, 
Bel-acueil qui bUsmer nous fait. 

Roman de la Rose. 

Meg : Le milleut la moitid; medium. 

Megb , meide , meye , miere : Chi- 

" rargien , m^dedn ; medicus, Le» me- 

ges ^toient Tun et Tautre , les phy- 

siciens ^toient seulement m^ecins. 

Foyez Miee et FisiciEir. 

Meoedux : General d'arm^e , duns 
Ville Hardouin, qui , selon Barbazan, 
▼lent de major dux, grand general ; 
ce mot ne signifie pas mar^chal fei*- 
rant , comme le disent plusieurs 
auteurs. 

Meqemeitt : M^cament, remede, 
m^decine; medicamentum. 

Mtoii^ megier: Metayer, fermier, 
bomme qui laboure les champs d'un 
autre ; en bas. lat. megerius. 

Meozke : Appliquer , administrer 
des remedes, gu^rir; medicare. 

Meole : Houe, b^he« pioche, bU 
nctte, instrument k labourer la terre. 

MEGNiE , megnie : Famille. Fojez 
Maignj&e. 

Megeoiee, mesgroier : Maigrir, 
deyenir maigre, diminuer ; macer€ire. 

Mais tu n*en es pas k deus dois, 
C*est ce qui la peau te megroit, 
Et qui de toutes vertns t*oste 
Moult as rec^a doloureux ostc. 

Roman de la Rose. 
Meoaois , megroys , mesgrois : 
Mince , d^cham^, maigre, d^graiss^, 
sec , maigri j macer, maceratus, 

Megue, mctigue, maisgue, meigue, 
mesgue : Petit>lait , lait d^hargd de 
toutes ses parties butireuses, s^rosit^ 
qui sort du fromage; de macrum. 

Meiuioke, mehaigrde, mehain, 
mthaing, meshagne, meshaigne, mes- 
haing, meshaingrde i Peine, douleur, 
travail, diflficult^, tourment, mauvais 
traitement , blessure , indisposition , 
muUiation, coup, maladie ; de malum 



Digitized by 



Google 



i62 M £ H 

odium , ou plul6t de mal^ actus; en 
bas. lat. mahaimumy mackamium, 
mahaimum; atteinte que Ton portc 
k la reputation , et non pas coinpa- 
gnic , comme le dit Tauteur du Glos- 
saire du Roman de \k R<^. 

Et quant la Dame Ta t^u , 
D6 bone* herbei li fi»t baing 
Tout le gari de 8011 mthamg. ^ 
FabkeklaBorgouectOrUem. 

Hole ▼ie ne a'appareiWe 
A U lor , trop par eat direrae , 
St aoT totea autrea parrerae ; 
Bien let nomme li comniis nona; 
M^c je ne coit qui ne aoit bona 
Qui ne let doie molt donter, 
Ua ne Tondroient jk troTer 
Nul homme tans aucun mehaing 
Maint oingnement font et maint baing , 
Oh n n*a ne tanz ne raiton 
Cikeachape d'orde priton, 
Qui de lor maint ne puet eachaper. 
sale Guiot, parlancdes M^decins, 

MBHAIGNE&9 mehagnery mehain^ 
gner, mehmngniery mehengner, me- 
kenier, meshaignier: Estropier, bles- 
scr, mmtiler, fatigucr, lasser, maltrai- 
ter, faire tort soit au corps, soit k U 
reputation , incommoder ; de mali- 
gnare , suivant Ducange ; en bas. lat. 
mahemiarey mahennare. Mekaingner 
f honour : Decrier quelqu'un , atla- 
quer son honneur. 

Una prettrea par ton mal aaroir 
Vint Dame Yfamain engingnier, 
Et }e le cnidai mehtungnier. 
Si Tai occit, e poite mi, 
Se cil le scTcnt d'entor mi* 
Je aerai mora ianel le paa. 

Le FabHau etEitourmi* 
♦Met ToUint, autour de moi. 

lU ettoieutjadia dm l^re, 
Sana conaell de pcre et de mere, 
Et tout tani autre eompaignie : 
Ponretez fu bien lor amie » 
Quar ftovent fu en lor compaigne, 
Et c'c*t la riena qui plus mehuingn* 
Celt entor qui ele te tient , 
Utet ai granz aalagea ne rient. 



McHAioirBt&, mahnigneur, ma- 
h€ugniere, meshaigneury meshaignier: 
Celui qui mutile , qui estropie , qui 
tourmente; en bas. lat. mahemiator, 

MKHAIGNEZ9 mehaingne , mehain- 
gnez, mehaingnii y mehaulx , mes^ 
haignez : Mutiie 9 estropie , bless^ , 
afflige , perclus , adfoibli par la ma- 
ladie. 



Lea awmoanea qui aont deuet 
Anx lattea gena povrea et nnet, 
Foiblet et Tieubc et mehetignes. 
Par qui paint ne aont pint gaignes 
Pour ce qu*ila n*en ont la puittance. 
JUnnan de la Rote. 

Mehl^e , meU4e : M^lde , combat , 
querelle, dispute ; de miscere; en bas. 
lat. mesicia, 

Mebn^e , mehende, mehenie : Fa- 
mille , maison , tous ceux qui la com- 
poaent, domestiques. Fox- Maign^e. 

Mehu, mehue : Mu , mue , remu^, 
remu^e ; mutatus. 

Mehu, meheur, mehur, meur: MAr, 
en maturity ; maturus. 

Mei : M on , meus ; mcs » mei; moi- 
tie , medium. Mei chaussie : Moiti^ 
d*un ch^oiin. 

Met pere, te il ett poeslbte, qne ce liauap 
treapaate de moi. 

Bibie, S. Mathieu, chap, a6, 'vers, Sg. 

Pater mi , si possibUe est, transeat k me 
caUx iste, 

Ett-vot ma metre , et met freirea qui font 
la Tolonteit dt mei pcre. 

Bible, S. Mathieu, chap, i«, n>ers, 49' 

JScce mater mea, et fratres mei ; qmcum- 
queenimfecerit'9oUaitmtempatrismt\, 

JUiiAv : Moyen , q«i est an milieu. 

BIeiancbh : M^ateur, padfica- 
teur; mediaior. 

MiiEirmT, Uses mme iifMir.*Minuit, 
le milieu die la nnit ; media mocte , 
medium noctis. 

Of qoant dea k tniiemmit atercnt al lit del 
gitai^ , todainement nne bunier^ fort miae del 
ciel empli^ tote la apaxe de cele cele. 

Dial, de S, Qnigoire, litK 4, ckap.iS. 



Digitized by 



Google 



MCI 

Ciimque noetjs medio fectuiojaeentis assis- 
ttreme, subitd etelitus lux emissa omne ilUus 
ceOiike i/fothun implevU. 

Meigiee : AppUquer, administrer 
des remedes a un roalade , chercher a 
Ic gu^rir ; medicari, 

Meicle : Hone , iDStrument k la- 
bourer la terre. 

Meicnat : Domestiqiic , serriteur, 
attach^ a une maison ; mansionarius. 

Meicnb , meignie : Famille, mai- 
son. f7>J^ MAIOViE. 

Mbigus : Petiulait, s^roaM qui 
decoule dn fromage ; ce mot est en- 
core en usage en Picardie^ comme 
mate, matte, poor lait caill^. 

Mbil : Millet, petite graine serrant 
de nourritnre auz serins ; mHium. 

Meillenc , meilenc : Le merle > 
sorte d'oiseau; merula; le ijierlan, 
poisson de mer fort blanc , et dont la 
chair est molle. 

Meillee, meiiiier: Mouiller, trem* 
per, rendre mou, amoUir; moUire. 

MbiI'Liez : Remnant , turbulent , 
querelleur, s^tieux , mauvais gar- 
nement. 

8« Qe BtiUi) a connoist le droit dn tort, U 
•aara oiea fere droit k ses sou^^, et boater 
arriere chaus qui tort ont, et ae il conooiat 
lee pealblec des meiUiex, il poora lea peaiblea 
fere garder, et che appartient k aon office , et 
garder en pesiblet^ par lea menackea et par 
Uft contraiutea que il fera aa meUltex, et bien 
appartient k office ^e Bailly que il esponvante 
et contraingne lea nuUUtx, ai que (afin que) 
laa pealblea vivent en paia. 

Coutitm^ Je Betuwoisis , chap, t. 

Meilloe : Meilleur ; meUor, Avoir 
du meiUor : Ayoir le dessus , ^tre le 
plus fort. 

Meilx, mea : Jardins, mergers. 
Foyez Mas. 

Meim BE R , pour reimbre : Racbeter. 

MiiME , m^me : M^me ; mdxime, 

Meiit : La main; manus, 

Qvant il cherm km peakiea v^aaa, a*en 
coi naa ne pnet estre on jor, il ne a*eag^ttte 



MEI i63 

mie, car U Sirea li aet aa mein deaos y qni U 
aide et garde qu*il ne iace lea oriaiinana. 
Comm. sur le Sautter, foL j^yPs. 36, 'Vk 24. 

Meiiv (le nal de saioot) : La gale , 
la lepre* 

Mein , meins : Moins ; minu.f; efi 
bas Bret, mein; je demeurft , maneo; 
et demeure , habitation , marmgt, 

Mein , mmn : Le matin ^ mttne* 

MiiNA : Enfant. Vojrez Mainsni^ 
et Maisnib. 

Meindee, wemdre, men^: Moin- 
dre ; minor. Meifidre d^aage : Mineur, 
plus jeune. 

Meindee, meiner : Demeurer, res- 
ter; manere* 

La aant^ bien gardes pleinemeni 
F.at en qtfite k moirenwnt, 
E en beivre k en menf^MS aacieS 
E en Toider anperflnitee > 
Et ai eat ausii aana dntsnce 
£0 mesnre k en obaervaikce, 
Le lia et meiaon on mttndte itlt 
Met et tempre par tut aeit. 

tes ^eiffaetrkuu ^Am9om» 

Meinee : Mener,<k>tiduite; minare, 

Meinia : Maison , habitation ; de 
mansio, Voyez Maisnie. 

Meih li , mcrder : 8ergent , appa- 
riteur ; en bas. lat. meinerius. 

Meins , mairu, mairU : Plusieurs ^ 
beaucoup , maiou. 

Mala qrit ^tUtk tptki meogier 
Yenir meDesXrena aao^ da^gier, 
Pigniez et niia en pure cors 
La furtnt mtini dHfM aeiare. 

t^J^iet de Fortmmf M§fs. m"^ fMi^ 

Meins : Moins; minus. 

Quant hlretagea eat vepduc ae il eat de fief, 
li Sirea a le qvfikC deoier dbtt ]^rhi de la rente , 
cheat a aaroir de cent aola, vinfft ioU; de dli: 
livrea, qoaraMe' Mia, cS Am -phs , |Ana , dou 
meins, meins, et qnan^ le rente eat fete de 
hiretage qui eat tettu eta rileha^e , li Sirea a le 
donflieaaae denier de le tenl^ , cheat k enten^A^ 
de douae Urrca , ringt apl^ , et de Tip^rqnatra 
Urrea , quarant'e aols et du plqa , plnag^ e^ ^ 
meiru, mefns. 

Cbutum4 de Beau¥oisit, ckap. a;. 



Digitized by 



Google 



]64 M £ I 

Meiplavt, meinplant s Jenne 
plant , nouvelle -vigne.^ 

Meir AiN, meirin : Boisde conslmo- 
tion, dc charpentc, bob proprc a 
faire des douves de tonneaux; de 
mcUeriamen,, 

Mei&e : Merc ; mater, 

Li hom , diflt-il , Ulrat ton peire et la meire 
et ii ft*aherderat • m feme. 

Sermons de S, BemwwL 

Ia pucele fu gentilz fame , 
ChevtUert ot ettei aet peire , 
Meire aroit, maia n'ot auer ne fraire* 
tiuieheuf. Fabliau dtfrcre Denise, 
CordeUer, 

Meiee : Plus grand , plus ^endu \ 
major. 

Meiein , merin : Maire , ^cherin , 
lergenC dc villc; major. 

Meis, maixy meix, mex : Enclos, 
jardin, -verger ferm^^ enceinte dc 
maison ; de mansus, Yoyez Mas. 

Maint arbre'aunt ki nul fruit ne font, si 

come li chaine , et U orme , et U altre salraige 

arbre ; mais nid ne pbnteit en son meis XtSL 

maniere d*arbres. • 

Sermons de S, Bernard, fol ia5. 

Sunt, inquam, arhores infructuosa, ut 
quercm et ubnus, et silvestres alite arbores; 
sed hujusmodi nemo plantat in horto suo, 
quianonjaciunt/ructum. 

Flora est des diamps , et ne mie de meis. 
Mimes Sermons, JoL 8. 

fhs eampi est, et non horti. 

Meisel : Grange, fermc , m^tairic , 
jnaison de campagne. Voyez Mas. 

Meisme : M^me, pareil, semblable \ 
de ma^im^* 

Qui a le pr^, U doit aroir le domage en cele 
meisme chose. 

Uv. de Justice et de Pht,fbC 3o. 

Meismement : Sur-tout , principa- 
Lement , , particnlieremcnt ; maxime, 

Chans de religion aime , et lor fai bien a ton 
pobir , et meismement chaos par ki Diex est 
piss bonnorez et la foi preschi^ et essancbie ; 



MEI 

gardes4oi de mouroir gnerret sans trop grant 
conseIl,mtftf0ieineff/contrc toute chrestiente ; 
traTailles-toi as peehies empeechier, et meis-" 
mement Tilains peehies et lais , et rilaius sere- 
mens, et herisies £u destmire et abaisier a 
ton pooir. 

Enseignemens de S. Louis Jk son fits. 

Meisse : Panier ou Ton met les ha^ 
rengs ; le tenne tecbniqne est caqne. 

Meisse : Que j'eussc mis ; qne je 
dcmcurasse. 

Meissiau : Bled-m^teil, c'est-a- 
dire, m^lang^ de seigle et de froment. 

Mbissokae : Moissonner, recueil- 
lir; metere. 

Meissoux : Moisson, r^colte; mes* 
sis; en bas. lat. messio, moisso. 

Meist , lisez m'eist : M*aide , me 
sccoure; me adjuvet. 

Onques par moi ne fust retraitc 
IVnle chose qu'a celer feist, 
Mais il me poise , ains Dien meist 
Pins qu*a Tons de la mescheance, 
Car j*en aonflfre la penitence. 

Roman de la Rose. 

Meist : Eiit mis , e4t demeur^ ; 
demeur4t. 

Meistee avaht : Exposcr, d^la- 
rer, accuser ; mittere. 

Ancor a-t'fl teil choxc faite,* 
Dont grancmonoie seroit traite, 
S*estoit qni la meist avant 
Fait cil qni Tuet servir devant, 
Et e'en deTToit grant gucrredon, , 
Et qu'a il fait , dist U preudon? 

Ruteheif, Testament de FAsne, 

Meitaees : Certainc mesure pour 
le bled ; messio, 

MEiTi^^^ietid : Moitii, milieu; 
moyen , mitoyen ; medium ; en anc. 
Prov. mej'han. 

Par f o li Reis Anon fist prendre les mes- 
sages le Rei DaWd , h rkrt la meitd des barbes 
icolper hir vesture tr^ par les nages, sis 
cnug^ad atanu. Lii^re des Rois, litf.^,ck.iOt 
vers.fi,/ol.5i,F'*, 

Tuiit itaque Hanon servos fktvid, rasitque 
dlm'idiun partem barbie eorum, et prascidit 
yestes egrum madias usque ad nates, etdi- 
mint eos. 



Digitized by 



Google 



MEL 

Mbhtk&b , meucare : Mesore de 
terre labour^. 

Meix : Maison des diamps, ferine, 
Terre en meix : Tcrrc cultiv^c ou 
pr^par^ pour la semence. Fox* ^^^ 
et Meis. 

Meikes : Jardin. Dans qudques 
anciens litres, le meize est ddstingu^ 
du meis, comme de nos jours le po- 
tager Test du verger; de mansus. 

Melaitcoliee , melencolier, me^ 
rancoUer : Se chagriner y s'affliger, 
SToir de la m^laocolie , aToir du cha- 
grin ; du Grec /fttAtfy^^fA/*. Barbazan 
croit que ce mot est form^ de moero- 
rem colere, parce que,dit41, Ton s*est 
serri, jusqu'au zti* si^le , de la der- 
Diere orthographe , merancoiier. 

Melahcoliecx, melencolieus, me^ 
lencoliex : Qui a du chagrin , triste , 
in^lancolique ; du Grec fi%Xityz^>^'^y 
ou , selon Barbazan , de moerorem 
colenSf parce qu'autrefois Ton disoit , 
et que dans quelque province on dit 
encore , m^rencolique, merencolieux, 
MELAHcoRNOTEAiR^ver^r^fl^hir, 
* penser k des choses tristes ; penser 
creui , selon Rabelais. 

Mele , melier : Le n^flier , arbre 
portant un fruit appel^ nefle, et le 
fruit mhtke ; mespilus, mespiium. 

Melequiit , meloquin, molachin : 
Ancienne monnoie d*pr qui avoit 
cours en Italic , et que Ton croyoit 
4tre d*origine Sarraiinoise ; en has. 
lat. meloqtdnus. 

Melish , meUier : Sorte de raisin 
blanc fort doux ; de mel, meliis* 

Melieuz : Meilleur , mieux ; me- 
lius , melior; en anc. Prov. melh, 
fftiex, melhor, 

Melites : L'tle de Bfalte ; Me&ta. 
Se» figues ^toient fort estim^ au 
xui^ si^le. 

Melle : Le merle, oiseau ; memia; 
le milan , oiseau de proie ; milvKS. 



MEM 



i65 



MsLLB : Mesure de graios. 

Melle : Nom dNm-ch&teau situ6 
eh P<»tou , et dans lequel nos Rob 
laisoient battre monnoie ; mella, me- 
iulum, meiuUum. 

Melle , mesle : Nefle, fruit d'uu 
arbrisseau qui vient dans les buissons 
et dans les haies. 

Melle, mellan, mellenc: Le mer- 
lan , poisson de mer. 

Le jor de denuiii an nutln , 
Chjunterat-ta d*«iitre Martin, 
Qne je os te pris denx meUenz, 
Fils k pntain riUinz pullens , 
Bfe culde«-tu nToir ftoxprlf e. 
*Fabl. de sire Hains et de dame Anieuse. 

Mell^e : Querelle, dispute; de 
miscellanea^ 

Mellbe : Brouiller, mettre mal 
ensemble, exciter des querelles ; il est 
encore en usage dans la Bourgogne. 

Mellets , jneUieux, melliex, mel- 
lif: Brouillon, querelleur, chicaneur. 
Foyez MEHLiiE. 

Car le (li Bailll^ eitoit conart , il n^oaeroit 
conroncier le riche iionie qui auroit afere 
contre le porre, ou il D*ocerott chelui qui aa- 
roit mort deterrie fere juacicier, ponr paour 
de Mnf Ijgnage , et si n*o$erok peadfare lee mef- 
fetenrs , ne les mellieus, pour paour qne il ne 
f e retconsisseut , et toutes che« choses que il 
leroit k fere par conardise , appartiennent k. 
fere k Id. CouL de Beauvoisis, chap, i. 

Melliee : Le n^flier , arbre qui 
portedes n^es ; en has. lat. mellerius. 

Melote : Peau de mouton g^mie 
de sa laine ; mot purement Grec , 
/M|Aar9; en his Bret. maUe. 

Melte : Territoire o^ s*^end la 
juridiction d'un officier de justice. 

Mslueamen ; Am^oratioa; de 
meUonu^. 

Mbmbouea, membourgie. Voyei 
Maihboueg« 

Membeaivcb : Rappel, souvenir, 
m^moire; de membrum; en ancien 
Prov. membrat, atteiitif. 
S 



Digitized by 



Google 



iSS MEM 

Msims : Jambe ; membnan ; en 
Jmm fiwt. tn&nwr, 

MEMBRi r<2«& a def<n»u m^mbres ; 
d'ou membreiu , nn pea fort , im peu 
membr^; mernbratus^ 

Mionntiic : i^ose m^moTAbJe. 

MsvBBEa : 8e souremr, se ret- 
souvenir , rappeler i m m^moire ; 
memhrtire. 

Membr€ tos que il €8t sclnz et tos peeh^ar, 
<t ne porcapt si lirra il •« Miate Tie k mort 
|>or U voctre peebereMe. 

Comm. tur /r Smtoi^r^/ol, 6t, Pir. 99 , a;. 5. 

£i lors ie c*««t unf «atres finis 
A ^i U Dtwe ««ra promii , 
Doot ele n*aura ette tage, 
Q««U »*€n pone le nwMge , 
Combieo qoe de Tautre lai membre, 
Mener Ie doit en quelquk chambre , 
El-ibee 16m ۥ qm'fl Tonira. 

1k>mtm d$ la Ro»9. 

HflSMBRKft D^NK CBA8TELLKRIB : 

Taities du district d'une grande aei- 
gneurie; de memhrum, 

Membrus : Fort , vi^oureux \ 

MtMEK EKT : Ultoe , de m^me , 
commey.aios^; mojcime^ 

Mtmir : Masamiii, mom d'bomnie ; 

Hemoire : Esprit, sens 9 souvenir, 
seutim^at; memoriae en b^ Srel* 
memoer, memor, 

n Rteo^vf »• bo^B^t M §o4toM, • eeva 
ani estoient malades d*une ipaUdie forte et 
direrse, qui e»t oomm^ Flestre; Ji ceua qui 
«voi«Bt Im nenllH^ a^, 4 ceoa'qm Bttorent 
bora de lear mmnfiire, k BtiiR ifu BTBJit 
Aerraa ooatlB^t ^ ^gmrtginra. 

Xe Prjflo^uf ties Mirodes dc S, LqyM, 

lflEitoiR« : lie<derri4re^ k t^te. 

Memorer , memoirer : ibieofliter, 
rmppel^, ikire TOMou^enir; memo- 
rare; c*est de la qu'on a f»tfmm4 me^ 
moriels ou fner/ioriah ,^tet regntres 
destines a ^rire €e dont Km vouMt 
•e rcMou^ailir. 



MEK 

Mehot : L*arboiftter, espece d'ar- 
brisseau ; memecjrlon. 
Mbh , lisez m'en : Moi en. 
Laiste men paix , vn-t^en , et. garde 
Ta joaro^ se bon te senble. 

Farce de Pathe/in. 

Men : Yiolette , fleur des cbamps; 
melanion; en Langued. inemoi. 

Men Acsux : Qui menace , mena- 
^ant; minax. 

Me NAD E : Suite , bande. Voyez 
Maignke. 

Menadure : Assignation , ajour- 
nemeut personnel eii justice ; manm- 
tioi de ]a bas. lat. mannire^ ajourner. 

.MENACE : M^tairie ; egard , m^a- 
gement, attention; volont^, discr^ 
tion , pouvoir ; arr^rage de rente en 
argent ; de mansio; en bas. lat. mes- 
nagium. Yoyez Maign^e et Mas. 

Menagkr : Pere de fomille, fer- 
mier, locataire de maison , metayer. 

Menager : JHabiter une maison. 

Menaie : Puissance, richesse. 

Menaje : Piti^, compassion, sui- 
▼anl D. C^pentier. 

MsNANUiBS, menandise, memmr 
dre : Manoirs , babitations de cam- 
P>9^^ > gfAoges , ^curies. Vojez 

JifANANniE. 

Me NANS, menant : Ricbe, opulent ; 
manans, de manare. Yoyez Man an. 

Menbrb (tcnir par) : Poss^der a 
tiire de partjige. 

Menbrer , piembrer : Se ressou- 
venir, avoir en m^moire, se rappeler. 

Mencastrx : Eoseau, espece de 
joncu 

Mencau^, mencaudde, mencauld, 
menoault ; Sotie de mesure pour les 
grains et les bois. 

M,zv<momcm%% men^homche, men- 
^fottgf : MenMmge, iausset^^ mem-- 
dacium. 

£n la Bible covitnt moot dirt 
Parolea dares , et it lanx 
Qoi ne pUrOBt k totes gens; 



Digitized by 



Google 



MEN 

M^ j« nunconge nVo iert d!te. 
Que j'al blen U maniere escrite 
Dedenx mon cuer, et la TCit^ ; 
W ne me Mm rq)roT^ 
Qn*«n la Bible mentet oe faJlle , 
Sanz culder et tanz deTignaiUe , 
J*en djnii r^n tot deboat, 
Et droite T^rit^ partoat. 

Bible GuiotffoL g^^ vers 588. 
MENCHoufriBR , menchoigrder , 
niencognable : Menteur, faux. 

Mencien , Mulden : Territoirc dc 
Meaux ; M&ldarum ager. 

MxHGioN : D^pense , Irais , mise ; 
de missio, 

Mbncionaies : Habitant , manant 
d'an lieu ; mansionarius. 

Msif90iGirEE) men^ongier : Faux, 
trompeur , mensonger « menteur ; 
mendacitoquus, 

Mencolie : AUnre , condnite , fa- 
con d'agir. 

Mevde : Pot, sorte de mesure. 
Mende : Propre, qui est propre; 
mundus, 

Mend^ CEETis : Mon Dieu I 
Mendilu : Manteau, y^tement; 
mantelum, 

Meicdis, mendiCy mendit : Men- 
diant, pauyre qui demande Faum^ne; 
mendicus, Mendis de sens : Pauvre 
d*esprit. 

Por cen »i tos dl jn, chier freires , ke mlex 
Talt ke DOS repoignieas aocon bten ti noa 
ravons ke ce ke aiof alliens laonattmBt, tot 
cosi com li mendit ki ne monstrent mie lour 
preciooies rcftures qoant il demandent Tal- 
mone , ana monstrent lor dras deccirlex , lor 
membret demet nnz , on avcnne enfermeteit » 
•*il Tont , por ce ke 1! €ueri» de c^os k*eawar- 
deront ftoient plos tost endineit Ters ols k 
pitieit. Sermons de S. Bernard, foL 14. 

Propterea dico vobfs /carissimi , utile est 
abscondere magis quiun ostentare , si quid 
kabemus boni : sieut et mendlci ciitiii eleemo' 
^nampetunt, nonjfretiosas ntestes ostendimt, 
sed seminuda membra , aut ulcera , si habue^ 
rint , ut citius ad misericordiam videntis 
animus imclinetur, 

Mendois : Monooie de» ^y^ques 
d« Mende^ de mimatum. 



HEN 167 

MsHSjis, menettr, menor, menour: 
Mineur, petit, moindre; minor; ea 
Langned. mendre; en bas Bret, //le- 
neur, menour, Mendre-d'ans : Mi-> 
neur, celui qui a le moins d*ann^s 9 
puin^. 

Fn Jacob li mendres fia Isaac , F.san lu U 
greindres; 11 greiudres, ce dist Dex, ierrira 
au meneur, ' 

Comm, sur le Sautier,fol, 88 , JP*. 

Mendeesse : Moindre, plus petite; 
minima* 

Men^e : Terme de y^nerie , la 
droite route d'un cerf fuyant. 

Men^e : Route , detour , intrigue 
secrete ; de minare. 

Men iE : Poignee , la main pleine ; 
de mdnus. 

Mef^e de riEF : Semonce faite a 
un yassal pour Fobliger k comparot- 
tre en justice , et a remplir ses obl^ 
gations; rmnaHo, 

Men^e (droit dc) : Droit d'un 
seigneur de faire comparoitre son 
yassal en justice , ou pour le faire 
aller k la guerre. 

Mem EL : Moyen, milieu, moindre ; 
medius, medium, minor. 

Menee : R^gir, gouyenier, faire 
Toffice de tuteur ; minare , ou , selon 
Barbazan , de manuducere, Mener 
par court: Faire droit, rendre justice. 

Meitfe : Pousser^ aller plus ayant> 
maltraiter, ch&tier; manudueere^ 

Se nn home menoit (conduisolt) au mardii^ 
ntie beste , et qn^e fist aoom domage k anam, 
oomme de tiier, et qve le proprietaire dist qiM 
caste beate n*est point i Ini, einseinc remain- 
droit la beste k la joutice, et si ne Ten puet 
Pen k plus mener (l*alfaire n*troit pas plna 
loin iris-a-Tis de Ini). 

JEatablissemens dc S, Louis fli^.i^ eh, 19. 

Vons estes tel menS (en t«l ^tat , en telle 
iitnation) par tos peobiex , que nous vons pre- 
nons aval les chans coume beestes. 

Join^ilh, Fie de. & Louis, 

MsiiEES : Mines, mineral, mi- 
nieres; minera, mineralia. 



Digitized by 



Google 



i8S MEN 

MBiris : Yoitures, et action de 
iroiturer; de minado. 

Menestkiraux : Indistinctement 
tous les ouvrters , manoeuvres ; mf- 
nisteriales. 

Merestibe , meinestier : Accuser, 
soup^onner. 

Mehesteandee : Faire le metier 
de menestrei, de conteur, de joueur 
d*instrumeus , de bouffon , de chan- 
tear, &c. 

MsNESTEAifDis , mcnestrandise , 
menestrauderie , menestraudie , me- 
nestraudise : L*art du menestrier , 
celui de jouer des instrumens, de 
reciter des contes, des fabliaux ; mi- 
msterium, Voyez JovcLioa. 

Menestee , mcTiestner : Ouvricr, 
homme do metier, artisan; homme 
attache an service de quelqu*un ; w- 
nisler ; en bas. lat. menesterelius , 
ministellus.; en anc. Prov. men^stral, 
men^strelf mecanicy artisan ^ metier, 
profession d*artisan. 

Meneste^el , menestre , menes^ 
ireil, menestrel, menestrer, menes- 
treua: , menestrex, menestrejr, menes- 
trier : Joueur d'instrumens de telle 
espece que ce soit , bouffon > chan* 
teur, musicien,chef d*une compagnie 
de jongleurs ou de qonteurs , homme 
qui couroit les chateaux et les villes 
pour amuser le public , en lui r^ci- 
tant des contes et des chansons , 
iiomme a louage qui alloit de c6t^ et 
d*autre servir k des festins publics , 
aux noces des gens de distinction, 
-ou ehaque convi^ avoit le sien, ce 
qui est prouv6 par le Fabliau de 
Chariot le Juif , qui chia en isL pel 
don lievre ; minister, ministeriaUs , 
ministrator; en bas. lat. ministellus. 

Li Coens manda les menestreh 

Et ti a fet crier entr* els 

Qui la meillor trufe (plaisanterie) saaroit 

Dire,iie forey qa*il auroit 



MEN 

Sa robe dVicarlate imevc; 
L'uiu menestrels k Taatre nieT« 
Son neatier fere tel qii*il sot. 

le Diet du Buffet. 

Partoot eft bien choae commnoe » 
Ce selt chascon, ce seit chascune. 
Quant nn horn fait nocea ou featea » 
On it a gens de bone geste, 
Li meneitreil, quant iU Tentendeat , 
Qui autre chose ne demandent , 
Vont la , soit amont, soit aval, 
L'nn a pi^, Tautres k cberal. 

Fabliau dM Chariot k Juif. 

Mbitbstebl : OHficier de justice ou 
de police ; minister, 

Menesteblb : Joueuse d*instra- 
mens. 

Mehbstree : Chanter, jouer des 
instrumens; ministrare* 

Meneue , menor, menottr (frire) : 
Cordelier, fpere mineur; minor; en 
anc. Prov. menos, menous. Voyex 
Mendee. 

£t cele qui fn ja aUmte, 

Et conqniae , et mate et Taincne , 

Sitost torn cde ot entendne 

I* raison don/rere meneur. 

Si dist , oe Dienx me doiot honeor, 

Si grant joie aroir ne porrote 

De nule riens, ctoie j'anroie, 

Se de vostre ordre pooie estre. 

Rutebeuf, Fabliau defrtre Denise, 

Meneur : Tuteur, charg^ de la 
cohduite , conducteur ; au f^minin 
meneuse. 

Men EVELLE : Manche , manivelle , 
machine pour tourner; manubrium, 
manulca. 

Mengee sue le sac : Se disoit 
chez le Roi, de ceux qui ne mangeoient 
point en salle. 

Mengeuee : D^mangeaison , gra- 
telle. 

Mbvgiee (grant) : Grande di^ , 
repas, et le droit de prendre un repas 
chez quelqu'un , ce qu'on appeloit 
procuration; de mandere ; en bat. 
lat. mangmium. Mengier de Dieu : 
Communier, recevoir reuchanstie* 



Digitized by 



Google 



MEN 

Car comme J. C. fat en BeUianle to U mai- 
•<m Simoo le mesel , on 7 fit mint mengier. 
Vie tU Sainte Marthe, Scnte au i3* siicle, 

Mengoiek : Sac ou Ton met Ta- 
Toine pour les ckevaiix ; de mandere. 

Mehgue : L'action de manger ; aa 
figure, imp6t, vexation ; manducatio. 

Mehgube : Manger ; manducare , 
mandere; en anc. Prov. maniar. 

Ainsi quant on home mengue, 
Qaelle loenge lui est dene ? 
MaU il foumJMoIt le mangier, 
Ii*en ie devroit blen ledangler. 

Boman d» la Mase, 
Eh , Demme , eat-oe raiaons 
Que tu mengeusses ton enfant ? 
As cner phis dare qne ralmant (diamant). 
Tragidie de la Vengeance de J, C, 

Mehicle : Menotte , lien pour at- 
tacber les mains ^ en bas. lat. manicia, 
de manus, 

Mehi^ : Mineur, ouyrier qui tra- 
Taille aux mines ; de minera, 

M^NiiaE : Forme ^ maniere , pro- 
pre f convenable ; de mania; en has* 
lat. maneria, 

Li antres Chevalien i VsmerroSlent , atns 
Tont fuiant , et ae departent en tel mdnidre 
parmi )a forest. 

Boman de Lancelot du Lae, 

MiiriL, maismly menille : Maison, 
demeure , habitation ; mansio ; en 
bas. lat. masniie, mainiUum, mtuni- 
sium, Voyez Maign^e et Mas. 

MzHiNOB : Les deux pellicules qui 
enveloppent le oerveau. 

Mekisoit , merdsoun , mencison : 
On appeloit ainsi la maladie , la dys- 
senterie, le d^Tokmeht, le flux de 
▼entre, dont Tarm^e de S. Louis fnt 
attaqu^ ; dessecbement. Borel croit 
qu-il fant lire meroisonyde mcsror. 

Li Rois d^ lors qn*il ot prise cele poison , 
taatost ehey en nne maladie , et ot -airec oe 
vstm memoitan qne Fen apcle disaeaterie. 

Gttillaume de jyr, fol 241. 

MjtiriSTRS : Administrateur , r^- 
gisseur, curatenr; minister. 



MEN \^ 

Mbhistek : L'offioe et let bono* 
raires de Tofficier de justice Ou de 
police, qu'on appeloit menestrel. 

MBHiSTas : Qui est atUcb^ an ser- 
vice de quelqu'un. Fo^ezMENESTEE. 

Meitjue : Mange; meiyust, qu*il 
mange. 

Mehne : De la manne; manna. 

Mennouyeage r Travail , labour ; 
en bas. lat. manobrium, de manus 
et d*opera. 

Menoxe : Demeurer, babiter; et 
maison , habitation. Voyez Mahoie. 

Menoit : Demeuroit ; manebat. 

Mevon de xoul : Poignie de 
cbaume ou de paiUe. 

Mehoe, menour^ menre : Petit, 
moindre , mineur, qui n'a pas T&ge ; 
minor. Voyez Mbitdee. 

Mehoe : Manoir, habitation , de- 
meure , selon D. Carpentier. 

Mbhovebe : Travailler, labourer, 
op^rer. 

Mehotee : Manier, toucher avec 
la main ; de manuari. 

Meheat : Je menerai. 

Meheois : Menerois ; menra , 
menera. 

Mense : Table; mensa; portion 
de biens destin^ a la table ou a la 
liourriture de quelqu'un.^ 

Mension : Frais, mise, d^pense. 

MensoUe , mensoie : Yoiture plei- 
ae , charret^e ; de menaio. 

Mensonoiee, mensongiabley men- 
tdory memdour, mentierres : Menteur, 
vicieux, trompeur, corrompu; men- 
dosus, mentitus. 

Oels eslerez, langge memong^able , mains 
espaimdaat sannk nient nnisaont, qeer com- 
passant tres males ptoses , pi^isnels a eonrre 
a mal. 

Bible, Proverbes, chap,6, nters, 17 ef iS. 

Oculos sublimes, linguam meodacem, ma- 
nus e^ndentes innoxium sanguinem, cor 
machinaHs eogitationet pessimas, pedes ve- 
loees ad currendum in maium. 



Digitized by 



Google 



lyo MEN 

MsirtTEKL : Oficier de jastice on 
de police , telon D. Carpendet*. 

Mrnsteue : Moladie x>Modique 
des femmes. 

A moIK^r qae tonflTr^ metutrue ne deseo- 
Tens sa Uftdetce , et ne aprochenf. 

Bible, Livitique, chap, x8, "vers, 19. 

jid muUerem qtue patUur raeBttrua , non 
Accedes, nee revelabis foediuuem ejus, 

Mevtevte ^mente/Uionf Ibez m'e»- 
iente, m'entendon : Mon intention; 
intentio inea. 

Mkntoivec : Se rappeler ^ se res^ 
souvenir, faire mention, rapporter, 
retracer. Fojrez Membbea. 

Des autres To^8 ▼M«il dire Bprit* 
Cels Toloit avoir de ii pris 
Bevant le cliastel lez la porte, 
Lj^ o^ «le m^itme porte 
Ce qui k table lor remahit ; 
SI lor eapargnoit ele maint 
BoQ mortel qu*ele meojast bien , 
Ce fesoit et ele, et 11 sien; ' 

A la table lor fu remit 
Una poz qui n*estoit pat demla 
•De via , lu lor porta a boivre 
Si pou i ot, ne Toa mentoivrf, 
Mea Oiex k col riena n*e8t ceU, 
MoutepUa le *r{n. 

^w de Annie. &Mm6etk, 

Meittoniebe : Piece du casque qui 
convroit le men ton. 

Mkittab : Tandis que yoependant. 

Mentulb : Ce qui distkigne k 
sexe maftcuUn ; memtuia. 

Menu : D^li^, minoe, petit ; minus; 
en anc. Pror. moiOf, monous ; tm, 
lias Bret. menu. 

MendailXiE : Abuis de petites chor 
•es qu*on met de c6t^ , qu'on rebate; 
au (igur^ , petit peuple ,.eanaille ; de 
^nus; <n has Bret. inunudMill, 

MJbruDii^ , menmdieiro : Mftrdiaiid 
qui vend en detail ; de mintts, minor, 

MsiriiEL : Cornet dechasse, espeee 
de petit cor qu'on portoit derriere 
soi^ de minus; en bas. lat. menetum* 
Barbazan pretend qu*il 7 4 » et qu'oo 
doit lire moinel. 



M£ O 

Vnmenue qn^aocolarolt, 
Sonna troia sons granda et tretia. 

Ronum de Perceval, citipar Borei, 

Menuement : En menu, en petit, 
en detail ; minute, 

Mbnuieb : Diminuer, amoindrir ; 
minuere, 

Meituise , menujrse : Sorte de petit 
poisson . 

Menuisebie, menuerie, menurie 
(onvrage de) : Petite curiosity , ou- 
vrage recherche, bijou; de minutia. 

Menuite : Petitesse, petit mor- 
ceau; minudes. 

Menus (freres) : Freres minenrs, 
cordeliers; en Lang, lousfreunenous. 

Tai met petitf enfana k qui sui plna tenua, 
Qu^aux pourec eatrangiers, ne qu*aax^^/«i 

menus, 
Je les at b^l et bien jusqnMct maintenna , 
He je ne lea vneil paa laisaler ponrea et nos. 
CoMcUe de Jehan de Meung. 

Menuvaib, menuveir, menuver , 
menuvoiry lisez menu voir, menu veir, 
menu ver, menu voir : £to£fe , four- 
i*ure de couleur gris de iin , parsem^ 
de petites taches , ^toffe a petites 
fleurs de dlffi^rentes couleurs ; de vo- 
Hus, Voyez Vaib". 

Ifous entramea en son paveiUon, et aon 
obantberUnc nous Tint k Tencontre poarc# 
que nous alUaaiena belemeat, et poorce qoe 
noua ne eaTelllbaiena aon neatre; nooa le 
troayamea gisana ana couTertoners de menu 
'ver, et nous trahnea toot sonef rers li, et le 
'tronvames mort. 

Joit^ttilk , SisL de S>Zouis,pmrlant du Sei- 
gneur Gaucher^ ConnesMie de France, 

MsHUTBn : Petit marohand, d^ 
taillant. 

MsvvTSE : Sorte de petit poisson. 

MEii«anav« : JtttntftBiet.ni^SQnge; 
mendacium. 

Mio9, /naota, tmSate, mtdouie^t 
Droit s«r ies immtons , les-eli^vres , 
et qu'oH nomma sans doute ainsi, du 
b^emcnt mais, mSs, Ms, bS$, dt 
ces animaux« 



Digitized by 



Google 



M£ R 

Mbprxhdek : D^beoir de son 
droit , mal faire , mal agir ; de imir- 
prehendere. 

MEPEEVTuaE : M^prise, erreur, 
£iute , b^Yue ; de mcUe prehendere , 
male appretiare. 

Mep&iseur : Qui abaisse , qui ra- 
fale ; malus appreciatar. 

Meprison, mesprison : Outrage , 
tort , injustice , dddain 9 m^pris ; 
malum predion, 

Mequaihe , mequine : Jeune fille, 
serrante. Voyez Meschihe* 

Mer : Grand lac; mare. 

Me RAIN : Je ne rapporte ce mot 
que pour prouver que Borel Tr mal 
entendu, en Tinterpr^tant par, d^pit, 
tandis qu'il signifie , ^clat , morceau, 
miette. D. Carpentier s*est ^alement 
tromp^ en rezpliquani par, cbagrin, 
d<^pit , colere. 

Pmr merain m lance brin. 

Roman de Perceval , eit^ par Borel, 

'SU'EKAi.LUKESSR^meraleresse: Sage- 
femme , fenune qui accouche. Fojrez 
Matrons. 

'M.B.KAmcohiEVX^merencolieus, me- 
rencolieux, merencoUex , merencoU" 
que : F&cb^ , triste , m^lancolique , 
difficile; du Grec fnXayz9>Jay ou, 
selon Barbazan ,^e moerorem colens; 
en has. lat. mereneoUcus, 

Meranok. Foyez Maraitcb. 

Meratilar : ititoBner, 4tre aiir- 
pris. Voyez Meryeiller. 

Merc ; Marc de vin. 

Merc , merq : D^p6t , marehttn- 
dise , mercecie , march^ ; Faction de 
marcbander ; droit qu'onpayoit pour 
le bornage des terres ; marque, signe 
]M>ur reconnoitre quelque chose ; 
mercimoFUum, mercatura; en has. lat. 
tnarcadanda; en anc. Prov. merea- 
dabra, mertaderia $ ea Imu Bret* 
marchadures. 



MER 171 

MERCAnANT, mercadeni, merca^ 
dieTy rnercadour, mercatour : N^o- 
ciant, marcband, trafiquant; mer^ 
cans; en Ital. marcadente, en anc. 
Prov. mercadi^, mercadaire; en has 
Bret. marchadouTy marchader, mer" 
eery merchadwr. 

Mercadeiar : N^gocier, trafiquer, 
vendre on acheter ; mercari; en has 
Bret. marchtUa, 

Mercadiit : Halle , marcbd, foire , 
place publique ; mercatorium; en has. 
lat. mercatum; en anc. Prov. mar- 
candiura , mercadial; en has Bret. 
marchad, marchat 

Mercedb : Salaire , honoraire , 
recompense; de mercesy mercedis. 

Mercelot, mercerot: Petit mer- 
eier, petit marduind , d^taillant ; en 
has. bet. mercerius ; en has Bret. 
mercery mercher, 

Merceitaire : Pr^tre attach^ sans 
titre au service d*une ^g^ise , et k qui 
on n*assigne qu*uue certaine retribu- 
tion ; mercenarius. 

MERCEnrERE (portc) : Porte que 
Ton n'ouvre quelorsqu'on graisse le 
martean, c'ent-a-dirc, que Ton paie. 

Mercerie , pleuvoir sus la mer^ 
eerie de quelqu'un : Le hattre , Tetril- 
ler. On disoit aussi anciennement 
tomber sur la draperiey et 4 present , 
la f riperie. — Un clerc de procureur 
avoit joue plusieurs tours a son mai- 
tre , et en fut etrilid ; le procureur 
se raillant de lui , dit : 

J*efttQ]ft Taiitre jour sonrd : et rous , ettet^ 
vcnu potiit pnnais a cest heure? aentez-Toai 
bi«n le hali^ ? 

L'auteur ajoute par reflexion : 

Et Oien i^ait combien ilpleut sus sa mer^ 
£trie, Detphimrty Nemelk XM^, 

MERCBAirnii : Marcb6 , devis ) 
place ou se tient le marchi; mercon 
ius; en bas. lat. marthatum, 

MsRCRAifT : Marcband; mercanst 



Digitized by 



Google 



i7Ji M E R 

Mbachassie , tnerchaucie , mer'- 
chauciS : Boutique , magasin , res- 
de-chaussee ; mercatus^ mercatorium; 
en bas. lat. marchatum; en bas Bret. 
tniircheU, 

Mkrghe : Note, marque, signe. 

Merch^ : Not^, marqu^, d^sign^. 

Mbrcher , merchitr : Marquer , 
noter, signer, designer; en bas. lat. 
merare. 

Me R CHI, merely mercy : Piti^ , 
compassion, grace, mis^ricorde, par- 
don ; misericordia ; en anc. Prov. 
maree, Rendre merely remercier, ren- 
dre grace ; crier merci,prier merchi, 
demander grace , pardon , implorer 
mis^ricorde , s^avouer vaincu , s*a- 
vouer coupable; la vostre merci , 
avec Totre permission, pardonnez- 
moi si je yous dis cela , si je tous dis 
telle chose ; k cette expression a sue- 
cM^ , sauf votre grace , sauf respect , 
r^v^rence parler. 

Cn qni A ce fet , s*en amendera espoir 

€t aura Diex merei de lui. 

La Vie des SS, P^res,fol a5, f^. 

Apres se tenoit Cortoisie 
Qui moult estoit de tous prltie , 
lie fu orgueilleuse ne fole; 
C^est celle qui a la carole 
La sene merci m^appella. 

Ne fais pas dangier de tot rendre, 
Taut plus Tolentiers te rendras , 
£t plostost A merei Tiendras. 

Roman de la Rose, 

Por ceo ore, Seiguor lieye t*en en ton 
r«>pos , et tu et Tarche de ta force vestent , 
beignor Deu des cliapelaios , sain , et eslees- 
sent tes seints en bien , Seignor Deus ne bes- 
tonmes Chrispt : remembres des mereis de 
ton serf David. 

Bible, a* Paralipomines , chap, 691;. 41. 

Nunc igiiur consurfge, Domine Deus, in 
requiem tuam, tu et arcafortitudinis twe : 
sacerdotes iui, Domine Deus , indiumtursa- 
lutem , et sancti tui ketentur in bonis. Domine 
Deus , ne aperteris /aciem Christi tui : me- 
tncnto misericordianuB David servi tui. 



ME R 
Merc Vf ABLE , merdahle , /wer- 
ciaule : Bon, mis^ricordieux , ser- 
viable , compatissant , qui a da la 
piti^; misericors. 

Trais Dies a rons m*en ren conpaUet , 
Mercki tous pri , Rois merehia^les. 
Or en faites to volenti 
Et Tesme chi tont aprest^. 

Le Ditdu BariseL 

Ah Seignor ! tu es Deu merciable et debo- 
naire , souffraunt , et de moult de merci et 
▼erroi . lequel garde misericorde entre mill : 
que tola iniquitez, et felonie et pechez. 

Bible, Exode, chap, 34, vert, 6. 

Dominator Domine Deus, miserlcora et 
Clemens, patiens et multas miserationis , ae 
verax, quicustodis miserieordiam in miUia.: 
qui aufers iniquitaiem , et scelera atque 
peecata, 

Benoits sotent les merciables, car U persl- 
▼eronl merci, 

Bible, S, Maihieu, chap. 5, vers, 7. 

Beati misericordes : quoniam ipsi mtseri^ 
cordiam eonsequentur. 

Or menjnt nostre petit enfez lo burre et lo 
mlel quant il eiosi auuat en lui roismes lo bien 
de Tumaine nature , k*ll fust vrais hom sens 
pechiet, et Dens mereiauies sens jngenent. 
Sermons de S, Bernard, foU 8. 

Nunc autem parvulus noster bufyrum ei 
meleomedit, quandb bonum naturee humanm 
Di^ime misertcordim sic univit in semetipso , 
ut esset homo vents, etpeccatmn non habens : 
Deus misericors , et Judicium non exhibens, 

Mercriablemevt, merciablement, 
merciaulement : Atcc piti6, avec com- 
passion , avec sensibility ; miseri^ 
corditer, 

Ponrec Dens regardant nostres enfennea 

choses meilet la garde k ses flaeaa, et en sa 

. fermre as eslis fib , or est instes mereiaSle' 

ment pur ke soient desqueii en apr^ juste- 

meot doirent avoir mercit. 

Dial de S, Grigoire, liv, 4, chap. 10. \ 

Idcirch nostra Deus infirma eonspieiens 
flagellis suis custodiam oermiscet, atque in 
percussione sua electis fiiis nunc misericor- 
dtier Justus est, ui mu quibus postea debmu 
jttsti misereri. 



Digitized by 



Google 



MER 

MfimcviA)! T , mercianty mercient : 
Volontiers , de bon coeur. 

Mx&csi^ , merchiet , merchiez : 
Halle , march^ ; accord , conyention , 
•ction d*acheter^ mercatus. Voyez 
MiacBE. 

MB&GHIX&9 mender: Remercier, 
rendre grace ; de miserescere ; et 
payer, s'acquitter; merere. 

Let pi^ pour noiu aval detcendent , 
Et dn long de la croIx •*ettendent 
Yen terre poor fractlfier , 
A ceolx qui ce miitere entendeut ^ 
Et M donee merci attendent 
Poor enx en lui te confier, 
Ponr leurs amea jn«tiiier, 
Ponr aimer croire et fier ; 
Qui lenr vie et leurt bient detpendent , 
Et hii doncement mercier, 
Et loi tr^humblement prier. 
Qne leiirt cners o Ini en croia pendent. 
Testament de Jehan de Meung, 

Me&cbiek : L'action de marcher, 
d*aller, de se promener. 

Mbrchike ▲ TAULETTE : Marchaod 
on mercier qui ^tale sur nne petite 
table. 

BlEmcoEUR , Mercoeur, Mercueil , 
Mercuer, Mercurey, Mercurol :\\}lts 
qai prirent leurs noms de lieuz con- 
sacr^ 4 Mercure , qui ^toit une des 
principales diyimt^s des Gaulois ; de 
Mercurius; en anc. Prov. Mercou , 
Mercouir^ y Mercouiroou , Mercoui^ 
rot; en bas Bret, et en Gall. Mercher, 
Sftercure. 

Meecees : Mercredi, le trobieme 
jour de la semaine ; mercurii dies, 

MEECDEiJiLE : On appeloit atnsi 
rassembl^quelesparlemens tenoient 
le premier meroredi qui sutvoit la 
•ematne de Plaques. 

Meedaille , merde : Terme inju- 
rienx et de miftprit, selon D. Car- 
pentier. 

Meee , ponr nterc : Le droit qu'on 
pale pomr le bornage des terras. 



MER J73 

Meee : Nourrice ; de mater, 

Meee : Plus grand, majeur, prin- 
cipal; maire de ville; major. Mere 
ecclise , ^glise cath^rale ; major 
ecclesia, 

Meeeau , merel : Marque , stgne 
que le yendenr donnoit a Taclieteur 
pour prouver que la marchandise 
^toit acquitt^e ; de matricula, 

Meeeau : Terme injurieux ; petits 
cailloux qui se trouvent dans le gra- 
vier des fontaines et des rivieres ; et 
selon Monet , jeton pour compter. 

Meee d*iauwe : Ruisseau prin- 
cipal , celui qui re^oit les autres cou- 
lans des petites sources , comme la 
mer re9oit les grands fleuves. 

Meeeluee : Jen de m^relles ou 
marelles , tablier sur lequel on joue 
aux marelles, et jouer aux mdrelles; 
de marcella et de madreltum, selon 
Manage; et de matricula, suivantle 
Pere Menestrier. Voyez Maeelliee. 

Meeeh , merende : Goikt^ , colla- 
tion, repas entre le diner et le souper; 
merenda; en bas Bret. mem. 

Meeekgolie : Chagrin , tristesse* 

Meeehgoliee : £tre abattn, avoir 
de la tristesse, de la douleur ; du Grec 
fi%>^yZ^>J«^9 ou de moerorem colere, 

Meeehgolieus , merencoUex : 
Triste , chagrin. Fl Meilahcolieux. 

Meebsle : Soufflet ou coup dc 
poing. 

Mbeeteigal : Qui appartient a 
line prostitu^ ; de meretricula. 

MIeghs , miSr^d : Seigneurial , 
qui appartient au seigneur; domi- 
Fucus; d'oii Ton a fait dimerghS, dou^ 
mer^ie, dimanche; dofninica dies. 

Meeole : Houe , b^he , pioche , 
binette , instrument a labourer la 
terre; merga, 

Meegueeon : Margueritte, nom 
de femme ; Margarita, 

Mbeiavb, meriene : L'heure de 



Digitized by 



Google 



174 M E R 

midt ; le sommeil d*apres dtn^ ; de 

meridies y meridiana hora. 

Meridier (d^mon) : ^pilepsie ; 
deemonium meridianum, 

Meeie : Mairie, les droits et les 
fonctions da maire. 

Mbeih : Maire de fille ; major, 
Sergent merin et sous merin , dans la 
Coutume da Bailliage de la Boart , 
litre I , art. 3, 7, 8, et litre 14, 
art. i,a, i49i5,i8, &c. , sergent- 
major , premier sergent , premier 
huissier; dans TEspagne et la Na- 
varre Fran^oise , ce sont les magis- 
trats, les jages; majores. 

Meeie y menter : R^compenser , 
payer, rendre an bienfait , m^riter , 
gagner; merere. 

Li Rou de Hoogrie RToit nn fil qui malade 
ettoit , •! manda Tpdcras qu*U Tenut a Ini 
poor ton fil corer et garir , et il le II meriroU 
l^ies. Bomam des sept Sages de Rome, 

htlt de tout aeur^, Dleo merci, 
Se mi travailh ne sunt de toiu meri, 
A dolour vis, si mnir ne me covient. 

XXXII* Chanson du Roy de Navarre, 
Quant Diex la volt Unt ob^« 
Qui n*estoit mnables ne faus, 
Bien nana i devont done t«i^ , 
Douce Roine naturaut; 
Cil ki Touf sera feaus, 
VoDs IJ saur^s bicn merir, 
Derant voos poura renir 
Plna tXert k^ettoila jomanz. 

LXIIP Chanson du Roy de Navarre. 
Amans ceste ezemple aprenez ; 
Qui "vtTg vos amies mesprenes , 
Car se tos let lessiez morir, 
Dien vons le taura bien merir, 

Roman de la Rose. 

Meets : Ancien ' javelot , sorte 
d*arme offensive. 

Meeis , merie, meritz, meriz : R^ 
compense, chose avantageuse , meri- 
loire et profitable ; de meritorius, 

Seignor, ee dist Cesar li Roia, 
Par cent foix aoiez bien venu ^ 
Moult Tons par bien est avenu , 
YcNM teres hakemtnt serriy 



AlER 

Selone ce qu'aTes deuerri ^ 
L*onour tous sera bien merie 
Que vers moi ave* deserrie. 

Roman de Dolopato^^ 
Mais par la donlce humility 
n Tonlast que Thumanite 
Si fonffrit mort et paMion; 
Et pour nostre salvation 
Sj lui requit-il bien en Tenre 
Que point encores il ne meure; 
Mais DIeu le pere par sa grace 
Dit : mon fils , il faut qtt*il se face ; 
Sy en sont a lui les meris, 

Testament de Nesson, 

Meeise : Sorte de petite cerise 
aigre qui vient dans les bois ; en 
Picardie , on la nomme cheche, 

Meeita : Relique, partie d*aik 
corps saint. 

Meek : Marchandises. 

Meele , marie : Marne, terre qui 
sert a fumer et f^onder les terres 
labourables. 

Meeli^e , merlon : Cr^neau d*une 
tour, embrasure d*une maraille. 

Meel^e : Querelle, dispute, pro- 
ces, guerre. 

Meelettb : BAton ou verge de 
sergent. 

M'EKT.iw 9 merlieus, merlieux , mer- 
its, merlii : Querelleur, brouillon , 
chicaneur, qui excite des disputes , 
perturbateur. 

Teles croix qu! sont aasisea bors des liex 
saints ne garantisaent pas les maufeteurs, tout 
aoit il ainssint que il i voisent en ententios 
d^aroir garant de liur meffet, car se tela 
croix ponvoient garantir le maufacteur, li 
meurdriers, et li robeurs de chemin, et U 
mer^ anrolent trop grant marchi^ de leura> 
meflets. Cgtitnme de Beatufoisis , chap, %5. 

Meeliv : Person nage fabulenx, 
docpMl il est beaoconp parl^ dans 
DOS mvums de cbeyalerie , de f^rie 
et de la table ronde ; il ^toit fort rd- 
-v^r^ en Angleterre da temps du Roi 
Artus; on le regardoit comme un 
grand enchanteur : sa yie a ^t^ le 
sajet de plusieurs romans. 

M^RKX , tnermdau , menrutm z 



Digitized by 



Google 



MER 

Moiiulre « pins petit ; minimus , a 
Tablatif minimo. Menne d*aage : Mi- 
neur, en tres-bas 4ge ; d*oii les mots 
marmot, marmote, animal tres-petit , 
et maimouset. Voyez les diff^rentes 
etymologies de ces mots , rapport^s 
dansRagneau,qni, ayec raison, les 
d^rrve de ces mots , qui sont form^ 
de minimus on de minor, 

MaSi %% n RTient que celni qui reqnlert heri- 
tage a est^ merme d^aage en unt que Taotre 
la tens , et il dedans l*an et jour apr^s ce que 
flla en aon droit aage est venn i sa requeste , 
bten pent reqnerre 1 Vritage , et de tioC de 
tens com il fu merme ePaage la teneure da ton 
arersaire ne li grieve. 

Assises ae Jirusahm, chap, 87. 

Qnant Dieu fit son comandement de Hngue 

le petit Boy, qui fn fis don Roy Henri et de la 

Xoyne Plaisance, te Roy Hague qui tenott 

son bailliage adonc porce qa*il estoit mer^ 

miaus ala a^ant , requist as homes la seigno- 

rje , et les homes le rec^rent a Seignor , et 

fa corones , et apris ce , rlnt en Acre a re> 

qnerre le Royaume de Jerusalem as homes et 

a la gent de Acre. 

it^mes Assises, chap. 3oa , intitiJS : Ce est 

la maniere coment les homes de la haute 

Court don Royanme de Jerusalem rec^- 

rent a Seignor ledit BaiD , et fn corone 

doudit Royaume aprex la mort dou Roy 

Hogues qui estoit mermdaus , qui tenoit 

• son Bailliage. 

Meeoison : Doulenr , affliction , 
cbagrin cuisant, d^plaisir j moeror, 

Meequatouk : n^gociant, mar-- 
chand; mercator. 

Meequkdis, merquedyi: Mercredi, 
troisieme jonr de la aemaine ; mer-^ 
curii dies. 

MBEQniBE : Marqner^ imprimer 
nne marque. Voyez Maeche. 

Meeeain , inerreinf merrien ; Bois 
de cbarpente et de construction ; 
materimnen, 

M EEEEE : Labourer ayec la marre 
on la boue ; de marra* 

Mees : Coups d'^p^, selon Borel> 
qui cite ce rers d'Ovide , Mss. 
Se donaant da moot fdaaa meru 



M E S »75 

Ce seul vers n'ett pas suffisant pottr 
determiner la signification de ce mot, 
qui pourroit signifier toute autre 
cbose que des coups d'^pee. 
Mees, merz : Marcbaadises. 
Meetih : Martin , nom propre 
d*bomme ; Mardnus ; an f^minin 
MertemUe. 

MEEuLii : Soukgement, amen- 
demeut. 

Meeyeillable , mervoillable : 
£tonnant , surprenant , merveilleux , 
admirable ; nurabiUs. 

Et sachiea que je cuidoie estre 
Pour voir (vrai) en paradis terrestre, 
Tant estoit le lieu deliefahle 
Que c'estolt chose merreiUMe. 

Brnman de la Rose. 
Meeyeillee , merveilUer , mer- 
voiUer : Surprendre, ^lonner, ^tre 
surpris ; ^blouir, a4niirer; mirari ; 
en anc. Pro v. meravjlar. Se dormer 
merveille : Etre surprb, s'^^ooner. 

Quant je ving devant li e^ sa chambre, la 
oiii U estcnt tout seid, et il me rit et estandi 
aes bras et me dit : A! Seneschal, j*il pardne 
ma mere. Sire, je ne m'en menpeafflrpas, fisje , 
que k mourlr aroit elle ; mes je me merveilh 
que Tous qui esCet an sage hoiae, avoit meoe 
si grant deal. Jbinvi^, Bist. if Sk' Louis. 



M^TiyrT^WLisTsri^mmpe§iiemse$t^:Cn' 
riositd, cbose ^tonnante et rare; hu- 
meur bautaine, fiert^ ,. avrogasee. 

Meetsillous, merveiilej: .-ilton ne, 
surpris, menreilleuE} baataio, ficr, 
insolent; mirabOis. 

Meeyoile : MerYeiIl6,admiration; 
miraUliuu. 

Meexaii : La Yilto de Mand, situ^e^ 
aupres de celle de Nancy ; MarsaUum, 

Mss : Contre, malgr^. 

Cuidiez-Toaa bien qae le y%mM dot^? 
Dist Juno^ tost avMta jti^ii 
Mes moi , car plus beki suia^gie. 
Philippe de Fitri^ Mitamorphoses tTOvide, 
partant da /ugemwtt de Pdtis, 

Mes : Mon ; mew:, Mes baron : 

f 



Digitized by 



Google 



176 M £ S 

Mon man , mon homme ; vir meus, 

Les fenimes appeloient ainsi lears 

maris. 

Mes lirre me dit et rerele 
D*ime nonains qui moult fa bele 
Un bUx mirtdes monk piteax, 
Et a olr moult deliteax. 

Gautier de Comsi , Iw. i,chap. 17. 

Mbs : 'Nlel^male; mauvais, TTio/er^; 
d'oii tous les mots composes qui com- 
mencent par mes, comme /nejestimer, 
mal^ asstimare ; mwallier, male aili- 
garey Ctc^ 

Mes, mez : Le sacrifice de la messe ; 
missa. 

Mes : Demeure , maison ; mansio. 

Mes : Mesure ; mensura. 

Mes : Melange d^herbes. 

Mis : D*abord , eo premier lieu. 

Mis, mez : EuToy^, messager, 
ambassadeur; missus, 

Li m^ se met tost k la Toie » 
Ta«t a left drois chemhu temis 
Qae en Engleterre est venuz. 

'Roman de Percevtii, foL lao. 

Premierement Tojez la lettre 
Laqnelle on m'a tooIu tramettre 
Secretement poor mot iofttruire 
Par nn mh qui vicnt de rem{»ire. 
*Tragidie de la Vengeance de J. C, 

Mis : Message , envoi , mission , 
ambassade ; missio, > 

Mis : Plus 9 jamais , pas , point. 

7ol ftVn eftt en fiitant ftiie, 
Qnar de eat do monde baaie 1 
11*1 a mh foi , nc leaut^ , 
]^n lien de celet, crnaute 
£t manvestle sont de&cendaes , 
Paitont on ftt lenr roit tendnes. 

Wakiiau de la Complainte d^Amwi, 

Qnant Japiter Inl fist trendiier 
Le diief ponr Ino rerenckler , 
Qu'il avoit en vache mn^ , 
De forme hnmaine deonu^, 
Mercnrloft le Inl trencha 
Qnant de lono se reTencha , 
Tl *» Tandroit sa garde uUs rien , 
Fol est qni garde td merrien. 

Roman de la Rose. 



M £ 9 

Mis : Dans la suite , a TaTenir. 

Ha Bd-acueil , tant toos ai diier y 
Tant estes bd , et tant vales; ^ 
Mon joU tans est tons des, 
£t Ij Tostre est k Tenir, 
Pon me poarrai mh soostenir 
Fors a bastons on a potence. 

Roman de la Rose, 

Mis : A present , maintenant. 

Chascnns se Tent mis entremetre 
De blaus contes en rime metre, 
Mats je m'en suts si entremts , 
Qne j*en at on en rime mis 
D'un march^ant qui par la terre, 
Aloit mardieandJse querre. 

^Fabliau du Cuvier. 



Aniense , Tens-en tn pins , 
Fet Symoos, qni la va gabant« 
Bien a abatu ton beubant , 
Sire Hains , par teste meslee ( 
Seras-tn mis si enparUe, 
Com tu as est^ jnsqn'a ores? 

Fet Symons ainx qn^lsses issi 
Fianceras orendroit ci 
Qoe tu ja mis ne mefferas , 
Et qne en la mere! seras , 
Sire Hains i tos les jors mis 
£t que tn ne feras ja mis , 
Chose nule qu*il te defTenge. ' 

F€iM, de tire Hfuns et de dame jimeuse. 

Mis (n'en pouyoir):£ltreauxabois^ 
a Textr^mit^. Je n'en puis mes, je 
n'j'puis mes : Cela n*est pas ma faute. 

Qnant tous dormez nous en aTons 
La noise , qui mis n'en potions , 
Vous estes-TOus ores conchiez , 
Or TOUS leTes , et si bouchiea 
Tous les pertois de ceste haje. 

Roman de la Rase, 

Mis , a tos JOTS m^, it tos les Jors 
m^s : Perp^tneliement , pour toute 
la suite des temps , pour toujours. 

Mis : Ragoikt , mets , ce que Ton 
sert sur la table ; de missus on de 
meto, selon Ducange; et selon d'au- 
tres, de ministratio ; en bas. lat. 
missorium, missurium, 

MssACBiiciEa : Mai accenser ua 
h^itage, le mal afiermer* 



Digitized by 



Google 



Mbsidtxhanck : Dugmee , d^sa*- 
grtoent , accident ; miM adventus. 

MssADYBiriirT : Ficheux, d^sa- 
gr^able , ennuycux; malS advtmens, 
qui maU advemt, 

MXSA.DVKKIR : Arriver mal > tour- 
ner mal, se dto^nger, tomber dans 
rinfoTtnne ; maU i^vemre, 

le me tlrti on pen «b ma 
Qi^ant de Narciuus me toavint , 
▲ qui li tr^f-fort mesadvint, 

Roman de la Bo$€* 

MESAssMEa : M^estimer, faire peu 
de cas , ne point aim^ m^pris er, d^ 
daigner ; maU cesdmare. 

Mesaoe , mesaige : Message ^ mu-* 
sio; envoy^, ambaasadeur; missus, 

Mesaise : Tristesse , cbagrin , af- 
fliction , peine , fatigue , misere. 

Car Toos mtcx que le sage dlt , 

que nUsaUe que Tomme ait oh coer ne li doit 
parer oh. vltage ; car cil qui le fet , en fet liez 
(content) set ennemii et en misaise set amis. 
JotMpiUe, Misi. did S, Louis, 

En jonglenr est mauTais meitier, ear tant 
pins anra froit et mesaise , de tant plus on le 
Mmondra de chanter. 

Roman do Gerard d€ Nevers. 

De tek galans et compaignons , 
Qui si Inults biens non d'eulx obtiennent; 
C*est ainsj que des champaignons. 
Qui i cop en one nnlt Tiennent; 
L*on ne s^et apr^ quells deriennenty 
£t est en fortune tant mauTaise, 
Quelle consent qu^Ji ce parTiennent , 
Poor lenr faire plus gruit mesaise. 

Dialogue du Mondain, 

MESALi : G&t^, corrompu, pnant, 
ponrii; nuU^ seUitus, 

Mesamer : Ne point aimer, 4tre 
indifferent, hair; male amare, 

MEtAREIYER. ^O^^MbSADVENIR. 

Mesasure : Saumure, liqtienr qui 
se fait du sei fondu , et du sue de la 
chose sal^e. 

Mesatgier : Messager, eUToy^i 
d^ute, ambassadeur; missus, part, 
da mittere; en bas Bret, m^ss^owt. 



M E S 177 

UESAYxma, subst. : Bfouvaise 

r^ussite dans une affaire. Foyez Me- 

SABTEiriR. 

Mesatevturb : Malheur, infor- 
tune, mauYais succ^s; mala ad-- 
Ventura. ^ 

Mbscaavcb, mesc€ianche, mes^ 
chance, meschdance : M^hanoet^, 
malice, accident, malheur, infortunej 
de maU cadere, modus casus. 

Tn esle yraj Dien, qui mcfcAA/iM 
II ayities point, ne malignity : 
Et arct qui, en Terit^, 
Haliaiteurs n^auront accointanee , 
Ne dcmourance. 

Marot,Ps,S^ 'vers, ^ 
Qni est celny qai en nng seul jonr , 
Soit en nopces on en plaisanee , 
Sans aToir ennny ou doulour 
Monrement de concupiscence , 
Despit, appetit de Tengenoe, 
Ire, orgeuil, sonldajne tristesse, 
Ou quelqu'antre male meschance? 
Brief il n'est joye sans tristesse. 

Dialogue du Mondain, 

Mesghautgier : iltrc tromp^dans 
un Change. 

Meschans, meschdans : Halheu- 
reux , infortun^ , m^cUant : rrude 
cadens. ^ ^ ' 

Et desreuboit les march^ans , 
Mont en i fist de meschdans, 
11 n>^rgnoit ne Qerc, ne Moiae. 

Le Die du BariseL 
MESGHANTEMBIfT PARLER ! Mru- 

Taise prononciation caus^ pak> I'em- 
barras'de la langue. 

MesgHaoir, meschdoir, mesche^ 
poir^ meschoir : Venir mal , tourner k 
mal, d^heoir, tomber dani Tinfor- 
tune, tomber en disgrace, essuyter 
4an malheur, ^houer dans un projet ; 
mali cadere. 

EUe en fait serment , et dit : mesMoir me 
pntst-il, se jamais le fiinsse. 

JlomoM de Qorard d$ Ifersrs. 

Qn'est ce, dist*il» bias dons amlsV 
Qni Toa a en tel torment mis| 

M 



Digitized by 



Google 



178 



«ES 



Pvitqae toiu toI f i defch^ » 
Je conois ija'il tos ent macheu. 

Roman tie la Rose, 

Mbschkv y mesoki^y meschi^s , 
meschiez, mesdrf^ mesdis : Malhenf , 
accident , faate , catastrophe. 

liorC tera^ en moalt grant mescMef, 
Bt te vleodi^nit XotX de reehief 
3oi|pir«, •t.pkttttM, -et l^istMU» 
Plo^ poignantes que herissont. ^ 

Roman de la Rose, 

Eureni ne pent ch^oir que uir %t% pi^t, 
£t malhenrens san» hurter tantott Terse , 
Enreus ne craint'ne xnal-teoipB ne meschUs , 
Et malheureos treuve les faiux marchi^s. 

Dance aux Aveugles, 

MEscfti&oi&9 tubst. : Malfaear, ac- 
cident ^ fortune. 

Et fortnae la aMMb^ante, 
Qnant tur let homet Mt ch^ante » 
EUe let fait par eon m^schioir 
Tretton* ti cLeremeat T^ir, 
Que lenr fait tcb amis trouver , 
Et par experiment pronrer 
Qu^ Talent mieux que nul aroir. 

• Roman de la Rose. 

MsscHiN : Jeune garcon , jeune 
liomme \ tx, valet, domestique ; en bas. 
lat. meschinus; d'oii Ton a formd le 
mot mesqnin. 

M^ ensen^le o ens Tint un meschin 
Qui Tamenolt a i)roit chemln. 

Le Lai d^Yonet, 

MsiGHiVAOii , mtschirmage : 8er- 
-yice , condition de celui qui sert, ^tat 
de servante , de domestique. Fp^cz 
la- citation de FaiRACHAOEa. 

MascHiiTE y meMne , mesquine ,* 
C^ mot designoit Element, iine filie 
eag^n^ralfde quslque quality qu*eUe 
flit, une servante, une jeune fiUct 
une demoiselle ou une jeune dame ; 
Borel derive ces mots de TH^breu 
mechinach, 

•Bt li Bob mitt 4 k mesekite 
El dbiaf ue coronf fine. 



MES 

ITeit nna qni cliaienni jort ^e pintt 
De cet tonneaux ou quarte , ou plnte , 
On muid , ou aeatier, on chopine, 
Si com il plest a la meschine. 

Roman de la R&te. 

Ke el bore de Spolice une meschine jk^m»' 
riable filhe d*nn ProTott ke ele arst par lo 
dealer de la celeste Tie , et set peret tolt tra- 
TeHhat d*en coutrest^ a lei a la Toie de Tie, 
malt despitiet lo pere, prist-ele Tabit de 
•alnte conTertalion* 

Dial de S. GtSgoire^ 2rV. 3, chap. 21. 

Qu6d in Spoletana urhe pnella qumdam 
jam nubUis cujtudam primaru fUia , ccelestis 
viue desiderio exarsit, eique pater ad viam 
*viC€e resistere conatus est; sedcontempto pa^ 
tre, conversatumb sanctos habitum suscepit, 

Ma^t encor ce ne talrai-je mie, ke li deTant 
dlz Probuf li serjans de Deu, de sa ieror 
Bfusa par aon , une petite pueele toloit racon- 
teir diMua : ke par one nuit lui apparait par 
Tiaion la salute mere de Deu la Tirgene Marie, 
et se li mostrat mesckines de too eage en 
blanch«s Teittirea at queiz qnant cele desi- 
roit eiCre jointe,mais 4 ele ne aoi o se Tet pai» 
joindt-e , dnnkes fn demand^e de la Toia de la 
bteoearouse Marie tos tens Vlrgene , se ele 
Tolott eacre asoc alas, et TiTre en lo sien 
serTise. A cui quant cele m^'sme meschine 
disoit ge Tuelli , dunkes prist man^s de celei 
Comandement kMe jamais ne fesi&t nufe le- 
giere cbose , ne alcnne chose de mesckines. 
Ibid,, li¥. 4> chap. 17. 

Sed neque hoe sUeam , quod prsetUctus 
Probus Deifcunidus de sorore sua , nomine 
Musa, puefla p€uva, narrare consuevit, di- 
cens , qtu}d quadam nocte ei pet visionem 
sancta Dei genitrix semper vir^ Maria 
appctruit , atque cocevas ei in albis "vestibus 
pnella s oslendit, Quibus Ula ciun admisceri 
appeteret, sed se eis jungtre non auderet; 
beata: Marite Firginis voce requisita est, an 
^tfeiii cutn eis eise ; atque in ejks obsequio 
viverc} cui cum pneMa eeuhm dtceret, 'volo^ : 
ab ea protinus mandatum accepit, ut nihil 
ultra leve et puellare ageret, 

Meschiitkttb ; Petite fille , petite 
servante. 

Quant oe ewendit la metekiaiBtm, 
Plouraut rerient chez la TieiUette. 
Cautier de Coinsi, liv, i , chap. *o. 

. MESCflin : Moiqu^iytampie d^ 
MaUom^tans^ «ai baa. lat. mnckitm. 



Digitized by 



Google 



MBS 

Mescbivb : Ce mot se troiiye dans 
la Contume de Beauvoisb, ch. Sg, 
page 21 1 , er il est r^^t^ a la page 
auivante , pour meschine; mais il est 
mal ^crit , il fan I lire meschine. 

Meschoie. Fojrez Mesgha.oir« 

Meschoisi : Mai choisi. 

Mesclaf : Bruit m^l6 , bruit con- 
fus, sedition, querelle; miscellanea* 

ME9CI.AIGVE : Bled m^teil. 

Mescoint : Difficile, m^chant, 
mauTais. 

MEscouPTsa : Mal compter, se 
tromper, ou tromper un autre; male 
computare. 

Mescoitduibe : ^cotiduire, refu- 
•er, se mal conduire j male comktcere, 

MEscoNEissEa : Ignorer, ne pas 
co^noitre, m^connoitre ; male co- 
gnoscere. > 

Mesgonseiller : Donner de mau- 
vais conseils, couseiner de mechantes 
choses \ maU consiliare. 

Dist Renard , par Saint Nicholas , 
Je ne te mescomeiUerd pas. 
Que tiiio*as Hia Talente faite j 
Or poez dire qaaat je te haiCey 
Et je te coDseiUere bieiu 
Roman da second Renard ,fol, i35, A*. 

Mesconterksse : Femme qui cher- 
che a tromper en faisant un faux 
calcul , un comple inexact. 

MEscaEAiroiaE,/R^xcr^€iii<r>e : In- 
cr^dulit^,idol4trie, paganisme, faxisse 
croyance , h^r^sie j mala credential 
en anc. Prov. rnescrezenza, 

MsscaiANs : Infideles, rentals, 
b^^tiques,idolitTes; malecredentes, 

Mescroire , mescreer, mcscr^oir: 
Nepas croire , sonpconner, se d^er, 
ne point a j outer foi , douter, nier ; 
male credere, 

Qoant je terai ea i^a laiaine i^ il m^ aet 
que demander je li feral droit par Tostre 
Court , Sire , et se tout meseries qne enci ne 
«ott com je Tons ay dk fiutea ie oeqnerre et 
me faites si com tous df vf» par TAasise oo 



M E« 179 

Tu&age da cest Royaume com da aouveUa 

dessaisine. Assises de Jirusalem , ch. 63. 
Sachea de veir qui fei areit, 
Ja noitre Sires de rien nel mescrereit : 
Si mestf ers ert, i tete le voleit 
D*mi lieu en antra les maax rcnmeiwit. 

Roman des Rmnans, strophe i55. 
Mescru, mescr^U : Sonpconn^ , 

m^onnu , a quoi l*on n'ajoute point 

foi ; malS creditus» 

Qnl d*une est deceus, 
De cent est mescr^us. 

Jncien Provtrhe. 

Mesgttelle, lisez m^escueUe : Mon 
4cuelle ; mea scutella, 

Qnant jVi ce, je boat^ mescaelle ^rrier^, 
JomyiUe , Mist, de S, Louis, 

Mesdem AiNif E : pomaine, seignep* 
rie , selon D. Car|>entier ; il s'est 
tromp6 , il devoit lire m^s demainn.e, 
mon domaine. 

Mes nE MARiA(»E : Droit qpe cer- 
tains sejgneurs ayoient , et qui con- 
sistoit a se faire donner par |e vassal 
qui se roarioit , du pain , du vin , et 
nn plat de ckaeua des mets scrvis au 
repas de noces. 

Mesoi , meidi : Jti'hej^re de jnidi , 
moiti^ de Ja jouro^e ; m^dia die. 

Mbsdtbx, lisez mes diex : Cri d'ex- 
clamation , mon dieu I 

M^sM^.]^ .: Mal parler, calomnier, 
criliqu€;rj maledicere. 

Mesjdi^, mesdit : Mauvais dt^ours , 
calofl^Me^ m^disaiioe* 

PoIsqu*n voos plalst,' je feray mon ^^Toir , 
Et roesdisans de mon petit povoir, 
Informeray de vos haultcs vertus / 
Tant que par moy leurs mesdits abatas, 
Seront da tout et yofre lionneor lev^ 
En son faaolt pris sus les cieulx ele?^ ; 
Et prie a Dieu qu*il me doint si Bien dlr« 
En Tous looant, que £asse crerer dUre 
Las masdiaaos at tavXn leurs seqoelles. 

Rfilade centre les MesdisanSf 

MEsx>oKir« R (se) : S'abandonner a 
autrui , se m^sallier. 

Mes» : CaqiKc ou fatfU.d,^ tgrfcngf . 

a 



Digitized by 



Google 



i8o M £ S M E S 

MKSBmK : Le mime , le pareil. Jubiur. Note. Qae non po«r d« «obtl>!tit!«i 

Mbsel , mes^au, meseus, mesias, fot ««P«ch«m»t «. ...ruge come «n «»f«t. 

mesiaus,mesiau.,mesia.,me^au ^^-^^I^/^fSZ:^."^^ 

mezel, mezlaus : Lepreux , atUque 

de la leprc: malheureux, infortun^; ^^^ «« ^oit ?•••»«" oi « *«««o|- 

**'^ * *^ * 1/ ^ ^_ gnige , ctr cowtume s^corde que il soicnt 

mixtfto/ ; en bas. lat. messeUus^ea ^^^^ ^^ ,^ conTer«iUoii des .atrei gent. 

Hal. miselie. Ducange , dans »C8 Ob- Coutume de Beauvoisit, chap. 39. 

scrvations sur rflistoire de S. Louu, i^,,^„^„ ^ ,^^ ^^, ^^ .peu 

page 34 » dit que toorc et mesel sont jjoume sain, ou quint U hon» Mint apele a«. 

synonymes 9 et signifient l^prenx ; mesel, li mefMuu paet mettre en u defense 

Barbazan pretend qu'il faut en faire qo« a eit hon de U loi voodiine . ne que 

. ^/T T ^ t ju :i ^«» •«» " «»'«»* PW tenui 4 respondre U ou d j Ait 

U diStincUon; me^^/, dlt-d, est un ^^^ STencore par ^t Tire reton te li 

homme convert deplaics eta ulceres, mesiam apele hoome tain, te puet li bon* 

ct ladre, est nn honune insensible 9 taint delfendre que il n*ett pat tenut a ret- 

^oique bien .urement mesel ait ^^'^ "^^^Z., cka^.H. 

aignifi^ un l^renx ; pour moi , je * -t »- 

crois ane la mesellerie a ^t^, dans ^^ mexei ne poent ettre faeirt i nuUu*. 

r. , .^ 1 j« j-rr^u.^-.*^ J^i« partant que la maladie toit apparoittanU com- 

rongine,unemaladiedl£f^entedela ^jm^tnt, maitilttendrontlorTiereritage, 

ladrerie, que par suite on les a confon- q^e m aToIent , eint qn*il futsent metel, 

dues , et qu*elles ont servi a designer Ancieime Coutume de Normandi^* 

ixn mal affreux , que I'on r^putoit le Meselebie, meseUerie, mezelene, 

plus dangereux de tons ; il parojt ,^^^^„.^ , H6pilal ou Ton recevoit 

certain que les mes^aux ^toient trai^ j^^ M^xtm. , la maladie de la l^re ; 

t^s moins s^veremcnt que les ladres. y^cUana. 

Senetcbal , or Tout demande-je, fitt-U, g^^^^ qui ne t^ bien ditcenwv 

( S. Louit) lequd toui amenea miex . ou que ^^^^ ^^^^ ^^ maUdie , 

Tout ftettiit mesiaus, ou que Tout euttiit ^^^ ^ ^^ meseOerie, 

fait un pechie mortel; ct je qui onquet ne U jg^j^ j^ moienne et le menre. 

menli, li retpondi que je en wie^e nilex LePelerinage de thumaine ligfUe. 

iToir fait trente, que de ettre mesuuts *^ ^ 

Tout deittet conune battit-mutan $ car nnlle £e Ini garir dix me s iaux 

ti laide mezelerie n*ett comme d*ettre en Letqi^lt deTind^ent taiut et beaux 

pecbi^ mortel. JoirwiUe, Hist, de & Louis, Sant tache de mesellene, 

Por le lepre ne doit Ten pat femme de- 7>tig^die de la VengeoAeede /. C. 

partir de ton mari , et I'en dit ci que le MesbREE : S'^rer, sortir de U 

fn«5e/teTolt tenir chateibent,eleaepotBa- • «.. ji i* 1 • 

i^tVtrorei qui; et te le mei«/ r^quiert voie , Atre dans 1 erreur, mal agir, se 

a cohabiter tTec ta femme , elle ne li pot tromper, errer, faire une faute \ male 

nier. Jfote, Que home ne pot ta femme lestier errare ; en bas. lat. meserare, 

que por fornication , et por lepre nou , et Meseril , pour maisnil : Ferme , 

mesel te poent maner. L en dit ci , que cele Xf * * 

ctt for^able a etcherer le manage , te ti metainc 

mari deTient mesei, entre tant qu*il futt fianc^. Mesestah GE , mesestonche, me$es- 

Mss,delaBibL Impir,, rC 8407,^0/. 100. tanse : MauVaise situation, mauvais 

Unt etpota une fame , qui par rompnre ^tat , triste existence , malaise , dd- 

aToit perdu ce qui ctt necettaire , nonquea plaisir, chagrin 9 peine 9 a£Biction \ de 

n'babiu arec ette, por ce qn'il e»l Wow ^^^ status, ou de mala StOtio. 
te Tclt i autre maricr, et 1 en dit qu ele te 

marit » car le premier ne Taut rient a marier , Tu me cont^it tot tcm bien, 

^e pl«0 qne im anlMit , quant il ac pot «o- Ifait dt ton lyal «• dels rlani 



Digitized by 



Google 



HES 

Or ag ta peiir de U gent, 
Des chas , det chtens tot entemeiit , 
Et des «iigins qa*oii fet poor toi; 
liicz aim ettrt an boU, poor moi 
En teoret^ et tens dotance, 
Qa*en grant sale o mesestanee. 

Fable des deux Rats , par Harie 
de France, 

Mesfai&b : Faire da mal , com- 
mettre une faute, un crime, se rendre 
coupable; malrfacere. 

li anemi Ten douterolent 
Et mains Mukt te mesfiroient. 

Roman dm Brut. 

Mesfaxt, mesfez : Coupable , cri- 
nunel ; malrfactus, nu^acior. Yoyez 
Maufais. * 

Hon pere toi dedans teoir : 

Mats je ne Toserai Teoir 

Trop tni mesfet : mais tote Toja 
M'estnet qne deTant li m'apere. 
Ge snis ses filz , il est mes pere. 

Cortois d^Artois,/oi, 85, il®. 

MxsFiLz , lisez mes filz : Mes en- 
fitns « mes petits-fils. 

Mesfissit : M^fiant ; male fidens. 

Mesoa&de : InadTertance , inat- 
tention ; de maU cavere, selon Bar- 
bazan. 

MssoETBE, mesgetter: Se d^tour- 
ner, quitter scm chemin, sa direction ; 
nudijactare, male J€icere. 

Mescik s 9 mesgis : Peau pass^ en 
jn^gie. 

Mesgle : Hone , inttrnment k la- 
bourer la terre. Foyez Mergle. 

Meson^e, mesgnie : Famille , mai- 
son , domestique y suite d'un grand. 
Fojrez Miioii^B. 

Mesoue : La raffle du raisin ; 
petit-lait 

Mesguerchiee : M^gbsier, ou- 
"▼Tier qui pr^are les peaux. 

Mesguighier : Preparer ou tra- 
Tailler en m^gie. 

Meshiing , meshain : Blessure , 
affliction , peine , chagrin , incomxno* 
dit^. Fojez Mesaiit. 



IfES i8i 

BeUe-F!n«, je Tona an prie, 
Debontex fiert^ et desdaing; 
Car ils sont, je Tons certifie , 
Causa de Tostre grant meshaingf 
Ce Tons seroit bien petit gaing , 
Se par Tostre durt^ mauvaise 
Moroit nng de donlcenr tont plain, 
Qne pores sauTer a Tostre aise. 

Confession de la Beile-FiUe. 

Meshui , maishid, maishuy, mes- 
huy : Aujourd'hui, tant6t, d^sormais, 
dor^ayant; de magis et d*hodie. 

To fais le rimenr en prose , 
Et a qui rends tu tes coquilles ? 
8«^ tn qn*il est , ne me babillea 
Meshigr ae ton b^ , et me paje. 

Faroe do PatheUn* 

Mais mon Iformand estoit an bont da sa 
la^ on , qui ne respondit mesht^ rien k la 
eliose qn*on Iny demandast. 

Despiriors, Nou9eUe FIT*. 

Mesiius, mesias , mesiauz, me* 
siax : L^preux. Foyez Mesel. 

Mesiere : Ferme , m^tairie , mai- 
ion de campagne ; et mur, muraiile ; 
macena, macenes. Yoyez Mas. 

Cn ki racbatent et font edifices don lor, la 
mesiere sont maintenant i eelni en qui terra 
il sont fetes. 

Mss. de la BibUot. Impir* , n* 8407. 

Ut qtud dostruxisti maccriam ejus, Mesure 
proprement est murs sens mortier ,. come l*en 
let entor ces Tignes et entor ces jardins. 
Camm, sur le Sautter, Ps. 79 , vers. i3, 

Mesioibr : Messier, garde cham- 
p^tre; messarius, de messis; en bas 
Bret, messaer. 

Mesil : Bled m^teil^c*est-ii-direy 
mk\6 de foment et de seigle. 

Mesiov : Mise, frais, d^pense; 
misno. 

Mesirb : Merise, espece de cerisier; 
d'oii mesirier, arbre qui les porle. 

Mesxst : Pla^a , mit , posa > du 

yerbe mettre , mittere. — Un moine 

aToit beaucoup de devotion enrers 

S. Pierre ; ce moine ^tant mort aana 

3 



Digitized by 



Google 



1^1 iH E S 

confession, les Diables t'emparent dt 
son ame , mais : 

Qiunt Sthlt Ptekrc Vitt tott amt 
Qa*eittpdH6ietit li iHliMBi, 
An Roy doa ciel intrdi eria 
£t doDceoient 1« de|>ria» 
Par sa doncetir , se li pl^uit 
t)% tdn moine nerci 4ait, 
£t que poor li taut en feiist 
Qii*en paradis rime en metist, 

Gautitr de Cdimi, 2iV. i , chap, i5. 

MtLS&EtLOi , mesquerdi: IMercredi, 
le troisieme jour de la semaine ; dies 
mercurii, 

MKSLAifem : Laisser un bien k cens 
ou a rente , a perte , a son prejudice. 

MeslangiLb, meslure : Melange; 
de rniscere, 

Mesle : Nefle, fruit du n^flier, 
arlUrisseau qui ci^olt Tolota tiers dans 
les haies ; ce fruit est brun, et ne peat 
ae manger que lorsqu*il est mol ; 
mespilum; en bas. lat. melata. 

CosnCAt lera la eore d*tts grant people bien 

seurci 
Kn ton jeune pairent tont rempli dVnToisenre, 
Qui gardferoit k peine nne me$y menre 
Qa*il n> mlit tons let dent tantott a ^rant 

aleore. Codicile de Jehan de Meung. 

Mesli£e : Multitude, foule, troupe, 
quereHe , dispute , batterie par que- 
relle; de miscellanea. 

Mbslee : Brouiller, te di^uter; 
de miscere; en bas Bret, mesqua, 
mesquein, 

Meslieux , mesHus : Qucrcfleur , 
brouillon; mauvais sujet. 

Meslin GS : l^toffe m^ocre, d'une 
niauvaise quaKt^. 

MEBVAacREk : AUer ma! , mal 
marcher. 

MESteAAcrbtJUt : Blessure qu'un 
cbeval s'est faite par un faux pas. 

Mesmakiagb : Ce qu'un serf payoit 
k son seigneur pour pouvoir se ma- 
rier k une fenune de condition libre , 
on k une serve d'un autre seigneur. 



HES 

MssMBMENT : Principalement ; 
nuu^ime, 

MESMBKEa : Maltraiter, tonrmen- 
ter, mal mener ; maie minare, 

Mbsmontaiige : Mutilation, Ues- 
sure considerable. 

Mbsmaob : Meuble, ustensile d« 
manage. 

Mesn AGBR, m^f /idgrVr^ mesnaigier, 
mesneigier : Chef de famille ; maitre- 
d*h6tel,celui qui fait la d^pense d*une 
maison ; mansionarius, 

Mbsmagee : Habiter une maison, 
"viyre en manage ; faire le manage , 
ranger la mailon; de mansio, 

Mesmaige , mesnage : Maison, ha- 
bitation , demeure. Voyez Mas. 

Mbsmaiob , mesnage : Famille , en- 
fans , domestiques ; de mansio, parce 
qu*ils habitent dans la m^me maison. 

Mesnaltib : £tat d*un seigneur 
qui , par ses titres et ses richesses , 
n*est ni du premier rang , ni du der- 
nier, interm^aire. 

Mesnie, mesnil: Habitation, petite 
ferme, m^tairie, maison de campagne 
seule dans les champs ; famille, mai- 
son , tons ceux qui la composent ; de 
mansio. Yoyez Maion^e. 

11 te delivra aiui et de ta fune et de ta me»> 
rue et de tet chotet qni encombrer le pent- 
tent , ponr patter pint deUvrement par la 
tarn que li TtiM tcnoiant. 

Gmtikoime de l^ffoL loo. 

MESirifcm : Sergenf , hnissier, crieur 
public ; domes tique qui est a la t^te 
d'une maison. 

Mbsoing : Pen de 8oin,n^igence. 

MESoiR:Mal entendre; nuUeaudire. 

Mesok : Catafalque , selon D. Car- 
pentier. 

Mesokcslb : Petite maison , petite 
habitation, maisonnette ; de mansio. 

Mesouen , mesoun : Demain , et 
IHinn^ prochaine. Vof^ Maishui. 

Mespamroitt : Us manqueront. 



Digitized by 



Google 



MBS 

MssPAmLAHCK : Disconrs d^plae^» 
parole dite mal a propos, iiljure; de 
maUi parabola. 

MsspARLiBR : Hamme qui parle 
a tort €t a tracers, tans sayoir ce 
qu'il dit. 

Mesparlier : Injurier, Hi^re, 
parler sans r^exion ; de mali par 
raboiari. 

Mesp^b , lisez m^espee : Mon ^p^e. 

Mbsplb , mesfle : La nefle , esp^ 
de fr ait ; mespilum ; da Grec mespi" 
ion ; en bas Bret, mesper, mespeL 

Mbsplier, mespouUer : he n^flier ; 
mespilus; en bas. lat. inesplea^ toxkX 
de n^fliers. 

Mbspoint : M^ompte, erreor dans 
on calcal; malum punctum. 

Mbsporter : Se mal eomporter, 
faire ane maavaise action. 

Mespraktdrr , mesprtmurey mes- 
presure y mespris , mesprison, mes^ 
prisure, mesproison : Faate, d^lit, 
contravention , crime , m^pris , m^- 
prise 9 offense , erreor, m^garde , b^ 
vae, manyaise toi ; mala apprehe¥uioy 
malum predum; comme mespriser, 
qai vient de malS apprctiare ; en 
anc. Prov. m^sprenturo. Sans mes* 
presure : Sans mentir. 

SI orroix par qael mesprison 
n perdirent celle prison. 

Fabliau du Pet au Filain. 

Mesprkkdrb : Tomber en faate , 
en contravention, p^cher, maltraiter, 
offenser, manqaer a ses engagemens, 
Gommettre one mauvaise action , se 
trpmper, mal faire , faire tort a quel- 
qa*an, Ini manquer, Toffenser; male 
prehendere, male apprehendere ; en 
bas. lat. misprendere. 

L'hermites Tot; to* tn fo esb&hJs, 
AmiB , dist-il , iD<mlt as Ters Diu mespris; 
S*or te voloiea desomiais rq>cntir , 
Sncor porroiea Yer» Dra trover merci. 

B^mgndeGarin^/oLi^^F^, 
Mesprxsador : Qni m^rise » qui 



MBS las 

d^aignC) m^risant , qui est en faate, 
en d^it. 

Mesqi : Miserable , afflig^. 

MisQUAKCHE , mesquance : Mal- 
beur, infortnne, f4ckeax accident ; en 
anc. Prov. mesqinia. V. Mesgaaitcs* 

Mesque : Houe, instrument k la- 
bourer la terre , et sur-tout la vigne. 

Mesqux , lisex m^ que : Sinon , k 
moins que , pourvu que. • 

Que n ne a*accorderoit ]4 qoe V§m alatl p 
metque en BabiloliM. 

Joinville, Mss. foL 9$. 

^ Now rcoeToma laa oommaiidea en tele id«« 
niere , que par noa aeremeiia noiu ne lea 
poona delirrer , mesque \ ceulx qui lea nons 
balUent. Idem,foL%SS, 

Mesrel : Jeton , au pluriel mes^ 
reaulx, mesr^aux , jetons , marques ; 
et peut-^tre des pieces de monnoie. 

Une boorte d*argent legiere. 
Qui estoit plame de mesriatdx, 

yWon , citi parBorth 

Mesrieks : Mauvaise okose, m^ 
cbante action; mala res. V. Mairav. 

Mesrohs ; Menerons , conduirons* 

Messadoe , message , messagier, 
messaigier: Celui qui porte un ordre 
ou une nouvelle, bedeau, sergent, 
buissier qu*on envoie faire quelque 
ez^ution; iTiMf 11^; en bas. lat. nws^ 
sagerius; message , envoi; missio; en 
bas. lat. messagium; en anc. Prov* 
messago, messagke. 

'M:KS%ADG'miM^messaigene : Envoi, 
commission ; ibnetion 4*liuissier oa 
de sergent ; missio ; en anc. Prov. 
messagama* 

Message , piessaige : Certaine re- 
devance due au messier ou au sei- 
gneur, pour la garde des fruiu da 
la terre. 

Messaigx , message : Procureur , 
celui qui est charge des aifaires d*uji 
autre. 

MESSci : Sorte de boisson* 



Digitized by 



Google 



iS4 M E S 

Mbssb , messie : Droit sur le bled ; 
d# messio, messis, 

Messe : Conlr^rie, association. 

MESSiAHGE : Ind^cence, chose qui 
Uesse les usages, les moeurs ; de mtUa 
sedes, mala sedentia. 

Messeiob : Message, envoi, com- 
mbsion^ missio, 

Mbssbillier : Sergent , messier. 

Messel , messere : Missel , livre de 
pri^res; missaie. 

Messel : Carnage, boacberie, mas- 
sacre ; de macellum. 

Messe mattkellb , messe mad- 
neuse : Celle qui se dit de grand ma- 
tin , au soleil levant. 

Messe a , mess^r, messonniour , 
messey : Moissonneur , garde cham- 
p^tre , garde des moissons ; messor; 
en bas Bret, messaer, rnesser, berger. 

Car jadls 11 messonndour 
O em portoient on tersoor 
Dont Us terdoient leur tuoor. 

Miserere du Mecbu de Moliens, 

Messerib : Office de messier, ^ten- 
due des terres d^pendantes de sa 
juridiction; messaria. 

Messbeyir : Desserrir, cfaercher 
k nuire; mcU^ servire; en bas. lat. 
misserwe. 

Messevbe , meseure : Ce qu'on 
donne en nature aux ouvriers d'une 
ferme , aux moissonneurs , pour leur 
aalaire ; de /nessara, 

Messieh , messier : Missel , liyre 
d'^glise contenant les messes de Tan- 
n^e; missale. 

Messier , messiUer : Grarde cfaam- 
p^tre , garde des moissons , bomme 
pr^pos^ pour la garde des biens qui 
sont snr la terre,comme bleds,Yignes 
et antres biens; messor, messium 
eustos ; en bas*Bret. messaer. Dans 
la Goutume deTroyes, art. laa , un 
sergent messiUer est cru de sa prinse 
jusqu'i cinq sols tonrnois \ dans etlle 



MBS 

de Chaumont, art. g^, de Bourgo- 
gne , chap, i , art. 6 , un messier est 
cru jusqu'a sept sols. 

Messie RES : Le Messie , TeuToy^ 
de Dieu , suivant le Glossaire da 
Roman de la Rose; mais on a mal la 
Fendroit de ce Roman , il y a dans 
les Mss. messires, qu'il fant lire mes 
sires, mon maitre, mon seigneur. 

Messilerie : I^proserie, la ma- 
ladie de la l^pre. yoyez Meselerie. 

Mession : D^pense , mise , frais ; 
missio ; en anc. Prov. messios, 

Mession : Temps de la moisson ; 
de messio, messis, 

Messirb , mensire, lisez mes sire, 
men sire: Mon maitre, mon seigneur, 
titre on quality qu*on accordoit aux 
nobles, et que les femmes, en g^n^ral, 
donnoient a leurs maris ; de meus et 
dUnsignior, selon Barbazan. 

Messoh : R^dte , moisson ; mes^ 
sio; en ^nc. Prov. messos; et sorte 
de mesure. 

O Dame de tons ums aairraaf , 
O deair^ , 6 desiraaa , 
Que toute la gent toit aanv^ » 
O largemeot gnerredoiiiiaoa , 
O Dieu douo^ , 6 Dteu doananf , 
To donnes Dien, 6 qu*eUe aaiuUe 
A chaoa dont to ea hoiuier^e , 
Cheat hotmonrs bien gnerredonn^ 
<) Dame, fal nona deairana » 
Qae teaa messons noua aoit doon^ 
De large main et meaar^ 
Messons dont tn et meanrana. 
Miserere du RecbisdeMoiiems, strophe a65. 

Messoker, messongner, messon-- 
ner : Faire la moisson , rentrer la 
moisson , la serrer dans les granges ; 
de messio; d'ou mesonier, mesonnier, 
moissonneur. 

Messorga : Mensonge , tromperie. 

Messorohers : Menteur, trom- 
peur; et messorghiero , mensonge, 
tronifperie. 

• Messos : Moisson , r^olte des 
grtins; messu. 



Digitized by 



Googk 



M£S 

BIxftSOVAH , messouen : A raTenir^ 
icfnain, Tann^ prodiaine. f^qyez 
llAisHin et Meshui. 

Mbssotee : Dire la raesse, y atsi»- 
Ur, I'enlendre ; de missa. 

Mbstaillea : Mai tailler^ mal 
conper. 

MmsTAL ,lisez m*estal: Men si^e; 
meum stailum. 

Mbstarie, mestSerie : Ferine, m6- 
tairie. 

Mkstatee', mestoyer : Moisson- 
nenr , laboureur 9 fermier. Fojet 
Mestitiie. 

Mbstee : L'ofEce dirin. 

Mestee , mesder : Besoin 9 n^ce»- 
saire , utile ; service , emploi , office , 
ministere ; ministenum; en anc, ProT. 
mesicr. 

Jk qm en lol ferme cr^nce aarelt, 
£ Uaal^ el siecle meintendreit, 
E tant earn il en ic^o parmeindbreit , 
Bicns qui U fust mester ne li faadreit. 
itommn des Romans, itropke 16S. 

Unit mestier est ke nos laTnrement de si 
lialt sacrement wardiens enjoska lo matin. 
Armons de S. Bernard, fiL 6 , F*, 

Mestiee : Territoire 9 district 9 
^tendue d*ane juridiction ; toute es- 
pece de meuble , tout ce qui sert k 
quelque chose; de ministerium. 

Mestiee : Espece de mesure de 
grains. Mestier h huUe : Moulin 4 
huile. 

Mestiee faiee 9 /aire mestier : 
Ajnuser, diyertir, faire danser. Pa- 
roler Goitre mestier : Parler d*autre 
chose. 

Mestiee m*est : II m'est n^ces- 
laire ; mestier Dieu , serrice de Dieu 9 
Toflfice dlTin \ilest mestier, il est n^ 
cessaire9 il est utile; bos niestier, 
dtfaut, -vice. 

MESTILL0N9 mestaii, mesteil, mes- 
teiii: Bled mdang^ dc sciglei pain d^ 



M S S ^ 18S 

m^teil ; de mixtura , selon Barbasan. 

Mestivage : Droit qui te leroit 
sur les grains qu'on motssonnoit 9 
rederance en grains; mestivagium , 
de messis. 

Mbstiys : Temps de la moisson > 
moisson, et rederance en grains; 
mestiva , de messis. 

Mestitbe : Moissonner, couper 
les hleds. 

Li Rois eomanda qoe nns ne lust forchies 
de renir k Cort en tens 4ia*il mestive, ne en 
tens qnll Tendengne , ponr oe qoe 1m bicns 
dont lis ont la core ne perissent. 

Mss, de la Bibl. Impir, , n^ S^%/bL sS. 

Mestitiee 9 metiuier : Moisson* 
neur, m6taxer9 fermier ; medietarius, 
metator. 

Si \\j tronr^ ancnn espy, 
Apr^s la main as mefOi'Mrf « 
Je Taj glan^ molt rolontiers. 
Buon de Mery, Tbumoiement tTAntecritt, 
citiparBortl* 

Mestouev^ : Trop petit , mal ar- 
range 9 mal appr^t^ ; mali tomatus. 

Mestee : Principal 9 maltre 9 sei- 
gneur ; magister; en bas Bret, mestr^ 
Mestre tor, la principale tour d*un 
ch&teau ; mestre escole, dignity ecd^ 
siastique; magister scholas; mestre 
des engins, ing^nieur en chef; jtio- 
gister ingem'omm. 

Mesteie : Maitrise 9 charge des 
maitres des eaux et for^ts. 

Mesteie : L*art de gu^rir les plaies 
ou les maladies. 

Mesteie 9 mestrise : Science 9 art , 
savoir9 lumieres; domination 9 mai- 
trise; magisterium; en bas. lat. mes-^ 
tera; en bas Bret, mestronni. 

Mesteoiee, mestroyer: fifaitriser, 
commander 9 ordonner, gouYemeri 
forcer; magistrare. 

Mbsts. Fojez Mis. 

Mestviil : Bled m^teil , c'tst-i-' 



Digitized by 



Google 



i86 M E S 

dire y mtU de seigle ; en bas. lat. 

mestiilium, 

Mestuest, m^estut. Voy. E«tuet. 

Mestuee : Moisson , r^olte ; mep- 
sus , de metere; en anc. ProT. m<fx- 
tura y pi^ , morceaa. 

Mbsvage : M^tairie, manoir prin- 
cipal, maison qu'on habite, qn'on 
peut habiter ; de thansio; en has. lat. 
mesuagium, 

Mesuant : A ravcnir. Fo/^Mais- 
Bui et Meshui. 

Mesueable, mesurables : ModM, 
sage , raisonnable ; mensurabilis. 

En bolre et en mangier eitoiC li atrempez 
<t si mesurablts , one nule fob a*en prenoit 
trop. Guiliaume de Tyr,J6L a4a. 

Mesueaice : Droit seigneurial sur 
chaque mesure. 

Mesuraire , mesureres , mesu'^ 
ricrres : Mcsnreur, arpenteur ; meti- 
lory mensor, mensurator, 

Mesure : Nom d'une mesure en 
particalier ; d'ou mettre les mesures , 
prescrire, ordonner de leur capacity. 

Mesure : Bont^, yertu , sagesse , 
moderation \ en bas Bret, et en Gall. 
mesur^ 

Mesus , mesusage , mesusance : 
Abus, usage iikgitime , mauvais usa- 
ge , tout ce qui se fait iujustement ; 
malus usus; d'ou mcsuser, faire un 
mauvais emploi, un mauvais usage; 
et mesusers , bomme qui abuse d'un 
droit , qui Toutre-passe. 



Bien te gardent cbil qui ont de 
viages en chertaint liex par chartet , on par 
dona de Seigneur, qne U en naent ainaint 
comme it doivent , car se il en mesusent, 
€*eft-ji-dire te il en naent antrement qne il ne 
doivent, il doivent perdre par leur aieffet 
lenr uaage , ai comme il avient qne nn Gen- 
tlxhona , on une maison de religion a es bota 
d*nn Seigneur nne charts de bochea le jour , 
«t il envoie qnerre deax on troit , ae il est 
Stnaint pris mesusant et li Sirea en quel boia 
il avoit Tusage puet prouvcr qne le mesusers 
Cu par la commandement et le conaentement 



MET 

de dielol qui troit r«aag», il pard6it rnsagc 
tout i net. Cou$. de Beastvoisis, chap. 24. 

Mesvbtchbr : M^gissier, ouvrier 
qui blancfait et pir^ate les peanx. 

Mesvoier , mesvoyer : D^ranger, 
d^toumer, mettre bors de la voie , 
^arer, derouter, perdre la bonne 
voie , s'en Warier ; maleviare. 

Metademg, metaily metau : M^teil^ 
bled m^ie de seigle ; mixtas, mixiura; 
en bas. lat. rmxtiolum, nuudlio^ 

Metainh : Certaine mesure de 
grains ; de messio , mesado. 

MetaleItt : Manque de talent, 
incapacity ; de malum talerOum. 

Metater , fnetays, metdr, meti- 
pier : Laboureur, moissonneur, fer- 
mier, metayer, bomme qui tient et 
qui fait valoir une ferme pour la 
moitie des fruits. Voyez Mbstivier. 

MiTE, mette : Bout, borne , limite, 
barriere , frontiere > confins \ meta. 

MJBTBDOR : Qui doit ^re envoy^ ; 
mittendus, 

Metere : Certaine mesure de terre* 

Metessa , meiensa , medechs : 
M^me , la m^me ; metipsa. 

Metge : MMecin ; medicus. 

Meth r La table, le plancber d'un 
pressoir. 

Metice , metif y metis , metive : 
Mulet , mulAtre , enAmt produit de 
deux races diffidrentes. 

Metissont (ki) : Qui posent , qui 
mettent. 

Metivier : Laboureur, moisson- 
neur. Voyez Mesttvier. 

Metoierie : Division d*une cbose 
en deux , partage ; de mediatoria. 

Metre : Vers, po^sie; metrum; 
du Grec metron. 

Metre feihe :Travailler, prendre 
de la peine. 

Metrete : Mesure pour les liqui- 
des, r^pondanta Tamphore, et con* 



Digitized by 



Google 



H£T 

tenant Tiagt-quatre de nos pintes; 
metretes. 

Mktkidat : Mithiidat , contre- 
poison , antidote ; mithridatia, 

Meteisux : Bois de cbarpente; 
materies; et non pas fagots, comme 
Ic disent Borel et Vigenere. 

Metrifier : Faire des -vers. 

£t pat ne le teroit ^s bus , 
Qui font rondcaax et yireUts , 
Et qui s^arent mdtrifier , 
£t |4asieurs chotes que mestier , 
Tont ft maintes gens a deliTre. 

Xa Fomuune des j4moureux , citde 
par Borel, 

Metrour , metriour : Poete , yer- 
Bificateur; metricus. 

Mette : £tain , ni^tal , mati^re ; 
metallum; borne, Umite; meta, 
METTii : Moiti^; de medium, 
Mettiguer : Mitiger, adoucir, 
temp^rer. 

Mettive : Le temps de la mois- 
son ; de messis* 

Mettoier : Labourenr , fermier , 
metayer, 

Mettre : Employer, d^penser; 
mittere, 

Mettre avakt : Exposerauxyeux, 
faire Toir, d^larer, r^y^ler. Mettre 
endit, ench^rir; mettre sus , mettre 
seure, ^tablir, r^tabllr, r^parer^ abo- 
lir, ^teindre , terminer ; accuser, im- 
puter ; mettre h/tn , terminer, ache- 
Tcr; mettre en embannie , d^endre , 
proclamer un ban ; mettre en ne ou 
en ny-y s*inscrire en faux , nier ; mettre 
surledictde quelqu'un, g'en rappor- 
ter ^ son avis ; mettre en voir, prou- 
Ter, mettre en v^rit^; mettre jour, 
assigner un jour certain. 

Toate rien se tome en declia , 
Tout chiet, toot meurt, tout met it fin, 
Hons muert, fer uae, fiu«t (boU) porritt. 
Tour font , mnr diiet (tombe), rose flestrist, 
Chertl tr^uscbe , drap vieiUistv 
Toatt OTTt faite o mainx perrist. 

Roman du JKom ,foL a. 



M E U 187 

Mbtu&s : Ked m^teil. Foxez Mbs- 

TILL09. 

Mbturoex Air : Interpr^teytraduo- 
teur, tmcbement. 

Metz (prendre) : S'asftocicr pour 
manger ensemble. 

Meu , meubc , mens : Muid , me- 
sure d'un muid ; de modium; en bas 
Bret. meuy. 

Meu, meou : Men, mien ; meus; au 
f^m. meua, meva; ma, mienne ; mea, 

MBUBLAOE.'Foomitare, provision. 

Mbublbr : Legs entre deux ^poux, 
et qui emporte let meubles; de mo^ 
bilis, 

Meublixr : L'h^ritier des meubles 
et des ustensiles d*une maison, d'une 
ferme. 

Meula : Moelle; medulla, 

Mevlahob , meulenge : Yannc , 
yentail , pale. 

Meulb : Gros tas , grosse masse de 
fbin que Ton fait dans les pr^s apres 
^tre s^chi^ , et avant de le mettre sur 
des charrettes; de mola. 

Meule , pour meubles; d'ou biens 
meulesy effets mobiliers. 

Meuleqdihier , meulekinier: Tis- 
serand, celui qui fait une sorte d'^to£fe 
appel^e molequin, moloquin. 

Mbulx : Mieux ; melius, 

Meur : Marab, lieu mar^cageux. 

Meur : MAr ; au figure , prudent , 
sage , consomm^ ; maturus, 

Meur en consell, en armes redoutable , 

Montmorency ^ toute Tertn n^. 

En verite tu es fait Connestable , 

£t par morlte , et par del fortune. 
Marot, £pigr. du Sire de Montmoren^, 
Conneitable de France, 

MEttliDRE : Meurtre, assassinat; 
de martyrium ou mortanum ; en bas. 
lat. murdrum, mordrum ; en bas 
Bret, muntr. 

Meurdreur : Meurtrler, assassin^ 
mortifer; en bas. lat. mulctrarius; ea 
bas Bret, muntrer. 



Digitized 



by Google 



Mbv&d&ir : Mcurtrir, battre; a«- 
Mssiner, faire mourir. 

Meuhe, meuron, more : MAttt 
fruit du mAricr, dont lc» feuilles icr- 
Tcnt de nonniturc aux Vers k soic ; 
morum; du Grec moron; en has Bret- 
moar, mouaren. Alter aux meures 
sans crochet', ancicn proTcrbc, qui 
ne signifie pas , aller aux murailles , 
comme plnsieurs auteurs Font dit, 
Biais aller cueillir ce fruit, et ^tre 
muni d'un crochet pour allirer les 
branches a soi pour les prendre ; et 
m^me ^tant sur Tarbre , il faut attar- 
cher un crochet a Fanse d*un panier, 
pour Ic pcndre aux branches. Foyez 
la Nouvelle vii* de DespWers , ou il 
est parl^ d'un Normand qui alloit k 
Rome pour se faire ordonner pr^tre 
aans savoir le Latin , except^ deux ou 
trois phrases que son cur^ lui avoit 
apprises, mais il les oublia en chemin. 
•c £t il pensa bien , dit I'auteur , que 
de se presenter au Pape sans Latin , 
c'estoit aller aux meures sans cro" 
chet t. 

' Hui matio qnaot g« TiDg par ci , 

Que )*aloie ditant mes ore* , 

Si me prist moult grant fain de mores, 
. Que por rien nule arant n'alaase 

Bevant que assez en mengaate ; 

8i iii*en est ainsi areuu. 

Que U buissons m*a retenn. 
*Fabl, du Provoire qui mengea les Meures. 

MauEEE : Miirir, panrenir a la 
maturity ; au figur^ , £tre sage et 
r^fl^chi ; maturare* 

Que man nez est li arbre dont li fruit ne 
meure, Lambert li Cors. 

MauEKTi , meurisson , meuritS , 
meurtS, meurteiz : Maturit^; au figur^* 
tagesse , reflexion ; maturitas. 

Bien doit estre excns^ jenne coenr en jen- 

neme , 
Qnant Iny donne grlce d'tstre m^ur en rieil- 

IctM; 



MEZ 

lltia moult eit grant Tcrtu et trea hauUe no- 

blei se , 
Quant cuenr a jenne aige h meureti s*adrefse* 
Testam/ent de Jehan de Menng. 

Meukthk, murte : Myrtc, arbuste 
odorif^rant qui restc toujours verd ; 
mjrtus; en bas Bret, meurta. 

Meute : £meute, s^ition, gnerre, 
entreprise militaire; de moius. 

Meutemacre : SMilieux, mutim 

Meutiee : Jaugeur qui visite les 
mesures pour voir si elles sont sui* 
vant les r^glemens ; metuor. 

Meutin : Ceruine partic de la 
charrue. 

Meutuee : Droit de mouture ; de 
moUtura, 

Meye : Inclin^e , port^ a faire 
une chose. 

MEYEifDEE : Vendre k vil prix ; 
male vendere. 

Meyente : Vcnte a prix trop mo- 
dique; mala venditio* 

Mex , meyt : Maison , fennc y m^ 
tairie. Voyez Meix. 

Mex : Metz , ville de la Lorraine. 
Foyez la citation de Mains. 

Mx Y, 7ne2 ; Milieu, centre; medum. 

Mbt-en-peise : Sabie, main-prise. 

Mrtsel : Mctairie , ferme. 

Meysmement : En particulier, 
nomm^ment; maxime. 

Meyt : Huche, p^trin, maie. 

Mettaderc , mejrter^e : Certeine 
mesure pour les grains et les terres ; 
metatiO» 

Mez : MeU, plat , cc qu'on donne 
k manger dans un repas. Fqyez Mis. 

Mez : Moiti6, milieu; medium. 

Mezail : Le dcYant ou milieu d'un 
heaume ou casque; du Grec meson, 
suiYant Borel. 

Mezaize : Indigence, misere, mal- 
aise. 

Mezala : Fo« , iniens^ , priY^ de 
la raison. 



Digitized by 



Google 



MIA 

Mezavcb : La chambre d*Qne 
gal^e. 

Mkxau 9 meteau , metel : Pourri 9 
^t^ , corrompu, l^reux ; nUsellus; 
en bus. lat. mezellus; en bas firet. 
jnezeU,pezell; d'autres Ic dement 
de I'H^ren mezora. Voyez Mxsbl. 

Mkzb : La Mease, rWi^re de Fran* 
ce ; Mesa. 

Mbzeis, mezeisses; au C^minin mc^ 
utUsela : M^e; meipse, idem ipse* 

Mbzkl : La Moselle, rivi^ de 
France ; Moseliq. 

Mbzbl (or) : Du plomb. 

l4*or entendons par le soleil 
Qui ett nn mctaU muis pareil , 
Et pnit enUndont par I'argent 
linna le metail noble et gent ; 
Venof poor le coirre entendon 
£t antsi c*est monlt bien ton nom ; 
Mars pour le fer , et povr Testain 
Entendont Jupiter le sain , 
Et le plom poor Satame en bel , 
Que nous appellons or mexel : 
Mercuriuf ett Tif argent. 
La Fontaine des Amoureux de Seienee, 

Mbzblbeie, 79t^/eZ£e/t^^ meiellerie: 
L^re , h6pital poor la gu^rir. Foyez 
Mbsblbbib. 

Mezblladb, mezeiUade : Sorte de 
mesure de terre ; de messio. 

Mbzbb : Exposer aox yeux , dea- 
rer, r^^ler ; pelit -vaisseau l^ger. 

Mezbus, miel, nd^s : Mieux, me^ 
Uus; meillenr, melior. 

fki : Mes , mon\ moi ; meus, mi; 
an bas Bret. mi. 

Mi, mie : Moiti^; par mi, par 
moiti^; de medium; en bas Bret, mi; 
d*oi!i mi-earesme , le qnatri^me di- 
manche de ear^me ; midi , la moiti^ 
de la joum^; media die; minuit, 
la moiti^ de la nuit \ media node, 

MiALDBBS , mieldre , mieudre : 
Meillenr ; melior; en ancien ProT. 
melhor, 

MtAULx , Miaui, Miaux : La Tilla 



MIC 189. 

de Meaux en Brie ; Meldm, Meldo- 
rum civitas, 

MiAx (rime) : Mieux ; melius, 

MicB : Part , moiti^ , portion , mi^ 
lieu ; medium; en bas Bret, mi; droit 
de percevoir la moiti^ des fmits iT una 
ferme on d'une m^tairie ; media pars, 

MiGBB : Frapper quelqu'on asses 
fortement pour lui faire perdre la 
respiration. 

MicHB : Petit pain ; d'ou michotte. 
Miches de S, Etienne : Les caiUouz 
dont S. £tienne fat lapid^ ; de minus; 
en bas. lat. mica, micha, michea; 
en bas Bret. mich. 

MicHOK, michot, minchon : Un 
aot , un bonune de pen d'esprit, selon 
Cotgrare; de minus; en basse lat. 
micho; en bas Bret, micfu 

MiGHONNBB : Faire tout en petit, 
petitement ; de mimiare. 

MiGHOKKBEiB .' Petite cbose; de 
minus. 

Michot, Michd , Michelot, Mi^ 
chiux, Michieus, Micfueux, Micquel, 
Mikel: Micbel, nom d'homme; Jfi- 
chael; au f^minin Michon; d'oii let 
noms Michalon, Michaut, Michaux, 
Michelin, Michelon* 

Et Saint Michieus aloit derant , 
Qoi les condalt monlt llemei^t; 
Et Saint Pierre li boos portiert 
Xor on?ri I'njt monlt. Tolentiera^ 
Et tont ainsi oom des Tieneat, 
Par amor main a main se tienent , 
£t sont pins beles et pins blanches 
Qoe ae soit flors qnl est sor branches ; 
Et Saint Mlichieiu en la porte eotre , 
Et les ames tontes sVn entre , 
Qoi dealer ont grant covoitise. 
Saint Michieus urn nnle faintlse , 
Tient cbantant basset et seri : 
« J*ai }^ie ramenee ci », 

* Fabliau de la Court de Puradis. 

MiCBOBB : De courte vie. 
MxGBOCiiFALB '. Qui a une petite 

MiCBOcxLB : Qui a un petit ventrr. 



Digitized by 



Google 



i^o M I E 

MicanriXE : Qui a de petites 
feuilles. 

Mic&opoins : Qui a une tr^»-petite 
Toix; du Grcc A*<«fif> petit, et de 
fiffi, son. 

/Miceolbpb : Qui se cbagrine sans 
sujet. 

MicaoLOGUE : Exposition succincte 
d*un discours , analyse. 

MiGROMATE : Qui a de petits ycux. 

MiCROSTOME : Qui a une petite 
bouche. 

MiGEOTEACHELE : Qui a le col 
court. Tous ces mots commen^ant 
par micro, sont tir6s dn Grec f^wfs 9 
petit; en bas. lat. micrus. 

BIi-DEimm : Moiti^ d'une sonune. 

MiB , mi^ : Pas , point , non. Ce 
mot est encore en usage dans la Cham- 
pagne , PArtois , la Flandre , et prin- 
cipalement en Picardie. 

Uo example Tueil comencier, 
Qa*aprU de MooseigDenr Rogier» 
* Vn fraoc tfiestre de boa afer* 
Qui blen Miroit ymaget fere 
£t btea eataillier cracefit, 
n n*en estoit mie aprentis , 
Ainx let fetoit et bel et bien. 

*FaH, du Prestre eruei/iS, 

MiB : Amie , maitresse , amante ; 
arnica. 

MiB , mioche : Petit , mince., deli^ ; 
nanus; grain de bled ou de legumes ; 
mica; en bas Bret. mi. 

Mi^GAMiir :.A moiti^ cbemin. 

MiEGH-Aouz : Mi-aoiit , le milieu 
d'ao4t. 

MiEDi , miedy : Midi , la doueieme 
beure du jour; sexte , beure de Tof- 
fice divin; media die, 

Et qoant iil ten* de mieeU tot 11 frerei re- 
poserent. DiaL de S. Gr^goire, U^. i , ch, 3. 

Chmqne meridiano tempore cuned fratrts 
quiescereni. 

Mi^E : Jat^e de lait dans laquelle 
on ^mie du pain ; de mica. 



MIE 

MiEOE : M^decin ; m^edicus. Vo jez 
Mire. 

Et se n dit que !1 est eMOign^, celai det 
troU homes qui est la en lenc don Seigner U 
dolt dire , mostr^ tos essoigues a cestui 
miege , et il le doit faire , et cestui miege le 
doit T^ir et taster son pos (poulx, pulsus) 
et T^ir ton orine , et t e est chose que le se- 
rorgien doit conoistre , il doit mostrer sa 
blessure en la presence de trois de ces homea 
Que le Seignor aura eiiToye : et se le miege 
dit par son serement de que il est teiins que 
11 est etsoign^ , Ton ne le pent ii plus mener 
tant com il demora en son hostel. 

Jssises de Jirmalem. , chap. aa3. 

MiEJovR : La moiti^ du jour. 
Voyez MiEDi. 

MiELDRE , miedre, mieudre : Meil- 
leur ; meUor. Voyes Mialdres. 

MiELS , mielx , mieh , mieuls , 
mieulx, miex, miez : Mieux ; melius; 
en anc. ProT. melh, miex. 

Je aime miex, fist-H, li homme qui a!t 
sonffraite (disette , indigence) de deniers , qua 
deniers qui aient souffraite d'ommes. 

Brunetto Ltuim^ iiy.^,de son Tresor. 

MiEirif uiT : Moiti^ de la nuk , 
ITicure de minuit ; media nocte. 

Et le Lom^art aroit enroy^ lenr espie no 
point devant la miennuit en un lieu ou quatre 
de nos Baroos estoient herbergiez. 

nUe-Hardomntfol. 89, f^. 

IkZiERG : Marque, signe, borne, 
but , vis^. 

MiERT , lisez m'iert : M'^toil , cf 
me sera ; mi?u erat, mihi erit. 

Et le dednit que me sooIoit^Bonstrer , 
Cele qui miert ^t ma Dame et ma mie. 

Chansons du Chasteiain de Coucy. 

Mies : Pas , point , non. 

Mies , miei : Mon , mien ; meus ; 
en bas Bret. mi. 

Miis, miez : liypocras,bydromel, 
sortes de liqueurs , dans la composi- 
tion desquelies il entre beaucoup de 
miel ; de mel, Voycx Mixls. 

MiEsiER : Brasseur, celui quifai* 



Digitized by 



Google 



MIG 

Boit on qui vendoit la boisson appe- 
1^ wni^Sy miez; de mellarius. 

MixujDaE y mieuldre : Meillenr , 
principal ; meUor. Voyez Mialdkbi. 
ButebneB ne set eotrcmetre 
Oh Ten pnist Ame a yilAin metre, 
Qa'elle a failli a ces deux regnec; 
Or Toit chanter arec \t% raines , 
Que c*est U mieudres qu*Jl i vote , 
Oik il teigne droite la yole 
Por aa penitence alegier. 
*Auicbeuff Fabliau du Peeau Fihun. 

MisuE : Ma > mienne ; mea, 
MiEUF, moieitf: Le jaune de roeuf, 
le milieu de Toeuf. 

MiEYKB : £yeill<^y vif, remuant, 
malin. 

MiKTEBEiE , mievreU : Malice , 
vivacdt^. 

MiEX : Maison, manoir. Fof. Mas. 
Mi EX , Fniez : Mieux ; melius. 
On doit por fol tenir celui 
Qui miex croit m fame qne loi. 

Le Filain de BaWueL 

MiBT, miex, mige : Qui est au mi- 
Ueu 9 a moiti^, hi demi, medium; en 
bas Bret. mi. 

MioEEAT : Sorte de trait on dard. 
Mi-GLAiYE : Sorte de pique ou de 
hallebarde. 

MiONAH : CbaudroBAier. 
MiGNAEDEE , mignoter : Flatter , 
caresser , faire des mine!) , agacer , 
faire Tagr^ble. 

Ua gros Prienr ton petit fik Irahoit, 
£t mignardoit an matin en sa couehe f 
Tandia roatir ta perdrix on futoit. 
Marot, Mpigrainme dun gros PrieuF. 

MiGKiEE : Manger. 

MiOKOT, mignote, m/o/z :.D^licat, 
gentil , poli , joli , agr^ble , bien fait, 
mignon ; de minus; en bas Bret, mi- 
gnon ; en Anjou maignon. Manage 
n'ett pat d'aecord sur T^tymologie 
de ce mot ; d*autres le d^rivent de 
i*£^>agnol mi ninno , c'ett-a-dire , 
mipuer; Barbazan le tire de mima" 
tare, qa'on ^criyoit migniaturey pcin- 



MIL 



»9^ 



turc trcs-fine ct tr^s- delicate, qui 
vient du Latin minium. 

. Kile east la bouche tr^s doncete , 
Plaisaote , mignot9 et bien fete, 
Le chief ot blond et reloisant. 
A Roman de la Rose, parlantdeCottrtoisie, 

MiGNOTEMENT : JoHment , d'unc 
maniere agr^able. 

MiGifOTiE , mignotiscy mingnotise: 
Flatterie , caresse , gentillesse ; affec- 
tation , recherche en ajustemens ; en 
bas Bret, mignonaich. 

Qnand lenr chief seront chanre et nn , 
19 e lenr chandra de mingnoUe , 
Da deduit, ne de oointerie. 

Ovide, Mts, ekiparBoreL 

Bele se je en chant , c*est bien reaons et droia 
Se j^avaie Tamor qne j*ai piis i mon chois, 
Je seroie plus Sires qu*a estre Quena de Blois , 
Kt si en chanteroie, <|ue ce seroit bien droia. 
Par ci va la mingnouse par ci ok |e voia. 
Le Adu ^Amtfrs^ Hu. ii» 7918. 

M16EAINE : Grenade , £niit du 
grenadier. 

MiGEAiiTE : Sorte d*arme ofTensive 
et defensive. 

MiGVE : Mie de pain ; ndca. 

Mu. : Millet » sorte de tres-petite 
graine jaune do«t on fait, en dif- 
f^reotes provinces, uae espece de 
bouiiUe; mUetunu 

MiLEiMX : MiUiesie ; miUesimus, 

MiLHAGEUx , miikagneux : G&t^ , 
puant , pourri , corpompu. 

Mtlhab, mil, milias : Paia fait 
ayec du millet; de milium. 

M14.KOU : Meilleur ; meli^,;,^gane 
de mtUet, milium. 

Mu^iAias : Mille ;miliiitF^; en ba» 
Bret, et en Gall. mil;9kn phir. miloed. 

MiLiEKDB : Sorte de Y^texoent, oa 
partie de Thabit. 

MiLiB&B , milUere : Champ sem^ 
de millet. 

MuLioH : Le milan, oiseaa de proie^ 
miiwus; «a bas. lat. milio. 



Digitized by 



Google 



191 M I N 

MxLtTAiTT : CombatUnt ; tniUtans, 

MiLiTER : Combattre , porter les 
amies > aller k la guerre ; militare. 

MiLiTiE : Milice , metier de la 
guerre; militia, 

MiLLA&GBUx : Corrompu, g4t^ 

MiLLBDiABLEft : Nom que des sol- 
dats d^serteurs et voleurs se donn^ 
rent eux-mdmes pour se faire crain- 
dre da vantage, yojrez Dupleiz , sur 
1^ Fie de Francois i^^ , ann^es i5aa 
et i523. 

MiLLEGBonx : Espece de loup- 
garou. 

MiLLovB. , miUor, miior, milour : 
Meilieur ; rnelior; et my lord , homme 
de quality , noble , riche. . 

Yen doncquet 1« rapport 

Qoe at mamteaant de ta si bonne TiUe , 
'Vient toat , car ceolx qni la maintienne Tiley 
Ce sont matint , doobtans que le teconrt 
Tienne sana enlz antonr dea baaaea coura; 
Ce aont thonyns qpi leora Tentres cheriaaent, 
£t ont grant peur que TiTrea encheriiaeBt ; 
Ce aont mUotwdz qni ne youlaiasent point 
D*boates avoir ; c'eat Ic mj neud du point. 
Cretin , Epistre au Hojr Charles FUL 

Et mesmemcnt lea grans mii/ours , 
D'ellet furent \k embourrez. 

Le Loyer des fausses Amours, 
ciU par Borei, 

MiLODS, lisea mi-iods : Droits qui 
se payoient aux seigneurs a chaque 
mutation de propri^taires , sur les 
heritages roturiers non sujets aux 
droits de lods et rentes. 

Mi KAOE , rninaige : Droit seigneu- 
rial siir le mesurage des terres et sur 
les grains mesur^ k la mine ; march^ 
ou se mesure le grain k la mine , et 
droit sur les yins ; de mina ; en bas. 
lat. minagium, 

MiMAoiBUB 9 minager, minageur : 
Celui qui mesure k ia mine , et qui 
refoit le droit de nUnage. 

MiHAKT : Petit chat. 

IfiHCXB : Couper;rMuireen petits 
morceaux. On dit encore en Bour- 



gOgne, mincer le pain bSnit, pour le 
mettre en petits morceaux , afin de le 
distribuer au peuple; de minus, 
mince , menu. 

Mire : Mesure de terre yalant un 
demi-arpent; mesure de capacity 
pour les grains et les liquides ; d*ou 
le diminutif minel, petite mesure ; 
mina. Ferejoer la mine : S'en aller 
d'une auberge ou autre lieu sana 
payer. 

Mine : Sorte de jeu de d^s duquel 
il est fort souvent question dans nos 
anciens poetes; il ^toit tr^s-dange* 
reux, et on pouvoit s'y miner en peu 
de temps. 

MiHBB : Ouvrir une mine, I'ex- 
ploiter; minare. 

MiNBTB : Lieu propre k Jouer^ 
table sur laquelle on jouoit k la mi/te^ 

A Renter comence k huchier, 

Je juerai, fet-il, &ti, 

Pnisque tn m'en as aati , 

Alons nne minete querre; 

Et li prestres descent a terre, 

Si empasture son clieval. 

Tant •nt qnis (cberch^s) a mont et k raf 

Qa*il ont nne minete esL'te , 

Et Thibaos primes s*i alite , 

Qni de joner estoit ardant , 

Les det ataint ainz qne Targent, 

Qnar le jen covoite et desire. 

* FMiatt du Prestre et des deux 
Aibaus, n"^ 72x8. 

MiNBTTB : Droit de conduire des 
bleds aux mardi^. 

Miif GNBB, miner : Faire des mines, 
des grimaces ; de mimus. 

MinoNiBB : Manger, selon D. Car- 
pen tier. 

MiNOBELiHs : Foible , d^bile , ma- 
lade , qui n*a ni forces , ni -vigueur ; 
de minuere, 

MifriSTiBB : Distribution d'aum6- 
nes ; ministrado. 

MifriSTRER : Servir, aider, don^ 
ner; ministr€ire. 

MxifOBAOB : Minorite 9 jeune Age^ 



Digitized by 



Google 



HtlR 
en bas. lat. minorenmku, form^ de 
minor et duettos, 

MiiroT : Ceruine mesnre dc tcrrc, 
la moiti^ d*nne mine ; en Picardie il 
te dit encore d*une mesure de sel ou 
d« grains. 

MiHous : Affeet^ , doncerenx. 
Mini; : D^nombrement, detail , ou 
d^laration de tontes Ics terres , ren- 
tes , &c. qu'un nouveau fermier de- 
Toit donner k ton seigneur lorsqu'il 
entroit en jouissance; de minus. 

Minute : Minuter, ^crire une mi- 
nute ; en bat. lat. minuare, 

MiHuiTiB : Henre de minuit , le 
milieu de la nuit ; media noctis. 

Mio , mioeh : Le muid , mesure de 
liqaides ; modium. 

M ION , miou : Plus f»etit ; minus > 
nunor; du Grec meion , petit gar9on ; 
petite meture de vin ; en bas Bret. 
tnin , miner, minut. 
^ Mrov : Le mien, mon; meus. 
MiovDEB : Meilleur; tnelior, 
BfiPAETi : De deux couleurs j ptr^ 
tag^ f mis en deux. 

BfiFAanm : S^r er, paruger par 
la moiti^. 

MiQuiou f Mquiel : Mickei , nom 
propre d*homme; Michael. 

Miracle (jeu de) : Pi^e de notre 
ancien tbcitre^ qui» par suite, fut 
appel^ m jstere , parce qu'on y trai- 
toit des sujets ;de religion ; nUracu- 
lum ; miracle de S, fVidevert, sorte 
de maladie^ ^pilepsie , mal caduc. 

MiEAiiAXE , miro€uller: Mroitier, 
marchand et fabricant de mtroirs. 
yoyez MiE^OE. 

MiEALixE : Platine ou ^cusson de 
lerrure. 

MiEAxoKsuir, MirmnoUn : Roi de 
Maroc; nom comman a tons les 
Princes Maarcs; en bas. lat. Mtra- 
momeUmtt, 



MIR 19S 

MiEAuoEE : Regarder arec atten- 
tion , examiner^ admirer ; mirari, 

MiRcouTON : Bri^gnon , fruit qui 
^ssemble a la p^he. 

MiEE , mirre, mjrre : Chlrurgieu , 
m^ecin nonco'nsultant qui travail- 
loit aussi de la main ; les consultans 
se nommoient fisiciens, phisiciens ; 
du Grec ^ifp«», suivant Borel ; en bas 
Bret, mir, Dans nos anciens poetes 
et romanciers , on voit sourenC des 
jeunes filles employi^s i gu<5rir des 
plaies , parce que Ton pr^tendoit , et 
nous sommes encore dans cette per- 
suasion , qu'elles ^toient pins com- 
patissantes, et qu'elles avoient plus 
de l^g^ret^ dans les mains. Gerard 
de Nerers ayant et^ bless^, fut men^ 
dans un chastel , alors : ct tJne pucelle 
dc Wans le prist en cure , sy en pensa 
tellement, que en pcu d'espace com- 
men^a fort k amender*; tant le fist 
assouhgier, que assezcompetanunent 
le fit mengier et boire , tellement et 
si bien en pensa la pucelle, que avant 
cc que le moys fust pass^, il fut remis 
sus et du tout guery ». 

Qiur mon Aui^i est , je yom di, 
BoDB mires , je le toiw aii , 
£«rt«« i\ s^t pUi» ^« mecmes 
Et de vrais jugeaMB* dViaes , 
Que onquet ne tot Tpocraa. 

* Fabliau du FiUm Hire; e'esi h 

sujet ok MolUiv a puhi torn m- 

ditm mmigrS luL 
He B^ens que farre , ne qne dire, 
Ne poor loa playe tvovier mi^, 
Ne par herbe , oe par raciae 
le ne pens trover mt^cme. 

Roman de la Rose, 
Horn, enten et jones et ylent, 
Enten « mol ae ^ar/r nena , 
tofer* cfttl mestler as de ynit^^ 
Kear a U Dane'dea antieua. 
En lerre , eH chiel n*e«t mire tieua 
Poor rendre 4 tol lant^ enti>e : 
D'un aeoi regart la p4ia Mfra 
D|ou«* a Die*, ut Ja aS gr%«| jvt 
N ara pour tea peclilez mortieua, 
l>iax ne 11 yeat riena eacondire , 
N 



Digitized by 



Google 



^94 MIR 

De 1! paet-on bien poni' tqit dire : 
Che qae la Dame yeut et Dieas. 
MUserere du Keelus, pariant de la Furge. 

Mi&B , Ibez m'ire : Ma colere. 
MiRBNCOULiB : Chagrin , peine. "* 
Miai&OR, mirrors, miroer,mirouer: 
Miroir, glace de vcrre fort unie et 
^tam^ par derriere ; de mirari; en 
bas Bret, mirein, miras, mirouer. On 
nommoit encore la branche aln^ 
d*ane famille , mirouer defief. 

CVtt li nuroerperiUena, 
0& Narc'iMUS tr^ orgaeiUeu 
Mira sa face et ses yeux vain , 
DoDt il chtet puia mort tout enTera: 
Qui en mirouer te mire 
lie puist avoir beaoin de oure. 
Roman de la Hose , parlantde Narcisse, 

MiBBE : Admirer, r^compenser; 
ae rcgarder, »e mirer ; mirari, 

MiBBB : Trailer , donner des re- 
jnedes, gu6rir ; et mir^ciner, soiTant 
D. Carpentier. 

MiRVSSB , mirresse : Femme qui 
fait Tdfifice de mire on de ^m^ecin , 
femme de m6decin. 

Lore m'en reying an poat de fast (de bois) , 

0& quidai qae Bras de fer fast (^oit), 

Que Jo toot sottl j*oi laissi^ ; 

Mais jo le yi toat eslaitst^ , 

Desesper^ en esperance 

Entrer, qve onqof s pais m*acoi&lance 

ll*afli», dte qae deTOtioa 

Me mena k confession , 

E penitance la miresse : 

Par line saadioie espesse 

M*en -viag toat droit k esperanoe. 

Le Ibttrndiement tTJntecrisi, 

Mimx : Mille ; mille, mUlia. 
Per aqni (par-U) monten cent mtn aoxeUo 

(oiseaox ) , 
^qaant ( qnelqaes - nns ) s'en tornen aval 
arreaso. 
Fragm. delaFtede Soice , fol a74. 

MiRiciDB : Qui dit, qui raconte 
det merreilles ; mirabilis. 

MiBMAitDB : Petite ville. 

MiBMB : Ckaloupe , ef peoe de petit 
TitMean. 



MI'S 

MiBMBT : Petit, plus petit. Foyn 
Mbbme. 

MiBOAiLLiBB : Miroitier. 

MiRouBB : Miroir. 

MiEBEs : lies d'Hy^res. 

MiBBO : Nom propre de Myrhon , 
cdebre statuaire qui yivoit 3io ans 
avant la fondation de Rome. 

Mis : Ambassadeur , intendant , 
envoys 5 missus. 

MisADBLVE : Qui hait son frere. 

MisAiLLB : Gageure , pari ; en bas. 
lat. misa. 

MisABGiNDB : Qui ne £dt point cas 
de Targent , prodigue. 

MiscELLANi&Bs : Ouvragcs ou re- 
cueils qui conliennent diff^rentes 
choses , m^anges \ de rniscelianea, 

MisciiE , mitsie : District , juridic- 
tion ; missio. 

MisB : Arbitrage, sentence d'ar- 
bitres ; commission k quelqu'un pour 
juger, jugement d*une <^mbre de 
justice ; d^ense , pouToir, autorit^ , 
puissance; missid, 

MisE : Enjeu , gageure. 

MisBJOiHTEs ; Gages que les par- 
ties adTerses donnoient respective- 
ment avant de plaider. 

MiSEBABLBTi : Mis^rc , pauvret^ , 
affliction , infortune , disgrace ; mise- 
rabilitas; en anc. Prov. miseria; en 
bas Bret, mis, malbeureux. 

MisEBB , rrdseur : Arbitre , jnge 
dd^u^ , expert. 

fifisBBBLE : Le pseaume miserere, 
priere pour le pardon des p^ch^. 

Mis^BicoBDB : Salle des h6tes dans 
un monastere. 

MisiBiGOBDB (^p^ de) : Poignard 
tres-pointu , sorte d*^p^ fort courte 
qui faisoit partie de Tannement des 
anciens chevaliers ; ces poignards 
^toient ainai nomm^s , de ce que let 
chevaliers qui avoicnt terrass^ leure 



Digitized by 



Google 



MIS 
cnnemis , s'en servoient pour les tuer 
•'lis ne crioient mis^ricordc ; mise- 
rieordia. 

Cn se mittrent en arentnre ; tuit pristrent 
•bit de molnet et porterent contlans et miii'' 
neordes dcsons Uar robes <|m estoient Urges. 
Gum, de Trr, fol. i58 > f^. 

Qii%iit ce TireBt et aper^nrent les Francois , 
St prirent petites csp^s que U avoieiu , et 
s*escrlerent que od f^rlt d^estoc par dessoas 
les eaaencs, o^ li Alemans estoient plus legie- 
remeat arm^. A ceste crl^ fu la bataitte grant 
et mortel ; car les Francois leur plunjoieot les 
misSricordes kt cost^ jnsqnes aux poins, si 
que en tele maniire furent ralncns les ALemans 
par U aootlTet^ des Francois, et poi on nient 
n*cn eachap* que il ae fensaent tuit occis. 
Nangis , jtnnaks de S. Louis, 

MiSKEicoEi : Bon , compatissant , 
mis^ricordieux ; mUcricors. 

MisBs, misses (choses) : Chose utile 
k ri^tat , somme (l*argent , d^pense 9 
achat ; en has. lat. misia, misio. 

MisESJUs : Vieux habits, vieilles 
bardes. Foyez Jus. 

MiSBUE : Juge, arbitre ; procureur, 
celni qu*on a charg^ de suivre et exe- 
cater une aflaire ; missus. 

MisiE : Mettre» envoyer; mittere. 
JkKstrent, envoyerent; mist, misist, 
envoya , eut enyoy^. 

Us en Tont an rirage , si font les nea cargier , 
Pbu i misirene Titaille que he lor fust mesti«r. 
Roman de Florence de Rome, 

MuovovKy missaudour : Coursier, 
chevai de hataille , selon D. Carpen- 
tier ; et dans Borel , qui cite Perceval, 
missidore est un athlete. 

MissAu : Missel , liyre d*^glise ; 
missaie, 

MissB : Part f portion; missio, 

Missi DOMiNiGi : Enyoy^d'un sou- 
▼erain pour exam&ier la conduite des 
cemtes et des juges de proyinoe , et 
poor y juger les Causes d^volues au 
sou-verain ; de missus, 

MjLSf IS : G^n^ralit^, proYiaca dans 



MIS 199 

laquelle on envoy oit un miss ou in- 
tendant ; de missio, 

MissiBE : Pr^t|*e cbarg^ de dire la 
messe; missarius, de missa. 

Mission , mansion, mession, miS" 
siouns : Ddpense , frais ; missio. 

Missi ONVEE : Faire des ftais k 
quelqu'un. 

MissoooEE : Athl^e^ archer \ mis* 
sitatus. 

MissoLB : Sorte de froment dont 
r^pi n'a p^ de barhe. 

Mist, nUste : Mf^I^ , embrouille; 
mistus ; inyst<^rieux , obscur, mysti- 
que, secret, cach^; mysticus; vain , 
de peu de poids , de peu de science ^ 
mixtus; joli , propre , bien arrange. 

Attcuna trlomfans Alchiuiistes , 
Affermaus en paroles rnistes. 

Sommaire PhUosophique de Kicolds 
Flamel, citi par BortL 

Mjstbmeiit : D'une maniere cm- 
brouill^e ; mistim ; et artistement , 
avec art , selon D. Carpentier. 

MisTEEB : Ouvrage , piece de tb^S- 
tre; mysterium; metier, eroploi, mi- 
nistere; ministerium; en basse lat. 
misterium, 

MisTi^niAz : Cachd , obsctir, mys- 
tique; mysticus, 

Gieres parfait lo preschement el qoinzlxne 
jor «oi retornat al monstier, et \k quant 
li frere furent apeleit ensemble, stanz en 
met, prist lo Sacrament d4fl cors et del sane 
del Sanior , et man^s comenzat avoc eax h:% 
misteriaz cbans des psalmes. 

Diai. de S. GrSgoire , /«k. 4, chap, x i. 

Quinto decimo igitur die ad monasteritim 
suwn peracta prceiUcadone , reversus est , 
ibique fratribus conpoeatis adsums in me* 
dio , sacramentum Dominici corporis et san- 
guinis sumDsit , moxque cum eis ut^icoa 
psalmorum cantus exorsus est. 

BwiTEAL : Piece , morceau. 

M&STEAL 9 mistrale : Bailli , agent , 

pri^6t , cehii qui l^ve les droits d*uii 

seigneur et veille a ses inl^r^ts, o(fi- 

cier de jiittiaa pou£>r«oeToir les ceas, 

a 



Digitized by 



Google 



196 M i-T 

de mimsterialis on de nuigistratio; 
en anc. Prov. maestral, mafldstraou^ 
fnistraUy mistraoa, 

Mmtralie : Charge de bailli , 
agence , charge d'homme d'affaires ; 
ministerium; en bas. lat. mistralia, 
mimstrcUia. 

MisTRK : Maltredeshautesoenvres, 
boun«au , selon D. Carpentier. 

MiSTREiTT : Envoyerent , mirent ; 
de mittere, 

Ce fu a OD juesdi de TAa^ oluoIbB , 
Qacli Juif TOiupriitrent ct mistrcnt tn^rUon, 
Moman de Florence de Borne, 

Mmtuelet : Fanfaron, petit doc- 
teur, qui se m^le de tout. 

MiTADEirc : Bled m^teil ; de mistus. 
^MiTADEKc : Certaine mesure de 
grains mdteils ; de mistura ; en bas. 
lat. miiadencus. 

MiTAiLLs : Petite monnoie de cui- 
-vre ; ferraille , mitraille. 

MiTAiiriEE : Faiscur de gants et de 
mitaines ; de mittere; en bas. lat. mi- 
tana, mitaine ; en bas Utel. mittain, 

MiTAif : Milieu ; medium. Ce terme 
est encore en usage dans la Bourgo- 
gne , la Picardie , la Franche-Comt^, 
le Perche , dec. Dans un titre du cha- 
pitre de S. Honor^, de 1676, il est 
dit qa'un nomm^ TEspinasse ^toit 
propri^taire d'une niaison , sise rue 
Froidmantel , contenant deux corps- 
de-logis , une cour au rnitan. 

MiTAMiEE : Fermier, laboureur, 
metayer qui afferme a moiti^ profit, 
qui partage avec son propridtaire. 

Mite : Monnoie de cuivre de 
Flandre. 

MiTE-MbE : Qui affecte une dou- 
ceur hypocrite. 

Mktemps : Temps intermtf iaire 
d*une date a une autre. 

Pierre serft foarclot , s*il ne foomlst de 
reponie dedans mi-temps de TaMise ^ro- 
■^-■-- « 4kmtmm^4e Btmmwsu,^ 



MO A 

MiTi^ : Meiti^ , division en deux 
parties ^gales. 

MiTis , miton , mitoux : Gros chat ; 
et au figur^ , hypocrite; mids; en bas 
Bret, mitouicq. 

MiTOH : Certaine mesure de grains . 

MiTOTAiTT : Mitoyen,qui est entre 
deux ; de msdius, Yoyez Moitibn. 

MiTOTEEiE , metoyerie : Separa- 
tion de deux heritages contigus, mar 
mitoyea. 

MiTBE DE PAPIEE : Puiiition pour 
diffi^rens crimes. 

MiTTE : Moiti^; medium ; mesure 
pour le bled et le sel. 

. MiTTE : Ancienne petite monnoie 
de cuivre ; en bas. lat. miiia. 

MiTTEB : Mettre , employer ; 
mittere, 

MixTUEE 9 mis$urt : Bled-m^teil , 
petit graiu; au figur^, m^angej 
mistura. 

Mats a cny apartleat ceate mutture, et k 
cay ajaet cist aTeaenenx. 

Sermons de S. Bernard, foi. $1, 

Sed eu/us interest hax connixtio? cui hoc 
unione prcestatur? 

MizoTB : £sp4ce de foin on de 
fourrage. 

MoABxciEir,JI/oa6ic<>/ie: Moabite, 
peuple qui habit oit une par tie de 
FArabie , et qui descendoit de Loth 
et de sa fille ain^e. 

Lors estoit an bom coisin a EHmelech, qui 
estoit bom puissannt , Boos par noon : et la 
Hpahiciene dist k Eotb sa soeore , si ta le 
comanndes , jeo irroi el ohaap ct quiUeroi 
espis qui averont cheiis dr s mainji des siannts 
en quel lieu que je troeffe en moi la grace de 
la bonafret^e del Seignor, 

Bibie ^ Lwre de BtM, ehap. a , vers. i. 

Erat autem wro Elimelech consan^neus, 
homo potent , et magnarum ojmm , nomine 
Boom : diseh^ue Bum Moabuis md soermn 
suam : sij'uiis, ofadam in mgmm , et ooOi- 
gam spicas , q,iue fugerint manus meten- 
titan ^ ubicumque ciementis in me patris/a- 
r9per$m g rm ti nm. 



Digitized by 



Google 



Me 



If OK 

Mo AGS : Mouture ; de moUiura. 

Mo A YE z , mouee : Amas d*ichalat 
qui resteflt dans les vignet pendant 
riuTer, ce qni tnffit ponr ^balatser 
Ja huitieme partie d*un jovr de Tignes. 

MoBEUGB : Nom d*ai)e clodie k 
Abbeirille , qui r^gloit le traTail det 
ouTriers. 

MoBiLiiiRE (contract) : Qiki con- 
ceme les meubles ; de mobilis. 

MoBLE : Meuble y ustensile. 

MocB : Coliine , hauteur , Emi- 
nence. 

Mocui : Femme adultere, de mau- 
Taise conduite; mcecha; et tuiTant 
D. Carpentier, femme , spouse. 

MocHESTST , lisez m*ochesist 
tna J d*ocddere. 

MocQUE : Raillerie , badinage. 

Je fc Irar ay bien die d^ le com 
IfaU U lear est ndTJS que cVst mocque. 
• Despiners , TfouveUe XUn. 

Mode : Mod^ne , ville dltalie ; 
Mudna. 

MoDEKiH : Muid, sorte de mesure ; 
modius ; du Grec modios ; en bas 
Bret. modd. 

MoDELATUBE:Moulure;de modus. 

MoD^n^E : Mesure de terre pour 
laquelle il faut un muid de semaille ; 
de modius, 

MonLB : Mani^,fa9on, modele. 

Et Tolt par 90 11 Reis que ses homes fus- 
sent od les charpentiers le Ret Tram, par 
doner let modles et Its mesures del maireia 
qne cil abatirent. 

Livrt de$ Mots, fol S5, B?. 

MonoAL : Tuteur, curate^r, gou->> 
Temeur. 

MonuBBiroE : Bled de moutare ; en 
bas. lat. moletrinum , moduranchia. 

MoDuaiEBE : Esp^e de mestu^ 
de terre. 

MoE : Agitation de la boucbe , 
ayanoement des l^res , mine , gri- 
naca, moue^ en baa. lat. moa, de 



I MOE 197 

movere. -* Dans la Farce de Pathelin, 
le Drapier demande k Guillemette s*il 
ne mangera de Toye , elle lui r^pond : 

C*est tth% belle demande ; 
Ah, Sire I ce n*est p^ Tiande 
Poor malades. Manges tos oes , 
Sans nous ▼enir joner dcs moes ,* 
Par ma foy , ▼ons estes trop aitfe. 
Pathelin, 
MoEBLE : Meuble , ustensile de 
menage. 

MoEB : Environ six arpens de terre, 
ce qui pent employer un muid de 
seroence ; de modius, 

MoELiir : Moulin ; moUnum. 
MoEMENT : Consequence , force ^ 
valeur ; de motioy motus; en bas. lat. 
momentmn, 

Moehel : Espece de petit cor de 
cbasse , petite trompe. 

Moifi : Changer, agiter, remuer, 
toucher, exciter, ^mouvoir ; movere. 

Quar qoantes sentences 11 rnoet alsi come 
par demandise , alsi come tantes persones des 
direrses preot en soi. 

Dial, de S, GHgoirt, hV 4, chap. 4. 

Nam qnot sententias quasi per inquisitio* 
nem movet , quasi tot in sepersonas dit^no- 
rum suspieit. 

MoEaoiflsoirs : Monrriont; du 
Terbe morir; mori. 

Et distrent k Btoyaes : sepultures par aTen- 
tnres na forent en Egipte ; por c^o nos as tu 
W M tmit que nos mgergissont el desert. 

Bible, Exode, chap, i4,*awrr. zi. ' 

Mt dixerufU ad Mtgrten : fortitan non 
erant tepuichra in Mgjr^, uteb tuiisti mo$ 
ut moreremor in soUtudme. 

MoBsoN : Prix d*un bail k ferme. 

MoBTB : Oiseau de riviere qui va 
k tons vents ; on le regarde , en cer- 
taines provinces , comme un avant- 
ceureur de f&cbeUE accident. 

MoBTBS , moettes : Passade, folic, 
tours , mouvemens ; Borel dit qu*il 
vient de mo^eo , fa ire la mone. Voyez 
MoB« 

3 



Digitized by 



Google 



ig8 M O I 

M*oiit engendi^ oMiiote affittAlort, 
Kt fait faire maintes moeltes ; 
Car poar repos j'af en foalorc. 

CoquUlart, ciU par BortL 

MoiTETE : Moiteur , humidiU \ . 
fnador, 

MorFLB , mqfle, moi^fte : Tas, 
monceau; espece dt gros gant; en 
bas. lat. muffulay mqffula^ 

MoFFLET : Pain blanc, pain mollet. 

MociiT : Fromage mou; de ma- 
didus. 

MoGVE : Moine , religieux ; mona- 
ehus; du Grec monachos, seul. 

Moi , mote : Bfien , mienn« , mon , 
ma; meus, mea, 

Frere qui t*a ce fait , nel* me celer ta mie : 
En la moie foi , Sire , ne lairai nel* voub die , 
Maletneut in*a baillt Florence TOstre amie, 
L*autrler quant retoumamea a Rome b garnit* 
Jtoman de Fioremce d^Jiomt. 

Moi , moie : Tas , amas , monceau 
de bled en gerbes qu'on laisse dans les 
champs, et qa*on amoucele en meule. 

MoiBLE : Meuble, ustensile de ma- 
nage; mobilis. 

MoiCHiNE : Servante, jeune fil!^ 
en g<^n^ral. Vojret Meschinb. 

Cil fet pecIiM de char qni'tient franchc 
lame par caoae de lecherie et ne mie de ou- 
riage ezcqit^e sa moichine, 

la Lwrt de Jastice et de Plet,J6l. 19a. 

MoiCTENRiB : Fruits on reTenits 
d*une m^tairie. 

Moie : Tas, monceau. Voy. Mote 
et Mie. 

Moi^B : Certaine mesure de terre; 
de modius, 

MofUL : Mojeu de voiture. Moiel 
d^urfi janne d'oeuf ; moiel de bled, 
tas de bled. 

Moi^HEiu , moieniau : Moy^nne 
trompette , petit cor de chasse ; de 
medius. 

MoiENiEEBES , moyenncres : M^ 
diateur, entremettenr; mediator. 



HOI 

MoiE vn BMBVT, fnojrenement : M^ 
diation , entremise. 

MoiEHRBE, moiener y moyener, 
moyenner : Trailer, transiger ; par- 
tager par le milieu , s^rer en deux 
parties ^gales , faire Taction de m^ 
diateur, diercher des temp6:^mens « 
se mettre entre deux parties pour lea 
accorder, les concilier. 

Chernlierf , eoten la doctrine 
De traire esp^ de ga7ne , 
11 n*est tana de de igainer 
Se juttlche nel* d^xgaine , 
Justiche , chit noac a bon aigne , 
Car on puet mout bien ataener 
A son meatier an non aonner , 
Bien commenckier, bien moiener 
Yeut jutticbe , a^en bien define 
Jnstiche Tent tana fanaouner 
Toute rien jnatement mener 
Et metnrer a jutte mint*. 

Roman de Chariii , strophe So- 

MoiEs : Moi , ma ; mien, miennea* 
mes. P^ojrez Moi. 

Qnant Reniers Tit qn*il sont si pris. 
Si lor ditt f monlt ettet engria 
De tavoir i cut elet sont ; 
Foi que doi Dien qoi litt le mont » 
Bioi^ tont et ce qui ett em. 

FakUau de la Bone phine de Sens, 
par Rutebeuf. 

Moii^TOXETB : Ferme, m^tairie, 
maison de campagne ; mediatttra. 

MoiEUF , moyeu : Janne d*oeuf. 

MoiGHEE , moiner : Amener, me- 
ner, conduire ; minare. Moignerjoie, 
se r^jouir ; moigner dolor , s*attrister. 

Jheaus naitt; moignet joye cil ki ke ce toit 
cnj li conscience det pechlez jngleret col- 
panle de permenant dampnation. 

Sermons de S, Bernard ^ foL so. 

Nascimr ergo Jhesms : gandeat fukquts 
iUe est , quern perpetuat damnathms remni 
adjudicabat consctentia peccatonun, 

MoiGNEUX : Office de cuisine cfaez 
le Roi. 

MoiJE : Mesure de terre qui con- 
lient UB moid de aemaiUe ; de modut^. 



Digitized by 



Google 



MO I 

if oii.BE, moitier, moiiler^ moiiiier, 
moUer, mouille, mouiier, inouUier : 
FeflUBA , Spouse ; mulier; en Etpag. 
muger; en Ital. mogUe; en anc. ProT. 
mother, moUery moUir, 

CoDToitJM me soQsprit poor Tayolr qoe je 
▼y •! grand : U femme je prit e moiller ( }e 
prie «oa Spouse poor bm feo^M } et eipon* 
Mjy TOoUJst oa BOD ; melt au plostot qtt*eUe 
peiut se eschappa de moy , et se plaingnlt k 
b justice. Boman de Gerard de Nevers, 

Depoia ala Bertran a Pontortoo; 

La se tint i sejonr par la morte saison 

Et fu o sa moliUer k la dere fa^on. 

^LaFiededu Guesdin. 

8*ims homs autre fame apaire , 
Petit en Toi blastengier 
Sa mouiUier : mh a tovt dis 
%»t U preadoms eschamis 
Poisque sa fame foUe. 
Po^s, Franc,, Mss. du Vaiican, n9 x5aa, 
/)/. i58,il%co/. 1. 

MoiLLEROV : Enduit fait avcc dc 
la mouUe, Voycz Mol^e. 

9I01LLONNEE : Enduire, cr^pir. 
. MoiLOH : Tassc, coupe 

MoiNDEE d'ahs , moindre d^age : 
Bfioetir ; minor natus. 

MoiHE , moinnes ; au pluriel moi- 
neaulx, moinets : Moincau, sortc d*oi- 
seau 9 Ic passer des Latins ; on Tap- 
p«lle encore dantplusieursproyinccs, __ 

passe, passereauypasseron; les poU ^h^^rmluSe;bkuifVrine 
que Ton met aux muri pour les fairc ^^..,^ ^^.^ ^^^ „„ labonrei 
couver, sont nomm^s pots h passes 
da Grec fMf9i en has. lat. moniellus; 
en Noonandie, moisson; k Lyon, 
moniau; a "Purii ^ pierrot. 

MoiKE : U conduit, il m^e ^ minat^ 
du verbe moiner, conduire , mener. 

MoiNEL , moiruau, moisnel, mois^ 
net; an pluriel moineaulx, moineaux: 
Espece de petite trompette ou cor de 
ehasse, petite doche ; de minus. Lea 
petites cLochet qui ^toient a Notre- 
Dame de Paris, dans le petit clocher 
qui est a«r la def de la crois^, ont 



HOI 199 

^t^ appdi§es moineaux y jusqu'au 
temps de leur destruction. 

MoiNEi. : Moindre, moyen ; minor, 
medius. Voyez Moieheau. 

MoiNEE : Mener , conduire , se 
comporter, trailer bien ou mal , se 
gouvemer; minare. 

Grans eharroix momeitfet grans sommes 
Par ces fores, et si r'ont hommes 
O^ il font taiUe et grans prises. 
Lor ententes ont tootes mises 
A conqnerre qnant que il Toient : 
Les porres gens molt s*en effroient , 
Que il gietent fors de lor terre; 
Tons les entoient k pain qnerre. 

Bibie Guiot, ven i%^9 , partant 
du Moines de Cttetmx. 

MoivESSE, moinette : Religieuse; 
moniaUs. 

MoiNGH AGE , moingniage : Profes- 
sion monastique , monacale. 

MoiNCHE : Moine , religieux ; mo-- 
nachus; du Grec fi^fmjclt. 

Moingnei , ProToires , Clers s*enfnient , 
Et li palens moustters destruient. 

Boman du Bou , foU xo. 

MoiHioT : Enfant de choeur ; de 
monachus; en has Bret, et en Galloia 
manach, moine. 

MoiKTi^ : Moiti^. 

Mois , moisoh : Maison de campa- 
gne il laquelle il y a des terres atta- 
*'''**'' ; mansio$ 

traits fait avec un labourcur, et par 
lequel il s'oblige k cultiver ct ense- 
mencer les terres, k condition d'cn 
partager les fruits avcc le propri^- 
taire ; en has. lat. moiso. Voyea Mai. 

Mois rENAL : Le mois de juillet , 
ten4>s auquel on r^olte les foins. ^ 

MoisN ^Au : Cloche moyenne ; petit 
cor, petite trompette. 

MoisMEL, moisnet: Motneau, sorte 
d*oiseau. 

Tout U moisnet dehors estoient 
Qui au bled aproismier n*oseieat. 
Le Bettiairtf #•« 79^9»/^ *•« • ^« 
4 



Digitized by 



Google 



aoo M O I 

MoiMif (droit db) e Le frAio qa'on 
<l<^voit aa seigneur potir let terret 
q«*on enfemen9oit ; redwanc« qui se 
payoit en fruils de la terre. 

Moisoir : MesurCf forme ; mensura; 
€tpece de bail a ferme , prix ou re- 
venu de ce bail. 

Ce roaft let moumu det drat ^t TittoeBt as 
foires. AcraB tiant mxxTm aoMt, MoHStareul 
xxT aunet, Auberile xxnr aaaes, 0roi4Beles 

XXX aunes S. Denia , Paria et Ligoy 

ii*ont point da mait^n , maia i^ Teadont par 
anlnes, 

DdnombrtmemtdesFoirtsde Chafnpaigne 
et dSs Bri^, tt des Marckandises qui 
s'x Vftndowne, Mss, de I'EglUe de 
Paris, cote If, »• a./o/, i5, F*. 

MoisoK, moisson : Oise^u qui pour- 
roit ^tre le moineau. L'oiseau que 
d^rit Tauteur du JUty de I'OiseUt, 
Ho\i d*une groftseiir entre le moisson 
et le roitelet. 

JLi oiaiaz fu narvelUas gens , 
Moult seroit granz detriemens, 
' Se Tos disole sa fa^oii : 

11 estott menres d'ua moissofi , 
Et fb plos grand da roietei , 
Si chaoto'it ai bien et si bel» 
L*orsignot , mclle , ne manTis 
He IVstornei , ce mVst avis , 
Chans d*aloe, ne de kalendre 
N*estoit si plaisans a entendre 
Com iert U siens , bien le sachiez. 

* Li Lais de rOiselet, 

MoisoHEn : Affermer une terre a 
mois. Voyea ce mot. 

MoisoNiEB , moisoMmfr : Fermier, 
Vi^tayer, amodiateux^ qui dent une 
ferme, une m^tnirie a moiti^ profit; 
celui qui pi^yoit le droit d^^moUi 
^n bas. iat. moHswj^arins. ^ 

MoissEiiDV : Mousseron , %oxVt d« 
fbaaipigAon blfino. 

MoissiNE : Marc de raisin 9 lie de 
"vin; paippre de yigni^s or tiexiaent 
les grappes. 

Moisson , moissovn : Gerbe de 
grains. Voyez Moi«09. 

MoiiV£ y m^ijtte ; Moite , Uede , 



MOL 

bumide; mixtus, panic, de ndscere. 
Voyex la citation de Fisicikn. 

MouTB : Sournois, disnmui^, ea- 
ch^ , qui est en-detsous. 
. MoisTESRiE, mouoierie, moitoiriey 
moiturie : Moiti6 des fruits ou reve- 
nus y bail a moiti^ des fruits ou reve* 
nus. Donm^ h moUoirie ou h moi^ 
tonlf .•Louer pour la moiti6 des fruits. 

MoisTRB : Empldtre, cataplasme, 
remede ; de mixius ou de ma/lor, 

MoiT, lisez m*oU : M*etitend , m'^ 
coute. Se Diex rnoit : Si Dieu m'en- 
teod. 

MoiTABLE , moitang^, moU6en : 
Bled ou grain m^teil , petit grain. 

MoiTAi : Moiti^ , partie ^ale de 
deux cboses ; de nustus* Donner h 
moitai: Louer un bien pour la moiti^ 
des fruits. 

MoiTAiERE : Ferme , m^tairie , 
grange ; meditaria, 

MoiTARiE : Moiti^ du produit d*un 
bien ;* dirmdium. 

MoiTEERiE (tenir a) : Loner pour 
la moiti6 des fruits. 

MoiTENG^. Voyez Moitable. 

MoiTiioN, moiton : Mcsure de terre 
ou de grains; modius; en bas. lat. 
moiso, 

MoiTEBiE : Ferme ,* m^airie. 

MoiTEBiEB , rnoitoien , moitoier, 
mortoyer, moitrier : Fermier associ^ 
pour la moitl^ du revenu d*un bien , 
d'une terre; metayer, honune qui 
tient une moff^ serrile el roturierc. 

MoiTiEN, moitoyen : Mitoyen, qm 
est entre deux; de medius; form^ de 
nUen et de nen, selon Pasquier. 

MoiTBBitB : M^tairie , ferme ; 
metUetaria, 

Moxiis f mokesans , mokesomns : 
Railleries , BU>qnerie8. 

MoL : Le gm de la jambe » le mol- 
let; de rnoihs. 
. Mox«ABi.E (grais) : Grain qui xloit 



Digitized by 



Google 



M OL 

vtre moQla an moulin da teignenr; 
de mola, 

Moi.A«s : Droit de mouture; tr^- 
mie de moulia ; de mola. 

Molar , molard : HautenrV ^mi- 
neoce , tertre ; meule de moalin ; 
moiesy mola; en bas. lat. molare , 
moiaris, 

MoLDAi : Bless^ , bris^ , meurtri. 

MoLDRiR : Meurtrir, blesser. Foj* 
MsuRoaE. 

MoLB : Botte, gerbe , faisceaa, tas, 
amas $ menle de inoulin ; moloy moles; 
da Grec fiixn ; en bas Bret, melin. 

Kt plus a fort et durB Im bras 

?( *eiist Femagns , ne Fierre a bras ; 

Sk puissance n'est mte mole (mollis) , 

Ne toome mons , ne toume moU , 

M'earag^ caer , n*eiirag^ pance 

Ti *oDt enTers liii point de puissance , 

^Trop fait k U mal batlllier» 
Bien set Deables catillier 
Celui qni de rieoa Ic conrroace , 
IV*e8t Rois, ne Quens, s*envirt Ini grouce, 

'A un seul cop ne Test froue. 

Gaueier de Coinsi, Ih, i , chap, 35. 

MoLis, moiety moUee , moUet: 
£sp^ de ciment qu'on tire des aoges 
des couteliers etdes taiilandien; suie 
ou noir de chaadiere ; mollis* 

MoLBQUiN , meulektun, rnolechin, 
molekain, molokin, moloquin, mu-^ 
lekin : Sorte d*^to£fe pr^ieute, voile, 
xnanteau. Dans le Roman de la Rose 
ii signifie ^offe , et dana k Conrt de 
Paradift , robe , T^tement. 

F.t puis lul oste, et puis r'assaie 
Com li siet bleu robe de saye , 
Ceavlwu , mnUkadns abetia (hat tebis) 
Tndes, Tennaosy jaunes et bis. 

Roman de la Rose. 

, Kx-Tos lei Dames mariecs , 

Moult tr^s noblemeut atorn^» 

Qoi furent ayocc lor Seigoors 

Kn loiant^ et par amors ; 

ChaacuiM ot Ttata chacaaae blaacba , 
- Plus bUns que ne soit nob sor braaobe , 

£t moUqmms moolt aTeoant , 

Li MM atok raair* teaaai, 



M O L 2or 

Et abavtojant da cutr joU : 

« £nsi doit Dai^e aler a son ami ». 

*FabUaude la Court deParadis. . 

MoLBSTB : Tort , grief, dommage; 
ennui , chagrin , fikcherie , peine , fa- 
tigue , incommodit^, inqui^tade, em- 
barras , opposition ^ molesda; en bas 
Bret, molest y feninie bargneuse et 
grondeuse. 

Porret^ siet k Pautre chief, 

Plaine de bonte et de mescliief , 

Qni trop senlfre an cneur grant nudeftes, 

Trop fait de houtenses requestea , 

Et trop est de dur esconditz, 

Et n*a ne bona faits , ne bona dlts , 

Ife delactablas, ne pbiisans. 

Roman de la Rose. 

MoLHB , mother, molfuer, mouille, 
mouths : l^pouse , femme marine ; 
muUer. Voyez Moiler. 

MoLiBR : Tireur et tailleur de meu- 
les a raoulin ; molitor, 

MoLiEEE, molieur, moliriy moUnel, 
moliner, molUn,. moulier : Moulin; 
en bas. lat. molinum, molinus; en 
bas Bret. mell. MoUn braseret : Mou- 
lin k moudre le grain propre k brasser 
la bi^re. 

MoLiiTET, molinel : Petit moulin ; 
sorte de bftton de defense \ molinum. 

MoLiiriEE : Meiknier, ouyrier en 
moulin^, constructeur et estimateur 
de moulins ; molitor ; en bas. lat« 
modnanut y molnarius ; en bas Bret. 
meUner, meUn^sr, miUner. 

MoLLAOs : Droit des mouleurs de 
bois , selon D. Carpentier. 

MoLLiiasa : Mesiirer le bois dans 
la moUe, mesnreqai r^ond an st^re » 
ou a I de ia corde ; de mola. 

MoLLE, moule : Mesure de bois va- 
lant un st^e; d'ou moiler, mesurer 
le bois dans le moUe.; et molleur, 
celui qui le mesure. 

MoiXEQuiiriEK : Tisserand , mar- 
cband de F^tofTe appelde molechin^ 
nwloqmti; molochinariks. 



Digitized by 



Google 



%o% M O L 

MoLLEm, molUer: Femme l^time, 
4pou8e ; muiier. 

fX ptjs ot no CheTilier , 
Vifs hom Mtoit et miis moiilmr, 
S*aTolt one fiUe moult b«lle , 
£t moult cortoitie Damoisellf. 

Fabliau du Vilain Mirt, 

MoLLE& : S'cfforcer; moUri. 

Li ooi Ta k terre aclinez , 
Et par la gorge le saiai , 
Par le chaperon rettraint bi. 
Que jl ne puet nul root soner« 
Puis Ten acneiUent k doner : 
De batre ne tout mie esdiars, 
S*il en eut don^ mil mars , 
IWust mienx son haubert ronle. 
Par maintes fois se sont molU 

Por bien ferir 

* Fabliau de la Borgoite tTOrliemt. 

MoLLES : Fondation d'Mlfices , 
masse ; mola , moles. 

MoLLin . Fojrez Molieee. 

MoLLiTEua : Qui adoucit , qui 
rend agreable ; moUitor, 

MoLHiER : Meiinier; molineritts, 
de moUtor, 

MoLOG : Moire , ^toffe de toie ; de 
moloche^ a cause de la couleur; le 
ciinier, parlie de la cuisse d*un boeuf. 

MoLOQDiir : ^toffe de couleur de 
inauve ; molochinus, Voy. Molequin • 

MoLEE : Moudre, briser avec ia 
meule ; molere. 

Molt , moult y mout, mult, mut : 
Beaucoup , en quantity ; mulmm, 

8*en snl et dolenx et confot « 
Qar Dule gent ne vousist ploa, 
Se tant en fust mains com je di. 
Des moines blans vons di aiisi 
Qn*il aneffrent por Dieu molt de mal : 
Or si sont asses commmud 
En lor meson de lor Tiaude , 
Quant uns i rieot qui le demande. 

Bible de Berxe, vers i8x. 

Tel home i a qui mole assemble 
Avoir quant il Ta mis ensemble , 
Se n*i a part c^aTient aoTeat, 
Por coi c*nnf antres le deapeot. 

Bible Guht, vers 5o4. 

MoLTE : Droit seigneiirial auc 1m 



HON 

pr9ductions de la terre, et qui se 
pa joit en nature. 

MoLu^: Droit de mouture. Armes 
molues : Armes pointues , efiil^ , 
tranchantes , aiguisees sur la meule ; 
de mola. 

Sire, jtf me clame a toos de tel, qui k tel 
a don^ tel cop dont 71 est mort , (et die leqnel 
cop) , et apres die et face ce qui est devant 
devist^ qu*on doit dire et fa ire a loy de Tapeau 

de bomecide, Sire je me clame a 

▼ons de tel qui k tel fit tel cop de arme mO' 
lue , et de tel arm^ure , et die ce que li aem- 
blera mtens, et que le cop aura est^ 4*«*p^ 
ou de cousteau , ou d^autre arm^ure le die , et 
ae ille noie (nie), je suisprestqoe jeli preuve 
si com la Court esgardera que je prorer !• 
dole, et se celni le conoist , il est en la merci 
don Selgnor par T Assise on Tusage de faixeli 
QDper le poing destre. 

Jstises de Jerusalem , chap. 94. 

MoMEE , mommer : Se ddguiser > 
faire une mascarade. 

MoMEUE 9 mommeur : D^[uis^ , 
masqu^ ; de^mimus ou de momus , 
selon Borel. 

MoMME , momirie , mommerie : % 
Mascarade , parade, d^^isement. 

MoMVEEiE , momon : D^fi de jeu 
de d^. 

MoN : Done , pour lors ; Vigitur 
Latin , et non certes , cela est Trai ; 
M. de la Monnoie le dMye de modo; 
mais Barbaran pense que, dans la 
premiere aoception , il rient de num, 
numquid; et dans la seconde , d'om- 
nind. «— Une femme prie I'^v^que da 
Bfans de recevoir son fils a la pr^trise, 
quoiqu*il f&t eunuque ; et lui Youlant 
raconter comment cela ^toit arriv^ , 
elle lui dit : 

Agardfls mum , Moasieor, qnand il eatott 
petit , il estoit petit : II cb^t da bant d*im« 
esdielle, etaerompit, 

Despiriers, NouvelleXm: 

Et comme la bonne cbtmbrier* , qni di- 
soit k celle qui Talonoit: Toyea toqs, Ma- 
dame , je Tont aerrind bien : aHua. • . . quel 
auua ! disoit la Daae. AftrteaMMy diwiila 



Digitized by 



Google 



MOK 

garse : fay les talons un pcUt conrs : je me 
latMech^ir iVeareni je ne m*en s^aurois 
tenir ; maJs je n'ay que cela en moj. 

Despiriers , NouveUe XLFIir, 

MoH , mom, mont : tie monde , la 
terre; mundus, 

MoNAGAUx , monachaulxy monial, 
moniaux : Ce qui concerne *les moi- 
ii*» , les reltgieuses , les convens ; 
momaHs, monachalis* 

MoN AUL , monaut : Qui n'a qu'unc 
oreille , qui en a perdu uue ; de mo^ 
noculus; du Grec ftifmrtty monos , 
seul , et de otos , oreille. 

MoNAUS : Ceux qui devoient le 
droit appel^ monnage. 

MoifCBAU : Troupeau, troupe de 
gens et d*animaux ; de mom. 

Bettes et oyt^aolx 
Par ToU , par monciaux , 
Font 4 Dien drmande , 
Que tes fals reaux , 
Infects desleanx, 
Soient en commande. 

Le Malheur de la France, 



MON 



SO» 



MoRDB : Pur, net , proprc ; mun- 
dm; c'est de la qu'on a form^ iat- 
monde, immondicei, &c. 

L^eve par estolt moult parfonde , 
M^s si clere estoit et si momde. 
Que n*i aToit point de limon, 
Dedens noolent U poisson , 
Grant , petit, de tontcs maniercSif 
Onqnes m^ en nnles rivierca 
IV*avoie ai tris bians t^oz ; 
Qnant il estoit esro^nz 
Parnit le foss4 por noer; 
Monk les fesoit bian regarder. 

FaN, de la Complainie ^Jmamr, 
fol 359 , »• 2ax8- 

Sa face reddonde 
Clere, pnreet rrtoffde, 
Comme le soleil; 
Par qooy tout le monde 
Aime sa faconde 
Et son appareil. 

Le Malheur de la France. 



MoNitAOK , lisez mon Sage 
6ge; mea €etas» 



Mon 



Je n*al rien t^ de tel en tovte moneagt, 
Soman de Tristan^ 



Men CKL , monceau , moncias , MontAOJL^monnSage,monneUige: 
monciam, moncinx : Anfas, las, men* Monnoyage , fabrication de la mon- 

npie; monetaUs; en has. lat. mone-^ 
iagium ; en anc. Pror, moneda negra, 
moimofe de cuirrc ; aide du ancien- 
nement ai^x Dues de Normandie, da 
trois ans en trois ans , pour qu'ils 
ne changeassent pas le prix des mou* 
noies , suivant Fancienne coutume de 
cette province. 
^ , MoHiKiCertaine quantity de bled 

est du monde , qui est dans le monde ; j^ particuliers portent'aux mou- 

en basir lat. mundalis, de mundm. lin^pourmoudrejc'esiaussile droit. 



ceau , assemblage ; monticelim* 

Si ont trouTe le mal-plaisant , 
DessiHibz nng aubepin gisant 
11 ent en lieu de chevecel , 
Sonbs son chief dlierbe ung grant maneeU 
Roman de- la Rose, 

MoRDADU&AS : Ordures » immon-* 
dices. 

MoNDAiN : Qui tientau monde, qui 



Justice mondaine, juridiction laique ; 
ceuvre momiaine, outrage seryiie, 
de mercenaire , travail d*artisan. 

Par cea cinq sens hons se porrolt, 
Gouste , tooche , flaire , ot et roit ^ 
lie porroit riens sentir mondaine, 
8*SA de ces cinq an mains n'aroit. 
Le ReduM 4c MoUent ,Jbl. 16, r^ 

MoHDAUT : Purifiant, nettoyant ; 
da mundansy participe de mundare. 



soit en grain , soit en urgent , que 
prennent les meAniers pour moudre. 
Bled de monSe, est celui que les meA- 
niers ramassent de tous les droits qui 
leur sont pay^s, et qui, par cons^ 
(|[uent, est compost de diff^rcntea 
especes. 

MoHixa : Monnoyer, baltre, frap- 
pet monnoie. 



Digitized by 



Google 



!io4 M O N 

MoHini : Monnoj^ ; «n bat. Hit. 
monctad*u, 

MoNoifiAOK Y monutge : ProfetMon 
monastiqae; de monachus. 

Lt Moine noir tont si turqn^ , 
Kt ce deraiit derrier tome , 
Qae cU ^tii sVn Toadroit iMir 
Ne porroit miex sied* gerptr. 
II sonfFerront ftasi le pts 
Et montage por oiu dit , 
Jit plus i mritroit «tpre vre 
Oat des Ordres U plot failUe. 

Bible de Berze , 'vers 3 1 5. 

MoNiALE : Monacal , qui tient k 
un couvent ; monialis. . 

MoifiTiozf : Exhortation, moni- 
toire , avert issement juridique ou 
eccl^siastiqae ; momtio; en anc. Prov. 
monesn-ansa. 

MoifJoiE , monjoyCj montjoie : Cri 
de guerre des Rois dc Fraivce , nom 
du Roi d'Armes de France; petite 
montagtie , colline , elevation , mon- 
ceau do pierres. Voyez Moht-jok. 

MoKjoiE : Conciliateur,entremet- 
teur de la paix y selon D. Carpentier. 

•MoNKAGB : Ce que les marchands 
forains payoient aux seigneurs des 
Henx ou se tenoient Ics foires, soit 
en Yendant , soil en achetant. 

MoiviTAOB n monni6e : Ce qui reve- 
noit au seigneur sur les grains qu*on 
portoit moudre k son moulin. 

MovNiiAGE , mormetage y mom* , 
noiage, monoiage : Fonte de mon- 
noie; rederance qu^on payoit toui 
les trois ans, au Roi, pour qn'ii ne 
change4t pas les monnoies ; en has. 
lat. monetagium. 

MoNHOYR-i.E-aoT ! On nommoit 
ainsi la raonnoie que le Roi faisoit 
battre , afin de ne pas la confondre 
aTec calles que diff^rens seigneurs 
suzerains ayoient le droit de faire 
battre ; moneta Regis, 

MoNMOTER , monnoier : Mon- 
noyeur; monetarius. 



M O If 

MoirocnoaniSEa : Remuer les 
doigts comme ceux qui jouent des 
instrumens k touches et a cordes. 

Aaqoel son A (Gargantoa) sVtgayoit, It 
tretsailloit, et luy-metme se bersoic en do- 
delinant de U teste , monockordisaMt dtt 
doi^s p et barytonant dn cut. 

Rabelais, liv. i , chap. 7. 

M090QLE : Qui n*a qu*un oeil , 
borgne; monoculus ; du Grec /»•»•;, 
seul, et du Latin oculus, oeiL Scarron, 
dans son Virgile travesti, livre 3, 
-appelle les cyclopes , monocuk'tes, 

MoT% oco^ D^ y mouscorde f monos^ 
chorde : Le monocorde , instrument 
de musique , invent^ , dit-K>n , par 
Guy d*Arrezo,n'a qu*une seule corde, 
dont les divisions reglent la pro- 
portion des sons; monochordum; dn 
Grec ^arof , seul , et de z*f^i> corde. 

MononiE : Chant lugubre, mono- 
ton ie ; monodia. 

MozfocAME : Qui n'a ^t^ mari^ 
qu*une fois; monogamus ; du Grec 
/t«v«f et de yAfUf. 

MoNOMAOHiK : Duel, combat de 
corps a corps, combat singulier ; mo- 
notnachia; du Grec f*«Mf et de ^;t«* 
MoNOHGLB : Estropi^ des doigts 
de la main , manchot ; du Grec ftifty 
et dn Latin ungula. 

Or vos Tieng-ge dont deraander, 
Que ge puitse estre on an portiar, 
Se Tos plaist , en ceste cit^, 
Ice me vearoit moalt k gre , 
St com ge porrat deviser , 
Que je paiaie avoir an denier , 
De tegDOz , de bo^u derricr^ , 
Kt de monongle , et d'erengicr , 
F.t cU qni le bras tort anra , 
Sao« on denier n*eachapen , 
Kt li Rois bien li otroia , 
De son »M li conferma. 

• Fabl. dtt Versefierres et du Boeu, 

MozropooE : Qui n*a qu*un pied ; 
monopodus; du Grec ^v«# et de irvr. 

MoH OFOLB : Assembl^e illicite, ca« 
bale , conspiration ; du Grac fUu$ et 
■de mAiiir. 



Digitized by 



Google 



MON 

MoKOPOLE : Traficillicite et odienx 
dont an seal se rend le maitre , pour 
Yoler le public. 

MoKS : Monsieur, diminutif dc 
moDseignear ; de meus el A^insignior, 
scion Barbazan. Foyez Mont. 

MoKsoK , Monsson (Pont a) : Ponl- 
i-Mousson , ville situee a cinq Heues 
de Metz ; Montioni Pons, 

MowsT , mons, mont, monz ; Tas , 
montagne,^l^vation; mons^le monde, 
roniyers; mundus. 

Ci! ne set pat por qoi renalnt 
Qnl ne s*eii part hai oa demain ; 
Kt ce qne toz li momt Toit bien 
Qoe 11 siedes ne Taat mes rien. 

Bible de Berze, tfers 363. 
Dame gentiz , de tol le mont lo^e , 
Poor TO bonte qui ne pent ameurir , 
Donee amonreose , image dcsirree , 
Daigni^ me en to serTiae x^etenir. 
Po^ Fran^, avant i3oo, tome 4.>W. i3Sa. 
MowsTEEEUL, Jlfo;wrer£iW;La vilk 
de Montreail. 

MoNSTiBR, mosder, moustier, mour 
tier : Depub le xiii* siecle ces mots 
ont servi k exprimer, une ^glise par- 
ttcnli^e , une eglise catb^rale , une 
paroisse ; et avant ils n'^toient em- 
ployes que pour, convent, monas- 
tirc ; monasterium; en anc. Prov. 
mostie, mounastie, moustie. On dit a 
Metz , en parlant d*une grande en- 
treprise, c*est Touvrage d'un grand 
monsti, on n'en yerra pas sit^k U fin. 

Puis qnand ce Tint le bien matin , ils se 
partirent de Premery , et Tlndrent k Nerers » 
droit • l*benre qoe la belle Enrianl roTonoil 
dn monstier, Boman de Gerard de Never*. 

U me contn qoe il ot nne grande despa- 
taison de Clers et de Juis oi mousder de CI7- 
gny (Chmi). JoinwUle , Hut. de A Louts, 

MoRSTRANCE , monstranse : Titre , 
preuve , t^moigoage par ^rit , cxhi- 
Jrition; monstratio. 

Asset , fet-il , arai monstrance 
Da paiement et d^aqnitauce. 

GauSier de Coitui^ . 



M O N ao5 

MoHSTBAifT : Ayantageux, Tain , 
orgueilleux ; de monstraitts. 

MoffSTax : Sorte de tasse ayer la- 
quelle oa faisoit i*essai des yins. 

MoNSTRE, monstr^ : Desceote snr 
les lieux contentieux, ordonnee par 
le juge , pour en examiner les tenans 
et les aboulissans. 

MoNSTRi^E : Coupe de bois qui est 
ipontr^ ou' indiquee par la %aarque 
d*un marteau. 

MoKsu : Couvert de mousse. 

Mour : L*uniyers, le monde ; mt/r." 
dus ; au figur^, amas, monceau , 
troupe , assemblage, quantity, grand 
nombre; multum* 

Je no di pas tot por Grantmoat , 
En autre* ordrts en a mont. 

Bible Gmiot, parlant de tOrdro 
de Grammont, 

Mais celle (la lance) de Gerard qoe moolt 
estoit forte et rojde ne rompit , ne oassa; si 
a plain cop attaint le Sesne que lay et son 
destrier porta tout en nag mont, 

Boman de Gerard de Nevers, 

MoNT , montaigne , montaingne : 
l^^vation, montagne^ mons^ tnomtis. 

Le samedy Teimes Tille de Cj pre , et nne 
montaingne , qui est en C]rpre qne en appele 
montaingne de la Croix. 

Joinviile, Hist, de S. Louis. 

MoNTAOX : Action de monter ; dt; 
mons, montis, 

MoNTAKAGE , montenoge : Droit 
seigneurial qui sc le^oit sur les mou« 
tons. Foyez Moutohhaob. 

MoNTAVCB , montaache, montant : 
Yaleur d'une chose, estimation, prix 
auquel elle monte^ espace , bauteur, 
longueur, ^paisseor; de mons, rfioatis, 

Et d*antre part il n*aToient onquea 01 dire 
qua cil grans fliuu east este eu^ex au mo/*- 
tant d« reapes»e d^un seal denier. 

Fille-Hardouin. 

Qn'elle n*allast mie la montance , 
De quatra totscs sans pounce. 

Boman de la Bost, 



Digitized by 



Google 



m6 M on 

]Mh>irTAirr db tkbab : CerUtine 
quantity de terre. 

MoRTB , momt^ : Usore , int^^t i 
ftogmenUtion, accroissement du prix 
de guelque chos^. 

MoHTS , moniSe : j^^ation , mon- 
tagne, colline; mons. 

MoRTi, monteiz (homme) : Homme 
4iitri en dignity et en fortune ; de 
mons, ftiontagne* 

MoiiTiB : Certaine quantity d*eau 
propre a £aire le sel. 

MoNTBPLiBMEiTT .* AccToissement, 
multiplication ; multiplicmio, 

MoHTEPLiBR , monteploicr : Croi- 
tre , augmenter , multiplier ; mui- 
tiplicare. 

MoiiTEB : Valoir, servir, m^riter, 
^aler, ^tre u^e, augmenter, con- 
cerner, toucher, appartenir. 

La lettnire toiu oittes 

Qoe eonu U Evangelutes ; 

llti* «e tc^ste* que monta , 

Si bien Tons plattt , Toa» Torres ja ; 

Lft feste IS Juit apriiDoit» 

Ce dU li lirre iB6t k iB6t , 

Qui Pasques cstoit apel^ , 

Sor totes rieos estoit gard^, 
Et li maifttres de cele I07 , 

19*aYoieut core de Den le Roj. 

La Passion deJ.C, Mss, de 
& Germain, ii''2343. 

MovTBB : La liauteur, T^l^vation 
d*un lieu; de mons, morUis. " 

Mom TIB B : CouYeni; monasien'um. 
Voyer Mohstibb. 

MoifTiN B : Sorte de jeu de basard, 
espece de loterie. 

MoHT-JOB, monjoe, moryoie, mon- 
joye, mont-joie, mont-joye : ColUne, 
^l^vation, montagne; amas ou mon- 
ceau de pierres qu'on placoit de dis- 
tance en distance pour enseigner les 
routes , et ti la Tue desqueb les Toya- 
geurs se r^jouissoient ; mons gaudii. 
Borel dit que c'^toit un tas de pierres 
en forme de pyramide , que les H^ 
breuz ayoient coulume d'^ever en 



M O N 
mtooire de quelques ^v^nemens m^« 
morables ; Rollin , dans son Hiftoire 
andenne , rapporte que les Grecs 
avoient aussi cet usage, lorsqu'ils 
ayoient remport^des victoires.C^etoit 
aussi le cri de guerre des Rob de 
France , dans les batailles , sous les 
premiere et deuxieme races; a cet 
ezemple chaque seigneur eut son cri 
particulier : la plupart sont conser-*^ 
Y^s et recueillis dans VIndice Arnto' 
rial, de Geliot. 

Poor 7 eslire nn noureau xelateur 
Qui fera c/y de S. Denis montjoxe. 
Menus propos de Pierre Qringoire ^ 
cuds par Borel, 

Je vais k cette occasion, rapporler 
ici Topinion de M. Tabb^ Boissier des 
Sauvages , que j*ai tir^e de son Die- 
tionnaire Languedocien , tome 3,^di* 
tion de 1 785, pag. 89, 9iX\, Mounjhoou 
{nions jovis) : 

« On conjecture, dit-il , d'apres un 
ancien auteur (qu*il ne nomme pas) , 
que ce Prince (CIotis) , dans la ba- 
taille dont le succes le d^cida a se 
faire chr^tien , avoit invoqu^ le Dieu 
de Clothilde, et S. Denis, patron de 
la France ; on ajoute qu*il s'adressa a 
S. Denis , sous le nom de Jupiter (ce 
qui n*^toit pas ^tonnant dans un 
Prince encore payen),etqu*il s*^ria : 
S. Denysmonjovel c*est-a-dire, mon 
aide, mon protecteur, et peut-^tre 
ma divinity. Ce furent des paroles 
sacramentelles : on en fit dans la suite 
S. Denys monjoi, ou S, Denys moni^ 
joie, et en£n montjoie S, Denys, ce 
qui ne signifie rien par ces altera- 
tions ; mais combien de choses qui 
n*ont pas plus de sens , sont revues 
sans con tradiction,etqu*on ne change 
plus , lorsqu'nn long usage les a 
comme consacr^ » ? Cette opinion 
m'a paru curieuse, et il me semble 
qu'eile m^riteroit d'4tre approfondie. 



Digitized by 



Google 



MOR 
Att demenrant , ce mot ^toit pris 
pour, joic eicessiYC, le comblc du 
eontentement , det d^lices , des plai- 
sirs , enfin pour le paradis. 

Se fortune vos a endoex sar U roe, 
Se H aroir de Diea entor tos flote et noe , 
Ce n*ett pas por nracier, ne por faire monioe, 
Autant Taodroit qu*il fiut report dedens la boe. 
Testament de Jehan de Meung, 

It fatx anx boos le chemln et passaige , 
Pour lea goider joaqoes au lien de joje; 
Lea eonduiiaut droit a tear heritaige , 
Aiaai que fait pelerin la monjoje. 

Dance aux jiveugies, 

Ln imict past^ k moj t'eit anras^ 
Le Dien d*Amoars ( an moios j« le songeoye ) 
Leqnel me dit, Poare amant refas^ 
D*im aenl baiter , prens reconfort , et joye , 
Ta maifttreMe est de douceur la montjoye : 
Dont (comme croy) ton refuz cestera : 
Ha y dy-je , Amour, ne »ay qnand ce tera. 
Marot , Epigranune d'un Baiter refiud. 

MoKTORACE : Droit seigneurial 
qui se levoit sur les moutoDS. 

Moif TouEE : Pierres mises de dis- 
tance en distance surlebord des che- 
mins, pour faciliter les cavaliers a 
monter sur leurs cheyaux , escalier. 

C*ett (dist le maittre d*hoitel) mal entendii 
k Toua : car je s^ay des IJeux h. Lyon , a la 
Basmette , a Chaisnon * et aiUeurs , o& les 
•atables sont an plus haolt du logia : ainsi 
peult estre, que derriere y ha yssue an mon» 
touer, JUibelais , liv. x , chap. xa. 

'(Test la TiUe de Chinon que Rabelais 
nomme ainsi de Caino, qui est le nom de 
cette TiUe dans Gr^oire de Tours. Fopres 
Adrien de Yalois, page 1x4 de sa Notice des 
Ganles , an mot Caino, 

MoNTais : Descente de la justice 
en un lieu suspect^ ; nionstratio. 

MooTu , motttu : Mouture , talaire 
d'un. meiinier pour le grain qu'il a 
moulu; molitura. 

MoouEEE , rnoorre, morre : Mou- 
dre, piler ; molere. 

MoQUEsoR : Moquerie , raillerie. 

MoEAiLLEs : Tenailles crenelles 
pour tenir le nea des chevaux. 



MOR 307 

MoEAiNK : Laine qu'on enleve sur 
les moutons morts de maladie. 

MoaALiTEs : Pieces de^h^fttre com- 
posees pour I'^dification des specta- 
teurs, quoique les femmes accou* 
chassent presqne sur la scene; on 
nomma aussi ces pieces des myst^res, 
parce que leurs sujets ^toient pres- 
que toujours tir^ des livres saints ; 
morcUitas. 

MoBATBua : Qui retarde,quipro« 
longe une affaire ; morator, 

MoEAToiEES (lettres) : Lettres de 
sursis accord^es a uo a^biteur pour 
payer ses cr^anciers ; Utterce moraUe. 

MoaBiEU, morsieu: Morbleu, sorte 
de jurement, qui r^pond a celui de, 
par la mart de Dieu ; ce mot est en- 
core en usage en Picardie. 

MoaciAU : Sortilege 9 encban- 
tement. 

M0RCEL9 morchel , morsel, mor^ 
siax: Morceau, par tie; rnorsus; d'ou 
jnorcelet, morchelet, petit morceau. 

Li morsiax qui fut en Teaging 

Fn de fromage de gaaiug. 

• Roman du Rrnard^foL laa , F^. 

SouTent jnne dens jonrs et trois , 
£t quant ses cners est si destrois , 
Qu*il ne puet plus le faim sou£frir. 
Si Ta qnerre par grant atr 
Du pain , deus morchelet, on piecbe. 
Le Dit da BariseL 

Moa D AHT 9 mordens , mordent , 
mordenz, morgant: Agrafe, ardillon 

de boucle ; de mordere, 
• 
La sainctnre qu*elle portoit csloit d'nng 
tissn de layne^^ boucle et le mordant es« 
toient de cuyrre ou de letoi^, par quoy it 
apparoist asses que pas n'estoit de grand ri- 
cLeise* Roman de Gerard de Neven. 

La bonde d*nne pierre fn 
Qni ot grant force et grant Tcrtn » 
Car cil qui sor li la portoit , 
De nul Tenin garde n'aroiti 
Mus nel' pooit enrenimer , 
Moll fesoh la plarre a aimer- 



Digitized by 



Google 



ao8 M O R 

El« -raiuitt k un prodomme 
Miex qiw trfstos li ors de Romme. 
D^auc antre pierre iert U mordent , 
Qui guriM»At dn aud def dtss. 

*Mioman d& U Bose^ iwrs 1077. 

MoBDKMKHT : MoFsure , action d« 
Bkordr^. 

MoRDEN : JamlMge , selon D. Car- 
pentier. 

MoaDasufr , murdreur : Assassin , 
mcurtrier. 

^oaB , moret : Boisson corapos^e 
de miel et d>aii. Voyez Manax. 

MoRKAU : Espece de raisin noir. 

MoaxL, moreaUf morele, moHaxy 
morien, moron, mourel, mouron , 
mottroi : Noir, negre , Maure , tann^ , 
tirant snr le brun ; inaurus; en bas. 
lat. morellus; en Langned. maourel; 
en bas Bret, mauryan, mor, moriein. 

Et qmi nurwle ne tanroit , 
Tot le conn k morel veoroit , 
Voire a faoTel ou 4 Uart , 
Si com M Totonte li art. . . . 
Et c« que ge di de moreh , 
Et de fawTcl et de faarele , 
Et de liart et de morel , 
Di-ee de vache et de tOI^el , 
Et de berbix et de mootoo. 

* Roman de la Hqse, vert x45i3. 

MoBKVE : H^morrhoide. 

MoasKNB : Gland , sorte d*orne- 
ment 

MoEBQuiK : Sorte de drap noir; 
de maurus. 

More a : Demeurer, rester, sojour- 
ner, s'arrOter ; morari, 

M ORES : DOcOdez , monrez. 

Metdiaans , more% de douleor 
Oyana la louenge dea Damea. 

Balade , contre tfk Metduant. 

MoREz, lisez m*ort% : M*entendrez; 
dn ytrhe oir, entendre; audire. 

La chose fo ainai come Toa le m'orez dire. 

MoRFiBR : Manger^ selon D: Car* 
pentier. 

MoRGKKCAvK : Prcsent que le marl 



M o a 

faisoit a sa femme le matin du lende* 
main des noces. 

MoRiAx , moriaux : Cheval noir ; 
mnurus. 

MoRiB , murie : Perte , dommage 
causO par la mort de quelqu*un ; 
peste , mortality ; bOte morte de ma- 
ladie; de mors, mortis; en bas. lat. 
moria, 

Toiite sa teste estott cfaenne 
Et blanche cum 8*el fast florie : 
Ce ne fast mie graot morie 
S*ele morist , ne graos pechiec^ 
Car tooa aea cors estoit sechiex 
De vlellece et anoientis. 
Hoolt ere ja son via fletia 
Qni fa jadis aoes et pUiua , 
Mas or eat touz de froucea plains. 
Momum de la Mose, Mss, de i33o. 

MoRiKir : Ncgre , noir , Maure ; 
maurus, 

MoRiER , moirir, morir : Moorir ; 
retarder, prolonger ; mori; en bas 
Bret, mori, dormir, sommeiller. 

MoRiLLON : Moraillon, piece de 
fer attach^ au couvercle d*un cofTre 
ou d*une cassette. 

MoRiLLORs : Espece de raisin npir. 

MoRiiCE : Cadavre d'une bOte mor- 
te; maladie, mortality de bestiaux , 
laine qu'on 6te de dessus leurs peaux 
a|>res leur mort. 

SI ne maongerpz pas les chars de icea » et 
to eschireras mortes mortnes, 

Bible , Levitique, chap, i x , iters, 8. 

Bomm campus non 'pescemini, nee eada- 
rera contingetii. 

MoRivBUX. Voyet Moureitb. 
MoBioH : Casque , armure de tOte. 
MoatB , suhst, : La mort, le tr^s. 
MoBiB .- Tuer, selon JoinviUe , 
Mss. , fol. 30. 

Je Tous easse bicn mors, 

MoBxsAOER : ApprOcier, abonner. 
Moriscle : Sorte de nionnoie des 
Maures d'JEspagne ; de maurus. 



Digitized by 



Google 



MOR 
^ Mouses : Nom d^homme , filaa- 
rke; Mauritius. 

MoaisQiTE : Moresque , sorte de 
danse a la maniere des Maures,ce 
qui Ticnt des Maures; au figure, 
Gontorsion, agitation; de maurus. 

n J eut entremets moult Urgement lerrit , 
pais de duinfoos et de dances et de moris* 
^ues, et sassi d'eutres de plosienrs fa^ons.' 
Roman du Petit Jehan de 8aintri. 

Malz je te vneA monitrer U dance da se- 
eead parquet , oh ta Terras diverse morisque / 
car chascim y dance diHTerenmeBt. 

La Dance amx Avwgies, 

MoBN ^ , morM : Cercle , collier ; 
extr^mitig arrondie d'tin bAton ; le 
Pere Menestrier le derive de murena. 

MoBN i& : Lance teonss^e , qui n'a 
pas de fer; elle ^toit aussi nomm^e 
lance courtoise, 

Moaz^Ba : Etre truttCy ^tre chagrin ; 
attrister, affliger. 

MoaifBTTK : Cercle dc fer, virolc 
qu'on mettoi^ ati boutdes lances dans 
les tournois, l6rsqu*on ne Touloit 
pas se battre a ontrance. 

MoBNiB : Chair d'animal mort de 



MoBiri^LB : Jen, raiilerie; soufflet, 
coup donn^ ou re^ k la figure. 

MoBOsiF : Lent,inquiet , chagrin ^ 
hargnenz; morosus. 

MoBosiTi : Chagrin, tristesse, hu- 
meur ficheuse; morositas, 

MoBPHiBB : Manger; de nunphea, 
morceau , suiyant Ducange. 

MoBBB : Ancien jeu venu dltalie , 
fort en vogue, et oii Ton risquoit 
souyent de se ruinet*; 6n Tappelle 
maintenant le jeu de la mourre; de 
rital. mofrra. 

MoBBB : Moudre, r^duire en pous- 
si^re; moiere ; d*oii morront, mou*- 
dront; morroient, moudroi^nt. 

8e li Ben faisoit an m^in hors sa chas* 
II. 



MOR 209 

telferie, ses hoikies a't^lhofrdtenftaie, tout 
fossent-ils dans la Banlleu. 

Estabiistemem de S* houis , chap, xo8. 

MoBBBUL- : Mors de cheval , mo- 
raillon. 

MoBBiBH : Fou, insensi^, capri- 
cieux , bizarre ; morosas, 

Mobbout, lisez m^arroiit : M'en- 
tendront, m*^outeront; d'audire. 

Bentois soient cil qni jot'orro/if preeehier 
la parole Den. Le Xiroir du CAresHen. 

Mobs, morz : Mort, qui est tu6\ 
qui est mort ; mortuus. 

Piti^ a complalndre m*ense?gne 
D*un home qni aroit sor Seine 
Et sor Mame maintes maisons ; 
M^ k tela biens ne rla mais hods 
Com it renist, ne In la mort (mort}. 
Qui en sa venae Ta mors (wordu), 

Rutebeuf, Complainte sur Ja Mort du 
Bojr de NafHure, 

Mobs , morse, fr^ort : Mordu , pir 
qjOL^^morsus, partidpe de rnordere. 

Vetfytuni la premiere nnict- { 
Asseuroit sa femme farouche': 
Ifordez moy , dit-il , s*il tous ctut : 
Yoaiimon doigt'en Tostre bimidiei 
Xlle 7 consent, O.a*e«oarmomhe s 
Et apr^ qn'il l*eust deshons^. 
Or fa, dit-il, tendre ros^, 
•Tons aj-je fait dn mal ainsi ? 
Adonc respondit response/ 
Je ne Tons ay pas mors amssl. 
ifarot, Spigramme €ttine E$pous4e 
Jarouehe, 

Mobs : Morsure , d^chirure ; de 
mordere, . 

Car j'ay mojens trap dirers en mes teains , 
Desquelx plosenrs differenment s^nt mors 

(d^c^d^), 
Et ont sonffert fmig pli^ et Tantr^ mains 
Les blessnres de mes tris dgres mors (raor- 
sure). Dance aux Ah^eugles, 

Mobs : Les ^cp^urs , Jes usages ; 
mores. 

En icest liyre nos i^rent, 
Qui parfondement 1 extent, 
Mature des bestes ,■ et mdtsl 
, v^on de totes', nia de pbaoH. 
Commencement du Bettiaire, Mss, tU If, P, 
oot^M,n^g,fii.'j'o,f^9, 



Digitized by 



Google 



aip M O H 

MoB& : La mort » d^es^ extincr 
tion ; mors. 

MoftS) morsei, marsiaar , mort: 
Partie « ^n^orceau , fragment ; de mon- 
tus. Voyez MoacsL. 

Cil Diex qni par ta von (oMit), 
VoU U mort d^enfcr mordre , 
Me Teille^ si li plest, 
A soa amort dmordrc. 
Le Diet det Jaeobim , par Kvteheuf, 

Moas-^AMPs : Mort-gage , tout 
autr« gage que celui en b^tail. 

MoaTABLB : Mortel , qui cause la 
mort , sujet k la mort ; mortaUs, 

MoaTAiLLABLE : Qui est de main- 
morte; homme de condition servile, 
dont le seigneur h^ritoit lorsqn'il 
meuroit sans post^rit^, suiyant les 
Coutumes d*Issondan et de Mehun 
en Berri. 

MoBTAiLLB : Droit seigneurial sur 
les biens des mortaitlables , et de ceux 
qui mouroient sans confession ; suc- 
cession d*an mortaitlabie, ond^uti serf 
d^6d^ sails parens , et qui , par cette 
raison, appavtenoit au^eignenr ;inor- 
talit^ , enterr«ment , fun^railles ; de 
mortaKtas; en bas. lat. mortalia. 

CelsQS ditt cpye qpiaat la feme omert , Ten 
li doit fere »a mortaSh don doe«e ^im rtmohit 
ii Tome , et da cea antrts bi^iu qua U feme 
aroit , ot Uai conTient-il \e viari et Teir des- 
pendre en la mortaille, le man ne sera pat 
plMlez de cette avcion. Si posaestor , se cU 
qui tient Teritage fet les despent de la mor- 
taiUe , et il ne demasde pas ce qn*il a dea- 
pendo , ceste ancion li ast bonne ; li despena 
de la morteUUe doit, eatre fet toz jors-de Teri- 
tage , et i doit estre li detpens avant que Ten 
rende rien, qnant U 6ritages ae puet rendre 
,les dettes , et se cil qui fet testament C(|- 
mande fere aucune chose, si come nn porche, 
on nn Edifice , ce n*est pas dou despena de 
mortailks. Mm, dk la B'M» Imp, , rC" 8407. 

MoBTAiLLEB : Serf taillable k la 
Tolont^ et discr^on de son seigneur ; 
se serrir du droit de mortaille, 

MoBTAULES , mortuailUs : Euter- 
rement , fun^illea. 



MOR 

MoBTAtiEB : Celui qui leve le droit 
appel6 rnortaiUe. 

MoBT B018 : Boia mort , bois non 
portant fruit. 

MoBTE , mortie : Mare , endroit ou 
les eaux s'amassent , et ou les poisr 
sons se plaisent. 

MoBTEiGiTE : La Mauritanie, pays 
d^Afrique ; Mauritania, 

MoBTBULE : Moutarde. 

MoBTEiz , morteis, mortet^ : Mor- 
tality , destruction , perte consid^ra* 
ble; mortaUtat* 

MoBTBx^TBAS : R^rvoir d'eau a 
faire le seL 

MoB,TBLiBB, iiu>rte/2e^.* Celiii^qui 
fait le mortier. 

MoBTEMA^^c : Droit qu*on payoit 
au seigneur en quelques pays , a la 
mort d^un clief de famille ; abandon- 
nement qu*un pere on une mere fait 
par avance a son enfant , de ce qui 
pourroit lui reyenir d^ sa succession : 
avancement d^koirie, . 

MoBTEMENT : Foiblemeut , non- 
cbalarament. 

MoBT ET VIP : Droit seigneurial 
sur les b^tes k laine 9 qui se payoit 
en nature ou en argent. 

• MoBTiEB DE YEXLLE : Lampc gar- 
uie d*huile,' lampion^ de mortarium^ 
qu*on a fait de moretum , comme le 
prouve Manage. 

MoBTiBE 9 mortesty mortieus, mor- 
tieux : Mortel , sujet k la mort , cruel ; 
mortalis. 

MoBTiFBBE : Dangereux vmortd, 
pestifer^ ( m^r^erus, 

M0BTIF14 : lAfudiant qui fait le 
piteux , le matade; mortxficm. 

MoBT - ]M^Hoir I mort'-JkfaAoun : 
Mort de Mahomet > par la n^ort de 
Mahomet • sorte de juremcnt eom- 
mun parmi lea Croi$^«* i^<>r* Mavom. 

MoBTBxux ; M^Age de pain et de 
lait ; moretum , de mprtarium. 



Digitized by 



Google 



M O S 

MonTUAiRE : Mortality , ^pid^mie ; 
dc mortuarium. 

MoBT-vBWT : Cc mot nc ddsignc 
point une maladie , ainsi que le pr^ 
tend Borel , mais un veht ^app^ par 
en bas. r— Patlant de la coriandre : 

£t les reatositez decfaMse , 
£t tire de corps le mort-^jent. 

Desphign^, eitS par Borel, 

MoaTxioN : Sortede monnoied'ar- 
gent, selon D. Carpen tier, 

MoauEMERT : Tristement, avec un 
air chagrin ; morose, 

MoRUBux : Paresfteux,.casanier> 
qui reste au coin du fen ; morosus, 

MoETBL y momaK : Morye, excre- 
ment des narinea. 

Mos : Mon , mien ; m^us, 

MoscHE,/7io^/€^ mosque: Mouche, 
sorte de petit insecte qui a des ailes ; 
mtisca , d*ou , suivant Barbazan , les 
mots, moqner, moquerie et moqueur. 
La mouche, dit-il, a ^tf d^lar^e, 
xnoqnense, railleuse , par nos ancient 
poeles ; car Phedre , liv. 3 , fable 6 , 
de la Mouche et de la Mule , a dit : 

H^ dvidenfabul& meritd potest. 
Qui sine wtute nntnas exeroet minas, 

£t au liv. 5 , fable 3 , du Chauve et 
de la Mouche : 

Calvi momordit musca nudatum caput ; 
Quam opprimere captans, aiapam sihi duxit 

govern, 
Btme tiia irridens *..-.. 



De mosche, moske , employes dans 
le Roman de Dolopato.s , et dans les 
Fables de Marie de France , cit^s par 
Barbazan (Dissertation sur la Langue 
Francoise , a la t*le de TOrdene dc 
Cheyalerie, page 47 de Tancienne 
^ition , et page 23 de la uouvelle.) , 
aont yenus les mots moskeor, mos^ 
keour, moskeres , pour, railleur, mo- 
queur ; masker y railler, moquer ; et 
motkesons y moktson^ moskesouns ^ 



MOS an 

risec , raillerie , mocmerie , 'd^ision ; 
de la les mots mouchatd , fnouche , 
espion , homme qui cherche a tirer le 
secret de quelqu*un , afin d'en faire 
son profit ; et Texpreision , vous ^tes 
une fine mouche, pourj vous 4tes 
rus^ corame un espion. 

Ca qe eoselgne le mosA^w, il a I7 nei 
fait tort, et cH qe reprove le'malreyse, il 
engendra a soi teclie. Ve rttUlbs le mosk^our 
vtprendre qe U ne tof haoae;. 

Bibk , «• 6701 , Profwbe$ de Smhmen, 
chap.^fVcrStj, 

(^ui erudit deriaoreni ; ipse imtiriam siii 
facu : et qui arguit impium , sihi macufam 
genereu. Noli arguere derli orem, ne oderit te, 

lu tenDoigne trkheronaa profer* mes- 
•ounge, le mosk^or quert aayer ^ et neltre- 
vera, enseigDement de quelnt^ c«t leger. 
Ibidem, chap. 14, q^crs. 5, 

"Profert autem mendaciuth dohsus testis 
quarit AtTi%OT sapientiam, et non invenit', 
doctrina pruden^um faciiif, 

Ceaux count cfl lesquenx^ noat iTomt ja dia 
en moskesouns et en sembtaunce de reiiroece. 
Bible, Sagesse , chap, 5 , vers. 3. 

tlisunt quos habuimus aliquandb in deri- 
•nm, et in simitittuHnem improperU, 

Moss : Baril dc harehgs qui sert 
de montre pour la vente des autres. 

MosELi*AKE : Qui est sur les borda 
de 'la Moselle , dans ses environs ; 
Mosellana. 

Moses : Moi'se , nom propre ; Mo^ 
ses ; de TH^breu Mosckech. 

MosvANT, mosner, musmer : Meii- 
nier, mitron, boulaoger) foumier; 
de molinum , pour moiitor. 

MosN^E : Mesure de bled a mou- 
drc , el cetle mesure de bled reduite 
en farine ; de molinum. 

MosNKiE ; Le droit de mouture , 
ce qui revient au meilLoier pour la 
mouture du grain ; de moUnum, pour 
molitura. 

MosQUK, moske, mouskes , maus^ 
que : Mouche ; musca. 



Digitized by 



Google 



ai2 MOT 

MotmiGi i mosrrage : Uaetioii d« 
moudre, de r^duire en farine , mou- 
tare; moUtura, 

MossBKHOR : Monsieur, monseU 

Sear ; de meus et d'insigniar, selon 
rbazan.; en ancien Ptot. messer, 
messeriy mesifire, messier, moseneir, 
mossen, mossenhier,mosser, moussen, 

MoMBz : Nbm d'une compagnie de 
marchands Italiens. 

MosTAioE : Tempt oil Ton paie la 
redevance en vin dou,^appd6 moitt} 
de musttan; en bas. lat. mustagium. 

MoftTBEUBL : LayilledeMontrenil- 
snr-Mer , et Montrenil pr^s Paris. 

MosTiEB , master : itglise , monas- 
t^; monasterittm, Voy. Moitstiea. 

MosTui : Enseigu^ , savant > mon- 
tr^ , instruit ; monstraiusj 

MosT&Ba : Montrer, enseigner, 
iiistruire; monstrare. 

CSl viToIent sdooe reton » 
Hardi furent comme lyon 
De bien dire et de bien mostrer, 
Et d«t iii«lTal^[jcet blasmer. 

Bible Guiot, nters 49. 

Mot , liaes m'or .* M^eut ; m*Miten- 
dit 9 m*f ntend , m*^oute ; des verbet 
habere et audire, 

Lori cnind UAf plu dirie mot 
Par rub ^*Oaseiiie ouTcrt m*o€ 
<H Tergier , et quant ]e le Wi , 
Je ftiift de Joie toot ravi. 

Roman de la Rote. 

Ke tVMDerTaut not de ceit mot , 
8*3 mesoroit vo^ qvc dire m*ot. 
Miti^ere dtiRif^su de MoUetu , ttrophe%%. 

MoTAOE : Redevance , prestation 
de serment, obligation d*un vassal 
d*assister aux plaids de son seigneur^ 
qni se tenoient ordinairement sur des 
motes, on lieux dev^s. 

Mote : Chanss^, lev^, digue; 
motte de terre; droit d*en prendre 
pour r^parer, raccommoder, ou fiiirt 
les ehauss^^s et les lev^s. 



MOT 

MoTB : Bfaifoli seigneuriale » eM* 
teau b4ti sur one Eminence. 

Mote , moUne, moue : Machine 
propre a dever des pesans fiardeaux v 
mtffula i droit de mouture ; de mo- 
litura; terre, bien de cinnpagne, terre. 
labour^e, gl^be ; colline , tertre, ^n i- 
nence; ^l^adon artificielle aupr^s 
des cbiteaux, pour marquer la chat- 
tellenie; de motus, motio; en bas. 
lat. mota; en bas Bret, moteen. Le 
seigneur y tenoit les plaids et lea' 
assises sous un cb^ne, an pied duquel 
^oit une grosse pierrequilui servoit 
de si^e. C^toit ainsi que S. Louis 
rendoit la justice au cliiteau de Yin- 
cennes. 

Moriiu , modau : Petite motte ^ 
morceau de terre ; botte , fagot , fais- 
eeau; de moftb;en Franche-Comt^ 
mutignjr. 

MoTia , moteier, motSir: D^larer, 
avertir, appeler, nommer; fixer, ca- 
ract^riser, assigner, toucher, exciter, 
d^igner, indiquer, expliquer, moti- 
▼er, sp^dfier, mouvoir, agiter,teou- 
Toir ; movere , moUtre* Ce mot est 
tr^s-souvent employ^ dans les As- 
sises de Jerusalem. 

'Qui se T^uit damer d*oiiie qui n^ett pre- 
•ent ea la Court , oelai qui T^t le cUm faire, 
doit faire dire par ton conteiU an Seignor : 
Sire tel, et le nonie« se clame a tous de tel et 

le nome, de tel cbose et la motitse et se 

le Seignor ne It T^ant enci faire semondre k 
jonr moH que 11 toit k eel jonr derant loi en 
la Court , et que le semonoir li nome le jour 
et moiisse le lenc o& Hie temont dVttre. 

jistiset ile Jerusalem, chap, 28. 

MoTisoir , moHssement : £noncia- 
tion, declaration, acte par lequel on 
fait connoitre une chose, on la rend 
publique; motatio. 

Motive : Cause , source , origine;.. 
motio. 

MOTOTBE. VoyeZ MOITERIEE. 

MoTTB : Tertre, colline, aeration; 



Digitized by 



Google 



Moir 

mnisoii seigiieiiiiak,oUiteaa b&ti iut 
one Eminence. 

HouAiKB : Sorte de camdot fiiit 
da poll le pins ddul^etle pins flekiUe.^ 

MoiTARD«moiMir<2f 7$iage, gnenon. 
. MouG : Roupie, govtte d*eaa q«i 
di»ti]lede la t^te, et qui p«qd au nea^ 
mucus. 

MoucHEaoK : C^ndelle qui a ^t^ 
mouch^ » bout de chandelle. 

MoucHBTB , mouchette, mouchote, 
moHchoUe ; ^^im de ]iv>ach«i. .oa 
d*abeillei ; de musca, 

MoucsBTT^ : ,Ce que lea machinea 
de guerre lan9oient centre les murt 
pour le$ abattre« / 

MoucBoir , moUson , mouissons 
muisson : Traite d'une vache , ce 
qu*elle donue de lait ^ chaque fois 
qu'onla tire; de messis ou de messio; 
m anc. Pror. moussoun , mouissoAn. 

MouGHouN : Binet, bougeoir, boni 
ide.cbandell^; de mucus; en ba» Br^t. 
H»oych. 

' ' MouDBB : Ronkpre , ctfsser, puly6- 
rSfter, ^moudre', aigu!ser ; ^ jnoi/n% 
moiiire, molere. 

. MouDBE : Droit de mouture. 

Move 9 mou^e : Mesure de terre 
(|ui oontenolt un Uuid 6e semaille; 
^'fhodius. ' ; ' : : ' . 

MouB , monSt' : Hiiseatu , liiihe 
-along^ , bottche , gtleikle j suivant 
<ffttelqnes autenya, ce mot ^ieht de 
muses ^yMt^ ^^ ^ 

YoQs Ten ares prii par la' moite , ' 

^ na#itT«iikflMlii^4trr<MM.' " 

) JCouBtL : Mol^-aMmy Uche y^C^le , 
dd^ile ; moilis. > n *%nrK 

rj VouBiiS :. Va. moule » m6tiiius ; 
moelle, me^if/Za^ jioni on a Ux Uw i^t l 
Um^ mfkuekm^ piense t^ndre pfopre 
it Utir. : 

If QUKPL« ; Hf offt ; qui eat ttOrt ; 



M O U 



iiS 



MotrvvLfe : Poulie, instrument i 
mouter des fkrdeaus. 

MovppLB : Gros gand ; d*oii mot^- 
fleue, mitaine; en ba^. lat. muffula. 

MouFLAED , mot^ ? Qui a le yi- 
sage gros , g^ , dodti ,' potel^. 

MoupLB : Espece d'omement dea 
manches d*un habit,, parement. 
' MovFi^BT : Pain mblldt. ' 

MouGNiEE : HeAnier; en baa. lat. 
monerius, Voyea Mosnaitt. 

M oviLLB : Meul^ i moiidre ; mola, 

MouiLLiBE, mouiUer : F^ihme ma- 
fife; ^ouse; rriuUer/- ' " 

MouiNOBE : Manger*; manducare, 
nUmdere, ( . ' ' 

Mbmison. Pcjrez'WLori cnon. * 

MouixTB : Moite, bumide, mouill^; 
mixtus, ' ' ' 

MouLAOE t Partie dn 'mottlin qui 
aert k faire toumer les meules ; de 
mola , moHtitra? Droit de nibulage : 
Ce qu*on pfajroktitt sWgiieitr pour la 
mouture des grains. - 

MouuEB : AjgiittiF^f^ohdre ; 
^diep^. •" -'' ' '••"• ■' 

• ' M6ULB D^ borkbt: Chicbepleine 
de yin. 

-' Mtii^L^B : £s|>ic^^edni»eiitqu'oii 
tire dea auges des dordt^^rs et tail- 
landiers. - '- - ; -- r ; • : 

MouLi^EiTE : Yiisiial' qui^toit oblige 
de Caire n^o|idure spqi bjefl^i^ n^uUn 
du seigneur ; meAnier | viaeiSfitor*. 

tfooLBs (a^^ S^ t^<iaeitik , se for* 
mer; de nMkfif/^/ 

MouLiBE ; -thouiUi&r, mouilers , 
mouUier: Veq^i^^^^^^[^ €fo\jL$e \ 
mulier. ^cp^e*JWof|fli4^-n .1 . \ 

' Otii le dit pi$ sentence ^eirihe, 
'«r ' Se tmirn— Miflipl^ inpiailterp 
'^i < Ya t*ea att teinple agienQQitter ^ > 

'•■'^ Kt InpiteB ken etkowiOBei '. « 

" ..AtouUMiMSIE^mi^tMpiiKnquefai^ 
3 



Digitized by 



Google 



ai4 MOU 

tpiuni«r. vuc, pi^i* ;r^i|i9ss^ , ^t^ ^nte- 
uue par une ^clu^^ MopUfi>4K£ffMit 
oufolfir^z ^ mpiflui a ipiiler \^\ ik^ps ; 
moalin pasHliersi^v^ s^ift. a fiUegrl^ 
pastel ou \a^ gued^i fJ^puUn jtendtis y 
qui n>ft pi^s ^xe>.quL est bati jmc 

]iui bate^a- M . !» / . ./ 

MouLi^£U&|!is : f^ine qui proTient 
de Tappr^t'Ct ide la tonte des dji;i^ps9 
et dont oa fait .4^j^ ^^^es d'uniQ ,qtia- ^ 
lit^ inf^rieure. 
, IV^puLiE : ^r^ycr, puly^iscr,,pp»^u- 

MovLLER : MoimU^, tremper d^rfif 

MouLLEURE, pour moidUu^: ^\ 
tion d^,fl^Qi^lhn:,.i)yrt^d^,<^,qm;eat 
JUOuilli;. ..;,; „ ..! ,i;,.;; . ^ ,^. 

MouLiviEE : Meiinier; molitpf^. ^ 

dcfw-.. -o ..; • ■■,.';. V >f. 

. .,Mavi4i^E r\JV^pH^C4 moler^. s^ ,.^ 
^: MpULSjf;,;rwtp.4#5cvacJta5,.r<V> 

MoncHOH. ,. ,;,, /; , ,.;,.*,.:. 

steurs, beaucoup, grand nGa^iJbiira^ 

mouta, mouti. Moult souef^ iresilaiir 
ceuwit.r^VW«^^i tnpfiif.vou' 

>«4««0,avfle,.R(9^siE4j ^; .;j,; :,,h .nl» 
II ot m joogl^or a Sens .-^i-'i^nt' 

>i*avoil p«ft.apTent roke eotiere ; . f 



Motr 

iHduCTB :i Droit de montare; de 
moUtura. 

tj MouLtx : Droit 'sei^iiearial qm se 
p«)y<9it>d«8lrtiitbde'l^ terris. * > 
• ' MouLTEB* f'Vassal <]ftii ^toit oblig^ 
d^.faire nlo^diie^h"bted au monlin 

MouLTUEE : Mouture , Taction de 
tdOttdk^ ; Itt' gr^ltf cjuechaqne parti- 
culier envoie au moulin pour moii- 
dre; moUturd. Bled mqulture : Lc 
f^ifi qt^'l^kma^s^ht les ineftiniers da 
droit qui leur est pay^ , ct par cott»^ 
qtiemt bled m^l^ it- fctwncnl ct de 
Migfe* 

MouLTUEBR : Pre^irtl^e' le droit de 
Bfomure; de >7H>/rfa)^«{.' 
** Jfouiu : Aiguis^'^' repassc sur la 

meule; de mo«r.^* ** 

■^^^ ' < . . ■. . .-.A .; 

^^,Qui TR CQQtr^ le ^^iwft. an Sei|fne«rii 
poume se 11 Sires deffenjt en.^tM, terre gitp. de 
dlez , et auciA i jonfe , on li ^Ires deffeut fi por- 
tW eoute( a ^Itif e , \)h 'aiieaiie uutrii' triA^ 
moulue oa arc et seetes , et ancaos lei|ia«C*> 
jO)!^ Sirea-felauo^n^f ll^fe^effeace aenbUble, 
quJcoDque, fet ,9ontp^ tex iDanieres de clef- 
fences, li lion's depontS est a cinq so^ ^*a- 
mande , et 11 gentix lions k^dJx livnea. 

> CdUt, d$ iitii^uis, ehtip. So. 

MouiriE : Charge de grains,qii*o^ 
^jepypyoit anti|iouli|X9.m9uture. 

prop res , Lemonier, J^^nmUfwsry Mo- 
nier, Jl^q^fr,^,^ ,:,.j v wn a>'l «; .. . 
MoTiif ukkh^ »<^ct*,-faece'|iisti(jca* 

^'HiM^i^JSts ^ mcmv6ttk\. jnounme : 
Romf.n<kIaR^.varlant4e.Pap,. Sbge m4Ie et femelle. ,.^o.v ..... 
/f^<^^ c'e^f^-^ ^lajpocf^, ; ^^MM»nrBA t iMtfng^ ,• |»iietidr^ an 



lfott/(r ressembloit hik^ Vmm%9 i> : 'i :> r ; 
, Qui U^teJt^k^^v^XajiQfi,'^ t ' V 

Ta- sadluex^ qiie took/Ttc penoit 

De faire i BSirf iif Wr<<s »^<intes,^ ^'"^*« 



An plmtoit grfcttayuafcyiMi if wde nnl ne 
fuit apperoM « 'niia ^ ^'^''^ «'A^*'« / on le 
Conte se donnoi^ s»lWniUa<Mii|(/i4>if^lu7 
dit : $iM <>teTaiHr90Ws sus , car de malntenant 
.▼ous asseore qn^ Tostre querelle arez gaien^e. 



-y > i&i«[tjivi^M>^ MdhtHytdMAfMlkie ro- 
ller; momalis, .TiiAti & 

t iailDil^tTWpMdVelferv^'Mdti^^r; 
At.muccare; en baa Bret. »il>k^titoi 



Digitized by 



Google 



MOU 

' MooQvrim : Railtet» ie moqoer] 
plaisftntcr. 

BfooQuiLLKint : Pleiit de morre i ' 
morveux; mtritulenias^, wtueosus. 

roeurtrier, homidde. ' 

MouEE-: £tang, naiM^ eti bar* 
)atb- moitms. 

MouES , mourre : Broy^r, nott^ 
dre ; mol^e, 

MoVEE , mourre : Le museati tks 
animanx ; |^iit sac ifa\fa &tist)eM k 
Ja Ute des chevanx pour leur fait^ 
manger ra^oine<|ae rorf j met. 

MoVEEUE , moiaineus, mouriheux i 
Modrant, <|ui cfsf Mio«ii*liifttv triste , 
ch^tif ) abattu; de niorJ;^ en baa. lift. 
ikorimts ; mortimus. ' * 

' <^lx out eii lean mits attaches, ' ,^ 
Dont jamais ne aont arrach^es 
. ^ r Lea Doiret brebU doy^loiireiaaf a , 
LaMes» chetive*, mourineuses , 
Qui ne Touldreat aler la tente , 
* ' Que le bel agnelet preasente. 

MouEicLE 't Monnok^d^Espagne^ 
qui veiioii des Matires, ^ 
-* MobWrs : Eilti p^prcl faird Ie se?. 

MouEMAisTEE : , Celui (jni ^toii 
efrtiV|y^ de snrveinti^^lea Aangs et les 
digues. '^ . ' 

BTdi^EOT , mortit / Ciiich tktW\ de 
m^liras. Voyex Mote ex.- '^^^ " 

- Ml6ukH:MoettrsV^)E>^^-^^oy '^2« 
MouetAu : MorteKVdjW^ift niiort; 

* 'M«vicAiiLouK : Mmicberbii, pe- 
tite motiche^ d^)it/iri;aw.'^^^ ' ' ' ; 
^' WmJscHE-iTEt : Mf^iieftW. 
' IVfo^scoEDB t f nstr^^eiit de innf- 
•iip&eiiinie settle^orS^^; qftfi servoit 
a r^ler et a remettrelavbix qtiand 
on s'eloignoit deritttoiiation. ' 

Mp.^sjQUK : ]l!U>iis(acbe ^.mpusqne^ 
mue se disoit de Ja maladie qw fid- 
aok muer o» tomber la flMuatacbe. 



MOU di5 

MovasB : Onenle de cbien.' ' 
Moussu , an ftoinitr mtfassue r 
Convert de mousse , d'^cniiie ^> vela , 
p4eiti de ^\\; m^scuhts , mucOMu. > ' 
" L^ff 'or«aia« itToit 0H>/iu5a## ^ ^' '' " 

Kt routes lea dens perdues . v. ^w.'.:. * .i 
. • Qa'a ^rant paioe. deox, tp. fkYO^ti^^ , . 
y.t tant que meag^i^r ne poroit. 
Motnan de la Rose, au Pttrtrait di FimHesie, 

MousT, mout: ^iri doxiximustumi 
en bas Bret. moust;d*o\i moustier, 
cnve a faire Ie vin. ', ., 

MousTAiOE , mott^^ii^^*: Temps ou 
Foh pale la redevaiie^ ^*on fait en 
vin ddttx ', en mouH, ' ' ' " 

MbusTlsEiKGE)//koi/>fi/re)ifd^'; filed 
de montnre. •• ' ' ' 

Mous'^rsi : ]^Uae fv^tf^^nt) mo- 
nastere ; mtniist&tuiH. " '^ • ]^\ 

MousTiLLE , moustoile : Conine, 
beletre ; dt^ mt»^ ". ' m c ;/ • ■*. 

.Movs^tEAifce f mottstranche : Ex- 
pof^foi^y^japlipp 4® mopiten ir«/re 
yff^^ffiflpcif : f:f}f^ avenef d^nom- 
brement. fn . / 5 ' 

:xj,?^^T;»J^*- J**^^' ft[^ce w, 
e:fpD^ei:.at^3^:)!en»»,^cla?i»ir, d^^oUer^ 

tei^, adresser la parole||j^;^gr^fjr^ . . . 

^haty'iioHs a bten mopstri iiWtr^ Dien son 
gVinf pdBd^ ^^' ukr' d^ i^A ^^ii' Vent , oon 
^ •M ateMtar (Tia <|lMti4 'ileM ^ : dtii /iT^ir : Mi« 

iu.frfiPR** 7i"'?f1^= i'?'".'f''3.f ift 

Cnampainffne mouscra lalSaroiie, et nut par 
tttsi^AemtAt^ti la IUeit^2raAltf«. • ^ ' * 

lil s !io > »• ». jt •PiU»^Mardmip»i:i 

' tUfous'Hififea : MM^y^f^Md^; 
«ttkti^jlt#ln^. ^^[^MMF1Nlftttt;«o( ' 

' 'iAbitt^9/t^\rffmam}'mt/tUf. 
* Mout : Yin honVeaii'; murium, 
M<^t :* B^ttconp |^mii<^»7ii; Voyet 

lottiftT-.'" '* ' - ' •"- ! *• ■ » ■• 



Uq\^^: 



4 



Digitized by 



Google 



3iG MOU 

ins^rtuttent <jle. kJbauir^e. , , . , , 
, MQnTJt yrfnou(€i$, : Droit ;q^ lt$ 
▼as^^MM^payoitnt au teigiMHir piHjur 
faire moadre aij^.moalia banal ; de 
molitura, < ' 

Mqu't'FbdttTS , moutSza : Foule , 
multitude ; W^jft^rfo. * ;' ; \ 

MouTELLK, moutoille : Fouine , 
he\eXte ihiiisielqW ' 

MouTEPLiBa \ mouteploy'cr : Aug- 
]nent€r,^ult]p)jer^ muii/piicare, ' "' 

cl^siastique] mo|ias^er^, ^gi^^^^f^fh- 
mounesiitf. Voyez MoNsx^iff^^, , .^ r, 

.De Ihesos, Cnst 

Et .Moacirrr qa*est ? ^mutiaU, -^ » >' w r 
V ( ; *>iiVv.s v-^ / yJtonmn daiPerteimi. 

abl)i^fe4'*dWfcliA^eaiif ij^'^B^'i. Ml 
mota. Voyez Mote. '• ' " »*" 

' '1\!K)i?i{tf& f'iSIa^'nederfert'fe' qui 
a ^t^ A|fteltt'a*^piiiS 'Mic?,^ elle s^ftl 
vW?if Siimi^\\iim$ des Vtq^s mi^ 
roTiaiB*Jfeiit.**'*»"-*i *'' •'^-*>''"*- c^'> 
•'nMDlnoi^Br>o»<{ Mofmbie-ifl^Phiif ce 

JMaorBafHist^^Mdo l^U» t«»a^0eftf| 

qiM> piece Valoit "i^ iott six deniers , 

aiiquanterrtciqrtiP^W H9,m»rc^,d'9r 
£n^«4» i^SS^^idette monnoie etoit k la 

▼aloi(;|^m^qii^H %«#a!«6 4fink^ n m 

niqae^ ><k ^l''^f Mff ■ l^f y r tt/en .4e^^ ^ait 
mqntion «^ q^,Urii^s ; « L>9 rS54 
on Iwrl}t,4e* Jor W , ,dit4 ja ^'.«09<<<r , 
parco qu*en la pile y ayoit nnjit^^i 



MOT 

f ti eHiWPt.de 69.iuiiniarc L'an 

1 357 on batit dcs moutons d'or fin^^ 
appeU^p 9f^ latia mia^nes ». Ralidais 
les nommoy. des moutons h la grant 
Mne. , , 

MouTON irAOE, mouifmneUge: Droit 
^^nfl^riat wr k? be$Maax , et parti- 
culierement sur les moutons ; en bas. 
1^. mukonagium,. 

MouTONiiET,diniinutifde;noir/9Af 
Jlfonnoie d'or. 

f- iMonxoNirrKa : CeltU qui leyoit ie 
dpoit de m^utonnage. . 

M.Qi7TOiriHEaB : Prilon resserr^ , 
f^achc^t. •' .V. ..'•■^ 

MouT^?Ali,^i^4IPEBr J £n plusiean 
nian^s , /ie plnsieur^. fa9on5. 

MouvAwcE : D^ei)dltiHied*iftn fief^ 
el qui rele^oi^ d*un l^^)tl:e fief; motus, 
de moverc. 

MouToia : S>e iii«fttl^ en mouye- 
men tjs'appr^ier pour partit, rei^iuer, 
changer d^ lieu, dependrc^ r/^yer, 
soEttr^ faitoe la guerre ; movere, 

nun. Join^ilff , Hist de S, f^fuf. 

' ^MoirxAT^.-^Mpucbeimiely^jbe^le; 

w^ca. ; ;■.-.;; .', ,..;^.. 

^ MoyAiE^, :^P^pter^dre» mouvpi^; 
movere, '"'• 

»'>^ffY^'';?^,:iPM°celanjt} movenff^ 

MovioiK ^m^^^ir^ subst. : JIsu.- 
ble, chpse fi^obile^de^vfop^re... . 
.\ M^'^l^^ \ Vtowfoir ,^ mouver : ;lle- 
i]^er,'i][|if)^^pir;(^giter^ movere^ 
%>Y t J^ ni^ji^jde ^lai; m^W. 
. MoTi^uj-jCuye , tonneau; ma^ohis. 
Mote, moj^^^^ n^ojes : Tas> amas, 
meule , np^i^i^u ; de motio ^ mesure 
dje,,terffs,99i^i^t un innid jdM^e- 
''^fJV^^ i4<f.?fl^>(^>,Fon,, moi,.»iM^ 

Bon h<^^ (fh}^ Ux ipaim JQu»tc« ^\ /^, ^^ 
£t Sicilies <ioe moolt me £< coint'es ,' 

-''GeH:te"4<wi)^eb*>fevouet<j<ite.^' ' • - 



Digitized by 



Google 



MOZ 

MoTSH , mojrenne : Milieu > iftter- 
Talle. En la moxennej^i^miJ^ta ; sans 
moyen,. sans mtevittlit '^' madium , 
ptedius; moyen-filsy moyen-nd, ca- 
det, f^cond fils, piling. 

MoTENEAES) moyen , 'moyenior^ 
mqyenneur: M^diateiir».paciiicatenr, 
entrera^tteur ^ m^diaion 

Deapoa qne Cris ( le Christ ). Int devcnin 
m/oyenerm de D«a et dei bomM , et qu^il Apai* 
aenUt parme! ton sane celes cboses ki ettoienl 
mm oitl et «« eelct ki ectoicnt tor terre. 

' Sermons de S, Btrndrd^fbL 259. 

MoTEHMaii^n^T .: M^ocremeiit ^ 
de mtdims, -,k ^ 

MoTETTB : Sorte, dfl.)>^V)Q. 

MoTBux : Prune conQte.; jaiuie 
d*oeu£; de medium <m. . i . ^ . / 

MoTaiAux, moyrie€m» : Eipace 
qa*on laissoit an pied d'un cempart 
ou d'une muraille. ... 

MoTSEL :, Moyse'» nom propre 
dliomme. 

, ^enei le pnple'dlsrael 
QjUin ilipanir 4 Mqyui. 

, ■ JCptrumde DohpadM. 

MoYSOH : Bonne mani^re , bonne 
lafon 5^ ihesnrei, prbpbrtioii. ; • 

BfoTsoNH'Euaj ^droQiejf*, iqidUy^. 

IfaT^oii ; .GertaiDQ niesure.de 
grains; de maduan} esJKiat. moyda. 

MoTTOTEif : }fi^oji^3 liu^ipiKcn. 
Vojez Moi;ri;K|r. , ,, v . -nL - r vr 
r J^T;POY^fty|i( : jg^ qj>i«fit:initoy«n, 
ce qui est entre deux ; de medius.' n 

Li PhOotophe tcl ettoieat ... ^%v 

Fors qu 4 biea dure et 4 reirendre 

S»a les aToJ^^^^jimhl^. 

^^ife Gtof, l^^'idf* 

reiigieux , .oni^eiu,^^il*.,m|gy9Juent 
tui;)es fpauleft3rdei-I{3Jlv/7^§^^<f^ 



MUC J217 

Mu : Bfoety qui ne parle pas; mwtus. 
MuABLB : AmoYible, iseoastant^ 

changeanty sujet au changcment ; 

mutabiiis, 

Au moade il ii*y a rient eataMe 
Po«r refuge ne ceoret^ , 
Pai^ office ti est mimble, 
. Et revocable >' Touleat^ : 
Le plua senr est d*estre berft4 , 
Ou d*avoir, pour Tivre, s^^iencey 
^ ^t Car, quant survjient arersiti&y ; 
Art garde TomDie dr*indigeqoe. 

Diafo^fue dju, Mondaiau 

JII0ABLBGB , n^uabifscft:^ mmMotd, 
^¥W^9 'mumoe ; Mutation , diange- 
miofA i inconstance , l^g^c^ ^ muta^ 
UHias-ymutado. 

MuAOB : Droit dd aux seigneura 
Li^sque )^' fQnds ^vuigent de pro- 
pri^taire ; de muiado. 

JtfuAai^iE^ musof^die -: Paresse , 
nonchalance , indolence , dissipation, 

MiJAi^.: Muidy sorte de.juesure; 
iwdfui^ . r .. 

. ]l|pjsLB ;,Jll^euUe,,n^tensil^dem^ 
nage ; de mobiUs. 

"Mjacm^nuchey muchdva^: Cacbette, 
fi«tr ^edr^r^ i'aMciusi en bas. lat. 
Russia*' /, 

MuciBHBiTft, mucAdemmti :• En ca- 
chttt^j^cr^temealt 

^M9fh%.pifichier^mucier^'C9(ch€r, 
enseondtKr, cbanger, <ouYxir^ ormiare. 

' ' Je^T^ ainbnrs ke me caochoos muehU 
Solt en nn trou 01k ne pnist estre oie , 
. liporc d<ia«l^lu rit oomnM ti4» bulora 
. QuMj «« lijdoiaa d««noli.fio< fil nilMa. 

Chansons fai tant que soles entendue 
"IMnttft Daiiie, (|uant jb tmriil p»^M^, 
,. Ftf t*JMc mtMthm*- ditr^aeii dMs fenbult 

Ln^ que seras escap^ de nous. 

JoL 3q5 et 5oo. 

Et le werpjs t aU respop^r^i^,^ 
L^ to salle s'etoit mUciei ',' 
■*^ IM^'lMflif^ertetr^es/- • ' " ; 

FMe du lion nudade, p^Mmie 



Digitized by 



Google 



ai» M U E 

Mtrcosrri : Ordare j Excrement ; 
de mucidtii , mucus. 

Mucmc : Maafatse odeur, tjormp- 
tion ; mucor. 

Mucai^ 9 pour muchi : Ltoge inal 
s^ch^ ct encore motte; dc mmcidus ; 
et moisi , corrorapu ; de mucor, 

Mucaia : Rendre doux« amoitir; 
mucespere* 

MuE : Grande cage oil i'on ittettoit 
les yolailles destinies a '4tre engrais- 
sets }ce mot yient de muer^ changer, 
p«ttJ6 qfwe .ces Yolailles ^tbi^ilt inises 
en cage pottr 'changer ^W deVtenir 
grasses; La Fontaine s'est 8ci*vt de ^ 
mot , Hv. a , fable 9 , de fa'Sotiris et 
du Chit^ttant. 1^- il^j.' 

Minr; Meut: R«ratie; fcHdigt*V>Wb^ 
vet, mutat, .•••.km 

'Mv» ? Lieti'de^ret«^te',']^risotr!. 

muelle : Muet, qui ne parle* p^S^ 
mtftid. liii^^ifHui ^ Wtc^nbA WriViSe , 
Wte sauvage. ^^ ^^ ^r. : > » u 

A cm' ef^rpr. alai^t par »q JQr jjhfui^coptcfiisi 
de Grede por gukrir fat odTeirx'tiiift mueaz et 
clot , ki unket ne pout ne alcanel'paroVe^ 
fori nAtt \\^ikt*x:^*Uri)^ d* teiM« 11 • ^ > 'i 

Dio/. <itf S. Gregmres,ik,%,^ha^ 3. 1^ 

m\iU\%jetclaudus,/jutnequefdla vw'ba edere, 
neque es^'r^Vi^aunt^tuim surgere'yalehitt. J 

Or* ^MHI ft 1i'««IMlt*«li 1« teth« to «&rt 
del jMtor;dualM» 'l^e idekloi^ ^It) Itti^ Un- 
gemeat musiek parl^. M4mes Dwiogm^s. 

' .'t> r^.C, -O' II.. ■ 'ft ■ lit )~^ 1 J 

rer, iMa^jim m^^t^od lioiqfifffufim di^m $0- 

luta est, ., -,.,. .. , ^*/^ H »■ »: ;^ »^.' . 

Mu^*:'^^ti^5^*yemti^f intttatus, 
MuBBLAiOK : Foiirrtiture, yiy^es, 
provisiorf ? q J' litobttisl.^ V, *^' , *^ 7 
MuEBLE* : Jtfp]l>Uwer^ meail^l de 

MuEiL. ^ J iie nxf melius. 



Must : Plomb dont let otiTriers 
se serventpour aligner Icurs travaux. 

MuEi.nr : Moulin ; molinum. 

Mo K LIE r'Meule de moulin ; mola; 
sortedecuir fort ; eh has. lat. muellus; 
ct corne 3l faire des lanternes. 

Mite a , mover : Changer, remuer,' 
agir; mutare, movere ; eh Langued. 
muda, Muer im espfevU^, o'^toit I'in- 
struire pour hi chasse. 

Thiebank, let-ily mo^esffamM w% t«Ics •• 
apparaJlUfs rofpor .rostreLtl^ a tablet Jaket, 
et hatt^s vos palefrolt , roocint et tommiert , 
|b TOMiiiir^rai aMM ^t«iitr« if^ir.- '' ^ 

Roman du Cuens da Pomkhu, > 

MuBfttii : Chan'g^eht, instability ; 
de muting. •'** ' ' 

MuERS : Usag^,^coutume^; mores ^ 
'^ if oiat f Memt , s'^teint; du YC^be 
latin /wd/tV ^ - • '^^^ 

Li porret brait (pl«iif«) tos jiri et cria" ^ 

• ^all |iit lavoir et taa^^aBtia, 

£t U richet muert de paor, . ii • 

Qo*il oe lu perde chascan jor., 

Uibh de Berie, aters $67. 
HiiKim ' : .L» ri'H^e de Meuse } 

Par nofi oIMaf vika laa,^ ,• . ^ \ 

Patt^ qnV Kfuese ; .ja let terrez Tenir^ 

• - f iftet Jouef ,' et 1* Vile estormlr , ' ; 
" Et mm gMat ^M«e'ft'*«i-rremeF «» MAl^'. 

. ^MoiimtdtrOiinnyfbh96iK*^: 

Mtiiist»ft s'TWesure; droit *si»ie» 
vins Yendus. Foyez MbxTcnih?' 

Mutr : MdUYatot • qui VfeleVe^un 
fief; ^iH?>i.fl^' -'"":/ ' » ' 

MtflftT : n remue, 'fnb^et; il chab^e , 
mutat, 

MuETfc r Guevre , expMitioti mili- 
taire ; inipdjLp^oi^^ ^ulixenir aux (rais 
de la guerr^ii>dia'«i#/«i', s^dUitts. 

MuETE : L'aelifMEi' de se-jnouYtoir; 
iwo/ttj; di^iVk;^/4Wr6. '" ' '' 

Muet E* :T^fcute*&e phiens. 
' M«EiriV/VEks : Mutin,s^dM^x. 
' MtrEl*rK^*',T*fclr, donjbti. ' ^' . "^ 

Mirozt*; mugUas: Muse, viuguet. 



Digitized by 



Google 



flear bbmche ; poudre on odeur de 
iiiUgu«t ; muscus. 

On ne teotott que muglias 
■ '^ 'IfiorjoUinM et romniArait.' 

CoquUhrt, Monologue du Pttjrs. 

Ce poele s'est servi da mot muglias, 
pour designer toutes cspeces de sen- 
teurs^ d'odeurs, et il T^tquelquefois 
doim^. 9^x petits maitres qui por- 
tolent de Todeur. 

MupLiAs : Especc d'^toffe a fleurs 
blanches. 

, MpQ^iWTS, iwx/gar ac (^oix) : Noix 
]ii^i]^s^4^ ; nux mm^atm* , . ; ., .. . , 

Mui : Muid , sorle de mesure de 
grains et.de liquides; modius^ ei^ bas. 
lat. muiolus ; en has Bret. rm^s. 

IJf^ij^^ JMucI, quiincjpftrjcpas; 

ffmius,,y j ... , -.r ,n . ..L . 

r^fko^ i, ^^ I'en jw" ^<ifit iilHUtig* re»4nff pM 
ftignes, ainchois conTlent que aid>itra|je te 
face et determine par paroles; cl'ie ne puet 
fairc cfiAil! j|u! ne ^nirt» patter /eC'jitobr che 
ibltfttesi/e dekont^'dleatre* arbitiu. : ' 
*:t .26^1 iCout.do:M9ttmmtis, n< i< y* 41 > . 

' J{|ifft\s V']tf6ure--d^tlh;;^tt^ soil 
contenu ; mesure dfe' t^rire '^ui con- 
tient un ihmd de ^fiwniieJj inoBium; 

en bas. lat. moj//af^;;^";;' *;;;^:^\ 

MniBMKjiT ;,\Cn\ ipuro-r mugisse- 
ment > nutgkus /->»«• '^d'an andhnal , 

Et en tout eel jour ele ne parlolt ;^c ne 
^BMt pttWr juVqnes aprisfv^e^fSn ; -kt tfietre 
hora mile toic ne nnl muiemtf/iritJMJHil mm. 




MUL ai9 

Mvia : Mugir, beugler , aboyer ; 
mugire; en bas Bret, mucella. 
Muiax : I'^nis , meurs. 

Je conunenoerai I crier * 
Muire le fauU tyran Heron. 

Tragedie de la Vengeance deJ.C,^ 

Da diroient Toirement 
Que nus k clunter n'entent. 
Qui miex t'en denst retraire ,' 
Male poor ce chant senlement, 
Qne j*en mmre plus dotac^ment. / 

BlomHam de Netk* 

MutRE : Crier, mugi^; mugire. 

MniKBR : Mourir^ ^ilir; man. 
>-»»', ■■ " '. ' * 

^QiH^r ain^^it qoe je mture d ». 
KeqaerriU mon pere mere! ; 
' ' B*eh Mi te#9 mon pais la •yoVe^ 
M^ je cnit qn*a enris me. «oie 
. Mon ^ere, et da sien poi'me doinet 
(Juant me Terra en si vil point. 
Fabliau de Courtols it Arras , 'versdoi. 

• Mqis : Je riemve , je cJMiDge -^mo^ 
veo , muto. 

Wmt e 04t^ , moisi ; rmtcidms. 
' <M«fsiia«9t Droti de niostnte.' 

Mms&sf : Mesure, dimimaif dA 
muid; de modius. 

Mvf^s, iMt^i sorte dt poUson 
de mert'M* bas. lat. muiolui. *- 
■' Mtli. t JIttlel ^ muims^ ;eft ban^Bret. 
,niti. -'-'^^ ^''"^^ -T*' 

• n^k^ :* Itottiller y ^Ulitfp^' dans 
Yti^^imcttifk ' • ' ' •' •■ * 

MuLCTXE : ChAtier, pimir^^ r^uiO' 

MuLGTOf ^uHo : PunkioH ; chitir- 

MuLDatWt)x t M^ntnAeti assi^issiw. 
Mdlerie : Manage, seloivl^. €av- 

pebli*ren'4>« t »-* ' ' 1 . - . . ^ 



Mere*: Changer ;i«irfti«u/ftwirt«i Mdletier des chiens i* 
wmi^:t'tGwakh ^ dmtsti qui'A.pitss^ office che» It, 'Biok ; .«n )m^M^^ m^ 



Um 



, b BB' 



qui ft M embaum^ , et qm^U ttm^ 



Mut<|f**i^^ Jrw«^mrtodit^s p^o- 



Digitized by 



Google 



'3SO 



MUN 



Lors tfstoient smbedtai Ttetue e| de {Mtrfalt 
aige, et let .muliebres Sarra ^oir^Qt, estre 
f alcet. Mibie , Genise , ch, iS , Deri. 1 1 . 

^ Erantautem amho senes provectasque eeta- 
iis, et desierant ^aree fieri miili«]l>ria. 

MuiiiER : Spouse , femme mari^^ 
muUer, Voyez Moilkr. 

MuLiER : Enfant n^ en l^itime 
manage. 

MuLLEQUiHiKk ;Tissei;4nd onmar- 
chand de F^toffe appel^ m.oloquin, 
Voyez ce mot. 

Mdlot , rnuioi : E^gelurea qui 
viennent aux talons. . . ,u 

MuLoz : Sorte de petit rat des 
champs^, qiii ronge les bl^ds ^ de mus. 

• Mux,fti»irAiiLE : Qui trait i^svaches; 
de mulaHtus. ...»•,;. 

Molt : Ttei ; beatledti^ , grand 
nombre^ multum^ 

Liqneil ma^'gnt ekphr t'en alaat, et muh 
Mugiet del myateire de la croiz.ot 

derunt. 

r MvhTK f Petn« ^ amende ;^ muUta ; 
enanci.Pro^y mdctOy nmikh • j •, . 
^ MniMtsA'; P4lMr^ pimtey contem- 
ner; mulctare, \ 
; u]tfm,i»it9ii: ,T«mt^i«e:e^/i^p^n- 
dances de la ville deMmwiis^pag^ 

MuLTRB : Meurtre , assassinat^v n\ 

MuLTURx : Action d« llum4n^de 

MuifDE : Pur, net, san>^i4li«b»^ 

^nVttAsianiill D«DietfAgl^4«<i^,- ^^- 
Vierge et nourrice et pueeUe fecondr, ^r. > 
.Mere jde Pieo; U^U dlf^ ^fffit'fyyy 
A took humaius tres proplce et'mtettse/ r 
^£3^^ toiir bi«B finit tiA^i^iu ^nnde ; ' 



MUR 

6ir, s*a To^ pUit Me prendre en tanltfgtrdey' 
De rennemy infernal je n'ay garde. 

Compiauue de la Comtesse de Ckarroloit. 

MuNDB : liC monde, rumrert; 
mufuius. 

Not fommet fait on ewart, ne miea sole- 
ment a ceit munde , maJs nes asii as Bnglea, 
(aoges) et at hommet. 

Sermons de S. Bemmrd^/6U 64. 

MuirnER : Purifier » rendre pur, 
nettoyer; mundare. ' 

MuiriER : Meilnier; de malinmn, 
pour moliior. 

' MuFiHRNT : Monument, acte, ti- 
tre justificatif , piece authentique^ 
monumemum; en basse h(t. muni^ 
mentum, 

' MuHiT^ : lieu priyil^gi^; d'tm-^ 
munitas, 

MuRAOB (dr6it de) : Drtyh Vpii se 
leroit dans une yille pour I'entreden 
de sH Mcnrsiyfbrtificatioiis, etde sea 
autres trarau!! publics; de nmrui; 
en bas.'1at.'mi/ra^'i//it. 
n .Mi7a,ixaE : Mocdre; mor4erei ., 

MuRDRE , murt, mwire^yit\ittt%^ 
atsMmaiUi monainitm; eh bas. lat. 
mifrrirHpjifjelfnuUntuim i eB.pafi,VittU 
nmir„multr^r^ r ..... , , 

JPaivtfop^^AMiif SAnt lei f«ffet . j 
Qni puis Tienn^t a copper tettejift 
D*iUeo T^ennent let Affiances, "^ ' '. ^ 
- ' Ltimardrislit Ws 4lUanM« -, ^ i i * 

fimnt maiatea. tenet aont gatti^ef ; s ,;. - 

Et mainte ame det coipt •eardtet.^^^n^v 

Roman du second Renard , fiil. Si, r; 

. HviipRjiua -> murdner : M$S^fmi « 

imeuitner;' v.v/ -a .. ■ ■ • -v '.•.'*- •,, ..^ 

M^urtrir , bl^sser y commettr^' fl4 
meurtre,' tuer, igorger; en bas. lat. 

^ Jfu&B rFoumire) dfiiermine^.os- 
nement de peau d*animal ; mmmmu^ 
^"v9l«RgveiS«lttnure; f^fir'i^^vmlj^ 

i$retl tkufx^i • j r -fnx/ii '*::o j3:^ ;: lu > 
MvRCE, murgkfi M\Mmku ^btaa 



Digitized by 



Google 



MUS 
d« pierret; dt fnurus; tn basse lat. 
murgerium^ 

MuEiAUx, muriax i Murs , mnrail- 
Ics; de murus; en bos. lat. murcdUia, 
nwralha; en basBret. mur, muraiUou, 

Hector est mors et deliBes, 
Qui UidtmeBt fa tni jnes 
Eiitoiir Icf grans muriax de Troye. 
^ Oyide , Mss, ciU par BoreL 

MuaiB : Putrefaction , ponrriture^ 
cormption; mucor. 

MuaiUL : Mnrer , entonter, clore 
de mwrs , fortifier ^ muro eingere; en 
has. lat. murio. 

MvEMBLxa : Mitrmurer, raarmot- 
ter, parler indistinctement ; murmu- 
rare. MurmeUr les salmes : Psalmo- 
dier, chanter les offices. 

MoaMnmEMXHT : Bruit ^ dameur* 
mnrmure; murmur, murmuratio; en 
has. lat. murmurium ; du Grec mor^ 
murein; en bas Bret, murmur, 

Salehadin entendi lor marmurtment et U 
■uiTalfe coBTine de la Tile. 

GuUUmme de Tyr,f6L a5a. 

MuEMuaEVEiTT : Bmit qui court 
et qu'on ne dit qu'a Toreille , en ca- 
chette; murmuratio. 

MuEMUEEUE , murmurateur : Qui 
trouTC a redire, qui querelle tou- 
jours, qui aime 4 contester; mui<- 
murator, 

MuETEL : Mur, muraille ; murus. 

Mus , mute : Muet ; mutus; eirbas 
Bret. mud. 

n ne doit pas afTerlr k tons k penre arbi- 
trage* deattis aoi , tovt soit-i] ainsint que 11 
•oient eal^oa arbitree det parties ; car sers , 
ac sours , se mus , ne sonbx-aagi^, ne bons 
qni soit en sngetlon d^antmi , par religion 
sans Tanctovit^ de son par dessas ne pn^ent 
rccheroir aucon arbitrage sear ans^ 

Coutume de Beauvoisis, chop. 41. 

Mus : Muse, odeur-; de mus, muris, 

MosAOE , musaige : Retard , d^lai , 

ioactioD , oisiyete ; dissipation , amu* 



MUS dst 

sement frifole, fain^mise, liberti- 
nage ; on le derive de mu»tatio* 

Car de conps, se Oien me seqneorrs . *' 
Voos donrai tant par le Tisaige , 
De qnol yous tenes le maaaigr , 
Qui tant est aox mosars plaisans, 
Que Tons rendrai coye et taisans. 

Bomitn de-la Rote. 

MusAOs , musaige , lisez m^usage^ 
m*usaige : A mon usage , pour mon 
besoin. 

MusAiQus : Mosaique, ouTrage 
compost de pieces de rapport; de 
musivum. 

MvsAtiJi^musars, musart, mUsarz: 
Fain^nt , oisif que la moindre baga^ 
telle amuse , fou » ^tourdi , d^scBuvre, 
nonchalant, de mauYaise tic ; en bas. 
lat. musardus. Hastis musarz : £tour- 
di, qui parle sans reflexion. 

MusAEDE : Femme dissip^ et m4me • 
libertine, de mauvaise vie , fain^ute ; 
musarde se prenoit ausst pour, femme 
de menestrier. 

MusAEDEE : S'amuser a la baga- 
telle, ne rien faire, s*adonner au 
libertinage. 

MusAEDiE : Chose vaine et inutile, 
sottise , libertinage , dissipation, fai* 
n^antise , paresse. 

Qniconqoes cuide ne qni die 
Que sott folor on mutardie, 
De croire que songes aTlenne » 
Qui ce Toldra , por fol m*en tiengne. 

*Bbmqn de ia Base , vers 11. . 

MusAES ; Bateleurs, gensdont Toe- 
cupation est de faire rire , et par ce • 
moyen d*empdcfaer ceux qui les re- 
gardent , de s*occuper a qucique chose ^ 
d'utile. 

Mais , foy que je doy les sept ars , 
Tel a avoir, qui est musars, 
Fol , periUeax , onltre coidi^, 
De bien et de bonie widies. 
Boman du second Renard, fol, 60 , F^, 

MuscAOE , muscadel , muscadrt : 
Raisin muscat ; muscateUus. . 



Digitized by 



Google 



221 M II S 

MuscAMiT : Yin blanc dont le godt 
approche beaucoup de celai du mus- 
cat; vinum muscatellum* 

Musci : Gach^ , soustrait a la vae. 

Don muscle esteint ire , et doun el »eia 
Mteint tret grAiit iodignatlouB. 

Bible , Pro¥erbe$ , ckajf. ai, vers, 1 4. 

Munus abtoonditom extinguit iras , etdo' 
num in sinu indignationein maximam, 

MusciK : Cachette, lieu ftecret^ 
lieu caiche, . 

Molt par e«t fob qui de Den m defic , 
Deof eu garde lor nun fez e lor folie, 
Hetnit M grAce ke manne ne pint mie 
£ la musceet fo is ettins perie. 

Boman des Romans , strophe i5a. 

Muscle a, muscer, musser : Ca- 
eher, ^rter^ c^ler, d^rober a la vue, 
k la connoissance ; d^amicire, et noq 
de mussare, 

Cil que musoe lei formens , ert e»c«>ineii* 
g^ h% gent; et beneiion soit fur la teste del 
▼endannt. Bible, Proverbes , cA. 1 1 , v. a6. 

Qui abscondit frumenta , maiedieetur in 
populis : benedietio auiem super caput ven^ 
dendum, 

MuscLK : Les dpaules ; de musculus, 
pris pour humerus* 

MusB : Comemuse , sorte de mu- 
sette, instrument a vent ; musa. Muse 
d*Aussaiy muse ^Eblet, muse de 
blrf: Ancicns instrumens dont je n'ai 
trouv^ les noms que dans le Temps 
Pdstour, de Guillaume de Machault 9 
poete du \is^ siecle , Mss. de la Bibl. 
Imp^r. , num^ros 7609, 761 2 , 7995 
et 7221 , au chapitre intitule : Comeni 
famant/u au souper de sa Dame, 
Blef, signifie bled; bladum f rumen- 
Sum Toudroit-il dire , chalumeau fait 
aTec des tuyaux de bled ? De muse 
on a form^ muser, jouer de la corne- 
muse ; au figur^ , s'amuser a des 
fadaises , perdre son temps , niaiser ; 
MUseMr,maseii^eurf eehiiqai en jouoit ; 
au figure , oisif , noncbalant , niau , 



MU S 
paretseux , stupide ; muserie, action 
de jouer de cet instrument ; an figur^^ 
oisiyet^ , paresse , noncbalance 9 niai- 
serie , fad^ise. 

MusB : £sp^ <le palmier, dans les 
lies de Crete et de Candie. 

Musiiux , museiz : L^prenz , atta* 
qu^ de la l^pre ; misellus, V. Mb'sel. 

MusKL : Museau , face , visage \ de 
muses, Oindre le' musel , flatter* 

MusELLEEiE : L^proseric , ladre- 
lie, &c. Foyez Mxskleeie. 

MusBQuiN : Partie de rarmureqiii 
couvroit le dos. 

MusBQuiK : Jeune bomme qui 
s*aime , mignon , poupard* 

Mon gorgias, mou frlaot musequin, 
Mon dortlot , moo pommela teiin. 

Le Jardhi de Pkusanee , eitipar BoreL 
Or fa parlons d*antre latin , 
Comment Tons va, mon musequin? 
Ou est monsieur rostre marj ? 
Par ma fo j , monsienr mon amy , 
11 a^en va en commission. 

CoquiUart, Monologue du Pujrs. 

MusBR : Jouer de la muse; ^tre 
oisif, perdre son temps ; regarder 
fixement comme un sot , s*amuser 4 
des bagatelles , s*abandonner a la 
noncbalance. 

MusBTEUB, museiSeur: Niab, sot, 
stupide. Fbjrez Musard. 

MusiQUE : Ouvrage en mosaique; 
musipum. 

M USEE, musque : Moucbe ; musca, 

MnsEEEOif , muskeroun : MoineaUf 
sorte d*oiseau , le pcLsser des Latins. 

Ne Toilles pur t.ko dooter , tous estea meiU 
lors de moltz de musAerouns, 

Bible, S, Mauhieu , chap, 10 , vers. 3i. 

NoKte ergb timere , multis passeribus me* 
Sores estis nxts, 

MusiriER , musneier : Meiinier ; de 
moiinum, pour molitor. 

MusQuiE, mtish^e : Mosqu^, tem- 
ple des Mahometans ; de TArabcmcz^- 
giad, lieu d*adoration , dont let £s- 



Digitized by 



Google 



pagnols ont fait mesckita , tt let 
Italiens moscheta; en bas. lat. mus^ 
eheta, L'^tymologie que lui donae 
Borel n*est pas soutenable. 

MusQiTiNNiBR , musquiTiier 2 Tisse* 
rand. Foyez Molkquin. 

MussAiEE : Qui cache. F, Mucbr. 

Musss : Cachette, lieu secret oii 
Ton cache quelque chose , et parti- 
culierement de Fargent. 

MussisMEiiT : Secr^tement , en 
eacbette ; d^amicire. 

MussBR , musder : Cacher ^ sous- 
traire , d^rober aut yenx , ne pas 
fiiireToir; amicire, Foyez Mucbr. 

Muster : Montre, rcTue de soldats. 

MusTREMBNT, mustrison : Presage, 
signe , prodige ^ action de faire yoir ; 
monstr€itio. 

MaU j^o endoriMerois too qocr , «t multl- 
plieroi me* signes et mustrisons en la terre 
4e Egypte , et il ne voof om. 

Bibh, Exode, chap, 7, noers, 3. 

Sed ego indurako ear ejus , et mtdtipikabo 
ngna e^MtenU mea in terra Mgfpti et nom 
mttdUfvos. 

Mu T , mute : Muet \ mutus; en bas 
Bret, mud, 

MuT : U partit » il changea ; du 
Yerbe muer, changer; mutare. 

Mute : But ou l*on tire au blanc ; 
d*ou ]e diminutif mutelete ; muta* 

MuTiLURE : Mutilation, action de 
Couper» de d^rader; de mutUare* 

MuTRE : Assassinat , meurtre. 

MuTUEiT : Pr^t^ , emprunt^ ; mu- 
iuatus. 



N A C aa3 

Muthtx : Mutuel , r^iproque ; 
mutuus. 

MuY : Me^nre de terre qui ^on- 
tient un muid de seroaille ; de modius, 

MuYiGE : Bail 9 louage; change- 
men t fait moyennant certain prix ou 
redevance; mutatio. 

MuYOT : Monceau, tas, pile; en 
bas. lat. muiolus, 

MuTR : Beugler, mugir, crier com- 
me un bceuf , aboyer; mugire; d'oii 
muyement, mujrment, mugissement. 

MuYR : Changer 4^ position; mu- 
tare, 

Mu YR : Parler entre ses dents, par- 
ler a voi% basse ; muttre. 

Mtja': Qui ne parle pas, muet; 
mutus. 

MuzALE : La Moselle ^ riyiere ; 
Mosella. 

My : Mes , moi , a moi , de moi. 

Mte. Fajrez Mik. 

Mye : Amie , mattresse ; arnica. 

Mygre : Grenadier, arbre qui pro« 
duit des grenades ; en basse laUuit^ 
migrana. 

Mylods : Demi-lots. 

Mywor , mjrneur, Voycz Mewiur. 

My partir : M^Ier deux choses 
par parties ^gales, peindre en deux 
couleurs. 

Myre , myrre : M^decin. Foyes 
Mire. 

Myste : Pr^lat , ^T^ue , archev^ 
que; mystagogus. 

Myussbr : Briser, ^mier. 



k 



N 



A : Snmom des dames de quality, 
^^ de domina. 

Nare , nabet, nabot, nahotin : De 
petita uiile , nain; de napuSf navet, 
suiTant Borel ; et de nanus , suiyant 
^^oage. Nous disions autrefois un 
^yeau , les Gascons disent an nabot. 



pour un naveau; on a dit en bas. lat« 
nahata:, pour enfans adult^rins. 

Nabine : Lieu sem^ de nayets ; na- 
pina y en Langued. nt^, navcy nayet. 

Nacairbs, nukaires f naquaires , 
naqueresy naquerres, nasqueres : In- 
strument de musique poor la guerre ; 



Digitized by 



Google 



324 N A C 

plosknrs Auteurs pr^tendent que ce 
sont des trompettes ; ils se trompent, 
ce sont des petits tambours on tim- 
bales 9 dont le nom et I'usage nous 
irinrent d*Orient. Les Maures et les 
Arabes les appellent encore naqdrah, 
les H^breuz nikra, cavit^ , et enfin les 
£gyptiens ainsi que les autres peu- 
ples Orientaux , naqdri; en bas. lat. 
nacara, Voyez Wachter, Glossaire 
Germanique , an mot Njlcaria. 

A U poite de U h^^erge le Soad«nc, eitolent 
logles eu one petite tente let portiers le Son- 
dane , et lei menettriert qui tToient cors 
Sarrasiimob, ettabonnet naemn$i et fe- 
soient tel noise sv point dn jour e^ k l*uiiii'* 
tier, qne cenlx qoi estoient deles enb ne 
pooioit entendre Pun Tautre. 

Jomvitte, Hist lie S, Louis. 

A cenb de Borne Teal on petit repairie^, 
Qui contre leor Seigneur moult noblement 

aioient; ' 
Trompes , harpet , maqtuures, et vi^ec eon- 

BONtnt; , 
tins ne porroit conter la feate qn^il faiaoient; 
▲ piece ne pensassent an duel qo il atendotent. 
Le Die de Wlourence de Rome , Mss, de 
rjSgiisedePans,n<» M^,/oi.^ig. 

Nacelle ; Ce que contient une 
nacelle , charge d'un petit bateau ; de 
navicida; en bas. lat. nacella, na- 
vicella. 

Nacelet : Barque , petit navire. 

Lort Tit nn naeelet Tenant , 
A Toile deploi^ tigUnt* 
Sant govemail, aanx aTiron; 
I ot si grant joie enTiron , 
Qne nw n« poiat touhaidier 
Ansi grant joie , an mien cuidier. 

Bonum de Perceval, fil, 345. . 

TEACHES , nages, nates : Les fesses ; 
nates; en bas. lat. naticce. 

Si cit Tert Ini Teno errant. 
Par la nacke dn col Ta pris, 
Et en a escrier sVtt prie. 
Roman du second Renard,Jbl. s6 , F*. 

Nagukus, nachieuxy nachoux (Ma- 
nage ^rit nactieux) : Celui qui ^ de 



rr A F- 

la repugnance a manger avec ou apres 
des gens matpropres ; d^goikt^ 

Nacioit , nasci'on, nation : Extrac- 
tion 9 naissance ; nascentia. Voyez 
Naissemeht. 

Et ao nns contredire m'ote , 
Qni de gentiDece s*alofte , 
Et die que li gentil-bome , 
Si com li poeplea lea renome, 
Sunt de melllor condicion 
Par noblece de naeion , 
Que cU qui les terres contiTent , 
On qni de lor labor se riTent ; 
Ge reipona que nns n*est gentis , 
S*il n*eat as Teitns ententiz. 

* Roman de la Rose, 'vers x9o53* 

Naconsuivee , fisez n'dconsuivre : 
17e point imiter, ne point suivre. 

Nacqitet , naquais, naquet : La- 
quais , valet sp^cialement charg^ de 
marquer le jeu , sur-tout celui de la 
paume : c*^toient des gens de basse 
naissance, qui suivoient a pied les 
personnes qui les louoient ; ils ^toient 
aussi appel^ hoUers , houUers , ri- 
bauds et bordeliers, Voyez ces mots. 

Nadal , Nadaou : ¥He de Noel , 
jour de Ja Naissance de J<Ssus Christ ; 
de nataiis, Voyez Noel. 

Nade : N^ , n^e , venu au monde ; 
natus, nolo. 

Nadee : Terme injurieux , selon 
D. Carpentier. 

Naeuees : Particules d'or ou d'ar- 
gent , raclures. 

Nafee : Baliifre,plaie, cicatrice » 
blessure ; en anc. Prov. nafra. 

NAFEi , ni^re : Bless^, balafr^ ; 
en anc. Prov. m^ro, 

Qmrrt M lea ocjs par bois et par foss^ , 
Tons fureot en moustiers franchcment en- 

terrez ; 
I<ea naffres as mieres et as serjans Irrres 
Tant qu*il furent gari lea a toux courses. 
Roman du Rou , fol. 126. 

Nafe^e : Navrer, ble$ser,batafrer; 
en anc. Pror. na/rtm-. 



Digitized by 



Google 



N Al 

If lOA : NaTigiia, naget, flotU , aUa 
snr mer. 

NiGABLKy negable : Reniable^ 
qu'on renie; negans, negabundus ; 
en bas Bret. nag. 

NAGA]fs:NaTigiiant,allant sur mer. 

Ifamuroit puiMans, 
ZelUindoii doubtana 
Faittes Toitre anaU) 
HoUaodois TaUana 
Ponr lei Bieiilx magatu, 
Tendes treft et matt. 
* Ze Malhtur de la France, 

If AGS (estre en). Foyet Eau. 

KAGioia : Lien ou l*on nage. 

Nag^oe , nag^ur, nageur : Ra- 
meur, marinier, matelot , pilote , pa- 
tron; navigator. 

Nager» nagier, naigiery miivier, 
najer, myier, navier : Nayiguer, aller 
sor mer, ramer^ conduite an bateau, 
passer dafis une barque, s'embar- 
quer ; nduigare. On disoit ancienne- 
ment noer, nouer, pour exprimer ce 
^e nous entendons aujourd'hui par 
aager; natare, 

^ li benoiM Eoia commanda tantoat as ma* 
Yiniara qnt poiaqse il aroit acompli aa pro- 
ancMtf , qua fl najassentf et donquet H alia i 
aa nef qui eatoit en la mer, poor estre pliu a 
•*w. FUdeS. Louis, 

Nagbs : liCS fesses ; nates, Voyez 
Naches. 

Naouaieke, pour naquairer: Dans 
D. Carpender, jouer des nacaires. 
Toyex Nacaiees. 

Nagueees, lisez n*agueres : Depub 
pcu , il n*y a guere de temps , der- 
ailment ; nuper, 

Naie : £cume , mousse; cbarpie, 
Kuge , chiffon pour mettre sur Ics 
plates. 

Le pi^ aroit k td meichjef , 
Et la jambe •! bourtoufl^e , 
Si Teaai^e et ti enfl^ , 
Si pleine de treot et de plaies , 
Qii il 1 aroit , €c croi, d« fuu9t 
II. 



N AI 



a^S 



Et d^ettonpaa demi glron , 
B»ue et Tenin tout environ « 
De tontea parti en Milloit fors. 
Gautier de Couui, Up. a, chap. z8. 

Naie : Non. 

Si ie miat en on baing , et U demanda : Sire , 
sares-Toat que cbis bains vooa doune encom- 
mencement de tous A entendre ? Hues , fatt-il, 
naie, *Ordene de Chevalerie en prose. 

Naiee , naiJeF : Naviguer, aller sur 
mer; navigare. 

DelaqneQe neif tot eistirent sain ki naijoent 
avoc lo devant dit honorable Baron Maximien. 
Dial, de S. Grigoire , Uv, 3 , chap, 36. 

£r qua exieruntomnes incolumes, qui cum 
praidicto venerubiii ifiro Maximtano navi* 
gabant. 

Naiv : Serf de naissance ou d'ori- 
gine; nativus. 

Naices : Les fesses ; nates. 

Or t*en va , beax amis , -?a t*en , 
Est^ avons en autre anten : 
Fui de ci , si f eras que saigcs 
Ou tn auras parmi les naigei , 
D'une grosse agoille d*acier ; ' 

Nos ne t*en rolons pas chacicr , 
Vileinement por uostre honte , 
Nos. Savons bi en que lienor monte, 
* Fabliau des deux Bord^ors ribtatz. 

Nail , lisez n^a^-U : N'a-t-il. 

Yoa ditea que Yoatre fieus a la parole pei^ 

dne , et ponr ce ><ai/pas mort deserrie, ains 

aeroit greignor raisons c'on It feist plus de 

bien, et se Denplest encore Torres vous parler. 

Roman des sept Sages de Borne, 

Naieon : La crois^ d*une Iiache ou 
d*un otttil de fer, tel qu'il solt. 

Najs : Rutoir pour le chanvre. 

Nais : Origiue, naissknce; nas- 
centia. 

Wais , m^s : N^ , nalif , orlginaire , 
naturel; naif; nativus, 

Naisace : Droit qu*avoient cer- 
tains particnliers de fa ire rouir leurs 
ckanvres dans une riviere, un ^tang« 
&c. ; droit que le propria taire de 
Teau percevoit sur ces particuliers. 

Naimememt, naissaujice : Nais- 



Digitized by 



Google 



326 NAN 

sance, natiyiU; nasce^tiaj en anc. 
ProT, neUssemen, naissenso, Graindre 
de naissaunce : Ain^ , premier n^. 

Naisteb , noLrre, ntdxtre : Naitre, 
Tenir au monde, prendre naissance ; 
n€isct\ 

Quant 11 filr de Den dfiit ruUxre ti eslelst lo 
plus grevain tens ki bien puist loquel qu*il ro- 
aist esleire. Sermons de «S^ Bernard, foU 55- 

Nascitoms itaque DeifiUus , cujus in arbi- 
trio erat quodctun^ue vellet eiigere tempos, 
elegit quod molesttus est, 

NAITENIE& : Batelier, marinier; 
Tiauticus. 

Naiterje : Servitude de naissance 
on d'origine ; de nasci, pour na- 
tivitas. 

Nam , namps , nampdssement , 
ftams, nans, nants : Meubles , usten- 
siles de m^age; bestiaux d*une ferme; 
gage , caution , nantissement , r^pon- 
dant, surei^ d'un march^; en bas. 
lat. namlum , nantum ; da Saxon 
nam y qui a la m^me signification. 

Si aocont a prit nans de ton d«tear , et 
eoJdoIt que u nans vauiiitent bien te dete , 
et quant B les Tendi par ch« que li detenrs ne 
let TOot psa radiater , il n*en pnet paa toute 
M dete avoir, et toi^te Toies il en prist cbe 
que il en pnet , et apr^s sans parler an d«teur 
il f *ala replaindre , en tel cat il se replaint a 
tort ; mail se il east requis an detenr que il li 
paiast le remenaut de le dete , onbaiUastnani 
aouffisans et le dettes ne le Toulsist fere , en 
tel cas il se replaint a droit. 

CoiU, de BeamoisiSf chap, 55. 

Namptie , nantir : Metlre en s6- 
questre on en d^p6t , saisir, faire sai- 
sir, payer le cens ; en bas. lat. nantare, 

Nance : Panier, nasse, sorte de 
filet pour la p^bedu poisson ; nassa. 

Nan DA , ananda, tnananda , par- 
mananda : Anciens juremens qui^ 
suivaut Robert Etienne , ^toient en- 
core , de son temps , usil^s aux envi- 
rons de Paris. 

Nane : De petite taille , pain ^ wa- 
nus ; du Grec nanos; en Langued. 
nanet; en Ital. nahe; en Espag. nano. 



N AR 

Nah^e : l^asse , instrument de p^ 
cbe; nassa; nacelle, petit bateau; 
navicula. 

Naout : Haut, ^lev^; di alius. 

Nap, au pluriel naptz : Navet, rave 
longue; napu^;^ en anc. Pro v. nap, 
tasse , ecuefle. 

Naperie : Lingerie, endroit ou 
I'on serre le linge ; office chez le Roi, 
qui concernoit le linge de table \ de 
mappa; en- bas. lat. naparia. 
• Nape RON : Grande nappe. 

Naquaire , naquere : Timbale. 
Foyez N AC aires. 

Naquet : Jeune garfon- marqueur 
diesjeux de paume; jeupes, gena de 
condition servile qui suivc^n^ let 
seigneurs. Voyez Nacquet. 

Naqueter : Coniester pour des 
choses l^geres , cbicaner pour des 
riens , s*attacber k de% bagatelles , se- 
Ion Borel ; mais je crois qu*il signifie 
plut6t, craquer des dents par le froid, 
Fojez Noquetbr. 

Narciz : Narcisse, sorte de plantc 
bulbeuse ; narcissus, 

Naro , narde : La grande lavande, 
arbrisseau aromatique; p^^i;funi, com- 
position odor^nte ; nardujn^ nonius, 

Nare , nargue : Derision , moque- 
rie , plaisanterie , m^pris. 

Narilles, nariles : Narines, ou- 
vertures du nez par lesquelles Thom- 
me et Tanimal re^irent ; nares ; en 
Langued. narilios, naziUos ; d'oii na- 
riller, froncer les narinesconune ponr 
se moquer. 

Li cbien prist a avancier , 

Si Taerdent (le renard) au pelif oa 

Si com li chien le ront tirant , 

Renard qui mont ra sonpirant , 

En aert un par let Aarules, 
Roman du second Renard, JoL i6, F^* 

Et sitotft je demandai k boire , et Ten in*a« 
porta de Tjaoe eu un pot ; et si tost comme 
je la mis a ma bouche pour enyoier avai, elle 
me saiUi bors par les narilles. 

\ Joinville, ffistoire de S, Idfuis. 



Digitized by 



Google 



N AS 

NiKQuiir , narqtiois : nFendiant , 
Toleur, coapear de bourses , fburbe, 
trompeur; Targotylangagedesgueuxy 
langue composee de mots eniginali- 
ques , de mots remplis de ruse et de 
finesse. 

Nareamie , dans D. Carpentler; il 
s'est tromp^ , il devoit lire n'aramie. 
Voyez Aramie. 

Narrat : Raconte , r^ite ; narrate 

Ces liTrea din , conte et narrat, 

QnVn la riche cit^ d'Arm , 

£ac jadit une meschineUe , 

Qui moalt ectoit doache et fimplf tte^ 
Gatuier de Coimi, Miracle de la Josne 
Metchine d Arras , h qui ffo$trt 
Dame apparutau. Gardin sen pere, 

Jf ks ^ netsai , nast, nas^au, nasel, 
jtazel : Le nez , les narines ; le nez 
d*un casqne , partie dc Tarmure ; de 
nasus, Voyez Ifiis. 

Eobert moult couronciez tVii viat ail Senes- 
chal , 
Da hiaume li rompi le cerde et le nasal, 
Le nex, et la banlerre U abAti aval , 
Tout ^nvers pour rangoissetCbay de soncberal. 

Robert eo la cit^ de Romine le mena , 
Onle fist escorchier et puis on le sala : 
lift fiUe i*Kmperere mal pour li convoitn , 
Mais la sage tesmoingtfe et on le dit pie^. 
Dicede RobeH'le DiaBlr, 
Hector l*a par'U AASv/ptfs , 
£t li traiat le hianme du diief. 

Chide y Mss, citi par Borel, 

NASCioif , nastion: Conception dans 
le sein de la mere , enfantement, nais- 
sance; de Nascio ou Nmio, d^esae 
qui 7 pr^sidoit. 

PiASEAOx : Les narines. 

^ASiTORT : Creyon alenoisy plante 
potagere; ruuturdum. 

Nasse : Instrumf nt d*osier propre 
k prendre du poisson ; nassa, Estre 
engage dans la nasse , c*est ^Ire en- 
gage dans une mauvaise affaire. 

Nasselle , nasse, nasten : Nacelle, 
esquif , petit bateau de cbarge ; no- 
vicella, 

Nassikr : Wclierie , gord , <^tang« 



If A T 227 

NassoiT : Grande nasse, 9(orte de 

filet pour la pdche; nassa; dtoix \t 

diminntif jtasseron. 

Nat, natdis, nateiz : Pur, net, pro- 

pte ; ftitidus; en bas Bret, ftaxt, VoycE 

NATrflt. 

NaT, /lofij.-PArticttle negative rien j 
ne; en ]la» Blfet. , en GaUois et en 
Irlandois no. 

Natal : Jour de naissance ; la fdte 
de Noel ; present qu'on fait au pr^tre 
qui baptise ; de nataiis. 

Nat^it : Puret^ , propret^ , net- 
tet6; nidditas, 

Por cen si contnandMr oid or k nos oonTt* 
naulement lo parf^it salntifienient , et lo de* 
dantrien laveineiit, et at reqniert 001 de oos 
Tespiritel naidit, li com nostte 9im m^smea 
ensaignet : biea aorelt , dlH^il , sum 11 not de 
cner, car il Taront D«a. 

Sermons de S. Bernard, JoL Jy. 

Opportune igitur ex hoc jampcrfecta no- 
bis mdititur sancti/lbatio , interna mandator 
aiiusio, ex^tur mnnditia spiritmsHs', dicentif 
Domino .* keaii mondo corde, fOdniam ipei 
Deum Didebunt. 

Natisr : Offider inf6rieur d*un 
Taisseau. 

Nation : Famille , maison ; naUo. 
Natre : Mesquin, manager, ayare, 
yilain; fin, adroit, rus^. 

Natre Ti : Ruse , detour, finesse ; 
ayarice, vilenie, 

Nattaire : Solitaire , hermite, rc- 
clus qui couche sur la paille ; iTtor- 
tarius. 

Natteron : Petite natte de paille 
ou de jonc ; matta, 

Naturaixs , natureux , naturex , 
nmturiaus, naiuriems, naturier : Pur, 
naturel , sans melange ; pbysicien , 
mededn, alchlmiste; de naturalis; 
en bas Bret, et eh Gall, nattur, natu- 
riot, naturiaeth, 

Soiex aus euvres naturelix , 
Pltfa- rites que nola escureaif » 
Kt pfais legm , et plus inonTaiis « 
Que u*e»t un oiselet yolans. 

Roman de la Rose, 



Digitized by 



Google 



A!i8 TS JlV 

NiTuas (faire) : Consommer Tae- 
tion de mariage; ncUurant facere, 

Natur^ : N^ , natif d*an endroit ; 
naturalis, 

NjkTvaEL : Serf de naissance et 
d*origine ; de mauralis. Home natu^ 
rel, qui est propre an mariage. 

NATURsa : Ressembler, avoir de la 
ressemblance ; naturare. 

Et ta qai par forche de con, 
On par digoit^ ei detcort , 
Et orguiUeox vert ton Tiuuge , 
Qui bmis com lyoas a tort 
Vers chenx oui te faislei grant tort, 
A te nature talt hontage; 
Homt qui a houme fait outrage, 
Nature toi et attouage, 
Yert moi qui tuit de toi malnt fort , 
Regarde moi, je port t'image. 
If e doit dettambler de corage , 
▲ qui tn tembles par defort. 
Wtermre du Rtclus de Moliens, strophe 8/(. 

Nau, nau^f nau^, nauf, nauw , 
noe , noue : Yaisseau, navire; aa 
figor^, bierre , cercueil ; navia, navis; 
du Grec naus; en anc. ProT. naif, 
nau, naou; en bas Bret, neau, neaw, 

N Au : La f^te de Noel , de la Venue, 
de la Nativity de J. C. ; natalis. 

Laittex paittre rot bettet 
Pattoureaux par mont et par rant , 
Laittex paittre Tot bettet 
Et allont chanter nau. 



An Sainct nau dunteray, 
Sant point m*7 faindre, 
Je ne daigneroiet rien craindrt 
Car le jour ctt feriau, 
Nau, nau, nau. 
Car le jour ett feriau. 
Anciens Noels, BibUoA, Impir,, cotS Y, 
no< 6088, 6089. 

Tf AUGHia : Nautonnier , piiote , 
conducteur d'un yaissean ; naudcus, 

Naufraorr : rVaviguer, suiyant 
D. Carpentier. 

Naitfrsr : Maltraiter, blesser. 

Haulage : P^e qu'on exige pour 
paster I'eau \ nauium. "^ 



NA V 

NavLet : J. C. n^ le jour de Noel. 

J*a7 ovy cbanter le rottignol 

Qui chantoit un chant ti nouTean , 

Si haut , ti bean, tl retonean, 

n mj rompoit la tette , 

Tant il quacquettott , flageoloit , 

Adone print nu bonlette 

Pour aller voir naulet. 

Jnciens Noels. 

Naure (beste) : Animal qui n'en- 
gendre pas, qui ne produit pas. 

Nause : Pdcherie , gord ou Ton 
emploie des nasses pour prendre le 
poisson. 

Naussowe (1 j cuent^) : Le comtd 
de Nassau. 

Natage, ifaf^e ; Navigation, flotte, 
r^nionde plusieurs vaisseanz ; char- 
ge d*un yaisseau ; navigium , navis. 

Nate , nai>^e, navie, naviUe,natj{f, 
navp, nef : NaceUe , barque , navire ;, 
navis; en bas. lat. nancella, navi- 
giolum. 

Et t*enfuit par mer en na^ie, 
Et mene an regard det ettoilet, 
Set nefi , wt% ariront, tet Toiles. 

Moman de la Rose, 

Borel explique ce passage par : « Con^ 
duit sa navire k Taspect de T^toile 
polaire , au lieu de boussole , parce 
qu'elle n*estoit pas encore invent^ >. 
II n'avoit done pas lu la Bible Guioi 
de Provins, compost dans le com- 
menaeroent du xiii^si^le, qui prouve 
^idemment qu'elle I'^toit bien long- 
temps avant Philippe-Auguste. Fojrez 
les Fabliaux de Legrand d'Aussi , 
i>i-8^, tome a , page 26. 

Nate , navie : Prairie situ^ dans 
nn lieu bas et mar^cageux , marais. 

Nay^e , navie : La navette , petite 
graine noire qui sert , dans certains 
pays , a faire de Thuile ; napi semen. 

Nayer , nofier : Mettre k flot un 
bateau, naviguer, faire un voyage 
sur mer ou snr une grande riviere ^ 



Digitized by 



Google 



N A V 
napigare , naviculan; en anc. Pror. 
naveiar; en bas Bret, nanwial, naviga, 

Liqoeis enseniat qoantet 6et il Tertat tToe 
ctl meiune batal, loqaeil A gOTernoit ^ flues 
de cel« tempMte coment il na»iat avoc eeloi 
yUin d'aignef . 

Dial, do S. Grigoire, ii». 4 , chap, 57. 

Qui ifideRcet indicwit quoties in illius Urn' 
pettati* flmcdbus cum eodem, quern repbai 
fiuss€i earabo venatm, qualiter cum UTo un^ 
dupleno nataperat, 

Natiace : L'office et Tart da pw 
lote , navigation ; navigatio, 

Natie : Flotte de guerre ou mar- 
chande. 

vels , naviaujc, naviax, naviels, Ra- 
▼es , narets , plantes potageres ; de 
napus. On dit encore nav^au en Bre- 
tagne, en Flandre et en d'autres pro- 
vinces ; e t dans le Berri, la Bourgogne, 
le Lyonnois, le Daupliin^ , on appeUe 
l«t nayets , des raves, et les raves sont 
nomm^es nuforts, 

N A VIE RE y nabine, navine : Champ 
•em^ de navets ; napina; en bas. lat. 
naviera, 

Naviette, navete: Nacelleybateaa, 
barque \ naviceUa ; en ancien Prov. 
naveta. 

Navieue : P3ote, celui qui con* 
dnit un vaisseau. 

Navigage : Navigation , action de 
naviguer; navlgatio, 

Navile : Navire, vaisseau, flotte, 
^quipement d*une flotte ; de navicula, 

Navihe : Navette, graine de na- 
Vette ; napi semen, 

Navire : Navigation , flotte de 
guerre ou marcbande. 

Navisole, navisone : Nacelle, bar- 
oque , vaisseau de charge. 

Navee. Foyez Naerer. 

NAvai , nauvr^, napray : Bless^ , 
balafr^ 9 atteiut d'un coup j vuine^ 
rams. Voye» Nape^. 



N £ A 229 

Le mauprS treitoadis fnioit » 
Et fon compaJns qui le soioit. 
Momantlu second Renardf/oL 58, P^. ' 

Natree, navrSer, navriir, nearer : 
Blesser fortement : nous avons con- 
serve ce mot dans le sens moral; de 
vulnerare* 

rateof par toub joye et tant^^ 
Car ja par aultre ne Taur^; 
Se vottre main qui m*a novri 
5e me domie la garifon. 

Roman de Is Rose, 

Naveeue : Celui qui frappe , qui 
blesse; vulnerator. 

Navreure, navrure : Blessure, 
plaie. 

Navte, navyerts : Bateau, vais- 
seau. FoyezlSkyK. 

Ainsi ooTrerent come sagea 
Ceux qui garentlrent lor vie 
Da grand delnge par fiavje, 
Roman de la Rose, parlantde DeuemSon.- 

Naxange : Origine, source, nais- 
tance; nascenda. 

En une cit^ faillir fi«t. 
Tout le fen , si com Ton diit , 
Qae nuf point aroir n*en pooit , 
Et M cbaodoile n*alnmoit 
A la naxance d*ane fame 
FiUe d*£mper^ar moat Oame. 
V Image du Monde , parhmt de Firgife. 

Nater : Noyer, inonder, submer- 
ger ; de mttare. 

Naz , nazal, nazel : Le nez , les 
narines; la partie du casque qui cou* 
vroit le nez ; nasale. 

Nazille : Narine ; d'o^ nazilUer, 
froncer les narines comme pour se 
moquer. 

Ne : Proposition disjonctive qu'bn 
employoit pour, ou , et , ni , se , non, 
ne que; nee, neque,non. Mettre en 
ne, s'inscrire en faux, nier. 

N<ANT, n^ent, mant, noan,noidnt: 
Rien , inutile; nihil stans. Non ^ non^ 
pour n^ent : inutilement, nullement. 
^eyez Noxamt. 

3 



Digitized by 



Google 



^3o NEE 

Nbbls, mebU^ : Nu^, nuage, 
brouillard,faruine ; nek>ulai en Lang. 
ruMa, neblQ* 

IftcjRSihi^fL : Qk^uM p^rc^0 garde- 
To)be; necessanu, 

Necoh , iisez Me c'on : JNe qu'on , 
non plus que si on. 



Se Tos Tokex aroir k fwumf bcoidUdm, 
Aiez hardiemeat en elles grant fiance , 
I^ieiit plus ne s^auroit par elles tos contance 
Necon IVust crie par ban par toute France. 
L'E^fongiU <ks Femmes , strophe 8. 

Nectox^iva : Batelier*, naieioty 
marin , nautonnier ; nauiicus. 

^£o , nede y nedeiat : Net » pur, 
Bettoy^; nitidus. 

Neoeiaa : Nettoyer , purifier ; 
nitidare^ 

Nedeza , nedeiamen : Proprctd , 
purete , clart^ ; mtiditas. 

Neele , neelle : EmaUU , de diff^- 
rcntes c6ul«ars. 

D^oiUBJwndf d*or nMde , 
A ooiax d'or an col freiiU«. 

* Roman tie la Rose , iKrs 1069. 

KiEHi : DauB le milieu, a la moiti^. 

?(E^«nf E ASSUM : SufBsans k demi, 
suivant Borel , qui cite le Ville-Har- 
douin (jie.Vigenere, page 19 : « £t 
qiunt U orent pay^ , si oe furent 
neemi ne assum »; ce que Vigeuere 
explique par : « Ce qui s*^tant Urouv^, 
ne sufOsant a beaucoup pres ». Mais 
dans le Mss. de la Bibliolheque Im- 
p^riale , n** 9644 , fol. 6 , V«, on lit : 
« Porcachiez fu le passage par Tost , 
4*t avoit asscz de eels qui disoit que il 
ne pooit paier son passage , et li Ba- 
ron en prenoient ce qu*il en porent 
avoir le passage ; quant il Torent quis 
et porcachie, et quant il orent pai^, 
si ne furent ne emi ne assum, et lors 
parlerent Li Baron ensemble » ; ce qui 
^igniHe : Cest que bien loin d'avoir 
pay6 la totality du droit de passage , 
ils n*en avoient pas pay6 la moiti^. 



STEP 

Emi veut dire la moiti^ , et assum «, 
ache? er,parfaire;du verbe assumnier. 

Nk en BEL MABiAOE : Enfant Id- 
gttime. 

N^EB : Tfier, refuser; negare. 

Le Seignor ne pent , ne ne doit n^er con- 
•eall a aocime pertoime -4|ui li reqoiert. 

Jssisesde Jerusalem g chap. i5. 

K^ETTK : Eau, mare ou Ton met 
rouir le chanvre. 

Nef : Sorte de vase a boire, qui, 
a^n D. Carpentier, avoit la forme 
d'un bateau* 

Vev, neify mei$, nSs, noef: Neof, 
nouveau; novus; du Grec neos ; en 
baa Bret, neu, neves; le nombre neuf; 
nonem ; en bas Bret, naou, nau, nao, 
maw;^ ▼atsatau , bateau , barque , na- 
yire; navis ; «n anc. Proy. navos» 
Nrf d'esciise : Vaisscttm qui co&duit 
aa port. 

£t qnint il eorent nemk nag^ en mer , Flo- 
Mnoe comauda an nwronier de Jeter la pU- 
m^, por Teoir si la n^eatoit pris dnbord. 
Roman de Florence de Rome. 

Nef, nege, ne^, ne^f, noif, nois c 
Neige ; m'jc. Nois negie : Neige tombee. 

EUe ne doiibtera point a aa maisonn dea 
iroida de mttf; car tons ce«a de sa mcanee 
sont t<>8tns de double reiture. 

Bikle , Proverbes , chap. 3 1 , ifers. a i . 

Non timebit domui sum ajrigoribus niria ; 
omnes enim domestki ejus vestiu sunt da^ 
plicibus, 

Nefaste : Ulicite , non permis, 
d^fendu; nef as , nc/astus, 

Nef bataillebesse : Yaisseau de 
guerre. 

Nef gheyalieb : Droit qu*un sei- 
gneur baut-justicier accordoit a son 
-vassal , de p^her avec une petite nef 
ou nacelle , et de tuer avec son fusil 
ou son arc les oiseaux aquatlques. 

Nefe ,. nqf : Terreiu situ^ entre 
deux bras de riviere , mgrais ; na- 
Tire \ de navis* 



Digitized by 



Google 



Nil 

Nboocb : Afifiure ; d'oti n^goda- 
tew, factear, commis de n^gociant 
ou marchand; negotiator. 

NxGAiBs : Yignes sanvages. 

NxGuxLioBNCB : N^gKgeiice , non- 
chalance , paresse ; negUgentia, 

Neoun y neguna , negus : Ancun , 
personne; neque unus; en bas. lat. 
nequus ; en ba^ Bret, necun, nigun. 

Nbicefcx : Naissance , natWit^ ; 
tuucentia. 

Nbie y Ibez nei'e : N^ > Tcnne an 
monde ; nata. 

Qaant or en nostres tent let ▼3ei percones 
et de feculeire Tie, deiqueik tembleveit ke 
horn nient de celeste gloire ne poitt pr^tn- 
mir neie Tocuion aTint parrenir «z coronet 
^ martyre. 

Dial, de S. Grigwre , iiif.^^ chap. d6. 

Dum nostris modb temporibus wles quO" 
que et sofcuiaris wta pertonas , de quibus 
nil coeUstis glorue preesumi posse ifidebatw, 
oborta occasione contigU ad nuutpii coronas 
pervenisse. 

* Neif : Futaille , tonneau } navis. 
Voyez Nef. 

Neif : Serf de naissance on d'ori« 
gine; nativus, 

Neino : Nain, petit enfant ; nanus. 

NEiPLERAifT : Plant de n^fliers , 
lieu plants de n^fliers ; de mespilum; 
en bas. lat. neplarins. 

Neie : Noir , de couleur noire ; 
niger. Voyez la citation de Caladeio. 

Neis , neiz : IMid d^oiseau ; nidus. 

Nils : Obligation , ou servitude de 
nettoyer ; de nitidare. 

Nils , niiz y nis : Clair , propre , 
laisant , nettoy<S ; nitidus ; en bas 
Bret. nect. 

ndifoitqoe qniconqnet vonloittroirpoctt^ 
lenr les D^ablet , !l conrenolt qd*ll fntt niiz 
et mondes de set pechiex. 

La Vie des SS. Ph-es^fil i5. 

Niis 9 niiz : I^ hez ; nasus. 

Etehemirt est qnaat r«n gabe hotee ten- 
Icmeot de bcichei MD^cr pent eatre, car 



NEL 



d3i 



Ten gabe en tele maniere que Ten U fet let 
temblant de vit et fironche 1*en Ion n4is et te« 
nefie detdeing. 

Commentaire sur le Sootier, fil. 4, F^» 

Nils 9 nSiz ,nis: Blanc , de couleur 
blanche ; nipeus; en anc. ProT. anaou, 
neigc. 

Nils, n^iz, nis : M^me, et de m^me ; 
non, pas, nullement*, aucun, per- 
sonne ; hon , ne unus; encore moins ; 
nedum;tn anc. Pro v. negheis , ne- 
gueisy neiss. 



Grant joie font Borjoet et autret gent i 

tfdis let legeret femet, let Weilkty let cha« 

noes , 
baktont , o avaut , o barret , o magnet 
Sont venaet toat cobraot. 

Roman du Rou, 

Beax fib , Axnoart vahic tontet chotet ^ 
Tontet tont tout la elef euclotet , 
yirgilet nils le conferme * 

Par tentence cortoise et ferme , 
Quant Bnooliqnet cercherez , 
Amour rainc tout y trouveres , 
£t nout le devons recevoir. 

Roman de la Rote. 

Neit : Le soir, la ntiit ; nox. 
Neiz : Noy^ , perdu sous l>au. 
Neja , lisez ne ja : Jamais , non 
jamais, en aucun temps; non jam. 
IferCi , Sire , ditt le Vllain , 
Je sol TOttre homme et toir et main, 
Et teral tant com je viTrai , 
Nejh ne m*en repentirai. 

Fabliau du Vilain Mire. 

l^EEinENT, nekedant: Cep^ndant, 
n^anmoins; nequahdb. 

Mait nekedent tont k la lbi« ki par mei lo 
mtgitteire del espirpar devenz enti tont aprit^ 
ke )a toit ce ke defort lur failhet discipline 
d^umaine maittrie. 

DiaL de S, Gr4g6ire , U9, i, eKap, 1. 

Sed tamen sunt nonnulli, qui ita per magi*' 
terium spirittu intrinseciu docentur, utetsi 
eJtterihs humtmi magisterii disciplina desit , 
magistri intimi censura non desit. 

Nel , nele : iSi lui , ni elle , ne le. 

Safait Braiidlnt (ml tot ce 0I, 
U di«t, porrtm i nova atal 

4 



Digitized by 



Google 



a3a N E N 

D^Borer et user nos Tie* ? 
Ifenil , diit*il > Diex net veut ml«. 

La Vie de S, Brandin, 

Nelle. Foyez Nylle. 
Nellui , /i«/i//^ nuUui, nului : Nul, 
personne , aucun ; nuUus, 

Or prions donqaet a eelnr 
Qui refaser ne set neiui, 
Qni le Tiiet prier et smer. 
Siuieheuf, Complainte de Sargtnes^ 

Ne MAIS 9 ne mds : Pourvu que, 
except^ , tinon , hormis qu'^ , seule- 
ment ; ne Jam ; en bas Bret« nem&d^ 
nemeit, nemerd, 

Atooss dok jorer que il ue sousteodni k 
son essient, nemis que de bonoe qnerele et 
loiale. Coui, de Beawoisis , chap, 5. 

Qni se Tent tidier des resons qui ne servent 
ne irUs que du plet delsier, il let doit dire 
•TtDt que cbelet qui pueent fere Is querele 
perir , oik il arroit reoouci^. 

MSine Coutume , chap. 7. 

Nemox , NemouT : La petite ville 
de Nemours , dans le Gitinois ; Ne- 
mosum , Nemosium , Nemoracum , 
de nemus. 

Nemoz : Lieu coniacr^ a la reli- 
gion ; nemus* 

Nemplus , lisez n'emplus : Non 
plus , pas davantage, 

Ta se^s tr^s mal que cela monte ( 
Mon pmj p la coiutnoie est telle , 
Qui n*a argent , Ton nVn tient compte ^ 
JTemplut que d*uBe vieille pelle. 

Dialogue du Mondaim, 

NsH , lisez n*en : Ni en , ni dans ; 
Bon ; on ne , on n*en. 

Ledit jour de la Magdalaine, 
Qoanl |e Bqj rendit Tesperit , 
Chascnn frappoit a sa poictrine , 
79'oncques plus grant dueil n*en rid. 
Martial d^Jwergne , torn, a , pag, 167, 
^dit, de Cou^teUer, 

Li jors venrat k'il el temple ne serat mies 
offers n'en entre les bras Symeon ; mais de- 
i«rs la citeit entre Les bras de la croix. 

Sermons dc ^ Bernard, /oi* xo5. 



ITEQ 

Veniet, quanJh nan in temph cffsretar, 
nee inter hrachM Simeonis , sed extrit eieir- 
ttuem inter hradkia crucis, 

Neri , nani, nenil, nenni, nermil, 
nenny-y nennjl : Non , jamais ; nenu , 
non, Selon M. Huet , ce mot vient de 
ne-hilum, pour nihiUim; en bas Bret. 
nen; en Allemand nein, 

Un donx nentry, avec un donx sous rire 
Est taut honneste , il le tous fanC apprendre.- 
Marot, Epigramme du Our et Sen^jr» 

Nenib : Chanson des nourriee^ 
pour endormir les enfans ; nenia. 

Ne-onqubs : Jamais. 

Nepoequaitt, ncporc€tnt, nepour^ 
quant y nepurquant : Cependant , 
n^nmoins , malgr^ cela. 

ICns n*a enrle de porret^ , et nepoarfumnt 
e«t-ce la pins seure chose qui soit. 

Proverbes de Senefue. 

Et nepourquant il n*estoit pas coustumier 
de K batre, et 11 poise qi^ant ele sVn est partie* 
Coutume de Beauvoisis , chap, 57. 

Nbps : Neveu , fils du fr^re ou do 
la sceur ; nepos, 

Nequant, neque, nequen, netant, 
lisez ne quant, ne que, nequ^en, ne 
tant : Non plus que , en aucune ia-> 
^on; neque. 

Plus traitenr et pbis feloa 
Sunt li plttseurs de Ganelon , 
En aus n*a foi nequ'en un chlen. 
Gautier de Coins!, Sv. x , chap. 1 3 , parUmt 
det Pqjrsans qui mdprisent let PrAresL 

S*a raison vient , point n'en croies 
8*ele vos aportoit cmcefis , 
He la croies neque je fis. 

Boman de la Baser.- 

Nequedant, nequedent : N^n-^ 
moins , nonobstant , a Tavenir, dor^ 
navant, de crainte qu*un jour^ ne^ 
quandd, pour ne aUquandd, 

Si estoit viex qui tranblolt toot , et neque* 
dant il fesoit chascun jour miracles , et tons 
Oens qni venoient a Ini , gnerissoit-il u desert* 
lariedesSS. Pircs,Jol. iS, V*. 



Digitized by 



Google 



NE5 

Niff Undent par lo nuun pnet la protperl- 
tiu, «t par lo vespre U advertlt^iz da caste 
flUinde estra i ifnifijj^. 

I^llforaffs de S. Grigoirt sur Job, 

Nc& : Tendon , nerf , corde k 

lM>yaa ; nervus. 

£t dai donqaei ala taati tout an apart (▼!- 
i^amant) qaa lea nefs da la jamba , da pt^ 
at du bras qat aToient ait^ contrex par la dit 
l0Ba 9 aatoiant attaadin at anololaa. 

Miracles de S. Louis, chap. 35. 

NsacHiA : Noircir, rendre noir, 
deyenir noir ; nigrare , nigrescere* 

Ne AET : Petite monnoie de cuiTre ; 
niger; en bas. lat. nigellus, Le sol 
neret Taloit on quart moins que le 
Toumois 9 et le Parisis un quart plus 
que le Toumois. 

Neeozt : La crois^ d*une hache , 
d'un marteau , ou de tout autre in- 
strument qui doit ^tre emmanch^. 

Nees , nerte : Ifoir, noire , de cou- 
leur noire ; I'arbuste que nous appe- 
lons myrte ; de rugritudo. 

Neete : Noirceur, couleur noire. 

Neevievs : Peuples qui faisoient 
partie des Ganles , e^ qui habitoient 
unc parlie de la Flandre^ NerviL 

Nes : Ne les. 

En 90 att boot ka horn la paat talrar , 
Et ^o ast mult qui bian i Toot gardar, 
Qui antral bians i vondra conquei tar , 
Ja k nnl tarn nes i porra trovar. 
Moman des Homans , parlant du Monde, 

Tiax fait darant famblant d'Ermita , 
Qni regibe et fiert par derriere 
D^lai se doit-on bien tniire arriera , 
Car.Diax m^sma»*an datonme, 
Nes poat r^ir, le dos laor tovma. 

Gautier de Coinsi, Ih. t , chap, a , 
pariantdes Jfypocrites. 

Wis, ruHs: Pr^osition n^gatire, 
non , jamais, pas m^me. 

Cbascmaria, sonaz, Aonas, 
Pins biax miracles n'avlnt mais , 
Ka n'arenra , ca cnit jamais ; 
Par ca monstiar font si grant fasta , 
Et Uerc, ctLai, ft cast, at ccita, 



NES 

Et tant da cloches Tont sonant, 
N*i oissles nis Dian tonant. 



a33 



Gautier de Coinsi, liv. a , chap, 14 ,pariani 
de la Fierge qui envoia im cierge sur la 
*violon d'un menestrel quijouoit demnt 
s'image. 

Nis : Navire , yaisseau ; napis. 

N]£s : Pur, net , clair, propre ; mV/- 
dus; en bas. lat. nettus; en anc. Proy . 
n^dy nede; en bas Bret, naet, ndtU 

Nesa : Venes ici , Tenez-vous-en. 

NESGU,lisez n'escu : Sans son ^cu» 
ni ^cu , ni bouclier ; neque scutum. 

Nesi : Rien i nihil sit. 

Car 11 ricba ont si tont taisiy 
Qna ti pOTraa sont tont a nesL 

L' Image du Monde, 

Nesmesme , lisez nes mesme : Pas 
mdme , ni m^me. 

Ne-soit-que , n^est que : A moins 
que , excepts que. N'est que ce sont : 
A moins que ce ne soient. 

Nesseut : Naissent ; nascuntur, 

Nestee : Yenir au monde , pren- 
dre naissance, se former; de nasci. 

Vhle qni nest en la mar , qni n'ariaot pai 
soTcnt y ast a celni qni la porprant. 

Xiifip tU Jostice et de Plet, foh 127, f^. 

Nestee, suhst. : Nativity, nais- 
sance , origine; de nasci, pour nas^ 
centia* 

Nesuh , nessun, nessune, nesunc, 
nesune, nesung, nemtn : Nnl , aucun , 
personne , pas un , sans un ; ne unus; 
en Ital. nessuno ; en bas Bret, necun* 

Salgnanr, «a dist Bartrand , ja ne Initarai ja 
$*en eonTanant n*aTas tont qnanqn'il 7 an a , 
Qn*4 BOB ante nestm da Tons ne le dira. 

La Vie de du GuescUn, 
Casta monstre qna bian ast Trale , 
Et qne nnl liar na it doia 
En benenrct^ da fortnna , 
Car n'x a sanret^ nesune. 

Boman de la Rase* 

Mkt pranas garde tote yoia, 
Qna lilale4ioiche ne tos Tote ; 
S*il Tos Toist , si le saloac , 
Et gardas qna ros na mnaa. 



Digitized by 



Google 



a34 N E U 

Et ne fetes oluere tu$une, 
Solt de haiae , ii« de raucHoe. 

Roman de la Boh. 

Net : Neveu , fils du frire ou de 
la sorar; nepos. 

Netaieuab , netee, net^ieure, ne- 
y toieare , nettaieure : Ordure , salet^ , 
iinmondiceft que Ton rejette en net- 
toyant ; de nitiditas. 

NETTiiBE , netteir : Kendre pro* 
pre , rendre net , clarifier, nettoyer, 
purifier ; nitidare; en bas Bret, neta, 
neiaa, nettaU 

Por laqnele choM flors et rmimt Ten de 

paumiers portaheat le jor de U feste, loatent 

Deo qui lor avolt dotii^ force de Het$Sier le 

toea l«e. J^MuriMM Livrt des MachoMes, 

chap, lOyiftf/y. 7. 

Propter quod tfyrsos, et rankjs virides , 
€t palmas prafirebant ei , qui prosperawU 
amndarl hcum suum, 

NsTTELET : Propre, clair, luisant; 
nitidus, 

Neu , neus : La nuit ; /lor ; en bas 
Bret, et en Gallois nos ; du Grec nux» 

Neu : La joum^e d*un ouvrier. 

Neu (rime) : Nuit ; de nocere. 

Neuchestai : NeufcMteau , yille 
du ci-devant Ducb^ de Luxembourg ; 
Novum Castellam , Neo-Castrum. 

Neuctantemeh T : De nuit ^ nui- 
tamment ; noctu ; en b. lat. noctanter. 

Neuf , nevfft : Nef d'^gliie ; de 

Neufme : Droit singuliei^ que le» 
cuF^s de divers lieux , et principale- 
ment ceux de Bretagne, Touknent 
t*arroger, lequel consistoit k prendre 
la neuvieme partie des meubles de 
leurs paroissiens ^iQi^i%\ pneuma; 
en bas. lat. nonagium, 

Neule : Patisserie fort d^Iii^e, con- 
nue encore dans quelques prorinces 
du Nord, sous le nom de noules , 
aoudles , fispeces d*oubIies. 

Neume : Abr^g^ ou recapitulation 
des sons prindpaaz d*iine aniiepne , 



NEU 
qui se fait sur la derni^ %yllabe par 
uhe simple vari^t^ de sons, sans j 
joindre aucune parole , quel que soit 
le mode dont elle est ; neuma; da 
Grec pneuma. Voyez le Traits du 
Chant ecclesiastique ^ de Tabb^ Le- 
beuf , page iBg. 

Neuke : Nuire , porter prejudice ^ 
faire tort; nocere, 

Neuroux : Nottvei an , premier 
jour de Tannic. 

Neus : De plus en plus. 

Neust, lisez neUst : Nuisoit, nubit; 
nocebat, noeuit. 

Etnit com il s*esTPtllt , il te trouTa do toor 
pkiti pleinement et cor^ de ladite ealleore de 
chaccone partie de ton vicage , aotreii comme 
se il n*i eo6t ooques rieof eo de mal , et sacs 
ce qoe en son visage demorast trace de cela 
eofleore , ae aotre chose qoi li neust ; et ea 
tout le tent que la maladie devaut dite le te- 
noit , U oe mist ilecqnes nule mededne pour 
sa deliTrance. Minutes de S. Louis , cA. ag. 

NsusTai : Artisan qui fait et qui 
vend des meubles. 

Neustaie , Westrie : Partie de la 
France occidentale , entre la Loire , 
la Seine , TOise , TEscaut et la mer, 
appel^ depub Normandie ; ancien 
royaume qui comprenoit les ci-de~ 
yant GouYernemens d' Aquitaiiie , de 
Bourgogne et de ProYence; Neus^ 
triay JVestria. 

Neutahtement. f^oj^2 Neuct Alr- 

TEMEHt. 

NeuvaiHe : Ncttf , le nombre neuf, 
I'espace de neuf jours \ certaine me- 
sure de grains ; novendium. 

NEUTEMBif T : Sans detours , nue- 
ment , simplement , immediatement , 
nouYellement ; nos^. 

Je If or racoBterai neuvementVordonnMnce 
de la chose faite , si comme eMe a est^ bailie. 
Homam de FhndMn, 

Neuve teeee , terte neuve (faire) r 
Passer un nouyeau bail , affermer de 
nouTeau un bien d^ cunpagne* 



Digitized by 



Google 



NET 

Neuxiitt : Nnisiblc , qui cause du 
dommage ; nocens. 

Nkuxe : Noixy le fruit du noycr; 
nux. 

Nkuxoh : Alimens, nourritnre;. 
HUtriUiim, HUtrido. 

NxuzK>9 neusettes, nougettes : Noi- 
settes 9 fruiu du coudrier ; nates 
apella/ue, 

Nxvos, nevou, nevoul , nevouli, 
mepous, nevouzy nevoz : Ncvcu , fils 
du frere ou de la sceur ; nepos ; en 
Messin nevour. 

M onteignor Hague fit 4ire o« eomeat il et- 
toU clere oIiom et mftiitfette par lei eactesee 
escrlturesy coment le Roj Bandnin de Jerata- 
lem , de bone memoire , qpaxA il fu snrpris de sa 
maladie et conent qoe U estoit prex de ta fin , 
v^ant ses helri cpii apreali efttoient, ce «et a»- 
aaToir trois f euri et nn petit nevoui et conoit- 
•ant la raison de ton petit nevou , qui estoit 
de cinq ans d*«age , le fit coroner 4 ce que il 
fu plus droit heijr. 

Nexe : Lien, attache, noeud, union, 
alliance , engagement ; nexus. 

L^esperlt Saint fontaine Tive, 
Par on missean, et noo point moins, 
Decoorant an eaer dei hmnaina 
Don tree haokain prepare 
IVostre nexe et embrasscment , 
Ifostre diviu embrasement. 

MxsUre des Actes des Apostres, 
par penoTMges, 

La Tostre merci , mon cher pere , 
Plas grant biea ils ne pe«veat aT«!r 
Qne le Saint Esprit receroir, 
Unit^ et nexe ctemeUe 
De nostre amour e»sentielle , 
En tant que nous trois en substance 
ftomes an Dien. 
Discours de J. C, dans h mime Mjrstk^, 

Nsxax : Joindre, lier, attacher, 
nnir, cimenter ; nectere, 
NsTK : Venue , n^ ; nata. 

li Teriteb est ne^ de la terre. 

Sermons de S, Bernard, foL 127. 
Feritas de terra orta est. 



NIC 935 

Nxz : Bateaux , navires ; mmoef. 

Si isslrent dee ite< bant , et li4 , et joiant , 
Et lor le port s^eiiTont i\m et Tantre en* 

brassant. 

lis -issirent dea net te se sont atomea 
Et desenr la mer joiant eont reCMnes. 

Nbz : Sorte de chalumeau qui ser- 
Toit pour donner le sang de J. C. au 
peuple ; nasas. 

Nha , lisez n'ha : N'a pas ; non 
habeU 

Ni : Nid d*oiseau ; nidus. 

Ni 9 niance , niancke : Action de 
nier, n^ation 9 d^ni ; negtaio. 

Deax maaieres aent de MMitcefere en Cmh^ 
laie dont chacnae sooffit. Tune si est de nier 
droitement et tout simplement che qui est 
propose contre li , et Tautre si est de propo- 
ser fet contraire contre che que TaTeroe par- 
tie dity et d^offrir Loi 4 pronTer. 

CotUume de Beauvoisis, chap, 7. 

Ni : Nob , pat , point ; non. 

Niioft : L'action de nettoyer^selon 
D. Carpentier ; de nidduas. 

NiiNT , nient, noiant : Non , rien , 
jamais ; dans les mots composes, niant 
^toit employ^ pour, im, in , ir. Yoj. 

NOIAHT. 

Ne poons nnle chose, chier freire, dotteir 
desoz SI pi moyenter, ne niant ae pooaa dot- 
teir de si f^aule plage. 

Sermons de S, Bernard, Jol, 59, F®. 

Non est fuod 'vereamur , fratres mei, sub 
tarn pio mediatore, non est qw>d de tamfido 
obside duhitenua, 

Nice, niche, au fi^minin nicete , 
nicette, niche : Simple, noTice , sans 
experience , non instruit , mal-aTis^, 
ignorant , niais; de nesdus, suivant 
M^age ; en Langued. necl; en Espag. 
necio. Barbasan pense que nice est le 
diminutif de nopice , et que celui-ci 
Tient de navus. Promesse nice : Celle 
qui est faite sans gage et sans surety 

Briement s*il set sor soi aul Tice , 
ConTTir Ita doit, se meut a*est nice. 



Digitized by 



Google 



336 NIC 

Elle Be fn ni nict, ne ombrigt^ 
Mais Mige et lant mil oatragt. 

Ainf oil 8*en jone a la pelote 
Comme pnceUe nice et tote. 

Roman d$ la Rou, 
Jficet$ fa et ne pensoit 
▲ nol mal-aDglo quel quM soit ; 
H^ molt cttoit lie et gaye. 
Car Jeiioe chote ne i Vtmaye , 
7on d« joer, •! com a^vex. 

Mimt Roman, 

IVicBMENT, nichement : Simple- 
Went , sans rose , sans art , sans ma- 
lice ; nesdenter. Cesser nieenient, 
cesser une cri^ d*h^ritage , k cause 
d'une opposition qui y est faite \f<ure 
nieemeni, £sire proc^er de la part 
du d^endear, sans que le demandeur 
au p^titoire ait donn^ sa demande 
libeU^. 

Lora fn mon cora fora et dellrrea 
J*eiisae or plus de mil Urrea 
De blana eateiiina qne je n*ai; 
Maia trop nicemeni me menai, 
Bele fas, jeuoe, nies et fole 
lV*onqaea d*amoors ne fn a Tescole 
On Ten 7 lenat de theorlque. 

Roman de la Rase, 

Vicnri , nicety , nichet^ : Simpli- 
city, bonne-foi, dindeur, naivete , 
timidity. 

NiCBASE, Nichaise, Nigaise : Ni- 
caise , nom propre d'homme ; Nica^ 
sius; du Grec 11*9 > ▼icloire; en Mes- 
sin Niquelasse. 

Niche : Chose roalpropre. 

T^iGHE : Jeu , badinage , plaisan- 
terie; nugacitas. 

NicHEEEux , fttcheteux : Vilain , 
sale , malpropre , paresseux. 

NicHEEEUx , nUheteux : Plaisant , 
tnjou^ , badin ; nugator, 

NicHET, m'cheuf, niais, nieu, niot: 
L*oeuf couYain qu'on met dans un 
xiid 9 pour exciter les poules a aller 
y pondre ; de nidus. 

NicHETiE : Sottise, simplicity , en- 
fantillage, naiyet^, c^eur. 



NIE 

NicvBTif ES : Salet^y ordures, mat' 
propret^s. 

NiGHiL : Rien , non , pas, point ; 
ruhil, 

NiCBiLODos, fdchU-au-dos : Bel 
habit , habit dont les deyants ^toient 
fort brillans, et dont le derri^ , re- 
convert par on ricbe manteau , ^toit 
d*une ^toffe commune ; mhii ad dor^ 
sum. Ce mot a ^t^ g^n^ralement ap- 
plique a toutes les choses qui ayoienC 
de beaux dehors, et auxqueUes I'ia-^ 
t^rieur ne r^pondoit pas. 

NicoLiis, Niclosy Niclous : Nico-* 
las , nom d'homme ; Nicolaus. 

NicoEAGE : Hibou , chat-huant , 
oiseau nocturne ; nycticorax. 

Or Tona dirons del nieoruee 
D*un oisel de mauTaia eatraee , 
Freaaie a non en droit Romanay 
Ceft oiael eat ors et pnant, 
De jor et de aoleil n a cnrt 
Tosjora eat tele aa nature 
If ult et tenebrea aime ad^. 

Le Resdaire, 

NiGOE^E : Fille simple et naiye. 
Voyez Nice. 

NiDEva : Odeur, scnteur; nidor^ 

NiELE , rdelle , nieule: Petite phiie 
froide et m^m'e un pen gel^ , brouil- 
lard ou ros^ qui s'attache aux bleds 
pr^ts k miirir, et qui les noircit et les 
g&te ; de nebula et A mgelia, suivant 
Manage ; en has Bret, nieel et niful, 
iyraie. 

NiELLE , nesle : "Certaine espece 
d*ancienne monnoie. 

NiEMEiiT : D^n^gation , Tactioa de 
nier; neganda, n^ado. 

NiEHs, nient: Rien, aucune diose^ 
nihiL V«ye« Niaht. 

NiEPs : Neyeu ; au f^minin nUpee, 
niece , enfant de fr^re ou de socur ; 
nepos> 

NiEE : Nettoyer, rendre propre; 
nitidare. 



Digitized by 



Google 



Nil 

ViBKS , mertg liscz n^ierej rfiert t 
H n'^toit pas , il ne sera pas ; non eriu 

TfixasLLE : Bagatelle, chose de 
H^nt 9 selon D. Carpentier. 

NiEu 9 niaiSi niau, mot : (Bof de 
plAtre que Ton met dans le nid des 
ponies , pour les exciter k pondre et 
i couver. 

NiBu : La nuit ; nox; en anc. Proy. 
wSchy nioch, neit, 

NiBULE : Sorte de p&tisserie fort 
d^^ , espece d'oublies ; d'ou neul- 
Her, celui qui les fait ou qui les vend; 
nebula, Voyez Neulb. 

NiEB , niersy ni^s : Neveu , petit- 
"fils , ni^ce , petite-fille ; neposj en bas 
Bret, mez, nik, nith. 

Puis U mort do Roi Metel, fu Roy de Je- 
mMlem, Bandoia Mt nU* qui eitoit fiU an 
Marchis , comme rous avez ol. 

Le* Lignages ifOutremer, chap, I*', 

IfiBZ , ni^s : Oiseau pris au nid ; 
d*oii , selon Borel , on a fait , niais , 
homme sot , qui a le caractere d'un 
enfant ; mais il est plus probable que 
^ee mot a ^6 form^ de nugax. 

I^iOBON , nigeoneux : Qui s'amuse 
k des bagatelles , a des inutilit^s. 

r^xGBE , nigger, mgeoner : Niaiser, 
s'amuser k des bagatelles, a des inu- 
tilit^s , faire le nigaud ; nugcui, 

lifiGossBUEBiiBXfT : Sottemeut , en 
ignorant , en nigaud ; nugatorie, 

T^iGEEMAHCB : Magic , n^roman- 
cie ou n^romancie; necromantia^ 
du Grec ft»p«^rrf^(. 

NiGEOMAHT : Magicien, n^croman- 
cien^ m^me origine que migremance. 

Niii, nii^Sf niiez : Propre, net- 
toj^ 9 pur, net ; niddus, 

Rt rermiCea li btbandoirae 
I«e cora Din toat cntir U dosnti 
Quant U fu acnmeniiea , 
Si fu ai para et at niids^ 
K*il ne reaeat gonte ne lie, 
lie d« pkIu4 ne de folie. 



J? IS a37 

NoBE : Nettoyer, rendire propre; 
nitidare. Voyez Nibe. 

Nil : Nul , ni lui ; nuUus. 

NiixB : Petit filet rond qui sort de 
la Yigne quand elle est en fleur. Foy. 
Ntllb. 

NiLLoxf, Minette, Nanette y iVa- 
non, Ninette y Ninon : Diminutifs 
d'Anne , nom de femme ; Anna. 

Nihbot : Nain. Voy^ez Nabb. 

Niou, nis : Nid d'oiseau j nidus; 
en bas Bret, nithy nyth, 

NiQUB, niquet: Monnoie valant un 
double ou deux deniers tournois , ou 
trois mailles ; elle fut fabriqu^e sous 
Charles vi , par Henri v, Roi d'An- 
gleterre , qui s'^toit fait reconnoitre 
Roi de France. 

NiQtf B : Moquerie , m^pris ; de ni^ 
cere; et selon quelques auteurs, de 
niciari; en bas BreU niq. Voyez Tar- 
tide suiyant. 

Niquet : Un rien, une bagatelle » 
chose m^prisable etde peu de Taleur; 
geste de m^pris ou de moquerie. 

Niquet : Assoupissement qui fait 
aller la t^te de c6t^ et d'autre , lors-* 
qu*on est assis.' 

NiQUBTAE : Se mettre en peine , se 
toucier; de nictari; en Grec nuAiazOy 
njhtazo, 

Nis : Pas un ; ne unus; en ancien 
Prov. nints. \oje% Nesuh. 

^is : M^me , pas m^me. 

O Carite, Ronmaln, Brctoo, 
Poitevin , ^il dasc*an Perron , 
Saint Jake en terre de Galiaae, 
Espagool, et chil d*Arragon, 
Ve aeveut de toi nis le non ; 
Les pora de mer d*aac*en Veniate 
Paaaai, tout aont plain d*aTariaac, 
Quant decha mcr ri tel maliase, 
"En terre de promisaion 
Cuidai trouver terre sana Tiaae 
Pour chon que Oiu A aon aerriaae 
L*falat , et li priat manaion. 

liomtm dt Chmriti, stropAe a6. 



Digitized by 



Google 



ft38 9 O B 

Nisi : OliiGgation , acte par l«qael 
on s'obligeoit a quelque chose sous 
certaine peine , si on j manquoit. 

NisTK , pour viste : Sorte de* vase; 
en bas. lat. visia, 

NiTiDATioN : ^claircissement, ^pa- 
ration, nettoiement ; Taction de layer, 
d'^purer, de purger, &c. ; rutiditas, 

NiTRiERE : Lieu oil se forme le 
nitre , et d'oii on le tire ; mtraria ; du 
Grec nitron, 

NioLE : Bromllard,bruine;/ie62/to. 

Car n difoit lUi com dunket cele meitme 
«hoM fat conae eC detpkiisors ke ant poos 
•Btoit deMux , cm ant noirs flues et tenebroiu 
decoroit ki gettoit fors puort et uientaol&ii- 
blei niules. 

Dial, de S, Grigoire^ Uv, 4 , chap, 36. 

Aiebat enim , sicut tunc res eadem etiam 
muha innotuie, quia pons erat, sub quo niger 
atque ealiginosus ^mtoris intolerttbiUs ndio- 
lam exkalans ftuvius dceurrebai, 

Niv^s : Niveau , ^tat dfune suxiace 
plane; Ubella^ 

NrvoL : Tfu^e, nuage; nubes. 

No : Noel ; nadvitas. 

No : Auge de moulin ; noa^ 

No : Particule negative , non , pas , 
point; non. 

No : Notre ; noster. A no, a noue : 
A la nage; nando. 

No 9 nod : Ncsud , attache ; nodus. 

NoBiLUkiAE : Catalogue ou liste 
des maisons nobles d'uae province 
ou d'une nation ; de nobilis, 

NoBiLiTATioH : Ennoblissemeut , 
titre, lettre de noblesse ; nobiliuuio. 

NoBiLiT^ , noblece, noblesce, no^ 
blois : Noblesse , grandeur, magnifi- 
cence , ponipe , 6tat brillant , sorop- 
tuosit^, train, ^uipage, grand appa- 
reil , prerogative , droit du seigneur; 
nobiUtas ; en anc. Prov. nobla part, 
la plus grande , la meiileure par tie. 

NoBiLiTEn : Ennoblir, faire un 



NO C 

gentilhomme d*un vilain , lui accor- 
der des privileges; nobilitare. 

Noble : Monnoie d'Angleterre , 
que Yossius, cit^ par Borel , dit avoir 
et^frapp^en i344)Sous£doaardiii; 
on Tappeloit aussi , noble a la rose, 
parce que d'un c6ti ^toit la figure 
d*un navire , et de Tautre, celle d*une 
rose , qui est les armes des maisons 
de Lancastre et dTorck. Ce fat Rai- 
mond Lulle qui fournit Tor au Roi 
Edouard pour faire cette monnoie, 
qui etoit d'or tres-pur, afin de Ten- 
gager a faire la guerre aux Turcsj 
mais ce Roi lui manquant de parole, 
la fit au Roi de France , ce qui causa 
de grandes disgraces a Lulle , qui 
passoit pour avoir le secret de la 
pierre philosophale. 

NoBLKscK : Riche et magnifique 
present. Fbjrez Nobilitj^. 

NoBLois : Homme de haute nais- 
sance; nobilis, en bas Bret, nobl, 
nopL 

Noc : Gonttiere, plomb qn*on met 
en avance sur les toits , pour faire 
fouler Teau. 

N0911LLES : Droit que les serf» 
payoient a leurs seigneurs , pour en 
obtenir la permission de se marier. 

No^AiLLEs, nop^€uUes , nopces , 
nops€9 : R^jouissances des noces ; 
nuptiof, nupdales; en ancien Prov. 
noceiamens* Faire les nopces : Avoir 
afi^ire a une femme,la traitercomme 
une nouvelle marine. 

NoGi^ Airs, nochoiers : Gens de noce, 
invites a une noce. " 

NocEiAR : Se marier, faire la noce, 
avoir envie de se marier ; de nuptias 
facere, nupturire, 

NocEB, nocier, noiser , noisier: 
Nuire , chercher dispute ; nocere; en 
anc. Prov. nocer, nozer, 

No-c^sSNT : Jumeau. 



Digitized by 



Google 



NOE 

No-CMiTzzA : InceriitHdt; npn 
certUudo, 

NocuRHynaucher, moelier: Pilate, 
patron , condnctecur de iiavir« ; nau^ 
clems; en bas. tot. noMcherius , nau- 
clearius, nauviculanus, 

NocaoiBR : J^ponser, se marier. 

NoGHOiER , nochoiory nocier : Qui 
est de la noce , qui y pr^de , qui en 
hit les lionneurs ; nupdaior. 

NoGLiER. Fojrez Noghsr. 

No-coviNABLE , uo-covinen : Inu- 
tile, non-conforme, yigrat; non^ 
conveniens. 

NocQ : Baqujet , cuvier. 

NoGTER : Murmurer, aoup^onner, 
tnivant D. Carpentier. 

NocTiLUQUB : Corps qui donne de 
la lumiere pendant la nuit , phos- 
pbore, &€.; nocte lucensy fwcdluctu 

NocTUE : Chouette, hibou, oiseau 
de nuit ; noctua. 

Nocturnal : Office dc nuit, ma- 
tinea ; nocturnalis* 

NoDA : Marque causae par una 
blessure , cicatrice ; de nodus. 

No-djUtekhabls : Ineatiuguible , 
ind^termin^ , irr^solu ; non-desd- 
muus. 

Noi, noes, no^e : Nageoires de 
poisson ; eaux stagnantes , terrein bas 
«t crenx ou Teau s^joume ; terres 
nouyellement mises en pr^s, p&tu- 
rage ou prairie mar^cageuse ; en Jms. 
lat. noa, noda, 

Woi : £corce verte de la noiju 

NoEGHE : Noce, manage. 

Noeches sont atuil com li cage 
Qii*on endot ToUel taorage 
Qa*il ne puUt au bois rescaper. 
If e se doit pa$ chis enconper , 
Qui Tigiie a , de Tautrui craper 
JSoeches sont refni poor oragt 
Hoeehes sont pour fol acraper. 
Qai Tent atttroi feme haper, 
Noeches font pour trop caat onbrage. 
Miserere du Reelm^fieJiioUe^ia ^tro^he 198/ 



If O E a39 

Noxi : Le nombre neof; movem ; 
et neuf , nouveau ; nopus^ 

Ce fot fet et donn^ en TuiICoatre Seignenr 
mil denx cens leissante et noefoa mols de 
Moy . Cout, de Poitou, vide par BoreL 

Sa cite fist desor Tamise , 
MouU £a bien, faite et bien asise 
Por ses ancissors ramenbrer 
- La fist Ttoie foeve apeler. 

Boman dsLBruL 

Noel , nolet, nouel : Ancien cri 
de joie {\e pofyohronium des anciens) 
qui correspond au , vive Ife Htoi , de 
nos jours ; on le crioit au couronne- 
ment, aux entries des Rois et des 
Reines , et k toutes les grandes f§tes; 
Uidiis natalis. Jeu de noel, noel bacre, 
noel le bruyant : R^jouissance publi- 
que. Borel pretend que noel est une 
corruption de nouvel, nouveatt, qn'il 
▼ieut de novusy et qu'on avoit cou- 
tamtde crier ce mot aux changemens 
de regne, et aux entr^a des SouYe- 
rains. Quant k moi , j'adopte T^tymo- 
logie de Manage , qui le d^lve de 
nataUs; en anc. Proy. nadal, nadapu; 
en bas Bret, nedelec; en GdXhnmdolig. 

NoELi , noell^ : Noueux, pkin de 
noeuds; de nodus^ 

No»a , nouer : Earner, nager, na« 
▼iguer; nare y natare; nouer, faire 
un nosud , Uer, attacher; nodane. 

Cinq home j aroit dedens la Galie , qni la 
gardoient, dont linns In ocis, et U qnatre ft*en 
eschapereot qni saiUirent en la mer, ets^en 
Tindrent noani jnsqnes k la rive. 

Gu'ii/aumede 7yr,fiL 146^, f^<». 

NoERAYE , noue : Pr6^ situ^ dans 
un lieu bas , p&turage mardcageux ; 
d'oii.noette , petit pre. 

NoERiE : Crue , abondance d*eau. 

NoERREscE : Sorte de serpent 
aquatique. 

No-ESCLATARLE : Qui n*a pas de 
soin , incompri6hepaible ; non-fvesd-* 
gabilis. 



Digitized by 



Google 



94o If O I 

Noes : Jour de la naissuice de 
J. C. ; de nataiis. 

Uae Mmaiiie ftit on mois 
£t quatre Pasqoet a en Taa f 
£t qoitre fei te Mint Johan , 
Qoatre Tot tains, qnatre Noex , 
Et qoatra featet Chandelenrt. 

Fakliau de Coquaigne. 

NoGUETTB 9 n€tcquettef naguette : 
Reyendeuse dc toilc. Voy. Nacquet. 

NoouiERKE : Gouttiere , plomb 
par lequel les eaux depluie s'^coulent. 

NoBi : Lc patriardie No^. F, Noe. 

NoBiEE : Noyer, arbre qui porte 
des noix; de nux, Dans un ancien in- 
ventaire fait a Angoul^me , on lit : 

Item , an challt de boia de nohier fait en 
menniserie. ' 

Noi , lisez n'o'i : N'entends, n*eus ; 
^audire et d*habere. 

NoiAL 9 noiau, noiel: Bouton d'ha- 
bit 9 noeud 9 et g^n^ralement tout ce 
qui servoit k attacber; nodulus, 

NoiAif T : Qui nie ; negans. 

K01ANT9 noienty nojrarU: Proposi- 
tion negative 9 rien , nOant 9 inutile ; 
au figurO 9 un aventurier, un bomme 
de rien 9 un miserable. La Ravalli^re 
le derive de negare^ mais il yient de 
nihil sians; en anc. ProY. nient; en 
Las Bret, neant. 

D*antnii aiie est-il noiant. 

Fabliau dts deux Changeurs, 

Enai Tot Diex former le monde 
En cai tonte* bont^ habonde , 
Aini riena par Ini faite ne fn 
A qni il ne dona Tertn 
Tele com il d^nit aTOir ; 
Antrement entt-il por voir 
Fait ancnne rient pour noiant, 
£t Sana ralton ontr^roent. 

V Image dm Monde, 
Bicheee d*aTotr ne de terre 
Qoe chateun hit ore a conqnerre } 
If e Taut noient contre la mort , 
£le prent ain^ ols le plus fort , 
%t le plus bel et le meiUor 
Qu*ele ne fet tont le pior. 

Bible de Berze, vers 697. 



ICoxABTEi 9 noianUr : Antoitir , 
rendre nul. 

NoiAux 9 noyaux : Boutons d'ba* 
bits 'j de nodus. 

Et encores i arolt-a 

Un ouTrage noble et aontil 

A naiaux dW an col fermoit. 

Roman de la Rose. 

Noii£ : NiO 9 refuse ; negatus, 
'NoiH.iM, noileux, noiUeu:e:'S9ouevLXf 

plein de noeuds ; nodosus. 

NoiEH 9 noyer : Couvrir, inonder^ 

submerger ; inundare; nier, refuser ; 

negtwe. 

Or te Toeil si a mol loter^ 
Qoe tn ne me pnisse noier 
If e promesse , ne conTenantr 

Roman de la Rose, 

N01EVX9 nojeux: Enyieux, que- 
rellenr, diflBcile ; de noxiosus. 

NoiF 9 nois : Neige; nix, niuis; du 
Grec niphas; et non pas 9 noix , fruit 
du noyer, nux , comme le pretend 
Tauteur du Glossaire du Roman de 
la Rose. 

La gorge anssi aroit tr^s-LIanche 
Come est la no^dessns la branche. 

Pour ce n*est droit que compte fact. 
De sa beant^, ue de sa face, 
Qni tant est avenant et belle , 
Que fleur de lys en Mai oouTelle 
Eose snr rain , ne noif sur branche ,. 
N *est ni TermelUe , ne si blandie. 



Cliascnn sa mesgnie ape la , 
Tons J aconrent pesle mesle , 
Ouques plus esp^ ne noif, ne gresle, 
Ife Ti Toler que ces coups voIen\. 

Les cbaus estex , les froids y vers , 
Font-il par leurs regars divers , 
Et foot les noifi et font les greJet, 
Une heure espesset et Tautre greslca. 
Roman de la Rose. 

NoiREMBERG : Nurembei^ 9 villa 
d'Alleniagne; Norimberga. 

IHoiais : Monnoie des Comtes de 
Soissons^ niger. Yoyez Nxest. 



Digitized by 



Google 



If OI 

NomiTi, noirt^ : Noirccurj m- 
gredo. 

NoiEiSR 9 noiriere , noirois, noir- 
rois : Noir, noir^tre, de conleur 
noire ; niger, nigra. 

NoiRON : Nom propre- d'homme , 
TEmpereur N^ron ; yero* 

Nois : Neige ; mar ; noix , amknde ; 
niur. iVb/> de coudre, noisettes ainsi 
nominees du bois qui les prodoit ^ de 
muc; en bas Bret, nozei, 

£t lei geUei et les grant nois 
Avtenent par I'air qni est frols. 

On Toit dans les hastes montaigaes 
Beanoonp plus de nois que en plaignes. 
L'Image du Monde, 

Noi^SAircEy noisement : Disposition 
k nnire, dommage, perte , prejudice ; 
de nocere. 

KoisE , noixe , nojrse : Querelle , 
rise , dispute , murmure , bruit , d^ 
bat , tumulte , toute espece de bruit , 
son des instrumens , cris de joie 9 
bruit que font plusieurs personnes 
assembles; noxia; en anc. Pror. 
n<aSf ennui 9 importunity ; en bas 
Bret. no€u. 

Li roxignaa alors s*«£forc6 
De chanter et de faire noise. 

Roman de la Rote, 

Je Tieng, djst-fl, de cele cit6 o& Ten fesoit 
mea noces , si esmoi une si grant noise , qoi 
ae sont presqaes tons entretnez. 

LaFiedesSg.Pires,lit'.%,/oi,66, 

La noise qne il fKa Sarraslns) menoient de 
lenrs nacaires et de Icnrs cors Sarrazinnois 
•stolt esponrantable k escouter. 

Joinville , Hist, de 3. Louis. 

Noise R , noisier : Contester , dis- 
puter, d^battre , quereller, s'amuser, 
baiter, balancer, ^tre dans Tincerti- 
tude ; de nocere; en b. Bret, nouasout. 

tJns aotres oistors estjSanrages , 
£t monlt est divers ses usages , 
Car il ne Tent aprivoisier 
Pour chose qii*oii tache noisier. 

Z# Fbiucraire. 



NOM !^i 

NoiSEtJX , noi^: Querellenr, nui- 
ftible , pr^judiciable, qui fait du tort ; 
noxius ^ noxiosus, 

NoisiLLE , nesille : Noisette , fruit 
du coudrier ; de nux. Ces mots sont 
encore en usage k Blois et dans le 
Bern. 

No-LAiSAT : Pur, sans tache » net , 
non endommag^ ; non Uesus* 

NoLER : Boutonner, attacher arec 
des boutons; nodare, Yojez Noiau. 

NoLET : Noel , jour de laHuussance 
du Seigneur. Foyez Niu et Noel. 

NoLiGER , nauliser : Fr^ter , ou 
louer un yaisseau k quelqu'un. 

NoLis, naulage, nauUSy naulise^ 
ment, nauUssement : Louage d'un 
navire; salaire des matelots et des 
autres employes d*un raisseau y nau* 
/um; du Grec y«vAoir. 

N0LLUBE9 pour nodare : Garniture 
de boutons , suiyant D. Carpeutier. 

NoLz : Auge , baqnet. 

Nom All CE , nomancie : L'art de de- 
viner ce qui pent arriver d'beureux 
ou de malbeureux a une personne , 
en examinant les lettres de son nom 
de bap t toe ; onomantia ; du Grec 
oa/Mi,nom, et de/MiFrf/«, diyination* 

NoMARQUE : Quiprdsidea un nome, 
gouTemenr d*une province ; nomar- 
cha; du Grec M^f > et ^*^xn* Voyea 
Marche. 

NoMBLE : Ventre des boeufs ou des 
Taches , la partie qui s'^i^ye entre les 
cuisses du cerf ; longe de yeau, dcbi- 
n^ de pore J di* umbilicus; en bas. lat. 
numble. 

NoMBRE, nomhrSe : D^nombre- 
roent , action de compter; nunteratio. 

NoMBREusEMEKT : Eu gnuid nom- 
bre , en foule ; numerose, 

Nome : Loi, quartier, province , 
region; nomarchia, 

NoiciiE : Reputation , renomm^, 
bonne opinion ; de nominatio. 



Q 



Digitized by 



Google 



a42 HON 

n oynt amoU lay mitmet : por espardre 
Todor de sa propre nomiie. 

Sermons de S, Bernard, foU 1 13. 

Vnmt potim temetiptum , utpropritefra- 
graneiam opinionii respergat, 

Nome a : Dire, appeler, d^ommer, 
publier; nominare ^ en anc. Pro v. 
nominativar. 

NoMiN ATAX&x : Celuiqui^toitnom- 
m^ a uu b^B^ce ; de nominator , pour 
nominatusn 

NoxiKATEUB. : Celtti <|«i nommoit 
ou qui avoit droit de nommer a ua 
b^^fice; nommator, 

NoMiQUB : Officier ecd^aiastique 
qui ^toit charg^ de (aire observer lea 
riu et les usages reconaus dans U 
c^^bration des offices; nomodous, 
nomicus; du Grec *o/»«r. 

NoMMi^E : Ayea, d^nombrement ^ 
declaration faite an seigneur doni* 
nant , de tous les fie£i 9 droits, b^»- 
tages qu*on reconnoissoit tenir de 
Itti; nomination en anc. Prov. nom^ 
nativansa. Voyex Nomb&b. 

NovMUL : B14n|er , reprendre en 
nommant ou en arliculant des faita; 
oominare; en bas. lat. nommare* 

NoxRADAiiBv : NoDundment, ez- 
press^ent ; nominatbn. 

NoxHAno : Noinmd, renommi; 
nomuuUus* 

NoH, nons : Nom ; nomen; cana^, 
raison,sujet. 

Avcnni est oblif les on ea ton n<m, oo ea 
•otnii. CU qui aft obU^tts- an sutciii non, ut 
apelec plcge. 

Livre de Jotdce et de PUt^fiL 1 58. 

liov (se) : Sinon \ il faut reouir-- 
quer, pour yintelligence des Manus- 
crits, qua nos anciens pontes dtoient 
ordinairement dans I'usage de s^* 
rer ces deux particules par un mot , 
en sorte que , si on n'y fait point atr- 
tention, on a souvent beauconp de 
peine k pouToir lea entendra* 



NO N 

Maintet aaaa di«nt que en tongea 
If *a ie fablei non, et mentooges. 
Commencement du Roman de la Roie, 



t. 



et k felon 
fe doit*on falre $e mal non, 

Christiam de Jhrre, 

NoifA : Biens, faculty, possession*, 
provisions de bouche ; annona, 

NoH A : n n*a pas, il n'y en a. point. 
Dans Pathelin, le Drapier parlant dea 
six aunes de drap , dit : 

n let a ^net Trayement ; 
Non a , il ne se peat joindre , 
J*ay T^ la mort qui le Teak joiddkre^ 
An nohis o& il le eontrefaict : 
Et tl a, il les print de lafet 
Et les mist dessonbt son absrile 
Far saincte Blane la belle , 
Non a^ je se sai ai ja s^ge. 
La Farce de Pathelin ik cinq Perumnagts, 
par Phrre Blanchet , Mtt, de Va Bib/. 
Impir., Fonds de la Vtdlihre , in'i^f 
••3^43. 
Et qoi renooTeMe son claM, f« il ne erotsse 
on change ancone choae, ac Taotra die qua il a 
cc^ on cbangii an clam , die qoA non a. 
Jssises de Jerusalem , chap. S%. 

NoHAAOB , nonage, Kses mon-amge^ 
man-age .* llkioritd, r%e d'impo- 
bertd ; de non et d^ofuum^ 

L*an n*a pas aniAonda tnichaffie oontM nom 
aage , mh% il aanaion oontt« anire ; «• cil qui 
est ntm aagi caoit deniers 4 celui qui est. 
moins de aage , cil a meoor cause qui L'argent 
baiUe que celui qui le re^ oit. 

Mis. de laBibiioth.Impdr., n* Hia%foL 34. 

Nov^Aoi , non^Mogi^ : Bfinenr , 
jtujM hoame impuMre. 

NoHAiv , none, Voyex NowiTAnr. 

NoNCEB , monchier, noncier : An- 
noncer, rapporter une nouvelle , in- 
struire, ftiirc savoir, dire, apprendre, 
indiquer, marquer, signifier, decla- 
rer ; nunciare. 

Or vous ai dit du sens Tescorce 

Qni fbt l*infention mncer , 

iti nonv^e rons Tueitte noneer, 

Bommnde la Rase. 

NoHCHALA^T : Indolent, n^ligenfr 



Digitized by 



Google 



NOir 

parcsseax, qui nt se soncie de rien ; 
qui n*a point d'ardeur; non ctdidus,. 

NoNCHALoia : Nonchalance , pa- 
resse , hidifV^reiice , d^aut de soin , 
indolence. 

NoNCBiLoia : N*airoirpointdezek 
poor «ae choM, s'ea soucier peu , la 
B^liger, 6tre mou, indolent « n^li- 
gent; non caiere, Mettre h noncna- 
loir, mettre en nonckalair: Remetlre, 
abandonner, diffi^er, oohlier, m^ 
priser. 

IfaJs d*en Mtir #«t la ntt0«ri«» 
Si meU ruBpnr en nonchahir. 
Qui te paet nuire et non Taloir. 

Roman de ta Rose. 

NoncHiEK, nomcher. V. Nohcek. 

NoKciAiTvmx : Feaction on charge 
de nonce, d'envoy^; message) rap- 
port; nunciatura, (^ mindatum, 

NoHciATioii, annancmiioH : Action 
d'annoncer «»• ehose, une nouTelle ; 
ntmciatio, 

NorcitII : Besoin> a^ssit^;^ ne- 
cessitas. 

NoXf COHTESSTAHT .* MalgT^ , Bon* 
obstipit. 

Noir-coaKov»Bin>4«Eifs : InTiola- 
blement, aTec droiture ; non-corrupti, 

NovDiBH , nondinqire, nondinal, 
nundien, nundinaire, nundinal : Ce 
qui concernoit les nondines^ on mar- 
di^ qui daroieht ueuf joitrs ; nii/r- 
dinariusy nundinaHi. 

Noxf DiHATEUE , nmn^niAiuf ,- Qcd 
alloic anx nondmes; nuntHnator, 

NoKDiiTE , nundine: Foire,marcb^ 
qui dnroit nenf jours ; nundina , de 
nanus et de dies. 

NoHE. f^ojrez NoinfAiir. 

NoH^ r Nenyi^e, la nenvieme 
henre du jour , ceUe de trois heures 
apr^ midi; le soir ; ne«¥ieme denier 
que Ton pajoit pour eertains biens ; 
nomt; en has Bret, non, Nonepass^ : 



WOW 243 

Le temps de ht jeurn^ depuis trois 
heures apr^ midk Foye* Kalbitdx. 

Et dura le poingniis (le combat , la bataille) 
dm f oleit lerant ju§qa*« la none, 

Hay^m,page%^^,yo, 

Sire , je mi bien que ce monte » 
Disi la Dune, ae Dtex me aant; 
Mea a*eagiBa et aeaa ■• m* fa«ft, 

Par tcM m*eii Todrai bien Tenger, 
£t miex le porrez ledenger, ^ 

Et prendre de honte plus miale 
To$tre meaue cbrnw et pale , 
Si je Tif demain jusqu'a none, 
Bt amon ta lor«e m*ttk done* 

No-HED : Sale, malpropre, tmpnr ; 
non netidus, 

NoBEE , nonner : Faire un petit 
repas Ters le soir, goiter. 

NoBEEiB : Couvent de nones ou 
de religieuses. 

NoRBTTEsrl&pingles. r.NoBWAiw. 

NoBBiJB, nonaim, n^neUe, non^ 
ndne, nonmtne, nonne: ReKgieuse, 
p^nitente^ yeuve qui se consacroit 
au Seigneur; demoniaiis^ en has. lat. 
nonna, nonnana, nonnanis; de la 
une rtte k Pafris, qui s'appelle rue det 
lionnains d^Hieres, et non pas des 
Nonandieres. 

Car nient lonx de aon monttier conTersoient 
dona femmea nonains eA liir propre llu , ki de 
noble Uhgie fiirent neiei , azqnel* una riligioM 
(lookdoEMt aeaviae i r«a d« U deforajne vie. 
DiaLde S,(3h^goire,li¥,^,chf%i. 

Nkm ncti km§k mk effu momumrio duat 
qeifi^dam ^anetynoauUet /spminat nokUiori 
genere exoria, in loco propria cohitersa^an- 
tur, quibm qu^Uun rehgiqsus ^ir €ui exterio* 
ris vttcB dsum pnghehat cbsequitan, 

Non BE : Nom, sumom; nomen. 

NoBBETiEE : Esj^^ce de ineuble ou 
d' iMtensiie.de manage. 

NomiEUEBy HseB n'onnetaie : N*ho« 
nore ; non konorcit, 

NoBOBSTANcs '. Clausc d^rogatoire: 

I?o-BO]iBEALs:Innombtable, qU'ou 
ne pent compter ; non nutHerMH^, 



Digitized by 



Google 



a44 N O Q 

No-»SRSAoo : Impr^Yu 9 auquel 
on n'a pas pens^; non pensatus, 

NoN PER 9 nonpareille : Sans ^gal ; 
nonparilis. Dans tous les anciens au- 
tears , c'est la Sainte Yierge qn'on 
d^ignoit ainsi. 

Qes Dame« j'en diray merveille 
Poor ramoor ile U IfonpareiUe, 

Le Miroir ties Diunes. 

Cettepi^cedepo^sie commence ainsi: 

Peuant k la Royne det Angei . 

"Nov PLBYiirs : D^faat en justice j 
terme, fin; non plus ultta; en bas. 
lat. non plevina, 

NoH PBix : Bas prix, vil prix; de 
non el depretturn* 

NoN-puistAHcx : Impuissance, foi- 
blesse. 

Non QUES : Jamais ; numquam. 

Nov-SACSARCK : Ignorance. 

Lort U £att U griee Din , je ne di laie en- 
tendre 8an« plat , mait tentir k chertet et aper- 
tkeYolittnonsachance, et qne il ne set nient. 
Les Xrioies dt Nostre Dame. 

Nor 8ACHART : Ignorant ; nesciens. 
'A loi de non sachant, comme un 
Ignorant. 

Nor sAvoia : Ne pas savoir , 
ignorer; nescire. 

Nor SAvoia : Ignorance 9 incapa* 
cit^ , stupidity. 

Noous : Not 9 nous 9 k nous ; nos, 
nobis. 

No-PODJEEOS : ImpossiUe, incon- 
sequent 9 sans pouYoir ; non pon- 
derosus. 

NoQUETER : Qaquer les dents par 
le froid. 

Regnanlt donqnet demenra en chemiae et 
tout deschauif^ , et at feaoit grant froit , et 
neigeoit contlnnelement , fl ne aaToit qne faire, 
«t Toyant la nnit renne , tremblant et noqut^ 
tant lei dents , comen^ a regarder ^a et la ponjF 
Y^ir ancnu logia. Le Cameron de Boettce. 

NoQUBTis : Claquement dt denta 
cause par le froid* 



NOR 

Je te prie , ami , leTona noua, et allona Tiolr 
ae ei taint est cestui fen , o&qnel cestui mien 
nonvel amant ardoit , et quant ils fnrcnt leres 
da Ilct et Tennz a la fenestre , ils virent Tea- 
colier qui legierement dansoit au son dn no- 
queds de ses dents ponr la froidenr que il 
soufTroit , et les deux amana ne aToient t^u 
autrefois semblable dance. 

Le Cameron de Bocaee^ 

No-aACORTAB*LE : Qu'onne sauroit 
dire , qu'on ne pent r^Y^ler. 

NoEAis, /to/mr^ /zor/w.* Homme 
du Nord \ norax. Cheval norcus : Che- 
Yal d*un pays du Nord. 

NoRB 9 njrere : Bru9 belle-fille, 
femme du fils ; nurus; en b. lat. nora. 

NoBGUBGB 9 Norguinge : La Nor- 
w^ge. 

Dist Artns qne m*en passeroit 
£t tote France conqnerroity 
Met primes en Norguinge iroit. 

Qne Loth de Norguege Rois estoit. 
Le Roman des Bretons , parlant dm 
Bfijx Anus. 

NoBissEMBRT, nofTissement , nuris* 
semeni: Nourriture, aliment^ nutriUo*. 

Tpocras dunkes U re^Mn^it 
En ten manere , si li dis^t 
Pnr c^o mangns , ke viTre pnsae , 
ITe Tf f pas pur c^o ke mangnsse » 
Kar norrissemene est pur durance 
Ne mie la reverence sans dnUnce. 

Les Enseignemens tTAristote. 

C*est ce que Moliere fait dire a Va- 
l^re9 dans sa com^e de TAYare : II 
faut manger pour Yivre 9 et non pas 
YiYre poA* manger. 

NoBMARS : Homme du Nord; en 
bas. lat. Nonn€Lnus; du Saxon mun; 
et de la bal. lat. northus, suiYant 
quelques auteurs. Voy^ez Mar. 

Mant en Kngleiz et en Norroia 
Senefie home en Franchois , 
Ajontex ensemble nort et mant. 
Ensemble dites donqnes Normant, 
Cest hons de North en Romans » 
De U f lent le noa aa Normans. 

M9man du Bou. 



Digitized by 



Google 



NOT 

If omME : "Rhgle , ^querre , plan > 
chose r^guliere ; norma. 

NoBOis 9 norrois : Orgueilleux , 
fier, hautain ; homme du Nord. 

NoaoLB : Brioche, sorte de pi- 
tisserie. 

NoRRBTuaB , norriage , nonin , 
noureture, nourreture, nourris : B^taU 
qa'on nourrit et qu'on ^leve; d'oii 
norrigid^ y cclui qui nourrit et qui 
^leye le b^tail. Faire nonin : ^lerer 
du b^tail. 

NoETiN : Homme noir ; nigricans, 

NoBYOiE : La Norwege. 

Nos , lisez n*os : Je n*ose ; non 
audeo, 

Nos : Notre , nous , a nous ; noster^ 
nos^ Nos choses : Notre fortune , nos 
biens. 

Nos H08 poons deffendre o armes de cdiii 
qQi Tient tur nos o armet. 

XiV. de Jostice et de Plet,fol, 144 , F*. 

Cil de k Tile qoi yirent les lean gent si 
sudement mener, saittirent hors o granz rou- 
tes ( troupes , compagniei ) , et passerent le 
pont et se ferirent entre les nos. 

GtuOattme de T^r, fol 42. 

NoscoMB : Hdpitaly H6tel-Dieu; 
nosocomium. 

Nose : Noix , fruit du noyer ; nux. 

No-SEHADo ; Insens^ > imprudent ; 
non sensatus. 

No-si A : Non sans doute, non pas, 
a Dieu ne plaise ; non sit. 

NosMB : Nom ; nomen, 

NosMi : D^nomm^ , nomm^ ; /lo- 
minatus, 

NossAiLBBS : Temps ou Ton peut 
te marier ; de nupUce. 

NosT, nostr^, nostre : Le n6tre, qui 
est k nous ^ qui nous appartient ; 
fioster, 

Li PreTOst ne nostra Sergent ne semondm 
•ttcnn des borjois , se ce n*est de nostre con- 
Motement. Ancienne Cout. d^OrUans, 

Not : La nuit , le soir \ nox; noix » 
fmit du tuyjtti muc. 



NOT a/|8 

Not, lisez rfot : N'eul ; non htibuit; 
n'entend, n*^coute ;,(fio/i audit, II 
rfot ot : U n*eut entendu. 

Onqaes nul bien n*ama qui les fames n'ot chier. 
Lor Tertus et lor grices 6>nt moolt a mer- 

TeilUer, 
C*on les puet anssi bien de lor prea-eonsillier, 
C*on enporrott a tors un bien conrant levrier. 

L'Evangiki des Femmes, strophe 3. 

Notable : Bon mot, sentence choi- 
sie , proYerbe remarquable , apo- 
phthegme ; de notabiUs; en bas Bret, 
notabL 

Aux fols desplaist onyr un boa note^Ie. 
Menus propos de Gringoire, 

Notable , notauble : Distingu^ , 
remarquable; notabilis; en bas Bret. 
notabL 

Note : Chanson , air a chanter ; 
nota, Messe et office a note , f^te 
solennelle; messe sans note, petite 
messe , basse messe ; note Loerenges^ 
musique de Lorraine, la meiUeure 
du xiii^ siecle, suivantle. Roman de 
la Rose, et plusieurs aultes ouvrages. 
Cette opinion Tient sans doute de cq 
que Charlemagne fit ycQir des chan- 
teurs Romains , pour adoucir la ru- 
desse et Tiipret^ du chant Francois ; 
qu*il ^tablit trois ^coles de chanty' 
savoir, a Paris , a Soissons et a Metz ; * 
cette demiere surpassa tellement lea 
deux autres, que bient6t, en France, 
Ton ne se servit plus que de i^expres- 
sion de chant Mecien ou Messien , 
pour designer une musique douce « 
agr^able et chantante; ii fut en si 
grande reputation, dit I'auteur d*ua 
Traits de Chant eccl^siastique, qu*eu- 
core aujourd'hui,parmi ceux du pays 
qui parlent Latin , on appelle une 
hymne chant Mecien, Vid. Annal* 
el Hist, Francorumy ab anno 708 ad 
an. 990 , sub vita CaroU m€igniFrarf 
c(^urti, 1 594* 

IceUe est la tris mignote 
Note 

3 



Digitized by 



Google 



fl45 N O U 

AV6i> 

liel doit refiner. 

Vitt 
Ell doit sKliz foAle t 

Lie 
Bift la paine as fini AmttaH. 

Chanson d» GUles fe P^inieU, eitie 

* par le Grand SAussL 

I^OTiGE : Connoisaance , intelli- 
gence , notoriety \ notities , noiiUM^ 

NoTowif lER , notenier, nothormier, 
notonier : Pilote , matelot , condac- 
teur d*tuie barque ou d'un yaisseau y 
'marini narinier; noiUicus, 

ittbi apfkele le Boy let lacttret Mthofutiert 
deTant nous , et lenr demaoda quel cootcil il 
dporoient du cqp que sa nef avoit receu. 

ioinvipe , Hist^ de & Louis. 

^los deroos entendre noUniereil qui moliie 
nef , ja ce que l^an apele noteniers tox eels qui 
#ont«n tk^fe, mh» li Proroz eutaut solenient 
Ami loeslve de la nef. 

mu.,de la BiMkyih, imp4r, » n^ S409. 

KoToKiB : Office de notaire, no- 
tatiat. 

No^rkB DiMfe Bir poull^e (la): 
L^As&oihption de la Tierge. 

NoTtJLB : Minute de notaire; notula. 

Noxi : Nceud , bouton j nodus. 

Not! , noue : Action de nagefr. A la 
noti6 : A la nage. 

NouAiLtfeux, noueulUj, nouaiHeus^ 
nouiUeux : Plein de noeuds ; nodosus, 

NotjE , liftez nov6 : Terrein humide 
tl gtas , abotidant 6n berbes > dans 
lequel on mene ^aitre les bestiaux ; 
terre nouvellement mise en^r^ ; c*eU 
aussi CA que , dans quelques proyin- 
ees , ou appelle novale, terre inculle 
AOUTelleiiient labour^e ; de novas. 

NotJE , nouely novel : La fdle de 
lYoel \ de natalis. 

Not? EL , au plur. nouiiuc : Bouton, 
noeud; d*oJi noueller, nouler, bou- 
tonner, attacber aTec des boutons ou 



des attacbcs; noueUurei gtmiturede 
boutons ; nomUeux, nouliu, noueux» 
plein dbe noeuds ou de boutons. 

NOVBMENT DE l'aISGUILL^TB : Im* 

puissance accidenteUe lesp^ de ma- 

l^fice qu'on attribuoit aux pr^Uaduft 

sorciers. 

. NevEE : ttager, aller k la nage 9 

ramer dant un bateau ; naiare, nare. 

NouERoiBE : Noytr, arbre qui 
prodnst des noiz ; d*oii noueraie , 
noueroie, lieu plants de noyers. 

NouBSTBB : Notre, qui est k nous ; 
nosten 

No^EUBB 9 noeure : Nageoires de 
poisson ; Taction de nager ; de mure^ 

£t i|Miit Ai ^ove «« desrircBt , 

U poissona qui lor flueTO airei^t, 

Si domme u est droix et resons , 

Car ce sunt lor propres mesons » 

S'ea voM foname SeifMr et aiesfre, 

Par chans , par {irevt par vifUfes peaCre , 

Bt aVsoonac^t Mas ks < h sJ aes , 

Delez les pins , deles les fresnes^ 

Et tolent as bestes saavaiges 

Lor meooira et lor herilaiges , 

£t Tont amsine partot n^jant, 

Dont tnit vis a*en vont enrajant 

Bacus y C^T^i^ Pan , Clbel^ , 

Q«aiii « 9,'tM TttM atn)t»eii6 

Li poissoos k lor noiures , 

Par lor deliubles .pastvrei : 

Et U satirel et les f<§es 

Sottt molt Silent Hk lor pfa<ei « 

Qnant il perdent , par tiex cradiica 

Lor delicieiises gaodioea. 

^ homan de la ko$€, vers x8385> 

NouLEE : Attacber avec des uoe«ds 
ou des bontons, boutoaner^ 

NouLLoH.'L'^orce Terte de la noix, 
NouBB : Norn, d^osunation, qua- 
lification ; nomen. 

ToB moMne ^loa Mdire «• aerm apelli 
Aliran, Biaia Abralun. 

iSihie, benhe, chap, 17,'verx. 5* 

See ultra *vocahiiur nomen tuum Ahhati .• 
sed appelMertt jitrakom. 

Et Adam apela par lour liounes totes diosea 
abndes , et tontes les Tolatib de ciel et totea 
ka bcites 49 la terre. 



Digitized by 



Google 



vor 

Jppe&mifm Adam novUlbm nmametm 
mnbnantia , et universa v d atil ia cceii, et om- 
nes bestias terrcs. 

Nook : BMiaevr, reKgion ; tumor. 

No«ftx& : Refuser, «e point Pou- 
ter one demaode ; noUe, 

NoomETuas , nourrokre^ ntmrrU- 
semeni, nournture : Maitoii , hsmSiie $ 
^docatioa, action d'^ever. 

NouaaB9oir, nomi, nourns : V&at- 
riftion, ea£uitqu*oiiAlUUef enfant 
^lev6 dant «ne antre maiton q«e la 
maisonpatemeHe ; Ton appdoit amsi 
lea pages; Aovrriture , aHment; nu- 
tritus, nutridum. 

NouaaissoN : Pnx qn'on donne 4 
-one nonrriee ponr let aoins qn*eUe 
«f>porte k derer on tphak. 

Nous : Nos. 

NouTEiLLBUx : Noueux » plein de 
n«eads. 

NovY KLisa, nottveiieur, mmn^Uier, 
noveUer : Qni aime le changement , 
la noaveant^ , remnant , inconstant , 
4^r ; nottTcUiite , cpu aime k enten- 
dre et k d^bitfiT des noavelles; nova^ 
tor. Dans le Roman de la Rose , la 
Fortune a I'^pithete de ItoveHere, k 
cause de son instability 

NouTELTi, mmveUet^, nova&tS , 
nopoUS, noviaui^ : InnoTation, nou- 
veaut6, renouvellement ; ea terme 
de palais, trouble dana la posacssion 
de quelque cbose; mouttas., 

Onques encores n^iTOit ett^ 
Si joieox, &e ne fa ti haitl^ 
Poor l»«ru(t deteowbitt^. 
Que yim de la novmtUui 
Et lor congn^s blen et ri 
Que OieeuM a'aroit Men te^. 

Kotium de la Kose, 

NoTiiir : La n^uTitoie partie de 
q«eU|ue chose* 

NoTSLB : Terre nouTettement d^ 
Mcki6e et mise en Taleur ; nowUis. 

NoTALx , noveie, nuvelle : ^Tine- 



1^ U ii47 

ment , BouTeQe» aris, rapport , r^t ; 
de novellus, pour noifitas, novado. 

DaTtd nuMl rsitrt fiUe flanl, ki fiid apeUa 
IBool, i kiMffdtr vvai i Stal et unit li plont, 
^ d dfot : ja li dami par ^ <rae ele 12 seiet k 
tttkmwAtU^kmtl^ 4^m lifliaittleBUaM* 
tea^ i mort. 

LepretfuerLhre des Roit, chap. i8, v. ao. 

Dilexie auttm Daifid MicMJtUa Saal al^ 
tera. JSt nimtiatum est Saui, et placuit ei, 
DixUque Saui : Doha earn iiU, ut fidt ^ in 
eeandahim , et sit super tmm, mamus PhiH^ 
Amormm, 

NoTATiow : CItangeteent , innora- 
tibn ; alteration d*un titre ; novado, 

NoTEiHE : Neuvaine , acte de reli- 
gion qui dure nenf jours. 

'^oyt.h y. novels , novelz, noviaus, 
noifiaux , noviauz , noviax : Neuf^ 
nouYeau ; novellus. 

De pourpre fott le Testement 
A richesM «i noblement , 
Qii>n tot le mont n^^st pins bel, 
Miejt let , ne eUi pbie novel : 
PortrMtei j forent d*orfrois , 
HiAtoiret d*£mper^rf et Roi«. 

Roman de la Rate, 

NoYEi^EE : Entendre ou appren- 
dre des nouYelles. 

NoYELLS. Fqjrez NoYiJ.B* 

NoYiAUT^. Fojrez NouYELTi. 

NoYicEy novisse, n»visserie: £cole, 
noviciat. 

NowEii»:Xia f^te deKoel; de nataiis. 

NoxEE : Frapper du talon en dan- 
sant ; faire dn tort, ^tre pr^judiciable, 
nuire ; de nocere. 

Not : D^bat , contestation; noxia. 
Mettre en nqy^ : t)ebattre , contester. 
Foyez NpiSB. 

NoTAVT , noyeai. Yoyea NoiAXf t. 

NoTEaiiB : lien plants de noyers ; 
nncetum; en anc. Ptoy. nocJuera; en 
Langued. nougaredo, nouzieiro. 

NoTEUx : NoueuE, plein de noeuds. 

KoTFZ , no^ : Ncige ; niv, 

Wu, au f^minin nue : Simple, neuf , 
sans experience , sans finesse ; nudus. 
4 



Digitized by 



Google 



148 N U £ 

Ttap tokvumje qu'elle ne UiMe mi pais U 
Jeirne Chevalier , car je le voy nu et taiiant 
(ne disant mot) ; j^apper^y a&fe:^ qae pen es- 
coute4 fton Ungmige, il semble aaaea a le v^ir 
que aon qaacqnet &uy. ennnye ; aiiui la belle 
FlourenUiie en eUe-Bie«tee par ^raint aiiTie •« 
coapUlnt. Roman de Girmrd de Nevers* 

Nu : Vide , d^nu^ , d^couvert ; 
nudus. ' ; 

NuALz : M^chamment; nequiter. 

MalemenC QTerad Ainbri vert nottre Sel- 
Ipftur et asset nuais que nnlz ki derant lot re- 
gnast. Sibie, HI* Liv.desRoU, ch. 16,1;. aS. 

fecit autem Amri maium in coftsptctm Do' 
mini, et operatus est nequiter, super omnes 
quifuenutt anth eum. 

NuBEiiLS : Instrument de musiqne 
que.je n*ai trouv^ cite que dans Gnil- 
laume de Machaolt ^ en basse lat. 
nubalis, 

NuBiLEux : N^buleux , tnste , cha- 
grin; nebulo^us. 

NuBLE : Sorte de patisserie fort 
l^gere , espece d*oublies ; de nebula. 

NuBLE : Longe de veau , ^chin^e 
de pore. 

NuBLE : Qui a la vue basse , qui 
ne voit pas clairement , myope j ne- 
bulosus. 

NfiitlECE , nublesce , nublesse, nu- 
lece : Nu^e , nuage , amas de nuages, 
• obscurity ; nubes , nebula. 

NuiE : Priv^e , d^nu^. 

NuEF, nu^s y nuez : Le nombre 
nenf ; novem. 

N«is, nuef, nuefs : Neuf^/nouveau, 
qui n'a point encore servi; novus; 
au f^minin nueve, neuve ; nova. 

Tant en donerent qn*a Grant-mont 
Clcrc el proToIre soaglet sont : 
Ce fu nns eomandemmenf nuis , ' 
Ia va U ehan devant li bues. 

JBib/e Guiot, 'vers 1576. 

KuBSGES : Noces , dpousailles ; 
nuptice. 

NuKSSE , nueccy nuepce : Nudit^, 
manque, d^faut, simplicity j ct^ndue 
d'uneseigae^rief^odale ou censuelle; 



WUL 

nuditas; en'aoc. ProY. nudeza. Temr 
unfitf en nuesse, ou en nuece, on 
en nuepce, on de nu a nu, ou nue- 
ment, c'^toit le tenir immMiatement, 
et en ayoir la seigneune f^odale; 
tenir unfief a nuesse d*un seigneur 
ou du Roi, c*^toit releyer d'eux imm^ 
diatement , sans moyen. 

NuBvisMB , nuevizme : NeuYaine , 
neuyierae; novendium. 

Le nssevitme (eomnandemeBt) est qn*om 
luie le lit ton Toifin , diett qn^on ne Toiat 4 
autmi fame. Le Miroir du Chrestien. 

NuGACioN : Petit mensouge £ait en 
plaisantant; nugacitas, 

NuiSAHCB , nuisancon, nuisement, 
nuysement : Peine , ennui 9 incommo- 
dit^ , obstacle , tort , prejudice 9 dom- 
mage ; nocentia. 

J« n*ay '▼!«( en riens roatre plaisance , 
N« n*ay p«na^ ponrtant k rona detplaire ; 
Ponr Toa plaiaira on ponr Toatre nui s a nce 
Je ne differe en rien. 
Complainte de la Comtesse de Charrolois. 

NuiSAH^OHS, nuizanfouz : En- 
Duyeux, nuisible; nocens, 

JJuiT : Veille d*une fftte, le jour 
qui la pr^ede; de nox, nuit, le 
couchant. 

Nuitahtb* , mtit entree : Entr^ 
de la nuit, commencement de la nuit ; 
nocds introductio. 

Nviris, mdli^ : L'espaee d'une 
nuit ; de nox, noctis* 

NuiTiEB , nuituer : Le soir, la nuit 
commen^ant, 

NuLB Fois y nuUefide, nuUefois : 
Jamais, nullement; de nulla et de ^icis. 

Nub biens ne ▼enroient oii pais ponr la 
grant cbalenr dn aoleil oni ardoit tont , ponr 
ce qne il ne pluet nuUejois oik pais. 

Joinpille, Hist, de S, Louis. 

NuLE BiBHs: NuUe chose; nulla res, 
NuLLoUB : Ce qui reste d'une 

succession apres racquittement de» 

dettes* 



Digitized by 



Google 



NUN 

NoLtn ,' nelui, nidU, nulU, ntiUut, 
nulliijr, mdfyy nuls, nulx, nulz, nuns, 
nusy nuz : Nul , aucun, pcrsonne , 
qui que ce soit; nuUus, Nuns nez, 
nul homme Tirant. 

Les beans respons et les beaux dita 
Fnrent t OQTent par eUes dita , 
A nuHur ne poru rancuna, 
Ele fa dere come la lane, 
Adonc je fos moolt eabahi 
Car je ne tU pr^ moi nulhiL 

Roman de la Rose. 

Ce miracle n*enromanfai 
Se por ce non , que }k orrea ; 
Par Terlte dire porres , 
Qu'aint n*oi8te8 conter nului 
Bfiracles apert plot de cestui. 

Gautier de Coimi, Iw, a, chap. lo. 

Une merreiUe It UTint, 
Que onqnet en cil leu ne Tint, 
Qu'il troTatt qui bien U f^t 
He bien par amor li d^bt ; 
Mes anii que tous le haiasent , 
Le ledengent et eicbamisaent , 
Nus ne li.diat se bonte non. 

Le Diet du BariseL 

NuMBBK : Nombre , quantity ; nu^ 
merus. 

NuMBLB : Longe de veau, ^chin^ 
de pore. 

NuM s : DWinit^ , puissance » to- 
lont^ diyine ; numen, 

NuxEaBux, numereus : Nombreux, 
qui est en grand nombre ; numerosus. 

Croyes qne U repaivaaille feat oopieuae , et 
lea bearettea munereutes, 

Rabelais, lii^. 4, chap, 5i. 

NuxuaAiEB : Banquier, agent, cal« 
culatenr; nwnerarius. 

NuHcuPATiF (testament) : Testa- 
ment fait de -vive vok , et non toil; 
iestamentum nuncup€itum. 

NvvvKi , nunfez , nur^oit : Infid^ 
lit^ , ingratitude. 

Nuns, /u^: Personne, nul, aucun ; 
nuUus. Yoyez Nului. 

Mia en li out lea iauz creTts 
Qua Ua aatrta out avoglex; 



NUT a49 

L*tfotr enportent li Legat, 
Dont tant i a guile et barat , 
Tot ont perdu, nuns n*i roit goute. 

BMe Guiot, 7>ers 706. 

Nuns nxz : Nul homme fiyant. 

Que Toui iroie-ge diaant , 
Frere Sjmons fiat Tera li tant* 
Qu'il fiat de li tons sea aTiauz^ 
Et li apriat ces genx noriaux. 
Si que nuns nez a'en apen ut ; 
Par aa contenance desut 

Toua aea frerea 

Rutebeuf, Fabliau de Frhre Denise, 

NupGES : Noces ; nupM. 

"NtSKUSEMiivr^nurnssement^'JXowiy 
riture, aliment; nutritio. 

NuKEBTUES : Arriere-faix. 

Nus , nuz : Nu, d^couyert ; nudus; 
en bas Bret, noctz, noeth. 

Nus, nuz : Aucun, nul, personne ; 
nuilus. Yojez Nului. 

NusQUB : La moelle de I'^pine 
du dos. 

NusQUE : L'angle interne de Toefl. 

Nut : Nuisit, fit tort, endomma- 
gea ; de nocere, 

Et lora Tindrent lea mirea i lui et ae con- 
aeilla 4 ela de ladite maladie, et il firent fire 
one emplaatre et li miatrent aua le genoil , qui 
riena ne li ralnt; ain^oia li ntu, car la dttjenr 
qae Jl AToit 11 treapaaaa ea deatre genoil. 
Miracles de S, Louis, chap, 6o. 

NuTiB , m^ide : Nuit , Tespace 
d'une nuit; nox, noctis ; en Messin 
nuffe , nutid. 

NuTiu , nutdit , nutdiz : Nudit^ ; 
nuiiitas. 

NuTEiGAiEB : Qui nourrit, qui est 
charg^ de nourrir; nutncarius. 

NuTEixBNT : Nourriture, aliment ; 
nuirimentum. 

NuTEiTip : Nourriderf 

Sana te cbaloir du grant doeil exceaaif , 
Ne dea regreta dont tu ea le motif. 
Que le bon Due de Bourgoigne fera 
Quant du beau corps , dont il fuat nutritif. 
Par toy desfalt , mw , et transitif 
Enoontre coer l*infection aera. 
CompUdm^ df la Cumtetse de Ckarrolois. 



Digitized by 



Google 



jlSo O 

NuTi : Na^ , image ; jkubes. 

NuTEAGUiEE, FiorHguier , norri'^ 
quWy mtyraguier : Noorricier, ber- 
ger qui nourrit et ^ve da b^tfdl ; 
nutriccUor, nutricarius. 

NuTSABLE : DEngereax » ooisible. 

BI«is estce on gouffrft iH^TitabU 
G^^kia i tottte nature? 
Car elle a dit <ia*etle eftt aydable^ 
On nujrtable a la cr^tiir« : 
Et qa*eUe a MCiWtlU {lure 
Autant sur grant que inr Aeniks , 
Qoi tOM font par elle t«iMis. 

La i>ance att^ jdtffiMgk$, 

NuTTiE : Service qu*on est olAifi 
de faire pettdant i'espaoe d'une nuit. 

NoTTiBE : Le sotr. Fb/vaNuiTiEE. 

Nt (mettre ea) : Iftet, i'laacrine 
tn faut ; negmre* 

Nyant : Rien, attcune those. Foy. 



oAir 

Ntqx { Simple, nfltf , igniyraat. 

Gneres n*f t de temps que j« arrival ik nog 
■lardkant qni ettoSt nonlt i^rce eC krart ; U 
plot efchart (avare) oatott 4o oHHule , tant ea- 
tolt riche et plain , qne nng chariot i quatr* 
roucins n*^st seen mener ton avoir. 

Boinan de Gerard de Netitrs, 

NyctaIope : Celui qui voit mieux 
la nuit que le jour ; nyctalops, 

Ntctoste ArEe^Es:MagiatTaU char- 
ges de veiller an bott ordre pendant 
la nuit : le guet les avoit remplac^ ; 
njctostreiiegi. 

Ny^e : Nich^e, coUv^ , qtlantit^; 
au figure ) maison , domicile \ nidus; 
du Grec mtouia, neassia; en bas Bret. 
et en Gall. mth. 

Nylle : Croix ancree, tenne de 
blason. 

N YNN YN : Nofli propre d*b(niime ; 
Ninnarius. 



o 



o 



, od, OS : Oici,aTec. 



Ca CkcTalie^ jeiMnt aa taUat 
Et as eaoh^ 4e rantre part i 
O a la mine, • A haaart. 

Bt^mumde Gmmvain* 
O c Au ; €uL 

Pidsqne j'araf celni4nMryetcsp«nx , ponr 
qni tant 4« peine fst torasent }\j sonfiferft ; o 
monde ne se troreroit le pareil , de sens, de 
beanlt^ et de coartoUie. 

itotmut de^Gerta^de Nepers. 

O, oo : Avec j cum. O lui : Avec lui. 

J'alai i li el praelet 
O la Tielle et Varchet. 

Chanson de datse BNtiez. 
O : Qui, 

Mais sachies Si n*en ot galk-es 
Qni del debt ^nssent renon, 
Sc n*«n dirent ne • , ne non. 

Miraeie de U Benoite Dent. 

O : ttaintenant, suivant Bprel , 
qui cite un vers de laqaemars Gid^ , 
€'eftt-4rdise» du Ronan «iU& Bettard; 



il s*est tromp^ 9 il 7 ^ Aans le Bfss. de 
Ce Roman , ci. 

La figure est fins de no liTre, 

y^ir le poes k delivre , 

Pins n*en forai d maaeion : 

En Tan del ineamaefton 

BAil et deux cenz et quatre Tins 

Et nnef , fu ci feite la fins. 
Boman du Benard, ^ iafat, n* 76t5i 

O i Attn : D^ormais , k janaia. 

n ne se morra mais oah 
Tant qu*Jl Toie son riere-ban. 

Boman de Peurtemep^ de Blots, 

O :, Les neuf aatiennea qui ae duuH 
tent neuf jours ayant la Teille de 
JToel ; eUes eonanenDettt le 1 5, et ink- 
sent le 23. Dueange 8*e«t tromp^ ea 
1k*en metUot qua sept , et ea disant 
qu*elles se cbantenl tout le tempa de 
TAvent. 

Dance : Rente eu redeiraiice qm'on 
payoit a cri public , a la porta de 
r^lise ou de lli6leMe-TiUe. 



Digitized by 



Google 



OBE 
Oiirs, oant, <npu : Qui to»«te , 
qui etitettd; mtth'ens. 

Bfais en la nnlt sWant de ccJe a^Umet «€- 
poltiire , oantle eo«tos comenzat Mf espin i 
crieir, ge ard, ge ard. 

IMo^ «<f S. Gt^goire, tS^. 4, ^1^. 54. 

Sequend autem nocte ex eadem sepufturd , 
avdienftt eust^dfi, ejus spintus ceepu ckuno' 
re : ardeo, ardeo. 

OBcuiTi : Obftcurit^y embarras; 
d^occultaiio, 

OftiJLNGiEA ? Nom de la premise 
dignity da chapitre de $aint-Just, 
k Lyon. 

OBiDiEHGE, oh^, ohfye : Sou- 
mission , ob^issance; obedientia; en 
anc. ProT. obmmen^ en Basq» ob^dia* 

lA premiers degree de hoailit^ «i est oU" 
dience : ceste corient i ceuls qui nnle chose 
ne prtsest aTant Jlkesn-Crtst fjnt H ont empris. 
ImS^dtABemoA, chap,B* 

OBi&mEHciAiEB , ob^diendery ob/- 
diemiei i Religienx qui desserroit un 
b^n^ce par ordre de son sup^rieur ; 
ohedlenUarius ; of&cier de chapitre 
qui faisoielesdistributioBS manuelles 
aoz chaaoinM prs^sena an cboeur; 
obeditntiaiU. 

Oa^MEvs : S^nBiis, assvjettit 
ob^issant ; obediens. 

8e tn es PrAas > fais que ti soagtt t^alment 
plos que criement et •oktit-pliu cfbddkm par 
amo9r ^ue par cnmor. Miroir duCkrettien, 

OaiiE c SVngager, se souaettire ; 
obedire. 

Ob^issament, ob^issemem : Avcc 
siMMMBSten et ob^isaatice \ ^ibe^enter. 

OBiissAHcs : Hbm»age que delt 
le Tassfli k son seigneur^ redevance, 
serrice du vassal ; obetUentia. 

OainsAKcac : Mgueuiie, district, 
juridiction, ce qui est sous une Ak» 
peudakioe; d*tAedmfaia. 

Obel : Signe, but, borne; ^tal de 
iMincbar; obehi^i dm Grec obelas. 

Obelovieee : Lien plants de \^u* 



6 i L a5r 

Mob 9 en diouhelim , pknte qtu pro- 
dutt mae t^phct de fhiit dont on se 
sert peur laire la bi^ : ii en croit 
beauoeup dans TAlleniagne , la Flan- 
dre et dans le Boulomtois. 

Obevs : Le baoban d'un mirire. 

Obee, ^fer : Snirre, sortir, lever, 
fisfiter, assister; se remuer,beancoup 
agir; obite. Obtrdel Uct: Sauter en 
bas du lit. Fbyez Hobee. 

Obbeliqubs : Les parties de la g6- 
B^ration. 

ObIbeie : Obto, £tre sounds ; obe- 
dire; en bas Bret, obdssa. 

Obicb : Opposition , objection , 
emp^cbement , obstacle ; obex. 

OBidi : Oppose , contraire 5 obfeo 
(us; en anc. Prov. obist. 

Obicee, obiceir, vbider, obisser: 
Objecter, opposer, reprodier; em- 
p^cber, retaxtler ; obficere. 

Ceste sentence cl rim^ 
Trovieras escripte en Tluai^ 
De Platon qni ne In pas niees ; 
£t qnant tn d*aatre part obices 
Qne leit et Tllaln sont U mot, 
Jf te di derant Diex qni m*ot. . . . 
*Boman de ia Base, *vers 7sSS. 

Obiee : Sous-prieur, prieur claus- 
tral; BMtiiial, qui se l^e mating 
d*obiims, participe diobire, 

Omt : Mort , tr^as ; obitus. 

Obitvaiee : Registre oil Ton in- 
scrit le Bom des morts, et la date de 
leur sepulture ; d'obitus. 

Objueoateue : Qui r^rimande « 
c^t ^it des reprocbes ; obj'ttrgator. 

0^iBE«ATioN : Reprocbe , r^r^- 
bension; objurgado, 

Obiveoatoiee : Qui contient des 
reprocbes ; ^bfurgatorius, 

Objueguee : Reprocher, gronder^ 
r^rimander 5 objurgare. 

OBLAxiif Eux : Qui dure long-tempa 
sans se eorrompre. 

Oblat : BeJigieux laique , fr^ 
ooayers o« lai ; sokkt invalide que 



Digitized by 



Google 



dSdr O B L 

le Roi mettoit dans cliaqne abbaye 
on prieur^ dependant de sa nomina- 
tion , poar sonner le9 cloche9 , ba- 
layer les cours, le convent et I'^lise ; 
enfant pr^sent^ par ses parens pour 
^tre religieux, ce qui, en queique 
aorte , ^toit un sacrifice on une obla- 
tion qu'on faisoit a Dieu ; obUuus ; 
personne s^uliere qui , sans faire de 
Toeux , donnoit sa personne et ses 
biens a une maison religieuse ; oblata. 
Oblat de Ctteaux , chien; oblatraior. 

Oblate , oblation : Pain dont on 
se senroit au sacrifice de la messe ; 
cblatunty oblatio* 

Oblation N AIRE : Pr^tre qui rece- 
Toit les offrandes ou oblations des 
fideles; oblationnan'us, 

Oblatoib* : Sorte de pelle de fer 
«ur laquelle on Cait cuire les pains 
ou hosties destines au sacrifice de la 
xnesse ; oblatorium. 

Oblayerie : Le metier de faire des 
boslies et des oublies ; d*ou oblayeur, 
celui qui les fait; oblarius, d*oblata, 

Obliage, oublSe , oubliage , ou- 
blial, oublie (droit d') : H consistoit 
en une amende que payoit le vassal 
qui n'avoit pas satisfait,au jour mar- 
qu^,aux engagemensqu'il avoit con- 
tractus avec son seigneur ; d'oblivio. 

Oblial, obliau : Rente annuelle; 
celui qui doit le ceos d'obliage, 

Oblie, obfye , oublie : Sorte de 
Patisserie l^ere et fort deli^e , que 
nous appelons plaisirs; en bas. kt. 
QbUa; c'^toit aussi le nom d'une c^ 
r<Smonie qui se pratiquoit dans les 
^glises le jour de la Pentec6te » et qui 
consistoit a jeter du haut de la nef » 
des ^toupes enflamm^es. 

Oblie : Oublie ; oblitus. 
, Oblier : Oublier, ne plus penser, 
ne pas se rappeler ; obliuisci. 

Cir taut estolt Talereute et pradente , 

Qa'il n'est mils bicni qui jaiDaifa0«scoat«atet 



OBH 

Ni qui fatte t^ Dame mblier, 

Dont pour TAme devons toiujoiirs prier. 

Complainte de Charrohis. 
Oblietb : Cachot , prison perp^ 
tuelle ; oblivium, 

OBLioi : Obligation, engagement; 
obligatio ; en bas Bret, oblichp 

Obloqucion : Contradiction, con- 
testation , querelle ; oblocutio. 

Obloyer : Faiseur ou marchand 
d*oublies. 

Obn UBLE : Obscur , n^bnleux , 
charge de nuages ; obnubilus, 
Cet t amor est d'autel nature , 
Car or est dere, or est oscare; 
Si tost com poTret^ Tafiible 
De son hideux mantel onuble , 
Qu*el ne Toit m^ richesce lnir« « 
Oscnrcir la covient et fnlre. 

* Roman de la Rose, "vers 4995. 

Obnubler , onubler : Cacher, ob- 
scurcir, rendre trouble , couyrir de 
nuages , de poussi^re \ obnubiiare. 

C*est Tamor qni Tient de fortune p 
Qui s*eclipse comme la lane , 
Que la terre obnuble et enombre 9 
Qnant la lone chiet en son tuibre. 
* Roman de la Rose , *vers 49x3. 

Obole : Monnoie de cuivre valant 
la moiti^ d'un denier; et selon Nicot, 
cit^ par Borel, sept deniers tournois ; 
obolus; du Grec obolos. Droit d'obole t 
Retenue d*une obole par livre pour 
le tabellionage du Roi. 

Obol^e : Terrein que Ton tenoit 
sous la redevance d*une obole, qui 
rapportoit au propri^taire la yaleor 
d'une obole. - 

Obombrer : Cacher, couvrir, met- 
tre a Tabri ; obumbrare. 

Obormit : Pr^par^, appr^t^; op^ 
ratus. 

Obra : (Buvre , trayail ; opera; en 
Langued. Sbro. 

Obraoor : OnTToir, boutique , 
atelier; operatorium. 

Obrausa ; Onyrage , op^ratioii \ 
operation 



Digitized by 



Google 



o c 

OsmiB I Agir, trayailler, appr^ter ^ 
op€r€ui, 

Obebe , oher : OuYiier, manoeu- 
TTc; operarius^ 

Obs , ops : N^cesait^, besoin ; opus. 

OBftcuEiiE , obscurer , obscurir : 
Obscnrcir , rendre obscur , ten^- 
breux ; obscurare, dont Scarron, dans 
ton FirgileTravestiy a fait obscurifier, 

Onscvwiri ^ obscuresce : Obscurity, 
TXibsence de la lumiere; obscuritas. 

Pail da bant du ciel soodainemeat baiss^ 
Se plante en terre et commande aux na^t 
Loin f *en aller di^obscurti denudes. 

Marot, 

Obsbcueb : Pri^rc ; obsecratio. — 
Un cur^ va administrer une vieille 
femme malade, et dit : 

▲ la TieJllette a^en repalre. 
Car aon obsecurt Toorra falre 
Si tost com Vimt en iert partle. 

Gautierde Coinsi, 

Obsbbvahcb d*bn ba8 (les fr^res 
de r) : Les Cordeliers , les fr^res 
Blineurs. 

Obsidiob : Si^e d*ane ville , ac- 
tion d'assi^er; obsidio. 

Obstaclee : Saisir, emp^cher, 
mettre obstacle; obstaculum ponere, 
obstendere. 

OiSTAHCB, obstanse : Emp^che* 
ment , obstacle -, obstanda. 

Obstant : Qui porte obstacle , qui 
emp^he; et selon D. Carpentier, 
pour, k cause, parce que ; dL^obstanUa* 

Obsteteizes : Sage-femme, femme 
qui fait I'offioe d'accoucheur , qui 
prepare le travail ; obstetrix. 

Obtemptee : Obto, soumeltre; 
condescendre ; obtemperare, Obtemp" 
tons , soumettons , ob^issons. 

Obyentioh , obuenu : Revenu qui 
ii*est fond^ qu« sur les cas fortuits , 
casuel I obventio. 

Oc : Qui, assortment, cartalne- 
\\ udque. 



O C C 25^ 

OcAiEA : Mordre, prendre avec 
les dents. 

OcAizo : Sujet , cause , pr^texte ; 
fpccasio, 

OccASE : Coucher du soleil , ce qui 
conceme I'occident; occasus, 

OcGAsiONAUM ENT : Par suggestion ,~^ 
par conseil , indirectement. 

OccAsioivni : Sujet , accoutum^ , 
qui a rhabitude ; en bas. lat. occa-^ 
sionatus. 

OccHoisoN : Intention , dessein ; 
d'occanb.Voy. AcHAisoN et Achoisk. 

OcciAHT , ocdsant, occiseur : As- 
sassin , meurtrier ; occisor. 

OcciE , occere , occire , occiser, 
ocercTy ochir, ochirre, ocir : Assom- 
mer , assassiner , tuer , massacrer ; 
occidere. 

Je ockirre te ferai 

Si TJlment^ com je plus porrai. 
Si que tot cil qui te Terront 
Por eel esgart dolant seront. 

Fie de Sainte Kaierine, col. 6a. 

Cil qui mefont en ceste loi , sont pnnis hora 
d*ordre , et sont aucnne fois eoToie en essil 
on puni plus crnelment selonc ce que il out 
mefffet; car se il prennent denier d*or por 
ocerre on home , on se il ne les ont , si leur 
sont promis , on por condampner celoi qui 
n*a rien meffet, il doivent estre puni par 
paine capital et estre envoie eu essil pardu* 
rable. Mss, de la Siblioth^ue Imp^r, , 

ii<»84o7,yW. 197. 

Occis , €Khis : Tu^ , assassin^, mas* 
sacr^; ocdsus. 

Oggisb , occisiofiy ochision : Meur- 
tre , assassinat , carnage , massacre ; 
occisio. 

OcciSENT : Tuent , massacrent » 
assassinent. 

Poisqn*aiDSt morir les conTient 
Que par lor pnison §*occisent, 
Qu*autre gens lor mains ne m^ssent 
Tant com plus de gent les Terroient , 
Plus gthi et honi seroient. 

Boman de DoloptOot. 

OccoT : Retard , emp^chement. 
Occult : Secret, cacb^, dissimuU^ 
0€cuUus. 



Digitized by 



Google 



^54 OCR 

OGcULTii : Obscurity , embarras ; 
^occuUatio. 

OcciFFBA 9 ^eeupper : Aecuser, at- 
teindre , cliarger, convaincre qad* 
qQ*iui d*ttii crbne ; ^ocguptMre, 

OccDPFi : Pris , fait prisonsier. 

OccvauA 9 occurre : Gourir-sns , 
Tenir au-deyant , s'opposar ; vemr 
promplement aa teconn 4e quel- 
qu'mi; occurrere. 

OcBL : Coupe , ^iielle , petit Taae ; 
oceUuSm 

OcBtis : Ta tuas , ta matsaeras ; 
ocisit; IS tua , il astafsina ; d*occidere. 
Mors, moult par fvt Tikme, q«nt ta 11*7 pr^ 

Cil qui Unt bient fiusoit , taVoeesiiutm failUt 
Un de MS fins est Rois , or doint t}ex qu'al- 

ttm TaiHe, 
Per Yos ot la &oiii« monit dnre ilesserraHle. 
Sermon d& Smmetriaux, 

OcBSiSftEKT : Qu'ils tuastent^qu'ils 
massacrassent. 

Car 1! Qveas Garias lor aroit command^ 
, qne se U le pooleat prcndrt , qv*!! oeetf stent, 
* Ameassm et Nkoiete, 

OcHE : Jardin, yerger, terre la- 
bourable , entour^ de foM^ o« d« 
baies ; en bas. lat. oiau 

OcHE r Entaille, entaillure^ cou- 
pnre; osca. 

OcBEE : Eetailler, marquer d*une 
entaille on d*une hoche; aa figure , 
remiier , mouYoir , retonmer , »e-* 
couer. Ocher mn akrt : Seoooer un 
arbre pour en Cure tooodMr le fruit , 
eiq>ression encore usit^ en Bo«rg<y- 
gne et en Picardie. 

OcHiEE , ochir, ochire, odr : Tner, 
massacrer, d^tmire , an^antir ; occi- 
deFc; d*oii ochions, tuons; odsistes, 
Tous tuAtes. Fojrez Occxa. 

Si conune s« je sois tn aa meaoB aanaDs 
loiDf de fens, et larrona Tiennent en me me- 
son par nait , et jc on ma mesnl^ les aperthe- 
Tons et les couroas sns poor penre , et les 
prenons on oekions por die que trouTerent 
en defense. Cout. de Bttuwoisis , ehap, 39. 



OCR 

Eome noB laoe et noa €B|l4t« 
Rome destmit et ocist tot; 
Rome est la dois de U malice 
Dont sordent Colt U malvis vice ; 
C*est nn riTiers plein« de Termine 
Contre TEscr^Mlare drrlne , 
£t contre Dea sont tnit kur fet. 

Bibk Guht, 'vers 770. 
OcBiftioN, ocfUssion, ocision, ods^ 
sion : Meurtre , aasassinat ; oecisia. 
\ojtz OcciSB. 

OcHissEEEs : Assa$sia , meurtrirr^ 
bomicide ; occisor. 

OcHoisoir 9 occoison , ochison , 
ocquision, oouoison: Sujet, pr^texte, 
occaaion; occasio, Voyex Achoise. 
Amors me done ochoison de chanter, 
£t ma dolors ochoison de complaiodre. 

Gautier itEpinai. 
Oc.BoisoNVER : Reprendre, bift* 
roer; avoir oocaaion; oocasiomcwe. 

OciE : Tue; ochisirent, ocisttent , 
ils Querent ; ociez, ochiez, tuez ; odent, 
ochient, ils tuent. 

OciEux : Oistf , qui ne fait rien ; 
oiiosus. Deniers odemx : Beniers qui 
ne produisent ni rentes , ni int^^ts. 
OcLAGE , ocie : Article du contrat 
de manage, qui aceorde k la lemme 
une part des biens du mari , si elle lui 
survit ; ce mot ae preaoit aussi pour le 
present de noce que le mari faisoit k 
sa femme , en lui donnant un baiser ; 
oscuium. 

OcLE : iN^sent en argent ou en 
elTets, cadeau; ce qu*on aeeordott k 
une yeuTe pour son deuil } oscuium^ 
OcLEE : Frauder, troraper au jeu ; 
de la adeuTy trompeur. 
OcoiiTE : Liaison , union. 
OcQuisBNBE , oequisonneir: Action- 
ner en justice; tourmenter, vcxcr; 
s'incliner, baisser la t^te; ocquimscere. 
OcQuisioN, ocquison : Rencontre , 
occasion ; ocamo, Voy. Ochoison. 

OcEis , ocrisse, ognWse : T*tu , f^ 
tue 9 opinidtre, mauvaise tdte; du 
Grec ocryo, scion Borel. Femme 



Digitized by 



Google 



ocu 

0crUe : Femme qui a une xnauiraise 

Oct, ocU, oict, oii : Huit ; octo^^ 
en Irland. ocht, 

OcTABES : OcUt^ 9 Tespgce de huit 
jours ; d'oeUtf^HS. 

Et qmnt ce Tint ces 6ct»bes de le PiBsqaef , 
•I not detpsrtimes , et H Ten pesa flMuk. 
Boman du S. Graal, foL 4. 

OcTAiiTE , huytante : Quatre- 
fingts ; octoginta; en Irl. octpodka. 

QcTAifTiEME : Quatrt-vingtieme ; 
octogies, octogesimus; octog^naire, 
qui est &g^ de quatre-vingts ans. 

OcTAYAGE : Droit qui consistok a 
foire payer une seconde fois le hui- 
ti^me de la taille; oetavariimu 

OcTATs : Semaine, espaee de huit 
jours; octava. 

OcTEMBRE , octoivre, octoure : Le 
mois d*octobre ; October; en has. lat/ 
octimber, Dans le Cartulaire du Car- 
dinal Le Moine » page 370 , on trou ve 
un acte ainsi dait^ : < L'an de grace 
1 3o6 , ou mois ^octemhre, le samedi 
apr^ la S. Luc I'EvangeKstre , qui 
est le XYiii ». 

OcToxAGB, octomaye : Dtmage k la 
hniti^ime; octomagium. 

OcTEiSE , octroi, octroicment, oc^ 
trojement : Permission , p^age , con- 
cession d'un privilege , d*un pouYoir 
ou de quelques graces ; d*auctoritas. 

OcTROiEE , octrojrer, otroier : Ao- 
corder, eonsentir, permettre; auc^ 
torisare, 

OcTUAL : Mesure de biere; octuaie 
eerevUice, 

OcuLAiHEMENT : ^Yidcmment , i 
la Yue \ d'oculartus. 

OcuLr: Le trobieme dimanche de 
car^e, ainsi nomm^ du premier mot 
qui 9 ce jour^la, commence Tintroit 
de la messe. 

OcuEcisa , ocurcir : Obscurcir, 
ceodise trouble 9 deYenir trouble. 



Ocuatia : Courir annleYant de 
quelqu'un, aller au-deYantj| occur* 
4are i occuir^re. 

OcussoK : Formality de justice ; 
occasio. 

Od : AYeCy aupres, coutre; cimi. 

Tat %^1X (JncUs^ ^lut k Deu iMTt i ^ni 
Od bone f^, e ot/simplicUe, 
Deua est si pleln de sa grant piet^, 
K.*JI II ^st tut urn peclii^ pardon^. 
Soman des Rgmam , derniire strophe , 
Jbl. i56, f^o, du diss, detJSgluede 
Paris , cqtd N, 5. 

Tn ne fens point aUianoe od ens , ne od 
leurs Dienx. Bikh, JSxodo, ohajK a5» v. 3a. 

Ifon inibis com eu fatdta , nee cnm Diis 
eorum, 

Ooi : Haine 9 aYersion , r^uguan- 
ce ; odium » 

OniosiTi : Quality haissaWe, ce 
qui fait hair 9 ce qui rend odieuz ; 
qdiositas. 

ODOEAirs : Qui sent 9 qui a bonne 
ou mauYafse ocfeeur; oehrans, 

Fl^uri f enst blanches et rermeiltet^ 

On ne porroii trvuTer p^reilkt , 

De tontet diTetsea couleura , 

Be haulz pria et de grans Talenrs', 

SI estoyent soef flalrana 

Et riiiigiam et odomns , 

Ne Tons texmj pns tongue iabb 

Du lien pUiiMt et dklitabW. 

B&moM de la Rote. 

OooEEB : Sentir bon , donn<?r 
bonne odeur9 parfumer; odorare ; 
odorari* 

Odoeeux : Odoril^rant , qui rend 
de Todeur ; odoratus, 

Oe. 9 ces, oez, one, oue» : Oie^ yo- 
latile &e basse-cour; anser; en bas. 
lat. occa,^auca; en bas Bret, oa^; 
de H19 la rue aus Oues, pres eelle 
S. Martin , et non pas aujt Ours, 
comme on Fa appef^par corruption. 
Foyez S. Foix , JSsstdf sur Paris. 
Or tost , ce dist Blabfle , ami* , 
Achates oes et chapons. 

Fak&au de Momn , de Pro¥im$. 

<Bci«A/vB«Yifc : Li^ 9 uui 9 attacM. 



Digitized by 



Google 



\ 



!i56 O £ S 

OscuMXKiQUE : UniTCTScl ; oecw^ 
merdcus, 

Obfs, cos 9 ohes : (Bafs, d'ot^tf/n; 
ycux, ocuU; plaisir, gr^, profit, 
ayantage, gain. A o^s , k son sou- 
hait ; ad votum ; volont^ , volonti^rs. 
Voyez Ok. 

Et li houUer de la meson 
Dient, ^ Tten, Mabile , e^coate, 
Cil denierfl sont nostre sans doute • 
S« tn me« G^ns ce TiUin , 
11 ne tont mle a too o^s Min , 
Ditt filabile , letsies le en p^s , 
Qn*il ne me pnet eschaper m^ ; 
Toz lea deniera je lea tos doi , 
Lea iex me creTea , je Totroi » 
Se U en est a dire an teoa. 

Fabliau dt Boiwin, de Provins, 

Oei , hoif oi : Aajourd'hui , k pr^ 
sent ; ho€lie. 

Ceil , oel : L'oeil ; oculus. 

Envle chil pronTa i droit 
Qai tn ei , et apertement 
Qui Tant perdre nn oe/par conrent , 
Que ses oompains deni en perdroit. 
JtGserere du Reclus de Moliens , strophe no. 

OsiLLE , aeille. Yojez Oile. 
Oel , oeU , oelle : Aile d'oiseau ; 
€iia. Voyez Oil. 

Et lenr cner a mal fere tonment, 
D*oei^ d^onenr lea afolent , 
Et par lor conaail ai bat Tolent , 
Et quant 11 cnident Toler hant, 
Iienr oeie a Tinttant lor fant. 
Le Die de tJigle de Jehan de Condeit. 

Oellb : Huile ; oleum. 
Kais les tlgnes de la fonUine , 
Qui fn de sainte oette plaine 
Que juiqn^an tjmbre decouroit , 
Grant apparence en demonstroit. 

Trag6die de la Fengeanee deJ, C, 
parlant de sa Naissance, 

Oelxeivt : ^alement , de la m^me 
mani^re ; cequaliter. 

Oehchihb : Brasserie, manufac- 
ture , laboratoire. 

Oenduit : Sorte d*amende p^cu- 
niaire. 

Oeht, oient: Entendcnt; audiunt, 

Obs : Oies, oiseaux de l>asse-«oiir \ 



OEZ 

d*anser, — > Palhelin se Yoyant tromp^ 
par le Berger, lui dit de venir sooper 
chez lui ; le Berger ne lui r^pond au- 
tre chose que b^e, et il r^plique : 

Par salnct Jean , tn as bien ralson : 
Lea oysons menent lea oSs paistre ; 
Or cnydois-je estre aur tons le maiatf« 
Des trompeura d^ici et d'ailleura. 

Farce de Patkelin, 
Obs : Eux ; illi, 

lis fisent rentrer Tanerai oi chastel et con- 
quisent terre sar oes dnsques k la maistre 
porta . FiOe^Haniouin , Mss. ,/oL 41. 

0]£s : (Bufs ; d*ovum, 

Li Yilains demande a disner, 
La Dame li cort aporter; 
N^orent pas sanmon ne pertris. 
Pain et rin orent, et oes fria, 
Et dn fromage k grant plenty 
Que li Tilain sot amasse. 

Fabliau du FUain Mire, 

Oi.% : Gr^ , volenti , choix. 

Si Toua mengtex aroec antml , 
Les plus biana morcians devant lui 
Tomez ; n*alex pas eslisant 
Ne le plus bel» ne le plus grant 
A Tostre o^f , n*est pas cortoisie. 
Le Chastiement des Dames , par Hobers 
de Blois, 

Oet , oU : Huit; octo. 

(BuiLLiAGE : Remplissage jusqu*a 
Vceuil, ou bondon d*un tonnean ; 
d^oculus. 

<BuL : (Bil ; oculus. 

Et le mescine an cors corset , 
Qui aToit le poil blondet , 
Cler le vis et Vceul rairet. 

* Aucassin et Ifwolete, 

(BUYEB DE LOI. FajrezTKAIfSPOKT. 

(BuvEBS > Labours , facons de vi- 
gnes , &c. , enfin tous les ouvrages 
possibles ; opera ; en bas Bret, oetjfr. 

(Byre a : Faire, agir, traYailler; 
operari. 

Oeyeie : OuYrir ; aperire. 

Oez : Entendez, ^coutez ; d*audire. 

Cil Dairea dont Toua cy oes. 
Fa dt Troje noris et nez. 

Ho/rum de jy^ye. 



Digitized by 



Google 



OCR 

OpEGiDO : Snffoqa^, ^tonfiri^ ; 
nffocatusm 

OrlsGAE : Snffoquer^ ^tonffer; 
tJ^ocare. 

OFFEHomB : Offenser, iojuiier, 
&ire de la p^ine , outrager, contre- 
▼enir, p^cher contre les loix et les 
coutnmes; qffendere. 

Poorqnoi pensoient Ton ct Tautre sol of" 
Jkndn et defr^ndre , mii» nnle haine , ne en- 
vie, ae mal talent. 

Roman du Petit Jeham de Saintrd. 

Car circoy m*oat let chiena ponr me prendre : 
Xa fanlae troupe est Tenne m^offenare. 
Venue elle est me transpercer , et fendre 

Met pieda et mains 

Marot, Pseaume aa , 'vers, 16. 

Offxvov : Offens^ , injuria ; ^- 
/ensMs. 

Office : Officiality, conr eccl^iat- 
tique ; d^qffidalis. 

Office de Mage^tI > Droit royal 
€t souTerain ; qfficium majestaUs. 

Offigiee : Liyre d'^glise conte- 
panrles offices qu*on doit chanter; 
ffficiarium. 

Offigiee : Exercer an emploi, on 
service » et particfdi^rement celui de 
sergcnt , exploiter \ en bas. lat. 9^- 
tiarty diofficere. 

Officibes fibsyez : Les grands 
officiers de la conronne. 

Officihe : Boutiqne , atelier, lien 
on Ton traTaille ; (^ciruL. 

Offeb de peeb : Orphelin. 

Offebue : Recevenr des impAts. 

Offeie : Aller k TofTrande ; (0€rre. 

Offeot : £sp^ d'omement a 
Tosage des femmes* 

Ofiche : Charge 9 emploi 9 office ; 

Ofeoeie : Certaine partie d*nne 
maison. 

OooESSES : Tonrteanx , tenne de 
UasoiL 

Ogee : Orgne 9 instrument de mn- 
sique ; organum. 
n. 



O I E a57 

Ogee : Hongrois , habitant^de la 

Hongrie; Huffgarius, 

^ OouEDiE : Herser la terre, recou- 

Trir ayec une herse le grain qn'on y a 

sem^ ; occare; en b. Bret, tkguet, herse. 

OhI) ohie : D^bilit^ de quelque^ 
membre , incommodit^ , malheur , 
dtfant : ce mot est encore nsit^ dans 
la Basse-Normandie. 

Ohid, ofu^: Languissantf malade; 
odosus; en bas Bret, oesw^, oisenx. 

Ohub : Ouie,entendement; au^- 
tus; en bas. lat. oya. 

Oi , ox (j') : J*entends , j'ent^dis ; 
j'ens \ d^audire et d* habere. 

Maintenant que j'oi fait ma pri^ en i^*qy 
nuUe nouTelle du Conte de Poitiers. 

JoinviUe , Hist* de S. Louis, /bi. 91. 

Oi 9 oil : Oui. Oi-da, oni vraiment. 

OiAHCE : Rente on redevance qui 
se payoit an jour indiqu^ i cri public. 
Fox^ Oahce. 

O1ANS9 oiant, oyant : Auditeur, 
qui ^coute; audiens, Ce terme n*est 
plus usit^ que dans la proc^ure, 
lorsqu'il s'agit de la reddition d'un 
compte ; celui qui le rend, est le ren- 
dant ; et celui k qui on le rend 9 ou 
devant qui on le rend , est Voiant. 

OiANTO : Quatre-vingts; octoginta. 

OicTiBYE : Le droit de prendre la 
huiti^me gerbe ; d'octaviu. 

OicTOUYEE 9 oictoubre : Octobre 9 
le huitieme mois de Tann^e ; October; 
en bas. lat. octimber. 

OiDiF : Paresseux 9 fain^ant9 oisif ; 
otiosus, 

81 reehateras tn lo premier engendr^ fits 
de tea fils : ne tn ne appanras en moun regard 
oidif. Bible, Exode, chap. 34 , 'vers, ao. . 

Primogenitumfiiorum tuonan redimes : nee 
appareois in conspectu meo Tacuus. 

OioiTE : Paresse9 oisiYet^; otium, 
OiE 9 oie, ofe : Ouie 9 oreille , en- 

tendementj auris, audiuu; en bas. 

lat. oya. 



Digitized by 



Google 



.a58 OIL 

llais taut a err^ yen Voh 
Da chien , qu'il vh qti*i<{ui renoient 
Gent qui un sangler enchaocoieot. 
BoiruM 4e Peroerai, foi. 296 , R9, 

OiEL : Qil ; octtlus. 

OiEZ : £coutez, entendez; d'audire, 

Oiez Tantre seDcfiance , 
Qn*est en Urre de Saplance. 

Le Iwre dt Sapience, 

OioE , oi-je : Entends-jc ? 

OigITemenT) ointure : ParfuAi, on- 
guent ; d^unguentttm, 

OietiEMENT 9 ointure : L'action 
d*oindre , d'appliquer quelque chose 
d'onctuf ax , d'en frotter qiielqti*un ; 
d*unguentum, unctura; en basBret. 
mgnemaniadur, 

Oighonhette : Gmine d*oignon. 

Oil : Wl ; oculus; da Grec okkos; 
en anc. Prov. oil; en bas Bret. og. 

Oil : Oui ; Langue d'oil , Lan- 
gaedoc. 

Bele niece , ne voos puis Are 
La grant joie que j'al au cner. 
£ttei-Toat fille de ma tuer 7 
Oil, Sire , de Dame Tiece« 

Fabi, de Bowin de Pro¥ins* 

Estoit-il en bonne sant^ ? 
Oil, Sire, reraiement, 
Toofjors en to comandement. 

Tragidie de Im Fhngeance de J. C, 

OiLAs : Grenoaille. 

OiLE 9 asille , oiUe , oule : Huile ; 
oleum; du Grec eUuon; en bas Bret. 
eol, ol, eoul, oleu, 

Trop e«t chande Vodle bonillattt. 
Par deltas eulz aloh coolant , 
Pour le grand fen qoi agremir 
Uoille faisoit et fort fremir. 

Histoiredes trois Maries, foL 36a. 

^ OiLi , oille, ould : Hailier, ce qoi 
contient rhuile ; oleareum. 
x^ OiUiBT : Yeux ; oculi. 

Eienk n« d^nst vtoir ai der, 
Corone U fet-eu porter 
Toate de plume de poon (paon), 
O^ U oillet sent enTiron 
'*' Vrettoot entor k la roonde* 

C*a doit T^ir par tot It mondt , 



OIR 

Ccf ianx dtust tox jors aroir 
Vert Den qnl li f^itt tavoir. 
La droite voie <{ne fanconi , 
He aiglet ne aleriena 
Ne peustent T^oir si der : 
Petit li p^^on embler. 

Bihle Guioi, 'ven 694. 

OiLLos. Fo^ez Oe. 
OiNGNACE : Action de faire on de 
commettre des choses ind^entes. 
OiUGKEMBifT : Parfain , onguent. 
OiNGNON^E, o^oiMs : Kagout £Rit 
atec des oignoni. 

Qitt done Wiat eea oinffiohdes, 
Poia k TniU tt foTea piioea. 
BatailUd»Karmmeetde<3kanuige^'V.^i'j. 
OiNOT : Pain d*ointy on de gfaisse 
de pore ; la partie du pore dont on 
tire VoinL 

OiNGTiy oinctS : Frott^ , parfum^ ; 
unctus. 

OiNGTEE , ointer : Parfdmer, oin- 
dre , frotter de qaelqne liqueur dnc- 
tueuse , embaumer ; ungrre ; en baa 
Brf t. ouignamantL 

M^ amora al aroit la pointe 
D^nn prec'enx oignement 4Mtt9 , 
Por «e q«Vl ne me pbitt mrire. 

* homan de la Hate , vers 1859. 

OivTHiMAcioir : B^oumement 
personnel; indmado* 

OiNTisa : Marcband ^oint^ on de 
graisse. 

Oin TUEB , oincture , oingture : On- 
guent , onction ; action d!t frotter , 
d*oindre ; unctura; droit sur les suif , 
graisse et oingt, qui se yendoient am 
march^. Voyes OicirBKBirT. 
11 ot angoitte en la pointnre, 
M^t molt m'atoaga Voimture; 
D^une part te*oint, d*autre me cult, 
Aintinc m*aidt , ainatnc me miit. 

* Roman de la Bose , nters 1M9, 

Oia , oire, cure : H^ritier, deftcen- 
dant ; hceres. 

O Dame tu noua rcai eapoir 
De uottre hiretage r*avoir, 
£n Jheru&alem la celette 
Dont Bou tomet par natdre olr. 
Wserere du Reclus deMoUem, strophe ^^. 



Digitized by 



Google 



OIR 

Cm , aire , oure : Route , grand 
chemiu; ^errare, 

Oia V ooire, aomr, oir^ ojr t Onir, 
entendre , ^couter ; audire} d'oii ot, 
^oute y ooU, ^CQutoit ^ €h$, entendit ; 
ouois , j'entendois ; oisi, qu'il en- 
tende; oie, entende; oez, ^coute^^ 
oissiez , entendiez \ orrez , oirrez , 
entendrez, 6couterez. 

8e Dex me Tuet donner m grace 
Prepoteitieiit, et que je fasse 
Vm trtitiet pnr e*oii piiett mtoZt, 
Coment prettre m p«et aToir (se oonperter) , 
Qui confession Yiant mt. / 

£m ManUre de Confes$er,/oL 39. 

Par ce moustier font si grande feste , 
Et Clerc et Lay et cist «t ceste , 
Xt tant de dochet Tont sonant , 
N*! oissiez nis Dies todant. 

Gautier de Coinsi, liv. 1 , chap, 14. 

OiR , subst* : Commandement, olv 
don^nce , selon La Rayalli^e. 

OiR-DaoiT : Assister an proiionc6 
d'un jngement. Oir gote : Ne point 
entendre. 

Oias : Anjonrd'hiti 1 k pr^nl , 
maintenant , alors. 

Bfais ay* Mm eti ta ttMiMlrtf, 
Ce que je t*ay dit josqu^a oire, 
Ponuune des Amoureux , ciUe par Borel. 

OiKK , cdrre : Dessein , projet , en* 
treprise ; alUe , -venue , voyage ; tout 
ce qai est n^cessaire pour un voyage ; 
^*ou oirer, oirrer, 'aller, Toyager; 
errare; en bas. lat. iterate. 

la sages lieTres lor dlsoient 
Que folie en qoanqn*!! feroieiit ^ 
A issir de la qnenoissance 
Oh. il fnrent norri d'eafanoe : 
Li antres n^ vOloient croire, 
Tolt ens^ttUe i Tinremt lor ocrrv , 
▲ one marre sont Tenn. 

Fable dm JJevres et des GrenouiUes , 
par Marie de France. 
D*nn Hon dist qui volt aller 
En antre terre MtuyMsef , 
Totes les bestes as sem M a , 
Et tont son oim lor mottra , 
Et i|a'il d^nssent R^ elmisir. 

Fmkfe du Lion, par la m^me. 



01 S a59 

D'alueo (de Rome) mon oi'mr ai raman^. 
La o^ li conseil snot doon^ , 
De JQStichier Roumaioe gent , 
Par chlaos qni stmt noom^ teai , 
Mais je vi qn'fl sunt desaen^ , 
^anil aiment Tor et Targent. 

Roman de Chariti, strophe i3. 

Oiais , orSe : Pluie d'orage 9 forte 
pluitt qui ne dure paa long-temps ; 
d!hora. 

OiEKE (grant) : Promptement , 
Tivement. Aller grant oirre : AUer 
grand train , aiarcher a grands pas. 
Foyez Oia. — I^ fits d'un Juif ayant 
community le pere rempli de fureur : 
Par lea ch«f ex Vnhat « pris , 
Toot defcatant Ten trait grant oirre. 
An fonrflel oh faisoit son roirre , 
Puis le gete en la fonrnalse. 

Gamtfer de Cobisi, ii¥. 1 , ehap. 3. 

Oim&BE : Marcher , faire route , 
voyager; d* errare; d'autres auteurs 
le d^rivent dVre. 

Je ne me monrerai de chi , 
Fait-11 , ponfqnoi U ( Din ) prleroky 
Qnant 'je poor la! rien ht Krole ; 
fiAais exploit!^ tost rostre afaire» 
Car la dedens n*ai-joa qa^ falre : 
Bien roi qne ceste sejonmee 
Me taotra tonte me joafn^. 
Or oirrent fort U pelerin , 
Bt mareh^t par le obeniay 
Que je d^nsse desroohler; 
Or s*en iront sans eocotnbrler. 

*LeDktdiiMaHsel, versify. 

Ois^AX, ois^az, oiseel, oiscl, o/- 
sias , oisiax , oissel : Oiseau ; apis, 

Trop nons ^oM«ftt fait de contrairt 
Cn Sarf^l^In de pute affaire , 
Se ne fnsseni oil Damoisel 
Qtfi so«( avMi a|ipers qu'€k$ssl» 
Histoire des trois Maries ,/oL 468. 

OisKLER , oiseller : Voler, se r^- 
jouir. Olseler dejo/e : TressailUr de 
jc4e. f^oy. la oitatiea de Damoisblee. 

En telle mani^e Hostre Dstme , 
Entronblia la BamoisHle ; 
D^aMes qni 4e joie oit9lU, 
Quant volt les bones gens meffaira^ 
Monk grant joie a de ceste affaire. 
Cdmtier de Cmnsi, li^, i , d^p. 24, 



Digitized by 



Google 



ii6o OKI 

' OisiLiT, oisellet, oisiUon : Petit 

oiteau ; avicula, avicellus. 

OisiLLii&E : Lieu plants d'osier. 

Oisis : Osier ; le paquet d*oisis est 
nne poign^ d'osier contenant, en 
certains lieux , yingt-cinq brins ; et 
dans d'antres lieux , ringt-dnq poi- 
gn^s, dont chaqne brin, fendu en 
troisy sert k iier les cercles des ton- 
neaux : chaque poign^ se nomme 
ordinairement torche, 

OissES : Entendriez. 

Je fit les noDift et toi cerUinei, 
Qa*onqiies ne if chotet TiUiBet , 
Et qiMiit poor reliqaet rn'ouief , 
C...... nomer, et let nomt pr^iaMS 

Poor ft b^ralx et taut let prisMiMt, 
Qne partont c....... aomMet, 

Et les baisasses aoz ^gUses^ 
En or et en argent assises. 

Boman d& la BtMe, 

OiSTE , <Mte : Hostie ; la sainte En- 
diaristie; d'Aoilui. 

CU tout revestn Tint afant, 
Et chanU du Saint-Bsperit , 
8i comme Y9Ut$ sainte prist 
Et par derant soi la hanfa , 
I^ fib do la y irge lan^ 
La main , et Voiste sainte prist , 
Bt en sa main destre la mist. 

GantkrtU Coinsi, Fm dtt Phret, 

OisTEK : Hnitre; ostrea; da Grec 
ostreon ; en bat Btet. eistren, poisson 
a ecailles. 

Oii^: Huit; octo. 

Le dit Hemon a Tendnle quart de Tigna sis 
o^ ral des Pressoaers parmi catq Urres pari- 
wiM par contrait dn oit oitobre 1247. 

jicte du Chap. S* Monori, dt fan tsSo. 

OxniTxs : OcUve. 

Et d d jtmaaehe des oitik^m do la R^sor- 
vecUon y ladite Perronnelle et Contesse con- 
^okreBt et aeeompaigniArent ladite Nicole, 
Bise en la oharrete einti maUde, jnsqnes k 
Mat Denis, et la firent porter audit tombtL 
Wra€k$dt$.hfmi^ckap.l^ 

OiT : Onis , entendns. 

PiOfQii : Occasion* Voy. A<iSOxst . 



OLE 

Olainistx : Contrebandier en lai- 
ne ; de lana, 

Olahs : Qui sent, qui a de rodenr, 
odorif(6rant; o/eitiw 

11 T^ist , 00 dist, svr llieriM frcsdiCy 
Dedoyt, qui demenoit sa tresohe, 
Et les gens o Ini carolans , 
Sor les florettes bien tilans, 

BomoM dtla Aue, 

Ols, olie, oule, oulie : Pot ou 
Tase k deux anses , propre a mettre 
de llinile on des parfoms ; oleaceus ; 
en bas. lat. oUa; en Langned. oulo. 

Olbahoeb : Arbrissean portant 
nne flenr rose , dont la feuiUe est Te- 
nimeuse et dangerense aux animaux. 

Olsitois : Orl^anois , le pays d'Or- 
l^ns, natif d'Orl^ns ; Aurelianensis. 

Olbe : Sentir, r^ndre derodenr; 
de olere. 

Et ces gens, ce dit-Q , qoerolent • 
Sur les floretes qni bien tthnt, 

Bonum de la Bote. 

Olbr : Potier de terre , Cftiseur de 
de ales, on de vases k deux anses. 

Olbeix : Libertinage, concubi- 
nage y mauTaise conduite. 

Se U maris acoso sa femmo par droitare de 
mari , exception loi poet ostre oppos^ , se il 
brisa premieremest la loi do mariage , U 
crime deojerir tost inuiri i accosersa femmo 
d'arontire, car antresi est paine establio 
contre loi come centre sa fame , antresi pnet 
■■iro exception k celoi qui Ta retenne , pnia- 
qne de fo reprise d'arotire. 

iUif. dM la BihLImpir,, n" 84d7,/>/. 19a. 

Olxbixs , holeries : Choses oisen- 
ses , d^plaiiantes , ennn jenses ; s*est 
dit anssi des antiennesdeTAyentqui 
commencent par Fexclamation O. 

Olxue : Odenr, sentenr, parfnm ; 
te dit g^n^alement de te qui a bonne 
on manvaise odeur ; olor, 

As-tn Bsos trois oonfors ? nennin, 



Donlx regart lant , qni le 
He senst oster de ma donlenr, 
Par sa trte doaleenrense o/emr, 

Bomam d$ la Bc^. 



Digitized by 



Google 



OLT 
OLixm , €>iive : Olivier ; iiolearius, 
pour o/ea. 

Olietts : Oliyette, plante qni 
porte line gndne de laquelle on tire 
de lliaile k brMer ; d^oleastellus. 

Olisue : Marchand dliuiie, fiii- 
tenr dlinile; mednier d'lin moulin 
k huile ; oUarius. 

OupAiTTf oliphant, olxfani, ori" 
flafU : £l^liant ; comet dHvoire dont 
lef toi jers det chevaliers se tervoient 
dans les ch&teanx, poor attirer et 
d^fier Tennemi ; et non pas clairon ni 
cor de chasse , comme le dlt D. Car- 
pentier; elephanius ; en iMis Bret* 
QlcfaM, oljr/and^ 

OUphant sor m luralte Mdiiiie , . 
Qm de ton nm trompe ft biuine » 
Et iVn paist an tour et aa main , 
^ I fait de aa i 



• Bonum Jt la Bote. 

Olivaib : Champ plants d*oliviers ; 
oUveium. 

OLrvAisoN : Tempt de la r^colte 
des olives. 

Olivx : Olivier, arbre qia prodnit 
les olives. 

Olls , oil^e : Pot , marmite; oUa. 
Toyez Oli. 

Ollise. Foyez OiLi. 

Olx, ouim : L'orme, arbre de 
liante fataie ; ubnut. 

Oltraok, oitraige^ outraige: Ex- 
c^ 9 violence, action ontre mesure , 
prodigality; d*ultrJL 

Lea bona TaYaatora Toi-je non , 
hu arans outraign et lea tors^ 
Lor tet-en et lea grans doaiagea i 
I cett una trop cmeos oUrtuges, 
Qa*il eatoient herbergior, 
Et bon terrien don^r , 
tXr li Prince lor redonoient 
Lea bias doaa et let bonorolent. 

Bibh Guiot, ifers soo. 

Oltei , oulire : Ontre f aa-del4 ; 
ultrii. 

Ettoit linUaiers et chaaiberlens, 
Li sl^bant qpi ettoit lent , 



OMI 261 

Fa li la porte poor ouTrir 
Lea grana k Conrt tenir; 
Li boglea qui molt eatolt fort , 
EesQ hniatters por 90a que fora 
Demowataent dl qni ji Court , 
IV*aporte dioae qni atonr. 
Bonum du Benard, ^ son Courorummtnt. 

Olt, oU, oitii. Uses o fy, o U, 
o ltd : Avec loi. 

Om, ome, on, ons : On , particnle ; 
homme; homo; en anc. Prov* om, 

OxAiLLBS , pour aumaiUes : B^tes 
k comes , animaux de basse-cour. 

Om BEAGE : Obscur, cach6. 

Coiitianx tretpercent arm^nrea 
En liena aparana et omhrages 
Sano aant de cors et de viaagea. 

GuUUuunu Guiartfjbi. t4s. 

OxBBAoi : Lent , paressenx , sdon 
D. Carpentier. 

OxBBoiEB, ombroir, omhroyer , 
onbroyer: Cacher, ombrager, mettre 
iirombre; umbrare. 

En Therbe vert tooa ToltTier 
%'ombromHt deles nn Tlvier. 

Boman de la Bose, cUipar BortL 

OMXiTAniE, aoumenajhe : Hom« 
mage , d^onement ; hommagium ; 
en Basq. omenayea. 

Om BBS : Homei-e , nom propre 
dliomme; Homerus, 

Mais tant fu Omen de grant prta 
Et tant in pina si com jo lit , 
Qoe aea liTret ta ree^oa , 
Et en antorit^ tenna. 
Bemeois de Sainfe More, Detimetien do 
Treye, parlant des ^uvres d^Hotnho , 
quolesAthdmemcomUuimirentd^abord, 

Omiciobs, omedde : Homicide , 
qui tue, qni assassine nn homme ^ 
en anc. Prov. omescadier, 

Omicides li est qnant aucnns tne antmi en 
diande meslee, si comme il avfent qoe ten* 
ebon nest , et de la tenchon vient lesdeparole » 
et de la lesde parole la mett^ , par laqnelle 
ancon recbnet mort anoone foaa. 

Cotttmrno de BeawcuU^ Miss, , chap* 3o. 
3 



Digitized by 



Google 



s6% ON G 

Omil^e : CertaiBemesiirede terre; 
en bas. lat. homata, 

Ominabb : Bo4se» tumeutiiJices. 

Om NI9 cmme, omms : Timt, toate, 
pareil , semblable , ^^1 ; omnis, 

iLet meinres ne sont pas omntes, 

Prologtm de ia Comtmme de Beaupaisk, 

Entre sereurs doivent etCre let parties om' 
mu, . Cout. de Btatwokis , chap, 16. 

Les vakKvuesoBt pas dnuiref . . . . n*estpat 
r«»0iKle omme, . . . csne les mtflfeu ne sont 
pas om^U^ D« soat pas Itf veigaaacoa onmits, 
Mim/^ CoHiume, chap. 3o. 

Omnipotence : Toute-puissance , 
pouvoir iJbsolu ^ ommpotentm. 

Om Ni#OT«ii« : Tout - puksant ; 
ommpotens, 

||e49i|t« Dsea amnip^ttnt^ 
£t fai le sien commandeaieiit. ... t 

Qne to puiftses eacre aoDbres 
£& sa Cort , estre ses prirex. 
fkblknt, M». no i85o,>/; 14 » ^•. 

Tres douce Yirge precieuse 
Yeiiilles aottS hiii deltvrer, Dane , 
De cest.lW, et de Cftste iaiwit 
Qm Qos art tojji at oors «^ testas , 
Et tuit II sains qui la sus estes, 
Qiar. ptOMn\0i«i cmmpotmtt 
QuM uos allege ceat U^rmenc, 
Qaar nous virons a grant meschief. 
* FMiau de la^ Court de Paradk> 

Oh : Oil, ubi; an, ad; h^waaao^ ^ 
homo; en anc. ProY. on, ubi. 

On ACRE : Machine di^ guerre pro- 
pre a lancer deA pierraft; oaagms. 

Onaine : CheBille, imecte; onis^ 
eus ; en bas. lat. konnina. 

Owe , oncqu^s^ onq, onques : Ci- 
devant , autrefois , auparavant y de- 
pttia , dari» la suit« , jcmab; ^n^uOm. 

O malheurenx' d^ perrerse nalssance ! 
filenheurenx est ijui Ant U eengnoisaanee i 
£t plus heurenx qui ne te congnent onq, 
Mairoi, jEpigramme contre Finique. . 

Si deivint ai haot et »i large 
<|ae MIC 1« Pin qa*il tovs ooatt 
Si haut da terre d« monta. 

Momam de la Mote. 



ONE 

Owct. : Certain rang ou plaof par- 
mi ceux qui tirent un bateau en re- 
moBtaat une ri^i^re. 

Once : Loup-ccrrier, b^te fi^rooe. 

ONCELiE : Mcsure de vin ^quiya* 
lente ibpea-pr^ k use pinte ; ^'utma* 

OiroKNorvE : Sorte de vase* 

Onciee : Mesurer, pe8er» Uvrer a 
Tofice; d*ufteianMS. 

Omgin oe ohaeettb ; B4ton cro- 
diu; unctnus. 

Ongive iponchine : Brasserie , ate- 
lier, et tout lieu ou plusieurs person- 
B«s travailient a un m^me onyrage. 

Ongques MAIS , onques mes : Ci- 
deyant, avant , auparayant, jamais. 

Si estort pen mohidre que Seine 
F*rs qti*£lle esto.It phis espandoe, 
Qpfonc^liiiBS mats 1*aT<>ie me. 

B&tnan de la Hose. 
« 
Les pins petita en moins d'nne heure 
Si fait les pins haidts x{XL*oncqttes mat's, 
Riens ne fait qoi ne s*arenture $ 
|4aa p^etifs o'aiirept ricas jamais. 

Dialogue du ddondafn, 

Vfliire, ^h1, "pwP U eew Ibieu , 
Je ne Yi onques mis tel gieu. 

* Fabl. de S. Pierre etdu Jottgleor, 

Ond^e : Tranche , douleur po\ir 
accoucher ; en baf • lat* tfndacio. 
. Ovoiaa : Ondojer, jeter de Teau 
snr la t^te d'un enfant , en attendani 
las c^r^mphia^ du b^t^me: 

OsmAiiT : FlQttant » nageant ; 
undans, 

Ondeae : . Honorer ^ respecter ^ 
honorary 

OniiEAiaa t Honomire, aakure ; 
konorarius; qui a le soiB et la charge 
d'une chose ; onerarius, 

Onssta FiniTA ; F^mqie de con- 
dition. 

Onest^ : PoUtesse , honn^tet^ , 
bieos^ance ; htmestas. 

O miroir Trai ^onesti , 
O Pase de gra«t poest^. / 

Mmrere du Aeclus de Hfikm. 



Digitized by 



Google 



ON O 

OiroBxsiiT : Onguent , empUtre , 
parfdm ; unguentum; en anc. Prov. 
onhSmens ; en bas Bret, ounghen , 
ounen. 

Onoladk : Coup d'ongle , ^rati- 
gnnre; d' unguis. 

Okhsr : Oindre, parftimer, em- 
banmer; ungere, 

Ohi , onm : Uni , ^gal , semblable ; 
nni, joint, attach^; unitus; et selou 
Barbazan , d*omms» Voyes Ohiii. 

n n« teroU pas droitamrt , 
lAJas cbaMroit let aMui«n , 
Let Urront , let mardri^ qoitttt, 
Rt let boot et les bipocritet 
Toat J teroit 4 poix onnis, 
Ainti teroient-ilt bitn boonit 
Calt qmi 4*aiaMr DIeii t« traTaaieot. 

Moman tU la Bote. 
OiriCHx, onice, omcU : Agatbe, 
pierre demi-pr^ease ; onjrx. 

Se 4e de Vami^e ne 4^itta 
Aint m*ett qae je metpr^iftte ; 
Et t*eii enpintt li traitlez , 
Oniee B*eft pat eooToitics 
Pe toot, iiiait a pluaoim bttongaf , 
Auti com U etcrit tetmongae; 
Qui Pa ja ii*iert acoardit 
Alos iert eoragex et bardit. 
LeLtyndaire, Mu, deff.D,, M, m* 17. 

Et ta prendrat deux pieret onicles , u etcri* 
▼erat en cet let nount det filt Itrael. 

Bible , Exotle , chap. 28 , vers, 9. 

Sumetqme dmot lapHes ovy^binot , etscuir 
pet in eis nomimaJSliontm ItmSL 

Oniot : Sorte de linge. 

Onniemeht : Ooguent dont on 
pansc lea plaies, selon D. Carpmitier. 

OvwiEM BV T : £galefnent , g^n^ra- 
lement , tout ensemble 9 uniment , 
pareillement ; uniier, ommno. 

OmrzEM BUT , honmem^ntg omueur 
meni : Etonteusemept , ignoipiaieu- 
•ement. 

OnKia , honmr, kounmr : Disho- 
norer, maudire. 

OwoB, otforSf onoicr ; Honnenr , 
req>ect, dMrtuce ; domaine , fief, 
Migneurie; honor ^ en anoian Prov. 



GPP a63 

o/ior; en bas Bret, onor, onoir. Voyez 
OiruaAHCE. 

Ohorbb , oner^r, onourer : Aimer, 
respecter, bonorer; honorare ; en 
anc. ProT. ondrar. 

La touTeraioe peoltence 
Est soy garder de plat forfalire , 
Et pour ce qi|e je vqus fa'is deffentt 
Que jaiQait ne toyex contraire 
A Amours , n*a tout son affaire : 
Uait Vorumriet , en trettout lienx, 
Kt toyex donlce et debonnaire , 
Cbatcun Tout en aimera mieulx. 

Confeisian de la BeUe-FSle. 

Onqubs-xais , onques-mes : Avant 
ce temps, jamais, avant , auparavant ; 
unquam antea. Voyez Onc, 

Ontes , onds, ontise : flonte , d^s- 
bonnenr. 

OvuAAVGB : Honneur , respect ; 
honor, 

Gil de Sepbamamp aratrent lor fis en VonU' 
rancc Adramalecb. 

Livre des Rois , foL x43,ir^<o^3, 

OoiT : Entendoit, ^coutoit; au- 
diebai, 

OoNS , oon , oyons : Eotendions , 
^coutions ; entendons , ^coutons. 
Le tcribe pint abille 
Qui y toit , c*ett maiatre Gerton ; 
.^■ainc lay , qne nont Voou, 
MfysAre de tlncanuuiotL k Penonnaget, 

Ofbi<a9de : Grand manteau , boa* 
pelande. 

Onlbe : Obatmer , boucber ; en 
bas. lat. opilare, 

OriME : Eiche 9 fertile, abondant; 
opimus, 

Opitaeb ; Repaitre, prendre nour- 
riture; ^'opimlari* 

ONiOVA^WE : Combat de gladia- 
teurs ; du Grec i%X»(tmxl^. 

Oppoetuv : Propre, avantagen^^, 
propice , favorable ; opportunus, 

Opfoetuhitki , opportiiniie : Oc- 
casion favorable , moment propice , 
commodity , ut^it^ , a Taise, a pro- 
pos; opporUimtas. 

4 



Digitized by 



Google 



a64 O Q U 

Ofpuessk, opresse : Trouble, que- 
relle , dispute , calamity , malhenr , 
affliction , besoin , embarras , pesau- 
tcur, accablement ; oppressio. 

Uiig jour qa*il renoSt de chaMier , 
0& il eat •oufTert grmnt trarail 
Pe eoarir 4 inoDt et k val , 
TftDt qo*U east soif par grant oppresH 
Da chaolt , austi par aa laaaetta 
Pr«tqaes eat perdae Talayne , 
Qoant arrWa a la fontmlae. 
Homan de la iloM , pariant de Narciuus. 

O ! en qaelle oppresse , 
Qaei daul et detresae 
As-tu la flenr mUe , 
Qnant par ta tunplef td 
An Uea de nobleace 
Aa r£nnuie aasiae 7 

Le Maihmir de la France. 

Oppugitateite : Qui attaque , qui 
frappe, agresseur; oppugnator, 

OppncHATioir : Attaque , combat ; 
oppugnaUo, 

Oppucnee : Attaquer, frapper, 
combattre; oppugnare. 

Opeum : Seulement. 

Ops: £baty plaisir; cboix, opi- 
nion, Tolont^; ops, opts; en anc. 
Prov. obs, ops. 

Opta , opias, optai: Desir, sou- 
bait ; optatum. 

De la lalaaer commoae k tona eatata , 
Poor parrenir tooajonra a aea optm. 
Memos profot de Purre Qrmgoire , 
cttds par BoreL 

Optatioh : Sollicitation , induc- 
tion; optatio. 

OpxiEEs , opteries : Pr^sens qu'on 
faisoit aux nourelles Spouses ainai 
qu*aux enfans qu*on Toyoit pour la 
premiere fois ; opteria. 

Oque. Voyez Ochb. 

Oqcisbitbe , oquisonner: Faire de 
la peine , tourmenter, yexer, pour- 
auivre en justice. 

Oquoison y oqoison , oquision : 
MauYaise action. Vf^ez OcBoisoii* 



ORB 

Qoe derint ele ? Dame, fiait li Qneiis , je «ut 
4iu*ele soit morte ; coment moornt ele ? Daae » 
fait H Qoena,par ane oquoison qaVle deterri; 
qu'elle fa V oquoison? porce qu^elle me Tolot 
ochire. Roman du Cuens de Pontkku. 

Oeacle : Oratoire , lieu oil Ton 
prie Dieu ; oraculum. 

Oeaoe eel : Bon yent, yent fayo- 
rable; d*orago, 

Oeaille : Le bord , la lisi^ d*nn 
bob ; ora; du Grec horos. 

Oeains, orainz, liscz or ains, or 
aim: Sur-le-champ ; autrefois , ci- 
deyant , avant ce moment , naguere , 
il n'y a pas long-temps, auparayant; 
et non pas, dans cet instant , comme 
le dit la Note de Pathelin , Mitions de 
Coustdlier, 17*3, page 45; et de 
Durand , 1 76a , page 54 ; hora hac} 
en Basq. oran , orain. -* Le Drapier 
ya demander son argent k GuUle- 
mette, et lui dit : 

Eat-U malade, k boo eaoient 
Puia ormns qa*a Tint de la foire. 

Farce de Pathelin. 

DiTS, fet-il, oh aont al^ 
Lea Amea qne je te leaaal? 
Sire, fet-n, jel' roaa dirai , 
Por Dieu, aies de moi merci, 
Una TieiUart Tint orains i mi « 
Si m*aporU moolt ^nt aToir, 
Bien le caidai treatoot aToir , 
Si jooamea et moi et Ini , 
Monlt me toma a grant acni. 
* Fabliau de S, Pierre et du JougUor. 

Oeaiee : £tole , ornement que les 
pr^tres portent sur le col; orarium. 

Oeateue : Cbapelain qui dessert 
un oratoire; orator, 

Oeatif, orateur : Suppliant, qui 
prie ayec fenreur , ayec instance ; 
orator. 

Oeaeos : Pri^ , supplication ; 
oratio. 

Oeb, orbe, orhes, orbez ; Ayeugle, 
secret , cach^, priy^ d*une chose , ce 
qui ne paroit pas dairement ; coup , 



Digitized by 



Google 



CRD 

contusion; orbus, orbatus; en anc. 
Prov. orb, orbo. 

U aTient aacnne fols ^e ancoiu ctf ATieii- 
aent ti orhes que Ten ne puet pat tantoit m- 
▼oir se che e*t cat qai apartlengne a haate joa- 
ticfao oa a basM. (hut, de Beauvoisis, ck. 58. 

OI.BATEUE : Batteur d*or ; d'ou 
orhaiene ct orbtU^ure , Tart ou Fou- 
Trage de cet artisan ; d^orbator. 

Oebbmbiit : Secretement, dan- 
destinement, en cachette, obscnr^* 
ment , par des Yoies illicites et ca- 
ches , d'une maniere qui n'est pas 
daire. Tenir orbement: Cadier, sous- 
traire , tenir en secret. 

Pour che loe*je bien k chaux qui en tele 
Buuiere tienacnt que arant que li Qaeni i 
aette lea mains, U en Tiengnent fere houmage 
an Conte on rendre ancnne rederance an gr^ 
dndit Conte , et en tel cas ce il le font ainsinc, 
il ne deyront pas perdre, ainchois Ten doit-on 
bon gti saToir qnant il esdarciseentles chosca 
qne kart antecessenr tmrtnt orbement, 
Cout. de Beauvoisis, chap, ai* 

OaBBTi : Privation de quelque 
chose; orbitas, orbado. 

Oebis : L*Orbe , petite rivi^e da 
Languedoc; ObrU, OrobU. 

Owihu ^orbit^ur, orbiteitr: Faisenr 
de grimaces, hypocrite ; d'orbator; en 
bas Bret, orbideur, orbidour. Faire 
forbis : Feindre , dissimuler. 

OacE : Oursy animal f^roce ; ursus. 
OacBAU , orcel : Vase , pot. 
Oacow, orseau, orson : CroAte, 
jnorceau de pain. 

Oed , orde, ord^e, ordi, ors, ot% : 
Impur, inunonde, sale, malpropre, 
plein d'ordures , d^shonn^te , puant, 
-vilain ; d'ou notre mot ordure ; hor^ 
ridus; et selon Nicot , et d'apr^s lui , 
Borel,de sordidus; en anc. Prov. orS. 
Apr^ garde qne tn ne dyes 
Ces or» mou et ces ribandjes ; 
Jk ponr nommer TiUalne chose. 
He doit ta bonche estre desdose ; 
Je ne tiens pas k conrtoir honune , 
Qoi orde chott tt laide aoaune. 

Boman de ia Bose, 



O R D 265 

^ AinsI coaraie U estoit peasant, la tr^ orde 
Tieille Gondr^ rint Tera le Conte , si lui dit r 
Sire, 4 ce qne pnis apperceroir, MlTis m*est 
que grant donlenr aves an ccrar. 

Boman de Gerard de Neven. 

Et gardes et ne Tons-fourrex 
En cet ord pechi^ d^ararice ; 
St Tous area tant que Touldrea 
Des biens d'amonrs en son serrice. 
La Confession de la Beile-fSHe. 

Gonnnandisa anssi cTites ; 
Car o*eit an pacfai^ ord et sale. 

Mi^me Confession, 

Oedaue : Sous ce nom ^toient 
comprises les difif^rentes ^reuYes de 
Feau, du feu, du duel, &c. qu'on 
faisoit subir aux accuses. Dans leg 
anciens Bfisseb, on trouTe des messes 
pour ces ordaUes; ord€Uium; en has 
Bret, ordal, grande porte d'^glise. 

Oani , ord^ez Alarme, tocsin. 

Oedeirorbe , ordener : Ordon- 
ner, disposer, arranger, preparer; 
ordinare, 

OanxMEirT : Salement, Tilaine- 
ment ; horrid^; en Langued. oramen, 
oromen. L'auteur du Boman de hi 
Rose, parlant du portrait de la 
Haine , dit : 

Ifonk bidense eatoit et soniH^ , 
Et fnst sa teste entortill^ 
Tria ordewunt d^me tonaiOe , 
Qtti monU estoit d*horrjble taille. 

Boman de ta Base, 

OEnsH ▲, ordenad: Ordonna, com- 
manda. 

Machab^s ordena six mille qne il avoit od 
sai , par escheles, se s*cb aU k Timoth^ por 
eombattre. 

Lirre des MaeAaUes , Ui^.^ ,/}/. 191. 

Oedewahgb : yol<mt^ , fanuisie ;' 
ce que present Fordonnance; en bas. 
lat. ordinanda^ 

Oedbhe, ordenanche, ordertenuro, 
Crdenrtiie , ordine, ordonn^e : Ofdre, 
commandement, rang, arrangement, 
ordonnance, r^lement; ^rdinfUio; 



Digitized by 



Google 



ORD 

eft ordoie let erei ou let coBdrnx om kt tics, 

ou aucune autre choce pour faire tort k au- 

cmi , et de ces selt Ten prendre grief Tenganct. 

Mlts.de la BM Intfir., n" 84o7,>W. i7». 

Oi.Doit , pour Aordois : Palmade. 
Foyez HotrR. 

OaDoir (i) : Par ordre, par raog. 

ORDomrANCK : Gompagnie de fern- 
mes d^baoch^SySelon D. Carpentier. 

OfLDOirirAvess : Les demien sa- 
cremens; onfinatuia. 

Oedohnee : Ranger , metlre en 
ordre , r^ler ; trailer bien ou mal ; 
ordinare; en Ital. ordimare; en Espag. 
ordenar; en bas Bret, ordrcni. EiWe 
^rdonni^ k\xt 9xmk , ^uip^ , pr^t k 
oorabattre ; ordimner prisommer^ com- 
mander que I'on mette en prison. 

Oanoir jf be: fiquiperpour la chasse 
au vol. 

OaDovKEm : tqfuiper dlmbiu, 
faire des cadeaux. 

ORDONifEE : Administrer les dcr- 
niers sacremens , et particuUireiftcnt 
celui de rextr^me-onclion. 

Oedous, ordoaz : Vilain, sale. 



o&S ORD 

en anc. Ptot. et en Espag. orden; en 

Ital. ordine; en Basq. ordena. 

Biau Sire , falt^l, noa feral. 
Poonfoi ? et je Tmu la dirai. 
Sainte ordtme de CheTalerie 
Seroit en Ton» mal emploile 
Car rout estec de mal loi , 
SI n'aTez bapteame ne foi. 
Bues d» Taharie, Ordene de ChevalerU, 

ORDETfi , ordeniDtu : Celui qui 
a re9u ks ordres sacr^ ; ordinatus, 

Cict ben Helcana fud del Ugnage as orde- 
met Deu de part pere , ^ de lignage R^al de 
part mere. Premie Uvre des Hois, 

OaDBir^EifBiiT : £a boa ordre , 
aagemcot ; ordinate, 

OaxuiEsa : A4ministrsr las derr 
niers sacremens , et partiieaUereMeot 
celui de rextr^rae-onetion ; panser , 
trailer une pUie ; ordinare, 

Oedeh EVE « ordonneur: Ordoama- 
tear, celui qui preside a quelqne 
chose. 

Qebieeb : Ornsire; ar6c^ V. Oed. 

OEnijiAiEE (T) : L*^^ue ou ie 
pr^t qui avoit la tmndiotion acd^ . ^ . , « , 

aiasUquedW Diocese; le cqllatenr hideux, laid, qui fait peur,hoiTilile, 
d»un B^n<^ce; ordinarius^ en bas Aormto; en bas Bret, oritoi^^. Fbj^ 
Bret, ordinair. Oed. 

Livre qui eontient la 



Oedinal 
maniera de r^iter et de ftiire Foffice ; 
ordinate, 

Oedinx. f^ojrez Oedene. 

OaniRiuiBJiT (xMHirir) : Quitter 
la vie muni des sacremens , et apa^s 
aToir foit son testament. 



Lee pons , 

Lea loupe. 

Lea dona , 

Te pniMent ronger sous la cotte ; 

Trestous 

Tea trous 

Ordous, 

Lea cuSasea , le ventre » et U motte, • 

MfroCj Epigr, h Ljnote, lingere mesduant$. 



Oeboee , ordoier, oniqyer : Pr*-^* Oedex : Religion, profession mo- 



faner, salir, couvrir ou remplir d*or- 
dure, sootier; horr^are. 

Olorlemx ileou , glorieoac ive , 
X^ lams ee«qn*Adam el £iw 
Ont par leur p^che ordoii, 
Tu tronvas au gastel la Uvt, 

Testament de Jehan de Meting. 

Tors est fez contre bones mora si comma 
ipiaDtl'en aboivre aucnndefom^ corrompue, 
mm ^uaat Ton U eonchk de boe , on qnaat U 



nastique ; ordo. 

Oedee, ordrenamce, ordrenemeni, 
ourdre : Privil^e , prdonnance } to- 
lont^ , fanlaisie ; ordo. Ordre de w- 
^ex^cerUine mesure appeUe rayons; 
ordre de mortage, le saorement dc 
mariage. Vojez Oedewx. 

Oepeennex : Disposer par testa- 
ment; ordinare. 



Digitized by 



Google 



ORE 

0&D&EHirEU& 9 aa f^minin ordre- 
neresse : TesUteur, qui fait son tes- 
tament; ordmator. ■ 

OanuaE : Femme d^ba«ch^. 

Oek , or, ores : Maintenant , pr^ 
sentement , a cette heure ; horu hac. 
D^s-or, d6$or : Des a present , a pre- 
sent , sur-le-champ. 

Or £ioe D«x Toire merci 
TouB eels que je ▼<>• ai iiobms , 
Qa*ii fiireat %ei com to* saves , 
£t qui tont cil qui ores sont? 
Tot oot ptrdu qiuinqae A ont , 
JEspoir ftacoD prodome i n 
C«itei molt bieo le cercbera 
La Bible , et si sera ois 
la biens , se il i est et dis 
M^ n*est or leur encore dirons 
Sor ce que porpens^ arons. 

BMeOuhtf'wersiBi. 

Miis tant me tiirai-je d^5-or. 
Car j*eii pourroie bien tent dire 
<2u*il ]D*eB iroit de nal en pire. 

Homan de la Rote, 

Oaa , or^e , ore% : Heure , temps j 
hora; en lud. et en £apag. Aom. 

Ba tOMB tens doit en issi atemprer Vore et 
d« r«p mtiisier et de Taatre. 

La Rk^ de $, BpMi((, ckq^. 4z. 

Diex ermmeBt U pardoaa , 
Qoe de tos set pe c h i e iB ploM i 
Uore (u bone, et bons li tenpcs « 
Molt rindrent de bon leu 11 lermes : 
8a paors «t sa repentanee 
lb>t dok doner grant esperauca. 

BMe Omo$^ tfers aa^S, porknt 
de la Majfdelene, 

OiR, of^ : Entr^, bord, Hsiere, 
ri^age » conti^ ; ora ; dn Gftec horos; 
9n bM. ]at. oreria. 

Ona^ «r^ : Piuie d'orage j &hora ; 
X^woip^ ; en bas. lat. imago. 

Quant U Abbies ot ce to^ , 
Es-TOf dllvcc rijifla torae, 
li'ore cessa, U tobs abal, 
Clers la li tans , la mer aeri , • 
Et cil lor mk (vaisseaus) apareileranty 
%% en Epfleterre repaireivot. 
Msf.deN.D.,JbLS!ko,Jk la suite des 
Mirifeks tk Oautier de Coimi. 



ORE 167 

Orb : Bfine, tr^sor, m6tal quel- 
conqne , or ; d^aurum. 

Ore, ores : A present, mainte- 
nant; hora hoc. 

Sacli^ (fist U dis PheKpet , cur« de S. 1fl« 
ebolas) que je Toodroaas que oeste ooronna 
que j*ai en »on obiaf , me fust trenchi^ maia^ 
tenant , et je (iisse en tel estat conune tu et 
ore : ore te garde d^ ore en arant; car il la 
te convient plus que on<pies-m^ , et bone 
cbose seroit k toi que tu ne fasse d'ore an 
arant au ti^de. Miraclet deS, Louis, ch. 3g, 

Faitoat t^arair k eanlx qui tont k Tenir» 
oomme k etnx qui ores sont. 

Ancienne Coutume d'OrUans. 

Ore , pour hart : Jardin; hortus. 

Or^e : L'espace d'nne heure; fiora; 
pluie d'oiage; ten^te; enbas. lat. 
orago* 

OaisR , ordir, orer : Prier , sup* 
plier; orare; en anc. Prov. orar. 

Or quant ce orent oit li frere , 11 baitsiet k 
terra i Urmes comancerent k oriir por k> d^ 
Uyrement de cel^. • 

Dial, de S, Grdgoire, Uv, 4> clusp, |8. 

damque hoejratres mttMrem , prostrati im 
terra eum lacrimis cetpvrunt pro erepiione 
ilUus vehementiiu orare. 

Li oratoiret, ce est li monttJers, doit estra 
ce que en le nomme , at non pat autre chose « 



€*ett qua an i dolt 4 

i?^ de S, Beno(t,Jol. z38. 
Oreille, orde : Bord d'nn bois ; 
en bas. lat. miwena. 

Oreille (donner) : Prater roreille, 
^onter; aurem detre. 

Oreill^e : Perce-oreiJle \ sortc 
d'insecte; ^orioiUa, 

Maamet yn e e t et oreitties, 
S*eUes fassent ^ntortill^t 
En dormant dedans leurs oreiDes , 
Las greTeroTent-Ut k mefrefOet. 

RfunaadelaRi^e, 
Oreillee, oreiUier: Conper les 
oreiJles , sorte de snpplice ; ^tre at- 
tentif , s'appliquer, ^couter, prater 
Toreille , entendre , faire attention ; 
en bas. lat. auriculetre. 

Sont aUet en grant toospe^on 
D*eittia prites au baitaycto , 



Digitized by 



Google 



j68 



O RF 



EUet oreiUent tt eitndient^ 
Se il Toir on fable lenr dient. ' 
Roman de U Rase, 

OasiLLET : Petit chapeau que les 
dames da xti* siMe portoient sur 
Toreille; d*oncidanus. Prendre des 
oreillettes : Se boucher les oreilles. 

OaEivSy lisez or eins : Auparavant, 
U n*y a pas long-temps , depuis peuy 
nagnere. Fbjrez Grains. 

OaisifDROiT, orandroit : lisez or 
en droit, or an droit : Dor^navant , 
d^sormais , a ravenir , k present , k 
cet instant , dans ce temps , juste- 
jnent , alors , avant. 

Se T08 diiole orandroit 
Tot nostre couTine et nottrc ettre^ 
Yoiu caJderei^ tot pent ettre 
Qae 4e maav^Uti^ le deUse. 

Roman de Pereevai,fiL i3. 

O&EHT : Us^rent. 

De Mede Tint U fib au Rot, 

Qui ameoa grant gent o soi (avec lai), 

Qoi d'armes orent bon usage. 

Roman <tJ^ et de Brofiiuu, 

Oass , orez : Des ce temps , k pr^ 
sent , alors , pr^sentement , & ce mo- 
ment , maintenant ; hora hoc. Des^ 
ors, desorSf d^ lors. Foyez Oas. 

8i me prins k plorer des-oret 
Par Dlen ti me plaist-il encoret , 
Qnant je me sow bien poorpeaa^ 
Moolt me deltcte en ma peoa^ , 
Et me rebauldiMent les membret. 

Roman de la Rose. 

Les fables et les meuphores 
He tieng-je pas k gloser ores. 

MSme Roman. 

Oais , orez : Orage ; en bas. Ut. 
orago; pluie soudaine; d'hora. 

la nnit lera mn grant ofes 
Issi com Toos dire m^orres , 
On bois esra^olent It arbre. 

Roman de Fhiremont, 

OtiZVti:Ii^9LUt;heraidus. 
Oeszessa : Chose sale, malpropre ; 
d*horrida. 

Oafaluk, otfroi : Bordore, bro- 



ORF 

derie en or ou en argent. Fcjez 
OariAis. 

Oefaks, orfanie, orfene, arfemn, 
orfente : Orphelin, mineur ; orphanus* 

OaPAiTTiy oFfanf^e, offenie : £tat 
d*un orpbeUn; orphanitas; en anc. 
Prov. orfe'ia. Infans en orfente, or- 
phelin. 

Orpateeis< :.Fa9onn^, fait par 
un orftvre. 

Oepebtee : Ouvrier ou marchand 
qui fait et qui vend de la yaisselle d*or 
et d*argent , et tout autre ustensile de 
m^me mati^re ; d'aurum et de/aber; 
d*ou orfebvarie , orfehverie y-Xzxl et 
le commerce des orfevres. 

Oa-FOEs : Hors , dehors ; dtforas* 

Oefeaie, otfrair4, orfrard , or- 
frayS, orfroisi^ : Couvert de l»ode- 
ries ou d^orfrtus. 

Oefeais, orfrays , wfris, orfroi, 
orfroie , orfrois , orfroy , orfroye , 
orfroys : Broderie en or ou en argent, 
frange d'or, galon , paillettes, or tra- 
Yaill4§ , omement d*or ou de soie dont 
on horde un habiUement ou un men- 
ble , les hords des faahits (et ce qui se 
retroussoit) qui ^toient brod^ en or 
firis^ , comme aujourd*hui on appelle 
orfrois, les bords et le chaperon des 
chapes , qui sont de brocard ou de 
broderie , et enfin d'une autre ^tofife 
que le corps de la chape; selon M^ 
nage, on forma ces mots d^aursun 
Phygium , parce que rinrention de 
ces broderies ^toit due anx Phrj- 
giens ; mais nos p^s n'ayoienl pas 
iti si loin , et aToient tir^ tout bon- 
nement ces roots d^aurumfntetum; 
en has. lat. orfra, orfrea, aur^rigut. 

'D*orfrois ot nn chapd mignot, 
Onqucs nipl« pncele n*ot 
Plus colnte ne plos desgoisatf , 
. He laroie k droit devisitf. 

* Roman de la Rose, Tfers 555. 
Richece ot one pourpre robe, - 
Ice ne .teaes mte a l<we , 



Digitized by 



Google 



ORG 

C«r je TOt di bicn «l afiche 
Qa*en tot U ttonde ii*ot ti riche, 
8i bele, ne si oiToiti^; 
La porpre fn tote orfrotii^y 
Si J ot portret k otfivis 
Xatoires de Dm ot do RoZt. 

Mme Roman, *vers 1061. 

Orvuie : Oiseau nocturne, qa*on 
regarde, ainsi que le hibou, ponr 
^tre de manvais angure. 

OEtaoisELBE,o//9*ajer^ Offroisier: 
Se parer d'^tofifes tissues on brod^t 
d'or on d*argent , garnir diorfroi; 

Hatait dist , mon k la PvceU 
Qni fti i^acrille et orfroisele 
Qua on la conroit et regart. 

MUere^ du Reeius de MoUem , 
JbL^i^t B*,eoi, 9. 

OmOAHALS (yaine) : Qui est un des 
firganet de la vie. 

OaoANEE , orgamser, organistrer, 
organner, orguener, Orguenner : Chan- 
ter, faire de la mosiqiie , tonelier de 
Torgue; d*o/ganum. Chant organi- 
que : Chant bien moduli. 

li roMignoni tea Lais organne 
Qni de chanter foment s*ahanne ; 
CU nos semont d'amer ad^. 
^arUnopex de Blois, foL za4, B?, eol. i, 

Je ris, yorgunite, je danse, 
De tonte malvaisti^ m*apcnse. 

Raman du second Bernard, foL 90. 

Oeoaheue : Qni touche. de Tor- 
gne , organiste ; organarius* 

OaoiAT : PaUle d'orge ; ce mot est 
encore nsit^ dans la Flandre , la Pi- 
cardie ^t la Brie. 

Oe^eeie : March^ on halle aux 
grains; d*Aorde«in. • 

Oegevs , orgaUhos , orgaiihout, 
argieus, orgieux, argUos^ orgoiUos , 
orgoiUox : Vain , pr^mptneux , or- 
gueillenz , fier, altier, snperbe. 

. Or^Mf est d*onnoar cottToitans ^ 
Orgiem est Tenteres mentans 
De chon qu^il n*a ne n n*auhit , 
Orgieus est d*antrm mesprisans , 
Kt S04 o«trt SOB pils prisam » 



O R I !i69 

Orgieus oprient qn'en k*il sourralnt , 
Orgieus crieve ipiant on le vaint, 
Et aocuns monte et il remaint : 
11 ne daigne estre obeissans 
Orgiem ad^ aTant s*empaint 
C*antres i Ini ne s*a€oinpaint , 
Orgieus ea des pers desdignans. 
Miserere du Rechu de Mfaiiens, strophe 78. 

Oeoueillbuz : Sorte de maladie , 
selon D. Carpentier. 

OeouxiTse. Foygz Oeoanbe. 

Oeoubs : Esp^ca de herse qui sert 
il fermer les portes d'une ville aua* 
qu^ ; d*organum ; Torgue , instru- 
ment de musique fort ancien ; il y en 
avoit de plusieurs esp^ces, orguepon-^ 
tatiff orgut doidce , orguenne , or- 
guette;d*organa, organum; en Lang. 
orghe, 

Oeouibx, orguet^ , orgueUex , 
orguiUex, orguillox, orgniUoz .'Vain, 
fier, orgueilleux , pr^somptueux. 

Oeouilx , orgueux , orgoil , or- 
goiUe : Vanit^, fkste, orgueil, arro- 
gance ; du Grec orgilos , form^ d'or- 
gao, j'enfle; en bas Bret, orgued, 
orgouiih. 

Oeguillee, orgueiUer^ ^goUler, 
orgouiUer : Etre Tain , fier, pr^somp- 
tueux , s*enorgueillir ; en anc. Proy. 
origoular. 

M^ les richeces les aTotent 
Si orguiiiet, qu*il ne caidoient 
Qne mort les osast enTair , 
Bien porroient por tant garir. 
Mis Dame-Diei ne lor Tao^mie 
Por richece alongier lor vie , 
Ainx cnit miex qo*il lor abrega 
Por la fansset^ qn*il trova. 

Bible de Berze, 'vers 4S3. 

Oeibe : £tole , ornement de pr^ 
tre ; orarium. 

Oeierb : Bord, lisi^re; d*ora. 

Oeieeie : Discours, art o^atoire ; 
propos d^plac^ ; onuoria, 

Oeiflakms , ortflambe, oriflande, 
oitflour : Oriflamme , dtfadard de 



Digitized by 



Google 



^7© OKI 

couleur rouge , ou de V^t<^e appelee 
cendal, que nos Rois faisoient porter 
devant eux lortqu'ils alloient k la 
guerre. Les ComtesduYexin ayoient 
particuli^rement le droit de le porter, 
et les Abb^ de Saint Denis , celui de 
le' conserver dans leur abbaye pen- 
dant la paix ; aurtfUunma^ Yoyez 
CehdaIm. 

OaiFLAMT : Pompeuz , yain , su- 
perbe, magnifique, orgueilleux; en 
Langued. aurtflaiu 

OaiGNAL , orinal : Vase de nuit , 
]jot-de-chambre; ^urincUe* 

Oeional, original f orinal, orine : 
Race t lign^e , origine ; originaUs ; 
Turetre , que nous nommons urinal ; 
les parties de la g^n^ration des deux 
sexes ;d*tfr//ia/e^ pour ureteres. Feine 
originaUe ou driginelUy celle qui est 
eomme I'origine et le principe de la 
yie ; pecM^ orinal, le p^ch6 originel. 

OaiGNE, orine : Urine, serosit^ 
saline de couleur de citron , s^par^ 
de la masse du sang dans les reins , 
conduite dans la vessie, et de lit pous- 
see au-dehors de temps en temps; 
urina, 

Li pteudome , li ane^eii , 

Ont leenr. un fiuicien, % 

Qui tant parest de fraache orine (origine) 

Qa*U garitt mas rtoif orine (urine). 

Fabliau de la Fipre de Paradis, par 
Rittebeuf,n'''j^i9,J6l, 3i3,f ". 

Oeigve, origination, orine : Sour- 
ce, origine , couunencement ; origo, 
origin/s. 

Avec ce qne je sni dera 

Snia^e d^orine oheTalera; 
On en guerre , ou en tornoy , 
Et au mecter (an besoio) le proureroy. 
Fabliau , n" 68xa ,yW. 78 , F^, col l. 

OaiGNEE , oriner : Pisser, uriner, 
d^faarger la vessie; ^ urinaria 

II nonat pen , maia fait bien oriner, et aa- 
aouage le dolor dn coat^ et de la vesaie. 
Le IJi¥re drPfysique, chap. 6 ,/6l. 3. 



ORL 

OEiiBE:£tole, ornemetit de pr^tre« 

OaiLLiEE : Coussin , traversin ; 

oreiller; oricularius. Droit des oril-- 

licrs : Present on droit que les jeunes 

gens exigeoient des nouveaux maries. 

Si tott com la mort rassailU , 
Tout treaaua et treaaalUi , 
Porter ae fiit en aen biau lit 
Qui parez ert a grant delit 
De couTertouers , de coutes-pointea 
Et d'orilliers mignoz et cointea. 
Gautierde Cointi, li¥. 1 , chap. 10. 

OaioL : Porche, all^e, galerie , 
corridor; oriolum, 

OaiPEAux : Cotte, habit ou pour- 
point en mauyais 6i9LX.\A'aurichalc€a, 

Orison , orixon : Priere , oraison , 
oroftb; en anc. Proy. orazos. 

Por Tns de la longe orison , en a«< eontea 
et en aea genos , aolnnc k coiiatume dea cha- 
moz fut troT^ li cuirs endurix aToir aorcrint. 
Dial, de S. Grigoire, liv. 4 Jhl. 147. 

Oelains, Orli^ : La yille d'Or- 
l^ns ; Aureliemum. 

En etcrit trula que prea d*Orlaine 
Ung chaatel a 011 moult de biena 
Fist une fois la mere an Roy, 
Qui tost abes&e grant desroy. 
Gautier de Coinsi, Miracle de la Vierge, 

Oklm ^orles, ourle : Bord, extr^- 
mite, marge, bordure, petit bord, 
repli qu'on fait au bord d'une ^tofie, 
et que Ton appelle a pr^ent ourlet ; 
d*ora; du Grec horos ; en bas. lat. 
orlum; en Langued. drle^ 

Li orlh est de sebelina 
Tris Tairs et bien aainz et bien fina » 
Qui orient Termine de fors • » 
Si dure de ai as acors. 
ParmnopexdeBloU,JoL i5x , K^, eoL i. 

Orler : Faire un ourlet; aller an 
bord d*une riyi^re, d*un bois ; border, 
metire une bordure. 

Oeliens, Orlains, Ordains : La 
yUle d'Orl^ns ; Aureliarium, 

O&LOOE , orrelouse : Pendule, bor- 
loge, cadran sokoro; sorte d'lAstnv- 



Digitized by 



Google 



ORN 
■itnt 6m autiqiie, petit carillon, le 
tmtmnabuium des anciens i horoUn 
gium; da Grec &f^K*yfK 

Et refet •on«r 9ti othget 
Ptr MI mIm et par «ti l*fct« 
A roei trop lotivement 
De p«rdurable moTcment. 
Orgues i r*a blen manlables 
A une sole main portables , 
Oh. \\ m^ismet sofla et toiche , 
Et chante avenc a plalne boiche. 
*Moman de la Rose, 'vers ax537 , parlant 
de PigmaHon devant sa Stattte. 

Ob LOT, aurlot: Pauvrc, mis^ra^ 
l^e , vilain , ayare. 

Ormaiex , ormare , or/noire : Ar- 
moire , meable a serrer des habits , 
du linge; &c. Foyez Armairx. 

Ohmel : Orme , ormeau , torte 
d*arbre ; ulmus, 

Ormixe : Or bach^, or pur, or 
moolu. 

Tant li ont doan^ et promis , 
Dont k Hoes le con|fi^ pris, ' 
C*alar s^eii yelt de Paleale ; 
Enai ii*eii partlres toiis mie, 
Che dist U Rois dosqnes k tant 
Que Toas aii^s le remanant 
Da sorplas c*on noot a promit. 
Car tn mon tresor seront pria 
Li treze mil besans d*ormier, 
*L'Ordene de Ckeptderie, vers SSg. 
Plna qoe fancon ne Tole qvant a fain de maik- 

Point li Dos le eheval des esperons Cormier, 
Bois qoi fait traison ne doit estre esgird^, 
3Ef a ienir le roianme , ne corone porter. 

Maman iAie ^Avigmm, 

%X at VMt de sa mere moidt de ^ir^ apra- 

chler, « 
Car n tent a arocr jojanx, argent, ormier. 
Poor aTOir arm^nres et vai noble destrier. 
LaViededu GuescHn, 

Ormillx , ormaie , ormoie : Liea 
plants d*ormes , plant de jeiines or- 
met; uimoiia, ubnetwn. 

OavAtimx : Omemtnt , parore , 
ajustemeiit ; d^amare^ 

OxwicLx : ftMrtt4*itoffc tr^riabe, 



O R R 271 

scion D. Carpentier ; et salon la cita- 
tion suivante , bracelet , ornement 
dtt bras. 

La ou Daires fa mors trk$ de ^devant Us 

portes, 
Les fist li Roi»mener en lor col les toortes , 
Les mains en lea d*omicles lor font lier de 

cordes. Roman d^ Alexandre. 

Ornik : Ce mot n'cxiste pas ; Borel 
a mal lu , ou bien il y avoit une faute 
de copiste dans le Mss. qa*il a con-) 
sult^. Voilii sa citation : 

Qoand rit qae poor bean fciq^Uer, 
Ne le porroit amoUer, 
Si desploia male voisiue : 
Faux , dist-elle , de pute omle, 
f Fanx desloiax et fax mauves , 
Tu me lals doncqnes et t^en vais. 
(MU , Mss, ciU par Borel, pag, 459. 

II devoit , pout la rime et la raison , 
lire orine, origo. 

Oro : EgHse, oratoire; oraculum. 

Oroxst (vent) : Vent , nord-ouest. 

Oroison : Priere, oraison, p61e- 
rinage; orado^ 

Saint Estieue por ton martir. 
Par x^aroison ttA mot partir 
A la Soie qofe cil atendent 
Qui de bon cner a Dieu se rendent. 
La Letanie en Francois, Mss, 72x8. 

Orpvavtx , orphamti : txsLt d*un 
orphelin; orphanitas.Esire orphante: 
Etre orpbdin de pere et de mere. 

Orphenih : Orpbelin ; orphanu$. 
Estre orphenin de quelque chose, en 
^tre priv^. ♦ 

Orq : Uenfer; d^orcus. 

Poor DOM p^^cipiler , «b«rg^ de taat de 

crii^es, 
De Vorf enfante - maiix dans les profonds , 

abismes. j 

P, Maahieu , Tragidie de ia Otustade, J 

Orra : £contera , entendra. 

Le Aimes 

Fi le Roman taat sagemeot 
Que t^ Vorra , qui non enteat 
P^wfnM il fn fals et dit. 

Roman de Floiremen. 



Digitized by 



Google 



^j% O R T 

Oe&omshs : YiUunemeiit, grossly 
refment; horrid^. 

OAaoNT : Entendront , ^oute- 
Tont ; diaudire. 

O qatntes Dames fturont bien Teao k U 
bonche , quant eU«s orront let bona tours qae 
leura compaignes aaront falcts. 

Despiriers , Premiere Nom^Ue, 

O&noTt : £couterois , entendrois. 

OamuBLE : Horrible , afifreox ^ hor- 
nbilis. 

O&f , orz .* L'or, le plus pr^eux 
des m^taux ; aurum. 

Jo m'en parti molt franchementy 
Trarail i oi et paino srant , 
Et grant durt^ , et felonnie 
I laUsai, et trop grant enTia 
Tpocrisie et mormnire ; 
If est pas tot orz qnanqno toi loire. 
Bible Gutot, *vers 1S04. 

Oat, arte, cr^ : Ours; ursus; vi- 
lain 9 sale , malpropre ; honidus. 

OasiGiroT, orsingnoi: Le rossiguol, 
oiseau. 

Obt, ortaus, ortel, ortial, orts , 
ortz : Jardia , verger, dos ; hortus ; 
en bas. lat. ortus} en anc. Prov. ort; 
en Langued. orto, dans XAIphonsine 
de Biom , art a3. 

OhT ±h ACE 9 ortaiessies , ortoiaiiles, 
crtoUses : Toutes especes d'herbes. 
potag^es, legumes, toutes les pro- 
ductions d*un jardin potager \ hor^ 
iensiie; en anc. Prov. ortoUza. 

Obtacs, ortel, orteul : Jardin, 
dos , verger ; hortus. 

Oetaus, ortei, orteui , ortoile ^ 
ortueil : Article , articulation , doigt 
du pied, de la main , ongle de patte 
de loup on de cbien; articulus; en 
bas. lat. ortiUi. 

li nerf li parent et les vaiaes , 
Tr^ les ortaus dnsqnes as aines^ 
If *aToit maoche ne mancheron 
iTil n*ot cape ne caperon , 
If *aToit ne tissn, ne file, 
Mais cors noirchi , taint et lialU. 

* L$ Vict du Mantel, 



osc 

Oetbillbb (s*) : Se heurfer let 
doigts dupied contrequelque chose; 
en ProT. artelia (s*). 

Oetkliadb : Coup , blessure aux 
doigts des pieds ; en Prov. arteliado, 
arteliaou, 

Obtxhois : 19 om d*un peuple da 
Nord. 

Obtial. ydyez Obt. 

Obtie : Poisson de mer; urtica. 

Obtibb , ortoier : Piquer avec des 
orties; utticd urere ; la plante de 
Tortie. 

Les roses aelonc les orties 
Ife perdent mie lor biant^, 
If e lor flairor , ne lor bonte ; 
J*ay ^hk deles Vortier 
Florir et croistre Ion rosier ; 
Se les orties sont poingnans 
Et annlooses et pnanz , 
Les roses sont beles et diieres. 

Bible Guiot, t>ers ft66i, 

Obtitb : Terrein cultiy^ en jar- 
din , clos , verger ; A* hortus, 

Obtoibb : Culttver un jardBn, se^ 
mer, planter \ de hortan. 

Obtolaiv , ortkoUm , ortoUan : 
Jardinier; hartulanus, 

Obtbox , pour ottron : Terme 
d*injure. 

Obtubb : L'action de tisser , 
d'ourdir. 

Obve : La fleur de la farine, 1a 
plus belle. 

Ob VEPE : Tort , injure , violence. 

Os : Vous J vos; entends-tu ? osc ; 
os^, hardi, audadeux; en bas« laU 
ausatus. Voyea Ost. 

Diex ! fet Hains , com tu me tiens cort , 
▲ paines oS'je dire mot ; 
Gnuit honte ai qnant mon Toisin a*ot, 
Qne ttt me maines si Tiument. 
* Fabliau de tire Hains etde dame Ameme, 

OsANKxs , osane, ozaiute : Le di- 
manche des Rameaux , cdui qui pr^ 
cMe "Piques yelominica osanna. 

OsqADX : itofife de lain^; d'0M»» 



Digitized by 



Google 



O SE 
OfCHS , osque , osqme , ousche : 
Terrc labour^ble , jjirdin, Tcrgfer, 
champ entour^ de bales ou ferm^ 
de foss^ ; osca; en has. lat. ogUua , 
oica; en Langued. osco, Voy. Ochk 

et OUGHE. 

OscHB : Hoche , coche , entaille. 

OscHEs, koches, kochettes : Petits 
tas de gazons coupib en carr^, qu*on 
laisse bien s^her, qn'on br&le en- 
suite 9 et dont on r^pand les cendres 
•nr an terrein dont on renouyelle la 
cnlture; d^oscilla, 

OsGLE : Pi^sent de noces que le 
liuiri faisoit k sa femme , en Ini don- 
nant un baiser ; otculum. Y . Oglaoe. 

0$ couET : Le manche d'un jam- 
bon ou d*nn gigot ; d*ox. 

OsGUE , oscurs : Sombre , n^bu- 
leux , obscur ; obscurus. 

n fist cele nnit ecp^s et Unt oscur oar la 
lane ne faiisoit pas , ne ettoille n'aparoit el ciel. 
Roman des sept Sages de Rome. 

OsctJEET^ , oscurit^, oscurt^ : Ob- 
scurity , embarras , obscurcis.sement ; 
ct obstination,opini^tret^; obscuritas. 

OsDALAEiA , ospcUaHa : Hospita- 
lity , Faction de receroir cbez soi des 
Strangers , et de les y bien traiter. 

OsDALEE y ospaler : Hospitalier , 
qui aime Thospitalit^; ^hospitari, 

Osi^AUX , ous^aux : Bottines , gu4- 
tres , sorte de chaussure ; d'ou oser, 
ouser, se chausser. 

OsECHEMT : Osent , puissent. 

Si te dois en tele maniere porter et avoir 

ke tes confesseurs et ti ami te osechent s^re- 

ment reprendre et moustrer de tes debates. 

Snseignemens de S. Louis h. son fits , 

Mst. funds de tSgUse de Paris, M, 7, 

OsEQVES 9 osseques : Obs^ues , 
fun^railles ; pri^res pour les morts ; 
d'obsequiunu 

OsEE AiE : Lieu plants driers ; du 
Grtc o^ojr* 
u. 



O S T 373 

QsiKEX : Jointure; lien, attache 
d*osier ; du Grec oisos. 

O SOI : Avec lui , avec ellc. 
Osoi : J*osaL 

Et non pourqnant si TOuldroit-eUt 
Que le meiUor de la querelle 
Eust celai qui la tient o soi^ 
Si lbs £ol quant Jblasmer 1*0101. 

Roman de la Rose, 

OsoEoir : Dur , bourru , misan- 
thrope; osor, 

OspiTAux : L'Ordre des Hospita- 
liers de S. Jean de Jerusalem. 

OssE , ose, os4y oss^s : Hardi, coti- 
rageux , audacieux , dur & la peine , 
a la fatigue ; osseus; bouche , langue, 
langage; os. 

Auz estes n^s cll ki de totes toz entraillrs 
loez Den , et ii cal totes tos 0is4s dieat : Sire, 
ki est semblant a ti , ne mies ensi cnm oil 
ki regehissent qu*il Den iSonoiisent et par 
oyvres le renolent. 
S, Bernard, a* Sermon Sf4r la (veille dfi NoeL 

OssEz : Assez , auffisanoLment. 

Ossis : Peureux , t^rembleur* 

OsT : Orient » Q6t6 du ciel ou le 
•oleil se l^ve, est. 

OsT : Maison , h^Cel , logis ; d'^o^- 
pitium, Voyez Ostal. 

OsT : Qu'il ^e', 6t4t ; ose, osa ; 
ileiit. 
. Oa^Tj ofie, Qst^., o6s : Arm^e^camp, 
guerre , expedition militaire , service 
de guerre que le vassal deroit k son 
seigneur; o&e^^est-dk aussi pour en- 
nemi; hostis; en bus., lat. ostis, osu* 
sia; en anc. ProT; et euibasBret* osi. 

Le Roy fist l%re plmi«tirs processions en 
Vost, et en la fin dee propesstons , fesoit prier 
le Legat que Dieu ordepostla bescugne. 

JoinviUe , Bistoire de S. Louis, 

Alors Gerard commanda a oster la table , 
si saiDit sus pieds moult Tistement, ayant 
grant paonr en suy que Vost ne deslogeat 
iTant ce que ii eulx-se fust oombattn. 

Roman de Gerard de N^vers, 

OsTADE : Estame , sorte d'^toffe. 
s 



Digitized by 



Google 



a74 O S T 

OsTAOX : Certain droit du snr Ics 
grains amends k la grange du sei- 
gneur, champart , terrage. 

OsTAGE : tcot,d^pensequ'onfait 
dans une h6tellerie; obses. 

OsTAGB : Gite, logement; hospi-- 
Uum; en bas. lat. otagium, 

OsTAGER , ostagier, ostaiger: Don- 
ner gage et caution , rester en otagc 
pour surety de Tex^cution d'un en- 
gagement ; obsidere, Ostagier quel- 
qu'un : Lui servir d'otage , de r^- 
pondant. 

OsTAOEE, ostagier : liOgtT^ bien 
recevoir, donner rhospitalit^. 

Ostagier : Bourgeois , domicilii. 

Ostagier : Assurance , gage , cau- 
tion , otage ; obses ; en basse latinit^ 
ostagerius ^stagiam ; en bas Bret. 

ostaich* 

Ostaoiee : Donn6 en otage. Foyet 
la ciUtion d*AGii. 

OsTAL : Gage, caution , otage. 
OsTAL, osieU, os$el,osteux, ostex, 
ostiex, osdUe : Blaison, logis, de- 
neure , habitation, b6tel ; hospiiium; 
en bas. lat. ostaUtria, osdsia; en anc* 
Prov. osdal^ ostai; en bas Bret, o*- 
taliery'. L'Abb^ des Sauvages derive 
ces moU de statio. Prendre ostel, se 
dit de J. C. cpii s'est incam^ dans le 
aein de la Vierge Marie, r. Hostbm. 
Et U ditt : Sire, «n oett chattel 
Eft T4itre osfex tos atonies , 
5*U TOS plaitt hnimais remanei : 
Que te TOc arant aleies , 
Hnim^c bon ostel n*aareiet , 
Por ce 4e remanoir Toa pii« 

Moman de Perceval, fid. 40, V- 
OsT-BAKHi ou Banhie : Semonce 
f aite par cri public , ou proclamation 
qu'un seigneur faisoitfaire, en temps 
dc guerre , k ses vassaux , pour que 
ceux-ci lui fournissent leurs che- 
•vaux , leurs armes , et m^me leurs 
personnes, si Ics circonsUnces Fexi- 
geoient.#5r/we de i'ost, aidede I'ost: 



OST • 
Aide et service que le vassal deroiC 
a son seigneur pendant la guerre; 
c*^toit aussi le service que devoient 
les vassaux et Vavasseurs au Roi et a« 
seigneur suzerain , lorsqu'ils allotenC 
a Tarm^; les uns devoient servir 
personnellement, les autres devoient 
foumir un cheval ou un homme 
d'armes. Voye% la Coutume de Nor^ 
mandie, articles 87, 54 et 94. Par 
un aveu rendu en 1 54o , par Jehan 
le Cerf, Seigneur d'Equemauville , a 
Tabba je du Bee : « Outre les foi .et 
bommage qu'il est tenu de faire aux- 
dits religieux, ledit escuyer est sujet 
envers le Roy, au service d*ost, quant 
le cas s*offre ; lequel service a est^ fait 
en accoustrement d'archer, les ca» 
o£frans selon que le haon et arriere 
baon est mand^ »• 

OsTE : Sujet , vassal d*un seigneur 
f<6odal ; hospes, 

OsTELAGE : Prix , loyer d'une mai- 
son , d*un magasin , d'un logis ; 
^hospitium. 

OsTELBR , osuOer : Loger, h^ber- 
ger ; hospitari. 

Or toi ^ dedens aUelex, 
Si chanterai te TOot Tolex. 

FabL de S. Pierre et du JougUor. 

OsTUL^wnUjOstellerie : H6tel-Dieu^ 
b6pital ; demeure , maison , babi* 
tation ; 

Et avtel comme nous aTons dit de le gard« 
de le Maladerie, doit Ten fere de le gardo 
des osteleriet, qoi soot fetes et establies poar 
hebergier les ponres. 

Co^tume de Beaueoisis, chap, 56. 

OsTELLEUR, osUlUer, ostii, oustil: 
Qui loge chez lui, b6telier, auber^ 
giste ; religieux destin^ a recevoir les 
^grangers ; ostalerius; en anc. Prov. 
€>sde; en Langued. osdairS; en bas 
Bret. ospfOsb, ost, 

OsTENSivE : Ostensible, qu'on pent 
voir, qui frappe la vue ; osiensivu* 



Digitized by 



Google 



OST 

OsTEiTT : Autant , ^galement , en 
mdme nombre. 

OsTEA : Enlever, emporter, deta- 
cher, Ater. 

n ostet lo p^chiet des meiiu quant il le vet, 
et dectmit les p^chiex ke not ftvoni falc, del 
oil Vostet lo p^che quant il espurget Tinten-' 
tion del cner , del col Vostet quaut il de not 
ottet lo jof de dampnatlon. 

Sermons de S, Behiard,/oL i6. 

ToUit peccatum i matubits, commissapec- 
eata deiens : toUit ab ocuio , purgans mentis 
intentionem ; toUit ik coOo ^ vhientam rem/^ 
pens dominationem. 

OsTEi. : Habiter, demeurer, loger; 
A*hospitari, 

OsTERiCHE rUAutriche^paysd'Al- 
Iemagne ; Austria, 

Le Due de Bmniich pour rEmperenr qni 
ettoit malade, comniradA anz leigneun de 
l*aceonipagner , c'ect aasaTolr le Due d*0«£r- 
riche , le Uuc de Bayi^re. 

Roman du Petit fehan de Saintr4, 

OsTERHE : Citerne. 

lies fontaignes adecertes et U§astemeSg et 
cbascune auembUe des eawes ert nettes, 
Bi^le, Uvitique, chap, ii , ^vers. 36. 

Fontes 'verb et cUternas , et omnii aqua- 
rum congregatio munda erit, 

OsTEi (qui) : Qui ose. 

OsTis : Chez , dans. F. Hoscelaiit . 

OsTEVENT, ote^ent: AuTent, pe- 
tite avance mise au-dessus des boa* 
tiques , pour les garantir du vent et 
du soleil. 

OsTEx , au pluriel osteua: : H6td , 
maison, logis. 

OsTiAux : Petit corps de troupe , 
d^tacbement ; d'hostis, 

OsTiBE , ostiUer, ostoir : Vautour, 
oiseau que nos anc^tres dressoient 
AU vol. 
Pail Yint Vostier apr^ qui mange roliillon. 

OsTiERE : Porte ; d*osianum, pour 
ostium. Gueux de Vostiere : Mendiant 
qui Ta de porte en porte. 

OsTixx , ostieux , ostiiie : Maison , 



OST 175 

h6tel , logis ) ostiex , selon Laeombe, 
s'est dit d'une porte de iriUe. 

OsTih y osiiliement : Meuble, us- 
tensile , ornement , outil , instrument 
de m^nage^ Foyez Hosteis. 

OSTILLEE. /^. OSTIBR et OSTBLEB. 

OsTisE, ostize (droit d*) : Droit 
qu*on payoit k un «eigiteur pcfur ob- 
tenir la permission d'hal}iter sur ses 
terres , maison sujette a ce droit ; 
d^kospitium; en bas. lat. osttsta. Selon 
Borel, qui cite la Couttime de Blois, 
c*est un droit annuel de gelines* 

OsToiER , ostojer : Attaquer son 
ennemi , faire la guerre , poursuivrey 
camper avec une armee ; hostire. 

Le Roy de oe pays est moult riche de tre- 
•or , mats iL n*est mle moult poissaut de gent , 
-mais son regne est si fort, que nnl n*j puet 
ostoier sur luy , ai que pour ce il ne ^nbte 
nnllui. Marc Paul, fbU 85. 

OsTOZOUR ; Guerrier, militaire. 

Ostoir 9 ostor : l^'autour,. grand 
oiseau de proie, sorte de grand ^per- 
vier propre a la cbasse au vol ; €istur, 
ostorius; en Ital. astor; en Langued. 
astou ; en Basq. austord^ en bat firet* 
houtonner. 

Et SI passa le fil an Roi , 
Qui moult menoit rice ooareiy 
Sor son poing un ostor de mne « 
Devant 1 uis U Tieille a T^e 
La gbeline par avanture , 
Qui aloit querent sa pasture. 
Li ostor se debet et aace , 
Li fil au Roi les g^s U lace , 
£t si se jete Ters li ostor. 
Qui de plain roi sanaaltre tor. 
Si encama dedens les pi^ , 
Mis de ce ne fu mie lies 
Le fil a la rieille femmette 
Quant rit morir sa gbetinette , 
Ce fu si grant mesarenture, 
Cele part vint grant aleore , 
Le bon ostor fiert, si le tue. 
Le fil au Roi d*iror tressue 
Del fuere a Tesp^ saci^t 
£t la teste li ot trenoi^, 
Onques raison n'l entendiy 
Dttsqn*al braloel le porfendl* 

Bioman de Dohpatv, 



Digitized by 



Google 



376 O T 1. 

O&T&jiioB : Outrage , insulte ; en 
bas. lat. ultrtigium. 

Ostaoi : Permission , accord , con- 
sentemeat > convention. 

Offilius et Trebtcei distTent que Ten doit 
ostToi«r k chescon que il purge et reface 
chambre coie (garde-robe, lieu d^aUauce) 
mais nu« ne la face nove tans Vostroi a celui 
qui a la cure det coiiunes roies. 

Mss, de la Blbl Imp. , «*» %ko*]ifol x48. 

OsTROiER, ostrojrer^ otrier, otrijier^ 
otroiery qtroyer : Permeltre , accor- 
der, convenir. 

Mectire GauTaiiu i la fin 
Au Roi Artu congi^ a pris ^ 
Et a la Relne au der tis 
Qui morut envis li ostroia. 

Boman de Perceval, foL a^S , F®. 

OsTaucs y ostruche : L'autruche , 
le plus grand des oiseaux. 

Or, ote : Eut , avoit ; ^coulc , ex- 
tend , entendit ; audit; fat , ^toit. 

Uo actenr qui of non Macrobes. 

Roman de la Rose, 

Ensi furent ces trois Tertus 
En Adam , et encore phif : 
Car pint parfiiltement le%oig 
Qne nua d*icens troic la aoie n'ot. 
Xe Phihiophe qui oecist sa Mere, 

Si dit<on bien a not eacolea 
ICaintea cltoses par parabolea. 
Qui moult sottt belea k entendre , 
Si ne doit^n mie tout prendre , 
A la lectre ce qne Ten ot. 
En ma parole antre tent n'ot, 

Roman de la Rose. 

Saint Vierres Vot, ai en or ire , 
Par mautalent li prist a dire, 
Youa i mentez te Diex me taut, 
Iflais c^ect cou«tume de ribaut. 
Quant on ne fet la Tolent^ 
Si diet qu*en li change le d^. 
Fabliau de S. Pierre et d» JougiSor. 

Otjl : Pevant, au-dcTant; ob- 
Piam. 

Otacustk : D^teur, espion^ 
^tacustes, * 

QTAQi. Fojre* Ostao*. 



O T R 

OtAiirs : Ceps de Tignes en treOTes ; 
en bas. lat. otttna, otdnus. 

Otaedb : Outarde, oiseau; ods , 
otidU, 

Ote , othe , pour Othon , Empe- 
reur de Rome ; Otho. 

Ot^ : Except^ , hormis. 

Otel : Pareillement , semblable- 
ment , autant. Foyez Auteil. 

Otevent : Auvent , planches pla- 
ces an-dessus des boutiques , pour 
les garantir du vent et de la pluie. 

Otbviens, Otoviens, Otteviens : 
Octavien , nom propre dliomme ; 
Octavianus, 

Sire , il ot un Empereur k Rome qui ot il 

non Oaeviens, cil ama trop or et argent, ai 

fist tant qu*il empli on tour d'avoir (de richet- 

aes), qne on appelloit la tour dn Croissant. 

Roman des sept Sages de Rome,, 

Otetoie : Grand-voyer, officier 
pr^pos^ pour faire raccommoder les 
routes et les cbemins. 

Otex : Maison, logis, demcure ; 
h6te , logeur, aubergiste ; A^hospes, 

Otbx : H6tesse. 

Othoin, Othmne, Othon : An- 
toine, nom propre dTiomme; An- 
tonitts, 

Othott : Oiseau de proie , autour. 
Foyez Ostoib, 

Otieux : Oisif , qui ne fait rien , 
paresseux ; otiosus, 

Oteaige , outraige : Affront , ou- 
trage, mauTais traitement. 

Les bons vayasors Tol-je morz, 
Let granz outraiges et les torz. 
Lor fet-en et les grans domages ; 
I c'ett unt trop cmeuz otmigesg 
Qn*il estoient herberg^r, 
Et bon terrien don^r. 

Bible Gwot, 'vers 198. 

Ote^er , otrer, otrier, otroier, 
o&vyer, ottroier : Accorder, consen- 
tir, convenir, permettre ; en bas. lat. 
otreciare , otriare, Ces mols , pris 
iubsUntiTementy signifioient, per* 



Digitized by 



Google 



OU A 

mission 9 consentement que le sei- 
gneur donnoit a la Tente d'on fonds 
qui releroit de lui. 

11 (U Roys d*E0gIeterre ) eiiTo7a messages 
au Roy Loys pom prendre triTes , lesqnelet U* 
Koys de France ne lor voitt otroier, ja soit ce 
que U en fi^ prl^ de moult de gens; en la 
parfin arint tontes Toies que U Roys I^bys 
a^apensa en soi-m^isme qae nm de dnr cadr 
B*acqait onques salua. \ 

Nattgis, JnnaUs Ju rigno de S. Louis. 

Otroi, otroy y ottroi : Consenlc- 
ment, permission , accord , cong^. 

£t U disoient qne ele soofrist en p^ sa 
dolenr , et que ele serolc delivre par Voeroi 
de Nostre- Seigneur , et ele sentoit qne II 11 
eatoiC miex de jonr en jour, tout ^ost ele 
eele donleur desoa dite. 

Miracles de S. Louis, chap, 35. 



OUB 

ouaitir : 



CtfBsid^i^, 



Oteu : Autrui \ d'^iZecr. 

Otteume : Huitieme ; octavuf. 

Otthouee : Lien oil Ton devoit el 
oil Ton nourrissoit les autonrs et les 
aatres oiseaux de proie y propres k la 
chasse an toI. 

Otteon : Terme d'injnre. 

Otteuchibe , otirucher : Homme 
qui ^levoit et dressoit les oiseaux de 
proie, en g^^ral. 

OviAn^klsLiod, 

L'absolocion Vous depars 

Oh nom d* Amours le Dieu TaiUant , 

£t par ainsl de toos me pars. 

Om^iom de la BeUe-FOU. 

Advis m^estoit k ceste foic, 
Biea y a eSaq atu et oioq nioia« 
Qu*o^ joU mois de Hay song^ie 
Oh temps amooreux plein de jole 
Que toate chose si esgaye. ' 

Roman de la Rose. 

Ou : (Buf ^ ovum. Voyez Ois, , 

OoAi : jflo 1 qnoi ! comment ! ohe^ 
en Langued. ou^. 

OuAiL i.Oui, p^r^ticule affirmativQ. 

OvAiLiA , ^QpoiUe : firebis 9 trou^ 
peau ; d*o«^i> , opicula; en anc* ProT« 



OuAlTBa 9 

regarder* . . , . 

Onm 9 oiian : Alors, dans ce temps- 

Ik 9 a present ; meshouan, mesouan , 

dor^a^ant , par la suite , k TaTenir. 

Pour s*ame rendre a Dieu plus clere , 
A son gr^ commenfa sa mere. 
La dekonnaire, la courtohe, * ** 
Haubaisson qui siet les Poiitolsie» 
CIs Bois ce sage des qi^an , ^ 
Fonda Sains Maliieu de Bo^an ; 
AussI establi-U iiu niOnt " ' 

Porte laVenre , et R^umont. • ' • • 
QttUlttume Gmart, partant de laReimd 
Blanche, mire de &. Louis. 



OuAir : n y a un an 9. dans nn an , 
cet an 9 cette ann^ 

Cliarlot , fol que dol Sainte Jam6 , 
Vous area ouan fnme prise : 
£st-ce selon ,1a loi esdame 
Que Kaxfas vous a aprise ? 
La Desputoison de Chqrht et du Barhier, 
Mss., n 7218. 

OuANCE : Redeyance qui se payoil 
tons les ans au jou^« ftndiqu^9 a cri 
public. 

OcARDE r Femme'paressense9 qua 
n*aime qu'ir dormir* r . 

OvAiiT 9 oyafU : Auditeup , qtii 
^coute ; entendant 9^K^tttant. 

OvBiir : Stranger au pays quHl ha- 
bite. Fbfez Aubaiw, 

OvRLAiE, oublaycy ouBl^, oubl^ie, 
ouhHye : Hostie Consacr^e9 Teufcha- 
ristie ; sorte de patisserie ires-l^gere 
que nous appelons plaistr, esp^ce de 
gauffre; d'obta(a ; enbas. lal. oblia, 
duhleia; en bas firet. oublien. Droit 
d^oublSe ou d'oubliage : RedeTance 
que certains sujets ^toient tenus de 
payer k leurs seigneurs en oubUes ou 
eii autre chose, foyez Obliage et 
Oblie. '/ 

A grant plente i out trov^es 
Oublies bien eovelbpfiees 
Dedans nne blanoh#M>iliaine. 

Roman d^Renmrd, fit IT, r: 
3 



Digitized by 



Google 



27» CUB 

OuiL AaBE , ouhkueur, oubiajery 6U'' 
blareur, oublieur, oublieux, oubtoier, 
oubl^ur, oublqyer, oubiqyeur : Mar- 
<;haQd qui faispit et quJi, pendant: 
rhiver, crioit, des oublies dans les» 
rues; les p^tissiers prenoient le titre 
d*oublafer dans leur actc de mai- 
trise. Daps nne ^pitapbe qui ^toit k 
a S. Etienne-dd-Mont, a c6t^ d*une 
chapelle attenaat la porte de commu- 
yiication de ce^e ^glise a celle de 
Sainte Gene:?ieve , on lisoit : « Anne 
$eg^ret , femme de Bernard Rilfart , 
ji^tissier 'viubktjrer, bourgeois de Pa- ^ 
rid, ]'au i549«r . 

OuBLAiERiE , otdUayerie , oubioie^ 
jicy OHbloyerie ; Le metier de faire et 
de vendre des oublies. 

OvBLiAircs : Oubli, d^faut de m^- 
moire ^ oblivio: 

Oubliette , publiete : Prison pCr- 
p^tuelle , a laqticHe on condamnoit 
certains ^-crimioelf; une fois relegu^ 
dans ce toinbea-y > le malheureux d6* 
tenu ^toit mort pour la soci^t^ , et ne 
voyoit que ceu^a ia garde desquels 
il ^toit confix. Lesimoinet exer9oient 
Imssi. oette punition terrible icontre 
celui de knm confir^ret qui avoit 
coni^nis quelque grande fa;Ule ; iis la 
nommoient viuie in pace. Cjr^I unt 
crreur populaire de croireque) dans 
les oubliettes y ily fiAt un lieu rempU 
de roues, qui ]paefJt.Qier>t en morceaux 
certains prisonoiers qtfe l*on pe '?ou;> 
loit pas faire ipburir en public ; ou 
bien que , dans une chaBobre , il y eikt 
une trappe f|ui ifit tomber le criminel 
5ur des instrumens aigus et tican- 
clians. lie peupl^ croyoit que Ton 
iaisoit ainsi raourip certains criminels 
dans les prisons , afin d*^vitor aui^ 
families , dans un de leurs membres , 
Taffront d*une mort ignomini^use ; 
il ne faisoit pas r^^flesdon que lea sup- 
pikes doiyeut ^ti*> non-aeulement 



0U€ 

la punition dli crime, mais encore 
reffroi de celui qui seroit tent^ de le 
commettre, et cons^quemment que 
le cbitiment. ne peujt avoir trop de 
publicity Pierre Boolbns , dans sea 
Antiquity de Paris, rapporte le ju- 
gement deHugiies Aube^t, priv6t 
de Paris ^ qui y fut condamn^ : « II 
fut , dit-il , presch^ et mitr^ publi- 
quement au Parvis Nostre-Dame ; et 
apres ce , condamn^ a estre , en Vou- 
bliette , au pain et a Teau ». 

II est bon d*observer ici qu'autre- 
fois un juge qui avoit pr^variqu^ » 
^oit men^ en public une mitre sur 
)a t^te. Uauteur de la tragic de la 
Vengeance de J^stos>Christ, (ail met- 
tre une mitre k Pilate , lorsqu'il fut 
rel^u^ a Vienne. 

L*aii t344 Henry de Malhaetet , }adli maif- 
irt des Requettee de klioitel do Roy, fut det- 
pooilleK en la jaquettf mbs chappcron , les 
gresillons en.maina , ft lei fen ^s ptetU , et 
fe boorreau le 'mena an temple de Paris, p«iU 
fat fait son cry k son de trompe , et fut mis en 
reschlelle decant Noslr»-DaiD« de Paris, oh 
on Iny jettoit, des c^iifss et fonee boiies qu*oa 
avoit fait apjiorter expr^s par des tombe- 
reaox ; en sorte qu*U en fat si convert qn^on 
ne le r^it point ; et tantost fut mis en oit* 
bliette chex un'^eigncqr de Paris , oft il ne 
Tesqui que neuf sepmaines. 

Les M^mpires dc Paris, citdsparBorei, 

OfJBOURO, pour tanbourg: Sorte 
de biere. 

OuBRAKT : Qui s'ouvre , qui peut 
a'ouvrir; A^aperire ; oiiVrable, d'ou- 
vrier; d^operarL 

PucBE , ousche : Terre labourable 
enclose de haies ou de £bs6^^ mor- 
ceaci de terre adjacent ,k quelque b4* 
timent ; dans le Bern , c*est un petit 
enclos joignant une maison ou il y a 
un toit a pores , ou une Stable a va« 
cibes* Foyez Oucange aux mots Olca 
et OtcHA. 

OucHB, vusehe : Morceau de bois 



Digitized by 



Google 



OUL 

qui senroit aux mtoef luagei que 
nos tallies de bouchert et de boulan- 
gers; osca. 

OirciN : B4ton crochu k I'asage 
d'une cbarrette ; uncinus. 

OuoEua , oudor, oudour : Parfum, 
odeur, senteur; odor. 

La terre k donleiir 
Goiut«n Voudeut 
De mainte fooajre. 

Le Malheur de la France. 

Ouooa : tiande, terre inculte, te- 
Ion Borel , qui cite le Roman de Per- 
ceval , et qui derive ce mot du Greo 
hodosy la terre. 

OuB , oue, ou^e : L*oie, oisean de 
baste-cour. Fqyez Os« 

Vooi Ten ares prU pour la' moni , 
B doit renir manger de Voui. 

Farce de Pathelin, citdepar Sorei. 

OuBiLLE : Brebis ; ovis, 

OuBL : £gal , semblable ; ofqualis; 
oeil » yeux ; oculus. 

OuBLLAi : Habitans da Yellay , 
peuple d*Aquitaine. 

OuEN : Cette ann^e; en Gascon 
ougan, 

OuBK , ou{^ , ouyr : Entendre , 
Pouter; emdire. 

Beaux Diex , dltt-il , qui to«t pones » 
8*3 TOM plaiit, ma reqoeite ouez. 

Jtoman de la Base* 

Oist9yOS, osta : Entendez, Pontes. 

Odv : Inteijection qui marque une 
douleur subite. 

OuFFBAH , pour Fu^ran : Nom 
propre dliomme. 

OuicT : Huit; ocA>; en Langued. 
oueit* 

OUILLBT. Foy^ OviLLBT. 

OuisTBB , otdire : Huitre ; ostrea. 

OuLAME : Faudlle. 

OuLE, Oldie: Cruche , vase k deux 
anses, marmite, pot; oUa; en Lang. 
oulo; huile; okum* Voyez Oai>b« 



OUL S79 

OotB , ouile : Torrent d'ean tr^s- 
rapide , canal , goutti^re. 

OuLLAs: Jambage ou seuil deporte. 
OuLLB : Esp^ de fourrure. 
OuLLiBa : Fouir, creuser. 
OuLM lEBE : Lieu plants d'ormes ; 
d*tUmus. 

OuLTEAOB , oultraige : Outrage , 
affront, mauTais traitemei^t; exc^ 
dent , exces , prodigality ; d*ultr^ 
agere, suiyant quelques auteurs ; et 
idon Barbazan, dHuUrh credere; en 
bas Bret, outrach , outraich. 
Je ne me tleni mle pour tage 
Quant je demande tel onJtrage, 

Roman de la Bote, 

OuLTEAGEUx, outragcux : Excessif, 
prodigtle , dissipateur \ superflu 9 qui 
est au-delk 

Ife soiet anui otdtragevte 
Comme je rooa ay dit derant; 
CoBTOiteoit, ne enTicnse, 
Jfe par ire ancon mal pariant : 
Car U fault qu*il face lemblant 
Anz abltref , 1*1! tous rcult celer , 
AInai qu^arona 07 arant , 
On Wnt ae pourroit rereler. 

ta Confession de la BeUe-FdU, 

Oci«T|LX, oulireemeni, outr^ement: 
Sans r^serre, sans garder de mesure, 
au-dela; ultra; en Langued. ouUre, 
oultre, 

pten le pent fSure oukr^ment. 
Car tout pouToir eit tea offices. 

Testament de Jehan de Meung, 

OuLTii : Qui est au-dela ; ultratus. 
Dire a un cbeTalier qu'il ^toit oultr^, 
c*^toit lui faire outrage , I'insulter an 
dernier point. 

OuLTEi : Exc^d^ de latigue , bors 
de combat. 

Gerard de Nervrt TOjant le CheTaUer en 
tel dangei;, Inj diit '({ue ae mercy touIoiI 
avoir , poor ouUri et detconfit le tint. 

Roman de Gerard de Hfevtre, 

OuLTEi : Mort , tr^pass^. 
OuLTEBBBU : Quia tropbuiivre; 



Digitized by 



Google 



28o O U N 

OtTLniKcuiDAHcs , oiUtrecuydon- 
ee : T^m^rit^ , pr6somptioa , arro- 
gance; ultra cogUtHio, 

OuLTEEOuiDB, oultrecuidez , oul- 
trecujrd^, outrecuideL : Insolent, pr^ 
somfsUienx , t^m/^raire » arrogant , 
hardi, entreprenant, qui ne se tient 
jamais da^s le9 bomes de la modera- 
tion ; idtra cogitaius. 

Je itaemies i a2-J« lilen miu^, ' 
Tuftt ija% mon mos i ai lue , 
Come fpl ct outreemdez., , 
Cent fois plosj^ue to8 ne culdez. 

Roman de la Rose, 

Trop Toas Toy quUreeujrdde , quant devant 
noy vauliez alie^,i^ 

« Roman de Gerard de Neven, 

OuLTExcDipBE ;» oidtre^Hxdcr i 
Avoir de la pr^somption , d^ T^rro- 
gance, ne dout^ de rien , faiiie T^an- 
tageux ; ultra cogitare, Barbazatl d^- 
rive ces mots d'ultrh-cr^dere, 

OuLTa^EMETTT , oultrem^nt {}Xk^e- 
ment diet) : Celui qui est proYipnc^ 
en dernier ressort « sentence fimUe. 

0\ihtf.it.U , oultrer : Piss^ W lint, 
les limites , aller au-dda ; ultra agere. 
Oultrkr gaiges : Ex^cuter iin duel 
pour lequel les gages .ont^id^os^s. 

Outi : Eux. Pot' oulz, pddt i^xj 
a oulz, k eux. ' 

OuMBKXir : Otnbrag^, q|iti jest a 
Vombre'f umBros us ^ 

OuME , oulme , .* Orme , arbre ; 
ulmus, ' ,1 

OuM E ' Homine ; homo. '** ', . 



SI doit chascun savoir que' ims.iw doit, 
espoQser chello qi|i li- apartient ac lignage 
devant qu^ele a |>dss^ te qiia/t de'^, ne •$ 
eommere de quel enfant que che Mtt , oA de* 
Voumf.Qu. ^ If £fune« q« ceU att^crqui il a 
Ifr^ i'eufant. ,■ 

^Coutume de,tip€Uivoisu ,c]fap, i8., 

OuxiE t Cetlain^ mesnre de terrc 
plants en vigne , qui pouYoit ^tre 
labour^e en un jour par un ouvrier. 

OuREA^NCE 9 onurance, onturtm-r 



cruE 

che, ouner^inche : Courtoisie, boit- 
n^tete » ^gATid 9 poUtesse; d'Aonor. 

Flenrs d*onnest^ o6 tons biens le concholt, 
deas eon pai^s i bolue eure nasqiit, 
Ki Yos songis tout eon Tirant terott. 
Car en Teoir vo cors ke j*ai coisl 
^ont maint fol cuer de grasse raempU, 

St ke je doi liement 
Serrir Amours par rous « car ponrr^nche 
T prent met cuert de tens et d^ouneranchm 
Pour courtoltement. 
Chanson amoureuse , couronnee h Valen" 
chtennes, Mss, de Notre-Dame, M^p 
fid. 3o5. 

Ouif OUR , ounor : Consideration , 
hontieur ; honor. 

Dame A^oanour In^ ke premiers tous ri 
Se pierclineh bten k*a mol nWeroit mle 
D*amer si haut kHi tous , mais contre mi 
Fu U miens ctfers et fist pour lui partie. 
Chanson couronn4e h F^alenehiennes , m£me 
Mss.,/ol. 3o4. 

OupiLLE : Flambeau de paille. 
. OopvREE : Tr^vailler, agir, op^- 
fer; operari. 

OvQUE, lisez ouqu^ ; En quelque 
fieu que. 
. OuQUEL : A qui, auquel. 

OuBAiGNB, ouraingne, ourange ^ 
ouvraingne : (Buvre, ouvrage ; opera. 
Ouraigne Deu ; opera, Dei. 

Assez tost apr^ cest otwraingne, 
¥t Tybaut 11 Quens de Champaiugne , 
Sani ce qn^ancun i mist barre 
Conrronnez k Hdi de Navarre. 

GuiOammf ^t^rt, annie ia34« 

' OuRAiLLE : JBord ^ lisi^re , frcfn- 
liere ; ora. 

OurgEl : Petit -vase. 

OuRDi^is , ourdfys : Pieu , petMu, 
palissade* 

OuRDiER : Observer, ^pier; ordirL 

OuRniBRE : y oie , .chemin ; el or- 
ni^re , suivant D. Carpentier. 

Pour chou mist en Fuel Diex lomiere 
Qn*Il menast Toome droite'onndt^rv, 

. £t en bon lien Ic c^n^feuisist. 

Atiserexe du Rectus d^ dikdum, strophe s 34* 



Digitized by 



Google 



OumiK>N : Troupe de moisson- 
neurs , de yendaiigears. 

Curb : Heure, e^ace de soixante 
minutes; kora» * 

Sire, me commandastes que je gardasM 
moB jour , et je suis Tenn i oure et k tena 
garder mon jour. 

Auites de JSnuaiem , chop. So, 

OuEBH : Ouvrier, homme de peine, 
de trayail , manoeuvre ; operarius, 

Atalie la felenease Reioe h li tuen Quren 
naU destmit le Temple Ifoatre-Seignor, ^ de 
richeg a«niemeiix del Tenple av^ent honored 
la Mahamerie Baalim. 

Le IV* Livre des Rois,fol i38, V*. 

OtiRBB , liaez ovrer : Tiavailler ; 
cperari; ouvrir ; aperire. 

OuRER ; Prier, adorer; orare, 

OuREziA : Ordure , imparet^. 
Voyez Ord. 

OuRiBi. : Osier. 

OuRiNB : Source , naissance , ori- 
gine ; ^ngo. Yoyez Orioitb. 

OuRHB : Orme, sorte d'arbre; 
ulmus ; d*oi!i ourmetel, ormeau. 

OuRSB : Femelle d*un ours ; ursa; 
d*ou oursios, oursiaus, petit ours, 
jeune ours. 

Tant fist que Tours tna, mail quant il dot morlr 
II cria si forment quVntoor li fist Tenir 
Une ottrse et deux ouniaus , que sans point 

d'alentir 
AtsaSlirenc le traitre , mait tant fo plain d*air * 

(*pouri>ie) 
€*onquet ne recnla ; les ouniaus le narrerent , 
Dn sine et de la ehar det coitec li osterent. 
Dit de flourence de Rome ,' Mss. de If. D, 
«»* M^,/bi. 110. 

OuRSiBRB : Retraite d*un ours , 
I'endroit oii il se retire ; d'ursus. 

OuRTiouB , onigAe : Ortie , herbe 
extr^mement piquante ; urtica. 

OuRTouLAN : J^rdinier; hofOuhi'' 
nus; en Langued. ourtoula. . 

Ovs : £ux ; os , ossemens ; osium. 

OuscHB : Oh , inteijection; oh quo 
j'ai froid I 



OUT 



i8i 



OusoBB : Terre labomable , jardin 
ou verger entour^ de haies ou de 
foss^. 

Ousci.AOB , oscleage : Pr^ent d« 
noce que le mari faisoit a sa femme, 
en lui doniiant un baiser; osculum, 

OusBR : Oser, tenter de faire une 
chose ; audere, 

OusiBR : Osier; d*oii ouserie, lieu 
oil croit rosier. 

OustBr : Faire Taoiit, moissonner ; 
d*augustus. 

Ouster : Outre, au-dela; ultra. 

OusTiLLBMENT .* Meuble, ustensile. 

Out : I^e mois d*aoikt; d*augustus, 
temps de la moisson , parce qu'elle 
se fait toujours dans ce mois. La 
Fontaine s*est servi de ce mot dans 
S4 fable de la Cigale. 

Outers : Autre , Fautre ; alter. 

OuTRA-FLUM : Au-dela de la ri« 
vicre ; d* ultra et dtfluinen. 

Outrage : £xc^dent , surplus , ex^' 
c^, superfluity, outrance, passage 
des homes de la moderation; d^uUrh 
et d'agere, 

De tons lea gena qu'homme set faire 
Ce poet-H OMuns de poefit trere 
Que de tJb boivre par outrage* 

Le Dit de Guersqjr, 

OuTRAoiEfix, outrageux : Qui ou« 
trage ; excessif , superflu. Voy. Oul- 

TRAOB. 

Outrange : Exces; diuUrh et 
d*€tgere. Se battre h outrance : Com- 
battre jusqu'i la mort. 

OuTttK , aultre, ottltr^ement : De 
plus , davantage , dans la suite , au^ 
dela , par-dela ; ultra. 

Vtwi Veaon le fer tremet , 
Fame raubert, outre temet 
Parmi le cort plus d*une uise. 

Roman d'AQ^s etdeProfilias. 

OuTREGUiDAirGB, outrecutdter, ou*- 
trequidier : Arrogance , t^Bi^ritd* 

FoxeZ OULTRBGUIOAVCB* 



Digitized by 



Google 



a8j O U V 

O^rtLncxnuit^yOutrecuidier, outre- 
quidier : Ayoir de la pr^somption , 
de Tarrogance , ne douter de rien ; 
ultrh cogitare. Yoy. Oultrscuidbe. 

Cele <{ae j*aiin est de tel seigaorie , 
Que M biautez me fiit outreqtddier ; 
Quaat je la voi, je ne tai que j*en die. 
Si stii fonrprif, que jou ne Tot proier. 
jy Chanson du Roy de NaiHirre. 

OuTKi&B : Adjudication 4 Fenche^. 

OuTREKHENT 9 outrement : An- 
dela des homes, avec outrance,d'une 
maniere excessive , en colore ; ultra. 

OuTRKMOXTii : Au-dela de la 
moiti^. 

OuTEEPLUs : Surplus , excMent. 

Outre a : D^faire, miner, tailler 
en pieces, acherer, finir, traverser, 
parcourir; ultra agere, Outrer un 
marcke, le conclure. 

Lora U raconte 

De Aon Tolage toot le conte , 
£t det pall, et dea contrees , 
£t des terrea qu^ii a ouiries, 
£t de la mer et de« riTieref, 
Et des iaaes grans et plenieres. 

Le DU du Barisel, 'vers 734. 

OuTRESAiLLiR : Trcssaillir. 

OuYBRTOiR , oui^crtoire, ouvrMr, 
ouvroeir, ouvroir, ouvrouer, ovnhr : 
Boutique, laboratoire, atelier, ar- 
moire , lieu qu'on ouvre pour y ven- 
dre; apertura* 

n n*a bon ovrior en foire , 
Ne bone rille , c*est la ▼oire , 
Ou lor borse ne soit peadoe. 

BiHe Guiot, yen ao4». 

O ova AiGKB , ouvraige, ou9raingne, 
0uvr^e, ouvreingne, ouvr4ure, ovrit- 
gincy ovraige y opraigne ^ ovrange : 
(Buvre, ouvrage, production ; opera. 

Tn^ tn dnokes en Vovranre^ de Nonosi 
•onoistre alcune chose et de u sivance He- 
lisans ? Dial, de A Gr^goire > /m»« i, chap. 7. 

riV ne aliquid in operatione I9onnoside 
tmiuttione fuo^w EUsmi cognoteere? 



OVE 

OuvaiE : Autant de vignes qu'en 
peut labourer un homme dans un 
jour ; il s*est dit aussi de toute espece 
d*ouvrage. 

OuvaiER , ouprer, Voyez Ouasa 

et OVRBR. 

. OuYRBiHoifE. Foyez Ouvrughb. 

OuTRSRiE : Dignity dans quelques 
chapitres de chanoines , qui consis- 
toit a prendre soin de Tentretien et 
des reparations de T^glise. 

OuYREUR , ouvr^ur : Celui qui 
ouvre , portier ; ouvrier, homme de 
journ^; operarius; en has Bret, ohe* 
rer, obenpr, oberour. 

OuvRisRB : Nom de Temploi d*une 
des trois demoiselles attach^ au 
service d*une Reine, selon D. Car- 
pen tier. 

OnvRonsR , ouvrouoir : Boutique , 
magasin ; operatoriunu Ouvrouer^eS" 
cripture, greffe. 

Ouxous : Odieux , d^estahle. 

Ouz,plurield'ox/: Armies. V. Ost. 

OnxiLZ : Osier. 

OvAiLLE , ouaille, ouoiUe , ooeille, 
ovelhas , ovoiUe, owaiUe : Brehis, 
troupeau , hergerie , Stable ; ovU , 
opilcy oviUs; en anc. Prov. ovelha. 

Menrent flenc sanx ens deffendre, 
A gnise d*aingnians on d*ovoilles , 
M^ U eonragens font menrotUes. 

GttiHaume Gmart,J6L 47* A*. 

Et iclls apfkrocherent pins pr^» disannt : 
nons forgerons les fandes de nos ow€uUes , et 
lea estables des jnments, et les cites ade- 
certes gamies i nos enfaonts. 

BiMe, Nombres, chap, 3a , nters, 16. 

Jt HHpnph aeeedentes , dixenmt: camlas 
orium/kMeahimtu, et stahulaji 

wuUt quoque nostris urket mi 



paryuus quoque \ 

Ovate : Encan , vente puhlique. 

OvBc, osfeckes, ovecques, opeke, 
opeques, opoec, opcec: Avee, en- 
semhle ; cum. 

JJk sns 09ee ees Angles en la grant jote dere ^ 
(hecques son Seignor biU i a boots trts 



Digitized by 



Google 



O VR 

S^en dtsona paternoitre por Dm ct por sa 
doac« I 



Sermon de Sainceriaux , foHant de la 
Heine Bianehe. 

Et mon mart sera oveAe mol, por c^ que 
j4o ay de \y sis fib. 

Bible, Genise, chap, 3o, iters, ao. 

Ettam hoc vice mecnm erit maritus mens, 
eh quhdgenuerim ei sexfiUos, 

i^TEK : Ann^ r^volue. 

Otillet : Instmmait pourle "vin, 
•mvant Borel. 

Oyrb , overeigne , ovreingne : <Ba- 
Vrc , ouyrage , affaire ; corvee , tra- 
Tail que le vassal devoit a son sei- 
gneur; opera; en bas. lat. et en Basq* 
obra^ obrea; en bas Bret, oeuffr; et 
ouvre ; ^aperire. 

Nottre p«ref not a hottas 

De droite Toie et de droite ovre^ 

If ufl m^ M folie ne coeTre. 

Bible Guiot, vers 791. 

Gretgmire ates eat ta tapiaoce, h tea oi^ret, 
qua la iiOTcle qo*eii ai oie. 

Le IIP Livre de$ Rois,/6l, qS, M?, 

Otreb , over, overer, ovreir : Ou- 
TTir; aperire; trayailler; operari; en 
Espag. obrar; en bas Bret. ober. 

Vk% iU ant enging eignard^, 
Kar muatrer volent par fmie auctorit^ 
K-^en tele detTent ettre taW^, 
Mil til en ovras par grant iniqulte. 

Roman des Romans, strophe aS?. 

Et II firent la cote de Aaron de strike , tnb- 
tilement ot^e. Bible, Exode , chap, 29. 

OvAEa : Manceuyre 9 ouvrier, tra- 
Tailleur ; operator, 

Oyeee : Antant de vignes qu'en 
peut labourer un bomme pendant 
imejonm^. 
. OvaiEE : Ouvrier. 

Se Dex m^alt , encore cnit-gi^ 
Qne li o^^rier furent malvaif » 
Je ne me fierai jamais 
En nole forge , u*en nnl4 bnevrt 
Polfqat malrit 9f^rkr a liof m : 



O T R a83 

N*ett mie droitnriere forge. 
Puis que malr^ wnier 1 forge. 

Bible Guiot, 'vers i33. 

OvEia : Percer, enUmer, ouvrir; 
aperire. 

Liqneil ovrirent ton tepolere , et troveraot 
Toirement set Testimena nient atochiea. 
Dial de S. Gr^goire , Up. 3, chap. 27. 

<^ui ap^rientea septdehntm , nwtimenta 
qmdem mtacta repererunt, 

OwELiB : Gertaine metnre d« 
grains. 

OwRi&iz : Ouyrag^ 9 tra^aiU^ , fini » 
acbey^; operatus, 

.OwEEua. Foyez Outeouee. 

OxiMEL : Mixtion de miel et da 
yinaigre ; d^oxjrs et de meL 

OxousB : Haissable , odiense ; 
otliosa, 

Ot : Entendu » oui , ^out^ ; 
d*audire. 

Et por Dlea coldlez-TOos , Seignor , 
Qne se tnit cH Emper^or 
Qjae Je rons id nommez, 
Kt les autres t(€yr ares , 
P^ussent lor mort trespasser 
Por or ne por argent doner.^ 

Bible de Berze, nters 475* 

Oyascb : Rente on redeyance qui 
se payoit an jour indiqu^ , k cri pu- 
blic. Foyez Ouakce. 

Oyawt : Cclui on celle k qui Ton 
rend un compte en justice ; audiens. 

Ote , oyement : Entendement , 
Taction d*^outer, d'entendre; au* 
ditus. 

Dye : Oreille , ou!e de poisson ; 
auditus. 

Oyer :lIarcluindd'oies,r6tisseur;,- 
d^amer. 

OyesI, aids : ^coutes , entendes* 

Oylle : Hnile ; oleum. 

Oyls : (Bil ; oculus. 

Oyoh : Petite oie, jeune oic; 
d*anser^ 

Oye : Entendre, to>uter; amiire% 



Digitized by 



Google 



384 



P AA 



L« R07 cy ptrler d*aii oorddier qui aToit 
non frere Hngnt ; et ^ur la graiit renomm^ 
dont jl ettoU , U Roy enToia qoerre cell cor- 
delier poor U cyr parier. 

Joinville, Eist, de & Louis. 

Oyr : H^ritier ; kneres. 
'Oyseler : Chasser aux oiseanx. 
Oyseletz : Les oiseaux en gini- 
ral ; aviculi. 

Quant Tanelet <pie mon amj m'aToIt donn^ 
ay ainsi pcrda en grant douleur, a mon cuenr 
vys ViTjrs^iet,, que mal fen le pniat ardoir. 
Aoman de Gerard de Never*, 

Oysewce; Voyez Ouawce. 
Oyseuse : Paresse, oisiyet^; U- 
che , olsive. 

Kt par ung natnrel destr 
Vouldront les cneurs des imgc geair 
En offtemes «t en delicea , 
Soit en rertna , ou aoit en rices. 

BomoM de la Hose. 

Otseyie : Paresse, l&chet^, oisi^ 
Vetd ; otiositas. 

Nof dewerponi la crimor Ifostre-Signor , 
«t si entrelaiona la religionse ciuenceon plain 
de jangleries et de cnriositeit, plain de de- 
traction et de murmnre, et A^qysevie ; fiuant 



PAC 

\o faiz de la labour de dlacipUae totet eelea 
fieiea que not le ponns faire sens note. 

Sermons de S, Bernard, JbL i43. 
Timorem Domini reUnquimus , religiosam 
omietimus solintdinem , ver6osi, curiosi,fa' 
cetif etiam iletractores et murmuratores , 
Tacantes nugis , /ugHantes laboris et discipG' 
nw, quoties sine nota id licet, 

Oyseyiee : Vaquer, cesser, quitter 
Ton V rage 9 se liYrer a la paresse, k 
Toisivet^. • 

Oyt : Huit ; odo. 

Oytisme , oydssime , oytytme .: 
Huitieme ; octavus. 

Oyvee : (Buvre, ouyrage, tra- 
yail; opera. 

C*e8t trM>oen ajnor (aide) apelona en totea 
not oyvrea. 

Sermons de S, Bernard, fiL 49* 

Oz : J'eus. 

L*abb^ Gedfroy de Saiat Urbain , apr^ co 
que li o» faite sa besoingne , ai me rendl mal 
pour bien, etappela contre moy. 

JoamUe, Histoire de S, Louis. 

OzAHHB (la feste de V) : Le diman- 
che des Rameaux ; dominica Osamma* 

OzBROif , <>zeraye : Lieu oil crolt 
rosier, oseraie. 



JT ky pahy pas : Pain, nourriture ; 
pants. 

Paace , paiage : P^ge , droit de 
passage , tribut. 

Et t^us i ot asa^a qui disoient qu*il ne pooient 
lor passage paier , et 11 Baron en prendroient 
cliou c^avoir en pooient, quant il orent le 
psUage qttt pi|}et et afin^, si ne hxDtal ne en- 
mi , ne assnxn. ViUe-Hardouin ,/oL 5, iP*. 

V Paaoevb : Qui recoif et qui a droit 
de recevoir ou d*exiger les droits de 
p^ge de ceux qui passtnt les pouts 
on les bacs. 

Paaloh : Casserole, po^km;de 
paella. 

Paah EE : Paltre, brouter, manger; 
dt poms , ^wf pascere. 



Vkk%T^p€Ut : Repas, action de man* 
ger ; pastus. 

Pabalho : Drapeau , pavilion , en- 
seigne ; papilio. 

¥k^z^pable,pabulos: Qui'Bbonde 
en fourrage ; pahulosus, 

Pac , p€Khe , pact : Trait^, accord^ 
convention ; pactum. 

Sire , asses tiens en rostre noble memoire, 
•que eatea bien reC4>n , et aoaai lea Baroia qui 
icy sont presens , que Lixiart ong taraqps ifni 
passa fist un pache , que oh cas que de mamye^ 
Enriant ne fist son' plaisir et Youleiit^ , toot* 
sa terre do Forest et Beaujoloia seroit imoj. 
Boman de Gerard de Nepers. 

Pacagb : Grand p^tur^ge , lieu 
abonda^t en h^/sibi$ ou rou omie les 



Digitized by 



Google 



PAD 

bestiaux ; pascuum ; en bas. \sLi.pas^ 
ccLsiuniy pascuajium. Droit de pctr- 
cage : Droit d'enyoyer paitre son 
b^tail en certains lieux. 

Pacelis : Galet , giteau. 

Pachk. Foyez Pac. 

Pachon : Gland^e, lieu oil Ton con- 
duit les pores pour les engraisser; 
de pascuum, 

Pagiaiee : Espece de juge de paix , 
personne pr^pos^e dans une Tille ou 
dans une province , pour y mainte- 
air la paix et le bon ordre ; pacifer, 
p€u:ificator. 

Pacient : Mari qui souffire pa- 
tiemment les infid^lit^s de sa femme \ 
malade, mal portant. 

Pacon RiER, -^Qixa part^onmeriYet' 
mier, laboureor, censier. Voye% 
Parcener* 

Pact AG , pactact : Petite monnoie 
qui valoit deux deniers. 

Pacte , paction, pacds : Conven- 
tion, accord, traits ;pactio, pactum ; 
contribution dont on con\ient avec 
I'ennemi. 

Pagteur : Gelui qui fait un pacte, 
tin traits , une convention , m^dia- 
teur ; pactor. 

Pagtionner , pactiser : Convenir, 
Cuire un accord , faire des conven- 
tions , de% traits , des transactions ; 
depactus, participe depacisci, 

Pade : La pesse , sorte d'arbre 
dont on tirede la r^sine ;padus,picea4 

Pade : Pied d*une coupe; en bas. 
lat. pata. 

Padoehce , padouan , pttdouen : 
P&tural, p^turage commun k plu- 
tieurs paroisses; p€ucuum, com^^ 
pascuum. 

Padouaittage , padouens y pa^ 
douentage : Droit d*envoyer ses trou- 
peaux dans un padouan, on p&tn- 
rage commun. 

Vaj^ohik ipadoir,padcyr,pa€luir : 



PAG ^S5 

Mettre son betail a la pAture com- 
mnnale , le faire paitre ; pagere, 

Paele , paelle , paelon , paielle , 
pajrele : Pelie , bassin , po^le a frire, 
k fricasser, potion; pala, patella; 
en bas. lat. paella; en bas Bret, gall, 
ct en Prov. padeU^ 

Lors a \9l paele Xzvke \ 
Sa Slier, ti fit une boulie. 
Quant ele fa apareillie, 
AInz n*l ot parl^ dVacnele, 
Tuit mengierent en la paele: 
Qoant ont mengie si ront geiir. 

*FaUiau (fMurubert, n^ 7996* 
Paelsr :Tapisser,couvrir d'^toffe; 
dt pallium. 

Paelbts , paeleUe : Petite po^ie , 
poMon ; patella; paleUe a jouer. 

Paekishb : Pays habits par des 
Paiens ; de paganismus. 

Paer, Pair (saint) : Saint Paterne ; 
Patemus. 

Paer, paer^: Egal, pardl ;pmlis^ 
Paer : Satisfaire, payer, contenter. 
Dont s'll J a ancnn nurrissement 
Ke blen fait a ancnn duut a talent. 
Met que pas bone chose ne aeit , 
Sun apetit^oeren deit. 

Les Ensetgnemem d'j4ristotw, 
Paeslerib : M6rier de chaudron- 
nier, fabrication de ponies a frire : 
cette d^omination a aussi ^t^ don- 
n^e a I'^tat de potier de terre. 

Pafavche : £spece de gros pieu. 
Voyez Palangue. 

Paffus : Sorte d*arme, et pent- 
^tre.bache, selon D. Carpentier. 
Pagadoire : Payable , solvable. 
Pagae : Paiement, action de payer j 
en bas. lat. paga , pagamentum. 

PACAKiisMB : Paganisme, adora- 
tion des faux dieux. 

Paoar : Payer, solder ; en bas. laf. 
pagare. 

Page , paige : Valet , domestique^ 
serviteurd'un grand, nomd*un jeune 
homme qui servoit le Roiou un grand 
seigneur, et qu'on donna par exten- 



Digitized by 



Google 



!l86 



P AI 



sion a tons les jeunes gar^ons ; en bas. 
IsLi.pagius; en bas Bret. patch; en anc. 
ProT. pajhely pajhes. Dans la suite 
on ne se servit du terme At page que 
pour designer une personne de basse 
extraction , qui suivoit quelqu*un a 
pied« Fauchet dit que les tuiliers 
appeloient ainsi lespetits gar^ons qui 
servoient k transporter lears tuiles , 
et quejusqu'auxregne$^de Charles yx 
et de Charles yh, ce nom ne fut donn^ 
qu'aux habitans des villages et des 
bourgs, a ceux q|ie nous appelons a 
pr^ent paysans; iUe fait yenir, ainsi 
que Borel, Aepagt^ 

Pioi : Paysan , ^llageois 9 habi- 
tant , domiciU^ en an Heu ; pagamis. 
Hofnepage, roturier. 

Pagblb : Mesure de bois ^niya- 
lente ^-peu-pres au 9lkxt\AtpagelUt. 

Pagshs : Page , feuillet ; pa^na. 

Ilait left qnatre jotDte* apr^ trovons nos ^ft 
pagenes de la Sainte Eacritures. 

'Dial de S. Gr^goire, liv. 4, chap. 48. 

Subjuncta autem quatuor in sacra scrip' 
pira paginift inyenimus. 

Paoesib : Solidarity, acte qui oblige 
a payer I'un pour Tautre , qui rend 
solidaires ; domaine donn^ a emphy- 
t^ose » biens-fonds donnas a rente , 
ferme. . 

Pagkaloh : Paillasson ; panier de 
forme loxLgiit 'y peUea. 

pAGUE. Foyez Pagab. 

Paiage : P^ge , toute espece 
d*inip6t. 

pAiiEE , pmccTy paiever : Payer , 
acquitter ; en bas. lat. pagare. 

Pai^lle , paiele, pailie : Po^le k 
frire j potion , chaudiere , bassin. 
PateiSe d'etre : Po^le remplie d*eau. 
Fbyez Paele. 

Pai^hie , paienime , paiemsme , 
paiennie , paiennimcy paiennUme : 
Terre 9 pays habite par des peuples 
qui ne professent point la religion 



P AI 

catholique , paganisme , la religion 
des Pai(ens; At pagdmsmus. Enpaie^ 
me, parmi les Paiens ; terre paienie , 
pays paien. 

M^ dea-ore me coa^ient retraire, 
A rimoier et a conter 
tin coBte c'ai 0I coDter , 
D^QDs Roia <{a*en terre paienie, 
Fu jadla de grand signourie 
* Et mont fu loiaas Sarraains : 
U ot k non Salehadioa. 
Hue de Taharie , Ordene de Chevaierie. 

Paieb, subst, : Paiement. Payer 
avantla main : Payer d'ayance, ayant 
que la marchandise soit liyr^e. 

Paige : Valet , seryiteur. V. Page. 

Paigkolle , paillole : Soci^t^ , 
compagnie , partie de plaisir. 

Paignon : Pelit pain ; de poms ; 
en bas. lat. panicellus. Paignon de 
dre : Petit pain de cire. 

Paighotes : Gentilshommes que 
les grands seigneurs louoient pour 
leur escorte aux jours de c^rtoonie. 

Pail : Pieu , gros biton. 

Paile , paiif paiies , pailie, palie^ 
paliot : Manteau , couyerture de lit , 
teuture^ tapisserie, ^toffe de soie, 
dais, payillon, tapis, drap mortnaire, 
en general tout ce qui sert a couvrir ; 
pallium. Voyez Paele* 

Lots quant 11 Abb^s de Saint Denla aot hr 
grant derociDn le Roj , al Yint errammeat k 
a*EglJce li jeodi devant Noel , et fist tantot 
parer le mousticr de paiies de sole, et mettra 
partout cierges , si comme il estoit acoastnm4 
4a festea aoUempneus de TEgUse. 

jinmdes du rkgne de S. Louis, par 
Giiiiiaume de Nangis, 

Pailhar, p€ttUard,paliard : Hom- 
me de la campagne qui couche sur la 
pailie. Vojrez Rabelais , liy . 1 ^ ch. 1 6. 

Pailhier ypailler : Tas , ipMule de 
pailie ; palearium. 

Pailhok : Potion , petite podie ; 
de paelld. 

Pailladb : Pailie ^tendue par terre 
pour se coucher. 



Digitized by 



Google 



P AI 

Pailiat : Palais ^ maison , habita- 
tion d*nn •prince; palatium. 

Paill^b (fairc unc) : ttcndrc dcs 
gerbes dans Taire d*ane grange pour 
les battre. 

Paillers : Anciens soldats , ainsi 
nomm^ parce qu*ils commettoient 
beancoupde brigandages^ pillards; 
paieani, " 

PAiLLSTTk : Moroeau de bois fort 
mince. 

Pailleul 9 pmlloeul : Mur de bau- 
ge, c*est-4-dire, de terre m^Ue avec 
de la paille hach^ ; paiearius. 

Paillibr : Bfachine de cuivre qui 
sontient une cloche* 

Paillibr : Tas , menle de paille ; 
lieu on Ton serre la paille ; celle qui 
a servi de litiere aux chevaux ; pa^ 
learium. 

Paillolb : Paillette d'or. 

Paillorb : Lieu de d^bauche ; de 
palenrium* 

Pailluel , paillet : Paille , pail- 
lasse ; paUa. 

Pain : Mesure ^uivalante an bois- 
seau. Fain btUU, gros pain , dans le- 
quel entre la baUe ou gousse dn bled ; 
piun de brode, pain demi-blanc 9 fait 
de froment et de seigle ; pain de 
€hailfy, sorte de pain blanc; pain 
choesne, pain de chapitre 9 pain de 
chanoines; pain curiai, celui qu*on 
sert au seigneur de la cour; pain 
^escuiery pain a Tusage des ^cuyers 
et servileurs ; pain faith ou feds , 
pain bis; painf^odal^ celui qui est 
dii a raison de fief; pain ferez, gauf- 
tre ; pain defeu , redeyance due par 
cha({ue feu ; pain fort et dur, supplice 
dont, en Angleterre9 ^toient punis 
ceux qui 9 accuses de fdonie 9 refu- 
aoient de r^ondre au jnge ; pain 
d'hostelage , droit seigneurial sur les 
hoHeh ou maisons \ pain mofy, pain 
moilet ; pain oublierif, oublie 9 p&tis- 



P A I 287 

sene; pain perdu, pSLin tremp^dans 
des (eufs et pass^ k la po^le ; pain 
sallignony pain de set, certaine masse 
de sel en forme de pain; estre an 
pain, au pot, au vin ou au sel de 
quelqu'un, ^tre sous sa puissance 9 
kite a ses gages, ^tre son domestique ^ 
estre en pain, ^ire sous la puissance 
de ses parens ; estre hors de pain , 
estre mis hors depain, itte ^mancip^, 
n*^tre plus sous la puissance dc ses 
parens ; mettrehors tie pain et depot, 
^manciper ; mise hors de pain, <Sman- 
cipation. 

Paih a cucu : Sorte d*herbe que 
Borel dit ^tre le trifolium acetosum. 

Pain db nopces, au lieu et par 
corruption depaix de nopces : Baiser 
qu*on donne aux ^pous^; en Lang. 
pa de nobis, 

Paindrb : Peindre. 

Si ferit le Seigneur d'enlz tons sur gon esc« 
qui ectoit ptunt a or (en or), ung coup si 
grant et ai merreiUenx loi donna qne onqnes 
Teaen ne le hanlLert ne le penlt garantir. 
Roman de Gerard de Nevers, 

Paikb : Partie 9 pan de muraille ; 
paries* 

Paine : Tourment, chagrin, afflic- 
tion ; poena. 

PAINBR9 peiner : Affliger, tour- 
menter9 travailler, inqui^ter, avoir 
du chagrin 9 du souci ; de poena , 
poenitere. Dans nos anciens auteurs 
il est souvent employ^ pour9 s*appli- 
qner9 s*empresser9 aroir soin9 viser* 
tendre a ub but. Voyez Pener. 

£t d*antre part Tarcliier a'efiorce , 
Et a mo7 grerer monlt se palne , 
Ke me lairra aller sans paine. 

Roman de la Rose, 
fifais toBtes fois cellui a paine 
Qui a mot-bien aerrir se paine / 
Hoaneur en aura, ai doit estre 
Joyeux de servir si bon maistre. 

M^me Roman. 

Et s*aucnn avlent te salue , 
$t n^aies pas la lAngne mne , 



Digitized by 



Google 



Abif te paine de Mhit resdre 
Sans deiuoorer et lans attendre. 

Mme Roman* 

Painks : Les bouts de laine ou de 
fil attaches aux ensubles ; de /^owwiy. 

Paikne , panne : Certaine piece 
de bois. 

PAiNHiB : Imp6t, charge , tribut ; 
pcena, 

Paiictbe : Piqueur, poipteur, ce- 
lui qui marque les abseusj, pictor, 
pungens* 

Paitctrerie : Peinture, art de des- 
siner, de peindre, de colorier les mi- 
niatures des manuscrils ; pictura, 

Paiwturier , paintureur : Dessi- 
nateur, peintre ; pictor. 

Pair : Par, du c6t^ \ ^al , pareil ; 
parilis; et selon quelques auteurs, 
peUritiL On appeloit/^o/rf les vassaux 
du Roi, qui avoient ^galement le 
droit de juger avec lui : leur nombre 
dtoit de douze. Les/rerespairs ^toient 
des freres qui partageoieiit ^galement 
un fief paternel ;/ratres ponies. 

EsUsez donze pairs qui soient compagnon , 
~ " ' ^aillfis par grant deTOtia~ 

Roman d^ Alexandre, 



Qui maoent toi batalllfis par grant de-rotion. 
id^AleA 



Pairage. Voyez Parage. 

Pairastre : Beau-pere , homme 
qui a ^pous6 une ferome ayant des 
enfans d'un autre lit ; de pater. 

Paircbr : Partager, faire des lots; 
pardri. ' 

Pairgtaulx, parciauiar, pesseaux : 
£chalas pour soutenir la vigne ; pa- 
luSfpalicellum; en bas. lat, paxillus. 

Pair^onier : Cob^rider, coparta- 
geant, complice ; />arr/ror; d* oil pair- 
foniere, femme qui est commune a 
plusieurs. 

Pairb : Qu*il paroisse , qu'il appa- 
rAt; du ytvhepar<dr; en Latin pa- 
rere. Poire y chez nos aleux, se disoit 
pour une seule chose, une poire de 
robe, une robe. 



P AI 

Moatt ot U Rois mm et MTOir, 
Honor et proesce et avoir, 
Et dlst qu*il velt tel cose fair* 
Qoe tot let jort del monde poire. 

Roman de Dolopatof. 

Pair etat : Parent^, famille , etaC 
semblable. Foyez Parage. 

Pairets : Mur, muraille , fortifi- 
cation ; paries. 

Pairie : Place de juge, qui obli- 
geoit celui qui la remplissoit a sieger 
avec le bailli d*un seigneur pour Tai- 
dcr a rendre la justice, 

Pairier : Coseigneur. 

V AiKiEKm ^pairliere,pairlire : Car- 
riere a pierre. 

Pairieulx : Carrier, celui qui lire 
la pierre de la carriere. 

Pairo : Chef de famille , pere , an- 
c^tre \ pater; au pluriel pairon , pa- 
rens, anc^tres; patres. 

Pairol, pairole : Chaudron, chau- 
diere. 

Pairohais : Paternity , droit et 
autorit^ d*un pire ; patermtas. 

Pairok AL : Paternel , qui appar- 
tient au pere ; paternus. 

Pais : Licence, permission ; depax. 
Faire pais , faire silence. 

Pais de gaigkaoe : Pays ennemi , 
que le droit de la guerre autorise a 
piller. 

Paise : Baie , petit golfe. 

Paiseur : Conseiller de ville, ^che- 
vin ; pagarckus. 

PAisiBLRji :|>aix, tranquillity; de 

p€tcificatio. 

Se li sainz hom Tolsist destrainz longement 
soffrir ceaz ki conjpircrent d*un corage en- 
cantre to! ^ loinz distemblanz k la conrerfta- 
tion , estre se poet il trefpat«oift INu de aa 
Tigor et la mesure de ta paisibleti, et il dea- 
clina»t roelh de sa pense de la lumlere de 
contempladon. 

Dial. deS, Or^goire, Up. a , chap. 3. 

^ sanctus w contrh se unanimity eons- 
pirantes, sueeque eonversationi longi dissi- 
mil$s , coactot diu tub $e tenere voluisset , 



Digitized by 



Google 



forhUtis sttt TUforit mum €t modwH trattquU- 
litatis abseindiret (excederet) atque h. eon- 
iomplaiioms iumine , $uee mentis oculum de- 
clinassef. 

Paisiulemknt : Tranqnillement , 
en ptix, mod^r^ment; pacifice. 

Pais N ^ , pour puisnd : Le second 
fr^e, celui qui est n^ apr^a Tain^. 

Paissb ^paisseaux, passe ^ passe-- 
reau, p<useron : Le moineau , sorte 
d'oiseau; passer, 

Paissbau • paisseL Yoyez Paib- 

CIAULX. 

^AiunLRUEm^paissellement : Ac- 
tion de gamir la yigne d'^chalas. 

PAissBLxa ^paisseller : Mettre deft 
^halat k la \igne » ^halasser ; de 
juilus. 

Paissixbb , poisseliere, pesseliere : 
£dnfte , lieu ferm^ de pieux ; endroit 
on Ton pr^re de$ paisseaux ^ en 
bas. lat. passeria. 

Paissoh , paa:on : PAture des ani- 
manx , et particulierement celle des 
pores; droit d'exiger cette picture 
dans les bois dn seigneur ; permission 
de ramasser le gland et la faine ; piu- 
cuum,pastio; en bas. \9X.p€dsso. 

Vkivt^paistiSfpast: Repas, nour- 
riture \pastus. Droit depaist : Droit 
d'etre h^bei^ , nourri. 

Paistis ypaifve, pastis : Piturage , 
glands. 

Paistbe , paitre , pastre : PAtre , 
berger, conducteup de troupeaux ; 
pastor, 

Vnpaittre ot lu jour perda niie Mie OT«ille 
qui 06 feri en U forest , U alia en la forest sous 
on allier ou vint on sanglers ; U pdistres fa 
camaies duremenk et rit que li senglers n*ot 
que mengier , atant lasqua son geron , si lalssa 
lea alles di^ir i ral » quant li senglera riX ce , 
ai t'accoifa et ala celle part , si manga tant 
quMl fn saotts et plains et s*endonn2 , et s'en- 
hardi tant li /M»f £np qui li mist la main sons le 
ventre et le tna. 

Romnn dcM sept Sag9»de Borne. 
U. 



PAL 
Pait: $olde,paye. 



11IJ9 



Comment Ten se pnet delfendre que Ten ne 
jfoitpu les nsnres. 

Coutume de Benuifotsis , chap, 68. 

Paitelbb : Remuer les pieds , tre- 
pigner, f rapper des ^iedsipersirepere, 

Paiv^b : Gland^e , pAlurage j /;<«- 
cuum, 

Vkix^paix de la ville : BanJieue , 
Tillages environnant la yille , suivant 
1^ Coutume de Cerni , et autres Cou- 
tumes locales de la I'haumassi^re. 
Maixon depaix, lieu o£i Ton rendoit 
la justice; villes de paix ^ y'lllei. dont 
les habitans ne pouvoient se yenger 
qu*en se pourvoyant en justice, ainst 
nomm^s par opposition de cclles ou 
il ^toit permis de yider ses diff^rends 
par la force des armes. Fqy: Paisson. 

Paixbl, Fqjrez Pairciaulx. 

Paixbnnaob : Djroit de couper des 
paisseaux ou ^halas. 

Paiz: Paixy union, tranquillity; 
pax, pacts, 

Verit^B et jusllae aflKeTebt Toirement le 
diaitjf f mais ptus et misericordf |agievtnt 
anc^s c*on Tespamast. 

Sermons de A Bernard, /oL 375. 

Pal , plot : Tronc j)lac^ k la porta 
d*une ^glile, pour recevoir les au- 
mdnes des fideles. 

Pai. , paladel,pau : Pieu , piquet, 
gros bAton; ptdiceUum , de palus; 
eahas Bret, pal.^ 

VAhkcuM f pans^t^r^che : Sorte de 
longue ^p^ ; de paius. 

Paladin : H^ros ayentnrier, che- 
yalier qui cherchoit des ayentures ; 
palatinus ; en bas. lat, paladintts, 

Palagb , palaige : Droit seigneu- 
rial qui se payoit pour I'attacht des 
bateaux qui abordoient dans cer- 
taines seigneuries ; de polos; en btts. 
lat. palagium, 

Palahc : Gbamin, cbauss^e. 



Digitized by 



Google 



a^o F A L I 

Palavd&ie , paiandrin : VaiMeaa 
on barque plate. 

PiLAifouE : Levier, gros hktan ; 
bois dont on «e sert pour lancer 
les bAtimens a la mer ; en bas. lat. 
paUingus.' 

Palanqub : Fort , redoute 5 fortc- 
ressc entour^c de pieux ; de palus, 

VALASiVypaladnypalazin: Officier 
du palaisd'un prince, homme au ser- 
vice *d*un grand 'j paiatinus ; au f^m. 
palatine , palazine , Dame d'atours. 

C«i £inp4rerU, ees Docbetsea, 
Ceft RoynM et cet CooteMes, 
Ces hautei Dames Palazines. 

*Jh/rMm de laR^se, nters 190x7. 

PiXASiNE , maux palasins : RelA- 
cbement de nerfs , paralysie ; para^ 
fysis; du Grec ^'^fuXvng, 

Ferir les pnlst maas palasins , 
Car n'est Gais, ne Sarrazins 
Qui tort rers droit ne soostenissent , 
Mais <|ae lears iKiiirflM lenr eapUaatfttt. 
GauiUr de Coimi, Im, 1 » clu^. ta. 

Palasiitbus , palasineux, palari- 
neus : Paralytiqu^, altaqu^ de paraly- 
mt'yptunfyticus; dnOrec irmfmXvrtzif* 

Com ^ant joie cr^ex que la mere DIu ^t 
qaa'ot ele reoit par la vertu son fil les palasi- 
neus girir , les m^siaus saner , les avulearalo- 
mer, les sonrs fere oir, les ^smtuz parler, 
les contrets r'aler et redre«ier , les niort r«s- 
'anscUer. Lamaniere4f^urer,ouksXFAies 
de Nostre Dame, 

Qu^il les orroit qaat il orinent. 
Com il menteDt, com il deTinent,^ 
Com il iugcii^ lo pasceret 
Par mos qal ne sont mie net. 
En chasom hoomra irowBt tfebe; 
. S*il a fierre , on la tons aecka , 
Ijors , dient-il, qu'il est titiqncs 
On enfonduz , on ydropiqnes , 
Melencolieas , on ficus, 
Ott corpeus , on paloMmem, 
• Bible Guiot » vert a564. 

Pai^ativ , pour p€Ualin : Sorte 
aii^r^ttque. 

Palb : Drap , tentmrc , tapisserie j 
paQium ; p«llfi aawiurer 1» ael \pala. 



PAL 

Pal^ , ptU4e : Barri^ , lieu lerm^ 
de pieux , chauss^ soutenue de pi- 
quets , de pieuT ; de pcUus, 

Pajlefbeitiee du Rot : Le Grand- 
^cnyer. / 

Palefboi , palefray, palefroy : 
Cbeval de parade, de c^r^onie, che- 
val k I'usage des dames; et non pas, 
cheTal de service , comme le dit 
D. Carpentier; deparaveredus ; ou, 
selon Barbazan, de palestrae /ractus; 
en bas. lat. paU^nu^, palerfredus ; 
en bas Bret, palqfred,pal£ifrez; d^ok 
Ton a fait palefreiii^) paiestros/rena- 
torf eft bM. lat. peUqfrenanus,para' 
firemMrius; en bM Biet. paU^raigner. 

Si croy fse po«r e« fait lei ««t 
En pensant que j*en forgeroie 
Maint palefrajr qnant j*erreroie. 

Raman de la Rose, 

Pai^evbotin : Petit chcval fort et 
trapu, ^lev^ au man^, et aUant 
£6rt bien raadi>le» 

Paleibb ; Petite ba^re de boie^ 

PjLLBMAiL : Jen de mail ; de pUa 
et de malleus; eu IlApalemaglio. 

PAi.ioc y paletot, paUoc : Tuli^ 
bigarr^, et coup^ par diffdrcAles 
couleurs. 

Pajleb , paUer , paUer : Parler , 
converser, conf^rer ; parabolari* 

Palejl : Pieu , gros b&ton. 

Paleb, paleer: Remplir, munir, 
gamir de pieux , en terme de blason ; 
de palus. 

Ces dix sont la chrestlenne I07, 
Ces dix sont d*ane m^e aloy, 
Caa dix aiot nn caov ;ia^ 
- Lo corps de Tesem si ast Dioox , 
Qui —tpald dr ces dix piawt ; 
Lesqaeb font naiatre «t baptUier, 
Moorir, descvudra am ioferBenlx, 
Mesauicit^, mwiter i» oieobb 

Test, de JekoH de Memng, ddU, de 
L, Dnfresnoy, 'vers iSJ^. 

Palebib : Serrurerie, netiev de 
strroriev* 



Digitized by 



Google 



PAL 

Palsbkode : Sorie dc Veri ^ccld- 
siastiques , suivaut Borel , qui cite 
I'Art de Rhetor ique, ok pluftieurs 
nombres , dit^il , «e rej<^ttent au corps 
principal ; jfe crois plul6t , d^apres 
Barbazan , que c*^toit uA rondeau 
que Ton faisoit pour Xepalinod ou le 
pujTy pieces de po^e faites en l*lion« 
wftur de la cbTiceptioM de la Vici^e. 

Palks , ptdtiettiem i Clftirement , 
4 dfcoHTert , ouverietteat , libre- 
ment; paUuti. 

PALit : ChAleau , palais , appatte- 
ment,demeure des grands \puladmm. 
II n'ajment pai 'paths oe ^ales , 

Se rapanem et en l»oschages 

Les corz lont poTi>« et ombrageft. 

tUbk Gnhe, 'vers 364. ' 

Palksovnea : Torcher , faire un 
iQur de terrejm^lc^ de paille liach^e ; 
de palearius. 

Paleste : Palet k jouer ; jeu des 
petits palets ; du Grec w«i>\><Uf^ lancer. 

^ ALm$Ti AVypatestiax , palestriau, 
paletiauy piMkxk^ paUs^tm , pal-- 
iest^au, patlttS^iii : Lambeau , piece , 
Teste d'etoffe , morceau , LaiUon ; de 
paUium; en Langued, peilie , peilioe. 

tt tree ce qaV1e iere maigre (rAvtrice), 
ltn-%h potretaient r^ttai; 
Cote aToit Ttos «t i8«mtti|nie« 
Com »*ele fuat as duttu remeae : 
Povre t«rl molt la cota et esre«e , 
Et plaine de riex palesdax. 

ttommn S^ia ^^osa , n^ers 306. 

fX (la paoTret^ a^vort e*an viex mc eilroit 
T« plain de naavfo pedtututx, 

* MAwk Bomtm , 'tmrs 4S0. 

Palssteace : Serrurc, barre dfe 
fer destine k fttitet une poTt% , gar- 
niture de coffre. f'oxet Palis. 

Palet : Sorte d arnuire de t^te. 

Palet : Pieu , le^cr, gros b&ton. 

Palet : £scarmotiehe , principale- 
m^nt ceille qtii ^ ^t aux palissades 
^''une viihe oti d'tm cbttdait. 



1^ A L 1^1 

pALEtlt : Instrilihetit de boil dbnt 
se servent les cordohniers, ponrfait^ 
revenif le souliei* luf la fbrme. 

Pale TEE , palieter : Comhatitt i 
^scattb^ouch^t ) de ^MXXiu. 

So vent rel^tHz hoTsp^tfrles serjaos 
O fondel , o arz et o Jiaches trescuanz. 
Adinan ^ Hou. 

Paletxs ^paletdis, p^keteU : Com- 
bat , escai*m6uc}ie , p'^'pyij^f^Iemttit 
celle qui se fait aux^palissades d'une 
ville ou d*un dialeauj de ir«AA#«. 

Paletot , pall<;m : Sqrte de y^t«- 
ment , esp^ce de pourpoint. . 

Paletot , palUiot : ilanteau , t4- 
tement stTusage des gens de, guerre; 
d^palla; et selon Bory , A^pckum; 
en Espag. pale^oqut^ . ! 

Paletrage : Gamitifre d'nti' cof- 
fre , barl^ d6 fier ^l Sett 4 le bien 
fermer. ... 

Pai.«u^llb J Brin de paille, pail- 
lette; depaUa; «n bas. l9^.paleoia. 

Palice : Palis«|idc ,. r^g,^e 4f 
pieux; Aepaiufi en bas, IsiUpcilicia. 

Palicv : Grande p?Ue. . ., 
.. Palie : P4ie,.4^figfif^, d^<^l©r^e. 

Tout matntenaDt Id! fut avis » 
Qaant. Mi ^ace T#il at ^Mi^ , 
Quetriatesceroifn^^iUie; • 
De trlsteicfe U To fenue ^ 
la gftni 41olok- k^A ot im. ' ' 

Ses servlteurs eii ik v^ant roorir , 
PhnmnMkmt se pfekioienft k f^oil^ 
■ Rc a ^aire laineiiMtk>iu flkamttii, 
£t les Damet foibles a souatCMc 
Si doloreux et cruel desplaisir . 
^uf eht ptfUf Urt pa^i ei detlliutei. 
•(hmpkUnte sufh, MbfrtlidJlt Cbmt»i»t 

pALiEiftEE , paUstre : tHify ott pe- 
tite h&ah en pi^rre , de la gtosseut 
d'nne balle, et donl les enfans se si^r- 
vent encore pour jouer; d^it*kXit», * 

pAii^Ti : irfoutbet^, t4cbeW, 
parsettf^. 



Digitized by 



a 

Googk 



99^ PAL 

PAI.IOT : Pavilion ; cooTertare , 
Hof£e;papi'iio. Voyez J^aile. 

Palir : Drap, tapis , selon D. Car- 
pentier. 

Palis , palit, au pluriel paulx : 
Piquets, pieux larges et poiutus dont 
on fait des clotures et des palissades ; 
Mur, cl6ture , palissade ; puius; en 
anc. ProY. palado, 

Palisinols : Paralytique. Vojez 

pALASUfBVS. 

Palissee , paUUser : Cl(ire avec 
des pieux , dresser des palissades , 
fortifier ; de palus. 

Palissor, palisseuTy palissour : 
P41eur, couleur p&Ie ; /la/Zor. 

Si ii*i feUt rieni Avarice 
Dtpalisseur, ne de maigreMC : 
Car le trtvaU «t U dettreiM , 
Et U peMBce et les enirais , 
Qa*eUe a^oit de jonra et de nuii , 
li'tTOient faite moult jannir , 
Et pile et maigre derenir. 

Roman de U Base. 

Palladiakb : La 'Pallas des an<- 
ciens; Pailas, Palladis. 
t Pallagb ^pellage : Droit seigneo- 
rial dii pour I'attache des bateaux. 

Pallas : Palais de justice ; palon 
tium. 

Pallb , pelie : Ce qui bouche et 
retient I'eau d*un ^tang k la bonde. 

Pallb : Pelle,po^le, potion ^peUa; 
lou paUCi le po^le ; dus qu'on sus- 
pend au-dessus du maltre-autel d*une 
^glise \ chape , omement d*^glise. 

Pallb ■: Sorte de pelle propre k 
mesurer le sel. 

Pallb , palUon , ptUljon : Man- 
ieau , tapis ou couverture de sole 
dont on ornoit les autels ; dt paliium. 

Pallbment : Conference , assem- 
ble solennelle pour ddib^rer sur 
quelque chose '^parabola; en bas. lat. 
parUunenUim, 

Pallb a : Conf^rer, parler, discou- 
rir, d^UbdrcTy consulter ; purahoUiri. 



PAL 

A la Reyne Margaerite, 
LaqaeUe iert el teni dont je paXh 
" Grosie et en^ alnte d*eii^t malle \ 
Le Toir dit de cele dettrece , 
Li enfant o ttk% grant triatece $ 
Et Tonst ^e non li m^iat-an 
Sana rapel nol, Jeban Tristan. 

GuiOaume Guiart, 

Pallbr : Peler, 6ter I'^orce ou la 
peaud'un l^gumey d'un fruit ou d'uo 
arbre; dtpelUs. Vojex Palbe. 

Pallbb : Tapisser , couvrir dt 
pailles ou d'^toffes de soie. 

Palleteb : Escarmoucher, faire la 
petite guerre. 

^kiA.iLTU^palletSisp pallede : Es- 
carmouche , combat. Fojrez Palbtis. 

Pallbtocq , palletot : Sorte de 
T^tement, pourpoint, habit de la* 
quab ; saye ou tunique d'un hoque- 
ton, qui descend jusqu'a la moiti^ de 
la cuisse ; "valet , laquais portant un 
habit de couleur. On appeloit encore, 
en Bourgogne , un valet portant li- 
Tr^ , un paUetocq^ 

Je Be rettrai ea paQetot, 
Vert ma •ixiesme aray aoobit , 
Poor TabiUer tana dire mot. 
Van de$ sept Dames , eiU par Borei. 

Cette citation d^de ce que j*ai avau- 
c^ ci-dessus. L'auteur dlt que , pour 
parler a sa sizieme Dame , il se d^ 
guisera en palletot pour l*habil)er. 
Borel dit que c'est un habit de gens 
de guerre, ou une sorte de man- 
tcau, venant de peltum , ou du Grec 
wikftyfunda;peUum signifie bou- 
clier, etfunda, fronde ou filet de 
p^heur. Qiielle analogic penvent 
avoir ces mots avec palletot ? . 

Pallie : Pale, bl^me , d^ait; 
paUidus, 

Pallioh, pafyon : Omement k 
I'usage du haut clerg^ ; il consiste en 
une bande qui entoure les ^paules 
comme de petitesbretelles; pallium* 



Digitized by 



Google 



PAL 
Pallis , paUsjptuUs : Pieu , palis- 
sade , haie ; de palus, 

Martin eMolt dediaiu nn bolt tailllf 
Avee Alls, qui par bonne maniere 
DH k Martin : 1« long de e—pattit 
T*aaiie Aliz d*amour te fait priere. 
ilarot, Epigramme dtAUx et de Martm. 

^jiiMAVTMy painuans : Gens qui. 
<x>ndaent an nurch^ en se donnant 
nmtaellement la main ; de paima. 

Palme (jea de) : Jen de paome; 
de piUma. 

Palme : Le plat de la main , la pau- 
me ; de palma, 

'9LiMi%^p€udm^e : Prise a rentes , 
de maison on dli^ritages* 

FjiLut^ipaulm^, paum^ : Souf- 
flet , conp sor la joue donn^ ayec la 
main ; mesnre de la paume de la main ; 
depaima; en bas Bret. ptU, la paome 
de la main. 

Te ferai met deoa point aentir* 
Pnterie ne Taut mentir , 
A bonte Tient de randon^ , 
£t li cengle ai grant paumde 
He rerres mis pins grant doner » 
Et bonte commence a plorer. 

*D0Mont9 et de Puterie. 

VkLwi%^paulm^e : March^ concln 
en se donnant mu(nellement la main. 

Palmiek , paulmier , paumier : 
Agr^^ it une confr^rie de p^ierins 
de Jerusalem , qui portoient pour 
symbole des palmes k leurs mains ; 
dtpalmarius; en bas Bret, palmesen, 
palmier. 

Palombe , palumbe : Pigeon plus 
petit que le ramier; palumba, par- 
lumbes* 

Palon : Esp^e de pot de terre. 
Foyez Paelb. 

Palovnel , palonneau : Piice du 
train d'une yoiture , qui est jointe au 
train d^ derant par un anneau de fer 
on par une cbalnette de cuir. 

Palot : B^he, peUe. 

Paloube. Vojez Paler. 



P A M sgS 

Palourbe : Sdrte de poisson. 
Palpas : Battement de mains , ap- 

plaudissemerft. Voyez la citation de 

Polugeohe. 

Palpiee : Palpiter, avoir un mou- 

Tement fr^uent , kXxt agit^ ; paipi^ 

tare; d^oikpalpianz, agit^, ^u. 

Or qnant cil m^unes dragons ki appamit 
lo Toioit deTor^ , dnnket tomenxat trcmblani 
et p€dpians k cri^ par grandes yoiz. 

Dial, de S. GrSgoire , liv. a , chop, a5. 

dtmque eum idem draco qui app€truerat\ 
devorare veliet , ccepit ipte tremens et palpi* 
tana magms voeibus elamare, 

Palpillole : Esp^e de monnoie* 

P ALPIS09, pour malpizon : Bfaladie 
de cheral. 

Pals ^palz^paulx. Voyez Palis. 

PALTOG,/7€i^^tte:La tulipe, flenr 
bulbeuse. Voyez PalAog. 

Paltoquet : Hoqueton , habit de 
yalet , livr^. Voyez Palletogq. • 

Palteaoe*: Garniture d*un cofYre, 
barre de fer qui sert a le bien fermer. 

Palu , palous , palus : Marais , 
ma)*^cage , ^tang , bourbier ; palus ; 
en bas Bret, paiud; en hang, palun. 
Jehan de Meung Fa employ^ dans son 
TesUment,pour,abondance, granda 
quantity. 

Yrai foi , ctperance et amonrt, 
Soni lea troia rertnz de udn , 
Desgnb^ de dens coloort 
Qui deconmrent dea dolonra 
Du coit^ Din a grant pa&t , 
Qni de la chartre Tantahi, 
Et de la maison Dedafai ,■ 
Nona mist bors. 

Tettameut de Jehan de Meuitg* 

P ALTON. Voyez Pallion. 

Pam , pan : Le quartier d'un ter- 
rein, d*une viUe ; portion ; dtpagina. 

Pamelle : Sorte d*orge. 

Pamoisoh, jEMfme .* D^faillance, ^tat 
d*une personne p4m^e ; du Grec 
spasmos* Nostre Dame du pdme : 
F4te de la Sainte Vierge. 
3 



Digitized by 



Google 



994 FAN 

i fleur$. 

Pav: Gag^i i^ntitsement, surety ; 
par tie de Thabit qui couvre le <:6U 
d«puU |a ceiatucf jiuqu'en ba^ ; de 
paauus; sorte de qiesure ^uivaieiiite 
au pi^ ; ^tendiue d'uu corps en long 
ct en large ; 6epa^na, Pan defyst : 
jf nr feit de bpi^ , cloison , rempart , 
defense* 

Pah , panit : Vol , larein > chose 

Bav , paivtonefiaM : Sauv^-garde , 
armoiries qu'cn affiche aux terres 
4ai«i«>; 4^ui$«n d'^rm^ F'. P^kin. 
£av4A«« : S*idniirf r» se ipirer en 
soi , faire le fier comme le p^OA, l^rt- 
qu*il rtgnrde sa queue. 

P^^ACi^ , p^fWg^iPmriage: Ons 
ou rente qu oft payoit an ^igneuf 
d'un do^naiiie , pour le droit da faire 
p^tpt Wt coebons sons 1^ cb^oes d^ 
^ts for^U; de/wvH>; en has. lat. jpn- 
i«i^jn> pofMHgiium; en Laugued« 
bmmacko; em ana. Prov, pan^'k^ 

PijRAR : y«il«c, d^ofeer , wite'V*? 
pftrsurpma* 

PiiiART : Bsfyecfi d^ gtand coateam 
k dkni taiUaAS. 

Pangalibes : Choux proT«miAidil 
terrein de la Tille de P^ncaliers, en 
8avoie. ' , 

Pancartb : TaUeau det droits 
qu^on dolt payer. 

Pahce , panstty pamie : Ventre , 
gros ventre ; de pmmtex en de pant- 
cium, suiTant Borel. 

VkVcwK.fa%^ pechcrie : P^che de 
poisson , cadroit oti il se Tesd i pois- 
aonnerie; pisaana^ 

PAK^was y pan€ior0 : Partie it 
rarmuredeslin^ a couvrir k yentre ; 
de pamex ; ea Imis. kt« paneerea , 
pmnseria, 

Pai^cxon : InstruHieiU prapve a k 
p^he ; de pi$oumhM. 



PAN 

Piircovsii^ , pangoumer : Bon- 
langer, celui qui fait le pain, ou celui 
qui le v^nd ; en hsuA^i.pt^ncassenus. 

Pahi>smib : £pid^ie, maladie 
contagieuse ; pandemia. , 

Pawdemiqub : ifepid^miqne , mal 
qui se gagne , qui est contagieux ; 
paademicusi 

Panobk , paner : Prendre , saisir ; 
prekendetre; i^ttdre^ suspendre, ao- 
crodier; pemd&re. 

Pahdkre : BonrreaU) ex^culeur 
des bamtesHvnvres ; de pendere, 

PANnicuLATiov I L*action de s'6- 
tendre , de s*alonger ; pandicukatio. 

Pane : La pean qui couTre unbou- 
eKer, suiva«t D. Carpenrtier. 

Paw s , panne , pene , penmt^ : Peau, 
foitrture , dt^lVe , e«ip ; de pannits ; 
e» bas Bret panm; plume d^oiseau , 
aile ; penna, 

SeR robet estolent de cainelin oo d<* pers ; 
\t% pcnnes A.^ se& convert oners et dc scs robe« 
estoient de ^raites on de jambes de lietret. 
'JoinviHe , IIisU>ire d^ <£ hotfis* 

RoiiM€> pannes » «a ms •iIm, 
IW Ml oiMi ifa\ left Mt teiles , 
Monit a U 9oe iaerv«iU«aae, 
Et looult geote et moult glorIeive> 
Le Volucraire , parfant du Paotu 

Pani^av. Fojre^^ Pakei*. 

PAXE^iiRE,, p<wegyre : Pan^gyri- 
que , ^log^ , dia^onrs^ cpmpose a la 
louange de qi^lqi^'ui^ \ panegyncus* 

Pancire : Coffre, panier, kudlhe, 
Armoiri) sf rvfiHt a seir«er le pain ; en 
b^s. hi. p(mcfii4s , paneNfn%, paua- 
rittm, panearium, 

. Pa9¥^ : ]^o|^au 4ft g^oass toile 
ou d'etoffe ; de panntfit* 

Pah EI. , paneau , panSauhe , pa^ 
n^el: Paveelle, morceau, ffueniUe, 
larabeau , partie , paa oir basque 
d*babit; dtpannas; en Lang, p^nel, 
Ces mots signifioient anssi, claic iaiite 
avec des biamchea 4*arbre** 



Digitized by 



Google 



PAH 

Totqonrt ii chateau qaeknie tachei 
Mai tf te par moj j a deftaolt , 
Pour moj panir de ce deffault, 
FakteMBoy troQM«r net pamioMlx 
St MiUir liort desdiU av^nlx. 

JRoman dt la Hote. 

PAiTBm : Prondre, uasir, T€cder; 
et essuyer avcc nn linge ou tin mor- 
ceau de drap. 

Pahestbr , pamesder, pameter : 
Boulanger ; pamfex. 

PanetsK : P^trir, faire le pain. 

Paitiaus, pamcoix : Houste, pan 
de robe ; habit , habiUement ; d^pan- 
litis. Voyez Pahel. 
. Panibeb. Foyez Pahcbibeb. 
. Pahiflb : Gvcnille, haillon, reste ; 
dtpannus. Voyez PAmnrLB. 

Panilibeb 9 paniUiere , pemiUre : 
Partie du eorpt ou crolt la marque 
^epubert^; c'^toit austi le nomd'uBe 
^toffe, selon la citation suiyante, rap- 
port^e par BoreL 

8e YCHM Tooies de tortet baanea , 
Par ma foj jVn %j de biea finei; 
Oa ae toqUz de groignettea, 
Prenex-en, oa de mantonettet , 
Dea croupes , on dea peniUieres, 

Force de PadteKn, 

Panib ypann^ir : Gager^ saisir. 

Pahis , pamtz : Le panic , sorte de 
plante ; panicum, 

Pahisueibo : Champ de panic. 

Pannanesse : Femme de mauvaise 
vie , femme dd}auch^e et mal v^tue. 

Pannabt : Espece de grand cou- 
teau a deux tranchans. 

Panne : Crosse 6toffe , fourrure. 
Voyez Pane. 

Panne : Grand cliaudron. 

Pannechibb : P^lrir, faire le pain^ 
en bas. lat. panificare. 

pANNiiB y panner : Prendre des 
gages, saisir ; d^oixpannement, saisie. 

VAniiMLypamn^m,pafuieu : Sorte 
de fikt ou de pi^e qu'on tend aux 
lapins ou k d'autres aiMniAuz^ de 



peneUum; en bas Bret, prntgeoau , 
panjous, \ 

Pannbb ; Essuyer avec un lioge 
ou un morceau de drap. 

Pannetbbib : March^ ou halle au 
pain. 

Pannetbbib : Ce qui conoeme lea 
paniers. 

Pannbvibb : Boulanger. 

Pan NIB , pannement , pannite : 
Prise , saisie , enlevement , Taction de 
prendre des gages. 

Pan NIB ; Priver, 6ter, retrancher^ 
enlever, soustraire. 

Ceste ettolt U liiiedre maniere de faire pais 
cntre lo Sigoor qal oorrocies eatoit , et lo 
aergent qai ,colpa«lea ealoit : enai fM 1! ser- 
gcM nm Coat appreaatiz de plus fiere sentence 
par lo maltalant del Seignor cui II d^st avoir 
ho«oreit , et que U Sires ne fust d'altre part 
Irop^onma d« tail bouor enm hooi li doTott 
per la pietlet c*om feroit k cestui. 

Sermons de S, Bernard, foh i5a , F*. 

Hae enim optima inUr offensum Domi- 
num et reum servum forma compositionis , ut 
nee konorandi Domini seh semu opprima^ 
tur austeriori sententid : nee rmrsmm , dam 
huic immodermtiiis condeseenditur, ille debito 
frandetor honore, 

Pannissoub : Sergent, huissier, 
celui qui saisit. 

Pahnomib : Eecueil g^n^al des 
ItnSfptmnomia ; du Gitcpan, tout, 
et de nomas, loi. 

VxvvoVf pennon : £tendard a Ion- 
gue queue , drapeau de simple gen- 
tilhomme; de pannus ; plumes qui 
garnusent le bout d'une fleche i dm 
penna^ Yoyez Penen. 
La meiUor et k plna isnele 
De ces floiches , et la plus bele f 
£t cele 06 li meillor pennon 
Tuttui encek, Biatttez ot non. 

* Roman de la Rote, vert 941. 

"PATXffovctkv ^panmmcei, pttnnon- 
ciaux , pannunc^au , pans : Sorte de 
banni^e , enseigne , ^tendard , dra- 
peau fait de riche ^offe*, pannus; en 
bas. lat. panniehellus. Par suite on 
4 



Digitized by 



Google 



^ge ^ PAN 
^tenditje nom de pannonc^au aux 
ecussons d'armes ou d*arinoiries , et 
mdme aux girouettes , parce que les 
seigneurs j faisoient peindre leurs 
armes. Avant la Revolution , la ville 
de Lf on ^toit divis^e en trente-sept 
quartiers , qu'on nonunoit panno^ 
nages 9 pennona^s ; et leurs chefs, 
CK^iXMt^pannonSf pennons on pen^ 
moniers. 

Sous U pennon Saint George , et t U ban- 
niere de meMire Jehan Cliandos , estoieot let 
compagaies, oa biea eatoient douse ceos^Nwi- 
nonUaux, 

Proisimrt, vol i , ch. a4x ^ckipkw Borel 

f En antres plostenrs manieres , 
Broient panoneimux et baniercs. 

GuUkLMone Gui^t, 

Panoc : Panse , Tentre. V. Pawce. 

Pahon : Plume dont on garnit les 
flcches ; penna. 

Pa NOW , panoncel: ifttendard , en- 
seigne , drapeau ; de pannus* 

Panovs ; Rousseurs , taches qui 
▼iennent au visage. 

Panosxux : Convert de haillonsi 
miserable ; panmysus ^ pannucius, 

Panpas : Peuille. 

pANEX. f^oyez Penee. 

Paws ; Pense , r^fl^hit ; de pen- 
sore ; partie de rarmure qui convroit 
le c6t^, Voyez Panchieee. 

Pahs , panse , pense : Reflexion , 
pens^. 

P ANSAE D,j9a/t5 : Sorte de bannicre ; 
dtpannus. Voyez Pawhonci£au. 

Pavsel: Rameauybranohe d'arbre, 

PAHSEi^Eiri : £n pleine lune ^jco/i- 
selenos. 

Pa h sxmekt , pansSement, panser : 
Pens^ , examen ; pensado* 

Pant : U pense. 

OU, se n Tos oonnesiolt , 
Ifok voleotiers i enterroit ; 
Mis a le cooTienl acointier : 
Cele le/NWtr i aplaignier. 

* Etirubtrtt 'ven 34^7* 



PAN 

Pantaechx , panchartef p€Mtar~ 
que : Liste , registre , pancarte. Le 
Duchat, dans ses Notes sur Rabelais, 
ddrive pantarche du Grec wSu et 
^^^fZn^ et pcMcharte^ de la bas, lat. 
ptmofuwta, d^riv^ du Grec «•«>• 

Par les anciennes pantarckes qoi sont k la 
chambre des comptes 4 Monuoreau , je trouva 
qu^il feat Testa en la fa^n qme sVnsujt. 
RabelaU, Iw. x , chap, 8. 

Pantieeb : Esp^e de filet propre 
a prendre certains oise^ux , tels que 
let bosses , &c. 

Pantof : Sortede mesure degrains. 

Pantoiant , panielant , pands , 
paniois : Qui a la respiration g^n^ , 
asthmatique ; de pcuUex. 

Pantoiement t panAtHS, panioi^ 
ment, paniois : Courte haleine > 
asthme. 

Pantoisbe , pandser : Avoir ITia- 
leine courte , respirer avec peine , 
4tre asthmatique, 

VAVToviEWL^pantonnier, ^outpour 
tonier, pautonnter : Homme de peu 
de consideration; garde-pont, com- 
mis pour lever un droit sur les per- 
sonnes qui passent sur le pout dont 
il a la*garde ; de pons, ponds, Voyes 
Pautoniee. 

VkHfTovnh^^panto^he ;Pantoufle, 
mauvais Soulier ; de pedum infula. 
Sperlingius , de Crepidis veterutn, 
pretend que le terme pantoufle se 
forma en Italie , apres que les Goths 
y eurent port^ leur langue , et que le 
mot Italien pantafole , est compost 
de pan, qui vient du Latin pannus 
et de tufola , qui , en Italien , signifie 
une chose l^gdre ; et enfin qu*on ne 
donna le nom de pani^fole a cette 
esp^e de chaussure , que parce que 
le dessus ^toit couvertd'^toffe an lieu 
de cuir. 

Je ne torlihay sprit, dlst Gargantva , d*nig 



Digitized by 



Google 



PAO 

<otiTr«-eIilef, d^ong aureillcrt d*«Bt/MMft»* 
* phle , d*iioe gtbetuerc , d*ai»g panier , nuu* 6 
le pUiMot torchecoL 

Rabelais , /fr. i , chap, x3. 

Panuple : HaiUon, guenille, yieil 
babit , cbose de n^nt ; de pannus. 

Pahufls : Pantoufle , selon Borel 
et Lenglet Dufresnoy \ mais dans lea 
citations smvantes , ce mot signifie , 
chaussons , has drapes » has grossiers 
et ^pais ; de ptumus. 

Por qooi done en tris tor demoret ? 
Ge Toi meintet fois qnc ta ploret 
Com alambic sos alutel. 
L*en te derroit en nn pntel 
TooilUer eom on yiex panufU ; 
Certet ge tenroie 4 grant tniflf 
Qui diroit que tu foMes boa. 

* Roman de la Rose, vers 65i7. 

Et per mon chief bien mtoIs oeinte, 
Mait , diroi-f OS , de qoel ceintnre ? 
D*un enir tot blanc , tens ferr^nre , ' 
£t de aes hotiex anciena 
E^aorez grant aolers k liens f 
Larges k metre gnsapanufles : 
Totes Tot osteroi ees tmfles , 
Qo*el YOf donent occasion 
De fere fomicacion , 
Si ne yo§ irez phu monstrer. 

*M/me Roman, vers ySoo. 

Paol, Paoul, Pol, Poiil.'VtLxdt 
nom propre d*honune ; Paulus. 

PAOLixa : Chaudronnier. 

Paollx : Pot de terre. F. Pablb. 

Paon : Pion , pi^ du jea des 
^hecs; depavo. 

Paohacb , paoFMge , paounage , 
pavonaee : Couleur yiolette oa de 
payot 9 eonlenr de coquelicot, cou- 
leur de queue de paon ; sorte d'ane- 
mone ri^tte ou pnrpurine, poor- 
pre; sorte d*^toffe k fleurs, et dia- 
pr^ conune le plumage d*un paon ; 
de pavonaceus; en bas Bret, paen i 
paun, paon. 

PAONiri 9 paonac^, paonass^ : De 
couleurs Yari^s, comme celles qui 
brilient snr la queue d'un paon } 



PAP 297 

PAOHiri : Pion, pi^ dn jeu des 
^becs , selon D. Calrpentier. 

PAOMNXXft : Fantassin, qui Ta k 
pied , piston ; celui qui a soin des 
paons ; pavorsUu, pavonarius^ 

Paob. Foyez Paovb. 

Paoulpo, paipo : Gras, poteM, 
cbarnu , bien portant. 

Paoupa : Palper, toucber de la 
main ; palpare. 

P AOUB , paior;pa90ur, p^or% p^our : 
Peur , crainte > ^ouyante , efifroi , 
tremblement , saisissement \ pavor* 

Xiex Tueil metre mon eorsde tont 1^ blen morir, 
Qne ponr/oor de mort me d^nsae honir. 
> Roman tPAlixandra, 

Le trte TalUanl et grant Pompte 
Ung matin on*il sacrifia, 
Ot sa robe oe sang broidUe , 
Lort nne anltre qnerre cnvoja 
Devers sa femme Jalla , 
I«qneUe ot tel paour et tel erainte 
Poor son marl, morut enaainte. 

Le Miroir des Dames. 

Ill a celni , s*n le tenoit , 
Yolentlers n'en ostast la pel 
A la pointe de son coatel ; 
P^or a de perdre sa cote; 
Se pins n*i Taut engln que force , 
Moult donte k perdre sa gonele. 
Roman du second RtnmrdffoL 7s , F^. 

Paoub , paoure, paovre, paure ^ 
poure , poupre : Pauyre 9 indigent , 
miserable ; pauper;, en Lang, paour; 
en bas Bret* paor, patvr, 

Paoubbux, paouros, paourous : 
Timide , peureuz , craindf ;/>awir/ii^ 

Un eri getta si bantement, 
St orible , sa dolerona, 
Que tot dl fnreut paottrou^ 
Qui k vols en oikt entendne. 

Roman deholopatM. 

Paoutab : Grossier, stupide,lour* 
daud, bomme dont Its mains sont 
grosset et pesantes. 

Paouzab : Mettre au nombre, 
compter parmi , entre. 

Papa , P^V^ • ^^ ptin. 



Digitized by 



Google 



198 PAP 

Papachb : Gorge 9 gosier* 
PiPixiTi y papai : Papant^. 
Papbgjii , papegard y pstpegtwlt , 
papegaulx, papegaui, papegiiyr, pan 
pcjai : Perroquet , perruche ; ct oi- 
teau de bois on de carton qui servoit 
de but k oenx qui tiroieat de I'arc ou 
de Tarquebuse; pmtiacas; du Grec 
psitiaeos; en Ital. et en Grec modeme 
popagazy papagallo ; en Langued. 
popo^^gai^ en bas Bret, papeeod* 

En UD li^a avolt Rossigiumlx, 
£t piiif en Ttutre papegautx. 



L< AoMigBol tdoiM «*eCropc« , 
De cbauUr et de laire joie , 
Lors •VsTertne et se resjoie 
ht paptgamit %t k ealeiube. 

Homan S& la Host, 

Papega»t : Lettres qui se d^li- 
vroicnt aux p^lerios arrives a Je- 
rusalem , gjQur constater qu*vls y 
avoient 6i^ 

Papegat : Salle dattditnce, selon 
D. Carpenttf r. 

Papelard ^papelori : Hypocrite , 
faux divol , flalteur^ troBi^^ieur. La 
Kavalliere pretend que tes mots pa^ 
petard et p^kte, Tiennent de pape , 
coAsae si rondA9oii,aUaoh^ an pape. 

Qat p^ut tel begnia exonser , 
fmXp^ptimPt, qu»at i| s« T«ot, 
Puis Tt me«4«uu ddiUa quMMit , 
Kt die qve tou« lea a laissiez 
Et il en rent estre en^ralssiez. 
Roman efe fa Rose , parlant dt$ Moines. 

Pour ce , ma belle jeune fille , 

De ces deaz donnez tous, bien garde ; 

Yous me semblez asses sonbtUle 

En ce fait quant je vous regarde : 

Ne s«yez Wi&si papelarde , 

Ke jpoente en awoiirQCtet* 

IVe faittes pas seipblaot <iu*U ajpde , 

81 vous n^arez des aHumette^. 

La Confession de la Belle-FiUe- 

PAPELAaDEa» paptimrd^ : Fai«e 
rhypocrite^trem^fp^ aubti^iseri mar- 



PAP 

motier entre ses dents en disaat dea 
oraisons. 

Papelaedie ,/M/^0/ar^e ; Hypo- 
crisie , tromperie , subtilit^ , mau- 
vaise foi; en bas. lat. papelardia. 

Une autre imaige estoit escripte , 

Qa! bien sembloit estre ypocrite 

PapelanUe est appell^; 

C*est celle qui en reoel^ » 

Quant nul ne s*en peut prendre garde 

De m^ faire ne se tarde. 

Botnatide h. Rose. 

Papel&ette , pappeileur : Fabri- 
cant de papier, papetier; de papyrus, 

Papee ^papetar : M^cher, manger 
4 la fa9on d^ enfans ; en bas. Ut. 
papare. 

Papete , papette , papin : Sou^ , 
bouillie qu'on fait aux enfans. 

Papiee : Carte a jouer; de pa- 
pyrus. 

Papiee , papyer : BabiUer , b^- 
gayer, commencer k parler, k pro- 
noocer le nom de papa. Foyez la cita- 
tion de Ptee. 

Papillete , papiUote : Paillette 
d'argent. 

Papinianxstes : £tudians en droit 
qnt snivoient les sentimens de Papi- 
nien , e^^bre jurisconsulte du troi- 
sieme siede. 

Papoage , papoaige , pnpoeuix , 
pappoaux : Heritage , bien patrimo- 
nial , celui qui yient dn pire on dei 
alenx; dti Qvecpappot, aient. 

Pa POIRE : Correction, r^rimande* 

I^Ds Tos donrons tele papoire, 
Se jamais entrex 9a dedens , 
Qne tCMtt Tona flroeroas lea Aeaa ; 
PuUenVa, Tieiille recfaigaie, 
Honie solt Tostre ligiuo. 

Gautier de Coinsi ,lw.^t chap, 17. 

Pafpastin E : Grand repas , festin* 

$i me consaut U bersSainz Jocts , 
Pappelart welent ad^s noces, 
Comettiotts et papoastmes , 
yifii k bnirits- on 11 tiaes. 

Sainte Liocmde, Tftn 144^ 



Digitized by 



Google 



BAR 
Pi^f XVI1.Z : Basse Toile » suivant 
D. Carpenlier. 

Paqu^b ; Mau^ais cheval. 
VkK : Le superlalif tres, bcaucoup, 
grandement 9 admjrablement ; pr^- 
]>osition qui augmeDte la force du 
Terbe et du Bom ; pair , ^al ; par, 
parts; en bas Bret, par. Par si : 
Bloyennant , a condition. 

Paaabbatri : D^lruire,sU>attre de 
fond en comble ; de Tostare. 

Pakabolin : Homme qui »e consa- 
croit au service des L6pilaux et des 
inalades^ parabolanus, varabolus; 
du Grec parabolas. VoytzMiK^. 

Par AGHBVBB : Venir k bout , finir 
^nti^rement une chose conunenc^e, 
y mettre la derniere main. 

Paragis : Troupe , escorte, com- 
pagnie. 

Paradb : L'argent qu'on distribue 
£ ceu3P qui doivent aUer k Toffrandc 
d*une messe des morts« 

VkKjivn^pape^uiSfpanaz : Place 
qui est derant une ^glise; palais ; 
perviiis, et non deparadisus; en bas. 
lat. parvisius^ 

Paeavbritaux (biens) : Meubles a 
l*usage de la femme , comme lit , ro- 
bes , Imge , &c. ; parqfernalia. Voyez 
Paraphernaux. 

Parage , peuwge , parSage ^ pa^ 
rentage, parroxe : Farent^, al&nit^ , 
paternity ; noblesse, naissance ittms- 
trc , quality , raee , ligu^ , ^lil4 de 
condition ; on appelok gentiikomme 
^ par€ige , celui dont la noblesse 
venoit des anc^tra*; ea a«c. Pcar« 
pmmifkfi* 

• Je feral ce que ta rouldnM 
Ja si KiMit v^uWiv »e powiM , 
IMa qat «m4 plvs Uc^ m«i oqwvf M, 
la ne eonvient qo^autreiumpt qp^vfi^ » 
Kt iMVM 4oss< davatitage 
Anie de si hauh parage, 
-Qtt*il A*tst oal qi^ •! cpvaf9T€. 



PAR agg 

Se TORS est€s de graot parwge, 
Je ne suis mje de menour. 

Ovuk , Bfss. 

Parage : Mdme lieu , m4me eu- 
droit. Fojrez Pae. 

Parage : La portion des cadelf 
assignee par Tain^. 

'Paragi&au, parager, parageur : 
Puin^ qui ttent son fief en parage , 
c^est-a^dire , en pareil degF^ que son 
atn^; de paragium. Dans quelques 
Contumes , les ain6s sont ordinaire* 
ment appel^s/Minr^urf on tktmiers, 
et les puin^s, parageaus>. 

Paraooiit : Coseigneur, cdui qui 
poss^oit un fief ou une terre a^vec 
un autre seigneur; depeimgium. 

Paraoor 9 parangon : Modele , 
exemple , comparabon ;, borame qui , 
par ses Tcrtus ou ses talens, s*est 
^IcT^ au-dessus de ses semblables. 

Par agohkbr : Comparer une cbose 
k une autre. 

Paraiob (bant) : Haute aoblcsse , 
naissance ilhxstre. 

C«r moult estoit de haiU Doraige yssat 
deux et deux yenolcnt ensemble cbacmi un 
«lMpp«l de rase» aar le «lii«f. 

Roman dt Gerard tUNm^n, 

Par AIL : Apparaux , agr^s , iisten- 
siles d*un -vauseau. 

Par-aiubr , par^amer : Ch^rir , 
aimer passipnniment , avec exc^ ; 
peramare. 

Par-aiksi : Plr ce moyen , par 
cons^quent^fa^oEtdeparlerfemiliire. 

Paraire : Foulon, oi^vrier qui 
pare les draps ; parator. 

PARALtsiiT : Paralysie. 

Ceste Romala cni ge derant dls, ele fot fe- 
rae de cel^ malfdie del cors cni li Meide p*r 
«■ Grijois nom apcfont^«m/ucR. 

Diai. de S. Gnigoo^, Hr. 4> ckap- >7* 

ff€ec quam prtedixumus Romula, ea quam 
gmoo ^tfoeaMo m wto i parafysm nnfcafie, 
mokitia eorformli^^pnmu ^f* 



Digitized by 



Google 



3oo PAR 

Par AMOK AXKE : Fermier dt$ biens 
d*uiie igUse ; paramonarius. 

Par-amont : En haul, en montant. 

Car mens est dit soit k toi , Tien cea /mit- 
mmont , qae ta ne ftoies hamiliez devant le 
Prince. Bible f Prov, chap, a5 , vers, 7. 

Melius est enim ut diciUur tibi : <ucende 
hue : quiun ut humiUeris coram principe, 

PAmANGON. Foyez Paeaooit. 

PAmANGOHifEm,/7araii^o/ter: Com- 
parer une chose a une antre, modeler. 

PARAifouATRA : Obligation defou r- 
nir des chevaux et de» Toilures pour 
les chemins de traverse. 

PAAAinsBE : l^erp^tuer, rendre 
^ternel. 

PAEAHT,/7tf/«7ir; Qu'ils paroissent. 

Paean TMPBE : Nom de celui qui , 
autrefois 9 conduisoit par honneur, 
une nouYelle ^pous^e , et assistoit k 
ses noces ; quelquefois aussi ce terme 
s'est dit pour, pan^gyrique ; et Ton di- 
^oitparanjmpher, pour, (aire T^oge 
de quelqu*un ; de parartpnphus. 

Paeaoula : Discours , comparai- 
9on historique ; parabola, 

PAEipECT , lisez par apect : Cr^- 
neaux qui couvroient la poilrine des 
assieg^. 

PAEAPHEENAux'.Biensqnela femme 
apporte a son mari , biens ^hus a 
une femme par succession , et dont 
elle a exclusivement la jouissance ; 
parapherna; du Gvtcpara, au-dela , 
et Atphem^, dot* 

Paeaphoniste: Chantredechoeur; 
parapkonista; du Gvtcpara, proclie, 
et de ph6n^, voix. 

Paeape^s : Ensuite , apres. 

Paeae : Presenter , faire voir , 
paroitre; parere, 

Pae-aedie , par-arder : Incendier, 
brikler ; per-ardere, 

Pae-ass^oie ^par-assouvir: Ache- 
ver, finir enti^rement une chose, y 
porter la derniere main. 



PAR 
Paeasteb , paratre : 6ean-p^ « 
mari d*une femme qui a des enfant 
d*un autre lit ; de pater. 

Lt qniote maniere de compaigoie eommeat 
ele se fait , ti est entre gent di pootte , quanC 
an hons oa one fame se marie denz foia, on 
trois , oa plot , et il a enfana de chaseno nu-> 
riage , et li enfans doa premier mariage si de* 
meoreot avec leur pantstre om leur marrastre 
saos partir, et saos chertaine coaveoanche de 
aas teoir, en tel cas il pueent perdre oa gaai- 
gner par raisoo de compaignie avecqaes leor. 
pere , et arecques tear marastre , 00 arte leur 
mere et arec leur parastre, 

Coutume de Beauvoisis, chap. ax. 

Pa EAUS , paraux , parauz , parax .* 
Pareil , ^al , semblable ; parilis. 

Car ce sembk A ses enemis qae fiuUie If 

fust sa'vertat dont il ( J> C.) estoit paraux k 

son pere, doot il sanoit les enfers(infirmes), 

dont il resnscit^ les morz. 

Comm. surle Sautter, Ps,^, 11. x i ^foL X43. 

Si sains horn iert et si parfaia 
Que il menoit Tie d* Angle en terre. 
Moult peust-on cerchier et qnenre , 
Ains que troTCS fu %e% parous, 

Gautier de CoinsL 
Paeaut : Parle. 

Se ta Tois gens parler ensemble. 
He t*en puet chdolr, cc me semble, 
la meHals bom si com jo coat 
Crient tout dis c*on paraut de lul. 

Distiques de Caton, 

Paeayant : Devant , auparavaut. 

Paeaybntuee : Par hasfrd , pent- 
dtre* 

Paeayee ^paravoir : Pr^oir, pr^ 
dire , preparer ; parare. 

Paeax (lo) : Incontinent , snr-le- 
champ. Foyez Ja. 

Paeat : Parol , mur , dotton ; 
paries, ^ 

Paeatsov : Bail a moiti^, ou da 
moins a certaine portion des fruiU 
de la r^olte. 

PAEAZKH,77are2en(sol):Solparisb. 

Paebixu, /^orfrfetf ; Jurement. 

Pa&bouiliiy : Bien cuit. 



Digitized by 



Google 



? AH 

PAEBOVQUBt : Soufflet , on coup 
de la main sons le men ton. 

Paec : lieu destin^ an combat, 
lice; et ensnite, lieu pour eufermer 
lea animaux dc ferme; de parcere , 
mettre a Tabri , garantir ; en has. lat. 
parens} en has Bret, parq. Devoir ie 
pare : iSStre oblig^ de garder les b^tet 
mises dans un pare. 

Pabcage , parquage : S^jour dcs 
moutons sur les terres labourables 
apres la moisson ; droit de parcage, 
ce qu'on payoit aux seigneurs pour 
obtenir la permission de faire et de 
snettre des claies dans les champs , 
pour J faire coucher les moutons la 
unit , afin d^engraisser la terre. 

PAECiiAU : Partie , portion, lomme 
d*argent; pars, pardeuia, 

PAECENABLEMBNTrOpini&tr^ment, 
•bstin^ment , constamment ; perd^ 
nacUer, 

As qaeix paroles 1! reskes esgardaas soi 
ettre depm, homlement regehit ce ke tt aa- 
%oi$ parcenablement denoitt. 

Diai. de S. Grigoire ,/*»». 3 , chap, 7. 

Adqum nimirum verba €kprehemum se 
JSpiscopus intuems, humiUter confeuus est, 
quodpriiu pertinftciter negwit, 

PABciEBiANSA : Partipatiou, part; 
paitidpado. 

Paecehbiae, parcener : Avoir 
-part, communiqner, participer ;^Mir- 
iieipare. 

Paecevee , parceners, parcenier, 
parceniers , parchenier, parthonier, 
parchonTder^ parcfmnier, pardere , 
narqonfparqomer,par^nneres,par- 
^onmer,p€ir8onmer, au fdminin par^ 
cenere : Cob^ritier , copartageant , 
complice , participant , compagnon , 
camarade , associ^ ; partitor; en anc. 
Prov. partiner, pcarsoner. 

Et 1! beaoies Bots fast tdoiiC({aes malades 
depluienrs maladies et de flusde ventre moat 
grief, et U paeples des Crestiens s*en retoar- 
M^ ferf Damictf ; et oi^qits li benolez Roii 



PAR 3oi 

jeinsi roalades, com il est dit qui roll estre/nxr- 
connier du mescliief et du peril de son poeple 
qui renoit par terre. La Vie de S. Louis. 

Et por c^ est eel lieu fait parceners des 
poeples des maos , et apr^ c^ oerre il fait 
consors des bons. 

Bible, MachaMes, Up, 2,fh,S, vers. 20. 

Jdeoque et ipse locus particeps foetus est 
populi miUorum : postea autem fiet so^ius 
bonorum. 

VAtiC^ff^KiM J parchon : Action de 
partager, de participer. 

Paeceneeib , parcete : Portion , 
partie , diyision , partage. 

Parces (les) : Les Parques , diri- 
nit^s des anciens ; Parcas, 

Paecevance : Action d*apperce- 
voir, d^ouverte; de percipere, 

Paechaege : Charge complette, 
grand fardeau. 

Pabche : Le pays du Percbe ; Per- 
ticusy Perticensis Pagus, 

PAECHjiB ^parchie, parchye : Ter- 
ritoire sur lequel on a droit d*exiger 
Tamende pour le dommage caus^ par 
les bestiaux. 

VxKcntxm^percSttyperch^u: Con- 
nu , dicottvcrt , appercu , r6v^^ ; 
perceptus. 

Paechois : £chalas , perche. 

Paechov , parchoneriey parehon^ 
nerie, pardon : Partage , partie, por- 
tion , ce qui est partag^ entre pin- 
sieurs ; complicity , soci^t^ , asso* 
ciatiou. 

Pabchohiee, parchonnier, par^ 
(on , pargonier : Celui qui possede 
une terre avec un autre , et qui en 
partage les fruits. 

Pabciee : Celui qui a une part ou 
portion dans quelque chose. 

Paeciebe : Part, portion, Tenir 
a pardere : Tenir k moiti^ ou k une 
certaine portion des fruits. 

Pabglosb ^parclouse : Lieu ferm6, 
clos de murs ou de baie s ; fin , con- 



Digitized by 



Google 



3oa PAR 

elusion d*un6 ckose, eii£n; de per^ 

claudere. J la parclose : A la fin. 

I^ARCMENTiER , porementier : Tall- 
leur d'habits ; paraion 

'Pknqov , parchonerie : Portion , 
part , partage ; p6rUo, 

VAWii^ovinwLjpar^nmert Celui qui 
partage it danger av^c nn autre ; co- 
h^'ilier, qui a une portion dans un 
heritage. Ft^yez PiRCSHsa, 

PAn90NifBiE : Soca^t^, comma- 
naut^ 9 Association. 

Par corps (nng) : Gonirainte par 
corps. 

Pargocrs: CouTention entre deux 
seigneurs , par laquelle Icurs serfs 
pouYoient librement s*^tablir dans le 
domaine de Tun ou de Taulre , ou y 
fa\re paitre leurs bestiaux* Foyez 
Entrecours. 

PiRGRKoiTRR : ^leTcr, exaucer, 
grossir y grandir , fortiiier ; per^ 
crescere. 

En nng tres beau lieu arriTayi 
Ou au dfrnier je me tronvaj, 
Fontaine j avoit sonbx ntk^ pftt; 
MBit puia fee tenpa duittiy Fcpln, 
Jf^tToit eat^ tel arbre t^» 
II estoit moult hanlt et parcriu, 

Roman de la Hose, 

Pargye : Repas qu'on donnoit aux 
moissonneurs apres la moisson. 

pARDESSouRs,/?ar^ew£W; Officiers 
de la justice de Metz, Iorsqu*elle eloit 
republique ; leurs fonctions consis- 
toient a inslruire , rapporter le^ pro- 
ces « et a contraindre les parties de 
suiyre leurs alTaires et produ^re les 
titres n^cessaires. 

Pardessus : Seigneur tlominant , 
superi^ur. 

Tont aoatint conme nous avont dit iclii des> 
BUS , que aucuas ne puet fraochir sou serf sane 
Tateiorlre de sou pardessui. 

CoutMM €k BematvoiHi^ ckap. 45. 

Parde&scs : Conire, malgri, non- 
obsiant. 



PAR 

Pardeters : Du c6l^ , i Tendroit. 

Et li vent si lera tout droiteiaent/^ani^i^rj 
U liftvie des Latins. 

Ler £noires€tOntremer, Ih, a5. 

Pardire : Achever de dire , de re- 
citer ; de idicete, 

Pardoint : Pardonne, fait gfaee. 

Pardoit : Tournoi , selon D. Car- 
pen tier. 

Pardon : Indulgence, remission 
accord^ par le pape ou uii ^vit|ue. 
— Parlant de ceux qui , k Tenir^e de 
J. C. dans Jerusalem , ne jetoient que 
des branches d'arbres : 

Ceu n*en estoit mies molt gram chose , s'il 
CeU dotierent en pairdons k'il avoient pris en 
pardons, ^rmons de S. Bernard, JoL la^. 

iViwt entt hot Magnitnt : quod gra^ Acer- 
perant, gratia ddkunt. 

Pardon : La salutation ang^lique 
qu'on dit (rois fois- le jour au soh 
d'une cloche ; a quoi il y a des indul- 
gences aUaeh^. 

Parddnair* : Qui distribue les 
pardons et les indulgences. 

Pardos : Pardons , graces y induln 
g^nces, fiLc. Les grams pardos : Le 
jubile. 

Parvvit : £^ara, perdit* 

Parourarle : Continue], qm b'a 
|uis de fin, ^t^ntel ;perduraluiis. 

PARDtRABLEMBMT : CotttinueUe- 
ment , ^ternellement. 

Uar eretftMif , c6 dtt « les gaH^, 
£« ^ousiieot jMrdttrabkment - 
Par son Toulolr tant senlement. 

Homan de la Kose, - 

Pardurablet^ : Continiiite , ^ter- 
nit^, perpetuite. 

Tout borne oiuvre par franc voillMr « , 
9oit pour jonir, ou pour donloir» 
C*e8t la presente visiou. 
Car qui la de6nit(«o 
De pardnrabiete dekli« , 
C'eiit la posseMilon de vie. 
Qui par faim ne puct estre prise 
frestoutc ensemble sans devise. 

Homan de la Acte. 



Digitized by 



Google 



PAR 

Pare : Mnr, rempatt; paratus , 
parius* 

Pimi : Pf^par^, appr^t^, en ma- 
turity , bon a boire on k man^r ; 
paratus. Ce terme est encore en usage 
dans la Norraandie , oil Ton appeJle 
p€a^er les poinmes, lorsqu*apres les 
avoir abattues, on les met sur la 
paille pour miirir. Cidrepar^ : Celui 
qui a ^cum^ , qui a fait son etfet , qui 
•St bon k boire. 

£t le miel Hesconroit det chetnet , 
Dont haboudament se TJvoient , 
£t de i*eaae simple btivolent 
Sans ({verrr pigment , tie cWti , 
N*onques ne burent ^m par4, 
Roman de la Rose , pariaAt de t&ge ^or, 

Pae^ (mestier de) : L'art de fouler 
ou de parer les draps. 

^AwtkQ^ ^ pariage : Puissance sei- 
gneurble partag^ entre piusieurs 
personnes ; paretualii, 

pAEiATis : Lettre de cbancellerie 
n^essaire pour iaire ex^cuter un 
contrat ou un jugement hors de la 
juridiction on il aroit ^t^ rendu. 

Paekcheus , au Um, parecheuse : 
I^^ligent, paresseui, qui ne Teut 
rien faire; de/w^r, /?^«. 

1f« 9tff9t «uMi pmreckett$4t ^ 
Dealer qoelcjae p«rt ({ne Torrex , 
Sole^ nette , non vicieue , 
Ftittet le mienbt qve Tdns pMirres. 
Confusion de la Belle-FiUe, 

PimacT : Patoi, mur, cloison;/>a- 
ries; en'anc. Pror. fou mestrS dS las 
parStt : Arcfaitecte , maUM flia^On. 

PAaiE (droit de) : Droit qui auto- 
ritoit ua seigneur k reprendre son 
serf sur la terre de son voisin ; de 
par, pans J ^gal, pareil. 

Fae^e : Mar^. 

PAEiscJE : Ce mot ne signifioit pas 
Mulement , foulon , ouvrier qui pare 
Its diaps , comme le dit D. CarpeU'- 
litor, m«ia toute espece d*ouvriar. 



PAR 3oS 

Parieur de maixons, ma^on, failleur 
de pierres ; pareeur de cuirs ou de 
cordoan, corroyeur, &c. 

En TaM lfMtre-S«ignMir nil t<® Msante ct 
qninxe , entour U feate Samt Dtnts « Hoe dt 
Noreothoone , da dyocese de Lincole , pa- 
rienr de cuirs , qui demorbit en la vile Saint 
Denis et i STOit demoti pa^ trente any. , se 
moqnoit de cent qni oroient an trnnbel Saitt 
Loys et disoit que li Rois Uenrls d*£ngleteiTe 
atoit €st^ meiUeof borne <)ae le Benorct Saint 
Loys. Miracles de S, Louis , chap, mS, 

Paebil : £gal , de m^me quaUte ; 
mesure ^uivalente au seplier / la 
charge d'un Ane ; pttnlis* 

Pae^ie, pardery porer^perer t Pr^ 
parer, arranger, appr^ter j paroltre, 
se montrer ; peirere; en ane. Pro"v. 
parur, 

Paebl , pareil, parttlh , pca^u : 
Paire , assemblage de deUx choses de 
m^me nature; en Langued. /;are/. 

pAEBtoTE : Certain droit d'efttr^e. 

Paeembnt : Mur, rempart ^ ford- 
ficAtion. 

Paebmbnt : Qrnemem ; pttratHett- 
turn. C/$ambred&paremeM:€hsaihre 
de paj^ader 

PaeeuentIbe. K Paucvbwwbe. 

pAEBfttaBA : H^MpHr , ex^cuter , 
accotttplir; A'implere. 

Cora {(ebecca ce6 til , et oil l^saii fhst ale 
en chtHip , qn'jl pofSrhploSl Ic t6ihtixd€^tMi 
ton pie^e. Bibl6, Gtnis^ ,4h,V) , veH, 5. 

Quod dimi ojildifsttkibctcd, et iV^ dbikset 
in agrum, etjussionem patris imjiktf^t. 

PAfttirsOiTJiB*, pQiLt pat-fifk-kbrn" 
me : Par-dessiis ^ en masse , ^u^lela 9 
en outre. 

Paeent : Egal , pareil. 

PaAbftalbs : OxMaqueSf dernier* 
devoirt que les partes i^e&deM k la 
mort de Tun d'eux. 

pAttirtKCtt ^ pati^^agr : Parcmt^ , 
fam^e, quaHi^ de partem , liaison par 
le sang, autrefois dn geinremaseuiia ; 
parentela. 



Digitized by 



Google 



3o4 PAR 

Par^ou. Voyez Parsl. 

Parbr, p€ar4er : Montrer, hire 
▼oir, paroltre; parere. Parer un 
Jbssd, le TfHeYer ; parer unepomme, 
la peler. Fqyes PiRiiE. 

Vooi et TottM Court en Mtu gtreiit, et ce 
faire dire dens on troU fois atiu que left ettoUet 
parientma ciel, et celoi de qui l*oii t'est cU- 
mes doit £iire and dire com il est dcTis^ doa 
cUuuiot. Assises de Jerusalem , chap, 5o. 

Parbsie : Paralysie; paresis; du 
Grec ir«^«Atf#vf . Voyes Palasihb. 

PAmifis : Monnoie. Fbjr, Pabjsis. 

Paebsis : Parisien , n^ a Paris, qui 
est de Paris; Parisinm, PansUnsis. 
Gent Paresise : he peuple de Paris. 

Gent Franchoite , gent Paresise, 
DroU est qne grans btent en toim gise, 
^*a Tottre nom ten droit rendies , 
Si comiue la Toie le deTite. 

Boman de ChariU , strophe s8. 

Pab-bstrangleb : £trangler tont- 
4-fait. 

Pabbt : Le droit de gite , on de 
loger chez son vassal. 

Pabeulx : Pareils , ^zux\ parties. 

Pabevr : Ouvrier en g^n^l;/M»- 
nUor, \ojez PAaiBua. 

Par^ure : Action d*arranger, de 
preparer, d*appr^ter^ />€ira/«ra; oi>- 
Trage de broderie i pelure d'un fruit. 

Paretis : Portique , porche , en- 
tr^ 9 vestibule ; de parvisium , selon 
Spelman et Skinner.. f7>j^M Manage 
a ce mot. 

De ce moi torient jii aroir racont^it h$ ome- 
lies de TETangile , ke en eel pareyis parm^i 
coi bom Tat k Tfigtife de Bienonroua Laurent 
DiaL de S, Grigoire, /»». 4, chap. 14. 

Undi m homUiis quoque evangelU jam 
namuse me memmi, qmod in ea portic& qua 
euntibus ad Scdesiam beati Ctemends est 



PAR 

PARfi : Parfait , accompli ; per^ 
fectus, 

PARpis : Nom que les Albigeois 
se donnoient entre eux* 

Pabfik (4 la) : A la fin, pour la fin, 
pour la conclusion ; per finem. 

Parfit, au Um.parftte : Achev^, 
parfait , accompli ; perfectus. 

loA Patriarcbe te ponrpenie 
Moolt longaement , tant qa*il s^apensv 
Si com Diea Tont d*un Saint Ermite , 
Qui menoit vie ti parfite 
Que li Angles le Tisitoieat 
Et boache k booehe k lui parloient. 
Gaiaier de Coinsi, /iV. x , chop, r3: 

Parpokd , parforu , au Um, par^ 
fonde : Creux , vaste , profond ; pro- 
fundus, 

y%j plain poToir et aoctorit^ pure 
De gonremer tout TiTant en ce monde, 
De refformer les OBUTres de nature, 
D*ancioriser hnmainne creature , 
On la plongier en doleur trh§ parfofuk j 
Kt sj ne loist qa'i Ame je retponde 
De mes exploix^ ne de mes soubdains faS< , 
Car je defTaii, et quant me plaint , rcaCaia. 
La Dance aux jipeugles. 



Par PAIR E : Acbever, mettre une 
cbose en sa perfection, accomplir; 
perficere* 

Parpautb : Faute de. 



se repont 
En terre parfont , 
Qne il ne soit pris , 
Ce dist Salemoas. 
Dici de Marcoul et de Salomom, 

Par FOKD, poffondement^ pcufoni, 
adv. : Extraordinairement , profon- 
dement ; prqfunde. 

Parpondbr : Creuser, agrandir, 
augmenter ; prtfundere. 

PARPOitoi^ : Gonfl^ , d^bord^. 

Car il aroit plu et negi^ Unt dnrement, quo 
li Ann estoient si cr^ , et parfimgii, qne U 
pr^ et la terre en estoit tout convert. 

Fille-Hardottin, Mss,,foL 41 , it^. 

Parforcer , parforcier : Oulrer , 
s*e£forcer, faire tons ses efforts; con- 
tra! ndre par force et par violence ; 
de fortescere* Se parforcer : Se Moa- 
ner un efifort.-— Grandgousier voy«at 



Digitized by 



Google 



PAR 

que Gargamelle ressenloit tes dou- 
Icurs dc I'enfantement, lui dit : 

Coortige de brebls , depesches nous de cefr> 
tnj-ej , et bieo-tovM •n foisoB* ung aukre ; 
ha ( di«t elle ) tmot voos paries 4 Toatre aiM , 
Toos aultres hommefl : bien d« par Dieu , je 
me parforcerajr , pnitqaMl yoos plaitt, malt 
pUasC a Dieu que tous l^eussiez coap^. 

Rabelais, iiv, i , chap, 6. 

Parfoehke , parformr, pcafour^ 
ner^ parfourrdr^ paifurnir : Acheyer, 
filury completer ; fin , acheTement. 

Gerard qui moult ettoit deairant de occir 
le g^ant , au parfournir de son poindre , re- 
tomna et fertile g^aut aupr^ dela ou il TaToit 
atteint par telle rertu de sou esp^e qui moult 
«ttoit trenchante et affil^e , que une playe Inj 
fist en la cuisse si grande que le tang lui coula 
jntqnet a terre. RxAnan de G&rard de Nevers^ 

Parcam: VwecYitmin'^pergamemtm, 
pergamerUum ; en Langued. ptzrgan. 
La ville dePergame a donn^ son nom 
aa pH^diemin , comme celle de Cor- 
done 9 aux cordonniers , &c. 

Paegamiiiixe : Ouvrier qui pre- 
pare et Tend le parchemin , parche- 
minier. 

Paeox : Espece de cuir. 

Paeob : Place vague devant une 
maison ou une ferme , pour y faire 
toumer les Toitures. 

Paeg^e ^pargie, pergfe : Amende 
due au seigneur pour dommage des 
d^ts commis par les bestiaux , dans 
les pr^s, dans les cbamps et autres 
heritages , suiyant la Coutume de 
Lorris ; en bas. lat. pargia , pergia, 
. Paeobe , pargier les herihuges : 
Engraisser ou fumer les terrea en y 
Dftisant parquer des b^tes a laine. 

Paeoue- : Jardin« pare, enclos; 
deparcere, gamntiF.' 

FjLfiGVE9i:jpardf(^FlJ^e,parguenne, 
parguiene , parguienne : ,Sor^e de 
jurement qui r^pond kperDeum; 
•a htok^.pardi; en hy oun. pardine. 

pAEiAox : Association , sociM , 
u. 



PAH 3oS 

compagnie ; /?arci/to.r ; en bas. lat. 
pariagium.\ojez THistoire du Berry, 
par la Tbaumassiere, Iiv. 9, chap. 3. 

Pae&aieb, pariagier (seigneur) : 
Coseigneur, c*est>a-dire, seigneur 
qui partage avec un autre , ou m^me 
avec le Roi, Tautorit^ d*uu domain^ \ 
de pariare. 

Paeiaulx. Voycz Paieciaulx. 

Paeiclks (charter) : C*est-a-dire , 
plusieurs copies d*un litre ou d'une 
chartre ; de pariUs^ 

Paeiee : Associer* joindre , unir ; 
de pariare,. 

CeuU la daoceut par naturalle ordonaance; 
•aui »e desvoyer de Tordre qui leur est doune 
d^« le priacipe dc Icur creation : car »*ilz 
parknt ct muUiplirot , ce n>»t point par «u- 
cuoe desordouoance , man par oaturellc pro- 
priety. , Dance aor Jvengks. 

Vkikit.^ ^ pofigal, paringal : Egal, 
semblable ; parUii. 

De Dune-Dieu a Belial, 

De ment^our i verit^I, 

Kst compaignie desparetUe ; 

Le bon an bon, le mal an nial; 

Caicuns requert ion paringal, 

Et 4 ftQn scmblant K^apareiiie. 

Roman de Chariti , strophe 1. 

Paeisis : Monnoie frappce a Paris,, 
.et Talant le quart en^ s^us de celle fra{>- 
p^e a Toturs; .yingt $ioua parisis fai- 
soieiU yMgt-ciiiq sous tournois ; pa- 
risiensls. 

Let palefroit , les mala et lea roncina , 

Coutei df soie et couTcrtoirs hermiua , 

Tot depart! as CheTalicrs de pris , 

Qu*il'n «B retint raillaiu an parisis, 

Rom0n de Gfirin. 

Paeism : £tenduQ de terr^n qui 
rapportoit unpcw^^is de reyenu. 

Paaitqieis : Planle appel^ pari^ 
tair^; part6taria, 

Paeex \ Afin que, parte que. 

Paekee :Garde-parc, garde^chassc; 
dtptircere, garandr. 

Paelahcb , parlaunce : Fa9on de 
parler, 'disoours, ^locutioii; purth- 
bola. Yoyez pAAuiuEi. 



Digitized by 



Google 



3o6 



P A# 



Car chescon gyloiir est U abhomliucioiiii 
de Nostre Seigoor et »a parlaunce est od lea 
simples. Bible, Proverhes, chap, 3 , 'vers, 3a. 

Quia abominaiio Domini est omnis ittu* 
tor, et cum simpHeihus Mrmocioatio ejus. 

Parlazukos : Paralytique , impo- 
tent ; paralyticus ; da Grcc 9r«^«- 

Pakle : Perle. 

V k'B.hTJ'^.k ^ parlere : Causeui/, ba- 
vard , grand parleur ; deparaboioH, 
Paelement : Pourparler, entre- 
Yue , conversation , entretien , dis- 
Gours, conf^ence; de parabola; en 
bas. lat. parlamentum; en Basq. par^ 
lamentua; en anc 'Proy, parlamens. 
Tenir parlement y tenir conversation, 
conferer, discourir; prendre unpar- 
lement, prendre conseii. 

Les Damet qui sur les •mart Mtolent , en 
tindrent parlement eMtwhUi mais sor tontea 
cdles qui y estoieot, Eug laikt2ne,fiUe da Dqc, 
en tint parlement. 

fioman de Gerard de Nevers, 
Or Tous diraj la contenance 
De Fatix-Sein})laDt et d' Abstinence, 
Qoi ooDtre Male-Bouche Tindrent : 
Encontre eulx img parlement tindrent, 
S^yolr comment se contiendroient , 
Oil ae congDoislre ae feroient. 

Roman de la Rote. 

Pahlembntbe : Composer, entrer 
en composition , en arrangement , en 
traits ; entretenir, discourir, conf^- 
rer ; parabolari; en bat Bret, par- 
lantein, 

Pa&leees .^parUeryparUere : Avo- 
cat , procureur, qui d^end la cause 
de quelqu'un ; causeur , babiUard , 
qui parle pour un autre \pra:locutor, 

Ronmains a le langne legiere , 
Qnant ele est ointe , et bien parUere. 
Roman tie Chariti , strophe 19, 
Pabler soep : Parler bas , parler 
* doucement ; parahciari suaviter, 

PAELiu&E, pariure: Langage, kua- 
gue , Tart de parler, locution , dis- 
cours ; parabola; en ancien Prov. 
paraoula; en bas Bret,parabL 



PAR 

Et se aneona demandoia poor eoi cdfiot 
livres est escria en Romanche selonc le patois 
de Franche, puis ke nons aommes Italyens, je 
diroie que chest poor dens raisons; Tone que 
nona sommes en Fraache, Tantre ponr cbo» 
que la paHiure est phis delitable et plus 
kemnne a tons langages. 
Brunetto Latins , TkresoTyfol. i, n^ 7066. 

Paeloie aux boueoeois : Lien i 
Paris oil se traitoient lea affaires de 
la yille et du commerce. 

Pab lui , au fi^minin par elle : De 
lui-m^me, d'elle-m^me , sans secours. 

Par les mes vont roatissant 

Les crasses oes et tomant 

Tout par eles, et tout ad^ • 

Les suit b blanche aillie apr^. 

Fabliau de Cdfuaigne , vers S7. 

'PA:iiUAiQiiABi.K9permegnable : Per- 
manent , perp^tuel ; permanens. 

PABMAioNABL«afEiCT,/?er//ie/ia«/e- 
ment : Perp^uellement , pour tou- 
jours, a perp^tuit^; P^Q^^^f^ 

Pabmavda 9par mananda^JicUL'' 
mation , sorte de jurement. 

pARXEiriiE , parmener : Mener , 
amener, conduire , faire aller j per- 
nunare. Permenervie dessolue : Vivrc 
dans la d<§bauclie. 

Qar de ce est ke qnant U Sires ot parme- 
niit lo pople k la terre de promlssiony U 
estlnclant trestoa let fora et les mnlt pibiasaax 
adrersalres , gardat les Philtstiiens et les Ca- 
naacns plua longement. 

Dial, de S, Grigoire, liy. 3, chap, 14. 

Mine est enim ^ii^perdncto Dominus ad 
terram repromisStoms populo , cunctos fortes 
atque prcepotentes aaversariot ejus ejctin^ 
guens, Pkdisthans atjue Chananaot diutikt 
reseryavit, 

• Paemkns : Men^ , amen^ , condott. 

Lors ert Joseph men^ en Egipt , et Pati- 
phares le Seneschal Pharaon, et Prince de aa 
Clilvalerle , et horn Egypctenay lui achata d«a 
Hismaelifttiens,aa qnenz il ertparmenx, 

Bible, Genhe, chap. 39, insrs. 1. 

l^ttur Joseph ductus est in Aiig^ptum , 
etnttque eum Putiphar Eunuchus Pharaonis , 
Princeps exercitus, wr y^gyptius, de mtuus 
Jtmaetitarum , d ^m'^ffiperdincttta eraSs. 



Digitized by 



Google 



PAR 

PAmvsHTiBR : Taillenr qui £ut et 
gamit les habits. 

TjitMiy parrnitant, parmy, per^ 
mettani : An moyen de quoi ; cepen- 
dant, a condition, 4 charge de, 
moyennant que ; except^ , au milieu , 
k travers ; ensemble ; per medium. 
Dans le Blesois on nomme^orim, ce 
que Ton appelle, k Paris, fourniture 
pour les salades , cerfeuil , estragon , 
pimprenelle , cresson alenob , &c. 

£t li naiiu haace U corgie, 
Qoant Tert li U 'voit aprociei 
Ferir U Telt ptarmi le tis , 
. Bt ecl« a wu, bras deraat mis , 
en le rejttte, si l*a ferae, 
▲ deooaTeit ear la main nne. 

^wuui d^Erts €ttCSnid$, 

Paenb : Pi^ de charpente. 

Paeo^he : Paroisse, territoire dont 
les habitans sont soumis , pour le 
spiritnel , a la conduite d'un cur^ ; 
jparochia. 

CQ prestre hx%h one grande troche 
De faas rHafau en sa parocht ; 
^ Un eo i hut qui deseur toas 
Estoit erevt, uer» et entom. 
Gautier de Coimi, Uv. t , chap. a8, 

PAmocHiAicHE : Droit du parois- 
aien envers le cur^ j le territoire d'une 
paroisse; de parochia, 

Paeocbial yparauchiaul : Parois- 
aien , paroissial , de la parobse ; pa* 
rochialis ; en Langued. perougial , 
parougid, 

Paeoemt : Meurtrissure , blessnre. 

Paeoveete , part^erte : Offre , 
pr^ntation,coniignation j udiciaire; 
dCi^erre, 

Paeooe : Parle, discoure. 

A &ei conVient premi^rement 
Quant k tei tDeimet priBcIpaament y 
Ke en bone fame en Wvit^, 
3eit sun mm detp^oplet, 
Et k*en tapience eeit loable , 
Et k*a set hunmes selt resnnable , 
* St k*i in* p€Lroge sagement. 

JL€S MnmjgmimMt d'.dris»t$. 



PAR 3o7 

Paeoi , paroU, pordy : Mur, mu- 
raille , cloison , separation , mur mi* 
tojen ; paries. Arbres de parol : Ar- 
bres qui s^parent un bois d*un autre 
bois, ou une coupe d'une autre coupe. 

Jhesn-Cris recent la eirconcision et 

lo bapttime,por cen qa*il k WmtparoU, et a 
Tatre Aut ahers ti cum piere anglere , asu 
dons chiez de dotu corrois il coslst ensembleu 
Sermons de S, Bernard ^foL aao. 

Paeoie : Se montrf r». se presenter, 
paroltreu Voyez Paeeee. 

Vk%oi*%KyparoUer,tenirhparoles: 
Parler, discourir, entretenir quel- 
qu'un , faire la conversation \ para^ 
balari. 

Molt iiono^nf parfondement 
Des oecres et don testament, 
11 font antel com les gotierea 
Qni degontes par les charrieret} 
Lei nies lereat et neioient. 

Bible Guioi, iwrr ft336. . 

Paeohil : Paternel,de.i>^e;/»a- 
temns, 

Paeokms : Pi^e de la charrue 4. 
laquelle on att^e ks cheyaux, toa> 
timom. 

Paeost , parout : Parle , conseille. 

Bien se gart li BaiUIs , que il ne soit arocas 
k cheli qni plede decant li, ne qne il n» 
parout pour iL 

Coutume de Beauvoisis , chop, i. 

Paeove : Selle, harnob de cheval.'; 

•PAEau^fB : Paroisse ; quelquefois 

ce mot signifioit, un diocese composd 

de plusieurs paroi^s^; de parochia. 

Paepaix iparpai^ment , parpaye , 
parpayement: Entier paiement , par- 
fait pa^en^enf;. . , 

Vkh^AiGV^^parp^i^e : Pierre qui 
trai^erse T^paisseur d'un umr. . 

PAE»AitL0L , parpaillot : Hypo- 
crite , faux d^TOt, noiii injurieuE 
donn^ aux protestans ; en Langued. 
parpaiioou, parpaliot. , 

BAfkFAii*LiH»Eiparpiiioie, parpil^ 
iolie : Sorta 4« a^onnm. . • 
a 



Digitized by 



Google 



3|p8 PAR 

Parpaik : Tranchet , espece de 
coateau. 

Parpahha ^ Sorte de y^tement oa 
d*oni€ment. 

Par » ATE , parpayement : Fin de 
paiemeut , entier et parfait paiement. 

Paepatbe : AcheTerun paiement, 
•older enti^remeiit. 

Paepignolle : Mot que Borel 
donne sans explication , en citant un 
Ters de CoqniUart ; dans le genre gri- 
Tois , on nomme ainsi lea parties de 
la g^^ration, le mehibre viril. 

Paepoiitte : Courte-pointe. 

Paequer : Mettre dans nne en- 
ceinte , endore dans un pare , enton- 
rer; deparcere. 

Paequbs : Parce que. 

PAEQUET.'Certaine mesurede terre. 

Paequet : Le pr^u des prisons , 
k Rouen. 

Paeqvet 3 Espice de jeu. 

Paequey : Parquet, I'espace qui 
est enfeime ebtre les sieges des juges 
et le barreau oil piaidettt les avoca^«! 

Paequiee : Celui qui doit garder 
les bestiaux pris en d^lit ou en ddm- 
jnage, et mis eu pare ^ il s*est dit aussi 
de celui qui gardoitles prisonniBra. 

Paequoi : Done, pourqnoi. 

Paeeastee : Beau-pere. Fojrez 
Paeastee. 

PAEEiAu : Esp^ de jeu d« petit 
palet. 

Paeeee , /«roEr .- Voir, paroftre; 
parere ; parra y parrditra^ 

£t 8*ele a trop grosses espaules 
Pour plaire wiax daooetf tx atax l:riiale«, 
De deli^ ahqp robe i^ort, ' - 
Sipmra de maiut Uit depoirt.' .... 

PaeeEu*. ro7<*« PaeiA*ee. 

Paeek : %aDt«; pairf«v dignity 
de pair; depdfiadn. Voyet Paie. 

PaeeiMee :. CarrWres lieu d'oi 
Ton tire la pterrej-ie marbr^ 



PAR 

Paericue jparrin : Ferme^ gran- 
ge , m^tairie ferm^e de murs ou de 
foss^. 

Paeeochaigb, panotAagey par- 
rochiage : Territeire d*une paroisse ; 
et sorte de droit seignenrial , selon 
D. Carpentier. 

Paeeoche : Cure, ^gllse pafois- 
siale ; les habitans d*une paroisse; de 
parochia* 

Paeeoi : Mur, s^aration, rau- 
raille ; paries. 

"PAfiWiOi^i parrojre ' Att^rissemenl, 
rivage, parage « bord de la, mer. 
Fojrez Paeaos* 

PAEEoirvE : Fi^e de la charrae a 
laquelle on attache lei chevaux ou 
les boeufs. , 

Paes : Contr^, piovince; part , 
partie , partage , portion ; pars, 

Toos eef lieax qui est liabilex. 
Si est en trois pars deTiMs , 
Pour ce convient pat* tel raiaon 
Faire one autre division, 
Dont U pars derers Orient , 
Eat appel6e Aix-la-Grant. 

JL'Image du Monde. 

. . Paes : Troupeau. 

Paes : Rudiment a Tusage des 
enCans. ' 

Paes y parse, pers : Couleur bleue 
c^este ou d'azur ; en bas. lat.perseus, 
persus, 

Paes faiee : Prendre parti , se 
liguer. Fojrez Pees. 

PAESiJioiriE : Abstinence , jeune ; 
avarice , dpargne , vilenie ; porcL- 
monia, 

Paesomiii^ : Fin ,, conclusion. A la 
parsomme : Au bout , a la fin. 

pAESon, parsonier, parsonieres , 
p€irsonneres , parsoanier, parton , 
parzonier, persomer ': CohMtier, co- 
partageatit, ][^articip<int , complice , 
copropri^taire, celui quipossede par 
partage , qui a sa portion d'h^ri- 



Digitized by 



Google 



PAR 

tage ; camarade , associ^ , consort ; 
de pardtor. 

De laqaeile choM iTint, ke li enemi ki let 
•volent prU , par grint ire eniprls, trettos 
les ociMnt de sp^et, lea qaeit en Inr error 
B^aToient ^m* panomers. 

Dial, de S, Gr^goire, Up. 3 ,cA^, a8. 

Vndkfactmm tit, tU kostes qui eot cepe^ 
rant, gropi iraeundid accensi, cunetos gla- 
diis inUrficeretU, quosinerroresuo^riicipet 
nonhaSerent, 

Si li mu de nos a grant bien fet ^ 
Por noos tox le tenons k fet , 
Voire par Din a*!! le faignoit , 
O Sana plus ranter t'en daignoit 
. D*aToir avmnci^ aucnna homes, 
Tox de ce fet partoniers somes. 

Roman de la Rose, 

pA&soif , parsonerie , parzon, par^ 
zonerie : Partie , portion, assodation , 
complicity , participation , adh^on. 

Disoos nos donkes celni ayoir esteit aroc 
•oi ki s*en alat en nne lontaine contr^e ki de- 
goastat la ponton coi il aroit prise , ki aerst 
en cele contr^e k on des citains ki pant les 
pors , lesqn^is il Terroit mangier les leguns 
ct si anroit lain. 

Dial, de S,^Grigoire, Uv, 9., ehap, 3. 

An iUam secum fuisse dicimus, qui in 
longinquam regionem ahiit, portionem quam 
aeceperat consumpsit, et uni in ed civium 
adh<esit, porcos pavit, quos. et manducare 
siUquas viderit et esuriret, 

Paasoic : Pierre , nom propre 
d'homme; Petrus. 

VkRsoniEWiiLjparsonmere : Femme 
qui est commune k plusieurs* 

Paesokhaioe ^parsonne : Charge, 
dignity , emploi ; personnage , r61e 
dans un Myst^re , on pi^ de notre 
ancien th^&tre ; en Latin , en Italien , 
en Espag. et en Basq. persona; en 
bas Bret, et en Gall, person. 

Paasoyahge : Gonnoissanee , d^ 
couverte , I'action d'appercevoir, de 
reconnoitre. 

Lors n*ont talent dVoIx es{olr 
lii Cordelier , dedens Pontoise 
YooNiMeBt estre, moult lor poise 



PAR 3o9 

Que la Dame de ce parole , 
Car paonr ont de parsovance, 
* Ruteheuf, Fabliau de Frire Denise. 

Paasoyoia : Reconnoitre, apper- 
ocToir , accomplir , remplir ; de per* 
cipere, 

Paat : Alphabet, ^l^mens d'une 
science ; parti , faction ; parSypartU. 

Part : Divise , partage. 

S*il sont mil , k chascon dolt dir« 
La Kose arex tout seal , bean Sire , 
Jamais aAtre n*7 aura part , 
Faille moy Dieu , se je la part. 

Roman de la Rote. 

Part : Au-deMi, il'^cart. 

Part : Accouchement; de partus. 

pARTAiotER : Achever de charger ^ 
un vaisseau , selon D. Carpentier. 

Par TANS : Qui pent se partager, 
bien partageable ; partarius. 

Partant , partems , ady. : Par 
consequent , pour cette cause , par ce 
moyen. Partant que, pourvu que; 
j*j feral mon deyoir. 

St rile laissa tomber ses ganU , qui estoit 
le signal d*eax deux, par lequel il cogn^ 
son oonsentement , et partant repondit k la 
reine. AmfOait, lip. x. 

Partauble : Partageable, 

Partement : D^art , action de 
partir, de s'en aller ; partage , divi- 
sion; de/MimW. 

Parte NiR : Appartenir, ^tre- \ii , 
attache k quelqu*un par I'amitie , par 
la parent^ ; pertinere. 

Parter , partifier, partir : Parta- 
ger, diviser, avoir j^SLVt'^participare, 
partiri. 

Partersssb : Femme qui preside 
k un partage. 

Part^ure : Partage , diybion. 

Parthisane : Sorte de pique ou 
de hallebarde. 

Partiaire , portiere : Fermier , 
metayer qui prend des terres pour 
3 



Digitized by 



Google 



'3io PAR 

les labourer, sous condition d*eii ren- 

dre, au propri^taire , une portion 

conrenue ; de pardarius. 

PAaxiciPEB : Avoir commerce aycc 

quelqn*un , Tivre ensemble ; parti^ 

dpare. 
• Pakticulaieb : Officier de mo- 

nast^e, charg^ de faire les distribn- 

lions anx moines ; pardeularius. 
pAaTiE : Canton, qnartier, pro- 

Tince 9 patrie , contr^ ; patria. 

£t vitiu mottt d« egUses en ce» parties, oh. 
i\ 07 dire que vertnx estoieot files , c*e*t k 
fiToir r^llfe Satat Vertin , l*^ife de Saint 
Bfor, et r^Iite de Saint Eloj de Ferriiret. 
Miracles de S, Louis, chap. 45. 

Paetie : Bartage, part , portion; 
pars, partis. Faire p€u^ : Interye* 
nir, se rendre partie. 

Boone cboie est , et le conitanie le Tient 
qoe ton* hlretages qm Tiennent en partie uAl 
. entre frerea et aereurs, loit entre antres 
gens. Cout, de Beau¥oisis , chap, 47. 

Paetificat : Distribution, par- 
fage ; partido. 

Paetie : Confiner, ^tre limitro- 
pbe ; partu\. 

Paetie : Partager, diTiser, distri- 
buer, prendre part ; partiri. 

Le Dnc fiat partir le bntin , si le fitt baiUer 
' et deliTrer a ceolx qui bien TaTotent des- 
aerry. Roman de Gerard de Nevers, 

Ah, belle coutloe, bien aperceroas que 
Tons estes pen joyeose de Thoneur que ce m% 
Tajllant escuier a conqnis, dont Monseignenr 
• et moy j partem, 

Roman du Petit Jehan de SaimtrS, 

Paetie : Se retirer , se detacher *, 
coupcT) s^parer ;p€tnirii en bas Bret. 
parti. 

Paetie , subst. : Partage , division. 

On sanra par le partir eombien chacnn 
aura. Comtttme de Beawoisis. 

PAETiEOUE,/>flrtowr.' Qui parlagej 
p€trtitor, 

Paetisson : Cordon de fin pr^t 
a filer. 



PAR 

Paetit : Sorte de petite monnoie. 
Paetoiitg VANCE : Suite 9 cort^e, 
escorte, compagnie. 

Endes de Chastean-Roon Tint 
Tost apr^ sans grant partoittgmmce 
Legat de par le Pape en France , 
Qni tant ne.qnant n*enip^eaclia , 
Car de la eroia i pr^a s cha 
On Una U fib Dien assistrent. 

GuiUatume Guiart, 

Paetoubibe : Emp^chement, ren- 
Tersement ; perttuinuio. 

Paeteouybe : Trouver, rencon- 
trer, inventer. 

Ftt lors partromvet cis Romans » 
Temoins les Ekerins dormans. 

Pieros de Mies , citi par Sorei am 
mor EkeTin. 

Paetuaigb : Commerce, yente , 
d^bit , distribution, partage. 

Paetuis y partuys, pertruis : Trou, 
creux, ouTcrture, br^che; taniere, 
repaire 9 retraite , autre , cayeme ; 
de pertusus. Yoyez Pb etuis. 

Et saehes que je ne laToye 
8e partuis j aToit , on Toye , 
Ne lien par o& Ton 7 entrast. 

Roman de la Rose. 

Paetuisbe : Percer, forcer, ouyrir, 
trouer ; depertusus, ^onrpereundere. 

Paetueation : Accouchement, en> 
fantement;jMiftie/^(jtb^ ponr partura, 

Paetuebe , parttirir : Accoucher, 
' enfiinter;/Mirrttmv. 

Paetuzainb : Sorte de pique ou 
de lance. 

Paetuzaihibe : Soldat arm^ d*une 
pertuisane. 

9aeub : Parade , qui se dit Ion- 
qu'un Taisseau d^ploie tous ses pa- 
vilions. 

Paevee : Omement, broderie ; 
'^partUura; pelure d'un fruit. 

Paetbes : MauTais , mediant \ 
per9crsu$. 

Ce malhenr pan>ert 
Chemiae k travcra • 



Digitized by 



Google 



PAS 

De France U serve, 
Pftr des chemlnf coareci , 
Soubtils et diTert , 
£t nnl n*eii reserye. 

Le Malheur de la France. 

PiETiif EAU : Palonneau d'une her- 
se , du train d'un carrosse ; en Cham- 
penoia peronnete* 

Pas : Passage dangerenx et ^troit, 
gorge de montagne, d^fil^, chemin, 
pont ; depassus; en has. lAt.paseilus; 
da Grtcpatein, aller, marcher; en 
has Bret.j!?^^. 

A Dangler siii Teniu honteos, 

De me p^ fere eoTeiteof ; 

IVUa la hftie ne pats^ pee 

Por ce qa*a m*ot vii le pas. 

Je le troTti empies dreei^ , 

Fel per ae^Unt et corroci^ 

* MomoA de la Rose, vers $169. 

Pas : Certaine mesure de terr^ ; 

passus. Dans la Saintonge, c'^toit 

un terme qui senroit a exprimer les 

lleux oil se payoient les droits de ter- 

rage , champart et agrier. Pas de la 

ongne : Droit d*agrier qui se payoit 

en nature au bout m^me de la vigne 9 

oil ^toit un Taisseau appartenant au 

seigneur, qui ^oit destin^ k rece^oir 

ce droit : Itpasdela recette se payoit 

au chliteau; et dans les contrats 

' d'arrentement , on aroit soin de spe- 

' cifier le lieu ou il devoit se payer. 

Pas (lettres de) : Sauf> conduit, 
passe-port. >. 

Pas : Pays, contt^'y pagus* 

Pas : Reception dans un corps ou 
dans nne soci^t^. 

Pasabouz : Esp^e de fleche ou 
de dard. 

Pasat : Aire , pav^. 
i Pascagb : L'action de paitre. Foj. 
Pacage. 

Pascas , Pascaz , Pasche , Pas- 
lihesy P ashes : Le jour de Piques ; 
de Pascha. 

Ifals U honoral»lea preatet de reehlef affer- 
noit 9 dUans : TerHahleiBeiit bai eat li Pascaz, 



PAS 3ii 

jors de la rerarreetion del Senior ; 4 toine co- 
Tient paa abatenlr. 

Dial, de S. Gr^goire, liv. a , chap. 1 . 
Fenerabihs autem preshUer rursus assC' 
not, dicens : veraeUer hoMh resarreetionis 
dominic<e Paacalis dies est; abttinere tibi mi- 
nimi congndt. 

Pascbkbt : Malade, patient. 

Qui lea orrott qant II orinent 
Com il mentent » com il devineot , 
Com il jngent le pasceret 
Par moa qui ne aont mie net. 
En chaacon horn trovent teche. 

Bible Guiot, vers a564. 
Paschixe : P4turage; depascere. 
Pasgoe ; Printemps , selon D. Car- 
pentier. 

Pas d'aem es : Lieu qu'un chevalier 
entreprenoit de d^fendre, et qu'on 
ne pouvoit traverser sans combattrd 
le susdit chevalier, qui pr^alable- 
ment avoit attach^ a un arbre ou a 
un pieu , I'^cusson de ses armes. Le 
t^m^raire qui vouloit lui dispnter le 
pas y touchoit F^cu avec sa lance ou 
le bout de son ^^e , ensuite de quoi 
ils se battoient , et le vaincu donnoit 
au vainqueu^ le prix dont on ^oit 
convenu av^t le combat. 

P ASLE : Bl^me , d^olor^ ; pallidas. 
Pasleue : Perte de la couleur na- 
turelle ; pallor. 

Paslis, pallis : Mur, cl6ture, pa- 
lissade; depalus. 

Pasmesoe : D^foillance, pamoison. 
Pasm oiEE : Prendre avec la main , 
empoigner; depalma. 

Pasm OLE : Paumelle, «sp^ d'orge 
dont les ^pis n*ont que deux rangs. 

Pasnaoe : Droit de paisson, ce 
qu*on paie pour la p&ture des bes- 
tiaux. Foyes Paeaob. 

Paseage ^panaste, panassie, pa* 
nayesypatenade : Panais , racine po- 
tag^e; soupe aux legumes ;j9a;i^ur, 
panacea^ 

Pash AGEE , pasnaiger > Paitre , p4- 
turer \ pascere. 

4 



Digitized by 



Google 



3ift 



PAS 



pAMir : Sorle d'ornemeat. 
Pasquel awnotif : Qui revicnt 
tous les ans a la m^me cpoque , au 
m^me jour; depascha, 

Pasqubrassb : Droit qu^on payoit 
au seigneur pour le plbturage des 
b^les de labour; pascuarium. 

Pa5querbt , pasquerez : he temps 
de Piques ; paschaHs, 

Pasques- commehiaulx , commu" 
nial , communians , communiaux ou 
escommichans :'\jtYi\ix de Piques, le 
diroancbe de la Resurrection , temps 
auque! on conmnuiie, la quinzaine 
depuis le dimanche des Rameaux jus- 
ques a celui de la Quasimodo. Pas^ 
qucsfloricy le dimaBcbe des Rameaux; 
Pasques closes ou cluses, le premier 
dimanche apres Piques, celui de la 
^ Quasimodo; Ptisques chameux , le 
jour de Piques, le premier jour ou 
Ton mange de la viande , depuis le 
jour des Cendres ; Pasques les grans, 
le jour de la resurrection ; Pasques 
neves , le jour ou commen^oit alors 
la nouvelle ann^e , qu'on comptoit 
d'aprcs la b^n^clion du cier^ Pas- 
cal ; de pascha. 

Pasquis , pnqiffs, pasquier, pastis , 
pntis : P;!iture» pAturage, lieu dans 
lequel les bestiaux paissent ;pas€uum; 
en b. \aLt,pasquilis;en b. 'Bret.pasAa. 
Passapr : Sorte de p^ge. 
Passai>b : Partie de jen. 
Passaoor , passadour : Espece de 
fleche ou de dard. 

Passage : Voyage d*outre-mer , 
guerre aatntew 

Passaobr : Petite barque, bacbot, 
chaloupe, suivant Borel, qui oite le 
li^re de la Taison d'or. 

Passageur :. Passear de riviere, 
ba teller, celui qui conduit un bateau 
ou un bac pour passer un Beuve oa 
une riviere ; en bas. ht.passagerius; 
an bas Bret, passager. 



PAS 

Passaigb : Passage, lien oil Ton 
passe dans un bac , et le droit dn pas- 
seur,passage d*un lieu dans un autre; 
en bas. lat. passagium; on le derive 
de passus, Voyez Pas. 

Pass aire : Potion m^cinale pas- 
s^e k la cbausse. 

Passavdbau : Piece de canon de 
huit livres de balles , laquelle pesoit 
35oo livres. 

PAssANT:6oulier,sabot,brodequin. 

IP ASS kVTypassavant: Sorte de mon- 
noie du Hainaut. 

Pass ATA : Droit de passade , qu'on 
IcToit en Albigeois. Voyez Pas. 

Passatant : Cri d*armes de Thi- 
baut , Comte de Champagne. 

Passayant : Machine de guerre 
dans laquelle on mettoit des soldats. 

Passe , passeoM, pius^e : Lisiere^ 
bord d'une ^toffe par sa largeur, 
selon D. Carpentier. 

Passe : Chemin, sentier, passage; 
de passus* 

Passe , passeur : Qualit^s que les 
gentilshommcs Bretons prirent dans 
les actes, depuis la fin des Croisades 
jusqu^au xvi* siecle ; c'^toient encore 
les noms qu'on donnoit aux notaires 
et aux autres gens de loix passant des 
actes publics. 

Passe : But auquel on vise ; de li 
passe, lieu ou Ton tire k un but. 

Passe , passer, passereau, passe^ 
rel, passeres , passeron , passerones , 
passeroun : Moiuean , sorte d'oiaeau 
connu a Paris sous le nom de pierrot ; 
passer. Voyez Moiite. 

Las, il eit raort , pleurez le, DamoUettet , 
L« passereau de la jeune Maopa* : 
Un autre ovMan, qui n'lia pUmes qu*aaz aiilet, 
L'ha devure : le connoiaftex-vous pas ? 

Mais par despit tna le pasteron, 
Qoant il ne sceust rien faire • la iiMuatrtaac. 
Marot , Epigr. du Passereau de Masipsm, 



Digitized by 



Google 



PAS 

Ci'l arbres ti a feuiUea moot , 
Grans et beleft a graot mesure, 
Et moult ftont de grant faiture ; 
Dedena eel arbre lor ni font 
Li passerel qui petit sont 
Oiftelet , et de grant alTaire ; 
Dedens Tarbre font lor repaire ; 
Ke regardona plus la natnre 
Doa eedre , et que ce a^n^fie , 
If e dou Libane qnoiqu*OB di« , 
Ne de/MUMHiMef petiu 
Qui en eel arbre u>nt lor nia. 
Le Fblucraire, Ms$. de N. /)., M. x 8, au chop, 
de la Sinifiance dou Cedre et des Passeres. 

Passee^ Trace du pied d'une Wte; 
cbasse aux petits oiseaux. Dans la 
Saintonge , pass^e est un petit che- 
min, une petite allee,un petit sentier. 

Passefilons : Cheveux cr^p^s qui 
tombent sur le devant et les c6t^s 
du front. 

Passeler : Placer, planter des 
^cbalas a une vigne. 

Passelz. Voyez Pairciaulx. 

PasseheiTt : Seing , souscription , 
passation, confection d*un acte; pou- 
voir de passer des actes publics ; de 
passus. Dans un acte pass^ en Sain- 
tonge, Tan 1699 : « Pierre Mercier 
Tend une maison 'sotxante - douze 
liyres , qui luy ont ^t^ pay^s lors du 
passement dudit acte ». 

PAssEif AGS : P^age , droit de pas- 
sage qu'on exige des passans; de 
pussus, 

PAssioiR : Passer sur, passer ou- 
tre , traverser un pays , une contr^; 
s'en rapporter k quelqu*un, achever, 
pertransire ; en bas. lat. pctssare. 

Passe ports, /Mu^ami/if.- Surety 
pour Toyager, sauf-conduit , lettrc 
de recommandation. 

Passer a ou par son ssRSMEifT : 
ifetre cru sur parole. 

n fn jngi^ que Jehan ne s'en passeroit pas 

par soh serement , alnchoia conviendroit que 

• il prouvast li paiemant par preufea , et par 

«he Jogenent pBH-<Mi eattiidrt qM qui ae 



PAS 



3i3 



▼ent p€userpar serement dea ameaaorea dont 
on se puet passer par coustume. 

Coutume de Beauyoisis, ckap. 3o. 

Passerilles : Raisins s^b^s aa 
ftoleil ; passulcc > passularum. 

Passeron , passereauly passeroun : 
Moineau; au iiwxoin p€isse .; peisser; 
en Langued. passeraU Voyez Passe. 

Les passereaulx ne mangent sinon qu*oA 
leur tappe lea queues ; je ne boy sinon qu^oa 
me flatte. Rabelais , Uv. 1 , chap, 5. 

Passsross : Muguet, fleur Uanche 
printaniere qui yient dans les bois ; 
cette fleur n'a point encore d'autre 
nom dans la Bourgogne, le G&tinois 
et le Berry ; en Lyonnois griliet* 

Passsrouts : Adroit , fin , subtil. 
La passeroute : L*art ou Tadresse de 
faire un tour extraordinaire. 

Passbt (aller le) : Marcber grave- 
ment, marcber a pas lents et mesur^s. 

Passiers : Route , cii^nin , ouver- 
ture, passage » sentier, Toie ; lieu 
ferm^ de pieux , ^uses ; depauiu, 

Guillaome Duchaianoit estoit entrez oft fos- 
aet , at (u$oit passieres poor monter k mont k 

a*eap^ GuiUaome Duchaianoit fai- 

aoit passiere a s*esp^e , com je toos ai dit. 
FiUe-Hardouin , Mss.JoL 43, i?<». 

Passion : P&ture, p^turage, action 
de psAiTe 'fpastiOfpiiscuum; en anc« 
^tov.passio. Voyez Paisson. 

Passion : Mal,douleur,sounrance; 
passio; en anc. Prov. passios. 

Passion AIRS : Malade , souffrant , 
qui a des passions ; de passio. 

Passionairs : Livre qui contient 
l*bistoire de la Passion de J. C ; 
passionarius. 

Passionnaire : Liyre qui contient 
rbistoire des Martyrs ou des Saints 
en g^n^ral. 

Passiun : Maladie, passion ;/Mi#^<o» 

PAssonaicH : Passe-droit. 

Passot : Dague , poignard. 

V^$Tf pastel, pastis : Repas, noor- 



Digitized by 



Google 



3i4 PAS 

liture ; p^ture « pfttnrage ; ce qu'on 
payoit pour ^tre re9a dans un corps 
de metier, et pour le repas qui faisoit 
partie de la reception ; pastus; ea 
basse kt. pasteUum; en Langued. 
pasta, pasto, 

Et let fill de AtroB yerteront son uink par 
cnTironn del altier : et il mettront de c^ el 
peut del fen Dominical U gretee qae coaere le 
Tentre, et que coaere totet les ritalt; et let 
deux petita reins od le peticle qe est aor ens 
jooste les ilea, et la grese del estomak od les 
petits reins. 
Bible , Lividque , chap. 3 , o^. i3 , z4 eri5. 
Et /undent filii Aaron sanguinem ejus per 
altaris circuitum : toUentque exedin pastum 
ignis Domrnici tidipem qui operit 'ventrem , 
et qui tegit universa viuilia; duos renunct*' 
ios cum reticuh quod est super eos juxtd 
ilia, et arvimamjecoris cum renuncu/is. 

Past : Passe » il passe. 
De grant congnoisMnce sont It hoir par usage, 
Se les mors oublierent , il ne furent pas sage , 
Bon fait faire pour soi ains qu*on jMU^le pas- 
sage. Codicile de Jehan de Memng, 

Pabtavadb, pastenade , paste^ 
nailie : Soupe aux l^nmes , carotte , 
panab ;pan€veypasUnaca,pastinagof 
€n h^ngned. p€utemago ; en bas Bret. 
pastounadezy pastounadezen. On em- 
ploy oit ce mot , au figur^ , pour de- 
signer le membre yirii. 

FksrjLK^patart : Sorte de petite 
monnoie de cuivre. Fojrez Pataad. 

PASTAAii : Boulangerie, lieu ou 
Ton fait et ou Ton cuit le pain. 

Paste : Masse , assemblage d*une 
m^me chose en botte ou en«paquet. 
Porter la paste nu four : Payer la 
sotlise d*autrui. 

Pasteillsa , pastelier : Moulin 
qui pile le pastel ou la guesde. 

Pastel : P4te , pAt^. Fofez Past. 

Pastell Aif s : Prenant de la p&ture , 
mangeant ; pascualis. 

Pastbnc : P4ture , pAturage. 

Pastewotees : Toute espece de 
pri^res , livre de pri^res ^ de pater 
noster. 



PAS 

Pasteeie : Gronderie , qnerelle. 
Pastiemens : Repfts, banquet, d^ 
baucbe ; de pastus. 

Tell sunt li fil de cest serle ki viyent ena 
pastiemens et en jTroignes , et en deleit de 
char. Sermons de S. Bernard, fiH, laS, it^. 

Tales suntfiUi ku/us steeuli , agentes in co- 
messationibtts ere^r«eii(i£i^fii, in crapula et 
'voracitate, in eubiUbus et impu dici tiis, 

Pastigee , ptistoier : Transiger , 
faire un accord , traiter. 

Pastinaos : P&turage '^depastiner, 
paltre, pftturer. 

Pastis^ : Mur, muraiUe ; panes. 

Pastis : Contribution dont on est 
convenu, accord, convention ^/mic- 
tio. Voyez Pasquis. 

Vk%tu^pastissage : Piturage, lieu 
destine pour mettre paitre les bes- 
tiaux. 

Pastissages et tmages , 

, Tallies pour payer les gages. 

Main Chartier, citi par BareL 

Pastoc : Sorte de b4ton pour s'ap- 
puyer, bequille, potence. 

Pastoi : Paisson , action de paitre » 
et pAturage. 

PisToiER : PAtissier ; pasticerius. 

Pastoe , pastorettu , pastouTy pas- 
toureau y pastourely pastfe , pastur, 
pasturays, pastureau : P4tre, berger, 
garde de bestiaux;/Mi^tor; au f^m. 
pastore, pastorele , pastoure , pttstou" 
relle, bergere/ On appela aussi pas- 
toureauxy une troupe de bandits qui 
parut dans les xiii et xiv® siedes. 

L*aatre ier par la mating, 
Kntre un bos et an rergiar, 
Une pastore ai trov^e , 
Cbantant pour soi euToisier. 

XL* Chanson'du Roi de Navarrt. 

pASTouBEiuz, pastouraige y pas~ 
^ture, pastureau : P&tnre, p4tumge> 
pacage; pastura; en Langued. ^ox- 
tui^jhe i eahdi^ BxtU pasturaich, 

Pastoueobe , pasimttger «• Fmire 



Digitized by 



Google 



PAT 
paitre, pAtnrer; pascere; en Lang. 
pasturga. 

Pastoux : P4teux, fangeux; dc 
partus; en Langaed. />iz^/o«/. 

PiSTAEy pasturer : Paltre, man- 
ger, hrouter ; pascere ; en bas Bret. 
pasturi. 

Ancor ii*eik ay-je mtet en ajer mi chose qiie 
jn Tos poie mettre davant : ti demanderai-ja 
Saint Benoit trois pains dont je vos ^epastre. 
Sermons de S. Bernard, foi, 3 14. 

Past&illoh : Jeune berger; de 
pastor. 

PASTua ^pastres : Directeur, qui a 
soin, guide, condncteur, adminis- 
trateur 5 pastor, — Une fille paraly- 
tique fut euToy^ , par S. Pierre , k 
• Aconcet , pour ^tre gu^rie ^ en le 
TOjant elle lui dit : 

If ostres jmstres et noz norreciers 11 blen- 
enroos Pirres 12 Aposteles il moi cnvoiat k 
toi , par ke In not doiTCs deUrr^ da caste 
enfermeteit. 

Dm/, de S. GrSgoire ,Hr,3i chap, a5. 

j4t Ula inquit, pastor et nutritor noster 
heatus Petrus Apostolus adu me misit, ut ab 
infirmitate istd Uherare me deheas, 

Pastu&al , pastur^aul : Pr^ , p4- 
turage. 

Pastueb : Nourritnre , ^ucation ; 
pastura, 

Pastukb : Corde aTec laquelle on 
atuche le cheval par le p4taron ; 
p4ture; dtpastura, 

pASTu&xm : Faire paitre, mener 
pattre ; de pasctre* 

P AsiroTEB : Se couTrir, se garantir. 

n (le giant) reuolt pasvojrant one grant 
massne qn*il portoit toosjoors, qni estott 
Bonlt grande et liorriUe. 

Boman de Gerard de Nevers, 

Pat (Tivre k) : Vi^re dans une au- 
' barge k tant par repas. 

Pat AC , patacon, paiagon : Mon- 
noie d*argent frapp^ en Flandre ; 
patagQ^IMt Taint d*abord quarante- 



PAT 3i5 

huit sous , et monta ensuite k cinr 
quante-huit ; elle aroit pour l^gende : 
Mberttu etEUsabetha dei ^atia. 

l^XTALi-gt^paiatin, patelin, pate^ 
rin : Sorte d'b^^tique. 

VxTAWiD^patart : Petite monnoie 
de cuivre qui yaloit quatre deniers. 
Villon , parlant d*un homine fort 
pauyre , dit : 

Qa*il n*aToit Tmillant mtpatart. 

Mepaes Franches de Fitton, 

Patbii. : Matras , dard avee une 
grosse t^te. 

PATiis : Traits , convention. 

Patbliv , patheliny pathelineur : 
Fourbe , adroit, rus^. 

Patelibagb ^patheUnage : Adres- 
se 9 tubtilit^ , tromperie , caresse , 
flatterie pour tromper. 

Vatzlivzk^ patkeiiner : Tromper, 
subtiliser , tendre des pi^es , des 
embikcbes , caresser, flatter, amuser, 
amadouer pour tromper. 

Patbhostbb, patenote, patre , 
patre-nostre : Dizain de chapelet , 
priere , oraison dominicale; cbapelet 
dont les Cberaliers de Malte et quel- 
ques personnes religieuses, enyiron- 
noient leurs ^cus; de pater noster, 
Ces mots furent employ^ aussi pour 
signifier, T^rit^, cbose Traie. 

Patbhostbbbib ^ paienotrerie, pa- 
trenoterie : Metier de faire ou de vcn- 
dre des cbapelets* 

Patbhostbibb , patenotrier : Ou- 
vrier qui fait ou Tend des chapelets , 
quinqaillier. Voyez PATBBirotTBiBB. 

Pati&obs : Gens qui tenoient des 
assemble illicites , et qui donnoient 
il jouer k des jeux d^fendus ; celui 
qui en ^toit dupe ou Tictime ne pou* 
Toit ^tre d^ommag^. 

Ifos apeloos tavemiers et osteliers , qui 
moinent taferne et ostelerie on lenr serjans , 
ft fi tocHiu ttte&t de nabia aiettler , ti eomt 



Digitized by 



Google 



3i6 PAT 

paUor et triboleor et iteU meoMUres , H ne 
Aont pM de ce tenu. 

Mss, de la Bihl Impir, , «• 8407, foL 40. 

Patbpin : Cloporte. F. Porcelet. 

Patsein : Qui est dealing a $ouf- 
frir comme martyr. • 

Paterin : Bavard, causeur, babil- 
lard ; paterinus ; nom de certains 
h^retiques. 

Paterlie : Certaine priere , ou ce 
qui scrt a prier, chapelct; de pater 
noster* 

Patet : Lent , qui travaille avec 
application , mais lentement. 

Patibuli^ : £xpos^, mis en vue ; 
patibulatus. 

Paticle (mener grant) : S*amuser, 
se r^jouir, se divertir. 

Et 11 avugle da folier 
Furent Mrvi com Chevalier , 
Chascuos grant paticle menoit , 
1j*ud8 a Taatre le Tin donoit, 
Tieu , je t'en doing » apria in*en done» 
Cis crut sor une vingne bone. 
Fabliau des trots Aveugles de Conpienme, 
par Courtebarbe, n** 7ax8,yW. 74, a*. 

Patin : Soulier tres-haut et ausii 
^leve par devant que par derriere ; 
il n'<^toit qu'a Tusage des femmes ; du 
Gvec pateo, suivant BoreL 

Patinier : Faiseur depeuins, cor- 
donnier dont le metier etoit appel6 
padnerie. 

Patinous : Miserable , qui souffre 
beaucoup. 

Patis, patissnge , patural : Pr^, 
prairie , pacage , p4turc. V, Pasquis. 

Patis, patiz : Pacte , convention 
concemant les contributions ; de 
pactus. 

Patoif.r , \isezpatojer,patouiller: 
Prendre avec la main d*une maniere 
sale et malpropre , marcher dans la 
bone 9 daDS un lieu mar^cageux ; en 
Lyonnois patrigoter, — Un pr^tre 
du diocese de Sens ^toit tombe en 



PAT 

luxure , et ne s'^tant paA confess^ de 
ce p^h^ : 

Aaaes tonyent U iTenoit 
Poor aon pechi^ , ponr aon malice , 
Qu'il T^oit enmi le galice (calice) 
Un grant crapont latt et hideua : 
Tant par iert noira «t tenebreaa, 
D^ire et d*ardenr ai trepuana , 
Que li venina ors et paana 
Parmi la gaeole li boloit. 
Si laidement le rebouloit , 
£t patoioii a lot tea patea 
Qu aToit ploa noirea qne ^Tttea. 
Gautier de Coinsi ,liv,i, chap. 33. 

Patoueil : Mare , bourbier, che- 
min boneuE. 

Patouille : Ronde d*une ^rde 
pour veiller k la surety d'une ville oa 
d*un camp. 

Patration : Traits, actc , conven- 
tion ; patratio. 

Patrelie : Oraison , priere ; de 
pater noster. 

Sire Tieillart , que me gabex 
Oat coustame de cea Abes • 
Qai n*<Mit taUni de rlen donner ^ 
Si commencent a aermoner; 
Ti*»i talent a pi^ce qne die 
Patrenoatre , ne patrelie , 
Ne prierea , ne miserelea , 
Plua Tolentiera chant Paatoorelea 
Et d'OliTier on de RoUant. 
Gautier de Coinsi, li». 1 , chap, 3o. 

VxTKEHoicnE^patremotngne: Bien 
de famille, patrimoLne ; patrimonium, 

Ainclioia ae cheviaaent dea fraoa fief , qii« 
il ont de leur patremoignc on de beaeficcs 
qn'ib ont en aamte Egliae , on chil qui aont 
ou aerrlce le Roy, car li aerrice en tant 
conune il aont , lea franllhiat a que il ne payent 
ne toote , ne taille. 

Coutume de Beauvoisis , chap. So. 

Patrenostrr : Pri^e, oraison; 
chapelet , ou les gros grains dont il 
est compost; de paternoster, 

Patrenostrier : Ouvrier qui (ait 
ou vend des chapelets t marchand de 
quincaillerie, 

Patrenostriers , c*eat k aavotr faiaieiva de 
toutet maaierta de pmtrcnastrcs et d« boa- 



Digitized by 



Google 



P AU 

•l«tetitoal«n que on £iit de Itctoii , de ar- 
chal et qnolTre neiif et Tj^ et de noilmi k 
robe que on fait de os , de cor et de jyoirt, 
MstabUss. des Mestien de Paris, fol. 149. 

Pat&ia&cat : Diocese , c>8t-4- 
dire , que tres-anciennement on ap« 
pdoit diocese, plusietirs provinces 
r^unies sous nn m^me chef, qu*on 
nommoit yicaire : cette d^nominatioi^ 
ii*e8t plus employ^ que par I'^glise ; 
patriarchatus, 

PiTBOGiiiKa : Plaider, ^fendre 
vne